Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Une catastrophe ordinaire. La tempête du 27 décembre 1999, F. Dedieu

Éditions de l’EHESS, Paris (2013). 232 p.
Claude Gilbert
p. 521-523
Référence(s) :

François Dedieu, Une catastrophe ordinaire. La tempête du 27 décembre 1999, Éditions de l’EHESS, Paris, 2013, 232 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Risques, Alertes, Catastrophes
Haut de page

Texte intégral

1L’objet de cet ouvrage est d’analyser pourquoi la tempête survenue en France le 27 décembre 1999, et ayant particulièrement affecté la Charente-Maritime, a surpris les autorités malgré un certain nombre d’indices et d’alertes qui auraient a priori permis l’anticipation de cet événement. L’analyse repose sur un travail d’enquête précis qui a permis à l’auteur de comprendre, de manière très fine, comment les acteurs directement en charge de cette question, englobés sous le terme de « sécurité civile », se sont laissé surprendre. On voit ainsi comment les incertitudes associées au développement du phénomène climatique ont suscité des hésitations, d’abord du côté des experts (météorologie nationale) puis, malgré l’imminence de l’événement, du côté des décideurs (préfecture). On voit également comment ces hésitations ont été renforcées par la crainte de ces acteurs, et surtout du préfet, d’être excessivement alarmistes comme cela avait été le cas les jours précédents. L’auteur rend bien compte de l’ensemble des facteurs expliquant cette situation — qu’il s’agisse de l’accord tacite existant au sein de ce système d’acteurs pour éviter, autant que possible, la multiplication des alertes (coûteuses aussi bien en termes de mobilisation que par les effets qu’elles produisent sur la société locale) ou qu’il s’agisse des circonstances, assez singulières (une vraie alerte, concernant un événement difficilement identifiable, intervenant peu après une fausse alerte).

2L’analyse est tout à fait convaincante et l’étude de ce cas, très riche, participe à la compréhension des processus faisant que des catastrophes annoncées ne sont pas reconnues comme telles. De ce point de vue, elle apporte de nombreux compléments aux travaux effectués en ce sens dans le domaine des risques et des crises, auxquels l’auteur se réfère amplement. Les logiques des acteurs et des organisations impliqués sont particulièrement bien analysées et contextualisées, ce qui, une nouvelle fois, montre l’intérêt de se focaliser sur ces aspects souvent déterminants dans l’aggravation d’une situation critique. Mais l’usage de la notion de « risque scélérat » peut prêter à confusion. Elle semble a priori pertinente puisque, en référence aux « entreprises scélérates » analysées par Erving Goffman (1973), François Dedieu définit le risque scélérat « comme un phénomène menaçant masqué sous les apparences normales » (p. 79). Mais il associe ainsi étroitement le risque à la singularité du « phénomène », de la tempête donc, alors que son analyse met en évidence le caractère endogène des glissements progressifs vers l’erreur d’appréciation ainsi que vers la non-décision. Le recours à la notion est donc un peu problématique puisqu’elle vise aussi à souligner que certains « risques » échappent (« par nature » pourrait-on dire) à toute anticipation et maîtrise. Il pourrait cependant se justifier si, par « risque scélérat », l’auteur entendait une conjonction particulièrement problématique entre un aléa inédit et les vulnérabilités propres aux acteurs de la « sécurité civile » (en matière d’expertise, de prise de décision). De même, le titre donné à l’ouvrage — Une catastrophe ordinaire — peut prêter à discussion. Si les processus ayant conduit à une insuffisante prise en compte du développement de la tempête sont effectivement « ordinaires », la catastrophe survenue ensuite ne l’est de toute évidence pas. Bien que percutant, le titre ne rend donc pas vraiment compte de l’analyse de François Dedieu qui, à l’instar d’autres travaux contemporains, vise à relier la survenue de crises, de désastres, à l’engagement de processus « ordinaires » (voir par exemple Diane Vaughan (1996) à propos de l’explosion de la navette Challenger).

3D’autres aspects suscitent des interrogations. L’auteur s’est situé dans une perspective classique de la gestion de crise en se focalisant donc sur les relations entre experts, décideurs, médias et population. S’il est question de tensions entre différentes catégories d’acteurs au plan local, elles apparaissent liées aux circonstances — comme si la situation effaçait toute trace des divergences et conflits préexistants, alors que des travaux ont montré qu’ils jouaient un rôle déterminant dans le positionnement des acteurs qui, bien que s’efforçant d’agir en fonction de leurs compétences et de leurs responsabilités, oublient rarement de saisir les opportunités se présentant pour s’affirmer, gagner en légitimité, modifier les rapports de force, etc. De fait, l’auteur tire assez peu parti de la référence aux « situations fluides » provoquées par les situations de crise, avec la suspension des segmentations prévalant habituellement (Dobry, 1986). De même peut-on s’étonner, compte tenu de l’ampleur de l’événement, que les acteurs considérés soient essentiellement locaux. Ici encore, divers travaux ont montré que les acteurs directement en charge des situations critiques étaient le plus souvent sous pression d’acteurs extérieurs, comme dans le cas des préfets qui doivent rendre compte aux cabinets ministériels, surtout à celui de l’Intérieur, et qui, souvent, doivent intégrer les concurrences entre les agences d’expertise, les ministères. Même si la gestion de l’événement a été localisée, il est probable qu’il y a alors eu diverses interférences entre les niveaux locaux et nationaux — avec, là encore, divers jeux de pouvoir.

4Tout en suscitant la discussion, l’ouvrage de François Dedieu est à divers titres particulièrement intéressant. Il montre la nécessité des enquêtes de terrain approfondies pour analyser des accidents, des catastrophes. Cela semble aller de soi mais de tels travaux deviennent rares en France où l’attention se porte plutôt sur les risques et les crises tels qu’ils sont traités dans l’espace public (loin des « terrains » donc). Il est par exemple significatif que l’accident d’AZF à Toulouse n’ait pas donné lieu à un véritable programme de recherche. Cet ouvrage contribue par ailleurs à mettre en évidence le lien qu’il convient d’établir entre la gestion de la sécurité ordinaire et la survenue d’événements extraordinaires. L’analyse de ce lien, de fait assez complexe, ouvre des perspectives de recherche très stimulantes. Enfin, cet ouvrage incite à réfléchir de nouveau sur le protocole de recherche qui serait le plus adapté pour analyser des situations « exceptionnelles » dans leurs diverses dimensions.

Haut de page

Bibliographie

Dobry, M., 1986. Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles. Presses de Sciences Po, Paris.

Goffman, E., 1973. La mise en scène de la vie quotidienne. Tome 2 : Les relations en public. Éditions de Minuit, Paris.

Vaughan, D., 1996. The Challenger Launch Decision, Risky Technology, Culture and Deviance at NASA. University of Chicago Press, Chicago.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Gilbert, « Une catastrophe ordinaire. La tempête du 27 décembre 1999, F. Dedieu », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 4 | 2014, 521-523.

Référence électronique

Claude Gilbert, « Une catastrophe ordinaire. La tempête du 27 décembre 1999, F. Dedieu », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 4 | Octobre-Décembre 2014, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2053

Haut de page

Auteur

Claude Gilbert

Politiques publiques, action politique, territoires (PACTE), Institut d’études politiques, BP 48, 38040 Grenoble cedex 9, France
claude.gilbert[at]msh-alpes.prd.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals