Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, N. Mariot

Le Seuil, Paris (2013). 492 p.
Jean-Louis Fabiani
p. 513-515
Référence(s) :

Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, Le Seuil, Paris, 2013, 492 p.

Texte intégral

1Ce livre n’est pas un ouvrage de plus sur la Première Guerre mondiale. Bien que le conflit soit le fond de scène violent d’un travail de sociologie historique mené avec brio, c’est plutôt la question des rapports de classe qui fait l’objet de l’analyse. La guerre est en effet l’occasion de rencontres qui seraient improbables au cours de la vie sociale ordinaire. Les interactions prolongées que le conflit occasionne, au cours des nombreux temps morts qui font la vie des tranchées aussi bien qu’à l’heure du combat, sont à l’origine d’observations et de commentaires que l’auteur décrypte en s’appuyant pour l’essentiel sur des analyses sociologiques qui n’ont rien à voir avec l’étude des comportements humains en temps de guerre : Richard Hoggart, Paul Willis, Robert Linhart, Edmond Goblot, Jean-Claude Passeron, Claude Grignon et même Richard Peterson sont convoqués pour étayer l’analyse, qui prend assez souvent l’aspect d’une sociologie des goûts et des styles de vie, la référence aux travaux de Pierre Bourdieu étant curieusement absente.

2Nicolas Mariot est pourtant parti d’une représentation dominante que la nouvelle historiographie du premier conflit mondial n’a pas remise en question, bien au contraire, puisqu’elle y a souvent vu la condition de l’unité dans l’action, de l’acceptation des ordres et de la facilité à exercer une violence interdite dans la vie sociale ordinaire : il s’agit de l’idée selon laquelle la guerre a été l’occasion d’un vaste brassage social et d’un affaiblissement des barrières de classe, qu’ils soient limités au moment de la vie collective dans la tranchée ou qu’ils continuent d’exercer leurs effets dans la vie politique et sociale de l’après-guerre. L’auteur remarque en effet que l’analyse de la culture de guerre, y compris chez les analystes les plus novateurs du conflit, comme Stéphane Audoin-Rouzeau, présuppose toujours la mise entre parenthèses des différences sociales. Ce sont bien ces différences que N. Mariot entend mettre au jour au moyen d’une relecture des témoignages de combattants qui nous ont été transmis à partir des journaux, récits et correspondances d’individus qui sont morts au combat ou y ont survécu.

3Parler de relecture n’est pas anodin. L’auteur ne produit pas en effet de nouvelle archive. Il part d’un corpus existant. De ce qu’il appelle « la grande armée des correspondances posthumes » recensées (733 items), il en a conservé 42, « 42 intellectuels perçus comme tels par les autres combattants » (p. 33). Curieusement, la constitution du corpus est renvoyée à la fin de l’ouvrage, et la mise en valeur des 42 individus dont l’expérience constitue la trame de l’ouvrage ne trouve sa justification que lorsqu’on les a quittés pour entrer dans ce que l’auteur nomme « l’arrière-plan scientifique » de la recherche. Que signifie 42 ici ? C’est beaucoup plus que les deux ou trois exemples usuels que l’historien convoque à l’appui de sa démonstration. C’est déjà un véritable échantillon sociologique, produit d’une sélection raisonnée à partir d’une population-mère. Les critères de choix de cette population de 733 documents sont les suivants : le soldat doit être combattant, les récits doivent être publiés, les auteurs doivent faire l’objet d’une identification prosopographique. Il en ressort que la guerre est vue pour l’essentiel à partir du témoignage qu’en donnent les classes supérieures, ce qui est aussi le cas de l’ouvrage de N. Mariot et ne l’invalide en aucune manière, dans la mesure où la dissymétrie sociale est ici incluse dans l’analyse au point d’en être le plus puissant moteur. Les 42 ont été choisis parce qu’ils ont, au moins à un moment de leur trajectoire guerrière, partagé le quotidien des soldats, mais aussi parce qu’ils ont rédigé des correspondances au jour le jour. Une bonne partie de la sélection est caractérisée par le fait d’être à la fois d’une origine sociale privilégiée et simple soldat. Comme on le voit, l’auteur a constitué un artefact qui ne prétend pas à la représentativité mais qui a été conçu pour avoir le rendement optimal d’une analyse en termes de confrontation entre les classes sociales. L’annexe méthodologique, notamment appuyée sur les travaux d’histoire sociale de Christophe Charle, est remarquable de clarté. Elle apporte aussi les informations nécessaires à la compréhension de la structure sociale de l’armée et des énormes inégalités de revenus qui règnent entre officiers et simples soldats.

4Ce qui frappe d’abord le lecteur, c’est précisément le caractère fortement inégalitaire du monde des tranchées : si les témoignages font état de moments de solidarité et de camaraderie, ceux-ci comptent peu au regard des fantastiques disparités de ressources, perceptibles notamment à travers les colis reçus. Les officiers reçoivent de leur famille des homards et de la bouillabaisse, avec des vêtements et des montres de prix, et sont assez souvent embarrassés du caractère luxueux des envois familiaux. Plus important encore, les hiérarchies sociales civiles se trouvent en quelque sorte intensifiées par le fonctionnement propre de la hiérarchie militaire. Cuisiniers et ordonnances parviennent à recréer une partie des charmes de la vie civile, et même, pour les plus chanceux, de la vie de salon. Certains parviennent à pratiquer l’escrime et le tennis. La guerre est ici la continuation de la vie civile par d’autres moyens, qui supposent l’existence d’un personnel de service nombreux et obéissant. Les différences de classe sont aussi marquées dans la perception aiguë des spécificités négatives des classes populaires : alcoolisme, addiction au jeu de cartes, goût pour les plaisanteries grasses, grégarisme. L’ouvrage aborde aussi de manière originale des questions relatives à la sociolinguistique et aux différentes parlures de classe, mais aussi à la vivacité des dialectes régionaux. Les témoignages montrent la souffrance réelle d’une bourgeoisie intellectuelle soumise à la promiscuité et qui ne peut retrouver dans l’intense vie collective des tranchées la retraite et le loisir qui permettent l’exercice de la pensée. Rares sont ceux qui, comme le sociologue Robert Hertz, membre du cercle durkheimien, mettent à profit ces moments exceptionnels pour voir dans les pratiques populaires des objets dignes d’intérêt. Plus répandu est le constat des savoirs pratiques que les ouvriers et les paysans mettent en œuvre pour survivre en milieu hostile : des pages remarquables sont ainsi consacrées à la capacité qu’ont les soldats des classes populaires de se mouvoir dans l’obscurité. La supériorité intellectuelle trouve son envers dans l’infériorité pratique qui se manifeste à travers la fatigue physique ou l’incapacité à réaliser des tâches techniques simples.

5Le protocole mis en œuvre avec rigueur par N. Mariot lui permet de relire des textes souvent labourés avec un regard neuf et productif. Le théâtre des classes ainsi représenté est d’une force peu commune, et l’auteur associe un travail innovant de sociologie historique avec une organisation narrative qui ne sur-sollicite jamais les données tout en conservant la puissance évocatoire des témoignages convoqués. Du fait du choix de méthode, l’ouvrage vaut d’abord par sa contribution à la sociologie des intellectuels français : le livre fera date dans la spécialité. On pourra considérer qu’il est moins convaincant pour ce qui est de l’apport propre à une histoire renouvelée de la Première Guerre mondiale. Si un scepticisme parfaitement justifié quant aux capacités d’intégration sociale de la tranchée est le moteur de l’analyse, le lecteur n’est pas vraiment plus avancé quand il a lu l’ouvrage pour répondre à la question dans laquelle la recherche de N. Mariot trouve son origine : comment rendre compte des violences de guerre commises par des individus qui dans le civil ne feraient pas de mal à une mouche ? Si l’on suit volontiers l’auteur lorsqu’il doute des explications culturalistes de Stéphane Audoin-Rouzeau et d’Annette Becker, lesquels voient dans la culture de guerre l’explication des comportements les plus violents, on ne voit pas non plus comment la reconnaissance de fortes hiérarchies de classe dans l’armée pourrait fournir une alternative analytique. Une des limites du livre réside dans la tendance à l’atténuation de la spécificité de la situation de conflit. C’est sans doute le prix à payer pour le grand mérite qu’il y a à rapatrier la guerre dans l’espace de l’histoire sociale. Là n’est sans doute pas l’essentiel. Ce qui restera de ce livre, outre la vraie prouesse qui consiste à renouveler de fond en comble la lecture d’un corpus déjà connu, c’est la contribution considérable à la sociologie historique des intellectuels. Le livre fait honneur à ce domaine et il est de ce fait hautement recommandable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Fabiani, « Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, N. Mariot », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 4 | 2014, 513-515.

Référence électronique

Jean-Louis Fabiani, « Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, N. Mariot », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 4 | Octobre-Décembre 2014, mis en ligne le 28 juillet 2014, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2009

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Fabiani

Centre d’études politiques Raymond Aron (CESPRA), École des hautes études en sciences sociales, 105, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
fabiani[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals