Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Frédéric Ocqueteau, Mais qui donc dirige la police ? Sociologie des commissaires

Armand Colin, Paris, 2006 (318 p.)
Thomas Le Bianic
p. 270-272
Référence(s) :

Frédéric Ocqueteau, Mais qui donc dirige la police ? Sociologie des commissaires, Armand Colin, Paris, 2006, 318 p.

Texte intégral

1Les commissaires de police ont longtemps été absents des recherches sociologiques, et ce, tout d’abord, au sein des deux courants de recherche qui auraient pu les constituer en objet d’étude : la sociologie de la police et la sociologie des élites administratives. Du côté de la sociologie de la police, les travaux précurseurs de Dominique Monjardet, nourris d’une tradition de sociologie du travail, ont privilégié une sociologie de l’activité policière aux échelons subalternes. Cette approche, qui mettait l’accent sur la capacité de régulation autonome des agents de police, s’est peu intéressée à la hiérarchie policière en tant que telle. Quant à la sociologie des élites administratives, elle est longtemps restée obnubilée par le modèle des « grands corps » — dont ne font pas à proprement parler partie les commissaires de police —reproduisant ainsi dans ses propres travaux une hiérarchie de prestige, durablement inscrite dans la morphologie de l’administration française.

2C’est donc un champ de recherches relativement inédit qu’aborde Frédéric Ocqueteau dans cet ouvrage. Il le fait d’une manière particulièrement convaincante, tant par la connaissance très fine du terrain, qu’il a acquise au terme de longues années de recherche, que par la méthodologie employée et le solide appareil théorique mobilisé (emprunté à la sociologie des professions et des politiques publique principalement).

3L’ouvrage, composé de dix chapitres, relativement indépendants, s’organise en trois grandes parties. La première décrit la réalité du travail de commissaire aujourd’hui. Cette entrée en matière permet de montrer la diversité des cultures professionnelles, qui oppose trois polices : celle de sécurité publique (dédiée à la prévention de la délinquance et au maintien de l’ordre), la police judiciaire (qui agit en tant qu’auxiliaire de la justice) et la sûreté publique (couverte, principalement par les renseignements généraux). On est frappé de voir à quel point les carrières des commissaires se déroulent dans des filières étroitement balisées, ces derniers devenant de véritables spécialistes de leur domaine. La deuxième partie décrit les traits saillants du statut de commissaire et sa défense corporative au travers des associations qui composent le paysage professionnel. La dernière partie, enfin, étudie l’impact des transformations récentes de l’action publique (police de proximité, montée de l’évaluation et des canons du « nouveau management public ») sur l’identité professionnelle des commissaires.

4L’ouvrage donne une large place à la parole des commissaires eux-mêmes, sous la forme d’extraits d’entretiens ou de récits de vie. Le matériau empirique est constitué d’une soixantaine d’entretiens auprès de commissaires, d’une observation participante réalisée lors d’un stage à l’École nationale supérieure de police (décrite dans le chapitre 1) et du dépouillement de littérature professionnelle et syndicale. Au plan théorique, l’approche s’inspire de la sociologie des professions de Claude Dubar, attentive aux diverses formes d’aménagement entre les « dimensions objectives » du métier et les « trajectoires subjectives » des individus. L’auteur part de l’hypothèse que la profession de commissaire constituerait un univers moins homogène et moins clos qu’auparavant, laissant place à l’expression de discours moins convenus.

5Bien qu’il soit difficile de dégager de l’ouvrage une thèse clairement affirmée, il ressort de sa lecture le sentiment du profond malaise qui traverse aujourd’hui ce groupe professionnel aux frontières et au destin incertain. Ce malaise est d’abord dû au fait que la profession se voit progressivement vidée de son contenu « par le haut » et « par le bas ». Par le bas, en raison de l’inexorable montée du corps des officiers de police (lieutenants, capitaines et commandants), dont le poids numérique (2000 commissaires pour 15 000 officiers et 115 000 agents et gradés) s’est accru depuis l’intégration des inspecteurs de police en son sein en 1995. Historiquement, la scission entre commissaires et officiers de police est due à l’attribution de missions différentes : missions de commandement et de maintien de l’ordre pour les officiers (autrefois appelés « officiers de paix »), missions plus généralistes et de représentation auprès des diverses autorités (préfets, maires.. .) pour les commissaires. Un compromis a, semble-t-il, été trouvé dans la loi de 1995, qui définit le corps des commissaires comme un corps de « conception et de direction » et celui des officiers de police comme un corps « d’encadrement et de commandement ». Mais cette loi a aussi contribué à isoler les commissaires de leurs équipes, en les confinant à un rôle de « technocrate » coupé des réalités du terrain. L’image d’un commissaire-bureaucrate, rivé à ses indicateurs statistiques, semble donc supplanter celle du « meneur d’hommes » qui, à l’instar de Maigret, n’existe plus que dans une mythologie nourrie des récits autobiographiques des commissaires eux-mêmes (chapitre 4).

6Malgré l’endossement de ce nouveau rôle, les commissaires ne peuvent pourtant pas aspirer à devenir de véritables « technocrates » et à assurer leurs missions d’une façon pleinement autonome. Lorsqu’une réforme d’ampleur est engagée, comme celle de la police de proximité du gouvernement Jospin, longuement décrite dans les trois derniers chapitres de l’ouvrage, les commissaires la subissent bien plus qu’ils n’en définissent le contenu. En raison de leur caractère très sensible, les politiques de sécurité publique sont le plus souvent décidées par le pouvoir politique ou au cabinet du ministre de l’Intérieur, dominé par les préfets et administrateurs civils. Au niveau local, les commissaires sont sous la coupe très étroite du préfet, qui évalue leurs performances. Autre signe de l’isolement du corps : les voies de sortie sont étroites. Hormis les promotions (assez rares) dans le corps préfectoral ou des administrateurs civils, seule une petite fraction des commissaires peut aspirer à occuper des emplois de haut fonctionnaire, en tant que contrôleur général ou inspecteur général (5 % des commissaires en activité).

7L’ouvrage dessine donc, par touches successives, le portrait d’une profession écartelée entre un pôle « opérationnel », qui consacrerait le rôle des commissaires en tant qu’animateurs d’équipes et véritables experts de la sécurité et un pôle « technocratique », qui en ferait les interlocuteurs privilégiés du pouvoir politique et les investirait d’une autonomie dans la définition des orientations politiques des missions de la police. Situé dans cet entre-deux, le corps semble bien voué à être ce « colosse aux pieds d’argile » qu’évoque l’auteur en conclusion. Même si les tensions actuelles sont bien informées, on regrette l’absence de dimension historique, qui aurait permis de mieux mettre en perspective les raisons profondes de cette fragilité structurelle.

8Au final, on peut saluer le projet de l’auteur, qui est de nous livrer un portrait tout en nuance du commissaire de police aujourd’hui. Bien loin des figures mythiques de la littérature, mais aussi des images simplificatrices qui ne voient dans les commissaires que le bras armé du pouvoir politique, dépourvu de capacité critique. L’un des résultats les plus passionnants de ce voyage aux sommets de la police aura été de montrer combien ont été nuancées les attitudes des commissaires face au tournant de 2002, qui consacra l’abandon de la police de proximité. Nombre de commissaires s’étaient engagés de plain-pied dans cette réforme, par opportunisme ou réelle conviction. Elle leur a, en tout cas, permis de prendre conscience de la nécessité d’une plus grande ouverture de leur institution sur son environnement, l’action publique, en matière de sécurité, ne pouvant plus être le fait d’une seule institution (fût-elle dotée du « monopole de la violence légitime »), mais requérant la mise en synergie d’acteurs multiples. C’est peut-être parce que les commissaires avaient vu une nouvelle opportunité dans ce rôle de coordinateur ou d’intermédiaire de l’action publique de sécurité au niveau local que le tournant politique de 2002 a paradoxalement fragilisé leur position, en dépit d’un discours politique, a priori, soucieux de revaloriser la spécificité de l’action policière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Le Bianic, « Frédéric Ocqueteau, Mais qui donc dirige la police ? Sociologie des commissaires », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 270-272.

Référence électronique

Thomas Le Bianic, « Frédéric Ocqueteau, Mais qui donc dirige la police ? Sociologie des commissaires », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19271

Haut de page

Auteur

Thomas Le Bianic

CERSO, université Paris-Dauphine, place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 75775 Paris cedex 16, France
lebianic[at]dauphine.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals