Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Julien Charles, La participation en actes. Entreprise, ville, association

Desclée de Brouwer, Paris, 2016, 168 p.
Antoine Bevort
Référence(s) :

Julien Charles, La participation en actes. Entreprise, ville, association, Desclée de Brouwer, Paris, 2016, 168 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Participation, Dispositifs
Haut de page

Texte intégral

1À rebours de nombreux ouvrages, Julien Charles adopte une approche critique des vertus supposées de la participation. L’auteur souligne de façon répétée la dimension éprouvante de la participation et développe l’idée qu’elle puisse constituer un processus excluant et non démocratique. L’analyse met également l’accent sur les contraintes inévitables de la participation et leur violence potentielle.

2L’auteur s’inscrit dans l’approche de la sociologie pragmatique de la critique de Luc Boltanski et Laurent Thévenot et se réfère à la sociologie des engagements de Laurent Thévenot, qui signe la préface. La sociologie de la reconnaissance d’Axel Honneth constitue une autre référence théorique mobilisée. L’analyse est fondée sur quatre études empiriques : un exemple de management participatif dans une usine du groupe Caterpillar, une démarche participative urbaine, une institution médicale autogérée, toutes trois situées en Belgique, et enfin un atelier californien de réparation de vélos.

3L’ouvrage comprend quatre chapitres abordant tout d’abord les exigeantes « conditions de mise en forme » inhérentes à la participation. J. Charles décrit comment le management participatif mis en œuvre dans l’usine Caterpillar incite les salariés à s’impliquer dans une dynamique d’amélioration continue de la production, en imposant un « format » de participation très contraignant qui pousse les plus anciens à se désengager. La consultation pour l’adoption d’un plan communal de mobilité impose de même une démarche très directive qui circonscrit les avis des habitants dans des dispositifs imposés par l’animatrice. Le deuxième chapitre, intitulé « la personne à l’épreuve de la participation », repose plus particulièrement sur l’étude d’une institution médicale autogérée créée dans les années 1970 dans un quartier proche de l’usine Caterpillar. Les nouveaux salariés ne partagent cependant pas l’idéal des anciens, dont les injonctions participatives sont ressenties comme des contraintes mettant en évidence leur manque de compétence. Le troisième chapitre développe l’idée que participer ne consiste pas seulement à « dire des choses » ; c’est aussi « faire des choses ensemble », comme le montre une enquête réalisée dans un atelier californien de réparation de vélos — la « bicycle Kitchen » dont « les volontaires se mobilisent pour apprendre aux clients à réparer leur vélo eux-mêmes » (p. 115). Le quatrième et dernier chapitre fait la synthèse des critiques formulées et propose quelques améliorations des dispositifs participatifs.

4L’ouvrage se veut en rupture avec les approches traditionnelles. L’auteur affirme ainsi ne pas se limiter « à la démocratie participative ou à la participation citoyenne comme le font les sciences sociales aujourd’hui » (p. 28-29). Il ne tient pas pour acquises les vertus démocratiques présupposées de la participation et considère que « la participation n’est donc pas gratuitement ouverte aux voix de chacun, comme ses défenseurs le considèrent souvent » (p. 66). Il faut passer par un format défini pour communiquer, comme le montrent le management participatif mis en œuvre dans l’usine Caterpillar et la consultation pour l’adoption d’un plan communal de mobilité.

5L’auteur prend argument de ces deux exemples qui inscrivent la participation de façon très étroite dans un format contraignant imposé par les animateurs de la participation pour dire son désaccord avec Joëlle Zask (2011, p. 135), selon laquelle il faut « créditer, en droit et en fait, chaque individu, quelles que soient ses caractéristiques et ses qualités, du pouvoir d’apporter une part au commun auquel il prend part ». D’après J. Charles, ces propositions sont « éloignées des réalités empiriques » (p. 74). Selon lui, tout le monde ne dispose pas des « ressources nécessaires pour mettre en œuvre les compétences attendues par les institutions » (p. 75).

6Julien Charles estime également qu’il faut prendre de la distance avec plusieurs analyses réalisées dans l’espace du travail « qui indiquent que les personnes souffrent d’un manque de participation sans indiquer précisément de quelles formes de participation il est question » (p. 130). Il ne partage ainsi pas les conclusions de la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de travail qui considère que la participation augmente la satisfaction des travailleurs à l’égard de leurs tâches.

7S’il a raison d’observer qu’une analyse en termes d’asymétrie ou d’inégalité de pouvoirs est nécessaire et pertinente, la thèse qu’il défend n’est cependant pas très convaincante. D’abord, les arguments développés sont un peu partiels et ne se réfèrent guère aux nombreux travaux consacrés à la participation dans le monde du travail, sur le toyotisme par exemple. Les cas étudiés paraissent un peu des exemples ad hoc pour la démonstration, comme l’exemple du management participatif dans l’usine belge du groupe Caterpillar, ou le pilotage très directif de la démarche participative dans une commune. On imagine aisément un ouvrage qui adopterait le point de vue inverse en sélectionnant les contre-exemples ad-hoc.

8Les références théoriques sont singulièrement restreintes. Ainsi, le premier chapitre s’intéresse aux modes de communication, mais l’auteur ne fait pas référence aux analyses développées par Albert O. Hirschman dans Exit, Voice and Loyalty (1970). Les travaux d’Amartya Sen, comme par exemple La Démocratie des autres (2006), ou les théories du capital social auraient également permis de complexifier sa thèse. Enfin, son approche aurait pu déboucher sur l’intérêt de la problématique de l’empowerment. Si la notion est évoquée, les implications n’en sont guère approfondies. Or la « capacitation » — faire advenir la puissance d’agir d’un individu — est bien la question qu’il pose.

9Enfin, l’auteur n’évite pas une certaine répétition dans l’affirmation du caractère éprouvant de la participation, confondant peut-être les modalités singulières des processus participatifs qu’il étudie et le principe général de la participation. La non-participation, la subordination hiérarchique, est du coup plus ou moins implicitement perçue comme un fait positif. Le caractère éprouvant de la participation est certes lié à la tension inhérente au rapport hiérarchique salarial, mais ce rapport s’exerce également et souvent plus fortement sans dispositifs de participation.

Haut de page

Bibliographie

Hirschman, A.O., 1970, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Harvard University Press, Cambridge, MA.

Sen, A., 2006, La Démocratie des autres. Pourquoi la liberté n’est pas une invention de l’Occident, Rivages poche, Paris.

Zalc, C., 2011, Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, Le Bord de l’eau, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Bevort, « Julien Charles, La participation en actes. Entreprise, ville, association », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1947

Haut de page

Auteur

Antoine Bevort

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE), UMR 3320 CNRS et CNAM, 1LAB40, 2, rue Conté, 75003 Paris, France
antoine.bevort[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals