Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services, Isabelle Ferreras

Coll. « Gouvernances », Presses de Science Po, Paris (2007). 273 pp. 
Alexandra Bidet
p. 440-442
Référence(s) :

Isabelle Ferreras, Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services, Coll. « Gouvernances », Presses de Science Po, Paris, 2007, 273 pp. 

Texte intégral

1« Qu’est-ce aujourd’hui que le travail pour ceux qui travaillent ? ». Isabelle Ferreras ressource ici brillamment l’interrogation fondatrice de la sociologie du travail française. Pour elle, comme pour G. Friedmann en effet, le sens et le devenir du projet démocratique se jouent sur le terrain du travail, où les salariés aspirent – plus que jamais « à l’heure de la société de services » – au statut de citoyens. L’analyse empirique du quotidien du travail doit ainsi « lier les enjeux de l’atelier avec ceux de la société » et « élucider les conditions d’un “travail démocratique” ». Soucieuse toutefois d’offrir « une réponse non réductrice » à la question du sens du travail, elle bouleverse le cadre de la tradition friedmannienne : le travail ne relèverait ni du labor ni de l’œuvre, mais de l’action au sens d’H. Arendt, c’est-à-dire d’une expérience immédiatement politique. I. Ferreras écarte l’héritage croisé de la pensée libérale et du fonctionnalisme, qui tient volontiers le social, l’économique et le politique pour des sphères d’activité distinctes, aux rationalités spécifiques (symbolique, instrumentale et expressive). À ses yeux, les pratiques sociales inhérentes aux activités économiques sont intrinsèquement politiques ; et toute sociologie véritablement critique du travail, une « sociologie critique et compréhensive des faits économiques ». Le croisement de la sociologie et des sciences politiques s’avère ici heuristique : il ne s’agit plus d’évaluer les effets d’une « situation de travail » sur l’autonomie des travailleurs, mais de suivre la genèse de « biens communs au travail », nullement réductibles à « l’autonomie ».

2Les trois premiers temps de l’ouvrage argumentent une thèse : l’expérience du travail est à la fois expressive, publique et politique. Considérant « l’étendue du fonds intellectuel contre lequel une pensée de l’expressivité du travail doit se construire », l’auteure choisit, avec les caissières de supermarché, un cas « critique », c’est-à-dire le plus défavorable a priori à sa thèse. Entre 1999 et 2003, elle a étudié le « poste-caisses » de trois établissements de grandes chaînes belges de distribution, en croisant les méthodes d’investigation : observation du travail en magasins, entretiens extensifs (individuels et collectifs) auprès de caissières, observation participante au poste caisse, observation des réunions syndicales et des instances paritaires de négociation et, enfin, interviews de managers (directeurs et responsables de chaînes de supermarchés), de permanents syndicaux et de négociateurs dans les commissions paritaires nationales.

3Tout d’abord, le rapport au travail des caissières s’avère moins instrumental (« gagner sa vie ») qu’expressif : leur travail est un support de sens majeur, à la fois largement indépendant du contenu de l’activité (« être inclus » dans un tissu social, « être utile » à la société, « être autonome » dans sa capacité à mener sa vie), et pour partie endogène à celui-ci (« faire un travail intéressant »).

4Il est aussi une expérience d’insertion dans la « sphère publique ». Les caissières étudiées n’investissent, en effet, pas seulement l’entreprise comme une « scène de théâtre » ou un « cocon familier », mais bien comme un « espace public en construction ». « Public » ne désigne pas alors un type de contenu ni d’activité mais un échange social entre égaux, où s’élaborent des « opinions sur le juste ». Là où la hiérarchie des magasins favorise un rapport privé, de type domestique, au « client roi », les caissières aspirent quant à elles à des interactions associant réserve et égale dignité des personnes. La présence croissante de clients sur les lieux de travail, en diffusant le régime d’interaction propre à l’espace public des sociétés démocratiques, approfondirait ainsi une logique séculaire d’émancipation du travail à l’égard de la sphère privée.

5Enfin, le travail revêt un caractère politique, comme expérience continue d’insertion et de positionnement dans des collectifs de travail. L’étude des modes d’organisation des horaires des caisses, et du regard porté par les employées sur la flexibilité horaire et fonctionnelle de leur poste, est en effet sans équivoque : c’est toujours en référence à une inscription dans des collectifs qu’elles éprouvent et retravaillent des conceptions du « juste », organisées autour d’une norme de justice démocratique. Entre collègues et avec leur hiérarchie, elles aspirent ainsi à un « régime d’interaction civique démocratique », où les enjeux d’intérêt commun seraient l’objet de discussions collectives, assurant l’expression du point de vue de chacun. I. Ferreras renouvelle ici notre regard sur la flexibilité : loin d’être un simple ferment d’individualisation, elle tend aussi à multiplier les occasions de se positionner dans des collectifs en faisant valoir des conceptions du « juste ».

6Cette expérience du politique reste toutefois pour l’auteure une « expérience avortée » : vécue comme politique au niveau individuel des caissières, elle ne l’est pas au niveau collectif. Le dernier chapitre de l’ouvrage allie alors diagnostic et stratégie. Pour « refonder l’entreprise comme institution de la société démocratique », il nous invite à revisiter le « rôle vital » des syndicats : aujourd’hui simples agents d’assurance et d’assistance, ils sont appelés à se faire les « opérateurs de la construction du point de vue politique collectif au travail ». S’ils peinent encore à donner forme au versant collectif du rapport politique au travail des caissières – dont les conflits potentiels se désagrègent en « rapports interpersonnels de faveurs et de jalousies » – c’est, pour l’auteure, faute d’avoir identifié le plus transversal de leurs « problèmes partagés » : la subordination à une gestion domestique du travail. Les nombreux « conflits de qualité » soulevés par les caissières sont ignorés. Et pour cause : les interactions au sein des syndicats suivent une logique fortement hiérarchique, parfois arbitraire (« commandé »), dont l’homologie avec le régime domestique des supermarchés est patente. Or l’action syndicale ne pourra trouver une légitimité auprès des employées qu’en investissant leur aspiration à sortir d’un régime domestique : à ce que les « biens communs » soient gérés comme tels – et l’auteure souligne que les supermarchés y gagneraient en efficience. Priorité devrait être alors donnée à des « dispositifs participatifs délibératifs » et à l’amélioration de « l’équipement des employées » sur deux fronts : l’identification d’un interlocuteur (contre les nombreux facteurs favorisant le positionnement de tous contre tous), et l’acquisition de capacités collectives, à la fois capacités-ressources (réunion, temps, moyens de communication) et capacités cognitives (d’ordre informationnel et de généralisation).

7Au final, l’ouvrage convainc par son ambition, la clarté de ses analyses, et l’originalité des descriptions du « quotidien du travail ». La visée critique s’affranchit en effet du double registre de la dénonciation des conditions de travail et de la confrontation du « travail réel » au travail prescrit : la « situation de travail » des caissières est traitée comme un simple « socle » pour la construction de leur rapport expressif et politique au travail. Une difficulté toutefois persiste : la référence à ce « socle » ne permet guère d’envisager, au sein du quotidien du travail, l’activité en train de se faire. Les « manières de faire le travail », « les problèmes qu’il pose et les solutions qu’elles imaginent » n’intéressent I. Ferreras qu’au seuil de leur mise en débat. Ce primat accordé à l’activité langagière sur l’activité technique a une série de conséquences. Il conduit tout d’abord à surestimer le rôle du « client » dans la genèse d’aspirations démocratiques. Or, même en l’absence de « relation client », la flexibilité horaire peut favoriser la constitution de « biens communs au travail ». Si la dimension politique du travail, présente dans l’industrie, n’est pas propre au tertiaire, on peut aussi douter du caractère « idéal-typique » des caissières de supermarchés pour l’analyse du travail contemporain. L’héritage revendiqué de l’École de Francfort pèse ici sur l’ouvrage, qui n’interroge pas la dichotomie entre « sens » et « technique » et rabat trop rapidement le sens, avec l’action, sur le politique. En laissant de côté un vaste espace de production normative, et la continuité de l’expressif au politique, ne manque-t-on pas alors la dynamique du rapport expressif au travail ? Il devient l’expression d’une « individualité » déjà donnée et la création de liens et d’intérêts dans l’activité même échappe à l’analyse. Si des citations (le plaisir d’« apprendre », comment devenir « une bonne caissière ») signalent déjà ce rôle de l’agir créatif (Joas, 1999), ne serait-il pas le véritable « socle » de l’élaboration de « biens communs au travail », en deçà de la distinction entre « instrumental » et « expressif » ?

Haut de page

Bibliographie

Joas, H., 1999. La créativité de l’agir, (traduction française, 1997). Cerf, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Bidet, « Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services, Isabelle Ferreras », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 3 | 2008, 440-442.

Référence électronique

Alexandra Bidet, « Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services, Isabelle Ferreras », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 3 | Juillet-Septembre 2008, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19757

Haut de page

Auteur

Alexandra Bidet

Centre Maurice-Halbwachs UMR CNRS 8097, École normale supérieure, 48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
alexandra.bidet[at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals