Navigation – Plan du site
Travail et cognition II

L’homme et l’automate. L’écologie élargie du travail contemporain

Humans and automatons: The extended ecology of contemporary work
Alexandra Bidet
p. 372-395

Résumés

Que devient l’homme dans les environnements techniques complexes ? Cet article montre que la sociologie du travail navillienne a ici une longueur d’avance sur la « cognition distribuée », l’« action située » ou le « régime de familiarité ». En étudiant les différentes formes de distribution de l’activité de supervision des flux téléphoniques, il documente les apports de cette tradition à l’approche écologique des activités : elle lui permet de passer de l’« artefact » à l’« automate ». Dans des milieux de travail où les dispositifs techniques ne sont pas principalement conçus comme des objets d’usage, étudier l’agir distribué, c’est entrer plus avant dans l’épaisseur des dispositifs techniques. Une écologie des activités élargie aux automatismes permet de saisir les efforts des travailleurs pour s’orienter dans des milieux riches en médiations électroniques et réintègre à l’analyse un vaste pan de l’activité : les circulations des travailleurs pour « s’y retrouver », ou encore le travail comme enquête.

Haut de page

Texte intégral

1. S’orienter dans un monde d’écrans1

  • 1 Cet article rassemble des éléments présentés lors des xe et des xie Journées de sociologie du trava (...)
  • 2 Ainsi, s’exprime le directeur du réseau dans la brochure présentant le premier dispositif de superv (...)

« Le lait sur le feu et le trafic téléphonique ont en commun de nécessiter l’un et l’autre surveillance constante et réaction rapide, sous peine de fâcheux débordements. Si un œil exercé et une main prompte suffisent dans le premier cas, le second requiert un équipement beaucoup plus sophistiqué, de conception, d’élaboration et d’utilisation très complexes. »2

  • 3 L’expression est celle des ergonomes : « Récupérer, c’est œuvrer pour remettre à la valeur qu’elle (...)

1Sommes-nous aujourd’hui bien outillés pour étudier le rapport au travail et les relations entre travailleurs dans des situations équipées en dispositifs techniques complexes, à l’image ici de la supervision du trafic téléphonique ? Les approches ordinaires du travail en train de se faire n’épuisent pas le caractère distribué de ces activités. Qu’est-ce que travailler, en effet, quand l’activité est à ce point distribuée entre les hommes et les automatismes – le travail humain, tellement déconnecté de l’opération mécanique – que les travailleurs parfois ne s’y retrouvent plus ? Ni la « cognition distribuée » (les représentations externes), ni « l’action située » (les ressources du contexte), ni le « régime de familiarité » (la routine, l’habiter) n’éclairent ce que deviennent « l’œil exercé » et « la main prompte », évoqués en exergue, là où les principales interventions relèvent du fonctionnement autonome des artefacts. Dans ces activités, appelées souvent à tort « immatérielles » (Bidet, 2007c ; Moricot, 2007), où prolifèrent écrans, commandes informatiques et données numériques, les automatismes laissent au travailleur des fonctions de contrôle et de surveillance, via « la lecture et l’interprétation de signes » (Naville, 1963). Si l’analyse dessine alors une figure du travailleur comme « organisateur permanent d’une société des objets techniques, qui ont besoin de lui comme les musiciens ont besoin du chef d’orchestre » (Simondon, 1989, p. 11), l’homme lui-même voit les automates faire le travail et peut douter de la valeur de son « activité de récupération »3.

  • 4 L’expression fait référence à celle de monde « sur le papier » : D.R. Olson traite ainsi, dans la l (...)
  • 5 « L’écologie des activités analyse d’abord des échanges explicites ou furtifs, verbaux ou posturaux (...)

2Perplexité, désorientation, « besoin de signification » : P. Naville a souligné la prégnance d’une « psychologie inquiète » là où le « fonctionnement autonome des outillages » est tel que « l’individu ne sait plus comment il intervient en tant que tel ». Face à une machine « peu à peu étrangère à son corps, à ses instincts, à sa vie » (Naville, 1963, p. 54), il s’interroge sur ses « pouvoirs ». Dans le cas de la surveillance du trafic téléphonique, envisagé dans cet article, les opérateurs sont confrontés à un « monde sur écran »4, où l’« on ne voit pas ce qu’on fait », et à des dispositifs autonomes, où l’on est toujours au risque de « ne rien faire » : le plus souvent, « ça s’autodémerde ». Nous suggérerons que ces environnements techniques complexes nécessitent de passer de l’« artefact » à l’« automate », c’est-à-dire d’intégrer à l’analyse, au-delà du cadre équipé et de la capacité d’action (agency) des objets, les artefacts se mouvant sans intervention humaine : les automatismes. L’enjeu de cette écologie élargie des activités5 est de décrire ce qui l’est encore très peu : les efforts déployés par les travailleurs pour s’y retrouver.

  • 6 P. Naville désigne ainsi la logique opératoire qui « consiste à rendre autonome dans son fonctionne (...)

3Face à ces phénomènes, qui nous portent aux limites des approches en termes de « cognition distribuée » et de leurs développements récents, à la croisée de « l’action située » et de la « théorie de l’activité » (Engeström et Middleton, 1996 ; Béguin et Clot, 2004 ; Nardi, 1996 ; Nicolini et al., 2003), la sociologie du travail a une longueur d’avance. Contrairement aux perspectives qui, concentrées sur l’étude rapprochée des interfaces des machines, délaissent leur fonctionnement autonome, elle dispose d’une riche tradition d’étude de l’automation6, qui l’a amenée à porter attention à la spécificité d’un travail de plus en plus équipé en dispositifs médiatisés, automatisés, et plus généralement en « abstractions ». Sur le terrain de la production par processus continu, la tradition navillienne saisit d’emblée le travail automatisé non pas en termes d’immatérialité ou d’abstraction, mais de distribution de l’activité entre hommes et automatismes (Naville, 1960, 1961, 1963 ; Vatin, 1987 ; de Terssac, 1992 ; Pillon et Vatin, 2007 ; Rolle, 2007).

4Après avoir précisé les apports de cette tradition pour l’approche écologique des activités, nous nous appuierons sur une enquête ethnographique menée en 2001, au sein du centre de surveillance du trafic téléphonique d’Île-de-France. Nous présenterons la genèse de ce « centre de calcul » (Latour, 1985) et sa transformation récente en scène pour l’action, puis étudierons la façon dont ses agents tentent de s’orienter dans un milieu riche en « abstractions ». Nous verrons ainsi que leur activité consiste essentiellement dans des circulations, en regroupant sous ce vocable les passages d’un écran à l’autre, d’un espace distant à l’autre et d’une activité à l’autre.

2. De l’étude de l’automation à une approche écologique élargie des activités

5Suivre une approche écologique, c’est approfondir l’intuition des ergonomes et de P. Naville en sociologie du travail, premiers à avoir pointé la singularité des milieux de travail où « l’automatisme parle à l’automatisme ». Dans ces « environnements dynamiques » (Hoc, 1996 ; Cellier et al., 1996 ; Amalberti et Hoc, 1998), les artefacts présentent une capacité d’autorégulation qui les émancipe du mouvement de l’activité humaine et confère un nouveau statut au travail humain : il n’intervient plus directement sur le processus productif mais sur des dispositifs de commande et de signalisation, qui centralisent des informations données par des groupes de machines. Avec l’automation, l’objet immédiat du travail, constitué de « signaux de signaux » (messages d’alarme, relevés de mesure, etc.), se sépare de l’installation ou du processus productif : « les opérateurs agissent sur des intermédiaires techniques plutôt que sur les objets de travail directement » (Sperandio, 1988). Ainsi, le guidage d’une machine diffère du maniement d’un outil et la communication avec celle-ci est par nature partielle. Au sein des perspectives attentives à la spécificité des abstractions informatiques – les travaux sur le Computer Supported Cooperative Work (CSCW) et le Human-Computer Interaction (HCI) – l’éthnométhodologie a contribué à mettre en évidence leur caractère de « boîtes noires » : « les mécanismes internes au système, qui décrivent et contrôlent la manière dont il fait ce qu’il fait, ne sont intentionnellement pas offerts à l’exploration » (Button et Dourish, 1998). Ces abstractions ignorent l’exigence d’accountability : elles font, sans simultanément dire ce qu’elles font, mettant ainsi l’activité humaine au risque de la perplexité. C’est dire que le travailleur doit, simultanément, piloter les machines par l’intermédiaire de leur interface et garder en tête qu’elles ont aussi un fonctionnement autonome, que l’interface ne place pas directement sous leur contrôle.

6Si la sociologie fait aujourd’hui une place aux objets dans l’action (Bessy et Chateauraynaud, 1993 ; Conein et al., 1993 ; Latour, 1994 ; Thévenot, 1994 ; Sociologie du travail, 1994), elle s’intéresse encore peu aux activités riches en automatismes. Elle étudie les outils et les interfaces, non les machines. La négation persistante de la technique, « Vanishing Technology », dans les travaux qui pourtant s’y consacrent, notamment la « nouvelle sociologie des techniques », a déjà été relevée (Button, 1993 ; Dodier, 1995). Le biais fonctionnaliste est inhérent aux perspectives centrées sur la coordination des activités, tout comme le risque de toujours dissoudre in fine les artefacts dans de l’échange de connaissances ou des faits de communication. Aujourd’hui, la sociologie des technologies de l’information et de la communication (TIC) privilégie les objets d’usage : de même qu’elle accompagne la conception d’objets techniques destinés à équiper l’activité humaine, elle trouve dans « l’action située » (Suchman, 1987) et la « cognition distribuée », ou les « théories de l’activité » (Nardi, 2006), des approches idoines. Si ces courants étudient les interfaces en oubliant les machines, c’est un luxe que n’ont pas les travailleurs qui cohabitent avec elles.

7Dans des milieux de travail où les dispositifs techniques ne sont pas principalement conçus comme des « objets d’usage », étudier l’agir distribué, c’est entrer plus avant dans l’épaisseur des dispositifs. Une écologie élargie aux automatismes permettra de saisir les efforts des travailleurs pour s’orienter dans des milieux riches en médiations électroniques et réintègrera ainsi à l’analyse un vaste pan de l’activité : les circulations des travailleurs pour « s’y retrouver », d’autant plus saillantes que le travail humain n’est plus circonscrit à un segment du processus productif. Après avoir disséminé, avec la théorie de l’acteur-réseau, l’origine de l’action dans des agencements et une « multitude qui fait agir » (Latour, 1991), le sociologue du travail est en effet curieux de savoir comment les personnes s’y orientent.

  • 7 Sur l’intérêt de revenir de la notion d’action vers celle d’activité, voir aussi : Darré (1985) ; D (...)

8La perspective qui rassemble les activités en une écologie revient à la source pragmatiste des courants mentionnés plus haut (Joseph, 1998, 2006, 2007a). Elle offre une voie alternative aux « théories de l’activité » et à leur notion de « sujet » pour ne plus « séquestrer l’action dans la situation », et réintégrer la dimension créative « au sein même de l’activité de travail, par le biais de la réflexivité qui s’y exerce » (Grosjean, 2005). S’intéresser aux circulations des travailleurs, c’est alors investir leur relation active et créative à leur milieu. Sinon, le pas est vite franchi du travail comme « mindful pratice » (Engeström et Middleton, 1996) aux interrogations aporétiques sur la part du « sujet » et de « l’environnement » dans le contrôle de l’action (Kaptelinin et Nardi, 2006, p. 226), dont les tenants de l’acteur-réseau pensaient nous avoir délivrés (Latour, 1991)7.

9La sociologie du travail navillienne a ouvert la voie. L’automation l’a en effet conduite à déplacer l’attention de l’unité du travailleur et de son travail – « quel est leur poste de travail ? Quel est leur travail ? On ne le sait plus très bien » – vers les ressorts du travail qui se fait. C’est l’originalité du concept navillien d’automation : tourné vers l’opération, il n’identifie pas un type de dispositif, caractérisé par un degré d’abstraction, mais le principe opératoire propre au fonctionnement autonome d’un ensemble technique ; non une distance statique entre le travailleur et la matière, comme chez G. Friedmann, mais la dynamique d’une activité cognitive désormais distribuée entre hommes et machines. Si P. Naville use de la rhétorique de la « distanciation » – l’homme « perd le contact direct avec le matériau », sa surveillance est « de plus en plus indirecte » –, il saisit avant tout cette nouvelle « autonomie du signe », comme une « nouvelle relation » entre l’homme et l’outillage sur laquelle il s’agit d’enquêter : « entre l’homme et les outillages s’instaure une relation d’information et de communication d’un type nouveau [...] on assiste à l’établissement d’un rapport nouveau entre opérateurs et machines, et par suite à un rapport nouveau entre les opérateurs eux-mêmes » (Naville, 1963, p. 231). Est aussi soulevée la principale question posée par ces activités riches en travail cognitif : comment travailler avec des « abstractions » ? Quand « l’opérateur n’a plus de prise directe », quand « l’outillage fonctionne de manière de plus en plus autonome », l’inquiétude surgit en effet d’un possible effacement de la « curiosité créatrice envers les choses » : « La tâche que l’homme cesse d’effectuer lui-même, il cesse aussi dans une large mesure de s’y intéresser, parce qu’elle ne lui pose plus de questions » (Naville, 1963, p. 84 et 137).

10L’écologie des activités permet de documenter plus avant cette question en suivant, loin de la nostalgie du « contact » avec la matière, les circulations des travailleurs. Si cette approche souligne la nécessité de conserver ou de retrouver une prise sur le monde, elle ne se limite pas en effet à l’étude de « niches écologiques », au sens métaphorique d’un milieu qui convient. De l’écologie urbaine (McKenzie, 1924 ; Grafmeyer et Joseph, 1984) à l’« écologie des activités » (Cicourel, 1987), en passant par l’« écologie de la perception » (Gibson, 1986), elle s’est affirmée comme une « écologie de la mobilité » (Joseph, 2007b, p. 12) : derrière l’étude des formes de territorialisation, celle des relations entre les populations parcourant un même territoire. Si l’espace est « un milieu plein dans lequel l’activité d’adaptation et de coopération des individus ou des collectifs trouve ses ressources » (Joseph, 2007b), on comprend l’importance des métaphores de la circulation : il faut suivre la façon dont les acteurs se déplacent dans leurs mondes, pour comprendre comment ils interagissent et développent leurs activités. Suivre les circulations concrètes, ce n’est pas alors envisager un espace – celui d’une situation, d’un « agencement » ou d’un fonctionnement technique – mais la façon dont les travailleurs s’orientent dans leurs activités (Boutet, 2008).

  • 8 Un appel est dit « perdu » ou « inefficace » quand il n’est pas facturé. Le superviseur est un disp (...)

11Une telle perspective va nous permettre d’explorer ici le travail de contrôleurs de flux : qu’est-ce que travailler dans le monde-écran du trafic téléphonique ? Lorsque nous pénétrons sur les lieux en 2001, une vingtaine d’agents de supervision se relaient 24 heures sur 24, par groupes de trois ou quatre, devant des écrans d’ordinateurs et un mur-écran (Fig. 1), où une vue schématique du réseau Île-de-France et une fenêtre d’alarmes signalent en temps réel les flux d’appels « perdus », c’est-à-dire n’aboutissant pas du fait du réseau lui-même8. Depuis alors un peu plus de deux ans, ils ne doivent plus seulement voir – surveiller le trafic – mais agir : « le sauvegarder ».

Fig. 1. Le mur-écran face aux trois positions de supervision (quatre écrans chacune).

Fig. 1. Le mur-écran face aux trois positions de supervision (quatre écrans chacune).

3. Configurer une scène pour la téléaction : la supervision du trafic téléphonique

  • 9 La fluidité ne caractérise pas un corps mais le rapport que l’homme établit avec lui (Leroi-Gourhan (...)
  • 10 Au départ, on distingue un centre de supervision du trafic national, situé à Lyon puis à Blagnac et (...)

12Que le trafic soit fluide ! Avec le « rattrapage téléphonique » des années 1970, qui voit la métamorphose du téléphone en un bien de consommation de masse, une nouvelle norme gestionnaire apparaît, la fluidité du trafic téléphonique. Si cet « idéal de fluidité » (Vatin, 1987, 1999) se laisse repérer dans la téléphonie dès la fin des années 1970 (Bidet, 2005), c’est avec la numérisation du signal et l’électronisation des commutateurs, dans les années 1990, que le regard gestionnaire commence véritablement à esquisser des « flux »9 et leur supervision10. La numérisation du signal offre de puissants moyens de mesure de l’activité sur le réseau téléphonique (indicateurs de trafic) alors que l’électronisation des centraux permet des modes inédits de commande à distance de ces nœuds du réseau. Une observation et une régulation centralisées du trafic deviennent envisageable.

  • 11 Les commutateurs sont les nœuds du réseau : ces « machines » assurent l’acheminement des communicat (...)
  • 12 Elles sont destinées aux directions opérationnelles de l’entreprise, alors responsables des commuta (...)

13Comme lors de l’invention du voyage en train (Schivelbusch, 1990), cette apparition d’un panorama engage un nouveau mode de circulation : les liaisons du superviseur, à l’image des lignes de chemin de fer, déstabilisent la perception en accélérant la circulation ; elles défont un rapport « intensif et statique » aux lieux parcourus, allant « seulement d’une partie de l’espace à une autre », sans que « le lieu où l’on est n’entretienne jamais une relation transparente au tout » (Schivelbusch, 1990, p. 58). La « philosophie synthétique de l’œil » fait son miel de l’accessibilité (Joseph, 1993) – l’accès aux commutateurs11, comme aux différentes régions de France. Le regard se déplace ainsi vers la fluidité du parcours : « le chemin de fer ne connaît que le départ et l’arrivée » ; de même, le centre de supervision du trafic a pour seule ligne de mire l’efficacité des appels. Arrivent-ils à destination ? La mesure du « taux d’efficacité » additionne les causes d’échec d’appel les plus variées (anomalie logicielle, encombrement, pannes diverses, etc.). Les écrans de supervision introduisent ainsi au sein de l’organisation une vue synoptique inédite qui fait d’emblée prévaloir la continuité du service sur l’état des équipements, la fluidité du trafic sur le soin aux machines. Dès le début des années 1990, cette vision du trafic fait l’objet d’une lettre mensuelle et de notes hebdomadaires12, inventoriant les « faits marquants » relatifs à l’écoulement du trafic. Ainsi, « une nouvelle “vue du monde” redéfinit ce que c’est que voir et ce qu’il y a à voir » (Latour, 1985) :

« On a développé tout un tas d’indicateurs, de mesures, de choses comme cela, qu’on mettait dans une lettre destinée à toutes les régions. On faisait les premières courbes et on était ravi de montrer cela, parce qu’on disait : “pour un commutateur donné, voilà quel est le profil de trafic dans la journée, etc.”, on montrait les pointes de trafic ; on montrait des choses que les gens n’avaient encore jamais vues. Le temps réel c’est spectaculaire parce qu’on voit les choses, la carte qui devient rouge tout d’un coup, mais en même temps, ce qui permettait aux gens de voir qu’on avait une vision bien plus fine, c’était aussi la partie temps différé. Au fur et à mesure qu’on avait des choses à montrer, on les montrait ; par exemple, un faisceau encombré, on montrait comment on voyait qu’il était encombré, quand il a des traits verticaux comme ça. » (ancien responsable)

  • 13 Les citations qui suivent dans ce paragraphe sont extraites des entretiens menés avec les agents de (...)

14La transformation de la supervision du trafic en scène pour l’action, au-delà de l’entreprise cartographique, est des plus récentes. Longtemps, la supervision du trafic est restée en effet « passive » : fondue dans un ensemble indistinct d’activités de veille, frayant avec le dépannage ascenseur et l’alerte incendie, elle ne bénéficiait que de rares coups d’œil de la part des agents, aussi chargés de superviser les alarmes de l’environnement technique et des transmissions. L’activité évoquait celle du « concierge » ou du « veilleur de nuit » : « leur boulot c’était “allo, au secours, j’ai ça” ; y’avait une alarme, ils appelaient au secours » (ancien encadrant) ; « on faisait rien, tu avais une alarme, tu prenais ton téléphone, tu appelais ; la seule maîtrise c’était d’appeler, de dire “on a vu ça” » (agent). Seuls les techniciens des sites, les « commutants », pouvaient intervenir. Mais, logés dans les nœuds du réseau, chargés de l’entretien de leur machine, ils étaient loin de cette vue synoptique : « on ne voyait pas ce qui se passait à l’extérieur (de notre central) », se souvient l’un d’eux13. Leur vue, focalisée sur « leurs tuyaux », découpait le périmètre du travail bien fait comme un soin porté à leur machine : « chacun était maître de son petit bureau, une seule machine, on voit sa machine, mais ce qui se passait à l’autre bout... on ne voyait même pas les faisceaux ; un équipement qui est en panne, on le répare, mais bon, les conséquences sur le trafic, on n’était pas sensibilisé à cela ». Les « commutants » n’ont pas de mots pour ce qui circule dans le réseau : « on avait pas la notion de trafic avant... Par exemple, on créait nos faisceaux, on profilait nos faisceaux, on ne se cassait pas la tête, on cassait nos faisceaux, sans basculer les acheminements avant, c’est-à-dire qu’on coupait le trafic en fait... On coupait nos faisceaux, on s’en fichait que du trafic passe dessus... ». Le trafic était au mieux une simple dépendance des machines. Au contraire, avec la notion « d’efficacité faible » – qui vient mesurer le trafic « perdu » – la supervision redessine les « erreurs du réseau » loin des machines :

  • 14 On désigne par « téléaction » ou « relation homme-machine » (RHM) une action effectuée à distance v (...)

« La supervision, on se demandait un peu ce que c’était... ils ont mis des bécanes pour nous fliquer, on pensait plutôt cela. La première fois, ils nous ont appelés pour nous dire “vous avez une Unité Centrale (UC) qui surcharge”, alors nous pff... déjà, on ne savait même pas qui nous appelait... un gars qui était à Lyon et qui nous dit cela... bon, mais on avait quand même regardé, donc on a lancé une commande, une RHM14 pour avoir une visualisation et puis on a vu qu’il y avait un problème... qu’on n’avait pas vu parce qu’il ne générait pas de fautes. » (agent)

  • 15 Le développement de dispositifs de supervision à distance et de téléactions s’observe, en effet, si (...)

15La figure de « Big Brother » a ainsi rapidement sapé la perspective d’une manipulation partagée du trafic : « on était un peu le cheveu dans la soupe ; y’avait que nous qui voyions cela, les gens ils ne voyaient pas, pour eux ce n’était pas important... et puis ils n’avaient pas l’impression que c’était leur boulot », se souvient l’un des premiers agents de supervision du trafic. Ne pas voir, telle est bien la fin de non recevoir adressée par les « commutants » à la supervision du trafic : tant que le réseau est la somme de ses centraux, aucune « erreur » ne saurait échapper à leurs alarmes. Mais ce qu’ils ne voient pas alors, faute de l’équipement adéquat, n’est rien de moins que l’activité distribuée dans le réseau : les effets cumulatifs et systémiques propres à la circulation des appels. C’est à la fin des années 1990, que les agents de supervision du trafic vont être équipés pour manipuler eux-mêmes le trafic, garantir la continuité des flux. En 1998, de premières possibilités de téléactions sont introduites, en même temps qu’une équipe est dédiée en propre au trafic. Entre 1998 et 2000, la palette des téléactions passe de trois à 200 types et le nombre de centraux supervisés, de 30 à 190. Enfin, l’arrivée de 12 agents issus des centres de commutation15, en plus des huit agents déjà en place, contribue à donner une nouvelle ampleur à l’activité. La métamorphose est radicale : d’une entreprise cartographique, chargée d’informer et de lancer des alertes, elle devient un service opérationnel, devant intervenir à distance sur « le cœur du réseau ». Il s’agit alors de « sauver » le trafic, indépendamment de l’état des machines :

« Ici, il faut préserver à tout prix le trafic, les faisceaux à la limite on s’en fiche ; un faisceau qui est coupé, on s’en fiche... Tandis que nous, en commutation, un faisceau coupé, tout de suite, ça nous faisait une alarme par exemple, ça nous faisait un dépassement de seuil, alarme immédiate : un faisceau est coupé, pourquoi, vite intervenir sur le MIC, tandis qu’ici un faisceau coupé, il faut vérifier que ça déborde, le trafic est sauvé, c’est l’essentiel ! » (agent)

16Or, la plupart du temps, les automatismes du réseau veillent déjà à la fluidité du trafic ; « sécurisé », il est automatiquement redirigé en cas de problème. Cette autorégulation éveille alors l’inquiétude toute navillienne des travailleurs quant à leur place :

« Ce qu’on te demande, c’est de sauver le maximum d’appels, généralement ça se fait automatiquement, puisque tout est sécurisé : un appel peut prendre plusieurs acheminements, si lui il se plante, ça passe par là, c’est un partage de charge – si lui est coupé, ça peut passer par là, par là, par là... en fait, on peut tout faire, quand ça marche et là ça tourne tout seul. Le problème c’est qu’il n’y a presque plus la place pour l’homme. » (agent)

17Comment agir pour éviter les « crises de trafic » ? Une fois équipé en téléactions, ce « métier à rattraper les erreurs » n’aménage plus seulement un monde d’inscriptions graphiques, mais une circulation médiatisée sur le réseau : il s’agit de circuler à la poursuite des flux. C’est dans ce contexte que nous avons distingué, parmi les agents, deux façons de s’orienter, en les identifiant par les figures du « guetteur » et de l’« explorateur ». Ces deux groupes ne recoupent, à l’analyse, aucune variable classique (âge, ancienneté dans le poste, niveau de diplôme) mais un effet de trajectoire : le critère le plus clivant est la prime socialisation des uns – les « guetteurs » – aux technologies électromécaniques du réseau, aujourd’hui disparues ; elle semble entraver toute possible socialisation aux technologies électroniques, que la supervision consacre. Cet effet de trajectoire signe ainsi déjà l’importance, pour le travail humain, d’une écologie de l’activité élargie, au-delà des « objets dans l’action », aux automatismes eux-mêmes.

4. Les « guetteurs » ou une activité à l’arrêt

18La perplexité d’une partie des agents face aux écrans de supervision est d’emblée un arrêt du mouvement ; plus qu’une attente vigilante de l’évènement, une rupture du commerce familier avec les choses (Breviglieri, 1999 ; Thévenot, 1994). Avant tout, ils voudraient « comprendre ». L’incertitude face aux phénomènes qu’ils observent peut se livrer au détour d’une phrase : « parfois c’est quand même mieux de superviser un système que tu comprends ». Elle se mue aussi en désarroi, qui imprègne une myriade d’adjectifs : « vague », « flou », « virtuel », « abstrait », « subjectif », le « trafic n’est pas palpable », « ne parle pas ». En stigmatisant les artefacts de la supervision – messages d’alarmes, courbes de mesure, téléactions – comme autant d’« abstractions » voilant un « dehors » inaccessible, un « derrière les abstractions » – ils s’entourent alors de boîtes noires : le monde-écran devient une accumulation d’abstractions opaques. Loin de stabiliser un contexte, elles suscitent l’inquiétude.

19Si la perplexité attise l’objectivation de l’expérience, on comprend que la désorientation s’énonce volontiers comme un défaut de savoir knowledge et non knowing : le « trafic » est principalement pour ces agents un objet de réflexion, en retrait et en surplomb de l’activité. J.‑C. Kaufmann décrit la façon dont les doutes tiennent en lisière de l’activité : « Plus la pensée réussit à s’imposer, plus la surface se rétracte, plus le monde familier devient extérieur et se refroidit, plus la capacité d’action diminue » (Kaufmann, 1997, p. 151–9). Qui ouvre la boîte noire de ses gestes risque fort de s’y laisser engloutir : « la supervision c’est trop subjectif pour moi, c’est pas palpable, si tu veux, c’est pas assez... c’est pas mon truc » (un agent).

20Relativement au trafic comme objet du travail, les entretiens ne se relancent guère d’eux-mêmes. Leur trait dominant n’est pas la circulation, mais la circularité et l’arrêt. La circularité marque un discours démonstratif qui se boucle volontiers sur lui-même, dans sa volonté de mettre au jour un mécanisme totalisant. L’arrêt caractérise un propos qui fait état de prises isolées sur le réseau et achoppe très rapidement dès qu’il s’essaie à esquisser des enchaînements : les « on va voir », ou « tu vas voir », mènent le plus souvent à une déconvenue. Nous voyons alors surtout le poids et la complexité des dispositifs auxquels se heurtent ces techniciens.

21Les schémas dessinés spontanément au cours des entretiens portent la marque de leur perplexité, tout en permettant d’approcher leurs appuis. Parfois, la profusion de signes, envahissant l’espace de la feuille, ne laisse paraître aucun principe de structuration : l’œil ne décèle nul ordre de lecture, découpage ou hiérarchisation de l’espace papier. Les chevauchements rendent les entités représentées peu identifiables et les appuis se côtoient d’autant plus aisément qu’ils sont à peine esquissés et indépendants d’un schéma d’ensemble. Le travail de mise en ordre suit ici une logique de juxtaposition, comme discipline minimale imposée au désordre et à la profusion. Il reste aussi au plus près des « machines ». La distinction entre PC et ordinateur, identifiés par les sigles PC et UC occupe, par exemple, l’angle inférieur droit de la feuille (Fig. 2).

Fig. 2. Schéma dessiné par un « guetteur » : exemple de juxtaposition.

Fig. 2. Schéma dessiné par un « guetteur » : exemple de juxtaposition.

22Avec la juxtaposition, des prises isolées et singulières s’additionnent. Parfois aussi, l’indistinction d’un foisonnement ad hoc fait place à la précision d’une rare zone de lumière. Quand ils disposent de prises plus spécifiques, propres à l’architecture du réseau et aux acheminements, ils font en effet un usage plus circonspect de l’espace papier : des objets discrets, aux relations incertaines, mais aucun flux d’activité ni de trafic. Leurs dessins ne comprennent ni flèches ni étapes distinctes (Fig. 3), contrairement à ceux des « explorateurs » que nous étudierons ci-après.

Fig. 3. Schéma dessiné par un « guetteur » : exemple de représentation statique.

Fig. 3. Schéma dessiné par un « guetteur » : exemple de représentation statique.

23En pratique, les « guetteurs » parviennent à tenir à distance le monde-écran du trafic et à reconfigurer leur activité à l’aune du travail humain : il s’agit de réagir ponctuellement à des alarmes. Une alarme « véritablement significative » doit s’imposer d’elle-même, avec l’univocité de la panne mécanique. Ils reconduisent là un mode d’engagement antérieur dans la technicité forgé auprès des technologies électromécaniques. Suivant la nécessité de « “désanonymiser” le milieu » (Schwartz, 2003, pp. 187 et 191), leurs choix – « ce qui vaut le coup », « ce qui compte pour moi », « mon truc », « ce que je vois », etc. – sont autant d’assurances gagnées sur le milieu.

24Ils limitent leur expérience du réseau en redéfinissant l’activité comme un dépannage de machines ou « une sorte de secourisme » adressé aux usagers :

« C’est là que c’est intéressant : on peut envoyer à tous les gens qui appellent un filtre, pour une destination, on dit voilà, tous les abonnés qui appellent, on leur dit “incident momentané, veuillez renouveler”. Et ça c’est bien parce que les gens comprennent et ça se calme un peu, ils vont attendre que cela soit réparé... En fin de compte, dans ces moments là, c’est comme si c’était une sorte de secourisme ».

25Aussi rares soient-ils, les incidents « significatifs » viennent donc confirmer l’homme dans « ses pouvoirs ». L’un d’entre eux l’affirme sans ambages : « je préfère réparer la faute que la chercher ». Le modèle de l’arbre tombé sur la voie récuse d’emblée toute logique d’exploration ; « on enlève l’arbre et c’est terminé ! » :

« Tu vas pouvoir réagir vite parce que tu as un arbre qui se casse la figure sur la route, bon ben y’a pas de problème, il faut y aller, faut l’enlever, terminé... Mais bon, voir si y’a du vent, beaucoup de vent, qu’y a un arbre... essayer de voir si t’as pas un arbre qui commence à faiblir un petit peu parce que ça fait déjà trois ou quatre coups de vent, on voit qu’il penche un peu plus... pff, ça c’est pas mon truc ça... je sais pas voir ce genre de choses moi. »

26L’ordre des raisons est ainsi ramené à la recherche d’une cause efficiente et le travail humain, à un effet immédiatement utile : « tu filtres les appels, puis terminé, c’est reparti comme en 14 ! » ; « tu en as pour trente secondes à filtrer un numéro, c’est terminé, et là, à mon sens, une action qui a servi à quelque chose ». La valorisation des « corrections » relève de la même logique :

« moi, ce qu’il faut faire, enfin pour mieux valoriser le travail, c’est des corrections, des correctifs, trouver les dérangements, trouver qu’ilya un problème pas net, et puis faire une correction, là c’est bien. »

27Cette perspective déterministe laisse dans l’ombre la distribution de l’activité dans le réseau. Au sein du vaste automate qu’est le réseau téléphonique, la circulation des flux ne connaît que des indicateurs synthétiques et des états probabilistes. Comme le rappelle P. Naville, l’automatisme a intégré les probabilités à la mécanique :

« Les machines commandées (et les outils qu’elles portent) peuvent encore dépendre de la cinématique classique ; les machines qui commandent de façon autonome, elles, relèvent désormais d’états probables » (Naville, 1963, p. 225).

28Si les phénomènes synthétiques et probabilistes échappent à la perspective déterministe des « guetteurs », ils trouvent avec l’économique un terrain plus propice à la mise au jour de « mécanismes ». C’est ainsi en dehors du monde-écran que ces agents s’essaient à des montées en généralité et reconstruisent un monde « allant de soi » (Schutz, 1987). En puisant dans les topiques croisées de la critique sociale et de l’économique (Bidet, 2001), ils inscrivent la supervision dans un fonctionnement plus vaste, objectivable à loisir, offrant ainsi un « contexte » à une activité qui ne se ménage que des prises limitées sur le trafic lui-même. L’économie de main d’œuvre est au principe de ces « vues » :

« Le superviseur, il a été créé pour ça, pour concentrer un maximum d’activités sur un même pôle, donc dans cinq ans, six ans, c’est vrai que... c’est un outil qui est fait pour virer pas mal de personnel. » (agent)

  • 16 Les « guetteurs » passent de l’activité de supervision à des activités « à côté » quand la fenêtre (...)

29Mais si les « guetteurs » semblent à l’arrêt devant le monde-écran, ils n’en circulent pas moins dans la salle. Moins rivés que les « explorateurs » à leurs écrans et leur siège, ils passent d’un message d’alarme à l’autre, d’une activité à l’autre16. Quoique « guetteurs » et « explorateurs » partagent les mêmes lieux de travail et les mêmes attributions, ils fréquentent ainsi deux espaces de circulation distincts : la salle de supervision pour les uns, qui saisissent des prises localisées du dispositif ; le réseau pour les autres, qui circulent, comme nous le verrons, dans un monde-écran. À l’articulation de ces deux espaces, nous allons découvrir une forme singulière de coopération : pour se distribuer dans le réseau, l’activité doit en effet aussi se distribuer dans la salle.

5. L’activité distribuée dans la salle de supervision

30Un artefact est au cœur de la distribution de l’activité dans la salle de supervision : la fenêtre d’alarmes (Fig. 4). En position centrale, au milieu du grand écran mural, elle fait face aux trois positions de supervision. Des messages d’alarme s’y inscrivent en continu par ordre chronologique. Il s’agit chaque fois d’une ligne d’inscriptions comprenant la date et l’heure du message, l’identifiant du faisceau et le libellé type de l’alarme. Au-delà de soixante messages, la fenêtre sature et les nouveaux messages ne s’affichent plus. Les plus anciens doivent avoir été acquittés pour disparaître à leur tour de l’affichage, après avoir été poussés vers le haut de la fenêtre. Un message d’alarme non acquitté donne lieu, au bout de 20 minutes, à un léger signal sonore.

Fig. 4. La fenêtre d’alarmes au centre du mur-écran.

Fig. 4. La fenêtre d’alarmes au centre du mur-écran.

31« Traiter une alarme », c’est donc d’abord « la prendre » en l’acquittant : un « clic » de souris suffit à modifier son état dans la fenêtre, signalant que le message a été « vu » et pris en charge. Une alarme acquittée par un agent ne peut l’être par un autre : « acquitter une alarme, c’est dire aux collègues de ne pas la prendre ».

32Cette allocation décentralisée des alarmes autorise une silencieuse division du travail, dont l’apparente souplesse n’a d’égal que la rigidité : en laissant chacun configurer son activité, elle conforte l’hétérogénéité des modes d’engagement des uns et des autres. Si les deux groupes désignés ici par les vocables de « guetteurs » et d’« explorateurs », ne sont pas identifiés comme tels, ils recoupent néanmoins largement la distinction informelle, relevée par l’encadrement, entre une « première ligne », pouvant livrer « de longues matinées de combat », et une « seconde ligne » plus en retrait :

« Y’a des gens qui connaissent bien, y’en a quelques-uns, donc c’est eux qui font... et puis les autres, ils se mettent un peu en retrait. Et puis ceux qui connaissent, ils ont tendance à y aller, c’est toujours eux qui sont en première ligne, puis parce qu’ils aiment ça, ils s’intéressent à leur boulot. Et puis les autres, bon, ils vont pas chercher à les déloger hein. Donc ça tourne, ça tourne un peu comme ça hein... puis comme y’a suffisamment de monde, donc ça passe... y’en a qui sont toujours en deuxième ligne ! »

33En élaborant un « référentiel minimum à connaître pour comprendre les types d’alarmes », les responsables n’avaient pas imaginé découvrir une telle disparité entre leurs agents :

« On s’est rendu compte que des gens qui avaient six, sept ans d’expertise, avec qui on mettait les jeunes, étaient complètement dépassés alors qu’on les considérait comme des références. [...] J’ai été surpris que certains ne sachent pas des choses qui me semblaient un peu à la base du boulot. On le voudrait pas qu’on finirait par les connaître quand même ! » (encadrant).

  • 17 « L’intelligence de la situation, écrit ainsi I. Joseph, n’est ni individuelle, ni collective, elle (...)

34Mais ramener l’hétérogénéité des formes d’engagement à une inégale « connaissance » serait manquer l’intelligence distribuée de toute situation de travail17, et l’heuristique de cette coordination horizontale des activités. En se refusant à suivre l’activité distribuée dans le réseau, les « guetteurs » en effet ne la soutiennent pas moins. La fenêtre d’alarme signe à elle seule l’importance de ce travail en « seconde ligne », qui les voit se consacrer aux messages d’alarme « répétitifs », qu’il s’agit « seulement de vérifier » :

  • 18 Le nombre d’événements pris en compte par les agents est passé d’un total mensuel moyen de 190 en 1 (...)

« Le superviseur, y’a entre 800 et 1000 alarmes par jour, et bon, y’a quoi ? Y’a dix événements ? Donc ce qu’il faut c’est revenir sur dix événements, ce qui est pratiquement impossible, mais bon, on va y tendre. Y’a beaucoup d’alarmes, alors qu’il ne se passe rien ou quasiment » (encadrant)18.

« Là tu peux avoir 30 alarmes d’affichées et en fin de compte y’a rien de spécial qui se passe [...]. Quand tu es noyé, que ta fenêtre d’alarmes est noyée, tu ne peux pas prendre chaque alarme et la regarder, tu risques de sauter la seule alarme qui générait une action à entreprendre. » (agent)

  • 19 Elle a concerné le réseau qui assure la communication entre les commutateurs. Il semble que des int (...)

35L’objectif n’est plus aujourd’hui d’avoir des mesures sur le maximum d’objets pour ne rater aucun défaut, mais de diminuer le nombre d’alarmes tout en ne ratant aucun incident : « si on détecte trop d’alarmes, ça sature la fenêtre, mais si on ajuste trop les seuils, on risque de rater des incidents ». Cet obstacle à une véritable réduction du nombre d’alarmes paraît difficilement dépassable. Les agents de l’analyse qualité recensent chaque semaine les incidents « ratés » en « temps réel » par la supervision du trafic. Les incidents majeurs – comme la dernière « catastrophe » en date du 3 mai 200019 – rappellent régulièrement l’imprévisibilité des automatismes :

« Ce qui est important, c’est de savoir quand on entre dans une période à risque. Avant le 3 mai, on ne pensait pas que c’était si sensible que ça la signalisation. On est passé en dessous du seuil à risque et on s’en est pas rendu compte, donc il faut un système plus fin, qui dise voilà il faut jamais tomber en dessous d’un certain seuil à risque. Comme la dernière fois, ça ne passe pas inaperçu ça ! » (agent).

36L’affectivité croissante des outillages avec l’automation est connue : « La complexité et la sensibilité des mécanismes sont telles qu’ils deviennent capricieux, rétifs, atones ou emballés, aussi difficiles à satisfaire que les êtres humains » (Naville, 1963, p. 41). Dès lors, l’encombrement de la fenêtre est une assurance sur la fluidité du trafic, qui suppose que soient acquittées les nombreuses alarmes « connues » ou « sans conséquences » qui s’y affichent. Pour les agents « en seconde ligne », superviser c’est ainsi vérifier :

« Nous, on vérifie, enfin le plus souvent c’est sauvegardé, sécurisé, mais on peut le vérifier ça, on regarde s’il n’y a pas de perte de trafic », « Peut-être qu’il y a des nuits où on a juste vérifié qu’il n’y avait pas d’incidents », « La plupart du temps, c’est des cas connus, on connaît les causes, ça peut être un numéro pollueur », « Et puis après, d’une journée à l’autre, y’a pas de grosses différences, tous les numéros pollueurs on les a vus, on sait que ça correspond, faut juste jeter un coup d’œil pour être sûr que c’est ça de temps en temps, ça va plus vite, mais y’a toujours le risque d’erreur » (agents).

37La possibilité de « trouver autre chose », « un vrai problème », lutte alors contre l’« accoutumance » :

« On est habitué à cette fenêtre, on va de plus en plus vite, on peut louper quelque chose, c’est sûr », « Tu te dis y’a de fortes chances que ce soit ça », « Il faut quand même voir, surveiller, c’est assez facile de passer à côté : y’a rien qui sonne, c’est pas fastoche, on peut facilement passer à côté d’une faute ».

  • 20 Sur l’enquête comme élaboration du jugement dans l’action, voir : (Dewey, 1993 ; Joseph, 2004).

38Mais leur activité les engage rarement dans une véritable enquête20, car trouver autre chose les déborde rapidement :

« Il peut y avoir aussi des problèmes plus importants, il suffit qu’il y en ait deux ou trois en même temps, ben ça y est, le tout venant après, si tu es occupé, tu arrives plus à gérer quoi, c’est vite fait d’être débordé hein ».

39Ils laissent alors « les bons passer aux manettes » et « reprendre derrière ».

40En privilégiant les messages répétitifs, qui encombrent la fenêtre d’alarmes, les « guetteurs » interviennent de façon décisive sur la situation de travail des « explorateurs » ; ils leur permettent de s’immerger dans la circulation du trafic : « pousser plus loin la vue du réseau », « trouver ce qu’il y a d’intéressant là-dedans ». Car « quand tu es parti sur un problème, le temps passe vite ». Pour qu’il y ait une « première ligne » dont l’activité se distribue « là-dedans », il faut qu’une « seconde ligne » déploie des vérifications au-dehors, à distance du monde-écran du trafic. Que les perspectives se démultiplient dans la salle de supervision : « ce que chacun voit dans ce panoptique n’est pas une image d’ensemble mais une diversité polymorphe de perspectives localisées » (Goodwin et Goodwin, 1996, traduit dans Joseph, 2007b, p. 376).

  • 21 Dans la constante « floraison technique d’apparence instable » qui marque l’automation, P. Naville (...)
  • 22 K. Knorr Cetina désigne ainsi « tout objet technologique, scientifique ou naturel (un jardin, par e (...)

41Ce délestage joue moins de « redondances cognitives » (Joseph, 1994, p. 390) que de reports d’activités. Chacun peut en effet considérer que l’autre le délivre du « sale boulot » (Hughes, 1996) : les « guetteurs » acquittent les alarmes « sans intérêt » pour les « explorateurs », qui eux-mêmes s’attellent aux « situations de crise » les plus angoissantes pour les « guetteurs ». Les uns explorent continûment, les autres réagissent ponctuellement. Cette singulière « solidarité technique » (Dodier, 1995), qui voit la disjonction tacite des espaces et des responsabilités des uns et des autres éclaire leur paisible cohabitation sur le front du trafic. Au-delà du feu nourri des messages d’alarmes et de la menace d’un « crash », elle témoigne de la solidarité des deux formes de vie. Chacune prend acte de l’« expérimentalisme général »21 qui fait du trafic téléphonique un « objet épistémique »22 : l’une en s’engageant dans l’enquête, l’autre en la tenant à distance.

42En passant de la seconde à la première, nous allons considérer à présent l’engagement des « explorateurs » dans le monde-écran.

6. Les « explorateurs » ou l’activité distribuée dans un monde-écran

43Les « guetteurs » évoluent dans la salle de supervision, les « explorateurs » sur le réseau. Pour ces derniers, les « lieux de l’action » sont à distance : au-delà des écrans et des messages d’alarme, au milieu des choses en train de se faire, ils décrivent d’autres acteurs, non humains. À leur égard, ils ne manifestent pas un désir de « connaître », mais l’évidence d’une reconnaissance, celle du rythme, du style de mouvement propre à tel automatisme ; ils anticipent ainsi sa sensibilité, sa « fragilité » :

  • 23 « Modulation par impulsions et codage » : on dénomme ainsi un procédé de transmission, et par exten (...)
  • 24 Les points de transfert sémaphore sont les nœuds du réseau de signalisation, qui est chargé de tran (...)
  • 25 On désigne ainsi l’arrêt de l’une des deux unités centrales.

« Y’a un MIC23 qui a bagoté énormément, donc qui a beaucoup perturbé le PTS24 et le PTS lui je crois que d’abord il est parti en simplex25, et puis après comme il n’arrivait pas à s’en sortir, il s’est arrêté carrément... parce que c’est un peu fragile ces petites bêtes là, et quand ils sont un petit peu débordés, ils ont leur mémoire un peu pleine, donc ils s’arrêtent carrément. C’est pas gênant dans la mesure où il y en a un deuxième qui reprend mais le problème c’est que le deuxième justement... C’est en ce sens que cela peut être fragile, c’est qu’il y a en permanence des échanges de messages. Sans arrêt y’a des messages dessus, des trames qui se suivent les unes derrière les autres, sans arrêt sans arrêt sans arrêt... »

44Nous avons mis ailleurs en évidence la traduction du rythme des automatismes dans les récits de ces agents (Bidet, 2007c). Mais est-ce à dire qu’ils ont réalisé le rêve des « guetteurs » : ramener le réseau à une somme de machines, et sa supervision, à la compréhension analytique d’un « fonctionnement » ? L’automation se résumerait alors à un problème de « savoir » ; les ergonomes soulignent « la difficulté de se restituer la réalité du processus », de « raccrocher l’information codée à la réalité physique des installations » (Patesson, 1986, p. 166). Nous ne suivrons pas ces vues, qui affirment trop rapidement que « comprendre, pour agir, est maintenant l’activité la plus importante, et la plus difficile » (Montmollin, 1996, p. 199) et qu’il s’agit seulement de « comprendre comment les travailleurs comprennent » (Notte, 1986).

45L’examen des dessins conduit plutôt à souligner la singularité des « prises » cognitives (Fig. 5). Loin de la juxtaposition décrite chez les « guetteurs », l’espace-papier est ici structuré : chaque feuille est consacrée à un moment de la circulation, à une séquence d’action ; des cercles délimitent les entités en jeu en laissant dans l’ombre pour la circonstance une prolifération de liens existant par ailleurs.

Fig. 5. Schémas dessinés par des « explorateurs » : exemples de représentations de la dynamique des flux.

Fig. 5. Schémas dessinés par des « explorateurs » : exemples de représentations de la dynamique des flux.

46La représentation est d’emblée synthétique et sélective : elle inscrit ces entités dans la dynamique des flux en un point du réseau. Il ne s’agit jamais de tracer pour elle-même une architecture. Ces agents se lancent au contraire dans le tracé d’un « MIC bouclé », d’un « réacheminement » ou d’un « filtrage » – soit un ensemble de processus et d’actants, dont les mouvements sont figurés par de multiples flèches, paramètres de téléactions, codes d’inefficacité, indicatifs, numéros d’acheminement, etc. Un travail d’articulation anime ainsi ces schémas, qui renvoient toujours à un problème et à des interventions spécifiques.

47Les « lieux de l’action » ne sont pas ici des entités discrètes mais des processus, propres à la dynamique systémique et cumulative des flux. Les agents les plus sensibles à l’autonomie des automatismes déploient la vision d’un automate ne parlant qu’à lui-même, s’enfonçant dans la « folie » d’un « crash » et des effets « boule de neige ». Les dérives les plus effrayantes concernent le réseau sémaphore chargé, avec la signalisation, de l’essentiel des processus de régulation automatique du trafic : « Il suffit que ces trames sémaphore là elles déraillent un jour, sans savoir pourquoi, il se peut qu’il y ait un centre qui ait un problème, qui envoie n’importe quoi, quoi qui déraille, ça peut tout bloquer ». L’incident du 3 mai 2000 reste lui-même indéterminé : « y’a eu une cascade de choses en fin de compte, mais la raison exacte, on ne sait pas exactement » (agent).

48Identifier ce qui se passe sur le réseau mène à l’opposé d’une « vision machine ». De même, les « explorateurs » se satisfont du vague, qui soutient leur point de vue synthétique. Ainsi, constamment appelés, pour circuler dans le monde-écran, à se frotter à ce qui excède leur maîtrise et leur responsabilité – la dynamique propre à l’autorégulation des dispositifs – ils s’essaient parfois, dans les entretiens, à parler d’algorithmes, de matrices ou de loi de Poisson, mais ne cherchent jamais à en déduire le comportement des artefacts :

« Il marche, je peux pas t’expliquer, avec des matrices », « La fonction qu’on fait d’espacement d’appel, elle est incorporée dedans, parce qu’il y a ce qu’on appelle un minuteur, donc d’origine, d’origine on lui dit à la... bon je connais pas le quota, je pourrais pas te donner le chiffre exact, mais bon ça se fait comme ça quoi... donc pareil ça arrive sur le CT, lui, quand il voit arriver ça, il sait qu’il a un acheminement spécial, exactement comment ça marche je sais pas ».

  • 26 L’écologie de la perception de J.J. Gibson (1986) nous l’a appris : le monde des accessibles est un (...)

49À l’opposé de la temporalité poreuse et de l’activité réactive des « guetteurs », ils déploient une exploration active du monde-écran, qui recrée sans cesse des « astuces » et du « bidouillage ». Les « astuces » peuvent être quasi magiques : « on débloque les circuits du faisceau en envoyant dans l’autre sens, le trafic va se prendre et ça va libérer des circuits ». Si le « besoin de signification » s’accroît avec l’automation (Naville, 1963 ; Keyser et Piette, 1970), il est moins un besoin de savoir que d’agir : la distribution de l’activité parmi les artefacts menace, avec la possibilité d’une intervention humaine, le ressort même de la familiarisation au monde-écran. Réciproquement, si les « explorateurs » parviennent à naturaliser le monde-écran c’est en retrouvant, non pas une proximité matérielle avec le réseau, irrémédiablement distant, mais un sentiment tout corporel de continuité du mouvement26 : en rencontrant dans leur activité l’autonomie des dispositifs. Suite au lancement d’une téléaction, ils perçoivent alors les variations des courbes comme des réactions du réseau ; l’intensité de ces réactions fait le sens de leur intervention à distance. Un effet est perçu comme une réponse, qui invite elle-même à réagir et à s’adapter en retour : « tu vois tout de suite comment ça réagit », « tu le vois aussitôt », « tu le vois vraiment », « c’est puissant ». Le motif de la puissance et ses valeurs motrices sont sans équivoque : ces travailleurs agissent. L’expérience du monde-écran débute ainsi lorsque les téléactions, à travers l’interprétation des courbes, deviennent des gestes ordinaires.

  • 27 « Ce qui est essentiel à cette relation sociale à l’environnement n’est pas le fait que la chose ph (...)

50Ces agents remplacent alors une activité toujours au risque de « ne rien faire » par une activité sans cesse occupée à « s’entretenir » : « trouver ce qu’il y a d’intéressant là-dedans », « ce qu’il se passe d’intéressant », suppose une exploration continue. Seule une circulation permanente dans le réseau, multipliant les points de vue, suivant les intrigues et les occasions, associant les ressources de la contiguïté et de la distraction, peut espérer accorder localement son mouvement à celui des automatismes. Toute « sociabilité axée sur les objets » semble supposer ce régime d’enquête (Knorr Cetina, 1997 ; Boutet, 2006a), qui anticipe leur résistance à la coopération27.

  • 28 K. Knorr Cetina a souligné cette dimension narrative des objets épistémiques.

51Au lieu de développer comme les « guetteurs » des discours sur l’activité, en surplomb, les « explorateurs » livrent des récits du réseau, qui décrivent ses automatismes comme autant d’« associés »28. Ces mises en intrigue, prolixes, foisonnantes et fluides, suivent le fil d’un mouvement qui noue hommes et automatismes. Elles ne mettent pas le monde-écran à distance mais l’habitent, en traçant des cheminements qui font du réseau un espace actif, d’activité et d’engagement, « opérateur de socialisation et d’apparences concertées » (Joseph, 1995, p. 16). Si nous parlons de récits, c’est que sont mis en scène des actants, c’est-à-dire des agents narratifs décrits selon, non ce qu’ils sont, mais ce qu’ils font : « leur participation à une sphère d’actions, ces sphères étant peu nombreuses, typiques, classables » (Barthes, 1985). Ces récits ne s’attachent pas à des types d’acteurs, ni à l’analyse de mécanismes, mais à des dynamiques d’actions et de réactions, qui redessinent sans cesse les frontières et les proximités entre les entités du réseau (Bidet, 2007c).

  • 29 Si « les prises des différents protagonistes ne communiquent que grâce à une mise en tension perman (...)

52Leur efficacité est celle de tout travail de mise en ordre, nomination ou classification : disposer d’une réserve d’intrigues, c’est aussi disposer d’une réserve de scripts, et pouvoir traiter plus aisément de situations complexes (Joseph, 1992). La mise en intrigues thématise des régularités émergeant directement de l’observation, et est indispensable à toute activité concertée29. Les agents cristallisent et transportent ainsi l’histoire de leur dialogue inventif avec le monde-écran et du côtoiement de ses artefacts, de cette multitude de « trucs qui marchent tout seuls » même si l’on ne sait pas vraiment comment. Mais ces récits sont moins des histoires de connaissances, que l’histoire d’une connaissance. C’est plus la méthode, la démarche d’enquête que son résultat, qu’ils conservent ainsi à l’esprit : « Y’a tellement de trucs et c’est tellement au cas par cas », répond l’un d’eux à une question par trop générale de la sociologue, qui l’empêchait d’embrayer sur un tel récit.

  • 30 On trouve des éléments sur la nécessaire mise en mots des abstractions informatiques dans la « tech (...)
  • 31 I. Joseph regarde les croyances comme « des hypothèses vivantes, des manières d’escompter une consé (...)

53Il semble donc que l’on ne puisse agir avec des automatismes qui, comme les acteurs sociaux ordinaires, nous échappent pour partie, sans les faire « parler », sans amorcer des intrigues typiques et travailler à les insérer dans le fil de comptes rendus. Tout en répondant aux formes de « résistance » propres à ce monde30, ces récits cadrent et soutiennent l’activité en organisant sa plasticité : articuler une relation inscrite dans la durée, c’est aussi pouvoir à l’occasion renouer le contact. Ils permettent aussi une mise en patrimoine : les « explorateurs », travaillant spontanément en binômes, dans un état de parole ouvert, se racontent entre eux le réseau ; ils élaborent et retravaillent sans cesse des « croyances partagées », des « hypothèses vivantes »31 quant aux actions et réactions du monde-écran. Face au caractère synthétique et probabiliste du trafic téléphonique, la possibilité de construire des récits et d’entrer dans une relation de discours avec d’autres locuteurs, sous-tend la genèse continuée d’un objet de travail.

7. Conclusion

54Une approche écologique élargie aux automatismes ne considère plus seulement les interfaces ni la situation de travail : les travailleurs, confrontés de plus en plus souvent à des situations où l’automatisme parle à l’automatisme, doivent aussi tenir compte des artefacts se mouvant sans intervention humaine. En montrant qu’un travail constant d’articulation sous-tend l’activité distribuée dans de tels contextes, on ne sort pas seulement l’approche écologique de son rabattement sur la production d’un ordre local, ou l’activité de sa réduction à l’action réalisée. Relativement à des approches ajustées à des environnements « statiques » – le bateau de guerre chez E. Hutchins (1995) – qui n’ont pas eu à se défaire d’une conception mécaniste du travail humain, inscrivant les objets dans le seul mouvement de l’activité humaine, on avance aussi dans la compréhension du travail comme activité intelligente : « enquête » (Dewey, 1993), « mindfull pratice » (Engeström et Middleton, 1996), ou encore « knowing » (Gherardi, 2006).

  • 32 Contre les approches prétendant se passer des représentations, A. Clark défend un « Minimal Represe (...)
  • 33 « These are cases in which the cognitive system must selectively respond to states of affairs whose (...)

55Les automatismes n’étant pas des « objets dans l’action », mais des objets « épistémiques », ils appellent en effet à revenir sur la place des représentations. La supervision du trafic téléphonique relève des « Representation-Hungry-Problems » au sens de A. Clark,32 qui pointe ainsi deux types de situations: « (1) cases that involve reasoning about absent, nonexistent, or counterfactual states of affairs and/or (2) cases that involve selective sensitivity to states of affairs whose physical manifestations are complex and unruly » (Clark, 1997, p. 166–7). Or l’activité étudiée ici implique de raisonner à la fois sur des choses absentes et sur des choses instables – en réagissant à un « état du monde » aux manifestations les plus variables33. Nous pouvons alors préciser ce qui déborde la « cognition distribuée », l’« action située » et le « régime de familiarité » : l’élaboration par les personnes, au gré de leurs circulations, d’appuis sans contreparties dans l’environnement ou de « catégories d’orientation » (Boutet, 2006b, 2008).

56La notion de trafic en est un exemple. D’emblée synthétique, elle ne vise pas l’analyse d’un mécanisme particulier, ni l’adaptation à des inputs prédéterminés de l’environnement. Elle est une représentation strictement « mentale », suivant les vues de la computation classique, mais aussi synthétique et vague que toute notion pratique, orientée vers l’agir. Cette représentation, n’impliquant ni une compréhension réfléchie ni une pure habitude, permet de manipuler le trafic sans le « comprendre » analytiquement. Elle est celle d’un produit probabiliste et synthétique, irréductible à la somme de ses éléments – aucune interface ne peut donc la prendre en charge à la place du travailleur. Pas plus qu’elle ne peut être reconstruite à partir d’un ensemble de mécanismes, elle n’émerge de l’environnement : la déambulation dans la salle de supervision ou dans le monde-écran confronte plutôt à un ensemble épars de signaux et d’artefacts.

  • 34 J. Dewey substitue le terme de « transaction » à celui d’« interaction » pour marquer le caractère (...)

57La notion de trafic, qui clive le plus nettement les deux groupes, soutient l’effort quotidien des « explorateurs » pour articuler leurs circulations médiatisées sur le réseau, comme une seule et même interaction – ou « transaction » (Dewey, 1993)34 – avec un objet de travail : « là tu vois ton trafic, il est constant, le FAE est toujours constant donc l’efficacité du faisceau est toujours constante, et là automatiquement à partir de 14 heures, là on voit une montée du trafic... » ; ilya bien pour eux quelque chose qui circule, s’offre à des prises et parfois échappe : « on peut le créer l’effet boule de neige, on s’en aperçoit pas, mais le trafic se mord la queue et puis pff... tout est rouge ! ». En impliquant de raisonner sur des choses absentes et/ou instables, la circulation dans le monde-écran appelle une telle représentation « holiste » : non déposée dans l’environnement, elle informe leurs gestes en leur permettant d’intégrer des connaissances ou des savoir-faire éclatés, qui ne pourraient être sinon rapportés les uns aux autres. Ce faisant, elle participe, avec les récits évoqués plus haut, à naturaliser, dans l’activité, un objet de travail de prime abord « abstrait ». Analyser l’activité médiatisée depuis la motricité humaine et l’enquête, c’est ainsi suivre le déplacement des formes de naturalisation du monde. P. Naville apercevait – avec l’automation – un difficile « passage à la contemplation » (Naville, 1963). À l’époque, elle semblait devoir s’accompagner de « vides plus grands » et de leur lot d’« activités annexes ». Or la forme de vie électronique propre au monde-écran exige plutôt un effort constant d’orientation. Et il ne s’agit pas de « comprendre », mais de se délester pour circuler au sein du monde-écran et s’associer aux automatismes.

  • 35 Pour quelques éléments synthétiques en ce sens : Bidet et Boutet, 2007.

58L’étude des formes et des catégories d’orientation rejoint les lignes de force du travail contemporain : « l’intellectualisation des situations de travail » (Borzeix, 2001), la crise des « figures mécanistes » (Vatin, 1999), celle de la notion de « poste de travail » (Paradeise, 2002), ou encore le passage de « technologies de l’intervention » à des « technologies de la représentation » (Knorr Cetina, 1997 ; Knorr Cetina et Bruegger, 2003). Mais elles sont investies par de nouveaux outils. Si la sociologie continentale a hérité de la philosophie occidentale un biais intellectualiste, au cœur des modèles de l’agir normatif et de l’agir rationnel (Joas, 1999), la tradition pragmatiste américaine fait droit pour sa part – avec le « Practice Turn » (Schatzki et al., 2001 ; Gherardi, 2003 ; Joseph, 2004) – à la créativité de l’agir (Joas, 1999 ; Bidet, 2007a). L’analyse du travail se déprend alors de la figure friedmanienne d’un individu constitué, et de l’idéal corrélatif d’une « maîtrise de l’action » (Bidet, 2007b) : « l’expérience du migrant dit en termes de langages, de pratiques et de référents culturels ce que l’expérience du citadin confirme et ce que l’expérience de la coopération dans le travail développe : nous vivons dans un univers de bribes, nous agençons des répertoires plus que nous calculons notre propre intégrité ou l’intégrité d’un système » (Joseph, 2002). L’approche écologique introduit ainsi dans le champ du travail le « personnage conceptuel » du passant35. Pour saisir « l’existence simultanée et corrélative des hommes et des machines » (Simondon, 1989), la notion d’abstraction, qui privilégie le rapport du travailleur au produit ou à la matière, est inévitablement moins opérante que le point de vue d’emblée symétrique de l’activité – de la distribution du mouvement entre hommes et automatismes.

Haut de page

Bibliographie

Amalberti, R., Hoc, J.‑M., 1998. Analyse des activités cognitives en situation dynamique : pour quels buts ? Comment ? Le travail humain 61 (3), 209–234.

Barthes, R., 1985. L’aventure sémiologique. Point Seuil, Paris.

Béguin, P., Clot, Y., 2004. L’action située dans le développement de l’activité. Activités 1 (2), 27–49, http://www.activites.org/v1n2/beguin.fr.pdf.

Bessy, C., Chateauraynaud, F., 1993. Les ressorts de l’expertise. Épreuves d’authenticité et engagements des corps. Raisons pratiques, Les objets dans l’action, De la maison au laboratoire 4, 141–164.

Bidet, A., 2001. Le travail et l’économique. Pour un regard anthropologique. Sociologie du travail 43 (2), 215–234.

Bidet, A., 2002. Au fil des dérangements téléphoniques. L’analyse d’une interaction technique. Réseaux 115, 215–241.

Bidet, A., 2005. Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique. Économies et Sociétés, Série AB Socio-économie du travail (cahiers nº 25). Dossier les constructions de l’emploi et du travail dans l’entreprise 39 (4), 601–624.

Bidet, A., 2006. Le travail et sa sociologie au prisme de l’activité, Introduction. In: Bidet, A., Borzeix, A., Pillon, T., Rot, G., Vatin, F. (Eds.), Sociologie du travail et activité. Octarès (Le travail en débats), Toulouse, pp. 7–23.

Bidet, A., 2007a. Le travail entre corps et technique. Du labor à l’agir créatif. Communications 81, 215–223.

Bidet, A., 2007b. La sociologie du travail face au salariat. Paradoxes d’une métrologie salariale. In: Vatin, F. (Ed.), Le salariat. Théorie, histoire et formes. La Dispute, Paris, pp. 129–144.

Bidet, A., 2007c. La mise en récit du trafic téléphonique. Prendre prise sur un travail « immatériel ». Raison présente, Dossier nouveaux aspects du travail 162, 19–32.

Bidet, A., 2007d. Le corps, le rythme et l’esthétique sociale chez André Leroi-Gourhan. Techniques & Culture, 46–48.

Bidet, A., Boutet, M., 2007. Pour une sociologie pragmatiste des activités. In: Saturno, C., Cefaï, D. (Eds.), Itinéraires d’un pragmatiste. Autour d’Isaac Joseph. Economica (Études sociologiques), Paris, pp. 185–201.

Boissières, I., Cochoy, F., 2003. Le pouvoir de l’expert revisité. Les techniciens de France Télécom entre service public et satisfaction du client. Gérer et comprendre 73, 25–35.

Borzeix, A., 2001. Le travail et sa sociologie à l’épreuve du langage. In: Borzeix, A., Fraenkel, B. (Eds.), Langage et travail. Cognition, action, communication. Éditions du CNRS, Paris, pp. 203–230.

Boutet M., 2006a. L’ordinateur à l’état sauvage. Une approche écologique. In: Bidet, A., Borzeix, A., Pillon, T., Rot, G., Vatin, F. (Eds.), Sociologie du travail et activité. Octarès, Toulouse.

Boutet, M., 2006b. De l’ordinateur personnel aux communautés en ligne. S’orienter dans les mondes informatiques. Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Bernard Conein. Université de Nice-Sophia Antipolis.

Boutet, M., 2008. S’orienter dans les espaces sociaux en ligne. L’exemple d’un jeu. Sociologie du travail 50 (4), à paraître.

Breviglieri, M., 1999. L’usage et l’habiter. Contribution à une sociologie de la proximité. Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Laurent Thévenot. EHESS, Paris.

Button, G., 1993. The Curious Case of the Vanishing Technology. In: Button, G. (Ed.), Technology in Working Order: Studies of Work, Interaction and Technology. Routledge, London, pp. 10–28.

Button, G., Dourish, P., 1998. On “Technomethodology”: foundational relationships between ethnomethodology and system design. Human Computer Interaction 13 (4), 395–432.

Chateauraynaud, F., 1997. Vigilance et transformation. Présence corporelle et responsabilité dans la conduite des dispositifs techniques. Réseaux 85, 101–127.

Cellier, J.‑M., De Keyser, V., Valot, C., 1996. La gestion du temps dans les environnements dynamiques. PUF, Paris.

Cicourel, A., 1987. Cognitive and organizational aspects of medical reasoning. Discourse Processes 10 (4), 347–368.

Clark, A., 1997. Being There. Putting Brain, Body, and World Together Again. The MIT Press, Cambridge.

Conein, B., Dodier, N., Thévenot, L. (Eds.), 1993. Les objets dans l’action. Raisons pratiques 4, EHESS, Paris.

Darré, J.‑P., 1985. La parole et la technique. L’univers de pensée des éleveurs du Ternois. L’Harmattan, Paris.

Dewey, J., 1993. Logique. La théorie de l’enquete, 1er édition 1938. PUF, Paris.

Dodier, N., 1995. Les hommes et les machines. La conscience collective dans les sociétés technicisées. Métailié, Paris.

Engeström, Y., Middleton, D., 1996. Introduction. Studying Work as Mindful Practice. In: Engeström, Y., Middleton, D. (Eds.), Cognition and Communication at Work. Cambridge University Press, Cambridge, pp. 1–15.

Faverge, J.‑M., 1980. Le travail en tant qu’activité de récupération. Bulletin de Psychologie 33 (344), 203–206.

Gherardi, S. 2006. Organizational Knowledge. The Texture of Workplace Learning. Blackwell Publishing, Oxford, et notre compte-rendu dans Sociologie du Travail 49 (3), 398–400.

Gibson, J.J., 1986. The Ecological Approach To Visual Perception. Lawrence Erlbaum Associates, Hillsdalle.

Goodwin, C., Goodwin, M.H., 1996. Formulating Planes. Seeing as a Situated Activity. In: Engeströn, Y., Middleton, D. (Eds.), Cognition and Communication at Work. Cambridge University Press, New York.

Grafmeyer, Y., Joseph, I. (Eds.), 1984. L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine. Flammarion (Champs), Paris.

Grosjean, M., 2005. L’awareness à l’épreuve des activités dans les centres de coordination. Activités 2 (1), 76–98, http://www.activites.org/v2n1/grosjean.pdf.

Hoc, J.‑M., 1996. Supervision et contrôle de processus. La cognition en situation dynamique. PUG, Grenoble.

Hughes, E.C., 1996. Le travail et le soi (1951). In: Hughes, E.C., Le regard sociologique. Essais choisis (textes traduits et présentés par J.‑M. Chapoulie). Editions de l’EHESS, Paris, pp. 75–85.

Hutchins, E., 1995. Cognition in the Wild. The MIT Press, Cambridge.

Joas, H., 1999. La créativité de l’agir, Traduction française. Éditions du Cerf, Paris.

Joseph, I., 1992. Le temps partagé : le travail du machiniste receveur. Sociologie du Travail 34 (1), 3–22.

Joseph, I., 1993. L’univers des rencontres et la vulnérabilité des engagements. Les cahiers de philosophie, 17.

Joseph, I., 1994. Attention distribuée et attention focalisée. Les protocoles de la coopération au PCC de la ligne A du RER. Sociologie du Travail 36 (4), 563–585.

Joseph, I., 1995. Reprendre la rue, Introduction au Colloque de Cerisy, Prendre place. Espaces publics et culture dramatique. Éditions Recherches-Plan Urbain, Paris.

Joseph, I., 1998. La microsociologie D’Erving Goffman. PUF (Philosophies), Paris.

Joseph, I., 2002. Pluralisme et contiguïtés. In: Cefaï, D., Joseph, I. (Eds.), L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme. Éditions de l’Aube, Paris, pp. 83–105.

Joseph, I., 2004. L’athlète moral et l’enquêteur modeste. Parcours du pragmatisme. In: Karsenti B., Quéré L. (Eds.), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme. Raisons Pratiques 15, 19–52.

Joseph, I., 2007a. L’athlète moral et l’enquêteur modeste (textes rassemblés et préfacés par D. Cefaï). Economica (Études sociologiques), Paris.

Joseph, I., 2007b. Parcours : Simmel, l’écologie urbaine et Goffman. In: Cefaï, D., Saturno, C. (Eds.), Itinéraires d’un pragmatiste. Autour d’Isaac Joseph. Economica, Paris, pp. 3–18.

Kaptelinin, V., Nardi, B.A., 2006. Acting with Technology. Activity Theory and Interaction Design. The MIT Press, Cambridge & London.

Kaufmann, J.‑C., 1997. Le cœur à l’ouvrage. Théorie de l’action ménagére. Nathan, Paris.

Keyser (de), V., Piette, A., 1970. Analyse de l’activité des opérateurs au tableau synoptique d’une chaîne d’agglomération. Le travail humain, 3–4.

Knorr Cetina, K., 1997. Sociality with Objects: Social Relations in Postsocial Knowledge Societies. Theory. Culture & Society 14 (4), 1–30.

Knorr Cetina, K., 1998. Les épistémès de la société : l’enclavement du savoir dans les structures sociales. Sociologie et Sociétés 30 (1), 39–54.

Knorr Cetina, K., Bruegger, U., 2003. La technologie habitée. La forme de vie globale des marchés financiers. Réseaux 21 (122), 111–132.

Latour, B., 1985. Les « vues » de l’esprit. Petite introduction à l’anthropologie des sciences et des techniques. Culture Technique 14, 4–30.

Latour, B., 1991. Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique. La Découverte, Paris.

Latour, B., 1994. Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité. Sociologie du Travail 36 (4), 587–607.

Leroi-Gourhan, A., 1943. L’homme et la matière. Albin Michel, Paris.

Leroi-Gourhan, A., 1964. Le geste et la parole, I. Technique et langage. II. La mémoire et les rythmes. Albin Michel, Paris.

McKenzie, R.D., 1924. The Ecological Approach to the Study of Human Community. In: Park, R.E., Burgess, E.W., McKenzie, R.D. (Eds.), The City. University of Chicago Press, Chicago, pp. 63–79.

Mead, G.H., 1932. The Philosophy of the Present. The University of Chicago Press, Chicago (traduction française, 1997, Réseaux 85, 195–211).

Mead, G.H., 1934. L’esprit, le soi et la société. Nouvelle édition 2006, présentée par Daniel Cefaï et Louis Quéré. PUF (Le lien social), Paris.

Montmollin (de), M., 1996. Savoir travailler. Le point de vue de l’ergonome. In: Barbier, J.‑M. (Ed.), Savoirs théoriques et savoirs d’action. PUF, Paris, pp. 189–199.

Moricot, C., 2007. L’irréductible engagement du corps. Le cas du pilotage des avions automatisés. Communications, Dossier Corps et techniques 81, 201–213.

Nardi, B.A. (Ed.), 1996. Context and Consciousness: Activity Theory and Human Computer Interaction. The MIT Press, Cambridge.

Naville, P., 1960. Vers l’automatisme social. Revue française de sociologie 3, 275–285, réédité in Histoire et sociétés. Revue européenne d’histoire sociale 24, Dossier Pierre Naville : mesure et logique du social (2007).

Naville, P., 1961. L’automation et le travail humain. Éditions du CNRS, Paris.

Naville, P., 1963. Vers l’automatisme social ? Problèmes du travail et de l’automation. Gallimard, Paris.

Nicolini, D., Gherardi, S. Yanow, D. (Eds.), 2003. Knowing in Organizations. A Practice-Based Approach. M.E. Sharpe, New York, pp. 151–186.

Norman, D.A., 1988. The Psychology of Everyday Things. Basic Books, New York.

Norman, D.A., 1993. Les artefacts cognitifs. Raisons Pratiques, Les objets dans l’action 4, 15–34.

Notte, D., 1986. Ergonomie des applications informatiques dans les processus industriels continus : le point de vue de l’opérateur. In: Patesson, R. (Ed.), L’homme et l’écran. Aspects de l’ergonomie en informatique. Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles.

Olson, D.R., 1998. L’univers de l’écrit. Comment la culture écrite donne forme à la pensée, traduction française. Retz, Paris (Cambridge, 1994).

Paradeise, C., 2002. La sociologie du travail aujourd’hui. In: Gaudin Th., Hatchuel A. (Eds.) Les nouvelles raisons du savoir. Éditions de l’Aube. (French Sociology of Work and Labor: From Shop Floor to Labor Markets to Networked, Organization Studies 24 (2003, 633–653).

Patesson, R. (Ed.), 1986. L’homme et l’écran. Aspects de l’ergonomie en informatique. Presses de l’Université, Bruxelles.

Pillon, T., Vatin, F., 2007. Traité de sociologie du travail, 2e édition. Octarès (Travail et activité humaine), Toulouse.

Rolle, P., 2007. Le temps des automates. Histoire et sociétés, dossier Pierre Naville : mesure et logique du social 24, 30–9.

Schatzki, T.R., Knorr Cetina, K., von Savigny, E. (Eds.), 2001. The Practice Turn in Contemporary Theory. Routledge, London.

Schivelbusch, W., 1990. Histoire des voyages en train. Le Promeneur, Paris (Munich, 1977).

Schutz, A., 1987. Le chercheur et le quotidien. Phénoménologie des sciences sociales. Méridiens-Klincksieck, Paris (1954).

Schwartz, Y., 2001. Théories de l’action ou rencontres de l’activité ? In: Baudoin, J.‑M., Friedrich, J. (Eds.), Théories de l’action et éducation. De Boeck Université, Bruxelles, pp. 67–91.

Schwartz, Y., 2003. Le travail et l’usage de soi. In: Schwartz, Y., Durrive, L. (Eds.), Travail et ergologie. Entretiens sur l’activité humaine. Octarès, Toulouse, pp. 185–200.

Simondon, G., 1989a. L’individuation psychique et collective. Aubier, Paris.

Simondon, G., 1989b. Du mode d’existence des objets techniques. Aubier, Paris.

Sociologie du travail, 1994. Travail et cognition. 36(4).

Sperandio, J.‑C., 1988. L’ergonomie du travail mental. Masson, Paris.

Suchman, L., 1987. Plans and Situated Actions. The Problem of Human-Machine Communication. Cambridge University Press, New York.

Terssac (de), G., 1992. Autonomie dans le travail. PUF, Paris.

Thévenot, L., 1994. Le régime de familiarité. Des choses en personnes. Genèses 17, 72–101.

Vatin, F., 1987. La fluidité industrielle. Essai sur la théorie de la production et le devenir du travail. Méridiens-Klincksieck, Paris.

Vatin, F., 1999. Le Travail, sciences et société. Essais d’épistémologie et de sociologie du travail. Presses de l’Université de Bruxelles, Bruxelles.

Haut de page

Notes

1 Cet article rassemble des éléments présentés lors des xe et des xie Journées de sociologie du travail (Rouen, 24–25 novembre 2005, Londres 20–22 juin 2007).

2 Ainsi, s’exprime le directeur du réseau dans la brochure présentant le premier dispositif de supervision en temps réel du trafic téléphonique d’Île-de-France (1990).

3 L’expression est celle des ergonomes : « Récupérer, c’est œuvrer pour remettre à la valeur qu’elle doit avoir une variable qui s’en écarte, pour rétablir sur ses rails un processus qui tend à en dérailler, pour faire disparaître des dysfonctionnements, des perturbations, ou des déviations, pour remettre en marche après une panne ou un incident » (Faverge, 1980).

4 L’expression fait référence à celle de monde « sur le papier » : D.R. Olson traite ainsi, dans la lignée de J. Goody, « des compétences, des formes de pensée et des modes de perception qui découlent de l’existence que nous menons dans ce monde “sur le papier” et de l’exploitation permanente que nous en faisons » (Olson, 1998, p. 8).

5 « L’écologie des activités analyse d’abord des échanges explicites ou furtifs, verbaux ou posturaux, entre personnes présentes dans un champ de visibilité. Elle doit aujourd’hui tenir compte des formes d’accessibilité liées aux technologies de la téléaction et du télétravail qui tentent de reconstituer les conditions du face-à-face et de la conversation ordinaire. Elle tient compte également de l’environnement physique et sensible dans lequel se déroulent ces échanges. Enfin, elle prend en compte les objets auxquels les participants font jouer un rôle, les sollicitant pour agir, contrôler ou anticiper leur action » (Joseph, 1998, p. 71, l’auteur souligne).

6 P. Naville désigne ainsi la logique opératoire qui « consiste à rendre autonome dans son fonctionnement un système technique quelconque ». Il définit l’automation par « l’application de processus automatiques – à savoir mus et mouvants sans presque aucune intervention humaine – à n’importe quelle activité et à des niveaux plus ou moins élevés d’autoréglage ». Ce faisant, il n’est pas une « combinaison technique rare » mais un « principe opératoire général » et le « critère d’un niveau technique d’ensemble de la société » (Naville, 1963, p. 46). S’il décrit dès les années 1960 une « chimisation générale de l’industrie », l’essor récent des technologies de l’information et de la communication a étendu ce mouvement aux services.

7 Sur l’intérêt de revenir de la notion d’action vers celle d’activité, voir aussi : Darré (1985) ; Dodier (1995) ; Schwartz (2001) ; Bidet (2006, 2007a).

8 Un appel est dit « perdu » ou « inefficace » quand il n’est pas facturé. Le superviseur est un dispositif qui, via des liaisons spécialisées, relève en continu dans chaque commutateur du réseau les compteurs de trafic, initialement conçus pour leur propre gestion : il rapatrie toutes les 15 secondes les mesures globales de chaque commutateur et toutes les quatre minutes les mesures de ses faisceaux supervisés (notamment, le nombre de prises, de tentatives de prise, d’appels efficaces). À partir de ces mesures, il génère en temps réel des messages d’alarme.

9 La fluidité ne caractérise pas un corps mais le rapport que l’homme établit avec lui (Leroi-Gourhan, 1943, p. 297).

10 Au départ, on distingue un centre de supervision du trafic national, situé à Lyon puis à Blagnac et un centre de supervision du trafic Île-de-France à Paris. C’est ce dernier que nous avons étudié, avant leur fusion en 2003.

11 Les commutateurs sont les nœuds du réseau : ces « machines » assurent l’acheminement des communications. Après avoir consisté en un ensemble volumineux et bruyant d’organes électromécaniques, chargés d’établir des connexions physiques et temporaires entre des lignes entrantes et sortantes, ils abritent aujourd’hui des rangées silencieuses d’armoires électroniques.

12 Elles sont destinées aux directions opérationnelles de l’entreprise, alors responsables des commutateurs d’abonnés et du bon écoulement du trafic entre ceux-ci et les abonnés.

13 Les citations qui suivent dans ce paragraphe sont extraites des entretiens menés avec les agents de supervision du trafic ayant exercé précédemment la fonction de techniciens dans les centres de commutation.

14 On désigne par « téléaction » ou « relation homme-machine » (RHM) une action effectuée à distance via l’interface informatique ; il peut s’agir de prélever des informations en tel ou tel point du réseau ou d’intervenir sur les flux, sur un mode soit « expansif », pour faciliter l’écoulement du trafic (réacheminement), soit « restrictif » pour protéger le réseau (« filtrage », espacement des appels).

15 Le développement de dispositifs de supervision à distance et de téléactions s’observe, en effet, simultanément au sein même des centraux de commutation, qui voient leur personnel regroupé et mutualisé à distance des « machines ». Quoique chargés de superviser les équipements de commutation et non le trafic, ces agents connaissent le même passage d’un soin apporté aux machines à une exigence globale de continuité de fonctionnement du réseau – soit la fluidité du trafic (Boissières et Cochoy, 2003).

16 Les « guetteurs » passent de l’activité de supervision à des activités « à côté » quand la fenêtre d’alarmes leur en laisse le loisir, en particulier la nuit.

17 « L’intelligence de la situation, écrit ainsi I. Joseph, n’est ni individuelle, ni collective, elle ne passe pas toujours par des règles “mutuellement admises” : l’intelligence de la situation de travail, pour ceux qui y participent, pousse ainsi, non par convergence sur un contrat, mais en réseaux plus ou moins connectés et plus ou moins denses, en “chaînes de coopération” qui font la consistance de l’espace-temps de travail » (Joseph, 1998).

18 Le nombre d’événements pris en compte par les agents est passé d’un total mensuel moyen de 190 en 1996–1997 à un total de 300 en 1999, puis de 600 en avril 2001.

19 Elle a concerné le réseau qui assure la communication entre les commutateurs. Il semble que des interventions de maintenance faites sur une installation aient interrompu une passerelle et provoqué des effets de surcharge en chaîne de telle sorte que tout le réseau permettant aux commutateurs d’Île-de-France de dialoguer avec ceux de province s’est effondré : il a été impossible de joindre la province durant toute la journée.

20 Sur l’enquête comme élaboration du jugement dans l’action, voir : (Dewey, 1993 ; Joseph, 2004).

21 Dans la constante « floraison technique d’apparence instable » qui marque l’automation, P. Naville voyait les traits d’une nouvelle forme de civilisation présentant « une invariance propre que l’on pourrait appeler expérimentale » (Naville, 1963, pp. 44–5).

22 K. Knorr Cetina désigne ainsi « tout objet technologique, scientifique ou naturel (un jardin, par exemple) qui fait partie d’un processus de révélation et d’articulation relié au savoir » : « Les objets épistémiques ont les caractéristiques suivantes : ils sont ouverts, complexes et ils génèrent des questions ; ce sont des processus et des projections plutôt que des choses définitives » (Knorr Cetina, 1998).

23 « Modulation par impulsions et codage » : on dénomme ainsi un procédé de transmission, et par extension un canal de transmission.

24 Les points de transfert sémaphore sont les nœuds du réseau de signalisation, qui est chargé de transmettre les instructions relatives à l’acheminement des communications dans le réseau téléphonique commuté.

25 On désigne ainsi l’arrêt de l’une des deux unités centrales.

26 L’écologie de la perception de J.J. Gibson (1986) nous l’a appris : le monde des accessibles est un monde du mouvement. Suivant les intuitions d’A. Leroi-Gourhan (1943,1964), G. Simondon (1989a,b), P. Naville (1963) ou D.A. Norman (1988,1993), le contact, et plus généralement l’insertion dans un milieu ou une forme de vie, ne suppose pas une proximité physique (l’appropriation d’un objet, l’expression dans une œuvre, etc.) mais l’épreuve dynamique d’un mouvement partagé. Voir aussi Bidet (2002, 2007d).

27 « Ce qui est essentiel à cette relation sociale à l’environnement n’est pas le fait que la chose physique soit dotée d’une personnalité [...], mais que l’individu, en se préparant à saisir l’objet distant, adopte lui-même l’attitude de résister à son propre effort dans la préhension, et que la préparation qu’il atteint ainsi pour la manipulation est le résultat de cette coopération ou de cette conversation d’attitudes » (Mead, 1932, 1934).

28 K. Knorr Cetina a souligné cette dimension narrative des objets épistémiques.

29 Si « les prises des différents protagonistes ne communiquent que grâce à une mise en tension permanente de troubles et de régularités », ce travail de la perception, au ras des choses, est bien « constitutif du lien social » (Chateauraynaud, 1997).

30 On trouve des éléments sur la nécessaire mise en mots des abstractions informatiques dans la « technomethodology », issue des « Ethnomethodological Studies of Technological Work ». Les auteurs notent qu’en masquant les opérations effectuées par les dispositifs, les abstractions informatiques entravent l’organisation de nos activités pratiques, en menaçant nos possibilités même d’enquête.

31 I. Joseph regarde les croyances comme « des hypothèses vivantes, des manières d’escompter une conséquence ou d’encourir un risque » (Joseph, 2004, p. 44).

32 Contre les approches prétendant se passer des représentations, A. Clark défend un « Minimal Representationalism ». Il formule ainsi le programme inauguré par les travaux de E. Hutchins (1995), et situe surtout son champ d’application : il ne concerne pas tous les cas, mais seulement les plus répandus, où les représentations ont des contreparties dans l’environnement (cognition distribuée).

33 « These are cases in which the cognitive system must selectively respond to states of affairs whose physical manifestations are widely various – states of affairs that are unified at some rather abstract level, but whose physical correlates have little in common » (Clark, 1997, p. 167).

34 J. Dewey substitue le terme de « transaction » à celui d’« interaction » pour marquer le caractère générique de la relation à l’environnement (organique et culturel, humain et non humain), et son caractère englobant : on ne peut isoler un organisme de son environnement, ni aucune forme d’activité humaine, aussi élaborée soit-elle.

35 Pour quelques éléments synthétiques en ce sens : Bidet et Boutet, 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le mur-écran face aux trois positions de supervision (quatre écrans chacune).
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/19513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 2. Schéma dessiné par un « guetteur » : exemple de juxtaposition.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/19513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 3. Schéma dessiné par un « guetteur » : exemple de représentation statique.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/19513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 4. La fenêtre d’alarmes au centre du mur-écran.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/19513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 5. Schémas dessinés par des « explorateurs » : exemples de représentations de la dynamique des flux.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/19513/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Bidet, « L’homme et l’automate. L’écologie élargie du travail contemporain », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 3 | 2008, 372-395.

Référence électronique

Alexandra Bidet, « L’homme et l’automate. L’écologie élargie du travail contemporain », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 3 | Juillet-Septembre 2008, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19513 ; DOI : 10.4000/sdt.19513

Haut de page

Auteur

Alexandra Bidet

Centre Maurice-Halbwachs, UMR CNRS 8097, École normale supérieure, 48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
alexandra.bidet[at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals