Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Transnational Governance, Institutional Dynamics of Regulation, M.L. Djelic, K. Sahlin-Andersson (Eds.)

Cambridge University Press, Cambridge (2006). 484 pp.
Jean-Claude Thoenig
p. 547-549
Référence(s) :

MarieLaure Djelic et Kerstin SahlinAndersson (dir.), Transnational Governance, Institutional Dynamics of Regulation, Cambridge University Press, Cambridge, 2006, 484 pp. 

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble 16 communications présentées lors d’un séminaire tenu en mai 2003 à l’université d’Uppsala. Elles sont encadrées par une introduction et une conclusion rédigées par les directrices de cette initiative.

2Il est question de gouvernance transnationale. Le monde actuel est en train de construire en masse de nouveaux ordres, dont les États ne sont qu’un des acteurs et qui établissent de multiples territoires géographiques. Quelles règles, quelles régulations, quelles activités discursives, d’organisation et de surveillance de telles dynamiques sont mobilisées et produites ? La thèse principale que défend ce livre est que, si le contrôle exercé par les États décline, le recours au légalisme (le contrat, la standardisation, le classement, la surveillance) est en pleine expansion. Les mondes et espaces en émergence couvrent de façon disjointe des domaines multiples, se meublent d’acteurs nombreux et s’enchâssent de multiples façons. La gouvernance telle que la saisit l’ouvrage est d’abord et avant tout transnationale, soit ni nationale ni globale.

3Une même perspective rassemble les auteurs : la théorie institutionnelle. Examiner comment se créent et se structurent des institutions, pourquoi l’institutionnalisation se diffuse et incorpore des acteurs et des activités, la manière dont des normes sociales installent des ordres nouveaux sont autant d’ambitions affichées par l’ouvrage. Les contributions qui déclinent ce projet sont regroupées en trois parties.

4La première est consacrée à un inventaire des forces ou logiques institutionnelles qui, de façon significative, sont à l’œuvre au niveau transnational. Cinq d’entre elles se voient consacrées autant de chapitres : la science, le marché, la méta-organisation ou l’organisation d’organisations, la rationalisation morale par les vertus, la démocratie délibérative sont autant de principes d’autorité et de légitimité qui infiltrent et structurent des mondes-espaces transnationaux et qui permettent d’asseoir des formes nouvelles de gouvernance.

5La deuxième partie traite de la topographie de cette gouvernance et de sa nature essentiellement dynamique. De nouveaux acteurs émergent. Leur sont consacrés trois chapitres qui couvrent successivement les cabinets d’avocats, les entreprises multinationales et le réseau international des banques centrales. Par ailleurs, des institutions dites traditionnelles doivent, qu’elles le veuillent ou pas, s’adapter à cette gouvernance transnationale. Un chapitre traite de l’État et un autre de l’université.

6La troisième partie analyse des processus de gouvernance en émergence. Six chapitres passent en revue les dimensions spatiales, relationnelles et de sens à l’œuvre dans des domaines particuliers. La certification, outil auquel a recours une organisation non gouvernementale s’occupant de produits en bois, engendre une série de processus qui modifient au final les politiques réglementaires nationales. La création d’un marché des droits d’émission de CO2 a permis de faire entrer dans le jeu de multiples nouvelles parties prenantes, donc de devenir imprévisible dans sa dynamique et à haut risque pour chaque acteur singulier. Les activités de formation au management ont été progressivement régulées à base de classements entre établissements et de systèmes d’accréditation, ce qui prend à revers le monopole ancien dont jouissent les États européens en matière d’enseignement supérieur. Le droit de la concurrence qui s’est imposé au niveau transnational et qui est une extension de règles américaines a provoqué la création d’une méta-organisation virtuelle et d’une culture de la concurrence. L’audit comptable et financier des entreprises trouve désormais ses références dans un ensemble de critères internationaux dont la fabrication a coïncidé avec une bataille politique intense. Enfin, le dernier chapitre montre comment, dans un contexte de gouvernance douce, des élaborateurs de règles arrivent à se doter d’autorité et à édicter des règles relativement coercitives.

7Cet ouvrage n’échappe pas au destin qui régit les actes de colloques. Son positionnement est assez hétéroclite. Des chapitres proches du profil de la note préliminaire à un essai côtoient des chapitres pouvant aspirer à un statut d’article pour revues de rang A et intégrant un jeu d’hypothèses et une base d’informations rigoureuses. La valeur ajoutée pour le lecteur averti est fort variable. Le moins bon alterne avec le solide. Enfin, le fil conducteur est relativement lâche, malgré les louables efforts des deux directrices de l’ouvrage. On reste encore assez loin d’une somme, d’un traité explorant de façon systématique le savoir ou d’un manuel à mettre dans les mains de professionnels de la science politique, de la gestion ou de la théorie des organisations. Rendre justice à un tel type d’ouvrage, c’est isoler des composantes qui peuvent retenir l’attention du lecteur tout en survolant le reste des textes. Quelle valeur ajoutée signaler au lecteur ?

8L’une est liée à l’existence de bonnes pages. L’étude que Tina Hedmo, Kerstin Sahlin-Andersson et Linda Wedlin consacrent à la régulation européenne de la formation au management est solidement informée, clairement déroulée et convaincante analytiquement. S’il fallait convaincre qui que ce soit de la pertinence de la régulation transnationale, ce texte ferait l’affaire. Kerstin Sahlin-Andersson à nouveau, associée cette fois-ci à Bengt Jacobsson, offre une fort ingénieuse et stimulante synthèse comparant divers modes de régulation dans divers domaines. Martin Marcussen mène une analyse, certes assez classique en termes de réseau, mais sur un sujet jusque-là ignoré ou abandonné aux supputations fantasmagoriques, soit les banques centrales, leurs membres, leurs modes d’association et le type de politiques publiques qu’ils produisent. Lars Engwall rappelle que le discours sur la gouvernance d’entreprise ne peut pas être ramené à un enjeu entre un principal et un agent. En fait, l’analyste doit identifier les règles du jeu régissant le contexte relationnel qui lie les dirigeants des entreprises à quatre parties prenantes externes : les actionnaires, les gouvernements, les média, la société civile. Plus percutant encore est le travail que John Boli consacre aux discours de nombreuses institutions transnationales allant du prix Nobel aux organisations humanitaires. Un ordre moral se construit qui fait de la vertu sa charpente sacrée et de la virtuosité (de la performance exceptionnelle) un critère de certification. Bref, et plus généralement, le livre contient quelques apports qui valent le détour de sa lecture.

9L’autre façon d’inciter le lecteur à jeter un coup d’œil à l’ouvrage est plus déconcertante. Elle tient à l’apprentissage, en particulier à l’apprentissage que déclenche le constat de défauts ou de limites de qualité dans un texte.

10Une première observation tient à la place de la rationalité politique. Sa portion est congrue, son analyse quelque peu convenue. Les États ont perdu la main. Les institutions sont animées d’une dynamique largement endogène. Les analystes des politiques publiques seront tentés de relever le défi lancé par un livre qui occulte largement 20 années de travaux en sociologie politique.

11Une deuxième interrogation renvoie au statut donné à l’histoire. Les acquis de la discipline sont ignorés. Pire, il est considéré comme évident que les phénomènes de gouvernance transnationale ont débuté après la Seconde Guerre mondiale.

12Une troisième déception ou limite renvoie à la théorie institutionnelle telle que pratiquée au fil des chapitres du livre. Elle éprouve souvent de la difficulté à se hisser à un niveau qui dépasse la simple description de petits faits quand ce n’est pas la référence très allusive. Est-il inconvenant de regretter que plus de rigueur analytique, notamment inspirée par un ancrage plus ferme dans les acquis de la sociologie, aurait certainement élevé le niveau moyen des textes ? Cette remarque est à rapprocher d’une dernière interrogation.

13Certains chapitres sont déroutants sinon franchement décevants, alors même que le nom de leurs auteurs laissait promettre mieux. Tel est le cas du chapitre dont John W. Meyer, l’un des pères de la sociologie institutionnelle, est le co-auteur. Traitant du recours à la science (scientization) comme principe d’organisation pour construire un monde plus sûr, ce chapitre accole des propos devenus banaux pour la connaissance, quelques données statistiques sans rapport étroit avec le sujet et quelques propos stimulants, mais fort peu développés, sur le fait que la scientization est une forme de religion propre à un monde moderne à visée rationalisatrice.

14Par ailleurs, il n’est aux yeux de nombreux auteurs aucun ordre local qui mérite qu’on s’y attarde, tant la progression de la gouvernance transnationale est irrésistible. Cette négation du local et du méso atteint son apogée au fil de deux articles provenant d’auteurs américains : celui, déjà mentionné, de John W. Meyer, Gili S. Drori et celui de Francisco Ramirez, qui porte sur la rationalisation des universités. Dans ce dernier cas, à coup d’affirmations ne reposant guère sur des observations, il est défendu l’idée que le modèle de l’université socialement enchâssée a triomphé partout et uniformément. L’enseignement supérieur de masse, qui traduit des modèles universels de justice et de progrès, transcenderait les écologies nationales des universités. Face à une telle évidence, est-il vraiment utile d’observer les contextes nationaux plus en détails, de vérifier empiriquement si des logiques locales s’y développent et si, au bout du compte, les dépendances de sentier national l’emportent sur les processus d’imitation transnationale ? La théorie institutionnelle pratiquée de façon aussi étroite et appauvrie, allant jusqu’à oublier la richesse des apports qui furent ceux de l’institutionnalisme historique, peut effectivement surprendre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Thoenig, « Transnational Governance, Institutional Dynamics of Regulation, M.L. Djelic, K. Sahlin-Andersson (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 4 | 2008, 547-549.

Référence électronique

Jean-Claude Thoenig, « Transnational Governance, Institutional Dynamics of Regulation, M.L. Djelic, K. Sahlin-Andersson (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 4 | Octobre-Décembre 2008, mis en ligne le 20 novembre 2008, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/20100

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Thoenig

Dauphine recherche en management, place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 75775 Paris cedex 16, France
jean-claude.thoenig[at]dauphine.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals