Navigation – Plan du site
Articles

Régionalisation des transports collectifs : la fabrication d’une réforme « consensuelle »

The regionalization of public transit: The making of a “consensual” reform
Sylvain Barone
p. 471-488

Résumés

Les transports collectifs constituent aujourd’hui l’une des principales compétences des régions. La régionalisation de ce domaine d’action, qui débute véritablement au début des années 1980, est ici analysée à travers les recompositions d’une configuration d’acteurs impliquant l’État, les collectivités locales et la SNCF. Ces recompositions s’accompagnent de la construction progressive d’un compromis entre deux logiques : une logique de relance des services ferroviaires de proximité et une logique de préservation des finances de l’État et de la SNCF. L’élaboration de ce compromis résulte du travail de médiation et des stratégies d’enrôlement d’une coalition de réformateurs principalement issus du champ politique et de la SNCF. Elle débouche sur l’établissement d’un consensus ambigu entre des acteurs (élus nationaux de gauche et de droite, dirigeants de la SNCF, élus régionaux et représentants des cheminots) ne partageant a priori ni les mêmes intérêts, ni la même conception de l’intérêt général.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les régions sont autorités organisatrices des transports collectifs (ferroviaires, essentiellement, (...)

1Les transports collectifs constituent aujourd’hui l’une des principales compétences des conseils régionaux avec les lycées, la formation professionnelle et l’apprentissage1. Or les choix qui ont conduit à cette régionalisation paraissent à première vue assez mystérieux. En effet, on ne décèle a priori ni mobilisations d’usagers, ni volonté des élus régionaux, ni détermination de la SNCF. En outre, ce sont des majorités de couleurs politiques différentes qui ont fait avancer ce processus. La réforme semble finalement faire l’objet d’un large consensus incluant l’État, la SNCF, les régions et les syndicats de cheminots. Cela pourrait conduire à interpréter la régionalisation des transports collectifs comme une réponse fonctionnelle à un certain nombre de dysfonctionnements. Cependant, une telle approche, d’ailleurs partagée par la plupart des acteurs politiques, prête une rationalité excessive à l’action publique et néglige l’importance des processus à l’œuvre dans la fabrication de la réforme. Il paraît beaucoup plus intéressant de chercher à comprendre les conditions d’élaboration de ce consensus. Finalement, comment des acteurs différents et s’opposant sur d’autres questions en sont venus à parler à l’unisson ?

  • 2 Cet article est issu de recherches menées dans le cadre d’une thèse de science politique (en voie d (...)

2Notre principale hypothèse peut se formuler de la manière suivante : la régionalisation des transports collectifs repose sur un compromis entre une logique de relance des services de proximité et une logique de préservation des finances de l’État et de la SNCF. La construction de ce compromis, qui a eu lieu sur une échelle de temps relativement longue, est le fait d’un réseau politico-administratif qui dépasse les clivages politiques. Ce compromis s’est élaboré dans le temps au travers d’activités de médiation ou de traduction (Callon, 1986 ; Latour, 1989). Cette approche se distingue de celle des référentiels (Jobert et Muller, 1987 ; Muller, 1995). Nous nous intéresserons ainsi aux manières dont ont été produits, par étapes, des accords entre des acteurs appartenant à différents univers institutionnels, aux logiques et aux intérêts partiellement antagonistes. Le rôle des « intermédiaires », les interdépendances et les jeux de médiation seront observés à travers un prisme à la fois cognitif et stratégique (Nay et Smith, 2002 ; Sawicki, 2002). L’approche diachronique ici proposée, couvrant une période d’une trentaine d’années, permettra d’appréhender la manière dont le processus a progressé ainsi que l’évolution des configurations d’acteurs impliquées dans la régionalisation des transports collectifs2.

3Il est sans doute impossible de remonter aux origines premières d’une politique publique. Nous avons choisi comme point de départ de notre démonstration le rapport Nora de 1967 et la réforme de la SNCF de 1971 pour une raison simple : la séparation opérée à ce moment entre les activités commerciales et les activités de service public posait d’une manière inédite la question de l’avenir du transport ferroviaire régional. Nous avons isolé trois phases dans la fabrication de la réforme :

  • dans un premier temps, aucun véritable compromis n’existe entre l’État, la SNCF et les régions sur le devenir des trains régionaux, sinon l’option qui consiste à gérer le déclin ou, au contraire, à redynamiser les omnibus ;

  • la mise en œuvre de la loi d’orientation des transports intérieurs (LOTI) de 1982 est cependant l’occasion de développer des stratégies d’enrôlement visant à impliquer davantage les élus régionaux ;

  • enfin, au début des années 1990, alors qu’une crise financière touche le secteur ferroviaire, la relance du processus, qui apparaît de plus en plus irréversible, est présentée comme un moyen de concilier des missions de service public et des équilibres financiers.

1. La « régionalisation » malgré les régions : un processus suscitant peu l’adhésion

4Entre les années 1960 et le début des années 1980, on observe une succession de deux phases. La première réponse qui est donnée au déclin des omnibus consiste à réduire les coûts d’une activité considérée comme condamnée. Après l’alternance politique de 1981, le problème est posé différemment. Les régions sont invitées à s’impliquer davantage en matière de transports collectifs, non plus pour prendre la responsabilité de fermetures de lignes, mais dans une optique de développement du service public de transport. À ce stade, l’intervention des régions reste facultative et, malgré les tentatives visant à inciter les collectivités locales à s’investir, l’existence d’un accord entre l’État, la SNCF et les régions sur ce que pourraient ou devraient être les transports collectifs régionaux ne peut être établie.

1.1. Les collectivités locales, instruments de gestion du déclin

  • 3 Le discours prononcé par le président de la République Georges Pompidou à Savigny-lès-Beaune le 29 (...)

5Au milieu des années 1960, la route, mais aussi l’avion, sont entrés dans une concurrence féroce avec le train. Les ménages sont équipés à 50 % d’une automobile (contre 30 % cinq ans plus tôt). La chute des trafics conforte l’idée selon laquelle le ferroviaire serait un mode de transport du xixe siècle. Symbole de modernité, la route est perçue comme l’outil par excellence de l’autonomie individuelle3. Alors qu’au début des années 1960, la situation financière de la SNCF est pratiquement équilibrée, celle-ci se dégrade ensuite en raison de la stagnation du trafic provoquée par le ralentissement économique et par le blocage des tarifs ferroviaires décidé par le gouvernement pour lutter contre l’inflation. Le creusement du déficit conduit la direction de la SNCF à prendre une série de mesures : développement de l’offre des trains rapides et des express, exploration de la très grande vitesse, introduction d’une dépéréquation tarifaire partielle. Par ailleurs, en août 1966, la SNCF propose au ministre des Transports 106 transferts sur route et 14 suppressions de lignes ferroviaires, cette initiative répondant à une demande de l’autorité de tutelle.

  • 4 Le 4 avril 1966, le Premier ministre Georges Pompidou charge Simon Nora, en tant que président du g (...)

6C’est dans ce contexte que paraît, en 1967, le rapport Nora4. Ce rapport, très important dans l’histoire de la modernisation publique, préconise l’autonomie de gestion des entreprises publiques et la rentabilisation de leurs activités. Dans la lignée de ce rapport, l’avenant du 27 janvier 1971 à la convention État-SNCF de 1937 et le nouveau cahier des charges de l’entreprise approuvé par le décret du 23 décembre 1971 introduisent une plus grande autonomie de gestion. La SNCF doit adopter un comportement d’entreprise, rechercher la plus grande efficience économique possible, tout en conciliant celle-ci avec ses missions de service public. La réforme opère une distinction, dans les trafics voyageurs, entre les missions dites de service public (trains omnibus, services de la banlieue parisienne), qui bénéficient d’une contribution publique d’équilibre, et l’activité à caractère commercial (trains rapides et express), qui ne peut prétendre à une telle contribution. L’objectif est de favoriser la mise en place d’un système de transports concurrentiel réputé moins coûteux et de meilleure qualité.

7Au même moment, l’État s’engage à autoriser la SNCF à fermer ou à transférer sur route 10 000 km de services omnibus. Le déficit des services transférés sur route pourra même être compensé par l’État. En sept ans, 6756 km de lignes sont fermés, dont 10 % environ sans remplacement. L’objectif des 10 000 km n’a pu être atteint en raison de réactions locales, parfois extrêmement vives. L’avenir des omnibus, qui creusent les déficits et véhiculent une image ternie du ferroviaire, apparaît compromis. Ce « nouvel esprit commercial » (Ribeill, 1984) est tourné vers la conquête de clientèles captées par l’automobile et l’avion. Il vient équilibrer, non sans heurts, la puissante culture technicienne qui dominait traditionnellement l’entreprise.

  • 5 Le rapport Guillaumat de 1978 sur l’avenir des transports terrestres commandé par le gouvernement B (...)

8Le septennat de Valéry Giscard d’Estaing (1974–1981) confirme cette tendance5. Le projet de train à grande vitesse, qui émerge en 1965 parmi un petit groupe d’ingénieurs, est présenté comme le moyen d’assurer le renouveau de la SNCF. Il doit démontrer la capacité de l’entreprise à se faire une place dans l’espace concurrentiel des transports (Ribeill, 1995 ; Lolive, 1999). Il incarnera la jonction entre des objectifs commerciaux et une volonté de réintroduction du ferroviaire dans la symbolique de la modernité, qui est aussi une recherche de reconnaissance du savoir-faire ingénieur de la SNCF, sans pour autant représenter une rupture technologique majeure (Klein, 2001). G. Ribeill évoque la « libéralisation » des années 1970 (Ribeill, 1984, p. 41–43). De même, J.‑M. Fourniau mentionne la rupture qui s’opère à la fin des années 1960 entre logique productiviste et logique concurrentielle (Fourniau, 1995).

  • 6 Après la création de la délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) en (...)
  • 7 L’idée d’un service intervilles renforcé et/ou cadencé sera reprise les années suivantes entre Cann (...)

9Jusqu’alors, la SNCF « octroyait » le ferroviaire aux usagers plus qu’elle ne fournissait un service à des clients. Le marketing fait son apparition en 1975 avec le concept Corail, qui entraîne un saut de qualité important pour le service classique voyageurs. En revanche, aucune amélioration n’est prévue pour l’activité omnibus, perçue en interne comme ne pouvant pas être du ressort d’une entreprise « normale ». Si le réseau n’en finit pas de se contracter, on assiste tout de même au début des années 1970 à un léger redressement du transport ferroviaire régional. En 1970, l’ORÉAM6 Lorraine met en place une desserte cadencée, conventionnée avec la SNCF, entre Thionville, Metz et Nancy (Métrolor) afin de mieux relier les principales villes de la région. Cette première est un succès en termes d’augmentation de trafic (+ 60 % en six ans). La réussite de Métrolor, qui dépasse les plus optimistes prévisions, démontre qu’il est possible, pour peu que le potentiel de trafic existe, de rendre le transport ferroviaire de proximité de nouveau attractif7.

10À partir de 1973, le contexte évolue. Le premier choc pétrolier fait peser une menace considérée comme sérieuse sur l’approvisionnement en énergie. Le prix du carburant augmente. En même temps, les préoccupations environnementales commencent à se diffuser. Le rapport du club de Rome sur les limites de la croissance est rendu public en 1972. Le gouvernement modifie alors son discours. Il insiste désormais sur la nécessité de réduire les déplacements automobiles, en particulier sur les courtes distances. Le train est présenté comme une solution. Dans la lignée d’un conseil interministériel sur l’énergie qui se tient le 6 mars 1974, les établissements publics régionaux (EPR) créés deux ans plus tôt sont intéressés à la planification des transports. Le succès de Métrolor n’est pas étranger à cette décision. L’objectif est de faire porter aux régions la responsabilité des transferts sur route des dessertes rurales et de les autoriser, grâce aux économies ainsi réalisées, à développer les services ferroviaires là où les besoins se concentrent. Ce mécanisme, repris dans le décret du 30 août 1977, présente l’avantage de maintenir constante la compensation de l’État au titre des services omnibus.

11Finalement, peu de transferts ont lieu, les élus n’étant pas disposés à en assumer les conséquences politiques. La loi transports publics d’intérêt local (TPIL) et le décret du 24 septembre 1979 s’inscrivent à peu près dans la même logique. Le rôle des départements est toutefois renforcé. L’objectif est toujours de susciter des fermetures de lignes sous la responsabilité politique des élus locaux, mais en ne limitant plus cette possibilité aux seules régions, dont l’action a été jugée trop timide (Zembri, 2004). De son côté, la SNCF reçoit la liberté de procéder au transfert sur route de dessertes dont le coût serait disproportionné par rapport au service rendu. On assiste alors à un redéploiement de l’offre des lignes les moins fréquentées vers les lignes les plus fréquentées.

12Le panorama de ces années 1970 est donc contrasté. La norme commerciale s’impose au sein de la SNCF, mais elle s’applique peu à l’activité omnibus. Cette dernière est considérée par les dirigeants de la SNCF comme une « branche morte » dont il faudra tôt ou tard se séparer. De son côté, le gouvernement, sans aller jusqu’à retenir l’option proposée par le ministère des Finances, à savoir imposer unilatéralement et autoritairement des transferts sur route, tente de faire endosser aux collectivités locales la responsabilité des fermetures de lignes. Cependant, celles-ci, et notamment les régions, acceptent mal d’être les instruments de cette évolution. Pour elles, s’impliquer dans des fermetures de lignes ou des transferts sur route est souvent plus coûteux (politiquement) que bénéfique (financièrement). À ce stade, malgré le caractère facultatif de l’investissement des collectivités, il n’existe pas de consensus sur la question des transports collectifs régionaux. Si la volonté de préserver des équilibres financiers est alors présente, la volonté de relancer les services de proximité l’est en revanche beaucoup moins. L’alternance politique de 1981 opère un véritable renversement dans la manière de penser l’avenir des omnibus.

1.2. La LOTI, entre promotion du service public et régionalisation a minima

  • 8 Nombre de politiques nationales ont repris, en les généralisant, des dispositifs locaux. C’est le c (...)

13La dynamique impulsée par la LOTI de 1982 propose une orientation assez nette vers des objectifs de service public. Celle-ci résulte avant tout de la généralisation d’une autre expérience locale8. Dans les années 1970, le Nord-Pas-de-Calais doit faire face à un profond déclin industriel. L’emploi de proximité organisé autour de grandes unités de production se raréfie et, par conséquent, les besoins de déplacement augmentent. Par ailleurs, les industries locales étant fortement utilisatrices du réseau ferré, le déclin industriel menace directement les emplois de cheminots, très nombreux dans la région. Ce contexte incite les acteurs politiques régionaux à s’emparer de la question par le biais de leur compétence en matière de transports. L’objectif est double : redynamiser l’économie régionale en favorisant la mobilité de la main d’œuvre et relancer l’emploi local dans le domaine de l’exploitation et de la construction ferroviaire.

14En juillet 1977, l’EPR Nord-Pas-de-Calais adopte son schéma de transports. L’année suivante une convention tripartite est signée avec l’État et la SNCF. Elle est le fruit de négociations entre le président socialiste du conseil régional, également député-maire de Lille, Pierre Mauroy et le gouvernement Barre. P. Mauroy, appuyé par des élus comme le sénateur communiste du Nord Hector Viron, parvient à convaincre le secrétaire d’État aux Transports, Marcel Cavaillé, le président de la SNCF, Jacques Pélissier et le préfet du Nord-Pas-de-Calais, André Chadeau, de l’intérêt de relancer le transport ferroviaire régional. La convention tripartite signe l’acte de naissance du transport collectif régional. Alors que le trafic avait baissé de 6 % entre 1976 et 1978, l’offre et la fréquentation connaissent une progression significative et régulière dès 1979 (Barré et Menerault, 1999). La commande de 195 voitures permet en outre de remplir le carnet de commandes des usines ferroviaires du Valenciennois. La principale nouveauté réside ici dans le fait que le sort des différentes liaisons d’intérêt régional est réglé non plus au cas par cas mais dans le cadre d’un dispositif global, la région s’engageant sur la totalité de l’offre régionale et sur l’équilibre général du compte d’exploitation.

15Au niveau national, l’alternance de 1981 permet l’ouverture d’une « fenêtre politique » (Kingdon, 1984). La victoire de la gauche propulse plusieurs artisans du transport collectif régional à des postes nationaux : P. Mauroy est appelé à Matignon ; A. Chadeau, préfet du Nord-Pas-de-Calais, qui avait pris la tête de la DATAR entre 1978 et 1981, devient son conseiller avant d’être nommé président de la SNCF ; le directeur de la région SNCF de Lille entre au cabinet du Premier ministre. Ces acteurs, porteurs d’une solution « prête à l’emploi », concentrent, dans leurs nouvelles fonctions, les ressources nécessaires à son extension. Au même moment, le député communiste Charles Fiterman est nommé ministre des Transports, poste qu’il occupera jusqu’en 1984. On assiste alors à un changement assez radical dans les représentations vis-à-vis du chemin de fer. La coalition de gauche est en effet favorable à une conception classique du service public ferroviaire. Il ne s’agit plus de faire en sorte que la SNCF se replie sur les positions les plus intéressantes commercialement, mais de renverser le rapport de force entre modes de transport en privilégiant le rail par rapport à la route. Immédiatement après l’installation du nouveau gouvernement, quatre dessertes omnibus supprimées quelques mois auparavant sont rouvertes. De leur côté, cinq régions demandent et obtiennent la réouverture de sept autres lignes. Entre 1981 et 1983, l’offre omnibus augmente fortement.

  • 9 Conseiller d’État, G. Braibant était alors chargé de mission auprès de C. Fiterman.
  • 10 Ingénieur des Ponts et Chaussées, C. Martinand était directeur adjoint du cabinet de C. Fiterman. I (...)

16En 1982, l’agenda parlementaire est surchargé. Néanmoins, les circonstances sont favorables : la convention État-SNCF de 1937 arrive à échéance. Cela signifie qu’une décision doit être prise concernant le futur statut de l’entreprise. La LOTI est d’abord le fruit des réflexions de C. Fiterman et de ses conseillers, dont la plupart sont proches du parti communiste. L’objectif est de rompre avec les politiques passées. Le volet ferroviaire est beaucoup mis en avant. Il permet aux promoteurs du projet de faire valoir l’urgence en refusant de dissocier la question du statut de la SNCF de la nouvelle politique des transports. À l’issue d’une phase intense de préparation, où des personnalités comme Guy Braibant9 et Claude Martinand10 jouent un rôle central, la phase parlementaire a lieu entre octobre et décembre 1982. La loi est promulguée le 30 décembre (Affichard et al., 1997). Si l’idée de régionaliser la gestion des omnibus est issue de l’expérience du Nord-Pas-de-Calais, elle n’a pas fait l’objet d’une mobilisation collective de la part des acteurs régionaux.

  • 11 Entretien avec Jacques Chauvineau (30 novembre 2006). J. Chauvineau a été conseiller technique au c (...)

17La LOTI vise avant tout à développer les transports collectifs. Selon le nouveau texte, les transports intérieurs doivent concourir à un aménagement équilibré du territoire. Les critères de rentabilité et de compétitivité des entreprises de transports sont ainsi relégués au second plan. Un « droit aux transports » est proclamé, le chemin de fer devant jouer un rôle essentiel dans sa mise en œuvre. L’intervention des régions en matière de transports collectifs reste facultative. Le conventionnement étant lié à l’inscription par les régions de dessertes au plan régional des transports, il pourra rester des lignes régionales non conventionnées. La LOTI relance donc le partenariat entre les régions et la SNCF, mais la tentative ne peut être que prudente tant la méfiance est grande entre les collectivités et l’entreprise publique : « L’idée d’avoir obligatoirement une convention ne plaisait pas aux régions. La SNCF avait tout aussi peur que les régions prennent la main. Tout le monde était d’accord pour dire : il faut ouvrir la possibilité, sans plus »11.

18Les régions sont consultées sur les fermetures et les ouvertures de lignes ainsi que sur la consistance générale du service. Si elles demandent des modifications de desserte ou des acquisitions de matériel, elles doivent en supporter les conséquences financières. La LOTI établit un lien entre le renforcement des régions, élément innovant de la décentralisation de 1982 et la relance des dessertes de proximité. Les rédacteurs de la loi ont en réalité tenté d’intéresser les collectivités à cette prise de compétence sur la base de l’argument suivant : les conseils régionaux commencent à disposer de capacités décisionnelles. Ils ont des moyens financiers qu’ils pourraient investir dans le ferroviaire. Leur compétence en la matière demeure facultative, mais une absence d’initiatives de leur part risquerait de conduire à une régression des dessertes.

19Entre les années 1960 et le début des années 1980, on voit ainsi se succéder deux phases. Durant la première phase, les acteurs étatiques et la SNCF tentent d’utiliser les collectivités locales pour gérer le déclin, considéré comme inévitable, du transport ferroviaire régional. Durant la seconde phase, les omnibus ne sont plus présentés comme une activité en fin de vie dont la SNCF devrait se débarrasser, mais comme le moyen de faire vivre le « droit aux transports » récemment proclamé. Au-delà de cette évolution dans les représentations, deux modifications méritent d’être soulignées. D’une part, les régions émergent, au détriment des départements, comme le niveau privilégié de gestion des omnibus. D’autre part, l’idée d’une conciliation entre relance des transports collectifs régionaux et maintien d’équilibres financiers fait son apparition. Un premier jalon est posé dans le processus de régionalisation des transports collectifs. Cependant, à ce stade, ni les régions ni la SNCF ne semblent réellement convaincues de l’intérêt de s’engager dans la régionalisation ouverte par la LOTI.

2. La mise en œuvre de stratégies d’enrôlement

20L’intérêt de relancer les transports collectifs régionaux ne va pas de soi, y compris pour les régions. Si la LOTI a donné lieu à une première possibilité de régionalisation des interventions, il fallait encore inciter les régions à se saisir des opportunités ouvertes par cette loi. Il restait, par ailleurs, à convaincre une grande partie de la structure dirigeante de la SNCF de l’intérêt de cette réforme ou, à défaut, susciter un rapport de force favorable. La progression du processus de régionalisation doit beaucoup aux activités d’un service de la SNCF, le service d’action régionale (SAR). Celui-ci cherchera à enrôler les élus régionaux, notamment par le biais du marketing et de l’innovation technologique, tout en travaillant à démontrer que l’action régionale de la SNCF n’est incompatible ni avec l’impératif commercial, ni avec la préservation des finances de l’entreprise. Cette entreprise de traduction débouche sur la première véritable étape dans la construction d’un accord entre les acteurs concernés par la régionalisation des transports collectifs. Mais cet accord demeure partiel et relativement fragile. L’avenir de la régionalisation des transports collectifs apparaît encore incertain.

2.1. Le transport régional, enjeu de pouvoir au sein de la SNCF

  • 12 D’autant que la variable politique joue, la droite ayant remporté les élections locales de mars 198 (...)

21Au moment de signer les premières conventions avec la SNCF, la plupart des régions restent méfiantes12. Elles craignent en premier lieu que le conventionnement ne se traduise par un transfert de charges de l’État à leur détriment. Il faut dire que les omnibus sont encore le symbole de la désuétude ferroviaire : matériels obsolètes, horaires inadaptés, etc. La SNCF fait figure, pour les élus régionaux, d’organisation technicienne, opaque et centralisée. Mais la méfiance est réciproque. La plupart des dirigeants de la SNCF acceptent mal l’incursion des régions dans ce « domaine réservé » qu’est le transport ferroviaire. Surtout, à l’heure du TGV, rares sont ceux à la SNCF qui croient en l’avenir des dessertes ferroviaires régionales.

22La gestion des omnibus dépendait traditionnellement de la direction commerciale voyageurs. Le service d’action régionale est créé le 1er mars 1983, à l’initiative du nouveau président de la SNCF, André Chadeau, pour faire face aux changements impulsés par la LOTI. Il est dirigé dès ses débuts par Jacques Chauvineau. Polytechnicien entré à 23 ans à la SNCF, celui-ci est passé par le cabinet de C. Fiterman, où il a notamment travaillé à la préparation de la LOTI. Il occupera ses fonctions jusqu’en 1999, date à laquelle il rejoint le Conseil économique et social. Son rôle au sein d’une organisation sceptique à l’idée d’un partenariat avec les régions est central. À ses débuts, le SAR est une petite structure marginalisée. Quand le service commercial voyageurs régionaux est fondu dans le SAR, des cadres ne se reconnaissent pas dans la démarche et quittent le service.

  • 13 SAR, Note sur l’action régionale et les dessertes régionales de voyageurs, octobre 1983, p. 10.
  • 14 Interview de J. Chauvineau dans La vie du rail, nº 2177, janvier 1989.

23Durant les années Mauroy/Fiterman, la SNCF joue le jeu de la LOTI. Le SAR insiste sur la nécessité de « revaloriser... l’ensemble des services sur les lignes dites “secondaires” et considérées comme dévalorisées au regard des “grandes lignes” jugées modernes et efficaces. L’entreprise, apparaissant jusqu’à ce jour comme menant deux politiques différentes, y retrouvera son unité et son identité de “service public partout en France” »13. Loin de s’opposer à l’évolution commerciale de la SNCF, le SAR cherche dès l’origine à réaliser la « synthèse de l’action commerciale et de la mission de service public »14. Toutefois, la mise en œuvre de la LOTI apparaît en retrait par rapport aux intentions exprimées en 1981–1982. Outre la méfiance des régions face à la SNCF et aux risques financiers qu’elles craignent de devoir assumer, il faut également voir dans cette situation un effet du nouveau contrat de plan État-SNCF signé en avril 1985. Ce contrat, qui vise à rétablir l’équilibre des comptes de la SNCF en 1989, prévoit une contribution forfaitaire de l’État à la compensation du service public ferroviaire régional. L’État se protège ainsi financièrement en cas de progression de l’offre.

  • 15 En tant que chef de la division recherche « commerce voyageurs » de 1974 à 1980, puis en tant que c (...)

24Pendant que les régions s’engagent, assez timidement, dans le conventionnement, le transport régional devient à la SNCF un véritable enjeu de pouvoir. En 1985, les services régionaux représentent dans l’activité voyageurs de la SNCF (hors Île-de-France) 55 % des voyageurs, 27,2 % du chiffre d’affaires et 13,5 % des voyageurs-km (Steinmetz, 2004). La signature des premières conventions a lieu dans une certaine indifférence à la SNCF. Parallèlement, le SAR, qui bénéficie de marges d’action substantielles, lance une stratégie marketing15. L’idée est de rompre avec l’image de l’omnibus. Un nouveau concept, présenté comme un label de qualité, est proposé. Il est baptisé transport express régional (TER) en référence à deux autres sigles, l’un rappelant l’univers du transport urbain « RER », l’autre évoquant celui du train express « TE ». Le lancement de ce produit doit inciter les régions à s’intéresser au transport ferroviaire de voyageurs tout en rappelant que ce dernier est le fruit d’un partenariat entre les régions et la SNCF, certaines collectivités étant tentées de se présenter comme uniques maîtres d’ouvrage.

25Les réactions au lancement du TER sont vives, notamment de la part de la direction grandes lignes dont les objectifs commerciaux diffèrent de ceux du SAR et de la direction du matériel qui craint l’introduction de contraintes dans la gestion du parc. Jusque-là, en effet, les services régionaux permettaient de recycler les vieux matériels dont les autres activités ne voulaient plus. Quand le SAR proposa que les élus régionaux puissent choisir parmi quatre couleurs (vert, bleu, rouge, jaune) celle qui serait associée au TER de leur région, les relations avec la direction du matériel se dégradèrent encore. Ce choix (limité) laissé aux régions, qui leur permettait de développer des politiques d’image, fut à l’origine d’un différend qui alla jusqu’à nécessiter l’arbitrage de la présidence de la SNCF ! La direction du matériel craignait que l’application d’une couleur n’entraîne une hausse des coûts et ne provoque des perturbations dans les circuits de commande. En fait, le choix des couleurs revenait surtout à subir une contrainte de l’extérieur. Assez vite, l’enrôlement des élus régionaux devient pour le SAR le moyen d’inverser le rapport de force à son profit. D’autant que l’application d’un nouveau contrat de plan à partir de 1990 débouche sur de nouvelles fermetures de lignes.

2.2. L’« automoteur du futur » ou comment intéresser les élus régionaux

26Certains élus régionaux commencent alors à être convaincus de l’intérêt politique du ferroviaire. Des trains aux couleurs de la région sont mis en circulation. Les investissements d’infrastructures donnent lieu à des inaugurations. La conception d’un nouveau matériel régional, l’« automoteur du futur », va encore renforcer cet intérêt. Au tournant des années 1990, un constat est dressé : certaines prestations constitutives de l’offre TER, comme le matériel roulant, restent de mauvaise qualité. J. Chauvineau parvient avec difficulté à faire inscrire dans le plan d’entreprise qu’au cours du plan suivant, la SNCF étudiera la possibilité d’un nouveau matériel régional.

  • 16 Document du service d’action régionale réalisé en vue de la réunion Objectifs-moyens avec la direct (...)
  • 17 « Certains voulaient plutôt reconstruire des X 2800, qui étaient l’équivalent des 403 Peugeot, des (...)
  • 18 Celui-ci trouvait à travers ce dossier un utile objet de consensus avec son opposition politique à (...)

27L’argumentaire est le suivant : « La modernisation des transports de la vie quotidienne, la diffusion de l’effet TGV dans le tissu régional nécessitent de disposer d’un matériel régional performant... Faute de quoi, il est à craindre qu’autour de tous les projets TGV ne se développent de fortes pressions pour multiplier les arrêts, dans un climat général détérioré avec les collectivités. Si un automoteur suffisamment performant est mis au point, il y a tout lieu de penser que les régions s’engageront dans son financement »16. Quelques semaines plus tard, la direction du matériel fait une proposition qui ne satisfait pas le SAR. En réalité, il n’y a pas accord sur ce que pourrait être ce nouvel engin17. Plusieurs présidents de région avaient en effet demandé à ce qu’un matériel moderne adapté aux relations intervilles soit mis en service. Ils s’étaient engagés à financer les études en échange d’un suivi de la conception. Leur chef de file était Maurice Dousset, député UDF de l’Eure-et-Loir et président du conseil régional du Centre18.

  • 19 L’« automoteur du futur » (X 72500) fabriqué par Alstom est mis en service en 1997. C’est le premie (...)

28Face au pouvoir d’inertie de la direction du matériel, qui accepte mal que des élus puissent avoir un droit de regard sur des questions aussi techniques, le SAR organise un appel d’offres pour la conception du design intérieur et de la livrée extérieure de l’automoteur en concertation avec l’Association nationale des élus régionaux (ANER). Cette démarche est destinée à ne pas inquiéter la direction du matériel, celle-ci ne se voyant pas contester la conception technique de l’appareil. En 1992, une maquette grandeur nature est réalisée. Présentée à Paris et en régions, elle provoque un « choc visuel » chez nombre de représentants régionaux. Sous la pression de ces derniers, la direction du matériel accepte de proposer une version améliorée du premier projet d’automoteur. À cela s’ajoute un discours du Premier ministre Édouard Balladur qui annonce que l’État participera, à un niveau certes faible, au budget de recherche et développement du nouvel appareil. Ce discours est une victoire symbolique pour le SAR19.

29Plus globalement, l’innovation ou le discours sur l’innovation, a joué un rôle central dans l’enrôlement des élus régionaux. À ce titre, la mise en place du dispositif TER 200 en 1991 en Alsace a eu un impact du même ordre que l’« automoteur du futur », quoique moins retentissant. Les premiers essais du TGV eurent lieu à la fin des années 1970 en plaine d’Alsace. Avec la preuve que la ligne pouvait supporter des passages à grande vitesse, les élus régionaux, en lien avec la SNCF, eurent l’idée de faire rouler des trains Corail à 200 km/h entre Strasbourg, Mulhouse et Saint-Louis. Ce dispositif, en ouvrant le champ des possibles, incita les dirigeants politiques d’autres régions à s’investir davantage dans le ferroviaire.

  • 20 Voir aussi la notion de « marginal-sécant » chez Jamous (1969).
  • 21 Mais n’est-ce pas là le cœur du travail de l’ingénieur ? « Un ingénieur doit in-té-re-sser, c’est l (...)

30La transgression des frontières organisationnelles est une dimension centrale des activités de mobilisation (Callon, 1986 ; Latour, 1989)20. Le SAR s’est efforcé de convertir sa conception en un énoncé qui « parle » aux élus, insistant sur le fait que la compétence en matière de transports collectifs revêtait un intérêt non seulement fonctionnel mais également politique dans la mesure où elle permettait d’éviter des fermetures de lignes et d’endosser la responsabilité de réalisations visibles à connotation moderne (tout en représentant un moindre risque financier pour les collectivités)21. Dans cette optique, le projet d’« automoteur du futur » a joué un rôle de traduction entre les intérêts du SAR, qui se voit ériger en 1992 au statut de direction à part entière, donc à égalité, en principe, avec la direction grandes lignes et ceux des élus, considérés à la fois comme des compétiteurs politiques et comme les porte-parole des citoyens-usagers régionaux.

31Au cours de cette période, la région a renforcé sa réputation d’échelon « naturel » de gestion des transports collectifs d’intérêt régional. La signature de conventions, la création du concept TER et la réalisation d’un nouvel automoteur régional ont permis de poser de nouveaux jalons dans la poursuite du processus et de créer un « effet cliquet » en donnant une traduction concrète à la LOTI et en convaincant une grande partie des élus régionaux d’aller plus loin dans le développement des transports collectifs. Le SAR a en même temps cherché à démontrer à la SNCF, avec un succès mitigé, il est vrai, que cette évolution, loin de lui porter atteinte, pouvait lui être bénéfique. Dans cette entreprise, J. Chauvineau a fait figure d’intermédiaire entre les élus régionaux et la SNCF. L’approfondissement de la régionalisation nécessitera toutefois de réactiver les institutions politiques nationales. Cette réactivation aura lieu dans un contexte de crise financière du secteur ferroviaire.

3. La relance du processus, objet d’un consensus élargi

32Par rapport à la période précédente, les développements que nous allons à présent évoquer se caractérisent par un certain nombre d’évolutions. La relance du processus de régionalisation fait l’objet d’une inscription à l’agenda politique national. Cette inscription est rendue possible par l’action d’individus jouant un rôle d’intermédiaire entre les organisations et les univers sociaux concernés. La production d’accords vise désormais une gamme plus large d’acteurs. À la fin des années 1990, l’existence d’un consensus entre l’ensemble des forces politiques et des acteurs sectoriels, y compris les instances dirigeantes de la SNCF et les organisations professionnelles, peut être établie. Le processus de régionalisation s’institutionnalise progressivement et apparaît de moins en moins réversible. Le recours à l’expérimentation, notamment, crée un nouvel « effet cliquet » rendant difficile un éventuel changement de direction de l’action publique.

3.1. La régionalisation comme solution de compromis face à la crise financière de la SNCF

  • 22 Celle-ci résulte d’une conjonction de facteurs. Si le trafic régional augmente de 36,6 % entre 1980 (...)

33En dehors de quelques régions, les collectivités ont d’abord cherché, à travers le conventionnement, à minimiser le déficit apparent, voire à dégager quelques excédents. La raison en est d’abord financière, puisque la compétence en matière de transports collectifs avait été transférée sans recettes supplémentaires. La seconde raison réside dans la faiblesse de leur capacité de contrôle sur la SNCF, que ce soit en termes techniques (les régions sont incapables de contrôler les devis présentés par l’entreprise) ou juridiques (les régions se sont largement vues imposer la rédaction des conventions). À partir de 1991–1992, les bilans régionaux se dégradent. Alors que les conventions affichaient jusque-là des soldes positifs (sept millions de francs environ en 1990, cinq millions environ en 1991), le solde pour l’année 1992 est déficitaire à hauteur de 98 millions de francs. Ce retournement de tendance provient essentiellement d’une baisse des trafics22. La SNCF réclame aux collectivités des sommes de plus en plus importantes pour équilibrer ses comptes. Certains conseils régionaux refusent de payer. Nombre d’entre eux suspendent leur convention. Les critiques des élus et des techniciens régionaux se concentrent sur le fait que la compensation versée par l’État transite par la SNCF, qui procède à la répartition. Cette procédure provoque un sentiment de tutelle. De même, le système de comptabilité FC 12 K, fondé sur des calculs établis à partir des coûts moyens nationaux, est critiqué (Zembri, 2001). Non seulement il n’existe pas de compte TER région par région, mais le compte des services régionaux est lui-même agrégé aux autres comptes de la SNCF ; si bien que lorsqu’une économie est réalisée sur une ligne régionale, elle bénéficie à l’ensemble du réseau.

  • 23 Ce magistrat de formation a occupé divers postes dans les cabinets ministériels. Entre 1974 et 1975 (...)
  • 24 Cette directive prévoit l’indépendance de gestion des entreprises ferroviaires vis-à-vis de l’État, (...)
  • 25 Entretien avec Hubert Haenel (9 décembre 2006).

34Le Sénat crée en décembre 1992 une commission d’enquête sur la SNCF, dont la situation financière est de plus en plus inquiétante. Celle-ci est dirigée par Hubert Haenel23. L’approche d’H. Haenel est indissociable de son expérience d’élu alsacien. Cette région s’est investie de manière précoce en matière de transport ferroviaire : mise en place de Métralsace (un peu sur le modèle de Métrolor) en 1980, création du TER 200 en 1991, réflexions sur le sauvetage des lignes vosgiennes, etc. En tant qu’élu national, de tendance libérale qui plus est, H. Haenel est préoccupé par les dérives financières de la SNCF. En tant qu’élu régional, il voit ce que pourrait être un véritable transfert de compétence aux régions. La commission publie son rapport en 1993. Certaines propositions concernent déjà le renforcement de la régionalisation des transports collectifs. Suite à ce premier travail, le ministre des Transports Bernard Bosson demande à H. Haenel une réflexion plus poussée sur le transport régional de voyageurs, tout en laissant de côté la très controversée question de la séparation entre gestionnaire de l’infrastructure et exploitant ferroviaire, exigée par la commission européenne (directive 91/44024) : « Quand le rapport a été adopté, je vais le présenter au nouveau ministre des Transports, Bernard Bosson. Il me dit : “on arrive en période électorale, on ne peut pas faire des réformes de cette ampleur. Il y a une sensibilité sociale. En revanche, je te demande de travailler sur l’idée de régionalisation” »25.

  • 26 Dans une perspective sensiblement différente, les services ferroviaires régionaux sont pointés du d (...)

35Un second rapport Haenel (Régions, SNCF. Vers un renouveau des services publics) est rendu en mars 1994. Il rappelle que la stratégie commerciale de la SNCF est restée trop focalisée sur le TGV et que, en conséquence, le « fait régional » a été largement sous-estimé par l’entreprise. Il fait état du niveau d’endettement alarmant de cette dernière, rendant impossible tout retour à l’équilibre financier sans intervention extérieure. Le rapport contient douze propositions, dont la plus importante est certainement la proposition nº 6 : « La région est l’autorité compétente en matière de transports régionaux... La date limite pour que les régions se saisissent de cette compétence est fixée au 31 décembre 1997. Le transfert de compétence aux régions sera alors définitif. Une première expérimentation de ces nouvelles modalités est lancée dès 1995 avec des régions volontaires » (p. 13)26.

36Cette mesure est reprise dans la loi d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire (LOADT) du 4 février 1995. L’expérimentation doit permettre l’enrôlement d’acteurs directement concernés par la régionalisation. Elle est destinée à ne pas heurter trop frontalement les cheminots. Ces derniers nourrissent, dans leur majorité, des craintes à l’égard de la régionalisation, considérée comme un prélude à l’éclatement du réseau. L’expérimentation doit aussi rassurer les régions. L’Association des présidents de conseils régionaux (APCR) est alors présidée par Valéry Giscard d’Estaing. H. Haenel, qui a occupé des fonctions au secrétariat général de l’Élysée de 1975 à 1977, est dans une position favorable pour convaincre ce dernier du bien-fondé de la démarche. Les régions ne sont cependant pas immédiatement séduites. L’expérience des lycées les a rendues sensibles aux transferts de compétence sans transferts financiers adéquats. Elles se déclarent intéressées, dans leur majorité, mais exigent d’importantes garanties. Par ailleurs, les régions à dominante rurale ne sont toujours guère convaincues de l’intérêt de cette réforme.

37L’état financier de la SNCF est alors préoccupant. Les déficits d’exploitation continuent de se creuser et l’endettement atteint 175 milliards de francs en 1995 (26,68 milliards d’euros). Les parts de marché du ferroviaire diminuent. Cela conduit l’État à accepter de reprendre la moitié de la dette à condition que la SNCF fasse des efforts concernant sa propre gestion. L’État souhaitant maintenir constant le niveau de sa participation au titre des liaisons régionales (TER), la SNCF estime qu’il manque 1,3 milliards de francs pour équilibrer les comptes. Elle propose une solution simple à travers le contrat de plan 1996–2000 : un programme de fermetures et de transferts sur route permettant d’atteindre de telles économies, en commençant par les lignes dont le taux de couverture des charges par les recettes est le moins élevé. Six mille kilomètres de lignes sont visés.

  • 27 L’expression « service public ferroviaire » fait partie du vocabulaire syndical. Le transport régio (...)

38Le conflit entre la SNCF et les régions au sujet de ces fermetures n’a guère le temps d’éclater. Les cheminots se mettent en grève à l’automne 1995 en réaction au projet de réforme des régimes spéciaux de retraites. Ils ont également été échaudés par la parution de la carte présentant l’évolution prévisible du réseau selon le nouveau contrat de plan. Si la régionalisation n’est pas vraiment au centre des débats durant le mouvement social de 1995, elle fait globalement l’objet d’un rejet de la part de la base. Le conflit place H. Haenel dans une posture délicate, entre le ministre des Transports, Bernard Pons, incarnant la ligne « dure » du gouvernement et des cheminots sans lesquels il sait que « sa » réforme ne peut aboutir. C’est la raison pour laquelle il travaillera à dissocier la régionalisation du programme de fermetures. Contrairement à la base, les dirigeants syndicaux sont toutefois conscients de l’intérêt de cette réforme pour l’avenir du service public ferroviaire27. Bernard Thibault, alors secrétaire général de la CGT-cheminots, syndicat majoritaire à la SNCF, jouera un rôle clé en ne s’opposant pas au processus. Sa marge de manœuvre était pourtant réduite. En effet, nombreux étaient ceux, à la CGT, qui se déclaraient opposés à la régionalisation. L’attitude de la grande majorité des responsables syndicaux, comme celle des cheminots en général, évoluera progressivement d’une opposition plus ou moins radicale à une adhésion vigilante.

39On constate l’implication, durant les années 1994–1997, des principaux acteurs de la première étape de la régionalisation des transports collectifs. J. Chauvineau corédige le second rapport Haenel. Le fait qu’il soit un ancien conseiller de C. Fiterman et qu’il ait conservé des relais au sein des organisations syndicales, en particulier à la CGT, rassure les cheminots. C. Martinand, ancien directeur de cabinet de C. Fiterman et artisan de la LOTI, est l’un des acteurs qui, au ministère, reste le plus mobilisé sur le sujet. Il est à l’époque directeur des affaires économiques et internationales du ministère de l’Équipement. Il jouera un rôle d’intermédiaire entre les syndicats et la secrétaire d’État aux Transports, Anne-Marie Idrac. C. Fiterman lui-même fera également l’interface entre A.‑M. Idrac et les syndicats, les cheminots conservant un bon souvenir de son passage boulevard Saint-Germain. L’ancienne équipe du ministre communiste s’est ainsi réunie pour préparer la réforme avec un gouvernement de droite.

  • 28 On peut en effet définir comme suit les entrepreneurs de politique publique : « people who are will (...)

40On observe une chaîne de médiation dont les maillons relient plusieurs espaces institutionnels (Nay et Smith, 2002). À partir des années 1992–1993, H. Haenel fera l’intermédiaire entre les différents univers sociaux concernés (industrialo-commercial, politique, administratif, syndical) — jusque-là, ce rôle était essentiellement joué par J. Chauvineau. Celui-ci dispose des ressources nécessaires pour activer le niveau national. Sa trajectoire politique ainsi que sa multi-positionnalité institutionnelle (Sénat, région Alsace, puis SNCF, dont il deviendra administrateur en 1996) faciliteront grandement son action de médiation. En ce qui concerne les rétributions politiques attendues du succès de cette entreprise de politique publique28, le nom d’H. Haenel a été évoqué pour présider, après 1995, le conseil d’administration de la SNCF, mais il n’a finalement pas été retenu. De son côté, J. Chauvineau continuera d’être actif. Il fera figure, dans la dernière phase du processus, d’expert reconnu et d’homme de réseaux. Une division du travail s’est opérée, au sein de cette coalition de réformateurs, entre un petit nombre d’acteurs chacun dotés d’une légitimité, de ressources et de capacités d’influence spécifiques, afin de porter la régionalisation comme une solution pertinente face aux difficultés rencontrées dans le domaine ferroviaire. Les régions, bien que méfiantes, voient l’intérêt qu’elles peuvent avoir à élargir le champ de leurs responsabilités, à disposer d’une compétence visible et de budgets plus importants. L’État et la SNCF voient l’opportunité de relancer les services de proximité sans que cette relance ne porte atteinte à leurs finances. De leur côté, les syndicats de cheminots comprennent que la régionalisation est un moyen de continuer à faire du train un outil du service public.

3.2. De la réforme consensuelle à la réforme « irréversible »

  • 29 Il y a plusieurs raisons à cela. D’une part, le Limousin a été intégré tardivement, en 1999, dans l (...)

41Si l’existence d’un large consensus reposant sur la conciliation entre la volonté de maintenir des équilibres financiers et celle de permettre au transport ferroviaire d’assurer, dans des conditions acceptables, des missions de service public est attestée, il reste encore à conduire la réforme jusqu’à la généralisation. De sensibilité jacobine, Louis Gallois, le nouveau président de la SNCF, n’est a priori guère favorable à la régionalisation. Il comprend toutefois rapidement l’intérêt de la réforme, en termes financiers et en termes d’image, pour la SNCF. Six régions volontaires sont sélectionnées pour participer à l’expérimentation qui débute en 1997 : l’Alsace, le Centre, le Nord-Pas-de-Calais, les Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes. En 1999, le Limousin les rejoint. L’expérimentation devait durer trois ans. Elle sera finalement prolongée par la loi d’orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire (LOADDT) du 25 juin 1999 et s’achèvera à la fin de l’année 200129.

  • 30 Cette situation n’est pas sans rappeler celle décrite par C. Grémion dans le cadre de l’expérimenta (...)
  • 31 Le critère politique n’a joué que de manière marginale. Une seule région de gauche (le Nord-Pas-de- (...)

42Mais s’agit-il vraiment d’une expérimentation ? Le fait de faire porter l’expérimentation sur les seules régions candidates introduisait d’emblée un biais quant à ses résultats30. Elles étaient dans leur grande majorité densément peuplées et urbanisées et elles représentaient plus de la moitié des trafics31. La présence de nombreux usagers potentiels renforçait les chances de réussite de l’expérimentation et limitait les risques de dérive financière. Impliquer les collectivités les plus importantes en termes de trafic changeait la dimension de l’expérience et rendait le processus un peu plus irréversible. L’investissement des acteurs dans une nouvelle organisation du transport régional et l’exercice, par les régions, d’une compétence touchant à l’univers quotidien des citoyens-usagers rendaient difficile, matériellement et politiquement, une éventuelle « recentralisation ». Le recours à l’expérimentation a ainsi créé un effet de lock-in (Arthur, 1989 ; Pierson, 2004) n’interdisant pas un retour en arrière, mais rendant ce dernier de moins en moins probable (ou de plus en plus coûteux). Les résultats positifs de l’opération, qui n’ont fait que confirmer l’intérêt d’une généralisation, ont contribué au verrouillage du processus.

43De 1997 à 2002, l’offre ferroviaire TER globale a progressé de 32,8 % dans les régions expérimentatrices et de 16,8 % dans les autres. Durant la même période, le trafic TER a augmenté de 25,1 % dans les régions expérimentatrices et de 17,2 % dans les autres. Enfin, la progression est notable en termes de qualité : ponctualité des trains, services en gare et dans les trains, etc. (Faivre d’Arcier, 2002 ; CERTU/ENTPE, 2001). Ces améliorations sont le résultat d’un renforcement des dessertes, de réouvertures de lignes, de travaux de rénovation de gares, de programmes d’achat de matériel roulant ou encore de la mise en place de tarifications spécifiques. Pour cela, les régions ont investi sur leurs propres deniers. L’évolution des structures organisationnelles en cours d’expérimentation indique que le processus s’institutionnalise progressivement. Les services « transports » des conseils régionaux commencent à s’étoffer, même s’ils restent modestes. La SNCF créé une commission « régionalisation » en 1997. Présidée par H. Haenel, celle-ci s’occupe en particulier d’étudier les conventions pour le compte du conseil d’administration. Au même moment sont mis en place des directeurs délégués TER. Placés sous l’autorité des directeurs régionaux SNCF, ce sont eux et les équipes sous leur responsabilité qui gèrent le compte TER et deviennent les principaux interlocuteurs des conseils régionaux.

44La loi du 13 février 1997 marque une étape fondamentale dans l’évolution du système ferroviaire. Elle comprend en fait deux volets : la création d’un nouvel établissement public gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire, Réseau ferré de France (RFF) et la poursuite de la régionalisation. Le débat parlementaire, assez court, est marqué par le désaccord de l’opposition de gauche sur le premier volet et par son accord concernant le second volet. Les principaux syndicats de cheminots expriment quant à eux leur vive opposition au premier volet, leur attitude étant désormais plutôt bienveillante à l’égard du second volet. En 1997, la propriété du domaine public ferroviaire est transférée pour l’essentiel à RFF, de même que l’essentiel de la dette (134,2 milliards de francs). La SNCF se trouve ainsi libérée de la charge de l’infrastructure.

  • 32 RFF commande et paie les ouvrages réalisés par le maître d’œuvre. Il définit les principes applicab (...)

45Un nouveau partage des rôles est opéré au sein du système ferroviaire32. Cette réforme a un impact important sur la mise en œuvre de la régionalisation des transports collectifs. La question du devenir des lignes régionales est dissociée des priorités de la SNCF, qui n’était jusqu’ici guère favorable au réseau secondaire. L’entreprise peut se recentrer sur son métier de transporteur à partir de bases financières relativement saines. Elle peut consacrer ses efforts à son activité commerciale et à la recherche d’une plus grande compétitivité, y compris intramodale à l’heure de l’ouverture à la concurrence du secteur. Les jeux de rôle sont largement modifiés par la mise en place de RFF (Barone, 2007). Toutefois, sa création n’a pas de conséquence directe sur la relance du processus de régionalisation, déjà bien engagée avant la réforme de 1997.

  • 33 Entretien avec J.‑C. Gayssot (22 juin 2004).

46Quelques semaines après le vote de la loi de 1997, un nouveau gouvernement est nommé. Lionel Jospin confie le ministère des Transports à Jean-Claude Gayssot, poste qu’il occupera jusqu’en 2002. Ce dernier s’est montré très favorable au mode ferroviaire, comme le prouve son action en faveur de la stabilisation de la dette, du fret ferroviaire ou encore la multiplication des crédits affectés au rail dans les contrats de plan État-Région ; mais avec une certaine réserve, dans un premier temps, vis-à-vis de la régionalisation : « Mon parti et les syndicats étaient contre, avec l’argument qu’il y avait un risque de démantèlement de l’unicité de la SNCF et moi aussi j’étais contre »33. Il mène malgré tout le processus jusqu’à la généralisation, poursuivant la réforme Pons-Idrac qui était elle-même un prolongement de la LOTI de C. Fiterman. Comme ses prédécesseurs, il voit l’intérêt qu’il peut y avoir à relancer les transports collectifs régionaux en impliquant les régions, autrement dit sans porter atteinte à l’équilibre financier de la SNCF et en stabilisant la contribution financière de l’État. La « conversion » de J.‑C. Gayssot ne s’explique pas simplement par l’obligation de poursuivre une réforme déjà bien engagée et faisant l’objet d’un large consensus politique. Elle s’inscrit dans un mouvement plus général d’adhésion qui concerne également les syndicats de cheminots après le mouvement social de 1995. Profitant d’une « fenêtre parlementaire » à la fin de l’année 2000, le gouvernement inclut dans la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU) du 13 décembre 2000 des dispositions relatives à la régionalisation. Le dispositif expérimental est généralisé (hors Île-de-France et Corse) à compter du 1er janvier 2002.

4. Conclusion

47Processus s’inscrivant dans une temporalité relativement longue, la régionalisation des transports collectifs a progressé par à-coups à travers une série de « cliquets ». Cette progression est due à l’intervention de coalitions d’acteurs en partie évolutives mais finalement remarquablement stables d’une période à l’autre. Si le principe d’une conciliation entre des missions de service public et des équilibres financiers a fait l’objet d’un consensus transpartisan, il a également suscité, peu à peu, l’adhésion des principaux acteurs concernés par la réforme. Pour l’État, c’est une manière d’« externaliser » les coûts d’une relance des transports collectifs régionaux. Pour les régions, c’est le moyen d’exercer une responsabilité nouvelle, d’autant plus intéressante qu’elle s’accompagne d’une forte visibilité. Pour la SNCF, c’est une manière de renforcer sa légitimité d’entreprise de service public sans avoir à en assumer les coûts financiers, l’entreprise bénéficiant de retombées positives, en termes d’image, de l’achat par les régions de trains modernes, tout en restant, de manière certes temporaire, en situation de monopole. Enfin, pour les syndicats de cheminots, c’est le moyen d’assurer la pérennité d’un service public ferroviaire auquel sont attachés des intérêts corporatifs. Si les rapports de force et les stratégies d’influence ont joué un rôle dans la progression de la réforme, l’enrôlement de ces différents acteurs a nécessité un important travail cognitif et argumentatif.

48La régionalisation des transports collectifs se prête à différents types de projections. Elle peut être tour à tour analysée comme un outil de service public, un instrument de sauvetage des lignes secondaires, un moyen de renforcer commercialement la SNCF, un facteur d’assainissement du budget de l’État, et, pourquoi pas, tout cela à la fois. On assiste ainsi à l’instauration d’un « consensus ambigu » (Palier, 2005) (dans un contexte, il est vrai, où les enjeux financiers sont de plus en plus prégnants) entre des protagonistes ne partageant pas la même conception de l’intérêt général : élus de gauche et de droite, interventionnistes et libéraux, jacobins et décentralisateurs. La principale force des promoteurs de la réforme est d’avoir su produire des accords en construisant collectivement une cohérence discursive entre ces différentes dimensions.

Haut de page

Bibliographie

Affichard, J., Champeil-Desplats, V., Lyon-Caen, A., 1997. Définir le service public, réguler un secteur concurrentiel : genèse de la loi d’orientation des transports intérieurs. Rapport de recherche pour le ministère de l’Équipement, du Logement, des Transports et du Tourisme, Paris.

Arthur, W.B., 1989. Competing technologies, increasing returns, and lock-in by historical events. Economic Journal 99, 116–131.

Barone, S., 2007. Secteur, réseau et échelle : la régionalisation ferroviaire en action. In: Faure, A., Leresche, J.P., Muller, P., Nahrath, S. (Eds.), Action publique et changements d’échelles : les nouvelles focales du politique. L’Harmattan, Paris.

Barré, A., Menerault, P., 1999. Le TER à la recherche d’un second souffle ou le rail au quotidien dans le Nord-Pas-de-Calais. Hommes et terres du Nord 4, 238–245.

Callon, M., 1986. Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc. L’Année sociologique 36, 57–63.

CERTU/ENTPE, 2001. Régionalisation des transports ferroviaires. Enseignements de l’expérimentation et perspectives. CERTU, Lyon.

Euvrard, F., Charbonnel, J.M., Lion, J., 1988. Protection sociale et pauvreté. Protection légale et expériences locales de revenu minimum garanti. Documents du CERC 88. La documentation française, Paris.

Faivre d’Arcier, B., 2002. Les premiers pas de la régionalisation ferroviaire. Transports 416, 389–398.

Fourniau, J.M., 1995. Problèmes d’histoire des grandes vitesses ferroviaires. Revue d’histoire des chemins de fer 12‑13.

Grémion, C., 1979. Profession : décideurs. Pouvoir des hauts fonctionnaires et réforme de l’État. Gaulthier-Villars, Paris.

Jamous, H., 1969. Sociologie de la décision. La réforme des études médicales et des structures hospitalières. Éditions du CNRS, Paris.

Jobert, B., Muller, P., 1987. L’État en action. Politiques publiques et corporatismes. PUF, Paris.

Kingdon, J.W., 1984. Agendas. Alternatives and Public Policies. Little Brown, Boston.

Klein, O., 2001. La genèse du TGV, une innovation contemporaine de l’épuisement du fordisme. Innovations 13, 111–132.

Latour, B., 1989. La Science en action. La Découverte, Paris.

Latour, B., 1992. Aramis ou l’amour des techniques. La Découverte, Paris.

Lolive, J., 1999. Les contestations du TGV Méditerranée. L’Harmattan, Paris.

Muller, P., 1995. Les politiques publiques comme construction d’un rapport au monde. In: Faure, A., Pollet, G., Warin, P. (Eds.), La construction du sens dans les politiques publiques. Autour de la notion de référentiel. L’Harmattan, Paris.

Nay, O., Smith, A., 2002. Les intermédiaires en politique. Médiation et jeux d’institutions. In: Nay, O., Smith, A. (Eds.), Le Gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action publique. Economica, Paris.

Ollivier-Trigalo, M. (Ed.), 2007. Six régions à l’épreuve des politiques de transport. Décentralisation, régionalisation ferroviaire et différenciation territoriale. Collections de l’Inrets, Arcueil.

Palier, B., 2005. Ambiguous Agreement. Cumulative Change: French Social Policy in the 1990s. In: Streeck, W., Thelen, K. (Eds.), Beyond Continuity. Institutional Change in Advanced Political Economies. Oxford University Press, Oxford.

Pierson, P., 2004. Politics in Time. History. Institutions and Social Analysis. Princeton University Press, Princeton.

Ribeill, G., 1984. Les cheminots. La Découverte, Paris.

Ribeill, G., 1995. Recherche et innovation à la SNCF dans le contexte des années 1966–1975 : un bilan mitigé. Revue d’histoire des chemins de fer 12‑13, 71–87.

Sawicki, F., 2002. Du parti à l’assemblée régionale. Itinéraire d’un professionnel de l’intermédiation. In: Nay, O., Smith, A. (Eds.), Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action publique. Economica, Paris.

Steinmetz, C., 2004. Le conventionnement, un outil au service de la régionalisation ferroviaire. Revue générale des chemins de fer, numéro spécial, 47–56.

Zembri, P., 2001. Vers une seconde étape de la régionalisation des transports ferroviaires : causes, enjeux et premiers résultats. Communication pour la 9e World Conference on Transport Research, Séoul, 23–27 juillet.

Zembri, P., 2004. La Planification des transports au niveau régional. Une lecture des évolutions de ces 25 dernières années. CERTU, Lyon.

Haut de page

Notes

1 Les régions sont autorités organisatrices des transports collectifs (ferroviaires, essentiellement, mais également routiers) d’intérêt régional. Elles décident du contenu du service : dessertes, tarification, qualité du service et information des usagers. Les dépenses des régions au titre de la régionalisation des transports collectifs étaient de 2,76 milliards d’euros en 2006, soit 12,6 % de leurs budgets primitifs (17 % en 2005). Sur les politiques régionales de transports collectifs contemporaines, voir Ollivier-Trigalo (2007).

2 Cet article est issu de recherches menées dans le cadre d’une thèse de science politique (en voie d’achèvement) : Le train des régions. Régionalisation des transports collectifs et recompositions de l’action publique. Il repose sur une série d’entretiens réalisés avec des élus nationaux, des cadres de la SNCF, des élus et des techniciens régionaux, des fonctionnaires du ministère de l’Équipement et des Transports et des responsables syndicaux. Nous avons également utilisé des documents issus des archives de la SNCF et des conseils régionaux. De manière plus subsidiaire, nous avons eu recours à des fiches biographiques et à des coupures de presse.

3 Le discours prononcé par le président de la République Georges Pompidou à Savigny-lès-Beaune le 29 octobre 1970 reflète bien cet état d’esprit : « Certes, l’automobile est [...] un instrument de travail, mais qui ne voit qu’elle était aussi [...] un instrument de libération, la possibilité pour l’Homme d’échapper aux contraintes nécessaires, trop souvent, du transport en commun, la possibilité de partir quand on veut, pour où l’on veut, en s’arrêtant où l’on veut ».

4 Le 4 avril 1966, le Premier ministre Georges Pompidou charge Simon Nora, en tant que président du groupe de travail « entreprises publiques », de proposer des mesures susceptibles de favoriser l’amélioration de la gestion et des structures du secteur industriel, commercial ou financier dont l’État est propriétaire ou actionnaire. En mai 1967, S. Nora remet le résultat de ses études au Premier ministre. À ce rapport est jointe une « note particulière sur la SNCF » rédigée par un ingénieur des Ponts et Chaussées de 34 ans, Claude Charmeil.

5 Le rapport Guillaumat de 1978 sur l’avenir des transports terrestres commandé par le gouvernement Barre en est l’illustration quand il affirme : « Le fonctionnement de l’appareil des transports terrestres selon les règles de l’économie de marché est possible. Il est socialement préférable. Le jeu de la concurrence peut corriger un excès regrettable et mal connu des déplacements et transports. Elle suppose une libération complète mais progressive des prix ». Ce rapport évoque également un repli de la SNCF sur un « réseau-noyau », qui aura effectivement lieu en une quinzaine d’années.

6 Après la création de la délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) en 1963, huit « métropoles d’équilibre » sont désignées dans une perspective de rééquilibrage du territoire. Les organismes d’études d’aménagement des aires métropolitaines (ORÉAM) sont mis en place en 1966 autour de cinq métropoles d’équilibre : Lille-Roubaix-Tourcoing, Nancy-Metz, Lyon, Marseille et Nantes-Saint-Nazaire. Placés sous l’autorité d’un comité de coordination interministériel, ils doivent établir des schémas de développement de l’espace métropolitain.

7 L’idée d’un service intervilles renforcé et/ou cadencé sera reprise les années suivantes entre Cannes, Nice et Vintimille(Métrazur), Hagondange et Conflans-Jarny (Métro-Orne), Calais et Dunkerque (Métrodunes), Nancy et Épinal, et Nancy et Saint-Dié (Métrovosges). Le conventionnement avec la SNCF est alors essentiellement le fait des départements.

8 Nombre de politiques nationales ont repris, en les généralisant, des dispositifs locaux. C’est le cas, par exemple, du revenu minimum d’insertion (RMI). La loi de 1988 instaurant le RMI s’inspira en effet fortement d’expériences locales conduites en Ille-et-Vilaine et dans le Territoire de Belfort (Euvrard et al., 1988). L’originalité de cette pratique doit donc être relativisée.

9 Conseiller d’État, G. Braibant était alors chargé de mission auprès de C. Fiterman.

10 Ingénieur des Ponts et Chaussées, C. Martinand était directeur adjoint du cabinet de C. Fiterman. Il en sera le directeur d’octobre 1982 à juillet 1984.

11 Entretien avec Jacques Chauvineau (30 novembre 2006). J. Chauvineau a été conseiller technique au cabinet de C. Fiterman et a participé à la préparation de la LOTI. Il sera le principal artisan, à la SNCF, de la régionalisation ferroviaire.

12 D’autant que la variable politique joue, la droite ayant remporté les élections locales de mars 1983.

13 SAR, Note sur l’action régionale et les dessertes régionales de voyageurs, octobre 1983, p. 10.

14 Interview de J. Chauvineau dans La vie du rail, nº 2177, janvier 1989.

15 En tant que chef de la division recherche « commerce voyageurs » de 1974 à 1980, puis en tant que chef de la division commerciale de Paris-Saint-Lazare en 1980/1981, J. Chauvineau avait déjà vécu et participé directement à la naissance du marketing à la SNCF.

16 Document du service d’action régionale réalisé en vue de la réunion Objectifs-moyens avec la direction générale, 16 octobre 1990.

17 « Certains voulaient plutôt reconstruire des X 2800, qui étaient l’équivalent des 403 Peugeot, des voitures inusables mais conçues dans les années 1950. Nous, on essayait de faire passer un autre concept, avec un autre design, de la climatisation, etc. En interne, il y avait un conflit épouvantable pour faire admettre l’idée que les collectivités étaient prêtes à acheter du nouveau matériel, même très cher, à condition qu’il soit innovant. Ce n’était pas compris. » (Entretien avec un ancien cadre du SAR, 6 novembre 2006).

18 Celui-ci trouvait à travers ce dossier un utile objet de consensus avec son opposition politique à la région. En outre, M. Dousset était élu député depuis 1973 dans la circonscription de Châteaudun. Or cette ville était à l’écart des grands axes de communication ferroviaire de la région. La ligne TGV Paris–Tours passait à proximité sans la desservir, ce qui laissait à penser que la ligne de Châteaudun serait amenée à péricliter. D’où l’intérêt, pour le président du conseil régional (et peut-être plus encore pour le député), de s’emparer de la compétence « transports collectifs » pour tenter de contrer cette évolution.

19 L’« automoteur du futur » (X 72500) fabriqué par Alstom est mis en service en 1997. C’est le premier matériel issu d’une concertation entre la SNCF et les régions. Sur le plan industriel, c’est un échec. Ce bel engin, confortable et rapide, est peu fiable et bruyant. Les 40 premiers appareils doivent retourner en usine pour être modifiés. Mais qu’importe : la séduction a opéré.

20 Voir aussi la notion de « marginal-sécant » chez Jamous (1969).

21 Mais n’est-ce pas là le cœur du travail de l’ingénieur ? « Un ingénieur doit in-té-re-sser, c’est l’alpha et l’oméga, et aussi il doit convaincre, c’est la Loi et les Prophètes » (Latour, 1992, p. 36).

22 Celle-ci résulte d’une conjonction de facteurs. Si le trafic régional augmente de 36,6 % entre 1980 et 1990, l’offre TER est de moins en moins attractive. En dépit des efforts réalisés, le matériel roulant reste ancien. La dépéréquation tarifaire lancée avec le contrat de plan 1985–1989 a provoqué une hausse du billet pour les voyages sur courtes distances qui a découragé une partie de la clientèle. Ilya également des facteurs conjoncturels. La France connaît une récession en 1993 après plusieurs années de croissance ralentie. Parallèlement, le trafic routier continue d’augmenter, favorisé par le contre-choc pétrolier de 1986, l’accélération du programme autoroutier et la détaxation du gazole. Enfin, les investissements de la SNCF en faveur du TGV continuent de croître alors que ceux en faveur du réseau classique stagnent.

23 Ce magistrat de formation a occupé divers postes dans les cabinets ministériels. Entre 1974 et 1975, il est successivement conseiller technique au cabinet du secrétaire d’État auprès du Premier ministre Paul Dijoud, qu’il suivra en tant que directeur de cabinet au secrétariat d’État à l’Environnement et directeur de cabinet du ministre de la Qualité de la vie André Jarrot. De 1975 à 1977, il est conseiller technique à la Présidence de la République. Maire de Lapoutroie dans le Haut-Rhin à partir de 1977, il est constamment réélu au Sénat à partir de 1986, sous l’étiquette RPR puis UMP. En 1992, il devient conseiller régional et vice-président de la région Alsace.

24 Cette directive prévoit l’indépendance de gestion des entreprises ferroviaires vis-à-vis de l’État, l’assainissement financier des entreprises ferroviaires publiques, la séparation entre la gestion de l’infrastructure et l’activité de transport et de nouvelles dispositions concernant l’accès à l’infrastructure ferroviaire.

25 Entretien avec Hubert Haenel (9 décembre 2006).

26 Dans une perspective sensiblement différente, les services ferroviaires régionaux sont pointés du doigt dans le rapport Stoffaës de 1995 (L’Europe : avenir du ferroviaire) comme l’activité « qui pose les plus graves problèmes à la SNCF » : « Alors que beaucoup de trains mal remplis auraient dû être supprimés, leur nombre a augmenté : la longueur du réseau n’a pas diminué alors que celui des voyageurs-km transportés régressait » (p. 136).

27 L’expression « service public ferroviaire » fait partie du vocabulaire syndical. Le transport régional est certes un service public puisqu’il s’agit d’une activité d’intérêt général assumée sous le contrôle (et, ici, grâce aux subventions) d’une collectivité publique. Mais il semble plus adéquat de parler, comme le fait la LOTI, de « service public des transports », auquel le chemin de fer contribue mais qui ne se résume pas (ou plus) uniquement à ce mode de transport.

28 On peut en effet définir comme suit les entrepreneurs de politique publique : « people who are willing to invest resources of various kinds in hopes of a future return in the form of policies they favour » (Kingdon, 1984, p. 151).

29 Il y a plusieurs raisons à cela. D’une part, le Limousin a été intégré tardivement, en 1999, dans le groupe de régions pilotes. D’autre part, la SNCF remplaçait à l’époque le règlement FC 12 K de calcul des coûts par une comptabilité analytique plus transparente. Pour que la régionalisation soit effective, il fallait en effet produire des comptes régionaux TER. Or l’entreprise rencontra des difficultés qui provoquèrent des retards dans l’application du nouveau règlement.

30 Cette situation n’est pas sans rappeler celle décrite par C. Grémion dans le cadre de l’expérimentation de la réforme des services déconcentrés de l’État menée entre 1962 et 1964. Selon elle, les départements et les régions choisis ne l’ont pas été au hasard mais en fonction de la personnalité des préfets dont dépendait, estimait-on, le succès ou l’échec de l’expérience (Grémion, 1979).

31 Le critère politique n’a joué que de manière marginale. Une seule région de gauche (le Nord-Pas-de-Calais) figurait dans un premier temps dans le groupe des régions pilotes. Cela n’est pas surprenant dans la mesure où, à l’issue des élections régionales de 1992, deux régions seulement avaient conservé un exécutif de gauche. Afin de rétablir un certain équilibre après les élections régionales de 1998, J.‑C. Gayssot a ajouté le Limousin, place forte de la gauche et du parti communiste. Il s’agissait en outre d’une petite région rurale. Or ce type de région n’était pas représenté dans le groupe de collectivités pilotes.

32 RFF commande et paie les ouvrages réalisés par le maître d’œuvre. Il définit les principes applicables en matière de gestion du trafic, de fonctionnement et d’entretien du réseau. La SNCF paie des redevances d’infrastructures à RFF. En tant que maître d’œuvre pour les projets sur le réseau existant, elle assiste ce dernier en réalisant les études techniques, en préparant les appels d’offres et en veillant à la bonne réalisation des travaux par les entreprises. En tant que gestionnaire de l’infrastructure délégué, elle est chargée, pour le compte de RFF, de la gestion des systèmes de régulation et de sécurité, de la gestion opérationnelle des circulations et du bon fonctionnement du réseau.

33 Entretien avec J.‑C. Gayssot (22 juin 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Barone, « Régionalisation des transports collectifs : la fabrication d’une réforme « consensuelle » », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 4 | 2008, 471-488.

Référence électronique

Sylvain Barone, « Régionalisation des transports collectifs : la fabrication d’une réforme « consensuelle » », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 4 | Octobre-Décembre 2008, mis en ligne le 20 novembre 2008, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19844 ; DOI : 10.4000/sdt.19844

Haut de page

Auteur

Sylvain Barone

CEPEL/UMR 5112, faculté de droit, université de Montpellier-I, 39, rue de l’Université, 34060 Montpellier cedex 1, France
sylvainbarone[at]hotmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals