Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dominique Cardon et Jean-Philippe Heurtin, Chorégraphier la générosité. Le Téléthon, le don, la critique

Economica, Paris, 2016, 224 p.
Christophe Traïni
Référence(s) :

Dominique Cardon et Jean-Philippe Heurtin, Chorégraphier la générosité. Le Téléthon, le don, la critique, Economica, Paris, 2016, 224 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Télévision, Handicap
Haut de page

Texte intégral

1Organisé par l’Association française de lutte contre la myopathie, et par la chaîne télévisuelle France 2, le Téléthon constitue, depuis trente ans maintenant, l’une des collectes de dons les plus importantes au monde. Cette générosité spectaculaire est méthodiquement mise en scène par des professionnels des médias et du marketing humanitaire à travers un dispositif télévisuel de plus de trente heures qui alterne appels au don, chansons, témoignages de malades, reportages, interviews de chercheurs, sans oublier de très nombreux duplex avec les régions françaises. Partout sur le territoire, en effet, le Téléthon donne lieu à l’organisation de challenges au cours desquels d’innombrables acteurs et associations, la « force T » (« T » pour « Terrain »), rivalisent d’ingéniosité afin de faire valoir leur contribution originale à la dynamique collective de l’événement : chaînes humaines symbolisant la solidarité, spectacles de groupes folkloriques ou de danseurs hip hop, sportifs s’activant tout au long du programme, pâtissiers confectionnant un pithiviers de 150 mètres de long, vente de 2 km 200 de saucisses de Morteau, etc. Dans de telles conditions, on comprend aisément que le Téléthon ait pu régulièrement faire l’objet de sarcasmes, voire de critiques virulentes dénonçant, pour les uns le ridicule d’une foire à la bienveillance ostentatoire, pour les autres l’obscénité d’une instrumentalisation des malades visant à collecter massivement de l’argent. Pourtant, cette distance critique, loin d’être parvenue à remettre en cause l’organisation annuelle du Téléthon, a plutôt constitué l’une des tensions internes qui, selon Dominique Cardon et Jean-Philippe Heurtin, caractérisent le déploiement de cette manifestation de solidarité collective peu commune. À l’encontre de toute lecture réductrice, en effet, les auteurs s’appliquent à mettre au jour la complexité du phénomène. Pour ce faire, ils mobilisent un impressionnant corpus de données qui leur permet de croiser plusieurs entrées empiriques et perspectives analytiques complémentaires. Ainsi, l’observation ethnographique rend remarquablement compte des procédures et savoir-faire dont dépend le contrôle, parfois difficile, de la machinerie du Téléthon. Pour sa part, l’analyse des courbes des appels téléphoniques des promesses de dons, rapportée à la succession des séquences composant le programme télévisuel, permet de mettre en exergue l’une des propriétés les plus performatives de ce dispositif qui vise à susciter les dons des téléspectateurs : « le programme anticipe l’économie attentionnelle de son téléspectateur-donateur idéal. Tantôt, il cherche à attirer l’attention afin de maximiser l’audience, tantôt il la relâche afin d’aménager des respirations propices à l’accomplissement du don » (p. 95). Enfin, le dernier volet de l’enquête est composé d’une ethnographie de la réception du Téléthon basée sur la retranscription d’enregistrements réalisés auprès de 61 groupes de téléspectateurs regardant et commentant l’une des soirées phares de l’édition de 1996. Collecté avec l’aide d’étudiants, ce corpus inédit s’avère très riche en information et permet d’étayer certains des éléments d’analyse les plus éclairants de l’ouvrage. D’une part, il permet de dégager quatre types d’attitudes conversationnelles à l’égard du Téléthon (engagé, pragmatique, critique, ironique) qui restituent les multiples formes d’appropriations, résistances et critiques dont les téléspectateurs peuvent faire preuve. D’autre part, un questionnaire administré à la fin de la soirée offre l’opportunité d’identifier quatre postures individuelles à l’égard de l’émission auprès de 186 téléspectateurs : les fidèles, les favorables, les hostiles, les indifférents. Au bout du compte, ce sont les correspondances imparfaites entre ces deux typologies qui incitent les auteurs à proposer une lecture plus fine de la plasticité des trajectoires de coordination entre les téléspectateurs et le programme : les mêmes personnes, en effet, peuvent activer successivement différentes grammaires interprétatives de l’événement.

2Autant dire que l’intérêt de l’ouvrage ne se résume pas à la seule qualité des descriptions empiriques des différents sites d’observation du Téléthon. Les auteurs proposent, en effet, de multiples interprétations théoriques des ressorts des engagements qui s’organisent autour du dispositif télévisuel (et souvent le débordent). Ils mettent, par exemple, remarquablement en exergue l’imbrication dynamique de réflexivité et d’engagement sensible qui étreint la plus grande part des acteurs et téléspectateurs du Téléthon. Bien plus encore, ils rendent compte de l’économie émotionnelle qui conduit un grand nombre de Français à donner en dépit de leur distance critique à l’égard de la machinerie télévisuelle. À vrai dire, cette économie émotionnelle se compose de deux volets bien distincts que le Téléthon articule de manière très étroite. D’un côté, elle repose sur un mode de perception des malades qui, à l’opposé de la classique grammaire de la pitié, célèbre une résilience exemplaire qui oblige les bien-portants à se joindre à l’extraordinaire force de vie manifestée : « à travers leurs dons monétaires, les téléspectateurs ne donnent pas aux malades, mais ils leur rendent des remerciements pour leur avoir donné du courage » (p. 11). De l’autre côté, cette économie émotionnelle repose sur l’exaltation continue de l’enthousiasme, c’est-à-dire de cette forme d’excitation spécifique qui résulte du fait de participer à une action collective (« Tous ensemble ! Tous ensemble ! »). Forts de ces multiples analyses complémentaires, D. Cardon et J.-P. Heurtin suggèrent alors d’envisager le Téléthon à l’aune de la figure du « don cérémoniel » au cours duquel, selon Marcel Mauss, « la société prend », tandis que les hommes prennent conscience des interdépendances qui les lient les uns aux autres : la machinerie Téléthon « permet, en effet, aux individus et aux groupes qui se solidarisent de se manifester mutuellement les liens qui les unissent au-delà du programme télévisé » (p. 15).

3À cette montée en généralité théorique, certes, certains lecteurs sourcilleux auraient sans doute préféré un débat plus frontal avec d’autres perspectives de recherche forcément concernées par l’objet de l’étude. On pourrait regretter, par exemple, que les auteurs n’aient pas souhaité dialoguer avec l’analyse processuelle des mobilisations dès lors qu’elle interroge les rapports entre, d’une part les formes et les intensités variables des engagements et, d’autre part, les dispositions que les individus doivent à leurs histoires sociales respectives. De fait, les différentes attitudes à l’égard du Téléthon apparaissent ici intrinsèquement et indéfiniment interchangeables quels que soient les individus. En définitive, la profondeur historique accordée à l’analyse de la machinerie Téléthon n’est jamais concédée aux sensibilités individuelles qui semblent alors perpétuellement s’inventer dans un présent strictement borné par le programme télévisé. Quoi qu’il en soit, on aura compris que la densité empirique peu commune de l’ouvrage est susceptible d’ouvrir la voie à de nombreuses et stimulantes réflexions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Traïni, « Dominique Cardon et Jean-Philippe Heurtin, Chorégraphier la générosité. Le Téléthon, le don, la critique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1928

Haut de page

Auteur

Christophe Traïni

Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence
25, rue Gaston de Saporta, 13625 Aix-en-Provence, France
christophe.traini[at]sciencespo-aix.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals