Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Maria Malatesta, Professionisti e Gentiluomini. Storia delle professioni nell’Europa contemporanea

Einaudi, Turin, 2006 (399 p.)
Séverine Sofio
p. 268-270
Référence(s) :

Maria Malatesta, Professionisti e Gentiluomini. Storia delle professioni nell’Europa contemporanea, Einaudi, Turin, 2006, 399 p.

Texte intégral

1C’est une vaste histoire sociale comparée des professions intellectuelles dans quatre pays (Italie, France, Grande-Bretagne et Allemagne) de la fin du xviiie siècle à nos jours que propose, dans son dernier ouvrage, Maria Malatesta, professeur à l’université de Bologne, spécialiste reconnue de l’histoire du genre et des « professionisti » (littéralement, les « professionnels », les « experts »), concept qu’elle s’emploie ici à définir avec précision dans l’introduction. Les professions qui font l’objet de son étude (en l’occurrence, l’ensemble des professions juridiques, médicales, économiques ou managériales et de l’ingénierie scientifique et technique) présentent, en effet, trois caractéristiques essentielles que l’auteur met au centre de son analyse : elles requièrent un diplôme universitaire de haut niveau, sont règlementées par l’État et par des associations ou des ordres ayant une fonction de représentation et de contrôle et, surtout, ont fourni pendant deux siècles « l’ossature des classes dirigeantes nationales » (p. 9).

2Maria Malatesta consacre ainsi sa première partie à l’enseignement supérieur, dont elle montre le rôle d’interface entre les professions intellectuelles et l’État, puisqu’il s’agit bien du lieu où s’est le plus nettement illustré le rapport de force entre ces deux entités largement interdépendantes aux intérêts parfois divergents. Parce que les États-nations en construction avaient besoin d’élites politiques et de cadres dirigeants, les premières ont su, au cours des xixe et xxe siècles, faire pression sur le second pour obtenir sa reconnaissance, sa protection, en même temps qu’une certaine autonomie pour le contrôle des voies d’accès et le monopole sur leur champ d’activité. Les États, quant à eux, ont pu imposer un certain nombre de reconfigurations des systèmes professionnels, en fonction, soit de leurs besoins (notamment, comme le montre l’auteur, sous les régimes totalitaires), soit, plus récemment, d’impératifs internationaux – comme c’est le cas actuellement avec les recommandations de l’Union européenne concernant la féminisation.

3Privilégiant une approche sociohistorique centrée sur les discontinuités et les ruptures d’équilibre à une analyse plus strictement sociologique, Maria Malatesta considère donc un à un ces systèmes professionnels dans une perspective toujours diachronique, afin de mettre en évidence non seulement leurs caractéristiques historiques et structurelles (hiérarchies internes, division du travail, évolutions institutionnelles, mutations du statut social et symbolique, etc.), mais surtout les résistances ou les adaptations internes suscitées dans (et par) les moments de crise. Enfin, parce que l’évolution des professions intellectuelles a accompagné – en y contribuant parfois directement – la plupart des bouleversement sociopolitiques européens (structuration des États-nations, industrialisation, construction de l’État-providence...), l’auteur prend le parti de comparer systématiquement entre eux les différents contextes nationaux pour chacun des secteurs envisagés. Ainsi, si divers qu’aient été les chemins politiques et institutionnels empruntés par les professions intellectuelles dans ces quatre pays, pour arriver à la situation présente, caractérisée par les tentatives uniformisatrices de l’Union européenne et la nécessaire recherche d’un nouvel équilibre entre service public et marché, Maria Malatesta parvient à montrer la force des influences transnationales et la fréquence – quoique selon des temporalités différentes – des réactions comparables au sein de chaque système professionnel.

4Après cette présentation, riche en détails historiques, de l’évolution des systèmes professionnels et des contextes nationaux singuliers, l’auteur consacre son sixième chapitre au « problème » de l’arrivée des femmes dans ces professions de prestige, qui se sont construites sur le modèle du « club de gentilshommes » (p. 288). La volonté de Maria Malatesta d’envisager la féminisation sous l’angle de la « crise d’identité », qu’elle a impliquée (et implique encore !) pour l’ensemble de ces professions intellectuelles à peu près au même moment dans tous les pays d’Europe, justifie son choix d’y consacrer spécifiquement une partie dans son étude. Elle montre ainsi que la féminisation s’est à chaque fois réalisée en deux étapes : il fallait d’abord, en effet, pour les pionnières, conquérir le droit d’investir l’espace de l’enseignement supérieur (première étape elle-même conditionnée par leur accès – très variable d’un pays à l’autre – à l’enseignement secondaire) avant de surmonter les obstacles propres à l’accès aux professions elles-mêmes. Maria Malatesta constate alors que, quel que soit le pays considéré, les professions résistent d’autant plus et d’autant « mieux » à la féminisation qu’elles sont plus anciennement structurées et institutionnalisées. De même, la résistance d’une profession est d’autant plus forte que les dispositions perçues comme indispensables à son exercice relèvent de qualités « viriles » et que les inévitables entraves culturelles à la féminisation se trouvent appuyées et renforcées par des aspects plus strictement organisationnels. Toute la démonstration de cette partie est ainsi structurée sur l’opposition, clairement démontrée, entre le droit et la médecine sur ce point.

5Deux petits reproches pourraient cependant être faits : l’un lié à la densité de l’ouvrage, l’autre aux choix éditoriaux. La profusion de détails érudits, qui reste une grande qualité de ce travail, a malheureusement parfois tendance à « perdre » le lecteur et dissout quelque peu la force démonstratrice de la démarche comparative. Peut-être une synthèse, en fin d’ouvrage, aurait-elle été utile ? Enfin, si on ne peut qu’apprécier la richesse d’une bibliographie de 40 pages, rassemblant des références (notamment italiennes) peu connues en France, on peut regretter, pour une étude d’une telle envergure, l’absence d’un index thématique qui aurait permis un usage plus pratique de l’ouvrage, pour les étudiants notamment, en permettant d’aller y « piocher » selon les besoins : gageons que ce petit défaut sera réparé dans l’édition française – car on ne peut qu’espérer une traduction rapide d’un livre qui deviendra, sans nul doute, une référence incontournable de l’histoire sociale des professions intellectuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Sofio, « Maria Malatesta, Professionisti e Gentiluomini. Storia delle professioni nell’Europa contemporanea », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 268-270.

Référence électronique

Séverine Sofio, « Maria Malatesta, Professionisti e Gentiluomini. Storia delle professioni nell’Europa contemporanea », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19257

Haut de page

Auteur

Séverine Sofio

EHESS (CMH-équipe ETT), université Paris-1, Panthéon-Sorbonne, 19, rue de Wattignies, 75012 Paris
severinesofio[at]yahoo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals