Navigation – Plan du site
Articles

Les chiens de patrouille de la police nationale : les gueules armées de la République

The National Police Patrol Dogs: Armed Jaws of the Republic
Sébastien Mouret

Résumés

Comment les animaux participent-ils au travail policier ? Prenant appui sur une ethnographie d’un dispositif de professionnalisation des équipes cynophiles de la police nationale, cet article montre comment le dressage des chiens de patrouille socialise les animaux aux mœurs du travail policier. Le courage attendu de ces chiens policiers puise sa source dans les rapports sociaux de travail des cynopoliciers, imprégnés de l’idéologie sécuritaire des politiques de lutte contre la délinquance. Le dressage opère un cadrage policier de l’agressivité canine dans des espaces disciplinaires complémentaires : le ring soumet les animaux à un renforcement agressif fondé sur un faux combat, et le chenil à un isolement social. C’est à l’image de la violence idéologique et pratique de leur travail que les cynopoliciers façonnent les conduites de leurs compagnons canins de travail.

Haut de page

Notes de la rédaction

Premier manuscrit reçu le 28 février 2017 ; article accepté le 13 décembre 2017.

Notes de l’auteur

Je souhaite remercier chaleureusement les membres du comité de rédaction de Sociologie du travail, et en particulier Geneviève Pruvost, pour leur relecture attentive de cet article.

Texte intégral

« On ne peut pas le changer. Il a pris le pli en profondeur. C’est ce qu’on appelle une déformation professionnelle […] On appelle là-bas “chiens blancs” les toutous spécialement dressés pour aider la police contre les Noirs. Un dressage tout ce qu’il y a de plus soigné »
(Romain Gary, Chien Blanc, 1970).

  • 1 Dans l’hommage diffusé dans les médias, Diesel était considéré comme un chien mâle. La police a cor (...)

1Le 18 novembre 2015, les forces spéciales du RAID (l’unité de Recherche, assistance, intervention et dissuasion de la police nationale française) lancèrent une intervention contre les auteurs des attentats commis à Paris quelques jours auparavant. Au cours de ce conflit armé, Diesel, une chienne d’assaut, tomba sous le feu des opposants. Au lendemain de sa mort, un hommage national lui fut rendu : « Je m’appelais Diesel. Je suis mort en héros pour la France »1. Une pétition circula pour qu’elle soit décorée de la Légion d’honneur pour acte de courage et de dévouement. Cette reconnaissance de sa contribution à la sécurité publique appelle à clarifier la place des chiens dans le travail policier. Comment entrent-ils dans la police ? Comment s’opère leur mise au travail ? Quel(s) rôle(s) jouent-ils dans les dispositifs d’intervention des forces de l’ordre ? Sont-ils considérés par l’institution policière comme des policiers ?

2Sur ces questions, la sociologie de la police (Bittner, 1970 ; Montjardet, 1996 ; Jobard, 2000 ; Pruvost, 2008 ; Fassin, 2011 ; Jobard et Maillard, 2015) n’apporte aucun éclairage, ayant proposé peu de recherches sur les brigades spécialisées, dont celles qui relèvent de la cynotechnie. Il faut se tourner vers les human-animal studies pour mettre en lumière l’ambivalence ontologique — partenaires/armes — des chiens dans la police américaine (Sanders, 2006). Implantées dans les principales agglomérations urbaines, les brigades canines françaises ont pour mission de lutter contre la délinquance de voie publique en réalisant des missions de patrouille et de recherche. Elles disposent de leurs propres appareils d’encadrement professionnel pour renouveler et gérer leurs effectifs humains et animaux. Elles revendiquent des compétences et une identité professionnelle fondées sur l’usage de la force animale comme moyen de la force publique.

3Cet article montre comment la participation des chiens de patrouille au travail policier procède d’une sélection (Monjardet, 1996) des qualités des animaux qui s’enracine dans le travail des cynopoliciers. Elle vise non seulement à les former à des techniques d’intervention, mais aussi à les socialiser aux mœurs des brigades canines de patrouille, en particulier au courage, une qualité centrale en cynotechnie et constitutive de la culture policière (Pruvost, 2007). L’incarnation animale du courage policier s’opère par un dressage continu, qui prend la forme d’une discipline (Foucault, 1975) répondant à un schéma de docilité. L’utilité et la soumission des animaux s’y articulent selon des échelles, des objets et des temporalités spécifiques. Le dressage s’exerce sur des individus animaux dont les corps sont traités isolément pour modifier en profondeur leurs conduites agonistiques. Les contraintes imposées aux chiens visent à majorer leur force et leur utilité. L’efficacité de leurs mouvements d’attaque importe autant que leur organisation interne. Le courage se développe et se mesure, pour les animaux comme pour les humains, à travers la capacité de dominer sa peur pour exploiter son agressivité. Le dressage se caractérise également par une coercition des animaux qui ne se limite pas à l’espace-temps de l’entraînement — le ring —, en dehors du travail sur la voie publique, mais se prolonge par un isolement social — le chenil — pour maintenir leur agressivité.

  • 2 Cette recherche a été réalisée dans le cadre du programme ANR (Blanc SHS 1) COW (Compagnons animaux (...)

4L’article s’appuie sur une ethnographie du Centre national de formation des unités cynotechniques (CNFUC) de la police nationale (encadré 1), fondée sur une approche processuelle (Dodier et Barbot, 2016) de son dispositif de professionnalisation des humains et des animaux2. Le dressage, qui s’opère conjointement à la formation d’agents cynotechniques, se caractérise par une succession planifiée d’opérations visant à qualifier des animaux de chiens de patrouille. Il s’agit de normaliser leurs conduites en donnant corps au courage policier. La qualification met ici l’accent sur les propriétés langagières du dispositif, en particulier sur la manière dont les cynopoliciers mobilisent le registre du travail pour remodeler l’agressivité canine et fabriquer des chiens de patrouille. L’attention portée aux capacités langagières des acteurs permet ainsi de comprendre comment le travail policier façonne les corps des animaux. L’étude des usages profanes du travail policier apparaît d’autant plus pertinente et nécessaire qu’il se prête difficilement à l’élaboration par les sciences sociales d’une théorie unitaire et intégrée (Monjardet, 1985, 1996). Il n’existe pas une police, mais des polices. Par ailleurs, à l’instar des travaux sur l’ethnocentrisme du travail (Chamoux, 1994), l’étude des usages ordinaires de cette catégorie permet d’interroger son anthropocentrisme. Elle se différencie des travaux novateurs sur les frontières anthropologiques du travail, lesquels s’appuient principalement sur des concepts et des théories (Haraway, 2008, 2010 ; Porcher et Schmitt, 2010 ; Porcher, 2017a, 2017b) issus notamment des legs marxistes du travail.

5Le premier temps de l’article situe la temporalité et la finalité du dressage dans l’organisation des carrières des chiens de patrouille. Le dispositif de professionnalisation du CNFUC est la phase originelle d’un processus continu de dressage visant à forger le courage des animaux par un cadrage policier de l’agressivité canine. Le deuxième temps de l’article met en lumière les pratiques disciplinaires du dressage des chiens de patrouille au CNFUC. Dans un troisième temps, on montrera comment le langage cynotechnique sur le courage des chiens de patrouille puise sa source dans les rapports institués de travail des collectifs de cynopoliciers et, plus largement, dans l’idéologie répressive des politiques publiques de lutte contre la délinquance.

Encadré 1. Un dispositif ethnographique de recherche

L’ethnographie du CNFUC visait à mettre en évidence le rôle des chiens de patrouille dans le travail policier. Le dispositif de professionnalisation du CNFUC suit la division du travail cynotechnique en deux spécialités : la patrouille et la recherche. Le dressage des chiens de patrouille s’opère conjointement, dans l’espace et dans le temps, à la formation des agents cynotechniques, socialement hiérarchisés comme suit : les conducteurs (C) ou maîtres-chiens ; les hommes d’attaque (HA) ; les dresseurs (D) ; les moniteurs (M). L’enquête ethnographique a permis de suivre un stage de formation de 12 conducteurs couplé à celui de 6 hommes d’attaque (durée : 3 mois), ainsi qu’un stage de formation de 3 dresseurs (durée : 3 mois). Au total, 15 chiens de patrouille en dressage ont été suivis pendant ces stages. Sur le plan méthodologique, la réalisation d’observations non participantes à l’aide d’enregistrements audiovisuels a contribué à une analyse fine des séquences d’interaction entre humains et animaux au cours des exercices de dressage. Des entretiens compréhensifs, individuels et collectifs, ont également été réalisés avec les stagiaires et les agents permanents du CNFUC. Par la suite, une ethnographie de la Compagnie cynophile de Paris (CCP) a été réalisée, afin d’étudier de manière complémentaire la continuité du dressage des chiens de patrouille et leur utilisation en contexte de travail policier (durée : 2 mois). L’observation s’est focalisée sur le travail de voie publique, principalement de nuit, de 3 équipages de la CCP, composé chacun de 3 conducteurs et de 2 chiens de patrouille. L’utilisation d’un matériel d’enregistrement audiovisuel n’a pas été possible. L’originalité de cette démarche d’enquête est d’accorder dans l’observation et la description une aussi grande place aux conduites des animaux qu’à celles des humains.

1. L’organisation des carrières animales : un modèle policier

6Le dressage participe à une professionnalisation des chiens dans la police, qui peut se définir comme un processus de prise en charge et de structuration, par la cynotechnie, des cycles biologiques et des cycles sociaux des animaux, en vue de leur participation aux missions des brigades canines : la patrouille et la recherche. La vie des animaux se déroule selon un ordre manifeste et institutionnalisé qui se caractérise par la centralité du travail policier. En ce sens, la notion de carrière, appréhendée comme un mode d’administration du vivant (Hughes, 1996), permet ici de clarifier les modalités d’organisation de la mise au travail des forces de la vie animale.

1.1. Un dressage continu

  • 3 L’utilisation des guillemets spécifie les termes et expressions propres au langage des cynopolicier (...)

7Les parcours des chiens de patrouille, depuis leur entrée jusqu’à leur sortie de la police, s’organisent selon une série de séquences planifiées visant à leur intégration et leur contribution au travail policier. Les carrières animales se caractérisent par une succession de séquences où la professionnalisation est envisagée : d’abord comme une catégorie sélective, le « recrutement »3, puis comme une catégorie formatrice, le « dressage », et enfin comme une catégorie gestionnaire, le « service » et la « réforme ». La définition de la plupart de ces séquences utilise une terminologie propre à l’organisation des carrières humaines dans la police.

8Le dispositif de professionnalisation du CNFUC s’insère dans ce processus pour renouveler la majorité des effectifs animaux de la police, d’abord par le recrutement de chiens, puis par leur dressage en même temps que la formation d’agents cynotechniques, afin de créer des binômes humain-chien opérationnels pour leur service en brigades canines. Or la temporalité du dressage ne se limite pas à ce seul dispositif, mais se poursuit dans les unités canines d’affectation des binômes, lorsque celles-ci disposent de moyens humains — des hommes d’attaque, des dresseurs — appropriés. Le dressage est donc un processus continu au cours des carrières policières des animaux.

9Cette formation continue tient au faible recours à la force animale en contexte de travail policier. En d’autres termes, les policiers passent plus de temps à entraîner les chiens qu’à les mettre en situation sur la voie publique. L’ethnographie du travail d’équipages de la CCP en témoigne : les chiens de patrouille passent la majorité de leur temps dans le coffre des véhicules de police au cours des rondes de patrouille effectuées dans la capitale. Les cynopoliciers expliquent ce faible usage de la force animale par son exigence de légitimité, et sa fonction dissuasive. Le courage des chiens de patrouille ne pouvant être entretenu par une mise à l’épreuve quotidienne dans la rue, des séances de dressage sont par conséquent régulièrement aménagées. Elles s’intercalent entre le travail sur la voie publique et l’espace-temps du hors-travail, le chenil.

1.2. La production de corps animaux dociles

10Le dressage est nodal dans l’organisation des carrières des chiens de patrouille. Il vise à développer chez les animaux une qualité fondamentale, tant du point de vue des cynopoliciers que de l’institution policière : le courage. Dans les contextes de préparation et de participation au travail policier, les animaux sont définis comme des « chiens au travail ». L’usage profane de la notion de travail pour définir leurs conduites est chargé d’une valeur normative. Être au travail implique, de leur part, de ne pas être en proie à la peur liée au contexte d’intervention, pour pleinement utiliser leur force physique. Les tests, les exercices et les évaluations qui jalonnent les séquences des carrières animales — le recrutement, le dressage, le service — peuvent être vus comme une série d’épreuves de courage, visant à mesurer et à combler l’écart différentiel entre des êtres de chair — des chiens pris dans leur singularité — et un être abstrait — la catégorie de chien de patrouille. En ce sens, le courage prend la forme d’une épreuve de réalité (Boltanski, 2009).

  • 4 Pour B.F. Skinner, la base de la recherche en psychologie est l’étude du comportement opérant, défi (...)

11Les pratiques disciplinaires du dressage des chiens de patrouille possèdent une dimension à la fois économique et politique. D’un côté, elles visent à majorer la force des animaux et leur utilité par l’intermédiaire d’armes-outils et de techniques de combat — « la frappe muselée » —, ainsi qu’à accroître leur agressivité. De l’autre, elles diminuent le besoin de forces contraignantes extérieures, dont la force physique. En effet, le dressage répond à une logique de « renforcement agressif » des animaux, où les cynopoliciers mêlent des savoirs empiriques sur l’agressivité canine issus du travail avec les chiens de patrouille et des composantes de la théorie béhavioriste du conditionnement opérant4. Ces pratiques comportent l’usage d’une récompense normalisatrice de la conduite des chiens — le « mordant » dans la « toile » —, pour favoriser l’apprentissage de techniques d’intervention — la « frappe muselée ». Plus qu’un attachement idéologique au béhaviorisme, cette pratique résulte d’une inflexion du dressage des chiens de patrouille, fondée historiquement sur une sanction normalisatrice par la violence physique, une pratique jugée cause de souffrance et de dégoût du travail pour les animaux, et pour les humains :

« On essaie de trouver une méthode qui convient bien au chien. La méthode qui consiste à le cogner dans tous les sens, à le secouer et le découper, ça existe. La récompense du chien c’est de ne pas être sanctionné. Tu as des mecs qui gagnent des concours [le ring] avec ça. […] Le rapport de force non-stop avec le chien, c’est vraiment très dur. […] Il n’y a aucune interactivité positive. Pour le chien c’est : “si je ne fais pas ce qu’il dit, ça va me tomber dessus”. Alors que là, c’est plutôt : “fais ce que je te demande et je te récompenserai” » (M).

12Le renforcement agressif des chiens s’effectue conjointement par un isolement en chenil, où se prolonge leur « désocialisation », autre terme cynotechnique désignant la fonction du dressage. Cet espace de contention vise à gouverner leur conduite agonistique. Il impose aux animaux une socialité interspécifique fondée exclusivement sur l’usage de la violence. En dehors des entraînements et des opérations de patrouille, les chiens sont placés individuellement dans des boxes, non seulement pour éviter les conflits entre animaux, mais surtout pour rationaliser le développement de leur force. Ils ne doivent pas dissiper leur énergie en s’adonnant à d’autres d’activités. Le chenil dresse une barrière physique et sociale qui en fait un lieu de solitude. Il circonscrit la socialité des animaux au travail policier. Il les prive de tout univers domestique extérieur à l’institution policière. Les chiens de patrouille ne peuvent remplir et jouir d’autres rôles sociaux, dont celui de chiens de compagnie. Outre les risques d’attaque sur les membres de la famille, les règles de docilité affectueuse qui organisent les conduites des animaux de compagnie entravent la « libération » de l’agressivité canine. Ainsi que le soulignent des moniteurs du CNFUC, il s’agit de ne pas « laisser le choix aux animaux » quant à leur appartenance catégorielle. Pour ces raisons, la plupart des cynopoliciers n’offrent pas l’opportunité à leur chien de travail de partager leur vie sociale au sein de leur famille, car cela pourrait induire leur désinvestissement du travail policier. Un chien de patrouille doit n’avoir qu’un seul univers social d’appartenance : la police.

1.3. Un cadrage policier de l’agressivité canine

  • 5 « Les animaux acrobates occupent une place de choix dans ces divertissements : phoques dressés, mar (...)

13Le concept de cadre (Goffman, 1991) permet d’éclairer la manière dont la norme policière de courage prend possession des corps des animaux. Le dressage vise essentiellement à régler l’agressivité canine, une composante normale du répertoire comportemental des chiens (Serpell, 1995 ; Coppinger et Coppinger, 2002 ; Miklósi, 2007 ; Lorenz, 2010), pour le maintien de l’ordre public. Dans ses travaux sur l’ordre normatif et symbolique des interactions sociales, Erving Goffman (1991) fait allusion aux comportements des animaux de manière non anecdotique. Ceux-ci ne relèvent pas seulement de cadres naturels, mais aussi de cadres sociaux. Si E. Goffman s’inspire de l’éthologie animale, il en critique la tendance à céder à une interprétation naturaliste, où l’organisation des comportements des animaux dépendrait de moules biologiques et écologiques préexistants. Il s’appuie sur l’exemple des animaux dressés à réaliser des tâches relevant, ou non, du champ du travail, pour mettre en évidence leurs capacités à accomplir des actions pilotées, propres aux cadres sociaux5. Ces cadres sont des systèmes de règles pratiques à partir desquels s’organise l’expérience d’une situation. Ce ne sont ni des prescriptions formelles, ni des repères intérieurs, mais des formes d’engagement.

14Le courage policier est inscrit dans un ensemble de règles pratiques constitutives d’un cadrage policier de l’agressivité canine. Ces règles sont des ressources et des contraintes à partir desquelles les chiens de patrouille configurent leur comportement en contexte d’entraînement et de travail policier. L’agressivité prend la forme d’un affect conventionnel, principal ressort de l’accomplissement de règles d’attaque : le « mordant » et la « frappe muselée ». Ces règles se ramènent à des mouvements et des gestes d’attaque que les chiens appréhendent en acte. La frappe muselée est principalement utilisée par les brigades canines de patrouille. Cette technique d’intervention n’est pas limitée réglementairement aux situations de légitime défense, contrairement au mordant. Par ailleurs, l’attaque s’effectue selon des règles de placement sur le corps humain. Les jambes et les bras sont considérés par les cynopoliciers comme des parties anatomiques avec lesquelles les individus interpellés peuvent contrer les attaques des chiens de patrouille, donc compromettre leur santé et l’efficacité du travail policier. La morsure et la frappe se concentrent respectivement sur la poitrine et le visage.

15Le ring est un espace disciplinaire destiné à l’entraînement des effectifs canins, qu’ils soient novices ou expérimentés. Il contribue à l’instauration et au maintien du cadrage policier de l’agressivité canine. À l’instar de l’art pugiliste (Wacquant, 2002) et des combats d’animaux (Geertz, 1983 ; Cegarra, 1988), le ring est un îlot d’ordre social où l’agressivité est permise, développée, canalisée et instituée. Dans ce large enclos enherbé, coupé du contexte de la voie publique, espace conventionnel du travail policier, des équipes (Goffman, 1973), constituées d’une recrue canine, de son conducteur et d’un homme d’attaque, produisent des représentations sous le regard d’un moniteur, en charge de la planification et de l’évaluation des exercices (voir l’encadré 2). Le ring n’est pas seulement un espace de majoration des forces animales, par une mise en corrélation des corps animaux avec des gestes d’attaque et des objets. C’est aussi un espace de composition des forces humaines et animales, par la construction et le maintien d’une coordination de l’action entre un conducteur et son chien de patrouille.

Encadré 2. Carrières policières en cynotechnie

Recrutés parmi des policiers désireux d’orienter leur carrière dans la cynotechnie, les conducteurs ont pour principale mission d’initier, orienter et contrôler l’activité du chien de patrouille en situations de travail.
Le rôle des hommes d’attaque consiste à entraîner les chiens de patrouille, néophytes ou expérimentés, pour qu’ils s’aguerrissent à l’exercice de la force. Cette qualification professionnelle est proposée aux conducteurs cynotechniques ayant plusieurs mois de service effectif. Le métier d’homme d’attaque est décrit par les professionnels eux-mêmes comme physiquement éprouvant, voire dangereux. L’usure du corps humain, malgré l’usage de protections, prend parfois la forme de séquelles physiques irréversibles, qui obligent les hommes d’attaque à une requalification professionnelle.
Sélectionnés parmi les dresseurs, les moniteurs ont pour rôle d’encadrer la professionnalisation des agents cynotechniques — conducteurs, hommes d’attaque, dresseurs — et le dressage de chiens de patrouille. Ce métier marque une bifurcation vers la formation professionnelle dans les carrières des agents cynotechniques, la participation au travail policier n’étant plus leur activité centrale.
Les dresseurs sont, quant à eux, les seuls autorisés à former les chiens de patrouille au mordant et à la percussion. Recrutés parmi les hommes d’attaque, ils prennent en charge la direction des entraînements des équipes humain-chien dans leurs unités canines, ainsi que le dressage de recrues animales.

16Sur ce point, la composition des forces ne repose pas sur une soumission des animaux à une autorité humaine. Le dressage s’attache à développer des qualités d’obéissance chez les chiens de patrouille, parallèlement à leurs qualités de combat. Il comprend des exercices consacrés à l’apprentissage de « commandes » où l’activité des animaux est scandée et organisée par des ordres d’action — « X [nom du chien]. Halte » ; « X. Assis », etc. — dont l’efficacité repose sur la clarté et l’autorité des cynopoliciers. L’obéissance des chiens de patrouille, qui repose sur un code préétabli, doit être prompte et aveugle. Cependant, ces règles ne sont pas, ou peu, mobilisées en situation de travail policier. L’utilisation de l’agressivité canine par les cynopoliciers s’effectue principalement par, et dans, un corps-à-corps avec leur animal, médié par des outils de travail. L’usage manuel du collier et/ou de la laisse sert à retenir, orienter et arrêter l’attaque des chiens.

17Comment comprendre cette modalité de composition des forces humaines et animales ? D’une part, l’obéissance ne garantit pas un usage efficace et légitime de la force canine sur la voie publique. Non seulement le brouhaha de l’environnement altère la perception et la compréhension des ordres vocaux par les animaux, mais surtout l’agressivité canine se plie difficilement à l’autorité humaine. Telle qu’elle est « libérée » par les pratiques policières de dressage, son emprise rend la plupart des animaux rétifs aux ordres de leur conducteur. D’autre part, la majoration des forces animales, en termes d’utilité policière, prime sur leur réduction et leur contrôle, en termes d’obéissance. Bien que le courage policier repose sur une rhétorique du combattant renvoyant à l’art militaire, l’obéissance n’est pas une qualité première demandée aux chiens de patrouille. Elle est considérée comme un inhibiteur de l’agressivité canine. De plus, le manque d’autorité des cynopoliciers sur leur chien n’est pas sanctionné.

18En revanche, l’obéissance possède une dimension symbolique. Elle participe à l’intégration des animaux dans la police, dont les rapports hiérarchiques de travail sont fondés sur l’autorité. Mais elle est empreinte d’un zoomorphisme. Les cynopoliciers construisent leur relation de travail à partir de la « dominance », un modèle de socialité qu’ils considèrent, à l’instar du monde cynophile, comme central chez les canidés, et qui puise sa source dans l’éthologie. Il s’agit de mettre en place et de maintenir un rapport dominant-dominé, où l’équipe humain-chien forme une « meute ». Ce lupomorphisme, qui place du reste le policier au rang d’animal, relève d’une croyance, là encore très répandue dans le monde cynophile, selon laquelle le loup est l’ancêtre du chien. Puisque les loups forment des meutes, il en irait donc de même pour les chiens dans leur socialité intraspécifique, comme dans leur socialité interspécifique avec des humains. Or, si les chiens ont réussi à se faire une place dans nos maisons, c’est bien parce qu’ils ne sont pas des loups (Miklósi, 2007 ; Horowitz, 2011). Ce lupomorphisme résulte de la visée même du dressage : réveiller le loup que la domestication a mis en sommeil chez les chiens. Pour les cynopoliciers expérimentés, il s’agit de les libérer des entraves de la domestication, en leur offrant la possibilité de retrouver un état de « nature ».

2. Le CNFUC : la fabrication de chiens de patrouille

19À l’instar des policiers qui aspirent à une carrière dans la cynotechnie, un recrutement conditionne l’entrée des animaux dans le dispositif de professionnalisation du Centre national de formation des unités cynotechniques. Plus qu’un transfert de propriété entre des particuliers et la police — donc l’État —, le recrutement est une opération de contrôle de l’accès des animaux à un groupe professionnel. Dans ce premier temps préalable au dressage proprement dit, le courage policier est le principal critère de sélection des animaux.

2.1. La sélection de recrues canines

  • 6 Cette catégorie puise sa source dans la nomenclature de la Société centrale canine, une institution (...)
  • 7 Le cheptel canin de la police nationale est estimé à 551 chiens de patrouille et chiens de recherch (...)

20Les moniteurs du CNFUC, en charge du recrutement d’animaux, s’appuient sur des critères phylogénétiques. Le courage canin aurait trait à l’hérédité. L’attention des moniteurs se porte sur des races de « chiens de travail »6 sélectionnées pour leur courage. La notion de travail est ici pourvue d’une valeur essentialiste. Leurs caractéristiques, non seulement morphologiques, mais aussi comportementales, résultent d’une sélection génétique orientée vers l’utilité, la garde et la défense. Le contrôle de leur reproduction par l’élevage est vu comme un moyen d’engendrer des êtres capables de contribuer au travail humain. C’est ainsi que les moniteurs privilégient le recrutement de Bergers belges malinois, qui constituent la majeure partie des effectifs canins de la police7. L’intérêt porté à cette race tient à la généralisation de son usage dans le monde du « ring ». À l’origine, cette discipline sportive reposait sur des concours de chiens dressés par la police. Les « chiens de ring » ont des qualités proches des chiens de patrouille. Les concours visent à évaluer leur obéissance, leur force, leur dextérité et leur courage. Les meilleurs d’entre eux deviennent des reproducteurs pour l’amélioration génétique de types phylogénétiques de chiens de travail.

21L’âge est un autre critère de sélection. En deçà d’un an, les chiens sont jugés inaptes au dressage. Leur morphologie et leur répertoire comportemental agonistique ne sont pas pleinement développés. Au-delà de cet âge, l’agressivité des chiens se prête difficilement au cadrage policier. Les moniteurs estiment que les interdits de la domestication, ancrés dans les corps animaux, verrouillent l’expression interspécifique de leur agressivité. La plupart des recrues canines sont en effet des chiens de compagnie. Leur agressivité est soumise à un régime relationnel fondé sur une docilité affectueuse. Si l’amour est attendu de leur part, parfois de manière inconditionnelle (Haraway, 2010), leur agressivité est en revanche interdite et blâmée. Les autres recrues animales sont, quant à elles, des chiens de ring, que leurs propriétaires souhaitent vendre en raison de leur inaptitude à remporter des épreuves sportives. Initiés à l’agressivité interspécifique, ces chiens sont jugés plus faciles à dresser.

  • 8 Du point de vue de l’éthologie animale, l’association de l’agressivité à la dominance ne fait pas c (...)

22Le recrutement repose sur des tests d’évaluation comportementale qui mêlent des savoirs profanes élaborés à partir du travail des cynopoliciers et des emprunts scientifiques à l’éthologie. Dans le cas des chiens de compagnie, les moniteurs repèrent, dans un premier temps in situ — au domicile familial —, les signes de débordements agressifs qui poussent les propriétaires à se séparer de leur compagnon canin. Ces débordements se manifestent par une prise de possession de lieux ou d’objets interdits — une chambre, un canapé, un lit —, accompagnée de grognements, laissant apparaître ostensiblement les crocs, en réponse aux rappels à l’autorité. Elles s’expriment, plus rarement, par des morsures plus ou moins graves. Du point de vue des moniteurs, ces débordements agressifs sont un problème récurrent chez les « malinois », la docilité affectueuse ne convenant pas à leur aptitude « naturelle » à l’agressivité, qui devient alors un moyen de contestation de l’ordre social, voire de prise de pouvoir8. Le noyau familial est ici considéré comme une « meute » où se jouent des rapports de « dominance » animale entre humains et chiens.

23La transgression des règles de docilité pour défier l’autorité humaine est vue, par les moniteurs, comme une marque de « caractère ». Pour mesurer leur différentiel d’agressivité avec les chiens de patrouille, les moniteurs soumettent les animaux à un « test de courage », décisif dans leur recrutement. Celui-ci est réalisé en dehors du domicile des propriétaires, de préférence dans un espace situé à l’abri des regards extérieurs — un terrain, au CNFUC —, dont les animaux ne sont pas ou peu familiers. Un chien est jugé courageux lorsque son agressivité l’emporte sur sa peur. C’est le rapport de force entre ces deux émotions que les moniteurs examinent dans les réactions de Gangster (encadré 3). Ils s’appuient sur une grille de lecture éthologique fondée sur la distinction de trois modèles d’agressivité. Dans celui de la « défense active », l’agressivité l’emporte sur la peur. L’animal prend l’initiative du combat face à la menace. Ses attaques sont franches, engagées et efficaces. Le modèle de la « défense du maître » est plus prisé des cynopoliciers. L’agressivité est ici associée à une affection soumise du chien pour son maître. Contrairement à la défense active, où l’animal agit sans attachement pour son conducteur — il « travaille seul », « pour lui » —, la défense du maître repose sur une véritable relation de travail entre humains et animaux. L’affection est vue comme le ciment d’un attachement mutuel. Elle donne corps et sens à la notion d’équipe cynophile. Le dernier modèle est celui de « l’auto-défense », que les moniteurs opposent à celui de la défense active, et qui fut mobilisé pour évaluer l’agressivité de Gangster. Ici, la peur l’emporte sur l’agressivité, comme le révèlent des attitudes de recul et de repli du chien face à la menace. Gangster n’a pas été recruté. Pour les moniteurs, il ne peut incarner le courage policier : « c’est un ado qui essaie de faire la loi à la maison. Mais une fois dehors, il n’y a plus personne ».

Encadré 3. Gangster à l’épreuve du courage (notes de terrain)

« Nous allons tester votre chien. Tester son courage. Ne vous occupez pas de mon collègue qui va venir vers vous. Il va s’approcher, tirer des coups de feu et attaquer votre chien. Ne faites rien. Ne bougez pas, ne regardez pas votre chien. Tenez-le en laisse, c’est tout » (Moniteur1). Le propriétaire du chien (P) se positionne fixement à côté d’un arbre avec Gangster. M1 s’écarte d’une dizaine de mètres pour observer. M2, caché derrière une haie, se met à courir dans leur direction en tirant des coups de feu. Gangster, équipé d’une muselière de frappe, se retourne dans sa direction. Arrivé à proximité de l’animal, M2 déclenche son attaque avec une branche : « Tchaaa !!! » (cris). Gangster recule, accroupi, pour esquiver. Il se place derrière P en grognant, tête inclinée vers le bas, l’arrière-train rentré. M2 stoppe son attaque et recule face au chien. Gangster lance une attaque au visage en grognant sans toucher. Il se couche par terre, essoufflé, à côté de P. « Il est sur le recul. C’est uniquement quand toi tu recules qu’il avance » (M1 à M2). Gangster se lève, se colle à P et l’enroule avec la laisse. « Vous voyez, là votre chien vient chercher du réconfort. Il reste derrière vous. Vous avez le droit de bouger, de vous libérer de la laisse » (M1 à P). « C’est dur ce que je viens de lui faire quand même » (M2 à M1). « Maintenant, tu vas lui mettre un coup de pression. On va essayer de creuser un peu plus. Tu vas l’agresser » (M1 à M2). « On va recommencer, Monsieur » (M1 à P). M2 se prépare puis court frontalement vers Gangster. D’une main, il tire des coups de feu. De l’autre, il agite un bâton avec lequel il attaque Gangster. Celui-ci grogne et attaque M2 en bout de laisse. Pas de contact. M2 n’est pas à distance de frappe. Gangster revient vers son maître. M2 cesse son attaque. « Le problème, c’est qu’il ne vient pas à ton contact. Et regarde le chien » (M1 à M2, en aparté). Gangster se tient derrière son maître, agité et essoufflé. Il tire la laisse en direction opposée de M1 et M2. Cinq minutes plus tard, après un autre test à la frappe muselée : « Monsieur, maintenant on va faire un test de mordant. Vous allez démuseler votre chien pour le faire mordre. D’accord ? » (M1 à P). M2 s’équipe d’une manchette de protection et d’un claqueur. « Si votre chien mord, vous lui dites “c’est bien” sur un ton gentil. Surtout vous ne lui dites pas “non”. Il ne faut pas utiliser d’interdits, s’il en a » (M2 à P). « D’accord » (P à M2). « Qu’est-ce que tu en penses, du chien ? » (M2 à M1 en aparté). « Faut gratter. Après, c’est un chien qui est payant » (M1 à M2). « Moi, je ne mets pas 1200 euros dessus » (M2 à M1). M2 agite son claqueur en marchant frontalement vers l’animal. Gangster grogne, aboie, avance vers M2 en bout laisse. Il montre ses crocs, tire sur la laisse. M2 continue d’avancer, agite le claqueur, présente la manchette au chien qui aboie mais ne mord pas. M2 avance encore. Gangster recule, recroquevillé. Puis il revient vers M2 en grognant, les crocs à nu. Mais il recule à nouveau. M2 cesse son action. « On arrête là, ça ne sert à rien » (M2 à M1, ton désabusé). « Il est en auto-défense totale. Il a peur » (M1 à M2). « Merci Monsieur, c’est fini. Allez le détendre un peu maintenant » (M1 à P). Gangster reste agité et essoufflé.

2.2. Violence et plaisir au travail

24Le deuxième temps du dressage, qui s’opère en ring, est consacré au « travail au mordant ». Cette phase vise moins l’apprentissage d’une technique d’intervention peu utilisée par les cynopoliciers que l’ancrage des animaux dans le travail policier. Dresser consiste à éveiller et à cultiver un « plaisir au travail », un « intérêt pour le travail ». Il est donc attendu des animaux qu’ils aiment les tâches que la cynotechnie leur demande d’accomplir, à savoir mordre et frapper. Il s’agit de produire un attachement des chiens au travail policier, par et dans l’exercice de la violence physique. Leur détachement est un critère de réforme des animaux. Sans le « plaisir », l’agressivité des chiens s’éteint et leur courage s’amenuise.

25La familiarisation des recrues canines avec l’agressivité interspécifique s’opère par la répétition, individuellement, deux fois par jour, pendant plusieurs semaines, d’une séquence de courte durée — une dizaine de minutes environ — composée de quatre phases (la figure 1 montre l’organisation des séquences de travail en ring). La première phase consiste à préparer les animaux. Le conducteur sort son chien du chenil, muni de sa muselière de frappe, pour le guider à la laisse vers le ring en courant de plus en plus vite, afin d’activer son corps. La deuxième phase vise à le « mettre au travail », c’est-à-dire à induire son agressivité. Debout à côté de son chien, une main sur le collier, l’autre sur la laisse, le conducteur suit les recommandations du moniteur : il réalise une « prise d’excitation » consistant à resserrer légèrement le collier pour activer l’agressivité de l’animal. La troisième phase vise à « faire travailler » le chien. L’homme d’attaque, jusqu’ici soustrait au regard de l’animal, sort de sa « cache » pour se diriger vers le binôme homme-chien. À l’instar d’un sparring-partner, il permet aux animaux de s’aguerrir à l’exercice de la force grâce à l’usage d’un vêtement de protection : la « toile ». Le conducteur démusèle son chien face à l’homme d’attaque. Son rôle est d’accompagner l’animal dans sa prise en gueule, en évitant l’exercice d’une contrainte physique, soit pour le retenir ou le pousser à mordre, soit pour le défaire de la toile. Il faut, expliquent les moniteurs, « laisser faire » le chien. La quatrième et dernière phase est la « cessation » : l’arrêt du « travail au mordant ». Une fois la prise en gueule arrêtée, l’homme d’attaque retourne derrière sa cache avec la toile. Le conducteur quitte le ring avec son chien, laissant ce dernier au calme avant de le reconduire au chenil.

Figure 1. Séquence de travail au mordant en ring

Figure 1. Séquence de travail au mordant en ring

26Le plaisir à mordre se développe grâce à la toile, qui est plus qu’une protection. Elle « rassure » les animaux. Le contact avec le corps humain est médié par une seconde peau artificielle qui lève leurs inhibitions à mordre. La plupart des recrues animales sont des chiens de compagnie, qui n’ont pas, ou peu, mordu des humains auparavant. Plus généralement, les chiens sont décrits par les cynopoliciers expérimentés comme des êtres au goût peu prononcé pour la chair humaine. Ils relatent des scènes de prostration de chiens de patrouille suite à des morsures à vif sur des collègues au cours d’exercices de dressage en ring. Les chiens qui présentent une appétence pour ce type de morsure sont difficiles à dresser. Ils sont aussi jugés vicieux : ils infligent des blessures en cherchant systématiquement à se dérober de la toile, pour pénétrer la chair humaine.

27La toile fait l’objet de diverses modalités d’usage en ring. Sa forme matérielle et sa présentation aux chiens évoluent au fil des entraînements. Elle prend d’abord l’aspect d’une manchette recouvrant le bras, puis d’un costume enveloppant l’intégralité du corps de l’homme d’attaque. La présentation du costume se fait selon une succession de postures corporelles : d’abord accroupi, de dos ; puis accroupi, face à l’animal ; enfin debout, face à l’animal. Il s’agit d’instaurer progressivement un corps-à-corps violent où les animaux ne sont pas directement confrontés au regard humain — celui de l’homme d’attaque —, vu par les moniteurs et dresseurs comme une force inhibitrice de l’agressivité et de son plaisir.

28L’usage de la toile induit un décalage avec la réalité du travail policier. Les individus interpellés ne sont pas vêtus de ce tissu de protection que les chiens de patrouille affectionnent. Pour combler cet écart, un costume de « dé-conditionnement » est utilisé en fin de dressage. Plus dense que la toile, il limite la prise en gueule des chiens, contraints à mordre essentiellement les vêtements civils que les hommes d’attaque portent par-dessus ce costume. Son usage ne se substitue pas entièrement à la toile. Le travail au mordant dans cet objet est réduit mais continu, afin de maintenir un attachement des animaux au travail policier.

29Outre la toile, le plaisir de mordre se développe par un ensemble de gestes et de vocalisations. Les premières répétitions du travail au mordant sont ponctuées d’encouragements sur un ton doux — « Oui ! C’est bien mon loulou », « Vas-y mon bébé. Attaque » —, accompagnés de caresses des conducteurs et des hommes d’attaque. Une fois les chiens à l’aise dans la morsure, le calme cède sa place à une excitation générale. Il faut installer le plaisir de mordre. L’agressivité et son plaisir sont pensés dans une intersubjectivité humain-chien. Le moniteur demande aux conducteurs d’être agressifs afin d’accroître cet état émotionnel chez leur chien. Mettre son chien au travail implique donc de se mettre soi-même au travail :

« Le chien, il faut l’encourager. C’est pour ça que je n’ai plus de voix. Je ne fais que de crier. Quand je rentre [sur le ring], le chien est comme un guerrier et moi aussi. On est deux et la force elle est là. Il faut l’encourager au taquet » (C).

30Il en va de même pour les hommes d’attaque. Leurs gestes et déplacements sont plus rapides. Leurs vocalisations — cris, hurlements — visent à exciter les chiens. C’est aussi la fonction des « artifices », dont le « claqueur », une branche de bambou fendue à l’une de ses extrémités, que les hommes d’attaque agitent autour des chiens.

31Comment le plaisir à l’agressivité se manifeste-t-il chez les chiens ? Au cours des deux premières phases, les animaux se dirigent plus rapidement vers le ring, le regard tourné vers l’homme d’attaque, la cache n’étant plus pour eux qu’un jeu de dupe. Ils s’agitent, aboient, salivent. Le conducteur s’emploie à retenir son chien puis à le démuseler quand apparaît l’homme d’attaque. Dans la troisième phase, la pression de la morsure augmente, ainsi que l’énergie déployée par les animaux pour tirer et s’emparer de la toile, allant jusqu’à déséquilibrer les hommes d’attaque. Dans la dernière phase, les chiens refusent l’arrêt de la morsure. La cessation, demandée par un ordre d’arrêt — « X. Halte » —, achoppe sous l’effet de l’excitation des animaux. Elle est alors réalisée manuellement par une pression du collier qui contraint l’animal à s’en détacher. Les aboiements des chiens vers l’homme d’attaque courant avec la toile vers la cache sont interprétés comme une « frustration », un signe de plaisir au travail. Dans cette dernière phase, l’excitation des chiens est telle qu’elle se traduit parfois par des phénomènes de « débordement agressif » du chien sur son conducteur (encadré 4).

32Contraints de se défaire de la toile, les animaux se retournent contre leur maître pour se libérer des entraves — les mains humaines qui les retiennent par le collier et la laisse — qui les empêchent d’accéder au plaisir du mordant. Des sanctions normalisatrices, en l’occurrence des coups ou des secousses (figure 2), sont utilisées dans le dressage pour endiguer ces débordements qui peuvent non seulement nuire à l’intégrité physique des cynopoliciers, mais aussi compromettre l’efficacité du travail policier. Bien qu’elle soit jugée négativement, la violence physique est utilisée pour diriger l’agressivité sur des cibles non policières.

Encadré 4. Les débordements de Loupo du cadrage policier de l’agressivité canine (notes de terrain)

Le conducteur (C) entre dans le ring en courant avec son chien, Loupo, muselé et tenu en laisse. Il l’encourage en direction de la cache : « Ouais ! Mon loulou ! Ouais !». C s’arrête au niveau du moniteur (M), posté à quelques mètres de la cache. M s’approche de Loupo pour lui poser une deuxième laisse plus longue, avec un deuxième collier étrangleur en métal. Pendant ce temps, C prépare Loupo au mordant en le démuselant. M s’écarte pendant que C prend sa position de travail, main droite au collier, main gauche à la laisse. « Attention ! Halte police Monsieur !! », hurle-t-il en direction de l’homme d’attaque (HA) qui sort de sa cache. Loupo s’agite, tire, aboie en direction de HA. C le retient par le collier et l’encourage : « Oui mon loulou ! ». À proximité du binôme, HA effectue un mouvement de l’épaule droite, pour indiquer au chien une prise dans le costume. Loupo s’agite en essayant de sauter. C lâche sa main gauche. Loupo engage sa morsure. C l’encourage : « Allez ! Attaque ! Attaque ! ». Loupo mord la toile à l’endroit indiqué, pleine gueule. HA recule pour le contraindre à travailler sa prise en gueule. C et M maintiennent le chien en laisse, sans l’empêcher de mordre (figure 2). HA simule des cris de douleur et agite son claqueur. Après une minute de mordant, C donne un ordre de cessation : « Loupo ! Halte ! ». Il exerce en même temps une pression manuelle au collier à arrêter. Loupo cesse en couinant. Il se retourne immédiatement pour mordre C au bras, puis au visage. De suite, M tire violemment la deuxième laisse vers lui en criant: « Non ! Non ! Non ! ». C tire à son tour l’animal vers lui avec sa laisse en criant : « Non !! ». M réitère une nouvelle fois ce geste. Puis C une nouvelle fois. Loupo est violemment secoué, perdant l’équilibre sous les coups de laisse qui durent jusqu’à ce qu’il ne se retourne plus contre C. Cette séquence de dressage avec sanction normalisatrice fut répétée quatre fois de suite, jusqu’à ce que Loupo ne dirige plus son agressivité vers C au moment de la cessation du mordant.

Figure 2. Travail au mordant et sanction normalisatrice

Figure 2. Travail au mordant et sanction normalisatrice

Photo de l’auteur.

2.3. La fabrication du courage : un faux combat

  • 9 Son épaisseur et ses renforcements en cuir visent, d’un côté, à protéger les animaux des coups qu’i (...)

33Le troisième temps du dressage en ring est consacré à la technique de frappe muselée (figure 3). Elle repose sur la répétition, deux fois par jour pendant un mois, d’une séquence d’une dizaine de minutes dont l’organisation est la suivante : un travail à la frappe muselée — premier temps — se prolonge et se conclut par un travail au mordant — second temps. Le plaisir de mordre la toile est introduit comme une récompense normalisatrice afin de favoriser l’apprentissage de la frappe muselée. Contrairement au mordant, la réalisation par les animaux de cette règle d’attaque ne s’appuie pas sur leurs qualités « naturelles ». La force animale s’exerce ici par la gueule armée d’une muselière de frappe9. Gênés par sa contention, accrue par un gonflement sanguin sous l’effet de l’agressivité, les chiens doivent, tels des boxeurs, utiliser un protège-dents à l’intérieur de la muselière, afin d’éviter de se blesser au moment de l’impact. Frapper implique non seulement de placer l’attaque, mais aussi de faire corps avec la muselière, pour rationaliser l’usage de sa force. Facilement octroyé au début du dressage, le plaisir au mordant est soumis, par la suite, à conditionnalité : l’efficacité du geste de frappe. La privation est aussi vue comme un moyen de l’améliorer. Frustrés, les chiens corrigeraient eux-mêmes leur écart à la règle d’attaque.

Figure 3. Frappe muselée lancée sur un homme d’attaque

Figure 3. Frappe muselée lancée sur un homme d’attaque

Photo de l’auteur.

34Or, une fois les rudiments de la frappe muselée acquis, les répétitions de la séquence suivent un autre objectif : la fabrique du courage. Il s’agit de fausser le rapport des recrues canines à la peur, de les duper sur leur courage. Leur agressivité doit triompher de la menace et susciter la terreur : « il faut leur faire croire qu’ils sont les plus forts » (M). Pour cela, un faux combat est mis en scène. Dans les interactions en ring, les hommes d’attaque simulent avec exagération une menace par divers mouvements, gestes, vocalisations, objets. Leurs déplacements vers les animaux sont plus rapides et frontaux. Le « bâton claqueur » est utilisé pour les effrayer et les toucher au corps. Des coups de feu, tirés en l’air, s’ajoutent à des hurlements lorsqu’ils chargent sur les animaux. Mais la violence du corps-à-corps, dans la frappe comme dans la morsure, n’est pas symétrique. Les hommes d’attaque retiennent leurs coups de bâton, dont les fentes réduisent aussi la dureté. Contrairement au caractère sauvage de l’art pugiliste (Wacquant, 2002), l’apprentissage de la frappe muselée ne s’effectue pas par une expérience de la souffrance.

35Outre la menace, la simulation porte sur la douleur. Bien que celle-ci soit réelle, les hommes d’attaque l’amplifient suite à la frappe et la morsure. Ils se roulent par terre en criant de douleur — par exemple : « Aïe ! Au secours ! Arrêtez votre chien, Monsieur ! » —, pour ensuite prendre la fuite vers leur cache. Quant aux conducteurs, leur ton monte dans les interactions. Les ordres d’action se font sur un ton agressif — « Monsieur ! Halte ! Police ! Ou j’envoie mon chien ! » — et les encouragements à leur chien sur un ton guerrier — « Vas-y mon loulou ! Il est pour toi ! Défonce-le ! ».

36Par ailleurs, les hommes d’attaque reproduisent les comportements des catégories d’individus ciblées par les politiques sécuritaires — les jeunes et les délinquants des quartiers populaires —, et bien identifiées par les recherches en sociologie de la police (Jobard et al., 2012), envers lesquels ils témoignent d’un agacement, voire d’un mépris. Ils reproduisent leurs codes vestimentaires, leurs façons de se parler et de se tenir, en allant parfois jusqu’à les singer. Cette mise en scène sert autant d’exutoire aux cynopoliciers qu’à la préparation des chiens de patrouille. Il s’agit de les familiariser aux mœurs d’un public identifié, sur lequel leur agressivité devra s’exercer.

  • 10 Si ces derniers jugent leur travail passionnant, parce qu’il leur permet de voir l’agressivité des (...)

37Au fil des entraînements, un engagement violent des animaux dans leur frappe et leur morsure se produit. Aux contusions qui meurtrissent les corps des hommes d’attaque10 s’ajoute parfois la destruction de leur casque et leur visière de protection. Pour les moniteurs, cet engagement violent est un signe que les chiens sont prêts pour la suite de leur carrière au sein de la cynotechnie : le service en brigade canine de patrouille. Cependant, cette modalité de développement du courage des chiens à attaquer franchement est précaire. La violence d’individus interpellés dans l’espace public confronte parfois les chiens à une expérience nouvelle, et cette fois-ci réelle, de la douleur, qui peut perturber le cadrage policier de leur agressivité. Dans ces situations, le courage n’est plus un jeu de dupe. Le faux combat cède sa place à un vrai combat, dans lequel des chiens refusent de s’engager, ou à la suite duquel leur expérience négative et traumatique de coups et de blessures les conduit au dégoût, voire à un rejet définitif du travail policier qui leur est demandé. La participation des chiens de patrouille est alors temporairement suspendue pour concentrer leur activité sur des exercices en ring, afin de renforcer à nouveau leur agressivité. Il faut réveiller leur plaisir à l’agressivité que la douleur a éteint, tenter de fausser une nouvelle fois leur expérience de la peur, sous peine sinon de devoir les réformer.

  • 11 Par exemple, les entraînements au « mordant » provoquent une altération de la gueule des animaux, l (...)
  • 12 Sur ce point, les cynopoliciers n’établissent pas une temporalité précise.

38Dans cette dernière phase des carrières animales au sein de la cynotechnie, la mise hors service des chiens de patrouille répond à des critères sanitaires. Passé l’âge de sept ans, les animaux sont considérés comme inaptes au travail. Leurs corps plus fragiles se blessent plus souvent. Vieillissants et usés par le dressage en ring11, ainsi que par l’isolement en chenil, ils ne sont plus en mesure de supporter les contraintes d’exercice de la violence qui leur sont imposées. La réforme s’opère également pour motif professionnel. Après plusieurs années de service, les chiens peuvent se détacher du travail policier12. Le « plaisir », essentiel à leur ancrage dans le travail policier, n’est plus là. Ils ne veulent plus mordre et frapper, en dépit, ou plus exactement à cause, d’un dressage continu.

39Le dressage est un processus continu visant autant à produire et maintenir un cadrage policier de l’agressivité canine qu’à le réparer lorsque le contact avec la violence imprévisible de la voie publique l’a altéré. Il s’agit bien de faire du « courage » une compétence professionnelle qui, pouvant s’émousser, implique un apprentissage serré. L’aptitude des gueules armées de l’État à retourner sur le front urbain ne relève pas du savoir-être, mais du savoir-faire.

3. Une rhétorique policière du combattant

40Bien que l’exo-définition des chiens de patrouille par la réglementation du travail en cynotechnie réifie les animaux, elle recoupe son endo-définition par les cynopoliciers, laquelle se fonde essentiellement sur la valeur de courage, constitutive des rapports sociaux de travail entre cynopoliciers. Cette qualité trouve également son origine dans l’influence des politiques publiques de sécurité sur l’organisation du travail policier.

3.1. Un collègue animal

  • 13 « Instruction relative au fonctionnement des unités cynophiles de la police nationale », Ministère (...)

41Du point de vue de la réglementation du travail, les chiens de patrouille sont d’abord désignés comme des « assistants opérationnels » des conducteurs cynotechniques13. Leur force physique dissuasive et offensive, ainsi que leur aptitude à dominer leur peur en contexte d’intervention sur la voie publique, sont définies comme des qualités fondamentales :

« Le chien de patrouille doit être de grande taille, imposant et dynamique. Il est en principe choisi parmi le groupe des chiens de défense et d’utilité. Ce choix est dicté par leur puissance et leur agressivité. En ce qui concerne leur caractère, ils doivent être insensibles aux coups de feu, attentifs et mordants » (« Instruction relative au fonctionnement des unités cynophiles de la police nationale », 18/10/2006, op. cit.).

42Bien qu’elle n’y fasse pas explicitement référence, cette exo-définition des chiens de patrouille par la réglementation du travail renvoie à la valeur de courage, centrale dans le dressage des animaux. La prédominance de l’agressivité sur la peur, couplée à l’utilisation de techniques d’attaque dont le mordant, participe au cadrage policier de leurs conduites agonistiques.

  • 14 « Instruction relative au fonctionnement des unités cynophiles de la police nationale », 18/10/2006 (...)

43Malgré la reconnaissance d’un professionnalisme, qui consiste à accentuer et à remodeler leur « caractère », une réification des chiens de patrouille par l’organisation du travail prescrit s’opère. Ces derniers font l’objet d’une « assimilation à des armes par destination »14 qui s’appuie sur le Code pénal, les qualités d’attaque pouvant infliger des dommages corporels similaires aux armes :

« Tout autre objet susceptible de présenter un danger pour les personnes est assimilé à une arme dès lors qu’il est utilisé pour tuer, blesser ou menacer ou qu’il est destiné, par celui qui en est porteur, à tuer, blesser ou menacer. Est assimilé à une arme tout objet qui, présentant avec l’arme définie au premier alinéa une ressemblance de nature à créer une confusion, est utilisé pour menacer de tuer ou de blesser ou est destiné, par celui qui en est porteur, à menacer de tuer ou de blesser » (article 132-75 du Code pénal).

  • 15 « Instruction relative au fonctionnement des unités cynophiles de la police nationale », 18/10/2006 (...)

44Ce texte vise à légitimer l’usage de la force animale comme moyen de la force publique. De plus, l’« incorporation [des chiens] comme bien matériel [et] propriété de l’État »15 résulte de la prédominance du régime de bien ordinaire dans le statut juridique de l’animal défini par le Code civil. Son statut dans le Code du travail fait l’objet d’un vide juridique, l’incorporation des animaux ne pouvant se faire, à la différence des cynopoliciers, par l’intermédiaire d’un contrat de travail.

  • 16 Le Monde, 16 avril 2014.

45Or, du point de vue des cynopoliciers, notamment les plus expérimentés et les plus capés d’entre eux, les chiens de patrouille ne sont ni des biens matériels, ni des armes. Ils peuvent eux aussi subir des blessures, des souffrances, pendant et à la suite d’interventions, qui peuvent compromettre leur carrière, voire entraîner leur mort. Au moment de la réalisation de l’enquête ethnographique, des débats à l’Assemblée Nationale se tenaient sur la réforme du statut des animaux, à propos de la reconnaissance dans le Code civil de leur qualité d’« êtres vivants doués de sensibilité »16. Des cynopoliciers enquêtés ont exprimé leur souhait de voir ce projet de réforme accepté, afin de modifier les conditions de réparation des maux subis par les chiens de patrouille au travail. Leur seul recours est actuellement de demander une réparation financière pour dégradation d’un bien matériel de la fonction publique.

46À leur objectivation par l’organisation du travail, les cynopoliciers opposent une subjectivation des animaux fondée sur la reconnaissance d’un même statut professionnel : celui de « collègue ». Si les chiens de patrouille sont ainsi qualifiés, c’est en raison de leur capacité à faire preuve d’endurance au travail et de persévérance dans l’action, qualités professionnelles désignées par les policiers comme relevant du « courage ». La bravoure participe de la coopération au travail par la création d’une confiance mutuelle. Elle s’apprécie en termes d’attitudes réciproques. L’investissement des animaux, comme celui des pairs, est jugé à l’aune de cette qualité. À la couardise de collègues humains, les cynopoliciers opposent la bravoure sans faille de leur chien de patrouille, en particulier dans des contextes décrits comme dangereux, lorsque leur intégrité physique, ainsi que celle de leur maître, est menacée. Ils ne fuient pas face au danger mais témoignent d’une initiative au combat pour se défendre et défendre leur conducteur :

« Le chien ressent une peur. On le voit dans le rendu du travail du chien. Mais il nous a dépêtrés de mauvaises situations. Et je pense que si nous ne l’avions pas eu avec nous, l’issue n’aurait pas été la même. Tous ceux qui ont eu des chiens de patrouille, ils l’ont vécu à un moment ou un autre. C’est le meilleur des collègues » (HA1).

« Des fois, il vaut mieux bosser avec un chien qu’avec certains de ses collègues. On peut plus avoir confiance en lui » (HA2).

« On leur rend la même chose. Le chien nous défend, on le défend. On ne le laisse pas prendre des coups, être maltraité au cours d’une intervention. On a des réactions plus violentes quand quelqu’un touche à notre chien. Plus violentes que si c’était le collègue d’à côté. On ne va pas le laisser se faire maltraiter, mais avec le chien c’est décuplé » (HA3).

47En situation de travail sur la voie publique, il est attendu des chiens qu’ils fassent preuve de courage. La bravoure des bêtes se mesure à l’aune de leur agressivité, en particulier de sa prédominance sur la peur. Cette exigence de comportement agressif de la part des animaux trouve son origine dans le rapport subjectif des cynopoliciers au travail. L’agressivité est décrite comme un état commun aux humains et aux animaux dans les moments pratiques d’exercice de la force, ainsi que l’illustre cet extrait d’échanges entre des conducteurs, novices et expérimentés, au cours d’un entretien collectif :

« C1 : C’est un comportement [l’agressivité] qu’on retrouve dans notre cadre de travail. Il y a un appel à la radio, un vol, une effraction ou je ne sais quoi : quand on arrive sur place, on est excité comme eux [les chiens]. Le premier qui passe, il “mange”. On se retrouve dans leur état.
C2 : C’est comme un CRS. Il morfle, il en prend plein dans la gueule. Une fois que le commandant a donné l’ordre de charger, on ne réfléchit plus.
C3 : On se libère.
C1 : On monte en tension. On a les muscles qui sont comme des dingues.
C4 : Tu es excité.
C1 : On essaie de prendre le dessus. Le mec, on le chiffonne un peu dans tous le sens aussi. Un peu comme nos chiens. On les voit faire, on se retrouve un peu en eux ».

3.2. Une empreinte de l’idéologie sécuritaire

48Les politiques publiques de sécurité à l’œuvre au moment de la réalisation de cette recherche ne sont pas sans influence sur le sens du courage que les cynopoliciers prêtent aux chiens de patrouille. Dans le cas de la Compagnie cynophile de la préfecture de Paris, le déploiement des équipages, composés d’un ou deux binômes humain-chien et d’un assistant, s’effectue essentiellement dans des zones de sécurité prioritaires (ZSP) : le XVIIIe, le XIXe et le XXe arrondissements. Ils se coordonnent au travail des forces de sécurité publique des commissariats de ces arrondissements, par l’intermédiaire des dispositifs de communication radio embarqués dans des véhicules banalisés de police. Ce mode de déploiement varie selon que les équipages travaillent de nuit ou de jour, l’organisation des horaires de travail des brigades canines étant fondée sur la règle des 3-8. Pour les premiers, leur activité se déplace en fin de patrouille vers les arrondissements du centre de Paris, pour intervenir en cas d’échauffourées à la sortie des boîtes de nuit. Quant aux seconds, ils sont également appelés à participer à des dispositifs spécifiques, dont l’encadrement de manifestations sportives ou politiques.

  • 17 Cette catégorie regroupe des chiens affiliés à des races spécifiques ou issus de leur croisement bi (...)

49La concentration de l’activité des brigades canines de patrouille sur les zones de sécurité prioritaires participe de la production d’un imaginaire de la guerre (Fassin, 2011) qui imprègne les récits du travail des cynopoliciers. Le courage policier consiste alors à faire face et front à l’hostilité de populations que les discours des pouvoirs politiques, ainsi que la plupart des cynopoliciers enquêtés, tiennent pour responsables de l’affaissement de l’ordre public, c’est-à-dire la fraction populaire et ouvrière issue de l’immigration et regroupée dans des territoires où la sécurité publique est érigée en enjeu national. Ils soulignent l’incivilité et l’animosité des « jeunes » et des « immigrés » à leur égard, deux catégories au contenu et aux contours mal définis, mais étroitement liées à la délinquance. Les « banlieues » et « cités » sont décrites comme le théâtre d’affrontements permanents avec les forces de l’ordre, voire d’un conflit armé. La violence organisée dont ils racontent être la cible passe, entre autres, par l’usage de « chiens dangereux »17. Aux Bergers belges malinois de la police nationale, les délinquants opposent des chiens de type molossoïde. Pitbulls, Rottweilers et American Staffordshire Terriers sont lancés contre les forces de l’ordre pour les repousser en dehors des frontières de ces espaces sociaux vus comme des zones de non-droit. Face à cette hostilité, les cynopoliciers attendent des chiens de patrouille qu’ils se comportent comme des « guerriers », des « combattants ». Leur bravoure est vue comme un moyen de lutter contre l’agressivité d’individus assimilés à des sauvages (Mohammed et Mucchielli, 2007).

  • 18 « Votre commission approuve le fait que l’article 211-1 prenne en considération les problèmes consi (...)

50L’usage de chiens de patrouille dans les zones de sécurité prioritaire vise clairement moins à lutter contre le phénomène de morsures de chiens de compagnie qu’à infléchir l’usage de chiens molossoïdes par les délinquants des quartiers populaires18. Aux yeux des cynopoliciers, le choix de cette catégorie de chiens traduit un penchant de ces individus pour la transgression et la violence. Les cynopoliciers en viennent même à animaliser cette population en soulignant l’inhumanité des délinquants avec leurs chiens : une fois que la maladie et la vieillesse s’installent, ces animaux sont, disent les policiers, le plus souvent abandonnés.

  • 19 Comme le souligne un commissaire de police à cette période : « Augmenter le nombre de gardes de nui (...)

51Il est difficile de retracer, dans une perspective socio-historique, l’évolution des types de délinquance et de criminalité pris en charge par la cynotechnie policière. L’absence de travaux sur cette spécialité policière ne permet pas d’avoir un regard diachronique. De ce que l’on sait, l’usage de chiens de patrouille dans le travail policier date du début du vingtième siècle. À cette époque, la préfecture de police de la ville de Paris expérimenta l’utilisation de chiens par des brigades de patrouille, une expérience jugée concluante. Ces animaux préalablement dressés permirent d’arrêter des figures historiques et médiatiques du banditisme, dont les Apaches, et de contribuer plus généralement à la lutte contre la criminalité (Marlet, 2011). Le recours aux chiens répondait également à des contraintes gestionnaires. Leur utilisation était jugée moins onéreuse que celle d’un agent de police. Ils étaient également considérés comme plus durs au travail et à la peine. Leur efficacité força la reconnaissance d’officiers de l’institution policière et de responsables politiques, qui virent en eux de précieux « auxiliaires de police »19, dont le « courage » était déjà loué.

52De l’aveu même de cynopoliciers enquêtés, ces situations d’affrontement avec des habitants des quartiers populaires ne constituent cependant pas l’ordinaire du travail avec les chiens de patrouille. L’ethnographie du travail des brigades canines de la CCP révèle la faible proportion de ces situations de travail. Comment comprendre alors ces récits guerriers ? Tout d’abord, ils expriment une conception répressive de la police (Coulangeon et al., 2012). Ces situations conflictuelles s’appuient sur des statistiques administratives de la délinquance, mais qui ne reflètent pas le sentiment d’insécurité des habitants des quartiers populaires (Mucchielli, 2010). D’après Laurent Mucchielli (2008), ces instruments de mesure sont le produit d’une frénésie sécuritaire qui induit une distorsion de la réalité de ce phénomène social. Les chiens de patrouille visent ainsi moins à maintenir l’ordre public qu’à protéger les policiers d’agressions ciblées sur leur corporation.

53Ces récits guerriers peuvent en outre être vus comme une dissipation de l’ennui, inhérent au travail policier (Fassin, 2011), auquel les cynopoliciers n’échappent guère. L’intervention dans l’espace public est vivement attendue des cynopoliciers, comme le révèle la satisfaction des équipages de la CCP à l’approche du travail en fin de semaine, lorsque les activités nocturnes — bars, discothèques etc. — favorisent l’émergence de faits de délinquance, et donc l’usage de leurs chiens de patrouille. En témoigne cette interrogation récurrente entre les équipages au moment des rotations : « As-tu sorti ton chien ? ». La sortie du chien de patrouille du coffre du véhicule marque l’entrée dans le cœur du travail : l’intervention, qui rompt avec la passivité de la surveillance de la voie publique. Elle valorise les longues séances d’entraînement avec les chiens. Elle donne corps à une distinction professionnelle fondée sur l’usage de la force qui, ici, n’est pas seulement humaine et armée, mais aussi animale.

Conclusion

54Dans le rapport d’instrumentalité entre la police et l’État, les chiens de patrouille peuvent être vus comme les gueules armées de la République. L’ethnographie du dispositif de professionnalisation du CNFUC met en lumière l’épaisseur pragmatique du travail policier dans la formation des animaux. Même si le dressage limite leur rôle à celui d’une arme de poing et réduit la diversité de leurs répertoires comportementaux à l’agressivité, pour en exploiter la force, les animaux accèdent au statut de collègue par l’incarnation d’une valeur policière : le courage. La cynotechnie peut être considérée comme un groupe professionnel anthropocanin où se re-dessinent donc les frontières anthropologiques du travail policier. Cette porosité des frontières permet à l’idéologie répressive des politiques publiques de sécurité de pénétrer les corps des animaux. Le dressage policier prend la forme d’une anatomo-politique sécuritaire, où s’opère un remodelage de l’agressivité canine adapté à un usage policier dans les territoires sociaux définis comme prioritaires en matière de sécurité par les pouvoirs publics.

55Par ailleurs, la bravoure et la combativité attendues des animaux éclairent, en miroir, l’exercice de la force par les cynopoliciers et la conception du professionnalisme dans les brigades canines. La réduction des compétences animales à l’agressivité rend compte d’une réduction des compétences humaines à la violence. La formation des agents cynotechniques vise à réveiller leur animalité, qui fait partie de la façade (Goffman, 1973) des brigades canines. Les cynopoliciers arborent sur leurs uniformes des écussons ayant pour motifs des chiens et des loups, certains étant représentés dans leur férocité. Cette iconographie symbolise l’identité de leur corps professionnel. Se pose donc la question de la mesure policière (Moreau de Bellaing, 2009) dans l’usage d’une force augmentée par la force animale : les cynopoliciers sont-ils en mesure de domestiquer cette émotion au travail ? Sur ce point, l’ethnographie met en lumière les discordances entre la fréquence des entraînements et la réalité des interventions en situation réelle. La mission des brigades canines n’est, du reste, pas nécessairement d’intervenir, mais d’incarner la potentialité d’une force coercitive animale.

56Par ailleurs, le courage a trait à la virilité, une stratégie de défense contre la souffrance au travail (Dejours, 1998 ; Molinier, 2006) déployée par les policiers (Pruvost, 2007). Elle soulève, par rebond, la question de la souffrance au travail des chiens de patrouille. La naturalisation de leur dressage par les cynopoliciers, qui y voient, pour la plupart, une libération de l’instinct d’agression des chiens des entraves de la domestication — donc une modalité d’épanouissement —, voile au contraire la dégradation des conditions de vie des animaux. Les contraintes imposées aux chiens, dont la dépendance à l’agressivité et l’isolement social, annihilent leur possibilité d’actualiser d’autres répertoires comportementaux que l’agression, posant ainsi le problème du placement de ces « chiens déstructurés » à leur sortie de la police. Leur carrière se prolonge dans la garde de pépinières ou de casses automobiles. Le dressage engendre également l’apparition de troubles du comportement en chenil, dont une agressivité accrue et des auto-mutilations, qui induisent une dégradation des conditions de vie au travail des cynopoliciers. La prise en compte de la souffrance au travail des animaux permettrait d’éclairer celle des policiers, qui prend une forme aiguë dans le contexte actuel de lutte contre la délinquance et le terrorisme.

Haut de page

Bibliographie

Bittner, E., 1970, The Functions of the Police in Modern Society, Oelggeschlager & Hain Publishers, Cambridge.

Boltanski, L., 2009, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Gallimard, Paris.

Chamoux, M.-N., 1994, « Sociétés avec et sans concept de travail », Sociologie du travail, vol. 36, Hors série, p. 57-71.

Cegarra, M., 1988, « Les coqs combattants », Terrain, n° 10, p. 51-62.

Coulangeon, P., Pruvost, P., Roharik, I., 2012, « Les idéologies professionnelles. Une analyse en classes latentes des opinions policières sur le rôle de la police », Revue française de sociologie, vol. 53, n° 3 p. 493-527.

Dejours, C., 1998, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Le Seuil, Paris.

Dodier, N., Barbot, J., 2016, « La force des dispositifs », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 71, n° 2, p. 421-450.

Fassin, D., 2011, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Le Seuil, Paris.

Foucault, M., 1975, Surveiller et punir, Gallimard, Paris.

Geertz, C., 1983, Bali. Interprétation d’une culture, Gallimard, Paris.

Goffman, E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi, Les Éditions de Minuit, Paris.

Goffman, E., 1991, Les cadres de l’expérience, Les Éditions de Minuit, Paris.

Haraway, D., 2008, When Species Meet, University of Minnesota Press, Minneapolis & London.

Haraway, D., 2010, Manifeste des espèces de compagnie. Chiens, humains et autres partenaires, Éditions de l’Éclat, Paris.

Horowitz, A., 2011, Dans la peau d’un chien, Flammarion, Paris.

Hughes, E.C., 1996, Le regard sociologique. Essais choisis, Éditions de l’EHESS, Paris.

Jobard, F., 2000, Bavures policières ? La force publique et ses usages, La Découverte, Paris.

Jobard, F., Lévy, R., Lamberth, J., Névanen, S., 2012, « Mesurer les discriminations selon l’apparence : une analyse des contrôles d’identité à Paris », Population, vol. 67, n° 3, p. 423-451.

Jobard, F., Maillard, J., 2015, Sociologie de la Police. Politiques, organisations et réformes, Armand Colin, Paris.

Lorenz, K., 2010 [1969], L’agression. Une histoire naturelle de la violence, Flammarion, Paris.

Marlet, R., 2011, Profession chien policier, Favre, Paris.

Miklósi, A., 2007, Dog. Behavior, Evolution and Cognition, Oxford University Press, Oxford.

Mohammed, M., Mucchielli, L., 2007, Bandes de jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, La Découverte, Paris.

Molinier, P., 2006, Les enjeux psychiques du travail, Payot, Paris.

Monjardet, D., 1985, « Police et sociologie : questions croisées », Déviance et Société, vol. 9, n° 4, p. 297-311.

Monjardet, D., 1996, Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, La Découverte, Paris.

Moreau de Bellaing, C., 2009, « Comment la violence vient aux policiers. École de police et enseignement de la violence légitime », Genèses, n° 75, p. 24-44.

Mouret, S., 2017, « Apprendre à prendre soin. La centralité du travail dans l’éducation des chiens guides d’aveugles », Ecologie & Politique, vol. 54, n° 1, p. 87-102.

Mucchielli, L., 2008, La frénésie sécuritaire. Retour à l’ordre et nouveau contrôle social, La Découverte, Paris.

Mucchielli, L., 2010, « Les techniques et les enjeux de la mesure de la délinquance », Savoir/Agir, n° 14, p. 93-101.

Porcher, J., 2017a, The Ethics of Animal Labor: A Collaborative Utopia, Palgrave, New York.

Porcher, J., 2017b (dir.), « Travail animal, l’autre champ du social », Ecologie & Politique, n° 54 [numéro spécial], p. 1-192.

Porcher, J., Schmitt, T., 2010, « Les vaches collaborent-elles au travail ? Une question de sociologie », Revue du MAUSS, n° 35, p. 235-261.

Pruvost, G., 2007, « Enquêter sur les policiers. Entre devoir de réserve, héroïsation et accès au monde privé », Terrain, n° 48, p. 131-148.

Pruvost, G., 2008, De la sergote à la femme flic. Une autre histoire de l’institution policière, La Découverte, Paris.

Serpell, J., 1995, The Domestic Dog. Its Evolution, Behaviour and Interactions with People, Cambridge University Press, Cambridge.

Wacquant, L., 2002, Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Agone, Paris.

Haut de page

Notes

1 Dans l’hommage diffusé dans les médias, Diesel était considéré comme un chien mâle. La police a corrigé par la suite cette information en précisant que Diesel était une femelle malinoise.

2 Cette recherche a été réalisée dans le cadre du programme ANR (Blanc SHS 1) COW (Compagnons animaux : conceptualiser les rapports des animaux au travail). Elle visait à mettre en lumière les carrières et compétences des animaux, à partir d’une comparaison du dressage des chiens de patrouille et de l’éducation des chiens guides d’aveugles. Le courage des premiers contraste avec la responsabilité des seconds (Mouret, 2017).

3 L’utilisation des guillemets spécifie les termes et expressions propres au langage des cynopoliciers.

4 Pour B.F. Skinner, la base de la recherche en psychologie est l’étude du comportement opérant, défini comme une réponse induite et déterminée par des stimuli de l’environnement social. Il met en évidence le pouvoir du renforcement dans le conditionnement. La « boîte de Skinner » est un dispositif expérimental visant à transformer ou renforcer l’occurrence de comportements chez des rongeurs par des stimuli positifs ou négatifs.

5 « Les animaux acrobates occupent une place de choix dans ces divertissements : phoques dressés, marsouins joueurs, éléphants danseurs ou lions de cirque montrent que l’action pilotée ordinaire n’est pas l’apanage de l’homme et attire notre attention sur la frontière qu’on établit habituellement entre monde animal et monde humain. Il en va de même pour les animaux dressés à exécuter des tâches qu’on estime réservées aux humains : qu’il s’agisse du chimpanzé qui provoque la stupéfaction sur l’autoroute au volant de la voiture de sport de son maître, apparemment endormi à côté de lui, ou du groupe des chimpanzés vendangeurs en Australie » (Goffman, 1991, p. 39).

6 Cette catégorie puise sa source dans la nomenclature de la Société centrale canine, une institution en charge du contrôle des standards des races de chiens en France. Leur classification distingue le groupe des « chiens d’utilité », composé de diverses lignées de travail, du groupe des « chiens d’agrément », formé de multiples lignées de beauté.

7 Le cheptel canin de la police nationale est estimé à 551 chiens de patrouille et chiens de recherche (source : « À l’école des chiens-policiers, l’apprentissage par le jeu », L’Express, 28 mai 2014). Pour la CCP, 80 chiens policiers participent à plus de 1200 interventions annuelles (source : https://www.prefecturedepolice. interieur.gouv.fr).

8 Du point de vue de l’éthologie animale, l’association de l’agressivité à la dominance ne fait pas consensus (Serpell, 1995 ; Miklósi, 2007).

9 Son épaisseur et ses renforcements en cuir visent, d’un côté, à protéger les animaux des coups qu’ils portent et, de l’autre, à accentuer la dureté de leur attaque. Le travail policier renverse ici la fonction sociale de la muselière. Elle n’est plus un objet de répression de l’agressivité pour protéger les humains, mais un moyen de son expression pour la sécurité publique.

10 Si ces derniers jugent leur travail passionnant, parce qu’il leur permet de voir l’agressivité des chiens du point de vue d’un civil interpellé, ils l’estiment également éprouvant et dangereux, en raison des traumatismes qui usent leur corps.

11 Par exemple, les entraînements au « mordant » provoquent une altération de la gueule des animaux, leur dentition étant limée par le contact répété avec la « toile ». De manière générale, les exercices en ring fragilisent l’équilibre musculo-squelettique des animaux, du point de vue des cynopoliciers.

12 Sur ce point, les cynopoliciers n’établissent pas une temporalité précise.

13 « Instruction relative au fonctionnement des unités cynophiles de la police nationale », Ministère de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire, note de la Direction Générale de la Police Nationale n° 06-18804-CPS du 18/10/2006.

14 « Instruction relative au fonctionnement des unités cynophiles de la police nationale », 18/10/2006, op. cit.

15 « Instruction relative au fonctionnement des unités cynophiles de la police nationale », 18/10/2006, op. cit.

16 Le Monde, 16 avril 2014.

17 Cette catégorie regroupe des chiens affiliés à des races spécifiques ou issus de leur croisement biologique : les « chiens d’attaque » (première catégorie) et les « chiens de garde et de défense » (deuxième catégorie). Source : arrêté du 27 avril 1999 pris pour l’application de l’article 211-1 du Code rural et établissant la liste des types de chiens susceptibles d’être dangereux, faisant l’objet des mesures prévues aux articles 211-1 à 211-5 du même code.

18 « Votre commission approuve le fait que l’article 211-1 prenne en considération les problèmes considérables entraînés depuis plusieurs années en France par le comportement de certains types de chiens molossoïdes ou terriers à fortes potentialités physiques. […] En premier lieu, le phénomène qualifié de “chiens agressifs” qui sévit notamment dans des quartiers sensibles est dû exclusivement au comportement inconscient au mieux, malfaisant au pire, et en tout état de cause irresponsable des propriétaires et détenteurs de ces animaux » (Projet de loi relatif aux animaux dangereux et errants, et à la protection des animaux. Rapport n° 429 (1997-1998) de M. Dominique Braye, commission des affaires économiques, déposé le 13 mai 1998).

19 Comme le souligne un commissaire de police à cette période : « Augmenter le nombre de gardes de nuit coûterait plus cher que ces chiens veilleurs qui sont capables de faire des services de longue durée. L’animal peut poursuivre plus rapidement qu’un homme, à travers champs, un fuyard ; il constitue pour le veilleur qui l’accompagne un ami dévoué, un défenseur sûr, intrépide, agile et courageux ; il inspire plus de terreur que l’homme et a cette inappréciable qualité de flair et une ouïe très fine » (cité par Marlet, 2009, p. 25-26).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Séquence de travail au mordant en ring
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/2040/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 2. Travail au mordant et sanction normalisatrice
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/2040/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre Figure 3. Frappe muselée lancée sur un homme d’attaque
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/2040/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Mouret, « Les chiens de patrouille de la police nationale : les gueules armées de la République », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2040 ; DOI : 10.4000/sdt.2040

Haut de page

Auteur

Sébastien Mouret

UMR Innovation, INRA, Montpellier SupAgro, CIRAD, Campus La Gaillarde, 2, place Viala, Bât 27, 34060 Montpellier Cedex 02.
mouret_s[at]hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals