Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anne Paillet, Sauver la vie, donner la mort. Une sociologie de l’éthique en réanimation néonatale

La Dispute, coll. « Corps, santé, société », Paris, 2007 (286 p.)
Danièle Carricaburu
p. 267-268
Référence(s) :

Anne Paillet, Sauver la vie, donner la mort. Une sociologie de l’éthique en réanimation néonatale, La Dispute, coll. « Corps, santé, société », Paris, 2007, 286 p.

Texte intégral

1Si la bioéthique, dont l’institutionnalisation date des années 1980, a largement débattu des nouvelles techniques de procréation et de dépistage des risques d’anomalie du fœtus, les pratiques professionnelles juste après la naissance n’ont jamais été constituées comme un problème social. C’est à ces pratiques qu’Anne Paillet a consacré un ouvrage fondé sur une observation longue en service de réanimation néonatale. Plus précisément, elle s’est intéressée à « l’éthique en acte », c’est-à-dire aux décisions qu’ont à prendre les médecins en situation de forte incertitude lorsqu’il s’agit, soit de poursuivre une réanimation sans pouvoir mesurer s’il y aura des séquelles et quelle sera leur étendue, soit d’arrêter au risque de faire mourir un enfant qui aurait pu vivre dans des « conditions acceptables ».

2Appréhender l’éthique en acte, c’est se placer d’emblée au cœur de l’activité d’un service de réanimation néonatale, afin de partir des situations auxquelles sont confrontés médecins et infirmières. Il s’agit de décrire et d’analyser ce qui rend certaines décisions si difficiles et comment se prennent ces décisions : selon quelles procédures, en fonction de quelles certitudes et par quels acteurs. La « collégialité » relative de ces décisions ne doit pas laisser croire que les différends moraux se règlent de façon consensuelle : en dernier ressort, c’est toujours l’autorité du chef de service qui l’emporte, même si les assistants et les chefs de clinique ne sont pas d’accord. Toutefois, le contexte décisionnel n’est pas symétrique : « arrêter un enfant » reste un acte illégal qui nécessite un minimum d’accord, en revanche, poursuivre une réanimation peut se produire en l’absence de tout consensus, pour ne pas dire contre l’avis des autres médecins, si tel est le choix du chef de service.

3Que les professionnels agissent « au nom de l’enfant » ou bien « au nom de l’enfant et de celui des parents », c’est bien de la place des parents dans le processus décisionnel dont il est question. La médecine a-t-elle à protéger les parents, en les excluant ou bien doit-elle les inclure dans une décision qui joue inévitablement sur l’avenir de leur enfant et conséquemment sur le leur ? Médecins seniors d’un côté, infirmières et médecins juniors de l’autre, la cartographie professionnelle qui émerge du terrain observé semble être confirmée par d’autres enquêtes qualitatives, essentiellement américaines, mais aussi par l’enquête quantitative européenne Euronic (p. 100). Si l’analyse que propose Anne Paillet est bien trop fine pour réduire les approches morales au seul positionnement professionnel, il n’en demeure pas moins que l’investigation sociologique se doit de les prendre en compte dans la « fabrique des convictions ».

4Les différends moraux concernant les arrêts ou les poursuites de réanimation seraient liés aux différentes cultures professionnelles : telle est l’hypothèse défendue par l’auteur et pour ce faire, il lui faut « historiciser » ces cultures. Ainsi, la « mission » des pédiatres réanimateurs s’est construite autour du sauvetage des nouveaux-nés, alors que celle des infirmières s’est fabriquée à la fois dans « l’affranchissement » à l’égard des médecins et dans un souci d’humanisation du travail soignant. Cependant, l’affiliation au groupe professionnel n’est pas suffisante pour comprendre comment se façonnent les évaluations des uns et des autres à l’égard de l’avenir des nouveaux-nés, d’autres facteurs interagissent. Pour les médecins, même s’ils savent déjà que le pronostic est mauvais, il leur faut contenir « le pessimisme », afin de maintenir l’enthousiasme de l’équipe, quitte à « surjouer l’incertitude » et l’optimisme. Or les infirmières ne sont pas dupes, d’autant que le pessimisme constitue une ressource dont elles peuvent avoir besoin, ne serait ce que pour contraindre les médecins à les « prendre au sérieux » ou pour pouvoir pratiquer la technique de « l’attachement rétractable » qui leur permet de se protéger émotionnellement. Il est courant d’associer la morale au désintéressement, pourtant l’analyse proposée par Anne Paillet montre comment les « intérêts sociaux » des médecins seniors, des internes et des infirmières interviennent aussi dans la fabrication des options de poursuite ou d’arrêt de la réanimation des nouveaux-nés.

5L’intérêt sociologique de cet ouvrage est indéniable, car il aborde des questions actuellement au cœur des préoccupations de nos sociétés et il le fait en partant non pas de ce que les professionnels disent de leurs pratiques, mais de l’observation des situations dans lesquelles ces décisions si difficiles se prennent vraiment. Mais au-delà de l’intérêt sociologique, ce livre a une autre qualité, celle de restituer l’humanité profonde qu’il y a non seulement à sauver la vie, mais aussi à donner la mort.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Carricaburu, « Anne Paillet, Sauver la vie, donner la mort. Une sociologie de l’éthique en réanimation néonatale », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 267-268.

Référence électronique

Danièle Carricaburu, « Anne Paillet, Sauver la vie, donner la mort. Une sociologie de l’éthique en réanimation néonatale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19247

Haut de page

Auteur

Danièle Carricaburu

GRIS, université de Rouen, rue Lavoisier, 76821 Mont-Saint-Aignan, France
daniele.carricaburu[at]univ-rouen.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals