Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fabien Truong, Jeunesse française. Bac+5 made in banlieue

La Découverte, Paris, 2015, 288 p.
Sophie Orange
Référence(s) :

Fabien Truong, Jeunesse française. Bac+5 made in banlieue, La Découverte, Paris, 2015, 288 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Fabien Truong propose une contribution originale à l’effet de l’allongement des scolarités et à l’impératif des diplômes sur les parcours scolaires et professionnels de jeunes lycéens de Seine-Saint-Denis. Plutôt que la restitution objective et analytique d’une enquête sociologique, l’ouvrage emprunte les codes et le style d’autres genres, depuis le compte-rendu ethnographique jusqu’au récit introspectif, en passant par de longs passages de réalisme littéraire. Le suivi d’une vingtaine de bacheliers de la banlieue parisienne, depuis le lycée jusqu’à la fin de leurs études, permet de documenter finement tant l’évolution des trajectoires que les aspirations des « enfants de la démocratisation scolaire », plus de dix ans après la parution de l’ouvrage de Stéphane Beaud (2002), 80 % au bac… et après ? Si la norme a changé et s’est déplacée depuis le baccalauréat jusqu’au « bac+5 », les récits présentés et les témoignages livrés rappellent à maints égards les portraits des lycéens de la région de Montbéliard, leurs tactiques face à la poursuite d’études, les ressources — mêmes faibles — et les capitaux — souvent « cachés » (Pasquali, 2014) — qu’ils mobilisent, ainsi que les situations de désajustement et de décalage qu’ils éprouvent dans leurs parcours.

2Le pari audacieux de Fabien Truong est de proposer un suivi des déplacements scolaires et sociaux de ses anciens élèves, alors qu’il était enseignant en sciences économiques et sociales en lycée. L’ouvrage suit une logique d’exposition chronologique et se structure selon quatre séquences temporelles : le temps du lycée (chapitre 1), l’entrée dans l’enseignement supérieur (chapitres 2 à 4), l’accès au niveau « bac+5 » pour certains (chapitres 5 et 6) et enfin l’entrée dans la vie active (chapitre 7).

3Le premier chapitre fait pénétrer le lecteur au sein du lycée et de la salle de classe. Cette immersion « entre les murs » permet de prendre la mesure de la complexité du rapport au savoir et à l’institution scolaire des jeunes de banlieues populaires souvent issus de l’immigration. L’auteur montre que ce rapport à l’école ne peut en aucun cas se résumer et donc se réduire à de la défiance, à de l’adhésion ou à un quelconque instrumentalisme, mais trouve à se traduire dans des pratiques ambivalentes de ré-appropriation et de retraduction de la norme scolaire. L’épisode des vœux d’orientation et de la confrontation avec l’interface Admission Post-Bac (APB) rappelle encore que si les choix scolaires de ces élèves ne s’alignent pas sur ceux des élèves des classes supérieures, ils relèvent néanmoins d’une rationalité propre et s’appuient sur des principes spécifiques qui empêchent de les considérer sous le spectre de la désorientation.

4Les trois chapitres suivants distinguent trois types de parcours, suivant la filière choisie à l’entrée dans l’enseignement supérieur. Si l’auteur appuie amplement son texte, tout au long du livre, sur un lexique indigène et des expressions tirées des propos mêmes de ses enquêtés, il reprend ici à son compte une partition très institutionnelle de l’enseignement supérieur (et une qualification plutôt légitimiste), entre « voie normale » pour l’université, « voie médiane » pour les IUT (instituts universitaires de technologie) et les STS (sections de techniciens supérieurs), et « voie royale » pour les classes préparatoires et les grandes écoles. Pour chacun des parcours d’entrée dans l’enseignement supérieur, Fabien Truong montre bien que ce qui se joue dans l’accès et la réussite aux études longues n’est pas seulement la rencontre entre des étudiants et une institution au fonctionnement académique particulier, mais aussi la confrontation ou non à un espace géographique nouveau (pour ceux notamment qui franchissent le périphérique), à des étudiants au profil social différent (parisien, bourgeois, etc.) et à des méthodes pédagogiques nouvelles (distance avec les enseignants, éclatement du groupe classe, etc.). Ce qui apparaît également déterminant dans la conduite des parcours d’études est la possibilité, pour les jeunes étudiants suivis, d’opérer ce que Fabien Truong appelle « l’art du cheval à bascule » entre la position actuelle et le milieu d’origine, c’est-à-dire à donner sens à ce que l’on fait au regard de là d’où l’on vient. Pour le dire autrement, la réussite des études supérieures ne tient pas uniquement à des considérations d’ordre strictement scolaire mais est fortement tributaire de mécanismes d’ajustement ou au contraire de dissonance entre configuration actuelle et configuration d’origine.

5Les trois derniers chapitres, portant sur l’issue des études et l’entrée sur le marché du travail, reprennent ce même schème explicatif des trajectoires scolaires, professionnelles et sociales des individus, en mettant en évidence la façon dont les jeunes cherchent à mettre en conformité leurs devenirs avec leurs aspirations, leurs destins avec leurs origines. L’ouvrage se conclut sur l’idée que « les dispositions de ceux qui passent les frontières ne sont pas “clivées” une fois pour toutes, que les contraires dont l’opposition fonde la domination sociale ne sont pas irrémédiablement irréconciliables » (p. 245). Ce faisant, l’ouvrage apporte des ressources solides à l’étude des mobilités sociales et rappelle la nécessité de ne pas rester « entre les murs » de l’école pour penser les parcours scolaires.

6Enfin, la grande richesse de l’enquête restituée et l’originalité de l’approche empirique invite à poser quelques questions sur le protocole méthodologique adopté et le mode d’exposition de la recherche. En effet, l’intérêt de la posture du sociologue — dans son enquête comme dans son récit — est le mouvement. Le suivi des jeunes étudiants et leur interrogation régulière au cours de leur parcours scolaire permet sans nul doute d’éviter ou du moins d’atténuer un certain nombre d’écueils liés aux effets de l’« illusion biographique » (Bourdieu, 1986) : oublis, reconstructions a posteriori, etc. Ceci étant, on peut se demander si le déplacement des enquêtés dans l’espace géographique, scolaire et social au cours du temps de l’enquête n’a pas un effet sur leurs aspirations et sur les modalités d’appréciation de leurs parcours. Leur espace des possibles et des pensables évolue, tantôt en s’élargissant, tantôt en se réduisant : une destinée pensée comme improbable devient normale en se produisant ; un rêve inassouvi peut être présenté comme volontairement refusé. De même, les lycéens puis étudiants ne sont pas les seuls à se déplacer tout au long du récit : l’auteur lui-même traverse l’espace académique, géographique et professionnel, depuis le lycée de banlieue où il enseigne jusqu’à l’EHESS où il devient docteur, en passant par l’université de Paris VIII, l’IUT de Bobigny, l’université Paris 10 et Sciences Po. Là encore, on peut se demander si ce déplacement n’est pas sans incidence sur la façon dont (et d’où) l’auteur regarde ses enquêtés.

Haut de page

Bibliographie

Beaud, S., 2002, 80 % au bac... et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, La Découverte, Paris.

Bourdieu, P., 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62, p. 69-72.

Pasquali, P., 2014, Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes, Fayard, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Orange, « Fabien Truong, Jeunesse française. Bac+5 made in banlieue », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2004

Haut de page

Auteur

Sophie Orange

Centre nantais de sociologie (CENS), UMR 6025 CNRS et Université de Nantes, 23, rue du Recteur Schmitt, BP 81227, 44312 Nantes Cedex 3, France
sophie.orange[at]univ-nantes.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals