Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pascal Le Masson, Benoît Weil, Armand Hatchuel, Les processus d’innovation. Conception innovante et croissance des entreprises

Hermès-Lavoisier, coll. « Science Publications », Paris, 2006 (472 p.)
Guy Minguet
p. 265-267
Référence(s) :

Pascal Le Masson, Benoît Weil, Armand Hatchuel, Les processus d’innovation. Conception innovante et croissance des entreprises, Hermès-Lavoisier, coll. « Science Publications », Paris, 2006, 472 p.

Texte intégral

1Ce livre entend répondre à la question : comment organiser l’innovation intensive et répétée ? Cet ouvrage à trois voix, construit autour d’un va-et-vient entre une méthodologie d’analyse, des études de cas et une pratique d’intervention gestionnaire avec des entreprises, veut démonter la thèse simple en apparence, mais exigeante selon laquelle, dans l’entreprise, l’innovation est un travail organisé.

2Il entend mettre en évidence « que les activités de conception innovante ne sont pas seulement des activités exploratoires, mais activent, dans tous les métiers de l’entreprise, un métabolisme orienté vers une capacité collective à recréer en permanence et simultanément des sources de valeur – produits, concepts, brevets, valeurs environnementales et sociales – et des compétences – connaissances, savoir-faire, règles, métiers, etc. – inédites (p. 21). Le lecteur s’empare d’un traité de physiologie de l’innovation, il est en présence d’une théorie gestionnaire de cet objet.

  • 1 Un photophone est un objet hybride : un téléphone portable équipé d’un mini-appareil photo qui devi (...)

3Au seuil de l’ouvrage, il est affirmé que les professionnels, assemblés en collectifs, sont placés devant les défis suivants : comment s’emparer des fonctionnalités d’usage (exemples : les couleurs, les surfaces) et des valeurs (exemples : développement durable, personnalisation, mobilité) qui s’annoncent ? Comment une entreprise peut-elle, dans un environnement volatil, apprécier la taille et la structure d’un marché derrière une prestation sollicitée ? Comment accéder à la notion clé d’identité versatile d’objets (quelle représentation et quelle conception de ce que peut permettre un « photophone » ? Comment un « alicament » peut-il prendre forme ?)1 (p. 25). Le trait distinctif de l’ouvrage se situe, à nos yeux, ici : l’innovation contemporaine ne travaille jamais des identités d’objets substantives et stabilisées, mais elle s’attache à des trajectoires (ou à des lignées de produits). Tout le problème est de se doter d’un outil suffisamment souple pour baliser les étapes d’un processus (ce qui justifie d’emblée le titre du livre), lequel ne saurait être figé dans une description définitive.

4Divisée en trois chapitres, la première partie vise à déconstruire la notion d’innovation. Au bout de cette synthèse, il ressort que la singularité de la compétition par l’innovation se remarque par une incertitude radicale concernant l’identité des objets, et par l’investissement contrôlé sur les ressources allouées à l’innovation. Concevoir, stricto sensu, « c’est transformer l’identité des objets » (p. 60).

5La deuxième partie traite de la configuration de base d’une entreprise innovatrice. Deux notions clés sont introduites et sont les suivantes : le portefeuille de projets qui traduit le fait que l’on gère une pluralité de projets et non un projet (p. 148) et la martingale spécifique qui caractérise la double dimension temporelle et prudentielle de jeu répété (la règle applicable étant qu’il faut pouvoir rejouer et apprendre des coups successifs), puisque les projets s’enchaînent dans une stratégie de succession de décisions et de priorités. Une entreprise réputée (Téfal) est décortiquée pour en dégager la singularité et l’exemplarité. L’activité d’innovation (synonyme de conception innovante) se définit comme l’exploration ouverte et simultanée des valeurs (d’où naît l’analyse fonctionnelle) et des compétences (qui déterminent les choix de projets développés, les alternatives, les alliances).

6Une troisième partie met l’accent sur la dynamique par laquelle la « recherche et innovation et développement » s’impose en lieux et places de la « R et D » dans la période récente. Chemin faisant, elle examine pourquoi et comment les entreprises ont connu et résolu des crises de leur régime de conception. L’exemple de la firme Saint Gobain-Sékurit vient à l’appui pour éclairer les mécanismes qui se grippent lorsque survient l’inattendu, que se fragilisent les cadres de la pensée et se délitent les dispositifs décisionnels.

7Une dense quatrième partie développe la question de la méthodologie. Les auteurs présentent leur théorie C–K (C pour concept et K pour connaissances) dans une perspective de formalisation. À titre d’illustration : le moteur pour les missions martiennes (p. 284) peut ainsi se concevoir comme une combinatoire des connaissances sur l’objet (combustion, propulsion) et de concepts imaginables derrière cette notion de mission (usages, techniques, mobilité). Toute cette instrumentation vise à équiper les collectifs concepteurs pour l’exploration « domestiquée » du champ d’innovation. La dernière notion clé réside dans le réglage du processus, afin de stabiliser les coopérations in situ et ex situ.

8Ce livre est à la fois savant et indispensable pour qui se penche sur cette question d’actualité. Il est bien écrit, pédagogique et soutenu par diverses études de cas, tout en maintenant un langage de formalisation à son meilleur niveau. On saluera l’originalité de la partie érudite, qui dresse un état de la littérature sur la conception.

9Il invite à une discussion sur trois points critiques : comment dans un contexte d’innovation orientée sur des objets sans identité, instruire les effets sur la reconnaissance au travail, sur le rapport aux métiers ? Dans un modèle générique de la conception innovatrice, comment se construit la régulation socioproductive ? Enfin, la question de l’articulation entre l’exploration des valeurs et des fonctions avec la constitution des compétences reste méconnue. Les auteurs admettent que l’innovation fabrique des tensions dans les fonctionnements et donc, selon nous, dans l’expérience du travail. Une théorie gestionnaire de la conception achoppe ainsi sur une théorie sociologique de l’entreprise, dès lors que celle-ci se trouve confrontée au risque d’éclatement des cohésions sociales qui soutiennent les performances industrielles. Une socio-anthropologie du travail des concepteurs pourrait être, ici, utile.

Haut de page

Notes

1 Un photophone est un objet hybride : un téléphone portable équipé d’un mini-appareil photo qui devient de plus en plus multifonctions (16 disponibles à ce jour). L’alicament, terme de marketing, est un aliment enrichi par un nutriment – une substance chimique, directement utilisable par l’organisme – supposé avoir un rôle bénéfique sur la santé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Minguet, « Pascal Le Masson, Benoît Weil, Armand Hatchuel, Les processus d’innovation. Conception innovante et croissance des entreprises », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 265-267.

Référence électronique

Guy Minguet, « Pascal Le Masson, Benoît Weil, Armand Hatchuel, Les processus d’innovation. Conception innovante et croissance des entreprises », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19225

Haut de page

Auteur

Guy Minguet

École des Mines de Nantes, 4, rue Alfred-Kastler–La-Chantrerie, B.P. 20722, 44070 Nantes cedex 3, France
guy.minguet[at]emn.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals