Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nathalie Lapeyre, Les professions face aux enjeux de la féminisation

Éditions Octares, Toulouse, 2006 (214 p.)
Geneviève Pruvost
p. 263-265
Référence(s) :

Nathalie Lapeyre, Les professions face aux enjeux de la féminisation, Éditions Octares, Toulouse, 2006, 214 p.

Texte intégral

1Même si la profession d’architecte s’est plus tardivement féminisée que celle d’avocat et de médecin, et si la part de femme diverge (47 % chez les avocats, 38 % chez les médecins, 18 % chez les architectes), ces trois professions présentent des logiques d’emploi et de conciliation comparables, qui vont dans le sens d’une démocratisation des rapports sociaux de sexe (Giddens, 1992). Telle est la thèse de l’ouvrage de Nathalie Lapeyre, qui apporte un contrepoint à la fois théorique et empirique aux principes de la domination masculine. Dans la lignée de Norbert Elias, l’auteur entend montrer les effets du processus d’individualisation sur les modes de vie (Dubar, 2000). Même si le « degré d’autonomie » des individus « varie considérablement selon l’appartenance sexuée et les groupes sociaux » (p. 22), les hommes et les femmes sont moins interdépendants. Ils sont entrés dans une ère de négociation.

2Partant de cet arrière-plan théorique, l’auteur confronte les « configurations de genre » au niveau macrosocial et au niveau local (professions, sphère domestique). Ces deux niveaux peuvent être disjoints : le modèle du male breadwinner, qui conserve sa primauté dans la société, peut n’être pas adopté par les femmes-médecins, avocates et architectes. En ce sens, « la féminisation des professions peut s’analyser comme l’indice de profondes transformations sociales, mais peut également provoquer un “brouillage” relatif des catégories sexuées » (p. 30).

3Dans un premier chapitre général sur la part des femmes diplômées, cadres et le partage inégal des tâches, l’auteur dresse un panorama des « rendez-vous manqués » entre genre, profession et sociologie, à partir des « pères fondateurs » et de leurs prolongements contemporains français et anglo-saxons. Cette mise en perspective historiographique et bibliographique constitue, à notre connaissance, la première synthèse sur la question.

4À partir de statistiques exhaustives et 98 entretiens biographiques (deux tiers de femmes et un tiers d’hommes), l’auteur met ensuite à l’épreuve le principe d’une dévalorisation des professions qui se féminisent : pour comprendre la baisse de prestige déplorée par les professionnels, il faut avant tout prendre en compte des indicateurs macrosociaux, comme l’expansion du modèle salarial, l’intervention accrue de l’État, le développement du consumérisme (les clients assimilent ainsi le médecin à un prestataire de service) et la concurrence des métiers périphériques (l’architecte n’est plus seul maître à bord sur les chantiers).

5Second renversement de perspective, l’auteur ne pointe pas seulement le phénomène de ségrégation horizontale et verticale des femmes dans des spécialités spécifiques, elle s’appuie sur l’analyse secondaire de statistiques pour montrer aussi que « la partition classique entre les hommes professionnels carriéristes et libéraux et les femmes employées professionnelles salariées semble un peu trop caricaturale ». Elle « masque une tendance amorcée vers la convergence » (p. 98).

6Dans le chapitre trois, qui nous fait rentrer dans le vif des entretiens biographiques, on apprend que les futures femmes-médecins, architectes et avocats sont élevées, notamment par leur mère, dans le culte de l’indépendance et qu’elles se lancent dans de longues études sans conscience de la transgression réalisée. « Cette croyance peut parfois se transformer en véritable “utopie porteuse” » (p. 107), permettant de passer outre les obstacles que les attendent. La maternité constitue cependant un moment critique : « confrontées au dilemme du télescopage des calendriers productifs et reproductifs » (p. 108), les femmes réduisent leurs congés de maternité pour ne pas perdre leur clientèle ou leur emploi. Elles n’en inventent pas moins un autre rapport au travail, qui relativise le « présentéisme » de leurs collègues masculins. Les femmes s’organisent pour réduire leurs horaires en intensifiant leur productivité, se trouver d’autres sources de revenus et travailler avec des collègues fiables. Ce modèle devient attractif chez les hommes de la jeune génération.

7Dans tous les cas, le couple doit s’organiser pour la garde des enfants et l’entretien de la maison. L’externalisation est la solution privilégiée. Elle permet aux femmes de travailler « normalement » et aux hommes, de ne pas assumer leur part des tâches domestiques. Effet pervers, les femmes des trois professions connaissent, malgré tout, des « situations de tiraillement extrême » (p. 156), à l’exception de celles qui font l’expérience d’une relative interchangeabilité des rôles. S’opère alors une « désexuation » des enjeux de la « conciliation entre vie professionnelle et familiale » (p. 176). Le modèle traditionnel de l’homme, comme pourvoyeur principal, n’est, en tout cas, plus hégémonique.

8Dans le continuum exploré par l’auteur, allant des conciliations les plus normatives aux plus égalitaires, une figure est cependant absente, celle de l’inversion (conjoint au foyer ou de statut professionnel très inférieur, rejet de la conjugalité, de la maternité ou virilisation du corps). Est-ce dû à la taille de l’échantillon ? Comme il s’agit d’une étude comparative (ambition rare et précieuse dans les études sur la féminisation, surtout monographiques), le nombre d’entretiens réservé à chaque profession est nécessairement réduit, au détriment d’une visibilité des cas marginaux, dans des spécialités rarement féminisées (chirurgie, chef de chantier, par exemple). On peut aussi considérer cette absence comme un résultat, invitant à établir une homologie entre le caractère notabiliaire de ces trois professions et les « configurations de genre » qu’elles induisent, qui n’ont rien d’extrême.

Haut de page

Bibliographie

Dubar, C., 2000. La crise des identités. PUF, Paris.

Giddens, A., 1992. The Transformation of Intimacy-Sexuality. In: Love and Eroticism in Modern Societies. Polity Press, Cambridge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Pruvost, « Nathalie Lapeyre, Les professions face aux enjeux de la féminisation », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 263-265.

Référence électronique

Geneviève Pruvost, « Nathalie Lapeyre, Les professions face aux enjeux de la féminisation », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19214

Haut de page

Auteur

Geneviève Pruvost

Centre de recherche sur le droit et les institutions pénales, immeuble Edison, 43, boulevard Vauban, 78280 Guyancourt, France
gpruvost[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals