Navigation – Plan du site
Travail et cognition II

Dans le « carré de l’activité » : perspectives internationales sur le travail et l’activité

In the “activity square”: International perspectives on labour, work and activity
Christian Licoppe
p. 287-302

Résumés

Cet article introductif vise à dessiner un espace particulier de recherches sur le travail tel qu’il se fait et qui caractérise la manière dont les ethnographies des situations de travail se développent sur le plan international. Cet espace est décrit comme un « carré », bordé par quatre perspectives : la cognition distribuée, la « théorie de l’activité », l’ethnométhodologie et les courants qui s’en inspirent et la sociologie des sciences et des techniques. Après avoir exposé leurs principes, l’article se donne pour objet de les confronter et de souligner les tensions et les différences qui se font jour entre elles sur plusieurs points critiques pour l’analyse des situations de travail : la manière de constituer des données de terrain, le rôle respectif des personnes et des choses, leur posture par rapport à la dialectique de la continuité et du changement. Il aborde enfin la manière dont le développement actuel des technologies d’information et de communication constitue un point d’entrée permettant de réinterroger ces différentes perspectives et de suggérer des débordements ou des reconfigurations possibles.

Haut de page

Texte intégral

1. Le travail tel qu’il se fait et la sociologie du travail

  • 1 Je voudrais remercier tout particulièrement Anni Borzeix et Franck Cochoy, pour leur soutien et leu (...)
  • 2 « [...] Il y avait quelque chose d’un peu schizophrénique dans notre vision du travail déqualifié : (...)

1Jusqu’aux années 1970, la sociologie du travail française s’est assez largement construite autour de l’analyse du travail dans les ateliers, abordé souvent avec une forte orientation critique1. Le travail ouvrier et l’organisation des tâches ont été le point de départ de nombreuses recherches empiriques dans le secteur industriel dans une perspective mi-marxiste mi-humaniste. L’atelier apparaît comme le microcosme des contradictions du capitalisme, et les recherches pointent le caractère réducteur et néfaste de la négation des habiletés individuelles et des formes de coopération ou de résistance collective qu’implique la rationalisation des tâches. La sociologie du travail s’attache dès lors au dévoilement des formes que prend l’autonomie des travailleurs. Le travail tel qu’il se fait est à cette époque rarement observé, rarement analysé ou problématisé pour lui-même2 : « son contour et ses conséquences » importent plus que son « contenu » (Borzeix, 2003).

2Les années 1980 sont marquées à la fois par le développement de la tertiarisation et le recul du travail ouvrier, parfois perçu à tort comme une dématérialisation plutôt que comme une transformation des médiations artefactuelles, et par la croissance du chômage, qui devient un phénomène durable. La sociologie du travail se déplace alors « du travail à l’emploi » (Tripier, 1991) et cherche à analyser les marchés du travail comme dispositifs concrets et enjeux de négociations collectives. La transformation des manières d’évaluer le travail, qui se marque par le basculement d’un modèle de la qualification à un modèle de la compétence (Paradeise et Lichtenberger, 2001), pose le problème de la visibilité, de la reconnaissance et de l’évaluation des compétences in situ. Ce basculement contribue à renouveler l’intérêt des sociologues pour le travail en tant qu’activité, à partir des années 1990 en particulier (Paradeise, 2003), et au développement des travaux qui incorporent une visée explicitement ethnographique en cherchant à « redonner une épaisseur pragmatique aux activités des opérateurs » (Dodier, 1995). Les sociologues revisitent alors les ateliers et les chaînes de montage (Hatzfeld, 2004 ; Rot, 2005), et ils étendent leurs terrains vers d’autres lieux et d’autres contextes, comme celui des activités de service (Jeannot et Joseph, 1995 ; Weller, 1998), des guichets aux centres d’appels (Buscatto, 2002 ; Cousin, 2002 ; Jeantet, 2003) et aux caisses de supermarché (Bernard, 2005) ou encore au travail des professionnels et des cadres. De nouveaux objets de recherche, auparavant ignorés ou négligés, émergent, comme les dimensions langagières des activités de travail (Borzeix et Fraenkel, 2001 ; Boutet, 2008). Une partie de ces travaux empiriques cherche aujourd’hui une unité en se revendiquant du terme « activité » comme étiquette fédératrice. Il semble néanmoins qu’ils constituent un courant encore secondaire par rapport aux thèmes principaux de la sociologie du travail, même s’ils renouent bien avec certaines des préoccupations originelles de la discipline (Vatin, 1999 ; Bidet, 2006). Il nous a semblé qu’il était aujourd’hui opportun de replacer cette évolution dans une perspective internationale plus large, pour laquelle ce qui apparaît peut-être encore en France comme une simple inflexion figure semble être un véritable « tournant de l’activité ». D’une part, parce que les travaux anglo-saxons ont contribué aux déplacements de la perspective française : le numéro spécial de Sociologie du travail de 1994 sur « Travail et Cognition » a, par exemple, fortement contribué à ces fertilisations croisées. D’autre part, parce que depuis une dizaine d’années, la coexistence de différents courants de recherches théoriques a contribué à dessiner dans les conférences internationales de nouvelles lignes de tensions et de nouvelles questions concernant les activités de travail et les organisations, qui méritent d’être mieux connues en France.

3Intervient d’emblée une difficulté de traduction, autour des significations différentes que revêtent les couples pratique/activité dans le champ français et practice/activity dans le champ anglo-saxon. Le terme « activity » prend en anglais soit un sens très général et assez vague, soit un sens beaucoup plus restreint que « practice », lorsque son usage se réfère à la « théorie de l’activité » inspirée de L.S. Vygotsky. Lorsqu’il s’agit de rendre compte d’un virage ethnographique auquel contribuent les théories de la cognition distribuée et l’ethnométhodologie, la théorie de l’activité et la sociologie des sciences et des techniques, les Anglo-saxons parlent d’ailleurs plutôt d’un « practice turn », dans lequel la notion de « practice » vise les « distributions d’activités humaines incorporées et « médiées » (mediated) matériellement organisées surtout autour d’une compréhension pratique partagée » (Schatzky et al., 2001). Cependant, la notion de « pratique », qui semblerait la traduction la plus naturelle en français de « practice » est assez lourdement connotée en France par les travaux marxistes et la sociologie critique. C’est donc le terme activité qui est apparu chez nous plus ouvert et propice à fédérer différents courants de recherche sur le travail et les organisations affichant une forte orientation ethnographique et qui est d’ailleurs employé aujourd’hui-même à cette fin dans la constitution de réseaux de recherche (Bidet et al., 2006). Il paraît donc plus approprié de parler de tournant de l’activité pour rendre compte en français du « practice turn » des recherches anglo-saxonnes. Quel espace de recherche dessine celui-ci ?

2. Le « carré de l’activité » : un espace de recherche sur le travail et l’activité bordé par quatre grandes orientations ethnographiques

4D’un point de vue international qui, il faut malheureusement le dire, ignore encore des pans entiers des travaux français, l’espace des recherches à caractère ethnographique sur le travail collectif se dessine à la confluence de quatre grandes perspectives : le modèle de la cognition distribuée, la théorie de l’activité (Activity Theory ou Cultural Historical Activity Theory), les approches d’inspiration ethnométhodologique et celles issues de la sociologie des sciences et des techniques, dans le sillage de la théorie de l’acteur réseau.

2.1. La cognition distribuée

5Le modèle de la cognition distribuée est issu de la rencontre, en Californie du Sud, entre anthropologie et sciences cognitives, respectivement incarnées par E. Hutchins (1994, 1995) et D. Norman (1993). Il s’appuie sur une critique de paradigme des sciences cognitives alors dominant en intelligence artificielle et une remise en cause de ses deux fondements, le mentalisme et l’individualisme. Un modèle de la distribution des opérations cognitives entre les personnes et les choses est opposé à l’idée que les fonctions cognitives résident dans la tête ou l’enveloppe corporelle des sujets. E. Hutchins introduit, de plus, une dimension holiste et systémique. Il insiste sur le fait que les capacités cognitives du système que constitue le bateau de guerre, son équipage et ses instruments en action est plus que la somme de celle de ses parties constituantes (Hutchins, 1995).

6Là où d’autres auteurs construisaient, pour caractériser une organisation en action, le concept d’« esprit collectif » et le faisaient reposer sur les systèmes d’interdépendances entre les tâches (Weick et Roberts, 1993), la cognition distribuée fait des fonctions et des capacités cognitives une propriété caractéristique de collectifs hétérogènes, faits de personnes et d’artefacts. Chez E. Hutchins (1995), l’activité décrite dans l’exemple particulier du navire de guerre est d’ordre calculatoire (faire le point). Son accomplissement est distribué (entre les têtes et les artefacts) et socialisé par l’organisation (l’accessibilité des informations dans un contexte donné est conditionnée par la structure sociale des activités qui le caractérisent). Le calcul distribué est une activité collective et susceptible d’adaptations locales aux transformations contingentes du contexte. Les accomplissements cognitifs dépendent donc étroitement de la manière dont les personnes et les artefacts impliqués dans des collectifs participent et contribuent à la production, la circulation et la présentation des informations pertinentes en situation.

7C’est la disponibilité des informations qui déclenche l’action. Les formats à travers lesquels les informations pertinentes sont rendues perceptibles jouent un rôle essentiel. Dans le modèle de l’écologie perceptive, un lien direct et non déterministe est établi entre perception et action. La relation entre cognition et action ne mobilise pas de processus délibératifs ou évaluatifs complexes. Elle peut au contraire s’appuyer sur des jugements perceptifs de bas niveau ; ce qui permet de considérables économies cognitives. Pour ouvrir les volets à la bonne vitesse lors de l’atterrissage, les pilotes placent durant le vol un repère sur le compteur de vitesse : lorsque l’aiguille qui indique la vitesse atteint le repère, ils savent quand et comment déclencher l’ouverture des volets pour atterrir (Hutchins, 1994). Grâce à cette préparation de l’environnement, analogue à un « précalcul », la décision d’engager une action est rapportée à un jugement de perception spatiale qui allège la charge cognitive des pilotes et, en particulier, leur mémoire. L’ouverture des volets lors de l’atterrissage constitue alors une « action avec les objets » de bas niveau (Conein, 1997), susceptible d’une description locale. La recherche de ces économies cognitives guide la coévolution des structures sociales et procédurales qui caractérisent l’activité et de l’environnement dans lequel celle-ci se déroule.

  • 3 Ce type de préoccupation est sans doute sous-représenté dans la tradition de recherches française s (...)

8Il est important de noter que la distribution ne constitue pas simplement une manière de décrire l’activité, mais que ce paradigme est rendu explicite et délibérément incorporé dans les artefacts par leurs concepteurs. Le design exploite réflexivement le paradigme de la distribution. Les concepteurs cherchent à guider et faciliter un bon usage des dispositifs en y incorporant des opportunités d’action aisément perceptibles et reconnaissables comme telles. Les objets bien conçus signalent de manière claire et évidente par la forme des repères qu’ils incorporent (Norman, 1988). Après familiarisation, les utilisateurs peuvent se laisser guider sans réfléchir par leur capacité à reconnaître dans des repères artefactuels des opportunités d’action. Cette orientation de conception a été et est encore très influente aujourd’hui, en particulier dans le domaine des interactions homme–machine (IHM). L’univers des nouvelles technologies informatiques est donc un univers où le paradigme de la distribution est marqué par une forme de réflexivité instituée. Du point de vue de la sociologie du travail cela signifie également qu’une dimension trop peu analysée du travail de régulation3 se joue au niveau de l’écologie même de l’activité, dans la construction négociée de l’environnement de travail et la configuration des opportunités d’action qui y sont distribuées.

2.2. La théorie de l’activité

  • 4 Pour une excellente synthèse en langue anglaise de l’œuvre de L.S. Vygotsky, voir Wertsch, 1985.

9La cognition distribuée ne constitue pas le seul courant de recherche à opérer ce « tournant de l’activité ». La « théorie de l’activité » se développe surtout en Russie et en Scandinavie à partir des travaux de l’école de psychologie russe4 (Vygotsky, 1978, 1997 ; Leont’ev, 1974). L’activité y est définie par son objet, c’est-à-dire sa visée. À travers son objet, l’activité fait système. L’objet de l’activité est en effet organisé hiérarchiquement selon trois niveaux, celui de l’activité individuelle ou collective dans son ensemble orientée vers un besoin ou un mobile, celui des actions intermédiaires qui participent de son accomplissement et sont orientées par des buts partiels et conscients, et enfin, celui des opérations, c’est-à-dire des accomplissements non réflexifs gouvernés par les contingences de la situation (Leont’ev, 1974 ; Nardi, 1996).

10Dans cette perspective, les artefacts ne sont pas traités sur le même plan que les humains (au contraire de ce qui se passe avec la cognition distribuée), mais ils jouent le rôle essentiel de médiation entre le sujet de l’activité et l’objet visé par celle-ci. Le sujet n’est pas donné à l’avance : ses fonctions psychologiques et le plan de sa conscience se construisent dans le cadre de l’activité et du type de médiation à travers lequel s’accomplit celle-ci. La transformation ou le déplacement des médiations symboliques ou artefactuelles employées par le sujet de l’activité est donc inséparable d’une reconfiguration de celui-ci et de ses fonctions psychologiques. C’est ce qui se passe lorsqu’une activité est tout d’abord accomplie aux moyens d’instruments externes (qui étendent les capacités du sujet) et dans un contexte de socialisation, avant que les compétences correspondantes ne soient internalisées. Cette internalisation signale la capacité du sujet à accomplir l’activité par lui-même et sans recourir à des moyens externes, c’est-à-dire son développement. Celui-ci est double, puisque dans cette dynamique d’apprentissage par internalisation il y a à la fois développement du sujet et développement de l’activité.

11Ces idées sont exploitées dans les années 1980, en particulier aux États-Unis, pour montrer comment les raisonnements pratiques « ordinaires » loin d’être accomplis comme une série de procédures « dans la tête » s’appuient sur la médiation de l’environnement et incorporent des traits pertinents de celui-ci comme ressources : les calculs qu’imposent un bordereau de commande à un manutentionnaire dans un entrepôt, à un livreur de lait lors de sa tournée ou des étiquettes à un consommateur dans un supermarché ne sont pas accomplis par la mise en œuvre « interne » d’opérations strictement arithmétiques. Les opérations effectuées intègrent les bouteilles, les caisses, les produits et les repères perceptibles qui caractérisent leurs arrangements spatiotemporels (Scribner, 1986 ; Lave, 1988). Étendus aux sociétés exotiques (Cole, 1996) ces travaux présentent de nombreux liens de parenté avec les travaux menés par J. Goody (1977) sur les médiations graphiques, mieux connus en France.

12Par cette insistance sur le rôle des médiations symboliques et matérielles et sur le développement du sujet dans l’activité (que marque également le concept de « zone proximale de développement » introduit par L.S. Vygotsky), la théorie de l’activité apparaît orientée vers la compréhension du changement. De plus, la perspective temporelle qu’elle propose dépasse largement le cadre de l’accomplissement situé de l’activité : le sujet de l’activité s’approprie dans le cours de ses actions l’expérience de l’ensemble des autres personnes qui se sont confrontées à des problèmes similaires et ont inventé ou modifié les instruments qu’il utilise pour les rendre plus efficaces. L’usage des instruments est donc l’occasion d’une transmission de connaissance sociale, historiquement accumulée et culturellement produite (Cole, 1996).

13Les années 1990 marquent un nouveau tournant dans la mesure où, sous l’impulsion de chercheurs finlandais, la théorie de l’activité voit son formalisme étendu pour être appliqué au fonctionnement de systèmes d’activité collective : l’enjeu est alors d’intégrer à l’analyse des médiations assurées au sein des systèmes d’activité par les règles, les communautés, la division du travail (Engeström, 1990). La recherche vise à la fois à décrire les systèmes d’activité à partir d’un formalisme que symbolise la représentation des systèmes d’activité comme des triangles figurant chacun une forme de médiation (Kaptelinin et al., 1999), mais aussi, de manière plus dynamique, à cerner les tensions et les contradictions qui participent du développement observé ou voulu de l’activité collective (Engeström, 1999).

14La dimension collective des systèmes d’activité professionnels et le rôle des communautés des règles et des rôles, ont été particulièrement développés dans les années 1990 en Scandinavie. La théorie de l’activité rencontre alors la sociologie des organisations. En France, c’est plutôt du côté de la psychologie clinique du travail (Clot, 1995, 1999) et de l’ergonomie (Beguin et Rabardel, 1999) que s’est opérée la traduction et le développement de la théorie de l’activité. Cependant, sa prise en compte par la sociologie du travail française reste pour l’instant relativement limitée.

2.3. Les recherches d’inspiration ethnométhodologique : analyse de conversation, action située et « Workplace Studies »

15L’ethnométhodologie développée par H. Garfinkel en Californie dans les années 1960 (Garfinkel, 1967 ; Heritage, 1984) s’est tournée assez rapidement vers les activités de travail, comme en témoignent les « Ethnomethodology of Work » (Garfinkel, 1987). Elle traite l’ordre social dans les situations ordinaires comme un accomplissement pratique et un phénomène « découvrable » et se préoccupe de comment l’action est produite de manière continûment intelligible et descriptible, par des procédures de sens commun (des « ethnométhodes ») mises en œuvre localement par les participants. Cette posture empirique prône l’« indifférence » quant à la validité des descriptions qui sont produites par les participants pour se focaliser sur la manière dont elles sont utilisées dans l’organisation locale et la gestion contingente des contextes sociaux. Les descriptions (comme d’ailleurs les règles et les plans ou encore les artefacts) sont traitées sous l’angle de leur rapport « indexical » à l’action : leur élaboration et leurs usages sont sujets aux mêmes contingences circonstancielles et interprétatives que les actions et les circonstances qu’elles décrivent. Ilya« unité du faire et du dire » (Sharrock et Watson, 1990).

16La posture ethnométhodologique se caractérise également par un refus de l’induction, dans la mesure où les actions et les généralisations descriptives dont elles sont susceptibles de faire l’objet (et qui permettent à des sociologies plus traditionnelles de constituer des objets tels que l’ordre social, la structure, les significations, etc.) sont inséparables : elles s’élaborent mutuellement, moment par moment (Sharrock et Button, 1991). Intégrer l’ethnométhodologie et les approches qui s’en réclament à un « carré de l’activité » impose de définir celui-ci non pas comme un simple carrefour entre quatre perspectives théoriques sur l’activité, mais comme le point de confluence de plusieurs manières très différentes de rendre compte du travail et de l’activité telles qu’ils se font.

17Analyser l’expérience vécue de la production de l’action suppose un mode d’engagement radical dans le travail ethnographique. Pour l’ethnométhodologie, il est essentiel que l’analyste devienne lui-même un membre compétent dans l’accomplissement de l’activité qu’il étudie. Par ailleurs, les procédures que le chercheur met en œuvre sont elles-mêmes à chaque fois « découvrables » sur le terrain et placées dans une relation d’adéquation singulière (unique adequacy) avec les activités étudiées. De ce fait, contrairement aux autres perspectives considérées ici, l’ethnométhodologie ne cherche pas à se constituer en discipline, avec ses propres théories, méthodes, procédures (Lynch, 1999). Ce refus conduit ceux qui s’en réclament néanmoins à s’interroger sur sa disparition possible (Pollner, 1991) ou sa dissolution dans une diversité de recherches et de terrain difficiles à totaliser en restant dans son cadre (Maynard et Clayman, 1991). Il convient cependant de prendre en considération deux orientations de recherche qui, tout en se réclamant de l’ethnométhodologie, sont parvenues à se constituer en courants de recherche reconnaissables comme tels.

18L’analyse de conversation s’est considérablement développée à l’intersection de la sociologie et des sciences du langage à la suite des travaux de H. Sacks (1992) et E. Schegloff (2007). Elle s’intéresse à l’organisation séquentielle des conversations ordinaires (entendues comme des séquences d’actions) à partir d’enregistrements audio de conversations. Une des contributions majeures de l’analyse de conversation a été d’identifier des formes d’organisation conversationnelles très générales, comme les règles d’allocation des tours (Sacks et al., 1974), les « paires adjacentes » (Schegloff et Sacks, 1973), les structures de préférence (Sacks, 1987 ; Pomerantz, 1984), etc. L’analyse de conversation s’est également tournée vers la question de la spécificité des conversations propres aux contextes « institutionnels » ou professionnels, d’une manière qui présente un intérêt certain pour la sociologie du travail (Drew et Heritage, 1992).

19Les « Workplace Studies » se développent de manière parallèle, à partir de l’exploitation de l’analyse vidéo de situations de travail (Suchman, 1987 ; Goodwin et Goodwin, 1997 ; Heath et Luff, 2000). Au départ soucieux d’analyser « l’action située », ces travaux se sont beaucoup orientés vers des configurations de travail collectif en présence, dans des « centres de coordination » (salles de contrôle aériens, salles de marché, plateaux de centres d’appel, salles de supervision de trafic, bureaux paysagers, etc.) où des agents sont susceptibles de percevoir (surtout visuellement et auditivement) leurs actions mutuelles et d’en faire sens au fur et à mesure de leur développement (Suchman, 1996 ; Goodwin et Goodwin, 1997 ; Luff et al., 2000). Les concepts développés par les « Workplace Studies », tels que ceux de « vision professionnelle » (Goodwin, 1997, 2000) et de « vigilance périphérique » (Heath et Luff, 1996 ; Grosjean, 2004) gardent trace de cette double orientation théorique et empirique. Dans la mesure où ces configurations de travail sont aussi de plus en plus équipées en outils de communication, cette « microécologie sociale » (Joseph, 1998) doit aussi se poser la question de comprendre des formes de distribution des activités de travail dans lesquelles les opérateurs articulent des engagements proximaux dans la situation et des interactions distantes (Licoppe et Relieu, 2005), et tous les problèmes pragmatiques que pose l’agir dans des « écologies fracturées » (Luff et al., 2003).

2.4. La sociologie des sciences et des techniques et ses développements récents

20La sociologie des sciences et des techniques à laquelle ont beaucoup contribué M. Callon et B. Latour tient une place très importante dans la communauté internationale. La théorie de l’acteur-réseau se présente comme une remise en perspective de l’activité des scientifiques et des innovateurs, que le chercheur suit sur les multiples sites où se déploie cette activité (Latour et Woolgar, 1985). Elle se fonde sur l’idée que les vérités scientifiques ou les artefacts techniques, ou encore, les phénomènes « naturels » sont indissociables de l’assemblage sociotechnique hétérogène (l’acteur-réseau, configuration dynamique résultant d’un incessant travail d’intéressement et de traduction), à travers lequel s’accomplit leur émergence (Callon, 1986, 1991 ; Latour, 1992). D’une part, vérités, technologies et phénomènes et, d’autre part, acteurs-réseaux sont mutuellement constitutifs. La vérité ou l’efficacité ne sont donc pas des propriétés autonomes des faits scientifiques et des innovations technologiques. Elles sont inséparables du travail de recherche et d’innovation. En ce sens, la sociologie des sciences et des techniques constitue bien une théorie de l’activité (des innovateurs).

21Les ambitions de la sociologie des sciences et des techniques (Science and Technology Studies [STS]) se sont considérablement élargies à partir des années 1990. La notion de médiation technique a été étendue à une sociologie des objets ordinaires et de leurs usages (Akrich, 1987 ; Latour, 1993). Le propos de cette sociologie s’est transformé en projet de refondation de la sociologie toute entière, afin, entre autres choses, de réintégrer dans un social radicalement reconfiguré la « masse manquante » des artefacts et des entités non humaines dont le sociologue se veut le porte-parole (Latour, 2005). L’idée d’une multiplicité de « régimes d’énonciation » (Latour, 2002) a permis de prendre en compte d’autres activités et de les comparer à celles des scientifiques dans leurs laboratoires, comme celle des conseillers d’État, cette institution étant traitée comme une « fabrique du droit » (Latour, 2004).

22Un tournant pragmatique s’est également opéré, dans lequel la rencontre entre les personnes et les artefacts est traitée comme une épreuve et un accomplissement pratique, cadré par des « dispositions et des dispositifs » et dans lequel se construisent et reconstruisent les qualités des choses et des personnes à travers différentes formes d’« attachements ». Le goût peut alors apparaître comme une conséquence des pratiques de dégustation, dans le cadre d’une sociologie centrée sur l’activité des amateurs (Hennion et al., 2000 ; Hennion, 2004), et la consommation comme une conséquence de l’activité de « professionnels du marché » (Barrey et al., 2000). Ceux-ci travaillent continûment à organiser les rencontres du consommateur et des biens et des services et à les constituer comme des occasions de coélaboration des qualités des biens et des préférences des personnes, cadrées par des dispositifs de captation finement ajustés (Cochoy, 2002, 2004). La sociologie des sciences et des techniques, en partie du fait de la rencontre avec les études féministes et les Cultural Studies (Butler, 1997 ; Mol, 2002) investit enfin la question de la performativité dans la mesure où cette perspective constitue un puissant outil de critique des postures essentialistes (qui considèrent que les entités ont des qualités préétablies) et représentationnalistes (qui tiennent le langage comme capable de décrire un monde d’entités qui lui sont posées comme extérieures). Cela permet de reconsidérer les rapports entre l’activité des chercheurs et les macroentités dont ces derniers s’efforcent de rendre compte et d’étudier en quoi, par exemple, l’activité des économistes ne se limite pas à décrire le fonctionnement des marchés mais conduit au contraire à leur véritable « performation » (Callon, 2007).

23La sociologie des sciences et des techniques s’étend alors vers de nombreux domaines, comme, par exemple, la science des organisations, où elle peut être déployée comme théorie du changement organisationnel (Gherardi et Nicolini, 2005), ou repenser le travail de régulation (Denis, 2007). Mais elle se présente aussi comme une critique des approches situées et celle des Workplace Studies avec leur orientation « présentiste ». À la description des interactions locales, des situations, de l’activité telle qu’elle se fait et au souci de ne conserver dans l’analyse que ce qui est visiblement pertinent pour rendre compte de l’action des participants, moment par moment, s’oppose pour le sociologue des sciences et des techniques l’analyse du travail collectif nécessaire pour produire les différents attachements et agencements sociotechniques capables d’agir à distance sur les situations, de les configurer et de les cadrer (Latour, 1994). Cette tension dans l’analyse des situations fait que la rencontre entre sociologie des sciences et analyses de l’action située n’a pas véritablement eu lieu, même lorsqu’il s’agissait d’étudier l’activité des scientifiques (Mondada, 2005).

24Les recherches contemporaines se jouent donc dans un espace stabilisé et bordé par ces quatre perspectives ethnographiques, qui composent bien une sorte de « carré de l’activité ». Elles s’accordent et s’opposent souvent deux à deux sur plusieurs questions essentielles pour l’analyse des activités de travail. De sorte que ce qui est nouveau et pertinent, c’est la mise en place d’une dynamique d’études empiriques qui occupent une position franchement assumée dans ce « carré », et qui du fait de la mobilisation d’une et souvent de plusieurs de ces perspectives théoriques, permettent de souligner leurs différences et leurs tensions et de pointer vers des dépassements possibles. Que peut-on dire alors de la portée de ces modèles et de leurs différences les plus significatives ?

3. Tensions dans le « carré de l’activité »

25Certaines lignes de clivage sont suffisamment apparentes et importantes pour être discutées ici. Les tensions conceptuelles et théoriques qu’elles révèlent sont d’autant plus intéressantes à pointer qu’elles portent sur les questions de recherche les plus fécondes pour la compréhension des activités collectives.

3.1. « Observer » l’activité

26Une première différence concerne la manière même d’observer l’activité. Dans le modèle de la cognition distribuée, il s’agit pour l’ethnographe de suivre pas à pas, par entretiens et observations, toutes les occasions où un calcul ou des données sont produits, inscrits, exprimés, présentés ou mobilisés, sur tous les médias possibles (Halverson, 2002). La voix du pilote qui énonce un chiffre à son copilote ou le cadran dont l’aiguille indique une valeur numérique constituent deux manières de concrétiser un état informationnel qui sont placées sur le même plan (Hutchins, 1994). Les recherches de type STS procèdent également par entretiens et observations et prêtent une attention particulière à la constitution et à la circulation des inscriptions (l’écrit constituant une manière répandue et efficace pour des acteurs d’agir à distance sur les situations). Dans les deux cas, l’analyste occupe une position d’observation privilégiée et nettement séparée de celle des agents impliqués dans les systèmes collectifs qu’il étudie.

27Dans le cas de la théorie de l’activité, les données empiriques sont constituées au niveau d’entretiens et d’observations, mais également en suscitant de la part des sujets des verbalisations adjacentes à l’accomplissement de leur activité (Vermersch, 1992) ou en les confrontant à des enregistrements de ce qu’ils font, c’est-à-dire des entretiens d’autoconfrontation (Theureau, 2004), voire à des enregistrements vidéo de ce que font leurs collègues, c’est-à-dire des entretiens d’autoconfrontation croisés (Clot, 1999). Les agents observés prennent donc ici une part particulièrement active à l’élaboration et l’interprétation des données.

28L’analyse de conversations et les théories de l’action située rejettent en général ces différentes attitudes empiriques, au nom de leur caractère rétrospectif. Elles privilégient au contraire des « données naturelles », tels les enregistrements audio et vidéo. Les chercheurs qui se réclament le plus directement de l’ethnométhodologie peuvent se montrer plus ouverts à des formes classiques d’ethnographie avec prise de notes et plus inquiets de la manière dont la fétichisation des données enregistrées risque de conduire à la perte des phénomènes pertinents. Tous partagent néanmoins le souci d’analyser les données recueillies avec l’objectif de saisir empiriquement la manière dont les personnes s’orientent dans les situations et les ressources dont elles disposent pour le faire au fil de leur activité. Cette visée prospective de l’analyse fait peser des contraintes fortes sur l’analyste, qui, à la différence de toutes les approches précédentes, se voit sommé de posséder des compétences de « membre », pour être sur le même plan que les agents observés, c’est-à-dire, par exemple, d’être formé aux mathématiques ou à la chimie si sa recherche porte sur l’étude de la science comme activité pratique.

3.2. Le traitement des artefacts et de la distribution des capacités d’action

29Où qu’on soit dans le « carré de l’activité », les activités de travail ordinaire apparaissent, à l’ethnographe, complexes et difficiles à réduire à des modèles simples. L’orientation fortement écologique des différentes perspectives qui le composent requiert en effet de rendre finement compte des relations entre les agents et les environnements culturellement et historiquement construits dans lesquels ils agissent.

30Le modèle de la cognition distribuée et la théorie de l’acteur-réseau proposent tous deux un modèle fort de la distribution de l’action entre les personnes et les choses, voire un traitement symétrique des deux quant à leur capacité d’agir. Dans le cas de la cognition distribuée, cela tient au fait que l’objet élémentaire de l’ethnographie correspond à des états informationnels concrétisés dans des médias et mobilisés dans le cadre de l’activité collective à un moment donné. Un chiffre mémorisé à long terme (c’est-à-dire un chiffre « dans la tête » d’un agent) ou inscrit dans un repère cognitif matériel à portée de main ou de vue constituent deux états informationnels différents, mais qui sont au fond traités sur le même plan ; tous deux sont capables de constituer, au moment propice, des ressources pour une activité de calcul collective et distribuée. Dans le modèle de l’acteur-réseau, les personnes et les choses constituent des « actants », également mobilisables et mobilisés dans des réseaux sociotechniques hétérogènes. Des processus de traduction, d’intéressement et de délégation sont en permanence à l’œuvre entre les nœuds du réseau de sorte que les compétences et la capacité d’agir peuvent se retrouver aussi bien chez les personnes que dans les objets et les artefacts.

31La psychologie de l’activité et la théorie de l’action située proposent des versions faibles de la distribution, dans la mesure où les agents humains et les objets ou les artefacts ne sont pas placés sur le même plan. La théorie de l’activité accorde une part essentielle à l’intentionnalité et à la capacité d’initiative des agents (puisque leur activité et leurs actions sont orientées par des finalités et des buts). Les objets, les artefacts, le langage (c’est-à-dire les technologies « matérielles » et les technologies « symboliques ») jouent un rôle de médiation entre le sujet de l’activité et son objet, susceptible de redéfinir la conscience et les capacités du sujet, mais sans remettre en cause le primat accordé à ce dernier. Dans le cas de la phénoménologie, dont s’inspire l’ethnométhodologie de H. Garfinkel, les sujets s’orientent par rapport à des finalités pratiques. Pour l’ethnométhodologie, c’est au niveau des personnes engagées dans les situations et des procédures qu’elles mettent en œuvre que l’intelligibilité des situations est reconnue et accomplie moment par moment. Il est intéressant de remarquer que lorsqu’il devient nécessaire de prendre en compte la manière dont certains artefacts réagissent à la situation (systèmes interactifs, dispositifs « intelligents », agents logiciels plus ou moins humanisés), des chercheurs au départ inscrits dans l’orthodoxie ethnométhodologique en viennent à incorporer de plus en plus d’autres dispositifs conceptuels, comme ceux des STS, afin de se construire un point de départ qui soit en amont des catégorisations binaires telles que humain et machine, et permette de les déconstruire et les critiquer (Suchman, 2007).

3.3. La question de la stabilité et du changement

32Les lignes de clivage sont différentes lorsque l’on considère la dynamique temporelle de l’activité. La théorie de l’acteur-réseau est au départ une sociologie de l’innovation, qui rend compte de la production de connaissances « vraies » et de technologies « efficaces » à partir du travail des innovateurs pour stabiliser des réseaux sociotechniques. Elle devient ensuite un modèle pour rendre compte de la constitution dynamique du social en général, sous une certaine acception de ce terme, distincte du sens sociologique habituel, puisque l’adjectif « social » ne qualifie pas un état ou une substance, mais un mouvement d’association d’entités hétérogènes dont la stabilisation n’est jamais garantie (Latour, 2005). La sociologie des sciences et des techniques est orientée a priori vers le changement technique et des transformations sociales.

33La théorie de l’activité partage cette orientation dynamique, mais pour des raisons différentes. Son origine se situe en effet dans la psychologie du développement. Les transformations du sujet et, tout particulièrement, l’émergence des fonctions psychologiques supérieures prennent racine dans le développement d’activités extérieures et socialisées, souvent accomplies à travers de nouvelles médiations techniques et symboliques, au point d’ailleurs de justifier l’intervention explicite de l’analyste dans les cours d’action pour susciter de nouvelles médiations et étudier les développements auxquels ils conduisent. Transposée au niveau des systèmes d’activités collectives (Engeström, 1999) et des organisations, la théorie de l’activité peut être considérée comme une théorie du changement organisationnel (Virkkunen et Kuutti, 2000). Le développement des systèmes d’activité collectif s’effectue à partir des contradictions qui traversent l’activité, et que des transformations historiques et sociales peuvent rendre trop saillantes pour que les participants continuent à les ignorer. C’est à ce niveau que se manifeste l’héritage marxiste de la théorie de l’activité, dans la mesure où ces contradictions (définies comme « secondaires ») dérivent le plus souvent d’une contradiction « primaire » qui opère au niveau de l’objet même de l’activité, et qui découle de la différence entre valeur d’échange et valeur d’usage.

34Le modèle de la cognition distribuée est, en revanche, appliqué à la description de processus cognitifs survenant au niveau de systèmes relativement stabilisés et dont l’activité est à la fois répétitive et fortement encadrée (faire le point sur un navire de guerre, mettre en œuvre une procédure d’atterrissage sur un avion de ligne). Les concepts développés visent d’ailleurs en partie à expliquer cette stabilité. Cette forme d’ethnographie des activités collectives s’attache en effet à montrer l’existence et le rôle des redondances dans la production et la circulation des états informationnels. Celles-ci permettent l’accomplissement et la reproduction de l’activité lorsqu’elle est perturbée, par exemple, lorsque des agents experts sont remplacés par des novices. La théorie de la cognition distribuée s’intéresse également aux processus de design procédural qui permettent de reconfigurer localement des cours d’action équipés sans remettre en jeu l’activité dans son ensemble, comme lorsqu’un instrument tombe en panne. La cognition distribuée apparaît donc comme la propriété d’une « entité cognitive collective » qui se manifeste dans l’accomplissement une activité stabilisée et reproductible.

35Enfin du côté de l’ethnométhodologie et de l’action située, l’objet de l’enquête porte sur les manières communes de reconnaître et produire le caractère publiquement intelligible et justifiable des situations. Sans que la prise en compte de formes d’apprentissage soit exclue a priori, les analyses empiriques portent surtout sur la mise en œuvre de dispositifs stables et partagés de construction émergente du sens des situations au fil de l’action en train de se faire.

4. Un exemple de mise à l’épreuve du « carré de l’activité » : le développement des technologies d’information et de communication

36En quoi ces différentes approches sont-elles plus ou moins susceptibles de s’ouvrir à l’analyse de nouveaux terrains et de nouveaux phénomènes ? Le développement actuel des technologies d’information et de communication fournit une entrée intéressante dans la mesure où, d’une part, les compétences communicationnelles sont au cœur des transformations contemporaines du travail et des organisations (Veltz et Zarifian, 1993) et, d’autre part, la communication joue un rôle central dans chacune de ces perspectives ethnographiques. Le contexte dans lequel elles se sont développées était d’ailleurs influencé par un certain état des technologies numériques (informatique personnelle liée à la diffusion des interfaces graphiques, souci de rendre visible et de permettre le suivi des processus de contrôle, etc.). Le développement contemporain d’Internet et des communautés numériques déplace le point de vue centré sur l’utilisateur qui caractérise l’interaction homme–machine, vers une prise en compte des interactions utilisateur–utilisateurs à travers des médiations artefactuelles. Certains auteurs considèrent ainsi qu’à partir des années 1990, on assiste à l’émergence d’une « deuxième vague » d’études sur l’interaction homme–machine (Cooper et Bowers, 1995), qui voit un déplacement de la focale des « facteurs humains » aux « acteurs humains » (Bannon, 1991). Parallèlement, le développement des réseaux de communication favorise une distribution spatiale et un éclatement croissant des activités et des collectifs, de sorte que les situations de coprésence complète apparaissent presque comme l’exception plutôt que la règle. Ces différentes tendances mettent à l’épreuve chacune des théories qui composent le « carré de l’activité ».

37Il est par exemple intéressant de remarquer qu’une des caractéristiques des activités médiées par la « Toile », que le mouvement vers l’informatique sociale (souvent désignée aujourd’hui par l’étiquette « Web 2.0 ») ne fait d’ailleurs qu’amplifier, est de permettre des formes d’association originales entre les personnes, d’une manière telle que le travail d’association lui-même devient réflexivement visible et public. Dans ce contexte, une perspective comme la théorie de l’acteur-réseau change alors de sens, puisqu’elle tirait sa force analytique (cf. supra) de sa capacité à déployer un travail d’association et de circulation auparavant négligé. Confrontée à des formes particulières du social qui se donnent d’emblée sur le mode du réseau et rendent visible le travail de traduction et d’association, de mise en relation et d’assemblage, la théorie de l’acteur-réseau court le risque de voir sa dimension heuristique s’estomper et de se transformer en une sociologie positive de la « société en réseaux ».

  • 5 Voir également l’article de C. Roth et celui de B. Conein et M. Latapy dans ce numéro.

38La cognition distribuée s’appuyait par exemple sur une compréhension du rôle des artefacts ancrée dans la première vague des études sur l’interaction homme–machine, que symbolise la notion « d’artefact cognitif ». Lorsque l’on élargit la perspective des questions de cognition au problème de la production de connaissances nouvelles dans des collectifs éclatés, comme c’est par exemple le cas aujourd’hui avec les collectifs en ligne (communautés de développement Open Source, Wikipedia, joueurs en ligne, etc.) et les dispositifs rassemblés sous l’étiquette Web 2.0, le problème se déplace. Il faut pouvoir passer de l’analyse des interactions de bas niveau entre humain et artefact, aux modes de coopération, de délibération et de production de connaissances dans des collectifs d’agents dont les interactions sont médiatisées par des technologies de réseau. La question est moins celle de la distribution des processus cognitifs que celle du fonctionnement collectif de « communautés épistémiques » qui relèvent d’une épistémologie sociale5 (Bouvier et Conein, 2007).

39Du côté d’une anthropologie de la communication, les sciences de l’information et de la communication (SIC) conçoivent en général les technologies de communication comme des supports différents sur lesquels peuvent s’inscrire des prises perceptibles pour l’interaction. Elles sont présentées et utilisées comme un médium et comme un point d’appui pour le développement d’un entre-deux interactionnel. Cette manière de concevoir les « machines à communiquer » est caractéristique de ce que j’appellerais le paradigme de la « communication médiatée ». L’interaction est pensée comme s’accomplissant sur un « canal » lié à la technologie utilisée et désencastrée sur le plan technique et sur le plan interactionnel de l’ensemble des autres engagements qui composent la situation du sujet. Une telle représentation de la « communication médiatisée » n’est possible qu’au prix d’ignorer ou de minimiser le travail incessant et situé des participants pour distinguer et articuler leur engagement dans l’usage d’un dispositif interactionnel donné, afin d’échanger avec autrui selon certaines modalités, et avec l’ensemble des autres engagements que la complexité de leurs écologies et de leurs activités rend pertinents. Ces tensions traversent les courants de recherche apparentés à l’ethnométhodologie. L’analyse de conversation utilise par exemple beaucoup les enregistrements de conversations téléphoniques pour mettre en évidence l’organisation séquentielle des conversations, ce qui la conduit à faire le choix de se désintéresser en partie de la manière dont le contexte des conversations téléphoniques peut être thématisé dans celles-ci. En revanche, les approches de type action située, de par leur perspective holiste et écologique sur les situations se prêtent bien à l’analyse du travail accompli pour articuler différents engagements au fil du déroulement d’une occasion sociale. Ce qui a peut-être été négligé, c’est la possibilité que les technologies de communication contribuent à des configurations normatives particulières. Parce qu’elles matérialisent en situation des personnes distantes, ces technologies imposent une gestion spécifique de la diversité des engagements et modèlent l’articulation entre contextes proximaux et distants. (Relieu, 2005). La question qui se pose alors est celle de la production et de l’expérience de formes reconnaissables et spécifiques de « multi-activité », en particulier dans les environnements de travail (Datchary et Licoppe, 2007 ; Licoppe, à paraître).

5. Conclusion

40La nature des compétences mises en œuvre dans le travail, leur visibilité et leur reconnaissance constituent un problème scientifique et un enjeu politique pour la sociologie du travail contemporaine. La capacité de celle-ci à intervenir sur le terrain de manière à rendre compte du travail tel qu’il se fait est dès lors essentielle. Parce que la mobilisation de ces compétences et leur compréhension relèvent d’un « savoir comment » plus que d’un « savoir que », la sociologie du travail doit accentuer le tournant ethnographique en cours auquel les différentes perspectives qui délimitent le carré de l’activité sont susceptibles de contribuer chacune de manière pertinente. À cette préoccupation empirique se superposent des enjeux théoriques. Chacune de ces approches constitue un cadre stabilisé depuis les années 1990, de sorte que les recherches actuelles doivent moins viser à s’aligner sur l’un ou l’autre de ces cadres, qu’à les faire dialoguer (autant que les données le permettent), afin de travailler les tensions théoriques qui parcourent le carré de l’activité et permettre l’émergence de questions transversales. Le déploiement des technologies d’information et de communication dans des environnements professionnels et l’analyse de leurs usages fournissent un bon point d’entrée pour en identifier certains. Nous pensons par exemple à des sujets d’actualité tels que l’articulation des activités de travail entre des contextes proximaux et des contextes distants, et les modes de circulation de l’activité entre des sites spatialement distribués ; la multiplicité des engagements et les formes de multiactivité ; la performativité du langage dans des agencements sociotechniques donnés ; la réflexivité croissante des aspects relationnels du travail et enfin, les formes d’imbrication entre conception et exécution, innovation et production qui se redessinent aujourd’hui à l’heure de la mondialisation.

Haut de page

Bibliographie

Akrich, M., 1987. Comment décrire les objets techniques ? Techniques et Culture 9, 49–64.

Bannon, L., 1991. From Human Factors to Human Actors. The Role of Psychology and Human-Computer Interaction Studies in System Design. In: Greenbaum, J., Kyng, M. (Eds.), Design at Work: Cooperative Design of Computer Systems. Lawrence Erlbaum, Hillsdale, NJ, pp. 25–44.

Barrey, S., Cochoy, F., Dubuisson-Quellier, S., 2000. Designer, packager et merchandiser : trois professionnels pour une même scène marchande. Sociologie du travail 42 (3), 457–482.

Beguin, P., Rabardel, P., 1999. Concevoir pour des activités instrumentées. Revue d’intelligence artificielle 14, 35–54.

Bernard, S., 2005. Le temps de l’activité de la caissière : entre logiques productives et logiques de service. Sociologie du travail 47 (2), 170–204.

Bidet, A., 2006. Le travail et sa sociologie au prisme de l’activité. In Bidet, A., Borzeix, A., Pillon, T., Rot, G., Vatin, F. (Eds.), Sociologie du travail et activité. Octarès, Toulouse, pp. 5–23.

Bidet, A., Borzeix, A., Pillon, T., Rot, G., Vatin, F. (Eds.), 2006. Sociologie du travail et activité. Octarès, Toulouse.

Borzeix, A. 2003. De quelques fausses similarités, gros malentendus et vrais terrains d’entente. Travail et emploi 94, (Dossier « Le travail aujourd’hui. Regards d’ergonomes et de sociologues ») pp. 31–36.

Borzeix, A., Fraenkel, B. (Eds.), 2001. Langage et travail. Communication, cognition et action. CNRS Editions, Paris.

Boutet, J., 2008. La vie verbale au travail. Des manufactures aux centres d’appel. Octarès, Toulouse.

Bouvier, A., Conein, B. (Eds.), 2007. L’épistémologie sociale. Une théorie sociale de la connaissance, Raisons Pratiques 17 Éditions de l’EHESS, Paris.

Buscatto, M., 2002. Les centres d’appels, usines modernes ? Les rationalisations paradoxales de la relation téléphonique. Sociologie du travail 44 (1), 99–117.

Butler, J., 1997. Excitable Speech. Routledge, London.

Callon, M., 1986. Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc. L'année sociologique 36, 169–208.

Callon, M., 1991. Techno-economic Networks and Irreversibility. In: Law, J. (Ed.), A Sociology of Monsters, Sociological Review Monograph. Routledge, London, pp. 133–161.

Callon, M., 2007. What Does It Mean to Say that Economics is Performative? In: MacKenzie, D., Muniesa, F., Siu, L. (Eds.), Do Economics Make Markets? On The Performativity of Economics. Princeton University Press, Princeton, pp. 311–357.

Clot, Y., 1995. Le travail sans l’homme ? Pour une psychologie des milieux de travail et de vie. La Découverte, Paris.

Clot, Y., 1999. La fonction psychologique du travail. Presses Universitaires de France, Paris.

Cochoy, F., 2002. Une sociologie du packaging, ou l’âne de Buridan face au marché. Presses Universitaires de France, Paris.

Cochoy, F., 2004. La captation des publics entre dispositifs et dispositions, ou le petit chaperon rouge revisité. In: Cochoy, F. (Ed.), La captation des publics. Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, pp. 11–68.

Cole, M., 1996. Cultural Psychology. A Once and Future Discipline. Belknap Harvard, Cambridge.

Conein, B., 1997. L’action avec les objets. Un autre visage de l’action située ? Raisons Pratiques 8 (Cognition et information en société), 25–45.

Cooper, G., Bowers, J., 1995. Representing the User; Notes on the Disciplinary Rhetoric of Human-Computer Interaction. In: Thomas, P. (Ed.), The Social and Interactional Dimensions of Human-Computer Interfaces. Cambridge University Press, Cambridge, pp. 48–66.

Cousin, O., 2002. Les ambivalences du travail. Les salariés peu qualifiés des centres d’appel. Sociologie du Travail 44 (4), 499–520.

Datchary, C., Licoppe, C., 2007. La multi-activité et ses appuis. L’exemple de la présence « obstinée » des messages dans l’environnement de travail. Activité 4 (1), 1–29.

Denis, J., 2007. La prescription ordinaire. Énonciation et circulation des règles au travail. Sociologie du travail 49 (4), 496–513.

Dodier, N., 1995. Les hommes et les machines. Metailié, Paris.

Drew, P., Heritage, J., 1992. Analyzing Talk at Work: an introduction. In: Drew, P., Heritage, J. (Eds.), Talk at Work. Cambridge University Press, Cambridge, pp. 3–65.

Engeström, Y., 1990. Learning, Working and Imagining: Twelve Studies on Activity Theory. Orienta-Konsultit Oy, Helsinki.

Engeström, Y., 1999. Expansive Visibilization of Work: An Activity-Theoretical Perspective. Computer Supported Cooperative Work 8, 63–93.

Garfinkel, H., 1967. Studies in Ethnomethodology. Polity Press, Cambridge. (Traduction par Barthélémy, M., Dupret, B., Queiroz de, J.‑M., Quéré, L., 2007. Recherches en Ethnométhodologie. Presses Universitaires de France, Paris.).

Garfinkel, H. (Ed.), 1987. Ethnomethodological Studies of Work. Routledge, London.

Gherardi, S., Nicolini, D., 2005. Actor-Network: Ecology and Entrepreneurs. In: Czarniawska, B., Hernes, T. (Eds.), Actor Network Theory and organizing. Liber & Copenhagen Business School Press, Malmö, pp. 295–306.

Goodwin, C., 1997. The Blackness of Black: Color Categories as Situated Practices. In: Resnick, L., Saljo, R., Pontecorvo, C., Burge, B. (Eds.), Discourse, Tools and reasoning: Essays on Situated Cognition. Springer, Berlin, pp. 111–140.

Goodwin, C., 2000. Action and Embodiment within Situated Human Interaction. Journal of Pragmatics 32, 1489–1522.

Goodwin, C., Goodwin, M., 1997. La coopération au travail dans un aéroport. Réseaux 85, 129–162.

Goody, J., 1977. La raison graphique. éditions de Minuit, Paris.

Grosjean, M., 2004. L’awareness à l’épreuve des activités dans les centres de coordination. @ctivités 2 (1), 76–98.

Halverson, C., 2002. Activity Theory and Distributed Cognition: Or What Does CSCW Need to Do with Theories? Computer Supported Cooperative Work 11, 243–267.

Hatzfeld, N., 2004. L’intensification du travail en débat. Ethnographie et histoire aux chaînes de Peugeot-Sochaux. Sociologie du travail 46 (3), 291–307.

Heath, C., Luff, P., 1996. Convergent activities: Line control and passenger information on the London Underground. In: Engeström, Y., Middleton, D. (Eds.), Cognition and Communication at Work. Cambridge University Press, Cambridge, pp. 96–129.

Heath, C., Luff, P., 2000. Technology in Action. Cambridge University Press, Cambridge.

Hennion, A., 2004. Pramatics of Taste. In: Jacobs, M., Hanrahan, N. (Eds.), The Blackwell Companion to the Sociology of Culture. Blackwell, Oxford, pp. 131–144.

Hennion, A., Maisonneuve, S., Gomart, E., 2000. Figures de l’amateur. Formes, objets, pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui. La documentation française, Paris.

Heritage, J., 1984. Garfinkel and Ethnomethodology. Polity Press, Cambridge.

Hutchins, E., 1994. Comment le cockpit se souvient de ses vitesses. Sociologie du travail 36 (4), 451–473. Hutchins, E., 1995. Cognition in the Wild. MIT Press, Cambridge, Mass.

Jeannot, G., Joseph, I. (Eds.), 1995. Métiers du public, compétences de l’agent, espace de l’usager. CNRS Editions, Paris.

Jeantet, A., 2003. « À votre service ! » La relation de service comme rapport social. Sociologie du travail 45 (2), 191–209.

Joseph, I., 1998. Erving Goffman et la microsociologie. Presses Universitaires de France, Paris.

Kaptelinin, V., Nardi, B., Macaulay, C., 1999. Methods & Tools: The Activity Checklist. Interactions 6 (4), 27–39.

Latour, B., 1992. Aramis ou l’amour des techniques. La Découverte, Paris.

Latour, B., 1993. La clef de Berlin et autres leçons d’un amateur de sciences. La Découverte, Paris.

Latour, B., 1994. Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité. Sociologie du travail 36 (4), 587–607.

Latour, B., 2002. Petite philosophie de l’énonciation. In: Basso, P., Corrain, L. (Eds.), Eloqui de senso. Dialoghi semiotici per Paolo fabbri, Orizzonti, compiti e dialoghi della semiotica. Saggi per Paolo Fabbri. Costa & Nolan, Milano, pp. 41–94.

Latour, B., 2004. La fabrique du droit. Une ethnographie du Conseil d’état. La découverte, Paris.

Latour, B., 2005. Changer de société. Refaire de la sociologie. La Découverte, Paris.

Latour, B., Woolgar, S., 1985. Laboratory Life. Princeton University Press, Princeton.

Lave, J., 1988. Cognition in Practice. Cambridge University Press, Cambridge.

Leont’ev, A.N., 1974. The Problem of Activity in Psychology. Soviet Psychology 13 (2), 4–30.

Licoppe, C., à paraître. Communication et multi-activité au travail. Une approche écologique des dispositifs de communication et de leurs usages. Hermès, 50, pp. 171–178.

Licoppe, C., et Relieu, M., 2005. Entre système et conversation. Une approche située de la compétence des téléopérateurs des services d’assistance technique. In: Kessous, E., Metzger, J.‑L. (Eds.), Le travail avec les technologies de l’information. Hermes, Paris, pp. 177–1999.

Luff, P., Hindmarsh, J., Heath, C., 2000. Workplace Studies. Recovering Work Practice and Informing System Design. Cambridge University Press, Cambridge.

Luff, P., Heath, C., Kuzuoka, H., Hindmarsh, J., Yamazaki, K., Oyama, S., 2003. Fractured Ecologies: Creating Environments for Collaboration. Human Computer Interaction 18, 51–84.

Lynch, M., 1999. Silence in Context: Ethnomethodology and Social theory. Human Studies 22, 211–233.

Maynard, D., Clayman, S., 1991. The diversity of ethnomethodology. Annual Review of Sociology 17, 385–418.

Mol, A., 2002. The Body Multiple. Duke University Press, Durham.

Mondada, L., 2005. Chercheurs en interaction. Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne.

Nardi, B., 1996. Studying Context: A Comparison of Activity Theory, Situated Action Models, and Distributed Cognition. In: Nardi, B. (Ed.), Context and Consciousness. MIT Press, Cambridge, pp. 69–102.

Norman, D.A., 1988. The Psychology of Everyday Things. Basic Books, New York.

Norman, D.A., 1993. Les artefacts cognitifs. Raisons Pratiques (Les objets de l’action) 4, 15–35.

Paradeise, C., 2003. The French Sociology of Work and Labor. From Workshops to Labor Markets and Work as Networked Careers. Organization Studies 24 (4), 633–653.

Paradeise, C., Lichtenberger, Y., 2001. Compétence, Compétences. Sociologie du travail 43 (1), 33–48.

Pollner, M., 1991. Left’ of Ethnomethodology. American Sociological Review 56, 370–380.

Pomerantz, A., 1984. Agreeing and Disagreeing with Assessments: Some Features of Preferred/Dispreferred Turn Shapes. In: Atkinson, J.M., Heritage, J. (Eds.), Structures of Social Action. Cambridge University Press, Cambridge, pp. 57–101.

Rot, G., 2005. Sociologie de l’atelier. Renault, le travail ouvrier, le sociologue. Octarès, Toulouse.

Relieu, M., 2005. Les usages des TIC en situation naturelle : une approche ethnométhodologique de l’hybridation des espaces d’activité. Intellectica 41–42, 139–162.

Sacks, H., 1987. On the Preferences for Agreement and Contiguity in Sequences in Conversation. In: Button, G., Lee, J.R.E. (Eds.), Talk and Social Organization. Multilingual Matters, Clevedon, pp. 54–69.

Sacks, H., 1992. Collected Lectures. Cambridge University Press, Cambridge.

Sacks, H., Schegloff, E., Jefferson, G., 1974. A Simplest Systematics for the Organization of Turn-Taking for Conversation. Language 50 (4), 696–735.

Schatzky, T., Knorr Cetina, K., Von Savigny, E. (Eds.), 2001. A Practice Turn in Contemporary Theory. Routledge, London.

Schegloff, E., Sacks, H., 1973. Opening up Closings. Semiotica 8 (4), 289–327.

Scribner, S., 1986. Thinking in Action: Some Characteristics of Practical Thought. In: Sternberg, R., Wagner, R. (Eds.), Practical Intelligence: Nature and Origin of Competence in the Everyday World. Cambridge University Press, Cambridge, pp. 13–30.

Sharrock, W., Button, G., 1991. The Social Actor: Social Action in Real Time. In: Button, G. (Ed.), Ethnomethodology and the Human sciences. Cambridge University Press, Cambridge, pp. 137–176.

Sharrock, W., Watson, R., 1990. L’unité du faire et du dire. L’action et l’organisation sociales comme phénomènes observables et descriptibles. Raisons Pratiques 1, 227–253.

Suchman, L., 1987. Plans and Situated Action: the Problem of Human-Machine Communication. Cambridge University Press, Cambridge.

Suchman, L., 1996. Constituting Shared Workspaces. In: Engeström, Y., Middleton, D. (Eds.), Cognition and Communication at Work. Cambridge University Press, Cambridge, pp. 35–60.

Suchman, L., 2007. Human-Machine Reconfigurations. Plans and Situated Action, 2nd Edition. Cambridge University Press, Cambridge.

Terssac (de), G., 2003. La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud. Débats et prolongements. La Découverte, Paris.

Theureau, J., 2004. Le cours d’action : analyse sémio-logique. Octarès, Toulouse.

Tripier, P., 1991. Du travail à l’emploi. Paradigmes, idéologies et interactions. Éditions de l’Université, Bruxelles.

Vatin, F., 1999. Le travail, sciences et sociétés. Essais d’épistémologie et de sociologie du travail. Éditions de l’Université, Bruxelles.

Veltz, P., Zarifian, P., 1993. Vers de nouveaux modèles d’organisation ? Sociologie du Travail 35 (1), 3–25.

Vermersch, P., 1992. L’entretien d’explicitation. ESF, Paris.

Virkkunen, J., Kuutti, K., 2000. Understanding organizational learning by focusing on “activity systems”. Accounting, Management, and Information Technologies 10, 291–319.

Vygotsky, L.S., 1978. Mind in Society. The Development of Higher Psychological Processes. Harvard University Press, Cambridge.

Vygotsky, L.S., 1997. Pensée et langage. La Dispute, Paris.

Weick, K., Roberts, K., 1993. Collective Mind in Organizations: Heedful Interrelating on Flight Desks. Administrative Science Quarterly 38 (3), 357–381.

Weller, J.M., 1998. La modernisation du service public par l’usager, une revue de la litterature. Sociologie du travail 40 (3), 365–392.

Wertsch, J., 1985. Vygotsky and the Social Formation of Mind. Harvard University Press, Cambridge.

Haut de page

Notes

1 Je voudrais remercier tout particulièrement Anni Borzeix et Franck Cochoy, pour leur soutien et leurs contributions, qui ont permis à cette mise en perspective d’exister et de prendre forme.

2 « [...] Il y avait quelque chose d’un peu schizophrénique dans notre vision du travail déqualifié : preuve de la malignité de l’OST, objet à ce titre de dénonciation et d’une analyse critique et, en même temps, un travail frappé d’irréalisme puisque l’organisation et l’activité « réelles » du travail s’écartaient considérablement, comme nous le savions, du prescrit. Un travail dont le contour et les conséquences nous importaient (contexte, condition, organisation, etc.) mais dont le contenu (actes, actions, activités, opérations...) n’était pas notre objet » (Borzeix, 2003).

3 Ce type de préoccupation est sans doute sous-représenté dans la tradition de recherches française sur la sociologie de la régulation (de Terssac, 2003).

4 Pour une excellente synthèse en langue anglaise de l’œuvre de L.S. Vygotsky, voir Wertsch, 1985.

5 Voir également l’article de C. Roth et celui de B. Conein et M. Latapy dans ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Licoppe, « Dans le « carré de l’activité » : perspectives internationales sur le travail et l’activité », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 3 | 2008, 287-302.

Référence électronique

Christian Licoppe, « Dans le « carré de l’activité » : perspectives internationales sur le travail et l’activité », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 3 | Juillet-Septembre 2008, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19353 ; DOI : 10.4000/sdt.19353

Haut de page

Auteur

Christian Licoppe

Department of Social Science, Telecom Paris Tech, Institut Telecom, 46, rue Barrault, 75013 Paris, France
christian.licoppe[at]telecom-paristech.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals