Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Vincent Troger, Pierre-Yves Bernard et James Masy, Le baccalauréat professionnel : impasse ou nouvelle chance ? Les lycées professionnels à l’épreuve des politiques éducatives

Presses universitaires de France, Paris, 2016, 184 p.
Gilles Moreau
Référence(s) :

Vincent Troger, Pierre-Yves Bernard et James Masy, Le baccalauréat professionnel : impasse ou nouvelle chance ? Les lycées professionnels à l’épreuve des politiques éducatives, Presses universitaires de France, Paris, 2016, 184 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En entame de cet ouvrage consacré au baccalauréat professionnel, les auteurs rappellent qu’en décembre 2009 un « débat scolaire » mobilisait les médias et l’intelligentsia : la suppression de l’enseignement de l’histoire en terminale S. À la même époque, une réforme entrait en application sans avoir ému le monde médiatique : le « bac pro », jusque-là préparé en deux ans après un brevet d’enseignement professionnel, devenait un baccalauréat « comme les autres » qu’on pouvait obtenir en trois ans. En soulignant cette juxtaposition des mobilisations inégales du monde académique, les auteurs ne se contentent pas de pointer les emballements médiatiques : ils rappellent aussi combien dans le débat public, tout comme dans les recherches en sciences sociales, l’enseignement professionnel est toujours négligé, voire méprisé, alors qu’il accueille près de 700 000 élèves. C’est le premier mérite de cet ouvrage que de dénoncer le coût en connaissances des ethnocentrismes intellectuels qui, depuis longtemps, n’ont réservé qu’une place congrue à l’analyse de ces établissements qui forment pourtant les ouvriers et employés de demain, et c’est sans surprise qu’on trouve à la tête des auteurs de l’ouvrage Vincent Troger, un des rares chercheurs qui tiennent la lampe allumée dans les locaux des lycées professionnels.

2Mais le fait d’exister n’est pas la seule qualité de ce livre. Il présente aussi un pari : renouveler la lecture sociologique de l’enseignement professionnel à partir d’une analyse de la réforme du ministre Xavier Darcos qui, en 2009, institue le bac pro en trois ans. Les auteurs font l’hypothèse que cette réforme a changé des choses et que les analyses du lycée professionnel en termes de reproduction et d’orientation par défaut doivent être revisitées à l’aune des enquêtes qu’ils ont réalisées. Bien sûr, ils rappellent combien le lycée professionnel reste une assignation scolaire pour les moins dotés socialement, scolairement et culturellement et soulignent que la réforme a accentué les discriminations au sein de la formation professionnelle entre ceux qui accèdent au bac pro, voire à l’enseignement supérieur ensuite, et ceux qui n’accèderont qu’à un diplôme de niveau V (certificat d’aptitude professionnelle notamment) ou quitteront l’école sans diplôme. Mais plutôt que d’insister sur ce verre à moitié vide, les auteurs prennent le parti d’en étudier la partie pleine : une revalorisation des aspirations des élèves et de leurs familles à l’égard de la formation professionnelle et des poursuites d’études post-bac, effectivement plus nombreuses, un moindre sentiment de relégation, un déplacement des limites, etc. — bref, une nouvelle donne plutôt qu’une impasse. La conclusion ne laisse plus l’interrogation du titre de l’ouvrage en suspens. Pour les auteurs, cette transformation du lycée professionnel est le produit d’une articulation nouvelle entre déterminismes sociaux, nouvelle offre de formation et espace de décision des acteurs.

3L’ouvrage est divisé en six chapitres. Le premier situe l’enseignement professionnel français dans les comparaisons internationales. Cette perspective n’est pas un exercice de style que l’injonction à l’internationalisation imposerait désormais à toute publication en sciences sociales : prenant appui sur la classique analyse sociétale de Marc Maurice, François Sellier et Jean-Jacques Sylvestre, elle mobilise la théorie des conventions et sa déclinaison pour l’enseignement professionnel proposée par Éric Verdier pour tisser une toile de fond théorique à la démonstration à venir. Le chapitre suivant revient sur les grandes transformations de l’enseignement professionnel depuis la Seconde Guerre mondiale qui l’ont conduit d’une filière sélective avec concours à l’entrée à un rôle de gestion des élèves en difficulté scolaire, jusqu’à la création du « bac pro » en 1985 dans un contexte de déclin. Ce sont des choses connues, mais qu’il est indispensable de mettre en perspective pour comprendre la suite, et notamment le chapitre 3 qui narre la création du bac pro en trois ans « au forceps ». Car là est bien la singularité de ce « nouveau bac pro » : expérimenté dans les années 2000 sans résultat probant, mais que le pouvoir politique imposera néanmoins, y compris aux branches professionnelles qui n’en voulaient pas, mu sans aucun doute par les économies d’échelle que la réduction d’un an de l’accès au bac pro permettait. Les auteurs insistent à juste titre, à ce propos, sur la relativité du discours politique « officiel » concernant l’adéquation de la formation au marché de l’emploi et aux souhaits des entreprises : très concrètement, le ministre X. Darcos s’en soucie peu. Vient ensuite un quatrième chapitre qui rend compte des enquêtes par questionnaires et entretiens faites, en Pays de la Loire notamment, auprès des élèves de ce « nouveau bac pro », et qui montre un résultat contre-intuitif : la réforme est un succès populaire, les élèves et leurs familles s’approprient la réforme, assument plus souvent leur inscription en lycée professionnel et aspirent volontiers à continuer après le bac. Certes, ces résultats ne sont pas uniformes et varient suivant les spécialités, selon que les jeunes sont d’origine immigrée ou pas et issus d’une famille populaire « stabilisée » ou non. Mais la pente est là : le bac pro en trois ans fait passer les choix à la fin du collège du statut de destin professionnel à celui d’orientation professionnelle. Tout n’est pas simple pour autant, et, dans le chapitre 5, les auteurs décrivent les heurs et malheurs des détenteurs de bacs pro qui accèdent à l’enseignement supérieur, essentiellement en brevet de technicien supérieur : la marche est haute, et si le rapport aux savoirs généraux de ces élèves s’est modifié du fait de leur conversion à la prolongation d’études, l’expérience du supérieur est loin d’être pour eux un long fleuve tranquille. Fréquemment minoritaires face aux titulaires de baccalauréats généraux ou technologiques, ils connaissent souvent un vif ressentiment social et prennent alors conscience de leurs lacunes scolaires et de leurs difficultés à se contraindre au travail personnel. À l’aune de ces enquêtes sur le terrain, le sixième et dernier chapitre reprend la thèse d’ensemble qui invite à une relecture de la notion de relégation et d’orientation par défaut : non, affirment les auteurs, avec le bac pro en trois ans, tous les élèves de lycée professionnel n’y vont pas « à reculons », au contraire.

4Au bout du compte, la thèse est assez convaincante et bien étayée. Elle reste à confirmer dans la durée — la réforme n’a même pas dix ans — et dans l’espace — rien n’indique que ce qui a été observé surtout dans les Pays de la Loire vaille aussi en Île-de-France ou dans le Nord où les sous-sols éducatifs et les morphologies lycéennes sont différents. De plus, elle pourrait être dépouillée des références à la théorie des conventions qui, en mettant en avant un très hypothétique effritement de la convention académique au profit de la convention professionnelle, n’apporte rien de fondamental à la démonstration centrale du livre. Rendre compte d’une recomposition en cours du rapport à l’enseignement professionnel des familles de milieux populaires suffit à justifier le bien-fondé de cet ouvrage, qui invite, du coup, à porter un autre regard sur le lycée professionnel et à y développer de nouvelles investigations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Moreau, « Vincent Troger, Pierre-Yves Bernard et James Masy, Le baccalauréat professionnel : impasse ou nouvelle chance ? Les lycées professionnels à l’épreuve des politiques éducatives », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1940

Haut de page

Auteur

Gilles Moreau

Groupe de recherches sociologiques sur les sociétés contemporaines (GRESCO), Université de Poitiers, Hôtel Fumé, 8, rue Descartes, TSA 81118, 86073 Poitiers Cedex 9, France
Associé au Centre d'études et de recherche sur les qualifications (CEREQ)
gilles.moreau[at]univ-poitiers.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals