Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Catherine Dutheil-Pessin et François Ribac, La fabrique de la programmation culturelle

La Dispute, Paris, 2017, 240 p.
Laure de Verdalle
Référence(s) :

Catherine Dutheil-Pessin et François Ribac, La fabrique de la programmation culturelle

La Dispute, Paris, 2017, 240 p.

Texte intégral

1L’étude sociologique des univers artistiques gagne à prendre en compte l’ensemble des activités qui contribuent à l’élaboration et à la diffusion des œuvres. L’ouvrage de Catherine Dutheil-Pessin et François Ribac, consacré au spectacle vivant, s’inscrit dans cette perspective. À partir d’une enquête conduite auprès d’une quarantaine de programmateurs et programmatrices de différents lieux culturels de la région Pays de la Loire, complétée par quelques entretiens à Grenoble et par l’exploitation d’une base de données répertoriant une saison de spectacles en Île-de-France, les auteurs proposent une description fine du travail de ces professionnels qui ont pour tâche de sélectionner, parmi un vaste ensemble de propositions artistiques, celles qui seront proposées à un public au sein d’une « saison ». Dans le même temps, il s’agit d’analyser en quoi l’activité d’évaluation des programmateurs participe d’un « processus continu de négociation » (p. 15) entre différents types d’acteurs, par lequel se construit concrètement une politique culturelle qui se décline à l’échelle de ces différents lieux scéniques.

2L’ouvrage s’intéresse d’abord, à partir de quelques portraits rapidement esquissés, aux parcours professionnels des programmateurs et programmatrices interrogés (chapitre 1). Trois groupes générationnels sont distingués : les « pionniers » (entrés en activité dans les années 1970), les « bâtisseurs » (dont l’insertion professionnelle s’est faite entre les années 1980 et 1990) et les « professionnels intégrés » (les plus jeunes, actifs depuis les années 2000). C. Dutheil-Pessin et F. Ribac décrivent un groupe hétérogène du point de vue des trajectoires de ses membres (en matière de formation ou d’expériences), mais qui présente aussi certaines régularités (le rapport précoce à la culture par exemple) et qui semble se retrouver autour d’une « façon spécifique d’organiser et de parler de la culture » (p. 48). L’analyse du travail de programmation s’amorce ensuite par une présentation des « espaces de travail » des programmateurs (chapitre 2) qui évoque la fréquentation des festivals, l’agencement des bureaux (couverts de brochures et autres dossiers de présentation des spectacles), ainsi que les écrits produits par les programmateurs au cours du processus de sélection de spectacles. Cette entrée par la matérialité du travail de programmation se prolonge par la description de la position d’« équilibriste » des programmateurs (chapitre 3), qui doivent composer avec les contraintes organisationnelles et financières des lieux qui les emploient, s’inscrire dans des dynamiques territoriales complexes et justifier leurs choix auprès de différents interlocuteurs (élus, abonnés, spectateurs, etc.). Les programmateurs sont enfin appréhendés au sein de leurs réseaux professionnels, à travers le caractère relationnel de leur activité (chapitre 4). Après avoir présenté les dispositifs (associations, forums, listes de diffusion) auxquels s’adossent les réseaux, C. Dutheil-Pessin et F. Ribac s’intéressent à la manière dont se diffuse un « savoir-programmer » (p. 125). Ils montrent que ces espaces de sociabilité et d’échange produisent un certain consensus autour d’une définition de la « qualité artistique » qui relève d’une forme d’expertise collective. Toutefois, celle-ci s’exprime dans des sous-espaces fortement segmentés et hiérarchisés, ce qui se traduit par la coexistence de plusieurs normes, propres à chaque réseau de professionnels. Les effets de concurrence entre les lieux, et les exigences de singularité qui leur sont associées, fragilisent également l’expression de ces évaluations consensuelles.

3Les deux derniers chapitres se décalent de cette approche des activités de programmation en resituant les pratiques de sélection des spectacles dans une perspective plus large et plus ambitieuse : celle de « la définition en actes de la politique culturelle » (p. 186). Le chapitre 5 mobilise les données recueillies en 2010-2011 par l’agence de coopération culturelle d’Île-de-France Arcadi pour examiner les phénomènes de programmation croisée entre plusieurs lieux scéniques, en lien avec leur notoriété sur le web. Un peu rapide sur l’exposé de la méthode, ce chapitre laisse le lecteur sur sa faim en concluant que les équipements les plus prestigieux ne sont pas les seuls à pouvoir influencer la politique culturelle. Les « petits » lieux, plus confidentiels du point de vue de leur public et de leurs moyens de communication, joueraient eux aussi un rôle important, en faisant « preuve d’une certaine souplesse vis-à-vis des modèles du “haut” » (p. 181). Le chapitre 6 enfin se donne pour objectif de « questionner » l’organisation de la programmation culturelle restituée dans les chapitres précédents. Après un retour sur le métier de programmateur comme activité consistant à « assembler » des spectacles, dans une logique qu’ils comparent à celle du commissariat d’expositions, C. Dutheil-Pessin et F. Ribac suggèrent que la forte personnalisation de la programmation s’inscrit dans une double dynamique de délégation, de la part des usagers des lieux de spectacles (envers lesquels les programmateurs entretiennent une certaine défiance) et des élus dont dépendent les financements de ces lieux. En partie à rebours des analyses proposées dans les chapitres précédents, plus nuancés, les dernières pages de l’ouvrage dessinent un portrait des programmateurs en acteurs tout puissants de la politique culturelle et invitent, en guise de conclusion, à « imaginer d’autres procédures (de programmation culturelle) tenant mieux compte d’autres groupes d’acteurs actuellement négligés, les usagers effectifs ou potentiels, les praticiens amateurs ou professionnels, les profanes, etc. » (p. 223).

4Souvent passionnant dans sa description minutieuse du travail d’élaboration d’une « saison », l’ouvrage de C. Dutheil-Pessin et F. Ribac donne à voir les tâtonnements et les multiples interactions à travers lesquelles se prennent les décisions de programmation. Leurs enquêtés sont engagés dans une recherche permanente d’informations sur les spectacles et les artistes qui leur permettent d’opérer une sélection dans une offre foisonnante, mais ils sont aussi ceux par qui circule l’information, dans une logique réticulaire que l’ouvrage restitue très bien. On peut toutefois regretter que les contraintes qui pèsent sur les programmateurs ne soient qu’assez brièvement exposées au détour du chapitre 3. Il aurait sans doute été intéressant de situer, de façon plus systématique, les caractéristiques des lieux scéniques et des programmateurs interrogés — dont certains, par exemple, sont également des artistes, ce que rappelle le chapitre 4. Ces efforts de contextualisation auraient aussi permis de mieux tenir le deuxième pari de l’ouvrage, celui d’une étude « par le bas » de la politique culturelle, qui ne convainc pas tout à fait dans les derniers chapitres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure de Verdalle, « Catherine Dutheil-Pessin et François Ribac, La fabrique de la programmation culturelle », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1921

Haut de page

Auteur

Laure de Verdalle

Laboratoire Printemps, CNRS/UVSQ
47, boulevard Vauban, 78047 Guyancourt Cedex, France
laure.de-verdalle[at]uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals