Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Naissance de la sociologie, J. Heilbron, traduit du néerlandais par P. Dirkx

Agone, Marseille (2006). 432 pp.
Michel Lallement
Traduction de Paul Dirkx
p. 544-547
Référence(s) :

Johan Heilbron, Naissance de la sociologie, traduit du néerlandais par Paul Dirkx, Agone, Marseille, 2006, 432 pp.

Texte intégral

  • 1 Het ontstaan van de sociologie, Johan Heilbron. Prometheus, Amsterdam (1990). Une version anglaise (...)

1Cet ouvrage est la traduction d’une étude publiée en néerlandais il y a plus de 15 ans maintenant1. En dépit du temps écoulé depuis la première livraison, le contenu n’a rien perdu en intérêt, ni encore moins en originalité. Non que les produits de l’histoire de la sociologie résistent mieux au temps que d’autres objets travaillés par les sciences sociales, mais tout simplement parce que le champ couvert par J. Heilbron reste peu labouré par ceux qui, en archéologues, fouillent le sous-sol de notre discipline. L’objectif de ce livre est de renouveler une historiographie qui, pour produire une intelligence sociologique de la sociologie, entame généralement l’enquête à la fin du xixe siècle. On ne peut pourtant comprendre les choix qui détermineront ensuite l’avenir de la sociologie sans considérer au préalable ce que J. Heilbron propose de nommer son « histoire prédisciplinaire ». Celle-ci court du début du xviie siècle jusqu’au milieu du xixe. J. Heilbron la découpe en trois périodes distinctes dont le rythme et les enjeux sont spécifiques à la France. Ces temps forts organisent l’ouvrage en autant de parties, qui structurent une démarche toute entière tendue vers la démonstration de la thèse majeure, à savoir le fait que « les sciences modernes sont le produit d’un processus beaucoup plus long qu’on ne l’admet communément. » (p. 370).

2La première séquence s’ouvre en 1730 et se clôt en 1755. Elle doit être lue avec en toile de fond un mouvement de sécularisation de la culture. À la différence des pays protestants, celui-ci prend forme en France grâce à la cour, aux salons et aux Académies, entités plus autonomes que les universités à l’égard des autorités religieuses. Après la mort de Louis XIV, et avec l’essor du marché du livre, l’aristocratie française impose son hégémonie. Piquée de littérature, elle produit un modèle — l’« esprit » — qui associe intuition, légèreté, facilité apparente et aisance oratoire. Sur l’échelle de l’excellence intellectuelle, ce style trône devant les sciences, synonymes d’efforts, de lourdeurs, de sérieux excessif... Au xviiie siècle, la composition des cénacles académiques reflète directement une telle hiérarchie. Les membres de l’Académie française sont d’origine aristocrate tandis que ceux de l’Académie des sciences viennent en majorité du tiers état.

3Au cours de cette première époque, les théoriciens qui dominent rompent avec les savoirs constitués tels que le droit, la théorie politique ou encore la philosophie morale. Non plus perçu comme une entité de devoirs mais comme un être doté d’un amour propre, l’homme fait l’objet d’un nouveau questionnement. Comment, s’il est avant tout motivé par son intérêt, peut-il cohabiter avec ses semblables ? Le bonheur individuel, répond-t-on alors, n’est possible qu’à condition de contribuer à celui des autres. Au sens moderne du terme, le concept de société fait son apparition afin de consolider une telle proposition. Chez Montesquieu et Voltaire, la société fait l’objet d’une acception bien plus large qu’auparavant. Elle a désormais pour équivalent les rapports sociaux en vigueur dans une nation ou dans un pays. Dans un même esprit, J.‑J. Rousseau invente l’adjectif « social » pour signifier combien le bien-être individuel doit à la sociabilité. Produit d’une lutte pour une plus grande autonomie intellectuelle à l’égard des manières de penser imposées par les pouvoirs spirituel et politique (Église, État), ces théories sociales renoncent plus généralement à regarder le monde des hommes à l’aide de catégories (la communauté, par exemple) qui survalorisent l’homogénéité. Elles mettent l’accent, à l’inverse, sur la différenciation et la diversification. Bien que dotées d’une forte charge de rupture, ces théories sociales séculières restent néanmoins débitrices de principes classiques, tous héritiers d’une philosophie rationaliste qui en appellent à l’universel ou encore au naturel (comme les théories du droit du même nom).

4La seconde période (1775–1814) est celle de l’invention des « sciences sociales », terme que consacre la période révolutionnaire. Au tournant du siècle, un double mouvement reconfigure l’espace au sein duquel la sociologie verra ensuite le jour. La sécularisation de la vie intellectuelle est d’abord en voie d’achèvement. L’État prend la main sur la plus grande partie des secteurs de l’enseignement et de la recherche. Les hiérarchies anciennes, ensuite, sont mises à mal. La culture lettrée de l’Ancien Régime perd de son crédit tandis que les sciences acquièrent une position dominante, tant sur le plan intellectuel qu’institutionnel. L’action de Napoléon, qui fut lui-même frotté aux savoirs scientifiques durant sa formation d’officier, prolonge la tendance. Plus que jamais, la tension est vive entre les deux formes de culture qui structurent la vie intellectuelle française :

  • d’un côté, les sciences qui gagnent en expansion, en différenciation interne (émergence de la biologie) et en « professionnalisation » (apparition de revues spécialisées) ;

  • de l’autre, un pôle littéraire qui s’érige en contrepoint et dont le romantisme constitue le principal fer de lance.

5Les sciences sociales se frayent une voie dans cet espace singulier. Après que l’on a assisté à la mathématisation de la physique expérimentale à partir de 1780, Condorcet propose, le premier, de « scientificiser » les théories sociales. Les mathématiques constituent son instrument de prédilection. Après lui, Laplace et une poignée de mathématiciens de métier s’essaient également à l’exercice. La physiologie est une autre discipline mobilisée pour transformer le social en objet saisissable, non pas simplement par la raison, mais également par un biais empirique. Cabanis, médecin, impose ainsi l’idée que l’homme moral n’est qu’un aspect particulier de l’homme physique. Il existerait donc des bases organiques sur lesquelles s’appuyer pour comprendre cet être sensible, ses comportements, ses pensées... Expression d’une bourgeoisie intellectuelle en quête de reconnaissance accrue sur la scène intellectuelle, les idéologues participent de ce même élan. Eux aussi tentent de fournir aux sciences sociales un fondement scientifique en empruntant aux savoirs de la physiologie. Le regard davantage tourné vers la physique et la médecine, Napoléon ne porte guère intérêt à ces différentes tentatives. Par divers moyens, il en étouffe même les développements prometteurs.

6Avec la Restauration, la chape s’allège considérablement. À compter de 1814, les sciences sociales gagnent en richesse, en diffusion et en reconnaissance institutionnelle. A. Comte, qui est au centre des réflexions développées par J. Heilbron dans la dernière partie de son ouvrage, incarne à lui seul cette nouvelle étape qui mène jusqu’au mitan du xixe siècle. A. Comte est pourtant l’homme de tous les paradoxes. Inventeur du néologisme « sociologie », il n’a guère apporté sur le fond à cette discipline nouvelle. Ainsi, la loi des trois états que l’auteur des Cours de philosophie positive tient pour la pierre angulaire de son œuvre n’a-t-elle rien d’original puisqu’on la trouve déjà énoncée par Turgot. De même, alors qu’elle est systématiquement associée au positivisme, l’œuvre d’A. Comte n’entretient aucun rapport de parenté avec la philosophie du même nom qui voit ensuite le jour. Bref, conclut J. Heilbron, A. Comte est un penseur ni très original, ni très important.

7Pourquoi, dans de telles conditions, faire si grand cas du mathématicien-philosophe français ? C’est qu’A. Comte a innové sur un autre plan bien plus décisif pour la genèse de la sociologie, celui de l’épistémologie. La situation singulière d’A. Comte au sein de la galaxie intellectuelle française explique en grande partie l’originalité de son apport en ce domaine. Très tôt rebelle à toute forme d’embrigadement institutionnel, A. Comte fut sa vie durant un savant marginal. Nourri des apports des sciences de son époque, mais toujours exclu de l’establishment, il n’a jamais été sujet à de quelconques velléités carriéristes. À l’intérêt qu’il porte pour les mathématiciens de l’École polytechnique et de l’Académie des sciences, il peut, en toute liberté, associer un regard critique exempt de concession. A. Comte tente, par exemple, de persuader ses brillants confrères que d’autres savoirs que le leur sont riches de méthodes à forte plus-value heuristique : l’expérimentation des physiciens, la comparaison en biologie, le détour historique des sociologues... En synthétisant les avancées enregistrées dans différents segments scientifiques, mais en refusant tout en même temps l’hégémonie d’une quelconque discipline sur les autres, A. Comte polit finalement une épistémologie différentielle et historique dont l’intérêt premier est de mettre à bas toutes les formes d’absolutisme intellectuel à prétention universelle.

8Même si le traitement de détail réservé à A. Comte n’est aucunement comparable à celui, plus sommaire, que J. Heilbron assigne aux autres figures intellectuelles qu’il mobilise tout au long de ce livre, au sortir de l’ouvrage le lecteur sort convaincu par la démonstration. La sociologie n’est pas née à la fin du xixe siècle toute armée de concepts et de méthodes. Elle est fille d’une histoire de longue durée. On le savait déjà bien évidemment, mais tout l’intérêt de la démonstration est de le mettre en évidence de façon originale, structurée et étayée. Pour parvenir à ses fins, J. Heilbron revendique le patronage de P. Bourdieu, auquel il emprunte la sémantique (les notions de champ et de capital) et certains modes typiques de raisonnement. J. Heilbron impute par exemple la révolte sociale et la dynamique intellectuelle impulsées sous la Restauration par de jeunes philosophes, historiens et polytechniciens à l’écart entre les chances anticipées et les conditions d’accès réelles à des fonctions supérieures. À défaut de pouvoir devenir professeurs, médecins ou avocats, les avant-gardes de la nouvelle génération explorent d’autres voies (comme le journalisme) et investissent des mouvements, comme le saint-simonisme, qui laisseront des traces durables dans le champ des théories sociales.

9Dans ce livre, l’empreinte de P. Bourdieu est en fait plus modeste que J. Heilbron ne le laisse croire en début d’ouvrage. Les clins d’œil et les références sont plutôt discrets et l’articulation entre texte et contexte, si elle convainc, n’est pas en soi l’expression de l’application systématique d’une sociologie dont, dans de nombreuses autres recherches, la marque de fabrique se donne à voir de façon autrement plus ostentatoire. La discrétion sied bien en fait à la présente démonstration. Elle n’affaiblit pas, par exemple, la portée de certains arguments majeurs, comme celui en vertu duquel « il est illusoire d’analyser des idées comme les résultats de choix rationnels. » (p. 304). J. Heilbron ne dit pas précisément, il est vrai, ce qu’il entend par rationalité, ni à quel courant précis de la sociologie il fait référence pour, par opposition, affirmer son point de vue. Qu’importe car, pour le reste, les arguments offerts sont suffisamment solides pour nous inciter à reconsidérer autrement ces périodes pionnières dont, à un titre ou à un autre, nous sommes toujours héritiers.

Haut de page

Notes

1 Het ontstaan van de sociologie, Johan Heilbron. Prometheus, Amsterdam (1990). Une version anglaise a également paru cinq ans plus tard : The Rise of social Theory, Polity Press, Cambridge (1995).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Lallement, « Naissance de la sociologie, J. Heilbron, traduit du néerlandais par P. Dirkx », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 4 | 2008, 544-547.

Référence électronique

Michel Lallement, « Naissance de la sociologie, J. Heilbron, traduit du néerlandais par P. Dirkx », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 4 | Octobre-Décembre 2008, mis en ligne le 20 novembre 2008, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/20084

Haut de page

Auteur

Michel Lallement

UMR CNRS 5262, Analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations, CNAM, LISE, 2, rue Conté, 75003 Paris, France
lallemen[at]cnam.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals