Navigation – Plan du site
Comptes rendus

François Dubet, Ce qui nous unit. Discriminations, égalité et reconnaissance

Le Seuil, Paris, 2016, 128 p.
Vincent-Arnaud Chappe
Référence(s) :

François Dubet, Ce qui nous unit. Discriminations, égalité et reconnaissance, Le Seuil, Paris, 2016, 128 p.

Texte intégral

1Avec ce dernier ouvrage, François Dubet prolonge sa réflexion sur les menaces qui pèsent sur nos sociétés contemporaines, mais également sur les fondements qui permettent — ou permettraient — de les faire tenir. Ce petit livre, publié dans la collection « La République des Idées », poursuit ainsi un double projet : celui d’une sociologie à la fois empirique et engagée. Il propose une analyse synthétique des enjeux de la discrimination aujourd’hui en France — en tant qu’expérience personnelle et en tant que problème social — et apporte des pistes pour « refaire une société ».

2L’introduction part du dilemme que soulève l’enjeu de non-discrimination, entre demande d’égalité et demande de reconnaissance d’identités spécifiques. Elle pose la question du contenu des demandes de reconnaissance, et de la nécessité d’un « tiers » pour faire société. Le développement de l’ouvrage prend ensuite appui sur une enquête empirique présentée plus exhaustivement dans un livre précédent (Dubet et al., 2013), fondée sur 187 entretiens et une vingtaine de réunions de groupe.

3Le premier chapitre porte sur l’expérience vécue des discriminations comme dénégation de l’égalité et du mérite individuel. Il montre notamment le caractère plus ou moins total du vécu discriminatoire — selon qu’il en vient ou non à définir l’identité de la personne — et des réactions qu’il provoque : évitement, esquive, auto-discrimination, etc. Le deuxième chapitre porte sur les politiques de lutte contre les discriminations et l’insuffisance de la protection juridique, qui s’explique en partie par le refus qu’ont les discriminés d’endosser le statut de victimes. L’auteur y analyse également l’impossibilité d’une politique de discrimination positive dans le cadre républicain, renforcée par le refus des minorités de bénéficier d’un système qui viendrait remettre en cause leur propre mérite individuel.

4Le troisième chapitre met en regard les demandes d’identité émanant des populations minoritaires et les crispations identitaires des populations majoritaires. Il montre comment celles-ci s’inscrivent à la fois dans la crise du cadre national et dans la remise en cause de l’ordre « naturel », notamment en lien avec les questions du genre et de l’égalité des sexes. Du côté des minorités, F. Dubet analyse la crispation portant sur les demandes communautaires, et la façon dont les demandes de reconnaissance les plus complètes restent cantonnées à des groupes restreints, la majorité des discriminés exprimant des demandes de reconnaissance plus discrètes et limitées. Il pointe ainsi les impasses des politiques de reconnaissance qui formeraient un jeu « à somme nulle » (p. 95) où les acquis des minorités seraient compensés par les pertes de la majorité.

5Le quatrième chapitre est plus explicitement normatif. Il pose la nécessité de faire émerger « un tiers inscrivant la lutte contre les discriminations dans des politiques générales » (p. 97). Face à la crise de la société et de ses institutions, il propose une refondation de l’ordre social organisé autour de la réduction des inégalités sociales — qui rendraient les discriminations moins criantes et douloureuses —, l’élargissement de la vie démocratique et de la participation, la refondation d’une laïcité tolérante inscrite dans une hiérarchisation claire des droits. Il plaide pour une école moderne au service de la transmission de ces valeurs, et pour la réécriture d’un récit national inclusif, permettant le déploiement de politiques publiques apaisées plutôt que « celles qui s’absorbent dans des dramaturgies » (p. 116).

  • 1 Personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transsexuelles, queer et intersexes (NDLR).

6François Dubet propose une analyse et des prises de position stimulantes, qui ne sont néanmoins pas à l’abri des critiques. La thèse principale de l’ouvrage est celle d’une nécessaire hiérarchisation entre l’objectif de réduction des inégalités sociales, prioritaire, et celui de disparition des discriminations, subordonné au premier. Si l’auteur se défend de vouloir « rabattre les discriminations sur la vieille question sociale » (p. 12), on peut néanmoins penser qu’il sous-estime les effets systémiques des discriminations sur la cohésion sociale. Certes, un monde plus égal profiterait à tous et toutes, dont les victimes de discrimination ; mais cela n’enlèverait rien de la violence vécue de ceux et celles qui voient leur identité stigmatisée. On peut également souligner que la discrimination, en tant qu’elle est aussi un système inversé de privilèges pour les majoritaires, est un puissant outil de division de la société, et plus particulièrement des classes populaires dans leur capacité à se mobiliser pour obtenir plus d’égalité et d’équité, d’où un effet de rétroaction des discriminations sur l’égalité sociale. L’argument selon lequel il suffirait, pour répondre aux demandes d’équité, que la majorité « renonce à quelques réflexes, à quelques routines et à quelques intérêts inavouables » (p. 95) paraît donc singulièrement optimiste et peu conscient de la profondeur des pratiques discriminatoires. Enfin, on comprend mal cette idée de jeu à « somme nulle » où la demande de reconnaissance des identités minoritaires irait à l’encontre de la majorité et ferait craindre une déstabilisation de l’ordre social : on peut très bien imaginer des dispositifs inclusifs de coexistence pacifique des identités. De plus, il est également possible d’assumer, du point de vue des mouvements sociaux, d’engager un rapport de force et de « froisser » l’identité majoritaire quand celle-ci produit de l’exclusion ou de l’infériorisation (on peut penser à la situation des LGBTQI1 ou à l’instrumentalisation de la laïcité contre des minorités religieuses).

7On peut donc reprocher à François Dubet une forme d’ethnocentrisme majoritaire surestimant le danger des demandes de reconnaissance par rapport à celui de l’étendue des pratiques discriminatoires et privilégiant la réduction des inégalités sociales sur celle des discriminations. Il ne s’agit pas de postuler le contraire, mais plutôt de penser de façon articulée — et non hiérarchisée — la question des inégalités sociales et celle des discriminations. L’émergence d’un « tiers » comme refondation sociale apparaîtra alors d’autant plus pertinente qu’elle n’impliquera plus l’élusion de l’enjeu des identités, mais son inclusion dans un questionnement politique plus global.

Haut de page

Bibliographie

Dubet, F., Cousin, O., Macé, É., Rui, S., 2013, Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations, Le Seuil, Paris.

Haut de page

Notes

1 Personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transsexuelles, queer et intersexes (NDLR).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent-Arnaud Chappe, « François Dubet, Ce qui nous unit. Discriminations, égalité et reconnaissance », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1937

Haut de page

Auteur

Vincent-Arnaud Chappe

Mines ParisTech, PSL Research University
CSI - Centre de sociologie de l’innovation i3 UMR CNRS 9217
60, boulevard Saint-Michel, 75005 Paris, France
vincent-arnaud.chappe[at]mines-paristech.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals