Navigation – Plan du site
Travail et cognition II

Travail et théories de l’activité : vers des workspace studies ?

Introduction
Anni Borzeix et Franck Cochoy
p. 273-286

Texte intégral

1Où en est l’étude de la cognition au travail ? En 1994, Sociologie du travail publiait un numéro intitulé « Travail et cognition ». Ce numéro avait pour ambition d’attirer l’attention sur les aspects indissociablement situés, cognitifs, technicisés et collectifs de la réalisation du travail, et sur les principales approches disponibles à l’époque pour en traiter (Sociologie du travail, 1994a). Ces études, parfois rassemblées sous l’étiquette commode de la « cognition distribuée », souvent portées par des chercheurs œuvrant hors des frontières (géographiques et disciplinaires) de la sociologie du travail française, venaient transformer, et nos façons de penser, et nos raisons d’analyser le travail « réel ». Transformer ? Certains diront élargir, d’autres diront réduire ; les deux interprétations sont évidemment possibles. Transformer quoi ? Nos façons de penser et nos raisons d’analyser le travail peut-être plus, et en tout cas autant, que nos méthodes, d’où les réserves critiques, malentendus et autres incompréhensions suscités : des recherches trop minutieuses, trop subtiles, trop étroitement localisées, qui privilégieraient l’activité au détriment du labour, qui évacueraient l’homme, son agir et sa peine au profit des objets, qui oublieraient l’explication au nom de la description, préfèreraient la situation à la généralisation, flirteraient avec ce cousin non fréquentable que sont les sciences cognitives, donneraient prise à des usages sociaux contestables parce que trop directement opératoires et, enfin, des recherches qui auraient perdu toute portée critique ou politique.

  • 1 « Activités de travail, le terme étant entendu de manière extensive, non réductible au travail de p (...)
  • 2 Mais pas le seul, loin de là. La plupart des auteurs de ce numéro se réclamaient en effet d’autres (...)
  • 3 « L’apport des articles de ce numéro est de contribuer à repenser le travail et, ce faisant, d’aide (...)

2L’accent, dans ce numéro de 1994 toujours, était mis de façon explicite sur le travail « comme activité1 ». Celle-ci était étudiée pour elle-même, en quelque sorte, plus que pour ce que le travail pouvait nous apprendre sur la société ou sur les communautés humaines formées « à son occasion » (Friedmann, 1959). La question du « comment » l’emportait assurément sur celle du « pourquoi », sur celle du produit ou des effets sociaux engendrés. C’est en effet à des traditions plus ethnographiques que sociohistoriques que les articles avaient recours pour saisir ce travail « en acte » ou encore tel qu’il « se fait ». On y insistait par exemple sur le fait que loin de se réduire à l’exécution de plans (Suchmann, 1987), à des représentations abstraites des tâches à accomplir, ces activités s’appuient largement sur les dispositifs et autres « artefacts cognitifs » à portée ; autrement dit, que la performance cognitive – problème central si l’on s’intéresse au comment – ne repose pas uniquement sur un ensemble de représentations mentales, mais mobilise au contraire un large répertoire d’appuis matériels distribués dans l’environnement de travail. Tel était l’un des apports théoriques importants2 livrés par ce numéro. Mais cet enseignement valait bien au-delà, on le voit, de l’horizon dessiné par les seules recherches sur le travail. Si celui-ci n’est qu’une forme parmi d’autres de l’activité humaine, alors la sociologie du travail doit engager le dialogue avec, d’un côté, la sociologie de l’action et, de l’autre côté, les sciences cognitives. Tel était aussi l’un des enjeux de ce numéro. Ajoutons, pour compléter un peu ce rappel historique sur l’ouverture pluridisciplinaire de la revue, que les contributions publiées la même année dans un volume hors série de la revue intitulé Les énigmes du travail faisaient appel à des réflexions d’économistes, d’ergonomes, de gestionnaires, de psychologues et de linguistiques pour « re-penser » le travail3.

3Depuis, cette orientation de recherche a largement inspiré (ou rejoint) d’autres enquêtes, au point de renouveler la manière de rendre compte des activités professionnelles. Certains travaux publiés dans Sociologie du travail après 1994 ont ainsi mis l’accent sur les formes de solidarités techniques qui soutiennent les collectifs de travail (Dodier, 1997), exploré la façon dont les dispositifs scripturaux (Grosjean et Lacoste, 1998) et plus généralement la foule des « objets intermédiaires » (Jeantet, 1998) équipent la coordination entre professionnels, montré que dans les médias la production résulte moins de la mobilisation de schémas d’organisation préalables que de la combinaison en temps réel de ressources sociales et matérielles (Glevarec, 1999), souligné à quel point certaines activités, comme la conduite des chantiers, reposent de plus en plus sur des formes d’organisation moins verticales et hiérarchiques que transversales et réticulaires, où le pilotage par les outils l’emporte sur la direction par les plans (Guffond et Leconte, 2001). De telles analyses conduisent notamment à remettre en cause la dichotomie classique entre travail « prescrit » et travail « réel », pour s’intéresser plutôt aux formes d’une « prescription ordinaire », c’est-à-dire aux acteurs, aux artefacts et aux activités qui contribuent ensemble à inscrire les règles dans l’action (Denis, 2007). D’autres dichotomies classiques sont aussi fragilisées dans la foulée : cette perspective vaut en effet aussi bien pour les activités manuelles qu’intellectuelles, les plus rustiques comme les plus savantes, les plus concrètes comme les plus abstraites.

4La modification du regard est bien sûr indissociable de la transformation des terrains. La coordination des actions au travail devient un phénomène plus fuyant, plus difficile que jamais à saisir, bien qu’indispensable à promouvoir, sous l’effet des nouvelles formes d’organisation de la production moins « tayloriennes », distribuées, horizontales, en étoile, en réseau... Ces changements affectent notre société postindustrielle de façon parfois massive, parfois discrète ou dispersée.

5On pense notamment à l’instabilité continue des formes d’encadrement, à la part croissante de la flexibilité et de l’autonomie, de la transversalité et de la réactivité dans les modes d’engagement au travail, à la généralisation du travail « par projets » et la prolifération des outils de gestion, à l’intégration des fonctions dans l’entreprise sous l’effet de l’orientation–client, à l’extension des services, notamment sous la forme des centres d’appel ou à la généralisation massive des technologies de l’information et de la communication. Ces organisations « distribuées » et non plus planifiées (Dodier, 1995) sont gourmandes en connaissances et en apprentissages (Lorino et Teulier, 2005 ; Gherardi, 2006) et requièrent une nouvelle définition plus « cognitive » de la production, des organisations « apprenantes » ; elles impliquent aussi une collaboration élargie entre entités non hiérarchiques et hétérogènes (hommes, machines, outils de gestion) (Paradeise, 2003). Elles appellent en miroir une coordination plus « distribuée » des activités, elle aussi, plus distante, plus immatérielle, moins contrôlable (Cziarnawska, 2004), plus sauvage, pour paraphraser E. Hutchins qui parle, lui, de cognition « in the wild ». Si la production matérielle ne disparaît pas, elle se délocalise, et les nouvelles formes de partage entre production et exécution ainsi que l’avènement d’une « organisation en réseau » placent au premier plan la question de la coordination plus ou moins distante des actions (Veltz, 2001).

  • 4 Telles étaient les questions débattues lors d’un colloque international « Artefact et collectifs » (...)

6Sous l’effet de cet ensemble de transformations, les lieux du travail, traditionnellement clos et relativement stables, tel l’atelier d’autrefois ou, plus près de nous, les centres de régulation du trafic (Joseph, 1994) ou le navire de guerre (Hutchins, 1995), connaissent en effet une ouverture, une reconfiguration et un éclatement croissants. De quelles innovations théoriques et catégories d’analyse dispose-t-on pour saisir les effets de telles mutations sur les univers concrets de travail et sur les opérations cognitives qui y prennent place4 ? Les nouveaux objets qui s’insèrent dans (qui équipent ou qui enserrent) le travail relèvent-ils uniquement de la catégorie de l’artefact cognitif ? Et que signifie travailler avec et sur des abstractions ? Au-delà de la seule cognition, n’est-ce pas le travail lui-même, et au-delà, les capacités relationnelles et morales des opérateurs, qui se trouvent de plus en plus distribués ? Que se passe-t-il quand le centre se dérobe ? C’est à ce genre de question que tente de répondre le présent numéro.

7Son objectif est de faire connaître certains développements récents du modèle de la cognition distribuée, et de discuter sa capacité à rendre compte des dimensions sociales et collectives de la cognition en situation de travail. Jusqu’où peut-on « socialiser » la distribution cognitive des activités ? De façon plus prospective et au-delà du seul modèle en question, il s’agira de tester empiriquement la fécondité heuristique de cette notion de distribution lorsqu’on lui redonne une épaisseur plus nettement sociologique. Cela suppose au préalable de restituer au travail, face à cette distribution élargie, sa double dimension « d’acte technique et de lien social » (Pillon et Vatin, 2007), car cette modification du regard évoquée à l’instant peut aussi s’interpréter non comme une dissolution dangereuse de la discipline mais comme la reprise, réactualisée, d’une tradition navilienne longtemps recouverte par l’influence intellectuelle de G. Friedmann. Si l’on est assez loin dans les recherches qui suivent des perspectives ouvertes par le travail « en miettes » (Friedmann, 1956) et de ses effets humains et sociaux, on est assez proche, en revanche, de certaines des interrogations impulsées par P. Naville à partir de son enquête sur l’automation (Naville, 1963) – son esquisse d’une « sémiotique industrielle » (chapitre 10) en est un bon exemple, et pas seulement en raison de « la minutie » des faits qu’il défend pour décrire l’acte technique et qui risquent « d’accabler » le lecteur par leur aridité (Naville, 1961). D’après lui, l’autonomie du travail humain face à celle de la machine à l’ère de l’automation des années 1950 est porteuse de nouvelles aliénations et de promesses libératoires. On pourrait en dire autant de la toile aujourd’hui. Et comme à l’époque de P. Naville, des analyses minutieuses sont nécessaires dès lors que l’on cherche à savoir comment cet objet technique d’un nouveau genre affecte le travail humain. Il s’agit alors de s’intéresser par exemple autant à « ce qui se distribue » qu’aux enjeux sociaux de cette distribution : aux dimensions incarnées et collectives de la distribution, aux modalités interprofessionnelles et institutionnelles de la coordination, en étudiant la réticulation spontanée des tâches dispersées, en montrant que les artefacts permettent d’agréger des communautés élargies et de produire des connaissances, en soulignant que leur inscription dans l’action fait l’objet d’un usage et d’un design réflexifs de la part des travailleurs.

8Du point de vue théorique, de nombreuses perspectives sont venues ces dernières années rejoindre, enrichir, hybrider, compléter mais aussi discuter ou critiquer le modèle de la cognition distribuée. Ces avancées sont trop nombreuses et trop diverses pour que nous puissions en rendre compte de façon systématique et détaillée dans le cadre d’un seul numéro. Ceci dit, 15 ans après le numéro de 1994, la présente livraison constitue bien une suite.

  • 5 La « théorie de l’activité » se développe surtout en Russie et en Scandinavie à partir des travaux (...)

9Une suite dont l’ambition n’est plus seulement de faire état de la nouveauté – « d’attirer l’attention » sur des recherches et des approches théoriques venues d’ailleurs – mais de voir en quoi et à quoi cette « nouveauté » a servi. De donner à voir, concrètement, comment celle-ci a été (ou n’a pas été) mise à profit. Les contributions rassemblées ici peuvent toutes prétendre, chacune à sa manière, apporter réponse à ces questions. Les unes en tentant de dépasser ces modèles ou d’en trouver de meilleurs, les autres en cherchant à mettre ces paradigmes à l’épreuve, à les compléter ou à les prolonger. Mais pour toutes, l’horizon théorique esquissé ici constitue une base et un langage de référence partagé. Une suite plus franco-française qu’ouverte à des auteurs étrangers, comme l’était le numéro de 1994 : un seul article traduit cette fois. La greffe a pris et une production française de qualité existe désormais qu’il s’agit de faire connaître, de faire vivre et de mettre en discussion. Signe de vitalité, voire de créativité, celle-ci serait même tentée de voler de ses propres ailes, de prendre ses distances avec les idées des promoteurs, d’inventer assez librement ses propres mixtures théoriques. Une suite enfin qui entend non seulement ouvrir le spectre des « écoles » de pensée disponibles – la nouvelle fenêtre s’appelle cette fois les « théories de l’activité », courant qui n’était pas présent dans le numéro de 19945 – mais qui souhaite aussi « faire le point », donner une forme à ce spectre. En l’occurrence, la forme retenue est simple : c’est celle d’un « carré ».

10La contribution de C. Licoppe qui introduit ce numéro est une mise en ordre fort utile. Elle présente, puis croise de façon synthétique les quatre grandes familles théoriques – la cognition distribuée, la théorie de l’activité, les travaux issus de l’ethnométhodologie dont les workplace studies et la sociologie des sciences et des techniques – que l’on a le plus de chances de rencontrer aujourd’hui lorsqu’on fréquente ce domaine de la recherche, et auxquelles se réfèrent plus ou moins implicitement et complètement les autres contributions. Cette cartographie se double d’une présentation des principales différences et tensions qui les animent. Chacun des articles ici réunis viendra donc poursuivre, compléter ou nuancer à sa façon ce repérage liminaire.

11La notion de distribution avait ouvert un espace entre l’unité de lieu, de temps et d’action qui caractérise souvent les workplace studies, et les approches plus systémiques de l’activité, en insistant sur la circulation des formats informationnels. Mais cette ouverture était restée limitée, du fait du caractère relativement circonscrit des terrains emblématiques retenus par cette perspective (des salles de régulation, le cockpit d’un avion de ligne, un bateau de guerre, etc.). Avec les transformations actuelles des contextes de travail et le développement des technologies de communication, il est nécessaire d’échancrer encore un peu cette ouverture, en soulignant qu’elle est porteuse d’au moins trois enjeux.

12Le premier enjeu est celui de l’articulation des activités de travail entre des contextes proches et des contextes distants, et des modes de circulation de l’activité entre des sites spatialement distribués. De plus en plus, le travail s’effectue sinon « hors les murs », du moins à l’interface des frontières organisationnelles, à travers diverses « fenêtres » – au guichet (Weller, 1999), sur le seuil de la boutique (Canu et Mallard, 2006), depuis des écrans (Knorr Cetina et Bruegger, 2000) – soit parce qu’il s’agit de monter des projets associant des acteurs issus souvent de mondes sociaux différents, soit parce qu’une part croissante de l’activité professionnelle consiste à gérer le contact avec les publics (clients, usagers, patients, etc.).

13Le deuxième enjeu est celui du renouvellement des formes et du rôle des dispositifs techniques qui interviennent dans la cognition et la coordination des tâches. Dans la théorie fondatrice de E. Hutchins, c’était bien les artefacts qui donnaient à la notion de « cognition distribuée » toute sa valeur heuristique (Hutchins, 1994). Mais le peuple des artefacts ne s’est-il pas enrichi et renouvelé, et cet enrichissement et ce renouvellement n’appellent-il pas ipso facto une mise à jour des modes d’analyse ? De plus en plus, le travail est médié par des artefacts d’un nouveau genre comme Internet et le web 2,0 (cf. infra), les progiciels de gestion, les forums de discussion et les bases de connaissance, les « systèmes organisateurs d’échanges » que l’on trouve en particulier du côté du marché – algorithmes (Muniesa, 2005), logiciels d’échange électronique (Beuscart, 2002), systèmes d’enchères (Licoppe et Picard, 2005) et autres « technologies sociales d’appariement » (Steiner, 2008) – mais aussi des objets plus classiques et discrets comme des « dossiers papier » ou des présentations Powerpoint (Yates et Orlikowski, 2007). Ces types d’artefacts aident ou obligent à « dé- » ou « resituer » le travail, à l’ouvrir, à le décentrer, à le « dépersonnaliser ». Il s’agit non plus seulement d’artefacts « à portée » de chaque opérateur, mais aussi d’artefacts relationnels circulant dans le réseau, de plates-formes techniques et de protocoles distants servant d’instrument de coordination, voire d’innovation.

14Enfin, le dernier enjeu découle des transformations induites par les deux autres. Face à un travail qui s’affranchit des cadres et des temporalités les plus classiques de l’action professionnelle (l’atelier, le bureau, l’organisation...), face à des objets qui ne se limitent plus au rôle de simples « supports » ou « cadres » de l’action, mais qui sont capables de connecter des acteurs distants, de contribuer activement à l’amélioration des échanges et parfois d’agir par eux-mêmes au risque de « déborder » les opérateurs, on est paradoxalement amené à s’interroger moins sur la dimension « technicisée » que sur la part « sociale » du travail distribué. En effet, les nouveaux artefacts relationnels accroissent les échanges, la créativité mais aussi la réflexivité et parfois l’inquiétude des opérateurs confrontés à cette nouvelle donne technique terriblement agile et « aidante », mais aussi, le plus souvent, assez hermétique et difficile à maîtriser. Un tel enjeu pose la question de « ce(ux) » qui distribue(nt) (l’agency agissante) et de « ce » qui est distribué ou se redistribue (la « chose » distribuée) à savoir, dans nos articles, non plus la cognition comme dans le modèle original de E. Hutchins (1994, 1995), mais – pour le dire vite – l’écoute (C. Licoppe), l’« orientation » (A. Bidet), l’attention (C. Datchary), la responsabilité et le contrôle (Y. Engeström), des traces (C. Roth), la discussion (B. Conein et M. Latapy).

15Ce sont précisément ces trois enjeux qu’abordent les articles du numéro. Ces articles proposent, chacun à sa façon et dans des proportions différentes, d’étendre la « scène » ou le lieu du travail à des espaces multiples, changeants, hétérogènes et connectés, peuplés d’objets nouveaux contribuant puissamment à cette extension, comme s’il s’agissait – pour risquer les jeux de mots que nos collègues anglophones ne manqueraient pas de formuler – de passer de la cognition in the wild de E. Hutchins à une analyse de la cognition in the wide ou encore de glisser des workplace studies aux workspace studies, bref de prendre en compte, au-delà de la relative unité qui caractérisait autrefois les lieux de travail et de contrôle, l’ouverture de l’action et les formats d’engagement pluriels qui caractérisent le travail en réseaux ou en « nœud » qui se développent aujourd’hui – en anglais, on parlerait de work-nets et de work-knots, (cf. infra Y. Engeström). À partir de ces situations de travail ouvertes et fortement « équipées » en artefacts relationnels, les auteurs esquissent de nouvelles questions et cadres d’analyse propres à en rendre compte et contribuent, ce faisant, à déplacer/élargir les perspectives offertes par les différents angles du « carré de l’activité » qui introduit ce numéro. Ils tracent ainsi des pistes pour surmonter ou plutôt dépasser les tensions évoquées entre familles théoriques et nous donnent les moyens de comprendre sous un nouveau jour certaines mutations contemporaines des activités humaines.

16L’article d’Y. Engeström qui ouvre ce numéro, après l’article introductif de C. Licoppe, présente clairement les ressources intellectuelles, les terrains et les enjeux possibles d’un tel renouvellement. Si l’auteur part de la « théorie de l’activité », c’est pour la faire évoluer à l’épreuve de nouvelles configurations de travail qu’il propose d’appeler knotworking, ou « travail en nœud ». Cette notion entend cerner la nécessaire coopération d’acteurs hétérogènes qui se fait jour autour d’enjeux plus ou moins ponctuels (la gestion d’un malade en crise ou le suivi d’un patient dans l’univers de la santé). Les situations de knotworking se distinguent de l’organisation classique, dans la mesure où l’action ne peut plus s’appuyer ici sur la mobilisation d’un « centre » ou d’un « plan » préalables. Mais ces situations ne se confondent pas pour autant avec le travail en réseau (networking), dans la mesure où les structures relationnelles dont il est question ici sont beaucoup plus flexibles et éphémères que celles dont traitent les spécialistes des réseaux sociaux. Loin de se limiter à une description très fine des particularités, des promesses et des difficultés du travail en nœud, cette enquête propose un véritable changement de perspective. D’ordinaire, lorsqu’on rapporte les situations de travail à l’expression d’un cadre et d’un projet « centraux », on est amené à considérer l’environnement extérieur comme un ensemble de ressources, de contraintes ou de perturbations potentiellement centrifuges, qu’il s’agit alors de canaliser et de domestiquer. Mais en situation de knotworking, nous dit Y. Engeström, « le centre se dérobe » ; on ne peut plus envisager le travail comme l’expression d’un schéma et d’un programme prédéfinis. Pourtant, cette carence du centre nous donne une chance de renverser la perspective, de faire de l’organisation non plus le point de départ, mais l’objet même et le résultat de l’activité, à condition toutefois d’apporter deux précisions. D’une part, les formes organisationnelles qui constituent l’horizon du mouvement de knotworking sont bien différentes de celles qui l’ont précédé : il s’agit non pas de structures verticales et stables, mais de structures latérales et malléables qui se déploient et se reconfigurent de façon permanente. D’autre part, ces nouvelles structures, loin de se substituer aux anciennes, s’en nourrissent et les alimentent en retour. Ces deux traits du « knotworking » sont consubstantiels à la métaphore du mycorhize retenue par l’auteur, puisqu’il s’agit d’un champignon filamenteux (c’est-à-dire, une structure latérale « flexible » et « ouverte ») qui vit en symbiose avec les racines de certaines plantes (dont la conformation est au contraire « arborescente », stable et à bords nets). En proposant de décrire et de suivre ces nouvelles formes « mycorhiziennes » sinon d’organisation, du moins de déploiement et d’articulation du travail, Y. Engeström rejoint l’effort esquissé par B. Latour (1994) et consistant à retracer le chemin qui relie des situations « ancrées », « cadrées », « situées » ou « indexicalisées » (comme disent les ethnométhodologues) aux transformations contemporaines, « globalisées » et largement macrosociales de l’activité. En effet, le potentiel analytique d’une sociologie du « knotworking », loin de se limiter au domaine de la sociologie de la santé décrit par l’auteur, semble particulièrement adapté à la saisie des scènes plus nouvelles dans lesquelles les usagers participent eux-mêmes à la production (von Hippel, 2002) comme dans les industries du jeu vidéo (Zabban, 2007) ou du logiciel libre ; plus généralement, la sociologie du « knotworking » devrait s’imposer pour la saisie d’un monde où la scène principale où se déploie le travail n’est plus tant l’institution que l’interface entre l’organisation, d’une part, et le public ou le marché, d’autre part – ces dernières sphères « publiques » ou « marchandes » comprennent non seulement les consommateurs, les citoyens ou les usagers « finaux », mais aussi les autres entreprises ou institutions, dès lors qu’elles interviennent en tant qu’utilisateurs, acheteurs, clients, partenaires, etc. (Yates, 2006).

17On rejoint ici les nouveaux terrains du travail « massivement et extensivement distribués » de la coopération à distance entre acteurs n’ayant pas forcément ni de lien d’interconnaissance, ni de rapports institutionnels entre eux, auxquels s’attachent B. Conein et M. Latapy, d’une part, et C. Roth, d’autre part.

18B. Conein et M. Latapy s’intéressent à une forme de distribution réticulée (socialement) et organisée (techniquement) puisqu’ils étudient la façon dont se structurent les échanges (entre des internautes férus d’informatique) sur une liste de discussion spécialisée (sur Internet). Cette recherche qui s’appuie sur une étude quantitative de la population des « fils de discussion » (suite d’interventions et de répliques sur un même sujet qui prennent place sur cette liste) débouche au final sur une importante extension de la notion de distribution. L’extension est double : d’une part, dans le cas étudié, la distribution est « massive », puisqu’elle concerne une population extrêmement dispersée et ouverte entre acteurs souvent anonymes ; d’autre part, la distribution est « totale » : la cognition est certes encore située, mais en un sens différent, puisqu’elle se localise autour d’un fil et non dans un lieu. Cette double particularité nous invite à laisser de côté les classiques « artefacts de contrôle » (qui visent à « cadrer » l’accomplissement d’une tâche) pour découvrir ce que l’on pourrait nommer des « artefacts épistémiques ». Avec de tels artefacts, le cognitif retrouve son sens créatif : il concerne non pas l’exécution d’un plan, mais le soutien d’un processus de diffusion d’informations et de développement de connaissances. Le processus est bien celui d’une canalisation des échanges, avec la délégation de leur organisation auprès d’un dispositif subtil d’enregistrement et d’ordonnancement des fils. Avec la liste de discussion, non seulement toutes les interventions se trouvent conservées, regroupées, ordonnées et indexées, mais surtout ce système de mise en ordre d’échanges a priori « libres » entre participants organise le collectif, distribue subtilement, sans recours ni à l’autorité ni à un centre, les places des novices et des experts, sélectionne la parole de ceux qui échangent tout en régulant la présence des autres qui, en restant silencieux, acquiescent et permettent à l’échange de se poursuivre. B. Latour (1989) avait, pour justifier l’intervention des « porte-paroles » en matière de représentation de la nature, noté très justement qu’écouter directement une foule ne permettra jamais d’entendre autre chose que du bruit. Or, avec la liste, ce que dit la foule devient aussi lisible, mais cette fois sans l’intervention de porte-paroles, sans synthèse, sans « administration », sans « hiérarchie ». On découvre donc ici une forme d’organisation ascendante et technicisée très originale du débat public qui, loin de se limiter aux communautés ultraspécialisées des milieux informatiques, est aujourd’hui reprise comme procédure de consultation lors de l’élaboration de normes internationales par des institutions publiques ou privées. C’est ce que montre bien par exemple la mise au point des normes comptables IAS : la méthode suivie consiste à mettre en ligne les projets de normes et à inviter toutes les parties intéressées à réagir, de façon à ce que ces commentaires soient progressivement intégrés dans la mise au point du référentiel (Martin, 2005). Avec de tels terrains et de telles procédures de « distribution organisée » ou « d’organisation distribuée » du travail collectif, on est bien loin des microprocessus homme–tâche soutenus par des objets qui avaient à l’origine soutenu la notion de distribution ; on va au-delà des tâches simples pour toucher désormais à l’action collective, à la gestion des connaissances et à leur création, autour et avec les artefacts, ou plutôt en partant d’eux. Enfin, ces artefacts ne sont plus seulement cognitifs mais communicationnels et sociaux ; ils aident non seulement la personne, mais aussi le groupe et révèlent donc, pour reprendre l’expression des auteurs, la « dimension sociale de la cognition distribuée ».

19C. Roth poursuit ce retravail et cet élargissement de la notion de cognition distribuée. Comme les deux auteurs précédents, il situe la notion de distribution non plus aux niveaux de l’agent ou de la situation, mais de l’ensemble des personnes qui interagissent autour d’une même tâche cognitive. Le terrain abordé concerne lui aussi une production de connaissances très largement distribuée, puisque l’auteur aborde la façon dont une communauté de scientifiques dispersés à l’échelle internationale parviennent, malgré tout, à faire converger et progresser un ensemble de connaissances, ici autour d’un poisson nommé zebrafish. Mais dans ce cas précis et pour la première fois, l’analyse tourne le dos aux interactions et à l’observation in situ des artefacts qui servent à les cadrer. Pour C. Roth, il s’agit de laisser de côté les artefacts et les interactions locales qui soutiennent la distribution d’une tâche cognitive collective, pour s’intéresser plutôt aux formes sociales qui émergent de cette distribution et qui l’accompagnent à la fois. L’originalité de l’enquête consiste en effet à proposer de tracer un pont entre analyses de la cognition distribuée et sociologie des réseaux sociaux. Grâce à la mise au jour et surtout grâce à l’analyse longitudinale des structures relationnelles hybrides qui rassemblent des chercheurs autour d’objets et de questions de recherche (Callon, 2001), l’auteur parvient à montrer que les échanges décentralisés constitutifs du réseau font émerger de proche en proche des structures de référence permanentes, certes distinctes des formes d’organisation hiérarchique classiques, mais néanmoins susceptibles de fournir aux chercheurs des repères stables pour identifier les thématiques et les groupes de spécialistes pertinents, alors même que les thèmes de recherche comme l’identité des chercheurs se renouvellent constamment. Au final, cette mise au jour des soubassements « lattitiels » de l’action apporte une contribution paradoxale aux analyses de la cognition distribuée. A priori, on pourrait penser que le travail de l’auteur est complètement étranger à cette tradition, tant il néglige la texture concrète des artefacts et les plis locaux des interactions. Mais en portant son attention ailleurs, du côté des structures relationnelles et de la communauté qu’elles rassemblent, C. Roth nous permet de voir plus précisément, d’une part, quelles sont les entités qui sont distribuées (auteurs, objets de recherche, articles, mots clés.. .) et comment elles le sont et, d’autre part, de découvrir que le réseau lui-même ainsi formé joue lui-aussi le rôle d’artefact cognitif, en complément des dispositifs plus étroitement situés auxquels on avait tendance à limiter l’analyse faute d’une méthodologie susceptible de nous fournir une vue d’ensemble.

20Mais les pistes nouvelles n’ont-elles de pertinence que pour des terrains ouverts (tel le knotworking), des objets techniques innovants (telle la liste de discussion) ou des collectifs de travail échevelés (telle la communauté épistémique) ? Pas vraiment : les trois autres contributions rassemblées ici nous font comprendre que le même genre de processus et d’intuitions, que ces premiers terrains ont rendu particulièrement perceptibles, se retrouvent aussi localement dans des situations de travail plus classiquement circonscrites. Pour autant, l’analyse va cette fois se centrer moins sur les artefacts relationnels que sur la charge humaine des actions de travail « distribuées ».

21Certes, l’article d’A. Bidet semble a priori nous mettre à nouveau aux prises avec des objets techniques et même face à des objets surpuissants, puisqu’elle traite du travail de supervision du trafic téléphonique, c’est-à-dire d’une activité qui ne tient que grâce aux automates et aux écrans sans lesquels on ne pourrait « voir » les flux de communication et participer ainsi à l’effort de contrôle. Ces machines et leurs propriétés « dépassent » largement les personnes et leurs capacités : non seulement elles vont plus loin et plus vite que les opérateurs, mais elles savent agir et même se réparer sans attendre. Pourtant et paradoxalement, la prise en compte de tels objets et des hommes qui leur font face renoue avec une interrogation centrale sur le travail et l’organisation. La salle de supervision est à la fois un lieu clos, un centre, une organisation, mais aussi une « agence » toute entière tournée vers l’extérieur, engagée dans une activité de contrôle de flux incertains, analogue au « travail relationnel » qui se déploie dans tous les autres secteurs de la vie professionnelle, du côté de la « relation de service » (Gadrey, 1994) ou du « travail marchand » (Cochoy et Dubuisson-Quellier, 2000). Avec la supervision, l’ouverture de l’organisation sur l’espace se double d’une ouverture dans le temps : la surveillance des télécommunications est tournée vers la maîtrise d’un univers dynamique et instable, dans la mesure où le trafic téléphonique est à la fois un effet d’agrégation d’une infinité de communications a priori hors contrôle et dans la mesure où les moyens matériels mais aussi sociaux visant à maîtriser cet effet sont en reconfiguration permanente (l’entreprise de communication accueille des innovations techniques et subit des réorganisations incessantes qui n’épargnent bien sûr pas la supervision). Or l’ambition d’A. Bidet est de nous montrer que pour rendre compte d’un tel univers, on ne peut se satisfaire ni de l’analyse classique des organisations, avec son univers de règles et de jeux stratégiques trop délimités, ni de la cognition distribuée ou de l’action située, avec son répertoire d’artefacts cognitifs ou de ressources contextuelles généralement « passifs » et toujours « à portée ». Il s’agit pour elle d’envisager moins la forme de la distribution – la délégation très large de la charge mentale associée à la gestion des flux auprès des machines – que ses conséquences, dont (surtout) le risque permanent de « débordement » des capacités cognitives des opérateurs par des « objets en action ». Loin de nous plonger dans une problématique inconnue, cette situation nous ramène au contraire vers les préoccupations « fondatrices » de la sociologie du travail : on retrouve ici la vieille crainte friedmannienne d’un homme ne maîtrisant plus son œuvre (Friedmann, 1968) et plus encore l’ancienne fascination navillienne pour la production fluide et les machines automatiques qui viennent l’une et l’autre contraindre les opérateurs à se plier au mouvement continu du flux de production (Naville, 1963). Pour autant, ces préoccupations classiques se prolongent cette fois avec l’inquiétude d’un opérateur « désorienté » distinguant mal entre les signes que lui renvoie un « monde–écran » ou engagé dans une activité de maintenance qui ne l’attend pas : face à un système qui « s’autodémerde », la distribution des tâches et des places entre les hommes et les techniques devient moins une solution qu’une énigme. Mais la présence de cette énigme et du souci qu’elle génère redonnent paradoxalement la première place à la subjectivité des opérateurs humains, sous la forme d’un travail réflexif d’identification et de sélection des éléments qui importent, d’un effort d’évaluation de l’effet des interventions techniques, d’une activité de production de schémas interprétatifs censés permettre de se « représenter » et donc de « comprendre » le système d’ensemble. Les deux activités qui se dégagent de ce travail, celle du « guet » et celle de l’« exploration », témoignent toutes deux de cet engagement cognitif dans le flux du trafic. Plus précisément, la première fait écho à l’inquiétude des opérateurs face aux possibles débordements, tandis que la seconde renvoie à l’incertitude et à l’activité réflexive qu’elle suscite. L’étude des guetteurs et des explorateurs du réseau « socialise » ainsi la distribution de deux manières : d’une part, elle montre que les modes d’engagement sont différents selon les personnels, faisant glisser l’écologie perceptive d’une anthropologie assez générique de l’activité à une sociologie de l’usage différencié des artefacts ; d’autre part, elle insiste sur le modèle réflexif dans lequel la cognition distribuée se trouve enchâssée ; les artefacts font ici l’objet d’une appropriation des acteurs, d’un usage stratégique, voire politique, prolongeant du côté des services le mouvement d’« intellectualisation de la production » que P. Veltz avait repéré il y a plus de 20 ans (Veltz, 1986).

22Tout comme A. Bidet, C. Datchary s’intéresse, elle-aussi – et même plus encore – au débordement, mais à une forme de débordement cette fois beaucoup plus sociale que technique. L’auteur aborde en effet des situations où les acteurs sont submergés par une série de tâches qu’il leur faut accomplir simultanément et dans un temps très court, sous la pression ici encore du rythme et des injonctions imposées par le « pôle marchand », dans le cadre d’entreprises dont le métier consiste à organiser des événements (les cas analysés sont ceux de l’organisation de voyages sportifs et de congrès médicaux). Ces situations, que C. Datchary propose de rassembler sous le terme de dispersion, relèvent en quelque sorte d’une « surdistribution » du travail sur les opérateurs humains que les dispositifs techniques ne parviennent plus cette fois à relayer ou à alléger. Dans de tels contextes, l’éparpillement du travail concerne autant chaque agent que le collectif qu’ils forment tous ensemble. Pour surmonter ces difficultés, les acteurs doivent s’engager dans un double travail de coordination, avec eux-mêmes et avec autrui. Ainsi, de même que le réseau formé par les acteurs et les connaissances fonctionne tel un artefact cognitif de second ordre dans les communautés épistémiques de C. Roth, dans les terrains de C. Datchary le collectif de travail intervient comme un support généralisé et socialisé, qui dérive des personnes et des outils disponibles. Cet artefact social facilite la circulation et la réallocation très rapides des tâches entre opérateurs, de sorte qu’ils parviennent à accomplir collectivement cette tâche d’ensemble dont la multitude des déclinaisons particulières les déborde individuellement. L’enjeu de cette sociologie de la dispersion est clairement de nous fournir des outils qui nous permettent d’analyser des situations où « le plan se dérobe », pour paraphraser Y. Engeström. « Les nouveaux impératifs d’ouverture et de flexibilité » font en effet échec au plan ; travailler dans le cadre des missions marchandes, c’est non plus inventer de façon autonome les règles susceptibles de réaliser les objectifs consignés dans un plan, mais plutôt ordonner le désordre, partager et rattraper les difficultés, « improviser » (comme chez Y. Engeström) et « explorer » (comme chez A. Bidet) le monde pour faire émerger de proche en proche des solutions convergentes. Dans de telles situations, le plan n’a de pertinence que lorsqu’il se retrouve non plus du côté des conditions de l’action mais de ses résultats, par exemple sous la forme de ces « plans de tables » que l’agence Médicom doit produire ! Alors que les paradigmes de la cognition distribuée ou située s’intéressaient au passage du plan à l’action, en restituant les artefacts cognitifs (Norman, 1993) ou les appuis contextuels propres à le soutenir (Suchman, 1987), on pourrait dire que le modèle de la dispersion analyse l’accomplissement des tâches plus en aval, au-delà de leur « distribution » initiale, en s’intéressant au « travail d’articulation » qui suit et prolonge l’action, afin de prendre en compte et de surmonter la fragmentation, l’éparpillement et la juxtaposition qui naissent de l’engagement des activités. Le passage de la séquence « plan–action » à la séquence suivante « action–articulation » a pour avantage de replacer plus nettement l’ethnographie des activités au cœur du paradigme du travail : cette fois en effet, c’est surtout la gestion des « événements » professionnels, beaucoup plus que le rôle de supports cognitifs dans le cours de l’action, qui sont interrogés ; on s’intéresse alors moins aux artefacts ou aux opérations mentales des opérateurs singuliers qu’au travail collectif que les acteurs mettent en œuvre pour redonner de la cohérence et sans doute aussi du sens à leurs actions.

  • 6 C. Licoppe souligne explicitement ce point dans la revue de littérature qui ouvre ce numéro.

23Cette question du sens des actions inhérentes aux activités de travail distribuées occupe plus particulièrement C. Licoppe. À partir d’une ethnographie du « travail d’écoute » dans un centre d’appel pour personnes en détresse, ce dernier s’interroge sur la possibilité de pousser plus loin encore l’élargissement et la « socialisation » de la distribution. Il examine en effet la possible distribution non plus de tâches rationnelles ou computationnelles, mais d’activités proprement morales, engageant le partage d’expériences humaines particulières auprès du collectif des professionnels de l’écoute. L’idée consiste à montrer que le travail d’écoute ne repose pas uniquement sur la mobilisation singulière d’équipements techniques à portée – un téléphone, un dispositif d’enregistrement, un logiciel de messagerie, etc. – mais engage tout autant, et même davantage, la charge émotionnelle et compassionnelle des récits recueillis et leur partage au sein de la communauté humaine des écoutants. Dans le centre d’appel, c’est finalement l’écoute plus que la cognition qui se trouve distribuée ; c’est l’évaluation humaine partagée (discursive, réflexive et collective), beaucoup plus que l’appui des supports artefactuels qui vient soutenir l’activité cognitive des opérateurs. Mais C. Licoppe, loin de s’arrêter à l’identification d’une telle différence, s’interroge aussi sur ses raisons et ses conséquences. Ce souci l’amène à compléter en l’inversant l’extension du regard que C. Datchary portait sur la distribution, puisqu’il s’agit de s’intéresser cette fois à l’amont et non à l’aval, pour réfléchir aux conditions sociales qui président à la mise en œuvre de l’allocation cognitive des activités. C. Licoppe montre que les professionnels de l’écoute organisent de façon délibérée la distribution de leur activité, grâce à la mobilisation de supports écrits et grâce à l’organisation de séances collectives de restitution, articulant travail réflexif des écoutants et accompagnement expert des psychologues. Ce faisant, il propose un prolongement des recherches en cognition distribuée complémentaire vis-à-vis de celui esquissé par Y. Engeström : alors que ce dernier suggère d’introduire l’observation d’un « travail en nœuds » qui se déploie lorsque l’action planifiée n’est plus de mise, C. Licoppe entend revenir à l’analyse de l’action planifiée, mais à condition de la définir et de la regarder autrement : il s’agit désormais non pas de centrer l’analyse sur l’effectuation de tâches locales ou sur la coordination de plusieurs tâches, mais plutôt sur l’aménagement et le cadrage préalables de ces tâches et de cette coordination, grâce à l’attirail de l’entretien clinique et d’autres savoirs susceptibles de canaliser, de partager et de redistribuer le travail compassionnel. Cette perspective, qui vient rejoindre des débats récents sur l’usage pragmatique des sciences sociales (Perriaux, 1998), sur la capacité des milieux industriels à se nourrir de leur critique (Boltanski et Chiapello, 1999) ou bien encore sur la performativité des savoirs académiques comme outils de transformation du monde (Callon, 1998 ; 2007) rend hommage, tout en les dépassant, aux analyses de la cognition distribuée, puisqu’elle reconnaît leur validité tout en s’interrogeant justement sur leurs conditions de mise en pratique. L’artefact cognitif est ainsi une nouvelle fois redéfini et étendu. Ici en effet, le nouvel artefact n’est ni un outil ou un environnement matériel comme dans les travaux antérieurs, ni une forme ou un contenu social comme dans les communautés épistémiques, dans les équipes en proie à la dispersion, ou même dans le collectif des écoutants. L’artefact est plutôt les sciences humaines et sociales elles-mêmes (y compris les savoirs de la cognition distribuée6), qui prennent la forme d’un support cognitif hybride procédant d’une combinaison des deux autres. Notons que dans le cas traité la mobilisation d’un tel artefact, loin de renvoyer à des enjeux intellectuels abstraits, est au contraire chargée d’une très charnelle humanité : l’« équipement savant » de l’écoute ne se réduit pas à une instrumentation technique des conduites, mais place au premier plan l’articulation des expériences cognitives et le traitement collectif des retours d’expérience. Ici encore, tout est affaire de cadrage des débordements (Callon, 1997), mais ce qui déborde se situe cette fois du côté du contenu de ce qui circule, du sens et de l’émotion.

  • 7 D’autres travaux pionniers ont bien sûr posé les jalons d’un tel élargissement, notamment l’étude d (...)
  • 8 Cette attention pour les activités d’exploration rejoint la préoccupation des économistes néo-insti (...)
  • 9 Nous remercions D. Lorrain à qui nous devons cette remarque et ce développement.

24Sans doute, les travaux que nous avons réunis ne représentent en rien une école, mais rassemblent plutôt des recherches conduites dans des directions distinctes, par des auteurs dont ni les objets, ni les cadres d’analyse, ni les démarches de recherche ne sont superposables. C’est même ce qui fait l’intérêt du numéro. Mais ils ont en commun de proposer une série de pistes qui toutes proposent d’élargir dans des proportions et selon des voies diverses le paradigme de la distribution7 et, avec lui, le périmètre et peut-être le nombre d’angles du « carré » – du « polygone » ? – de l’activité : il s’agit d’ouvrir l’analyse à la saisie de situations ouvertes, « acentrées » ; d’étudier le social ou la morale qui se distribuent autant que la cognition ; d’envisager la communauté des intervenants, le collectif des opérateurs ou les savoirs engagés dans la maîtrise de l’interaction comme autant d’artefacts cognitifs d’un nouveau genre ; de prendre en compte l’activité exploratoire, inventive et réflexive qui se déploie lorsque les artefacts sont orientés vers le frayage plus que vers le cadrage des savoirs8 ou lorsque les informations et les tâches qui sont distribuées débordent et redonnent alors toute leur place à la créativité des personnes. Ces nouvelles perspectives proposent de passer de la cognition au travail distribués ; elles suggèrent de glisser d’une écopsychologie à une écosociologie des activités – mais à une sociologie elle-même élargie, non plus confinée à l’analyse de scènes closes et cadrées par des règles et dans des murs, mais ouverte sur la saisie d’enjeux sensibles (tels le stress, la souffrance, mais aussi l’entreprenariat, l’invention, la production des services) et sur le suivi de scènes et d’enjeux de travail sans bords, qui s’étendent au loin au gré des nœuds de l’activité ou des structures relationnelles. L’enjeu d’une telle sociologie est de nous donner des outils pour circuler des interactions locales aux transformations d’ensemble qui affectent nos sociétés contemporaines et de réfléchir in fine au renouvellement de « ce qui tient » ou « soutient » l’activité dans un monde de plus en plus mobile, hétérogène et flexible. En trouvant les moyens d’articuler le sens global et le micro- (voire le nano- !) sociologique, cette sociologie pourrait même ouvrir une fenêtre politique, en nous donnant les moyens d’appréhender à nouveau mais autrement les questions de domination. Dans le monde d’hier, la proximité des choses rendait visible les contradictions. Ces dernières sont aujourd’hui distancées (physiquement) et euphémisées (car les dispositifs techniques qui assistent l’acteur technicisent les choses, escamotent les enjeux et ôtent au réel toute sa charge de violence qui donnait prise aux acteurs dominés). Rendre visible cette évolution des choses où tout devient technique, lisse, neutre, évident et fatalement local (objectifs à atteindre, protocoles à suivre etc.), c’est donner les moyens aux acteurs comme aux sociologues de sortir de l’univers confiné des interactions situées pour prendre à nouveau un peu distance et redonner du sens politique au monde9.

25Au final, ces travaux nous fournissent les moyens de comprendre l’intérêt plus général de perspectives que l’on aurait pu croire au départ étroitement localisées et spécialisées. Ainsi, ces travaux ne sont pas des approches exotiques, qui tireraient la sociologie du travail hors de ses cadres d’analyse, ou l’enfermeraient dans l’étude de microprocessus plus ou moins anodins. Au contraire, ce sont des études qui nous fournissent des outils pour saisir les réalités contemporaines du travail, à la fois a-centriques, nouées ou maillées plus que structurées, largement outillées et intermédiées par la technique, situées (ou plutôt déployées) dans un espace professionnel qui ne se superpose plus avec l’intérieur des institutions – des études qui nous ramènent paradoxalement vers la tradition initiale de la sociologie française du travail, dans la mesure où elles renouent avec les intuitions des fondateurs de la discipline sur la nécessaire saisie du travail en acte et sur les transformations plus générales dans lequel il s’insère. Dont la question du sens du travail humain dans un monde de plus en plus fluide et technicisé.

Haut de page

Bibliographie

Beuscart, J.‑S., 2002. Les usagers de Napster, entre communauté et clientèle. Construction et régulation d’un collectif sociotechnique. Sociologie du travail 44 (4), 461–480.

Boltanski, L., Chiapello, È., 1999. Le Nouvel Esprit du Capitalisme. Gallimard, Paris.

Callon, M., 1997. Exploration des débordements et cadrage des interactions : la dynamique de l’expérimentation collective dans les forums hybrides. In: Séminaire du programme risques collectifs et situations de crise, Actes de la huitième séance, 12 juin, Paris, École nationale supérieure des mines de Paris, pp. 57–81.

Callon, M., 1998. Introduction: The Embeddedness of Economic Markets in Economics. In: Callon, M. (Ed.), The Laws of the Markets. Blackwell, Oxford, pp. 2–57.

Callon, M., 2001. Les méthodes d’analyse des grands nombres contribuent-elles à l’enrichissement de la sociologie du travail ? In: Pouchet, A. (Ed.), Sociologies du Travail : Quarante ans après. Elsevier, Paris, pp. 335–354.

Callon, M., 2007. What Does It Mean To Say That Economics Is Performative? Do Economics Make Markets? In: Mac-Kenzie, D., Muniesa, F., Siu, L. (Eds.), On The Performativity of Economics. Princeton University Press, Princeton, pp. 311–357.

Canu, R., Mallard, A., 2006. Que fait-on dans la boutique d’un opérateur de télécommunications ? Enquête ethnographique sur la mise en référence des biens marchands. Réseaux 24 (135–136), 161–192.

Cochoy, F., Dubuisson-Quellier, S., 2000. Introduction. L’étude des professionnels du marché : vers une sociologie du travail marchand. Sociologie du travail 42 (3), 359–368.

Denis, J., 2007. La prescription ordinaire. Circulation et énonciation des règles au travail. Sociologie du travail 49 (4), 96–513.

Dodier, N., 1995. Les Hommes et les Machines, la Conscience Collective dans les Sociétés Technicisées. Métailié, Paris.

Dodier, N., 1997. Réseaux socio-techniques et conscience du collectif. Sociologie du travail 39 (2), 131–148.

Friedmann, G., 1956. Le Travail en Miettes. Paris, Gallimard.

Friedmann, G., 1959. Quelques problèmes de la définition et ses limites. Sociologie du travail 1 (1), 1.

Friedmann, G., 1968. Problèmes Humains du Machinisme Industriel. Gallimard, Paris.

Gadrey, J., 1994. Les relations de service et l’analyse du travail des agents. Sociologie du travail 36 (3), 381–389.

Giere, R.N., 2002. Discussion Note: Distributed Cognition in Epistemic Cultures. Philosophy of Science 69, 1–8.

Gherardi, S., 2006. Organizational Knowledge: The Texture of Workplace Learning. Blackwell Publishing, Oxford, Malden, MA, Carlton.

Glevarec, H., 1999. Le travail à France Culture comme action située. Sociologie de la production radiophonique. Sociologie du travail 41 (3), 275–293.

Grosjean, M., Lacoste, M., 1998. L’oral et l’écrit dans les communications de travail ou les illusions du tout écrit. Sociologie du travail 40 (4), 439–461.

Guffond, J.‑L., Leconte, G., 2001. Le pilotage d’activités distribuées : le cas du chantier. Sociologie du travail 43 (2), 197–214.

von Hippel, E., 2002. Horizontal Innovation Networks–by and for users. MIT Sloan School of Management Working Paper No. 4366‑02, June, available at: http://web.mit.edu/evhippel/www/papers/UserInnovNetworksMgtSci.pdf.

Hutchins, E., 1994. Comment le cockpit se souvient de ses vitesses. Sociologie du travail 36 (4), 451–473.

Hutchins, E., 1995. Cognition in the Wild. MIT Press, Cambridge, MA.

Jeantet, A., 1998. Les objets intermédiaires dans la conception. Éléments pour une sociologie des processus de conception. Sociologie du travail 40 (3), 291–316.

Joseph, I., 1994. Attention distribuée et attention focalisée ; les protocoles de la coopération au PCC de la ligne A du RER. Sociologie du travail. Travail et cognition 36 (4), 563–586.

Knorr Cetina, K., 1999. Epistemic Cultures : How the Sciences Make Knowledge. Harvard University Press, Cambridge, MA.

Knorr Cetina, K., Bruegger, U., 2000. The Market as an Object of Attachment: Exploring Postsocial Relations in Financial Markets. Canadian Journal of Sociology 25 (2), 141–168.

Latour, B., 1989. La Science en Action. La Découverte, Paris.

Latour, B., 1994. Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité. Sociologie du travail 36 (4), 587–607.

Licoppe, C., Picard, M.‑A., 2005. Vente et enchères en ligne sur un même site internet : enjeux et conséquences du voisinage d’écran de deux modalités de mise en marché. Économie rurale 286–287, 71–88.

Lorino, P., Teulier, R. (Eds.), 2005. Entre connaissance et organisation : l’activité collective, L’entreprise face au défi de la connaissance, Colloque de Cerisy. La Découverte, Paris.

Martin, D., 2005. Un travail de mondialisation. L’écriture de la « juste valeur » comptable des entreprises. In: de Terssac, G., Filâtre, D. (Eds.), Les dynamiques intermédiaires au cœur de l’action publique. Octarès, Toulouse, pp. 225–234.

Muniesa, F., 2005. Contenir le marché : la transition de la criée à la cotation électronique à la Bourse de Paris. Sociologie du travail 47 (4), 485–501.

Naville, P. (Ed.), 1961. L’automation et le travail humain. Rapport d’enquête, CNRS.

Naville, P., 1963. Vers l’Automatisme Social ? Gallimard, Paris.

Norman, D.A., 1993. Les artefacts cognitifs. Raisons Pratiques, Les objets de l’action 4, 15–35.

North, D., 2008. Economics and Cognitive Science. JEL working paper, N01, O20, Social Science Research Network, available at: http://www.econ.iastate.edu/tesfatsi/North.EconCognition.pdf.

Paradeise, C., 2003. French Sociology of Work and Labor from Workshops to Labor Markets to Network Careers. Organization Studies 24 (4), 633–653.

Perriaux, A.‑S., 1998. Renault et les Sciences Sociales, 1948–1991. Seli Arslan, Paris.

Sociologie du travail, 1994a. Travail et cognition. Sociologie du travail 36 (4).

Sociologie du travail, 1994b. Les énigmes du travail. Sociologie du travail 36, hors série.

Steiner, Ph., 2008. Le marché comme arène et les technologies sociales d’appariement. Sciences de la société 73 (fév.), 41–60.

Pillon, T., Vatin, F., 2007. Traité de Sociologie du Travail. Octares, Toulouse.

Suchman, L., 1987. Plans and Situated Action: the Problem of Human-Machine Communication. Cambridge University Press, Cambridge.

Veltz, P., 1986. Informatisation des industries manufacturières et intellectualisation de la production. Sociologie du travail 28 (1), 5–19.

Veltz, P., 2001. Le Nouveau Monde Industriel. Gallimard, Paris.

Weller, J.‑M., 1999. L’État au Guichet. Desclée de Brouwer, Paris.

Yates, J., 2006. How Business Enterprises Use Technology: Extending the Demand-Side Turn. Enterprise & Society: The International Journal of Business History 7 (3), 422–455.

Yates, J., Orlikowski, W., 2007. The PowerPoint Presentation and Its Corollaries: How Genres Shape Communicative Action in Organizations. In: Zachry, M., Thralls, C. (Eds.), Communicative Practices in Workplaces and the Professions: Cultural Perspectives on the Regulation of Discourse and Organizations. Baywood Publishing, Amityville, NY.

Zabban, V., 2007. Jeux vidéo massivement multi-joueurs à univers persistant, les interactions éditeurs-joueurs dans la conception. Questions d’actualité : six débats entre chercheurs et acteurs, 3e journée scientifiques du LATTS, 19–20 mars 2007, université de Marne-la-Vallée, Marne-la-Vallée.

Haut de page

Notes

1 « Activités de travail, le terme étant entendu de manière extensive, non réductible au travail de production industrielle, ni au travail salarié, on y fréquentera aussi bien des ménagères que des médecins, des paysans, des pilotes que des aiguilleurs et même, comble de l’exotisme, quelques primates... » était-il précisé dans l’avant-propos d’Anni Borzeix (Sociologie du travail, 1994a).

2 Mais pas le seul, loin de là. La plupart des auteurs de ce numéro se réclamaient en effet d’autres sources théoriques : Aron Cicourel de la sociologie cognitive, Bruno Latour de la sociologie des sciences, Christian Heath et Paul Luff de l’ethnométhodologie, Isaac Joseph de la sociologie interactionniste gofmannienne, Geneviève Philippi et Jacques Theureau de l’ergonomie cognitive, Dominique Vellard d’une pragmatique cognitive.

3 « L’apport des articles de ce numéro est de contribuer à repenser le travail et, ce faisant, d’aider à renouveler le débat scientifique en la matière. Sociologie du travail entend bien continuer à alimenter la réflexion dans ce sens » écrivent Pierre Desmarez et Michel Freyssenet (Sociologie du travail, 1994b).

4 Telles étaient les questions débattues lors d’un colloque international « Artefact et collectifs » organisé en 2005 à Lyon par une communauté scientifique pluridisciplinaire où l’on trouve le réseau Langage et Travail (A. Borzeix, J. Boutet, B. Fraenkel et M. Grosjean), Y. Clot, professeur au CNAM et C. Licoppe, chercheur à Telecom Paris, avec le soutien du département STS du CNRS, des universités de Lyon-2 et de Montréal (Canada). Les familles théoriques présentes à Lyon sont celles que l’on retrouvera ici-même présentées dans l’article introductif de C. Licoppe sur « Le carré de l’activité ». Trois contributions importantes discutées lors de ce colloque (B. Conein, Y. Engestrom, et C. Licoppe) figurent dans le présent numéro.

5 La « théorie de l’activité » se développe surtout en Russie et en Scandinavie à partir des travaux de l’école de psychologie russe (A.N. Vygotsky et L. Leont’ev). L’activité y est définie par son objet, c’est-à-dire sa visée. C’est en psychologie, notamment parmi les psychologues de l’activité (P. Clot et Y. Béguin) et en sciences de l’organisation (P. Lorino et R. Teulier), plus qu’en sociologie que cette théorie s’est diffusée ces dernières années.

6 C. Licoppe souligne explicitement ce point dans la revue de littérature qui ouvre ce numéro.

7 D’autres travaux pionniers ont bien sûr posé les jalons d’un tel élargissement, notamment l’étude de K. Knorr Cetina de communautés scientifiques « postcommunautaires » dans lesquelles la production des savoirs procède du collectif, des expérimentations et des contenus eux-mêmes, beaucoup plus que de la mobilisation des contributions individuelles ou des artefacts (Knorr Cetina, 1999). Certains ont toutefois tenu à souligner que cette façon de voir, loin d’invalider le paradigme initial d’E. Hutchins, en constituerait au contraire une déclinaison particulière (Giere, 2002).

8 Cette attention pour les activités d’exploration rejoint la préoccupation des économistes néo-institutionnalistes, et notamment de D. North, pour les activités cognitives qui visent à surmonter l’incertitude et à donner sens au monde (cf. North, 2008). Que des chercheurs centrés sur des questions très macrosociales comme les néo-institutionnalistes et des sociologues partant de terrains très précis se rejoignent sur le thème de l’exploration cognitive du monde est un point qui mérite d’être souligné : une telle convergence montre que l’activité de décryptage des situations vise bien à raccorder des scènes locales d’activité à des systèmes de signification plus généraux susceptibles de leur donner sens.

9 Nous remercions D. Lorrain à qui nous devons cette remarque et ce développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anni Borzeix et Franck Cochoy, « Travail et théories de l’activité : vers des workspace studies ? », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 3 | 2008, 273-286.

Référence électronique

Anni Borzeix et Franck Cochoy, « Travail et théories de l’activité : vers des workspace studies ? », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 3 | Juillet-Septembre 2008, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19346 ; DOI : 10.4000/sdt.19346

Haut de page

Auteurs

Anni Borzeix

Centre de recherche en gestion de l’école polytechnique, 1, rue Descartes, 75005 Paris, France
Anni.Borzeix[at]shs.polytechnique.fr

Articles du même auteur

Franck Cochoy

CERTOP, maison de la recherche, bureau C 437, 5, allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex, France
cochoy[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals