Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nancy Wang Yuen, Reel Inequality: Hollywood Actors and Racism

Rutgers University Press, New Brunswick, 2016, 224 p.
Violaine Roussel
Référence(s) :

Nancy Wang Yuen, Reel Inequality: Hollywood Actors and Racism, Rutgers University Press, New Brunswick, 2016, 224 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Abordant une question à laquelle la mobilisation « OscarSoWhite » a récemment donné une visibilité accrue, Nancy Wang Yuen présente, dans Reel Inequality, les résultats de son travail de doctorat sur le « racisme d’Hollywood ». À partir d’une enquête par entretiens menés principalement auprès d’acteurs et actrices, l’autrice se propose de rendre raison de l’expérience du racisme dans ce monde professionnel — question d’autant plus importante que peu de travaux l’ont véritablement et systématiquement explorée jusqu’ici. L’ambition de ce livre est non seulement d’objectiver la sous-représentation des professionnels « de couleur » à l’écran comme en coulisses à Hollywood, mais aussi d’expliquer ces inégalités d’accès au métier et de carrière et les formes de stigmatisation qui les accompagnent, en dévoilant les processus structurels à l’œuvre. Si l’ouvrage tient largement ses promesses sur le premier front, il déçoit en revanche sur le second.

2Les données rassemblées dans le premier chapitre chiffrent la sous-représentation des acteurs de couleur dans les œuvres de cinéma et de télévision, tout particulièrement concernant les premiers rôles et les productions à gros budget (ils tiennent par exemple 16,7 % des premiers rôles au cinéma, pour 37,4 % de personnes non blanches dans la population aux États-Unis en 2013). Cette situation se retrouve dans les coulisses d’Hollywood chez les réalisateurs et scénaristes, mais aussi du côté des cadres des chaînes et des studios, des agents et des directeurs de casting. Le deuxième chapitre propose d’expliquer cette situation par le colorblind racism d’Hollywood — concept forgé par Eduardo Bonilla-Silva (2003) —, un racisme que l’argument de la valorisation du talent comme unique critère de sélection permet de dénier et de légitimer. Les troisième et quatrième chapitres portent sur les stéréotypes raciaux auxquels les acteurs de couleur sont régulièrement confrontés (dans les rôles incarnés, les histoires racontées, les expériences de casting et de tournage) et sur le « traumatisme émotionnel » associé à l’appartenance à cet « environnement professionnel hostile » (p. 74). Les chapitres 5 et 6 sont consacrés à la manière dont les acteurs gèrent la stigmatisation dont ils sont victimes, émotionnellement et stratégiquement, y compris aux tactiques qu’ils déploient pour répondre au racisme rencontré en tentant de subvertir les stéréotypes attachés à certains rôles ou d’obtenir des modifications de scénarios, ou en s’engageant entre membres d’une même « communauté raciale » dans des projets concernant spécifiquement le vécu et les problèmes de ce groupe. Le chapitre final assume une ambition directement engagée : l’autrice y présente ses recommandations pour faire échec au racisme d’Hollywood.

3Les éléments d’objectivation présentés au début de l’ouvrage sont précieux, et il est sans l’ombre d’un doute pertinent d’interroger cette situation concernant un univers professionnel qui professe son caractère progressiste et dans lequel des politiques de discrimination positive ont justement été entreprises ces dernières années. Pourtant, on reste sur sa faim quant à l’analyse des logiques structurelles qui président à ce paradoxe. Tout d’abord, on voudrait en savoir plus sur les profils et les trajectoires sociales des enquêtés : la catégorisation ethno-raciale dominante aux États-Unis (African-American, Latina ou Latino, Asian-American, White), qui agglomère des situations et des autodéfinitions hétérogènes, sert ici de cadre et de filtre à l’analyse de tous les propos et de toutes les situations, à l’exclusion de leur mise en regard de différences socio-économiques — les divisions de genre n’étant évoquées que ponctuellement. Les mécanismes complexes de production des perceptions des discriminations et les stratégies variées de gestion des stigmates déployées par les intéressés sont de ce fait rabattus sur une logique mono-causale simplifiée : la race entendue comme appartenance à l’une des catégories ci-dessus.

4Ensuite, on peine à saisir en quoi et comment la structure du jeu professionnel d’Hollywood détermine la reproduction des inégalités d’entrée et de carrière dans la profession d’acteur. Même si le livre parle à juste raison de la place en coulisses des professionnels du casting et des agents, « Hollywood » fait largement figure de sujet au singulier tout au long de l’ouvrage. Considérer les divisions internes de ce système d’activités (notamment celle qui sépare les acteurs et les logiques de « Big Hollywood » et ceux de « Little Hollywood », selon les termes de Robert Faulkner, 1983) permettrait de mieux saisir la pluralité des configurations et donc des positionnements des protagonistes. Il s’agit aussi d’un jeu qui impose aux insiders des normes et conventions par rapport auxquelles la lecture des expériences et situations en termes raciaux est plus ou moins permise et aisée. Si certaines de ces normes sont universalistes (telle la croyance dans le « talent » et la « qualité »), d’autres relèvent de logiques en affinité avec les catégorisations ethno-raciales standard : l’idée que des publics racialement spécifiques forment des segments de marché en expansion, désireux de consommer des films ou des séries parlant de leur « communauté », a ainsi présidé au développement de projets favorisant le recrutement d’acteurs de couleur. Ces normes déterminent la manière dont les questions de diversité apparaissent aux participants et dont les « bonnes solutions » sont définies par eux. Elles renvoient aux pratiques de « racial realism » que John Skrentny (2013) a identifiées notamment dans l’industrie du divertissement. Le « racisme structurel » d’Hollywood tel que le livre le saisit fait en réalité largement l’impasse sur ces structures professionnelles qui conduisent à la (re)production des inégalités et à l’expérience de la stigmatisation, le plus souvent sans intentions racistes.

5Enfin, on peut regretter que le livre ne mette pas davantage en son cœur une analyse de l’effet des mobilisations et du rôle des organisations de défense des personnes de couleur. Le livre récent de Michèle Lamont et al. (2016) sur l’expérience des discriminations, dont l’une des forces est précisément de ne pas préjuger des contours des groupes et des modes d’identification des individus stigmatisés, pointe ainsi l’importance des conditions structurelles des mobilisations antiracistes, lesquelles présupposent en particulier l’existence d’organisations appelant à la mobilisation. C’est dans tous les cas à saisir les logiques complexes des inégalités professionnelles liées à la perception de la « race » que le livre de N. Wang Yuen nous invite finalement, en posant une première pierre dans cette direction.

Haut de page

Bibliographie

Bonilla-Silva, E., 2003, Racism without Racists: Color-Blind Racism and the Persistence of Racial Inequality in the United States, Rowman & Littlefield, Lanham.

Faulkner, R.R., 1983, Music on Demand: Composers and Careers in the Hollywood Film Industry, Transaction Publishers, New Brunswick & London.

Lamont, M., Moraes Silva, G., Welburn, J.S., Guetzkow, J., Mizrachi, N., Herzog, H., Reis, E., 2016, Getting Respect: Responding to Stigma and Discrimination in the United States, Brazil, and Israel, Princeton University Press, Princeton.

Skrentny, J.D., 2013, After Civil Rights: Racial Realism in the New American Workplace, Princeton Universiy Press, Princeton.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violaine Roussel, « Nancy Wang Yuen, Reel Inequality: Hollywood Actors and Racism », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1932

Haut de page

Auteur

Violaine Roussel

Université Paris 8 & CRESPPA-LabToP
59-61, rue Pouchet, 75017 Paris, France
vroussel[at]univ-paris8.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals