Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sociologie du travail et activité, Alexandra Bidet, avec la collaboration d’Anni Borzeix, Thierry Pillon, Gwenaele Rot, François Vatin (Eds.)

Octarès, Toulouse (2006). 249 pp.
Sébastien Paul
p. 439-440
Référence(s) :

Alexandra Bidet, Anni Borzeix, Thierry Pillon, Gwenaele Rot et François Vatin (dir.), Sociologie du travail et activité, Octarès, Toulouse, 2006, 249 pp.

Texte intégral

1L’ouvrage intitulé Sociologie du travail et activité trouve, en partie, son origine dans les sessions tenues par le réseau thématique du même nom à l’occasion du premier congrès de l’Association française de sociologie en 2004.

2Alexandra Bidet ouvre son introduction par un constat a priori surprenant : jusque très récemment, la sociologie du travail n’a que peu considéré le travail en actes. L’explication est à chercher dans le projet même de la discipline : la sociologie du travail française initiée par Georges Friedmann trouve, dès son origine, sa justification bien au-delà de la seule sphère du travail. Porter un regard critique sur le travail, c’est avant tout s’intéresser au mode de production standardisé, associé communément au « taylorisme ». Anni Borzeix, citée longuement dès les premières lignes de l’introduction, en témoigne à sa façon : « on oublie aujourd’hui combien atténuer les souffrances et améliorer l’ordinaire, objectifs plus immédiats et modestes que se fixait l’ergonomie, paraissaient entachés à nos yeux de réformisme. Nous nous occupions des alternatives, des “sorties possibles” du modèle taylorien et des moyens d’y parvenir » (p. 6). La sociologie du travail d’inspiration friedmannienne, écrit A. Bidet, s’est ainsi saisie de l’objet travail d’une manière singulière. Habitée par un « idéal du métier artisanal » (p. 8), elle cherche avant tout à évaluer le degré d’autonomie ou d’hétéronomie du salarié. Ce parti pris, identifié à un « prisme salarial », ne permet de considérer ni l’épaisseur concrète de l’activité, ni sa dimension temporelle. Paradoxalement, l’acte de travail se voit ainsi rabattu sur « une rationalité instrumentale », qui le sépare de « sa technicité concrète et des formes de création normative qu’elle implique » (p. 11).

3En plaçant au cœur de l’ouvrage la temporalité et la technicité du travail, jusqu’alors souvent négligées, les auteurs parient sur l’intérêt d’appréhender le travail comme un accomplissement pratique. Si le travail implique l’engagement d’un individu dans des situations productives toujours pour partie singulières, il ne s’agit pas pour autant de proposer une approche en terme d’expérience subjective : « pas plus que l’activité ne se réduit à la situation, elle ne se confond avec l’action – les actes de travail réalisés hic et nunc » (p. 15). L’approche proposée consiste à « s’intéresser aussi à ce qui les déborde » (p. 15). Mais comment prendre en compte à la fois l’indexation des actes de travail, hic et nunc, et la relative stabilité des mises en forme qui trament toute organisation productive ?

4L’ouvrage se compose de quatre grandes sections : les trois premières déclinent différents « registres de créativité et de mise en forme du travail, associées à différentes modalités de distribution de l’action » (p. 18). La dernière section s’intéresse à l’organisation instituée, abordée comme une dimension constitutive du travail.

5La première partie, « Corps et technicité dans le travail », rassemble trois articles s’intéressant au corps et à sa « performativité » : « à ce qui dans ces corps et ces techniques est actif – lorsqu’ils sont orientés vers autrui, à ce qu’ils « font » avec d’autres ou à d’autres, hommes ou artefacts » (p. 26). Le sociologue pourrait presque dans cette perspective se passer d’une théorie du sujet.

6La deuxième partie intitulée « Réaliser un produit. Les détours d’un accomplissement concret » met en exergue des dimensions souvent inaperçues du travail et son incertitude constitutive. La réalisation d’un film, tout autant que l’écriture d’un acte juridique par un huissier de justice, implique ainsi la gestion continue d’imprévus.

7La troisième partie concerne la dimension subjective de l’engagement dans le travail. « Pour rendre compte du travail concret, le chercheur ne peut plus abstraire la finalité sociale de l’action – fut-elle imposée – de la série complexe des moyens mis en œuvre pour la réaliser », écrit Thierry Pillon (p. 127).

8Enfin, la quatrième partie « Le travail d’organisation en actes » s’ouvre sur cette question de François Vatin : « Qu’est-ce que travailler ? ». Dans ces contributions, l’organisation, loin d’être antinomique au travail, apparaît comme l’un de ses éléments constitutifs.

9L’émergence d’une sociologie du travail se saisissant de l’activité interroge donc la relation entre l’expérience subjective et la mise en forme des situations de travail. Mais quelle est la nature de cette relation ? Est-ce une relation dialectique ou de subordination ? Y a-t-il continuité ou superposition de ces deux dimensions ? Ces questions renvoient au double enjeu qui traverse l’exigence de « montée en généralité » que se donne l’ouvrage. En premier lieu, la sociologie peut-elle intégrer la dimension toujours singulière de l’activité de travail dans ses conceptualisations sans remettre en cause ses modes d’administration de la preuve ? En second lieu, nous sommes amenés à poser la question de l’actualité du projet politique de la sociologie vis-à-vis du travail. La prise en compte de la dimension singulière de tout acte de travail amène-t-elle à renoncer à la proposition de modèles alternatifs au « modèle taylorien » ? Ou encore à imaginer d’autres modes d’intervention du sociologue, visant à expliciter le contenu de l’activité pour mieux transformer le travail ?

10Ouvrant ce vaste champ de questions, tout l’intérêt de l’ouvrage réside dans le fait de poser les premiers jalons d’une sociologie du travail qui prend le risque de « penser » l’activité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Paul, « Sociologie du travail et activité, Alexandra Bidet, avec la collaboration d’Anni Borzeix, Thierry Pillon, Gwenaele Rot, François Vatin (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 3 | 2008, 439-440.

Référence électronique

Sébastien Paul, « Sociologie du travail et activité, Alexandra Bidet, avec la collaboration d’Anni Borzeix, Thierry Pillon, Gwenaele Rot, François Vatin (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 3 | Juillet-Septembre 2008, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19748

Haut de page

Auteur

Sébastien Paul

Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication (LISEC), université Louis-Pasteur, 7, rue de l’Université, 67000 Strasbourg, France
sebapaul[at]aliceadsl.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals