Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 1Comptes rendusFrançois Dupuy, La fatigue des él...

Comptes rendus

François Dupuy, La fatigue des élites, le capitalisme et ses cadres

Le Seuil, Collection La République des idées, 2005 (96 pages)
Gérald Gaglio
p. 142-143
Référence(s) :

François Dupuy, La fatigue des élites, le capitalisme et ses cadres, Le Seuil, Collection La République des idées, 2005, 96 p.

Texte intégral

1Dans cet essai scindé en quatre chapitres (« la baisse tendancielle du taux de motivation », « la déprotection des cadres », « les errements du management », « que faire ? »), François Dupuy décrit énergiquement les mutations du monde du travail affectant actuellement les cadres. Après avoir isolé a minima cette catégorie d’individus (ceux qui détiennent le statut de cadre), il dessine l’évolution de leur sort au cours des 30 dernières années, fort de son expérience de sociologue, d’intervenant en entreprise et d’enseignant à l’INSEAD.

  • 1 Dupuy F., 1998, Le client et le bureaucrate, Paris, Dunod.

2Sa thèse est qu’au-delà du thème récurrent du « malaise » des cadres, ces derniers subissent de plein fouet une profonde transformation qui embrasera de nombreuses autres familles de salariés dans l’avenir. François Dupuy appelle ce changement « déprotection », en référence aux travaux de Robert Castel. Il donne cependant à ce terme une tonalité plus organisationnelle. Tout d’abord, cette déprotection est issue d’une individualisation toujours plus grande de l’évaluation des cadres (objectifs quantifiables…) et des gratifications qu’on leur accorde (bonus…). Ces éléments vont dans le sens d’une fragilisation de leur position, renforcée par les modifications incessantes des structures des entreprises. L’inquiétant est que les cadres ne détiennent pas de ressources collectives pour résoudre cette somme de problèmes individuels (on retrouve cette tension dans les travaux du sociologue de langue anglaise Zigmund Bauman). La déprotection procède ensuite d’une « inversion de la rareté » : de nos jours, ce ne sont plus les cadres qui sont rares (ils se « massifient » et se « banalisent ») mais les « clients ». Rappelant la perspective d’un de ses précédents livres1, l’auteur souligne l’alliance entre les « clients » et les actionnaires, au détriment des salariés travaillant dans l’entreprise, et au premier chef de cadres maintenant aisément substituables. Enfin, s’il faut reconnaître un mérite au taylorisme et aux grandes bureaucraties selon François Dupuy, c’est qu’ils préservent d’une coopération contraignante avec les autres segments de la firme. Or, la deuxième « révolution des organisations » se déroulant sous nos yeux érige la coopération et ses dérivés (mode projet, transversalité) en principes, rognant ainsi l’autonomie dont bénéficiaient traditionnellement les cadres.

3Partant, François Dupuy constate que les ressorts originels de l’identité des cadres sont battus en brèche. Leur proximité avec la direction n’est plus et leur fonction d’intermédiation laisse place à de la simple animation d’équipe ; l’attachement à la « boîte » s’amoindrit tant l’on n’est pas sûr d’y rester longtemps, le statut des cadres n’est plus distinctif et ils sont davantage sommés de confier leur sort à des tiers (syndicats, avocats…), ce qu’ils ne faisaient guère auparavant.

4Que reste-t-il alors aux cadres ? Le repli dans une distance parfois cynique (les 35 heures encourageant quant à elles un « légalisme » des cadres, s’agissant du nombre d’heures travaillées), le refuge dans des « bureaucraties locales », sorte de bastions protecteurs au sein d’un milieu par ailleurs hostile. Il demeure également l’espoir d’arriver à faire partie de la frange supérieure des cadres, encore épargnée par le mouvement décrit, ainsi que d’intégrer une firme s’adaptant aux difficultés des cadres en tentant de les amoindrir.

5On le ressent bien à la lecture de l’ouvrage, le problème n’est pas de s’attaquer avec volontarisme à l’hypothétique faillite de la valeur-travail annoncée par le patronat : il est plutôt de stopper la détérioration des conditions de l’exercice du travail des cadres et d’y remédier avec astuce. L’enjeu est aussi d’inventer de nouveaux termes au contrat implicite qui reliait l’entreprise et ses cadres. Adoptant alors une posture plus prescriptive, François Dupuy propose de revoir dans le sens du réalisme les formations de management trop soumises aux impératifs de la mode. Il suggère également de passer à une politique de ressources humaines non plus centrée sur une gestion de carrière forcément verticale mais sur un parcours horizontal impliquant l’acquisition de compétences valorisables pour la suite de la vie professionnelle. François Dupuy avance enfin que le formalisme de la fiche de poste est une impasse et qu’une adaptation de l’entreprise à la personne qui pourrait effectivement occuper l’emploi est nécessaire : le retour à une situation de confiance où le cadre « y croit » est à ce prix.

6Au final, la démonstration apparaît convaincante même si elle risque de désenchanter les jeunes diplômés d’école de commerce entrant sur le marché de l’emploi ! Nous apporterons toutefois deux bémols. Le premier concerne l’analyse quelque peu déterministe et insuffisamment étayée des conséquences de l’émergence des TIC pour les cadres. L’auteur en déduit que ce phénomène amoindrit le rôle de courroie de transmission des cadres envers leurs équipes. Pourtant, il n’est pas sûr que toutes les informations d’importance réelle se transmettent, par exemple, via les e-mail, si bien que le cadre (au sens d’encadrant) doit aller à la pêche aux « bonnes » informations, et opérer un tri dans la profusion des informations disponibles. La seconde réserve porte sur le titre, « la fatigue des élites », ou plutôt sur son manque d’adéquation avec le contenu du livre. D’une part, l’auteur aurait pu davantage expliciter le terme de fatigue en le différenciant plus précisément de certains autres lui étant proches, en particulier celui de souffrance. D’autre part, au vu de la définition retenue des cadres et de la description faite de leur situation dans le monde du travail actuel, le commun des cadres semble très éloigné des « élites » tels qu’on se représente usuellement (dirigeants, décideurs…).

Haut de page

Notes

1 Dupuy F., 1998, Le client et le bureaucrate, Paris, Dunod.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Gaglio, « François Dupuy, La fatigue des élites, le capitalisme et ses cadres »Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 1 | 2007, 142-143.

Référence électronique

Gérald Gaglio, « François Dupuy, La fatigue des élites, le capitalisme et ses cadres »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 1 | Janvier-Mars 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/20954 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.20954

Haut de page

Auteur

Gérald Gaglio

Post-doc en sociologie Laboratoire Tech-Cico, Institut Charles-Delaunay, FRE CNRS 2848, université de technologie de Troyes, 12, rue Curie, 10010 Troyes, France
gerald.gaglio[at]utt.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search