Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le Ghetto, L. Wirth [1928], traduit et présenté par Pierre-Jacques Rojtman

Presses universitaires de Grenoble, Grenoble (2006). 252 p.
Daniel Cefaï
Traduction de Pierre-Jacques Rojtman
p. 442-444
Référence(s) :

Louis Wirth [1928], Le Ghetto, traduit et présenté par Pierre-Jacques Rojtman, Presses universitaires de Grenoble, Grenoble, 2006, 252 p.

Texte intégral

1Le Ghetto est l’une des études de cas les plus célèbres de l’École de sociologie de Chicago. Publié en 1928, cet ouvrage est une excellente illustration du projet d’écologie humaine, élaboré par Robert E. Park, Roderick McKenzie et Ernest W. Burgess, le directeur de thèse de Louis Wirth. Remarquablement traduit, il présente à la fois un objet empirique, le ghetto juif dans son histoire et son développement à Chicago, et un questionnement théorique, l’histoire naturelle d’une institution, recadrée par rapport à la transplantation d’une minorité aux États-Unis. Quatre points peuvent en être mis en relief.

2L. Wirth combine différents types de matériaux dans Le Ghetto. Il passe en revue la littérature historique sur le ghetto et le monde juif dans la première partie du livre. Il dépouille la presse du Chicago Chronicle au Jewish Morning Journal. Il recourt aux cas recensés dans les dossiers du bureau du service social juif. Il utilise massivement la méthode des documents personnels : « Réflexions d’un marchand de Maxwell Street », « Les conflits culturels dans une famille d’immigrants » ou l’ « Autobiographie d’un immigrant »... Il s’appuie en outre sur sa connaissance de première main du ghetto dans les chapitres sur Chicago, tirés de sa thèse, où il donne une belle description de l’animation qui y règne. Et il recourt à son expérience autobiographique pour comprendre les tensions éprouvées au sein des familles de migrants. La démarche de L. Wirth est exemplaire de ce que l’on appelait field studies à Chicago dans les années 1920.

3Le Ghetto est une enquête écologique, le long d’un axe historique et d’un axe territorial. Elle présente, dans le même mouvement, le développement de communautés urbaines d’une partie de Chicago, le phasage des trajectoires de migrants et un cycle de relations ethniques et raciales. Le ghetto est une « aire ségrégée », comme la Black Belt, Little Sicily ou Chinatown. Elle est un sas de transition pour les nouveaux arrivants, où ils vont lentement s’acclimater et s’accommoder au Nouveau monde, à la façon des Polonais de William I. Thomas et Florian Znaniecki. La « distance physique » par rapport à d’autres communautés est une garantie de « tolérance mutuelle ». L. Wirth recense des dynamiques d’isolement moral et d’assimilation culturelle, de compétition professionnelle et de symbiose économique. Il évoque les zones de contact et de friction, autour desquelles les Juifs hésitent entre la sécurité et la solidarité du ghetto et l’appel de la grande société. La mobilité spatiale hors du ghetto signe leur ascension sociale et leur intégration culturelle à l’Amérique. L. Wirth analyse encore les « codes moraux » de cette « communauté culturelle » et les institutions qu’elle engendre : synagogues orthodoxes ou réformées, écoles et tribunaux, services funéraires, commerces ethniques, organes de presse, sociétés de crédit et de bienfaisance, associations de sport et de loisir. Il signale que le ghetto est aussi un territoire de racket et de corruption politique. Ce petit monde n’est en outre pas homogène : il est traversé par des scissions entre Allemands et Russo-Polonais. Et tandis que les Juifs qui réussissent quittent le ghetto qui les abritait, leur habitat initial se détériorant, un phénomène de succession et d’installation conduit à l’implantation des Afro-Américains à leur place.

4Cette enquête écologique s’accompagne d’une recherche de « psychologie sociale ». Les processus culturels d’accommodation et d’assimilation vont de pair avec la mutation de formes de vie et de types de personnalité. La croissance de la communauté à la fin du xixe siècle et l’augmentation de la proportion de Polonais, de Russes et de Roumains par rapport aux Allemands, le déplacement des Juifs arrivés depuis longtemps, aux affaires prospères et devenus anglophones, dans les beaux quartiers, favorisent dans le West Side la formation d’un ghetto semblable à ceux d’Europe de l’Est – même s’il n’est pas sanctionné par la loi. L. Wirth décrit la variété des stratégies identitaires, des Menschen fidèles à leur judéité aux Allrightnicks plus portés au compromis opportuniste. Il montre la commutation de code dans les expériences du passage de l’in group à l’out group, l’usage de la langue yiddish dans les situations publiques et privées de la vie quotidienne, et le sentiment de reconnaissance symbolique, de familiarité et d’affection entre correligionnaires. Il réfléchit sur les formes de présentation vestimentaire et capillaire de soi, sur les trajectoires sociales liées aux choix d’occupation et de résidence, et sur les stratégies de gestion de la solidarité et de la réputation dans et hors du ghetto. Il incarne dans des biographies de personnes et dans des analyses de situation les séquences de ce développement urbain.

5Au-delà de l’étude de cas, Le Ghetto s’inscrit dans une veine de réflexion qui court de « L’Étranger » de Georg Simmel à « L’Homme marginal » de Robert E. Park, et que couronnera l’article sur « L’Urbanisme comme mode de vie » de L. Wirth en 1938. Un système d’oppositions s’y exprime, entre la personnalité « étriquée » du Juif du ghetto et la personnalité « hybride » du Juif « émancipé ». Tandis que le premier est caractérisé par son ancrage local, sa vue courte, son orthodoxie religieuse, son manque de mobilité hors du ghetto et son désintérêt pour le reste du monde, le second est en rupture de ban par rapport aux institutions du ghetto, investit dans des affaires comme l’immobilier, se taille la barbe et se met à l’anglais, élargit ses cercles de fréquentation à des non-Juifs, s’éloigne de la pratique religieuse. Mais il quitte aussi la chaude sécurité de l’entre-soi au village, la « vie provinciale et sectaire » de la « communauté fermée » et s’expose aux tensions et aux conflits de « l’aire de deuxième résidence » qu’est Lawndale, et plus loin encore à la périphérie, à ceux de « l’aire de troisième résidence » des quartiers résidentiels. La migration spatiale par à coups va de pair avec une américanisation des mœurs. Mais les Juifs « partiellement assimilés », à la frontière du monde non-juif, ont la « conscience divisée ». Faisant l’épreuve de la distance sociale, par un mouvement de pendule, ils aiment à revenir vers un ghetto qui se vide. Entre les bornes de l’assimilation et de la ségrégation, le cycle jamais ne se clôt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Cefaï, « Le Ghetto, L. Wirth [1928], traduit et présenté par Pierre-Jacques Rojtman », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 3 | 2008, 442-444.

Référence électronique

Daniel Cefaï, « Le Ghetto, L. Wirth [1928], traduit et présenté par Pierre-Jacques Rojtman », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 3 | Juillet-Septembre 2008, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19766

Haut de page

Auteur

Daniel Cefaï

Institut Marcel-Mauss, centre d’étude des mouvements sociaux (IMM-EHESS-CNRS), 54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
cefai[at]ehess.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals