Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dominique Vidal, Les bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique au Brésil

Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2006 (312 p.)
Christophe Brochier
p. 261-263
Référence(s) :

Dominique Vidal, Les bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique au Brésil, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2006, 312 p.

Texte intégral

1Il n’est pas courant de trouver en langue française des études de fond consacrées à une catégorie de travailleurs dans les pays en développement. Le fait que le sujet du livre de Dominique Vidal soit les employées domestiques, thème passionnant mais encore sous-exploité, ajoute encore à l’intérêt de la lecture. Les sociologues intéressés par le travail non qualifié, les rapports sociaux dans les emplois de service et l’Amérique y trouveront des analyses et des informations de premier ordre.

2Il faut cependant noter d’emblée que l’approche de l’auteur n’est pas des plus conventionnelles puisque les « bonnes » ne sont pas étudiées seulement pour elle-même, mais aussi et surtout en tant qu’« analyseur de la démocratie au Brésil ». Le livre poursuit, en effet, une réflexion dans la lignée des textes précédents de Dominique Vidal sur les rapports sociaux, la domination, le sentiment d’injustice et la modernisation du Brésil. Dans ces domaines, les apports de l’auteur sont solides et font de lui l’un des meilleurs spécialistes internationaux. Ainsi, l’un des buts du livre est de voir, sur les traces de Tocqueville, « comment le principe égalitaire contenu dans l’idée démocratique modifie en profondeur les relations sociales ». En effet, la société brésilienne, en dépit de son apparente proximité avec la nôtre, résiste aux schémas intuitifs d’analyse et demande une réflexion de longue haleine pour livrer ses secrets. Comme le signale Dominique Vidal au sujet du travail de domestique, le pays ressemble au passé européen mais a en même temps les deux pieds dans une modernité bien affirmée : l’emploi y est autant protégé et intégré que précaire, la démocratie au sens européen a fait des avancées considérables depuis les années 1980, mais en même temps le poids de structures anciennes caractérisées par une certaine soumission des classes populaires reste visible. Dès lors, comment les évolutions de la société brésilienne dans le sens de rapports sociaux plus égalitaires vont-elles être relayées et perçues au niveau individuel et au niveau des relations de travail par les membres des classes populaires ? Le choix des employées domestiques prend alors une signification emblématique. Elles sont à la fois femmes, pauvres, de couleur souvent, vivant en favela ou dans des banlieues reculées et obligées de se soumettre à un régime d’emploi qui rappelle symboliquement la servilité du xixe siècle.

3Pour comprendre le cas des « bonnes », en relation avec ces problématiques sociopolitiques, l’auteur choisit trois axes principaux : l’individu ; les relations entre patrons et employées ; la syndicalisation et la justice du travail. Chaque fois, des analyses claires, pertinentes, qu’ils seraient trop long de résumer ici, illustrent les modifications qui affectent les vies des « bonnes », saisies dans les divers aspects de leur existence sociale : femmes, travailleuses urbaines, sujets de droits, etc. On appréciera, en particulier, le chapitre présentant plusieurs portraits approfondis d’employées domestiques et qui, en nous faisant toucher du doigt les sentiments et les actes vécus, tranche avec l’austérité des études de science politique ou de macrosociologie.

4La ligne de réflexion principale n’est cependant jamais perdue puisque Dominique Vidal nous amène progressivement vers un certain nombre de propositions analytiques. Il insiste notamment, sans doute à juste titre, sur les conséquences de la « conscience d’être des semblables » qui se développe chez les humbles dans les grandes villes comme Rio quand ils envisagent ce qui les sépare ou les rapproche des classes moyennes. Ce sentiment d’une « commune humanité » n’est pas assimilable au sentiment d’égalité auquel on songe généralement en Europe. Cette notion permet de prendre du recul sur l’évolution d’une société qui devient moins injuste, mais aussi plus proche d’une certaine modernité individualiste. Les pauvres découvrent peu à peu qu’un certain modèle de rapports avec l’élite n’est plus valide dans la mesure où le pays accepte une forme de démocratisation au-delà de la simple sphère politique. On voit dans le même temps des résistances tacites, plus ou moins avouées ou détournées chez ceux qui redoutent la perte de privilèges. En ce sens, les passages consacrés aux relations entre les patrons et les employées qui sont subtils et bien pesés ouvrent un champ passionnant pour la réflexion.

5Il n’en demeure pas moins que le livre de Dominique Vidal peut désorienter certains lecteurs qui cherchent une approche globale ou comparatiste de la condition d’employée domestique. Le livre, en effet, ne fait que peu de concessions au novice qui ne connaît le Brésil que de loin. De même, les bonnes brésiliennes ne sont pas ou peu comparées à leurs consœurs d’Amérique hispanisante ou d’Europe. La profession et les tâches ne sont pas envisagées en mettant à profit toutes les clés de la sociologie du travail, pas plus que la situation des migrantes pauvres en ville n’est pleinement étudiée en fonction de tous les acquis de la sociologie urbaine. Il en va de même pour la compréhension du monde des employeurs et de manière générale pour l’étude des aspects multiples des professions de service. On pourrait également ajouter que l’étude qui ne concerne que la ville de Rio, ne propose pas un portrait très complet du Brésil.

6Ces objections sont cependant prises en compte au moins partiellement par l’auteur qui sacrifie consciemment les nombreuses perspectives possibles au profit d’une discussion sur les classes sociales, le droit et les rapports sociaux. Cette discussion emprunte par ailleurs une voie relativement originale, car elle conduit à comprendre des évolutions d’ensemble en partant des individus, de leurs représentations, de la gestion de leurs problèmes quotidiens. De là, le choix, a priori surprenant de concepts de la sociologie des émotions et de l’individu, pour mettre en lumière des situations macrosociologiques. De là aussi, la combinaison judicieuse et convaincante de comptes rendus d’observations et d’extraits d’entretiens. Dominique Vidal veut saisir la société brésilienne au niveau où elle heurte les existences et bouscule les consciences, d’où une perspective empathique avec les acteurs qui témoigne d’une grande connaissance des Brésiliens modestes des villes. À cela s’ajoute une longue discussion, trop rare dans notre discipline, sur les rapports de l’enquêteur avec son objet qui est de grande valeur, car à la fois utile et honnête.

7Ce livre, s’il ne fait pas le tour du sujet, ouvre donc une voie particulièrement riche pour la connaissance du Brésil. Il organise une série d’informations de première main sur une catégorie de travailleurs dans le but non pas de produire une théorie sur le travail, mais de mettre en forme une série d’intuitions sur les modes de fonctionnement de cette société qui valent la peine d’être reprises et approfondies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Brochier, « Dominique Vidal, Les bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique au Brésil », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 261-263.

Référence électronique

Christophe Brochier, « Dominique Vidal, Les bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique au Brésil », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19206

Haut de page

Auteur

Christophe Brochier

Groupe de recherche sur l’école, le travail et les institutions (GETI), université Paris-8–Saint-Denis, 2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis, France
chrisbrochier[at]yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals