Navigation – Plan du site
Genre et classes populaires au travail

Le harcèlement sexuel, une grille de lecture des relations entre les sexes au travail

Introduction à la traduction de l’article de Patti A. Giuffre et Christine L. Williams
Christelle Avril

Notes de l’auteur

Nous (Christelle Avril, Marie Cartier et Yasmine Siblot) remercions Patti Giuffre et Christine Williams pour l’enthousiasme avec lequel elles ont accueilli ce projet de traduction, ainsi que les traductrices, Carole Boidin et Hélène Boisson, pour le travail remarquable qu’elles ont accompli. Nous remercions également Laure Bereni et Mathieu Trachman pour nous avoir fait découvrir ce champ de recherche et en particulier les travaux de Lisa Adkins, ainsi que ceux de Kirsten Dillinger, Patti Giuffre et Christine Williams. Enfin, nous remercions le comité de rédaction de la revue qui a soutenu la traduction du texte de Patti Giuffre et Christine Williams, et notamment Laure Bereni et Laure de Verdalle pour leurs relectures de la traduction.

Texte intégral

1Nous avons choisi de publier dans ce numéro thématique la traduction d’un article de Patti A. Giuffre et Christine L. Williams paru dans la revue Gender and Society en 1994. Cet article est l’une des contributions au champ de recherche sociologique sur la sexualité au travail que les deux sociologues ont fondé avec leur collègue Kirsten Dellinger au cours des années 1990-2000, dans le sillage de chercheuses comme Barbara Gutek et Rosemary Pringle (Gutek, 1985 ; Pringle, 1988). Si au début des années 2000, quelques travaux ont permis de faire connaître en France les recherches sociologiques sur la sexualité dans les rapports de genre (voir l’introduction de ce numéro), force est de constater que l’étude de la sexualité au travail n’a jusqu’à présent pas suscité beaucoup d’enquêtes. La traduction de cet article entend donc lever un point aveugle de la sociologie du travail en France. Comme il s’agit d’un article des années 1990, portant sur les États-Unis, il appelle néanmoins deux grands éléments de contextualisation : l’un sur l’évolution de la notion juridique de harcèlement sexuel aux États-Unis et en France, l’autre sur le contexte académique de sa publication.

1. Le harcèlement sexuel aux États-Unis et en France : des différences juridiques qui s’estompent aujourd’hui

2C’est la juriste Catharine MacKinnon qui contribue à partir de la fin des années 1970 aux États-Unis à la prise de conscience du harcèlement sexuel dans l’univers professionnel. Elle joue un rôle décisif dans l’intégration de cette notion dans le droit du travail par l’administration fédérale américaine en 1980 et dans la décision de la Cour suprême de 1986 qui vient confirmer sa lecture de la notion. Le harcèlement sexuel est désormais inscrit dans le prolongement de la grande loi de 1964 sur les droits civiques (c’est-à-dire dans le cadre de la lutte contre les discriminations) et désigne deux situations distinctes : le cas où le chantage sexuel repose sur un rapport hiérarchique et le cas où les sollicitations sexuelles (de la part des collègues) rendent « l’environnement [de travail] hostile ». Le harcèlement sexuel est au départ « une discrimination des femmes en raison de leur sexe et au moyen de la sexualité » (Fabre et Fassin, 2003, p. 106). Mais le grand public américain ne découvre cette notion qu’en 1991 avec l’affaire Clarence Thomas. Ce dernier, candidat au poste de juge à la Cour suprême, noir conservateur, est accusé de harcèlement par une ancienne collaboratrice, Anita Hill, noire également. L’affaire va donner lieu à de nombreux débats et modifier les représentations de la société américaine (Fassin, 1991). Cependant, si l’article de Patti Giuffre et Christine Williams se situe dans un tel contexte juridique et médiatique, il faut se garder d’en conclure, comme le suggèrent les deux sociologues, que cette qualification juridique est alors acquise outre-Atlantique. Les accusations d’Anita Hill finiront en effet par se retourner contre elle (sa carrière en pâtira tandis que la nomination de Clarence Thomas à la Cour suprême sera confirmée). Les débats autour de la définition juridique de la notion vont ainsi se poursuivre tout au long des années 1990. Ils posent des questions fondamentales comme celle des rapports entre les sexes : les victimes du harcèlement sont-elles toujours des femmes ? Les harceleurs toujours des hommes ? En 1998, la Cour suprême tranche ces questions, le harcèlement sexuel est désormais le fait d’être harcelé en raison de son sexe quel que soit le sexe du harcelé et celui du harceleur.

3C’est aussi à travers cette affaire Thomas vs Hill que le public français découvre le harcèlement sexuel au cours des années 1990 mais dans une version déformée : celui-ci est présenté dans les débats médiatiques, politiques, académiques comme une spécificité américaine, un héritage du puritanisme voulant réprimer la sexualité et nourrissant une « guerre des sexes » (Fassin, 1993, 1994). Et pourtant en décembre 1992, pour se mettre en conformité avec le droit européen, la France doit elle aussi se doter d’une loi sur le harcèlement sexuel ; elle fait alors le choix de le limiter aux rapports d’autorité. Les travaux d’Abigail Saguy (2000, 2003) permettent de saisir des différences fondamentales dans l’application de cette notion en France et aux États-Unis au cours des années 1990. Aux États-Unis, le harcèlement sexuel relève d’emblée du droit civil, est défini en rapport avec les discriminations et les inégalités, et la Cour suprême reconnaît la responsabilité du harceleur mais aussi de l’employeur. En France, la notion est d’abord inscrite dans le droit pénal des violences sexuelles à côté du viol, et il n’y a alors pas de responsabilité de l’employeur. Si en théorie les peines au pénal sont censées être plus graves qu’au civil, en pratique les recours au procès au pénal sont plus rares — notamment parce que c’est à la victime de prouver les faits.

4À partir des années 2000, Abigail Saguy met en évidence un tournant : ces différences de cadres juridiques commencent à s’estomper. En 2002, la condition d’autorité est supprimée dans la définition française du harcèlement sexuel, celui-ci concernant à présent l’ensemble des relations de travail, y compris les relations entre collègues. Sous la pression de l’Union européenne qui a quant à elle adopté la définition du harcèlement sexuel comme discrimination, le droit français intègre progressivement, à partir de 2008 et de 2012, certains aspects du droit européen (Saguy, 2018). Deux lois adoptées en 2018 entérinent cette évolution. La loi n° 2018-703 du 3 août 2018, précisée par la circulaire du 3 septembre 2018, élargit le champ de l’infraction pénale du harcèlement sexuel, avec la prise en compte des agissements à connotation sexiste : le harcèlement sexuel est désormais « le fait d'imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante ». En reconnaissant le sexisme, le droit pénal français inscrit bien désormais le harcèlement sexuel dans les discriminations de genre. Du côté du droit du travail, si la responsabilité des employeurs est engagée dès la loi de 2008 en France, c’est la loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018, entrée en vigueur le 1er janvier 2019, qui institue de réelles obligations pour les entreprises en matière de lutte contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes. Elle oblige par exemple l’employeur à mettre en place des formations pour les managers/recruteurs en matière de discrimination et de harcèlement sexuel.

2. Le harcèlement sexuel dans le continuum des relations sexualisées au travail

5Cet article s’inscrit également dans un débat scientifique. Au moment où Patti Giuffre et Christine Williams le publient, deux courants féministes se sont structurés au cours des années 1980 autour des questions de harcèlement sexuel. Face au pôle féministe dit « radical » (dont fait partie Katharine MacKinnon par exemple) qui souhaite éradiquer le harcèlement sexuel et la sexualité des organisations de travail, se dessine progressivement un pôle dit « pro-sex » selon lequel la sexualité doit être politiquement investie — et ce faisant redéfinie — par l’ensemble des minorités sexuelles. Tout en reconnaissant l’intérêt des travaux féministes qui ont conduit à la reconnaissance et à la prise de conscience du harcèlement sexuel et l’intérêt de ces débats, Christine Williams, Patti Giuffre mais aussi Kirsten Dellinger estiment qu’ils conduisent à une impasse intellectuelle (Williams et al., 1999). Pour construire la sexualité en objet de recherche, il ne faut selon elles ni chercher à la condamner, ni chercher à la défendre, mais l’étudier pour ce qu’elle est : une dimension ordinaire — au sens d’un fait social — des relations de travail. À l’appui de cette perspective qui refuse d’isoler le harcèlement sexuel des autres relations sexualisées au travail, les trois sociologues rappellent que si, dans le droit américain, le harcèlement sexuel concerne les cas où le fait de repousser des avances a des conséquences négatives sur la carrière ou sur les conditions de travail des salariés, les sanctions envers les relations sexuelles librement consenties peuvent aussi avoir des répercussions négatives dans les organisations qui les interdisent entre collègues (le cas extrême étant les organisations religieuses, l’armée…) ou entre salariés et clients. Quand la relation est découverte, la direction exige le plus souvent que l’un des deux partenaires demande son transfert ou démissionne et, même si les données sont rares, un ensemble d’éléments laissent penser que ces répercussions négatives des relations sexuelles librement consenties s’abattent plus souvent sur les femmes que sur les hommes. S’appuyant notamment sur les réflexions et les enquêtes d’Arlie R. Hochschild (1997), elles avancent que la conception wébérienne de la bureaucratisation des organisations a fait sortir les émotions, l’affection, les sentiments, l’amour, la sexualité… du champ de l’analyse sociologique du travail. Or, l’ensemble de leurs enquêtes (voir aussi Dellinger et Williams, 1997, 2002) montrent que les différentes formes de relations sexualisées que sont la plaisanterie, la drague, les effleurements, les rendez-vous sexuels, etc., jusqu’au mariage, sont omniprésents dans le monde professionnel. Le harcèlement sexuel s’inscrit dans le continuum des relations sexualisées au travail et la sociologie de la sexualité au travail ne doit pas se limiter à la question du harcèlement.

  • 1 Pour une étude récente des attendus sexués et sexuels d’un poste de travail, voir Schütz, 2018.

6Il ne s’agit évidemment pas pour elles de minorer ou banaliser le harcèlement sexuel. Elles souhaitent au contraire contribuer à l’identifier en poussant la réflexion plus loin : la sexualité au travail, les interactions sexuelles et la manière dont celles-ci vont être perçues et qualifiées comme du harcèlement sexuel ou non, sont le produit de conditions structurelles qu’il convient de mettre au jour. Tout d’abord, la sexualité telle qu’elle est vécue dans les contextes locaux de travail est le produit de politiques organisationnelles et managériales particulières. On l’a évoqué, certaines institutions interdisent les relations sexuelles librement consenties. Mais d’autres les encouragent en organisant par exemple des événements festifs entre collègues, en embauchant comme dans certains lycées américains des couples d’enseignants ou encore en en faisant une consigne du poste de travail. C’est le cas pour les femmes qui sont employées dans l’industrie du tourisme et qui doivent mettre en œuvre une sexualisation de la relation avec les clients et les collègues (Adkins, 1991, 1995)1. Dans ce type d’entreprise, se plaindre au manager des avances d’un client ne conduit pas à bénéficier du statut de victime de harcèlement mais plutôt à prendre le risque de perdre son travail ou d’être encouragé par ses collègues à démissionner. La plupart des organisations se situent probablement, comme le soulignent les trois sociologues, entre ces deux pôles, encourageant certaines relations et en interdisant d’autres. Mais dans tous les cas, leur analyse montre que les cadres de la sexualité au travail sont le produit de normes imposées par l’entreprise elle-même, certaines interactions sexuelles ayant d’autant plus de chances d’être tolérées qu’elles font partie de la définition du travail. Ensuite, elles insistent sur le fait que la sexualité au travail est aussi le produit d’un contexte national — d’une histoire coloniale par exemple, comme le montre une étude anthropologique qu’elles mobilisent (Yelvington, 1996) — et d’une structure sociale, c’est-à-dire d’un état des inégalités sociales. L’article sur les pratiques des serveurs et serveuses de restaurant traduit dans ce dossier est l’une des pierres angulaires de leur démonstration sur ce point. Tout en soulignant combien leur étude est empiriquement modeste et demanderait de plus amples développements, elles aboutissent à plusieurs résultats particulièrement stimulants pour saisir l’articulation entre classe, sexe, race et orientation sexuelle dans le travail subalterne à partir de l’analyse du harcèlement sexuel.

Haut de page

Bibliographie

Adkins, L., 1991, « Sexual work and the employment of women in the service industries », The Sociological Review, n° 39, p. 207-228.

Adkins, L., 1995, Gendered Work : Sexuality, Family, and the Labour Market, Open University Press, Bristol.

Fabre, C., Fassin, É., 2003, Liberté, égalité, sexualités. Actualité politique des questions sexuelles, Belfond, Paris.

Fassin, É., 1991, « Pouvoirs sexuels : le juge Thomas, la Cour suprême et la société américaine », Esprit, n° 12, p. 102-130.

Fassin, É., 1993, « La chaire et le canon : les intellectuels, la politique et l’Université aux États-Unis », Annales ESC, n° 2, p. 265-301.

Fassin, É., 1994, « Political correctness en version originale et en version française. Un malentendu révélateur », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 43, p. 30-42.

Dellinger, K., Williams, C. L., 1997, « MakeUp At Work: Negotiating Appearance Rules in the Workplace », Gender & Society, vol. 11, n° 2, p. 151-177.

Dellinger, K., Williams, C. L., 2002, « The Locker Room and the Dorm Room: Workplace Norms and the Boundaries of Sexual Harassment in Magazine Editing », Social Problems, vol. 49, n° 2, p. 242-257.

Gutek, B., 1985, Sex and the Workplace, Jossey-Bass, San Francisco.

Hochschild, A. R., 1997, The Time Bind: When Work becomes Home and Home becomes Work, Metropolitan Books, New York.

Pringle, R., 1988, Secretaries talk: Sexuality, power and work, London, Verso.

Saguy, A., 2000, « Employment Discrimination or Sexual Violence? Defining Sexual Harassment in American, and French Law », Law and Society Review, n° 34, p. 1091-128.

Saguy, A., 2003, What is Sexual Harassment? From Capitol Hill to the Sorbonne, University of California Press, Berkeley.

Saguy, A., 2014, « Les conceptions juridiques du harcèlement sexuel en France et aux États-Unis : avant et après l’affaire DSK », Travail, genre et sociétés, n° 28, p. 89-106.

Saguy, A., 2018, « Europeanization or National Spécificity? Legal Approaches to Sexual Harassment in France, 2002-2012 », Law and Society Review, vol. 52, n° 1, p. 140-171.

Yelvington, K. A., 1996, « Flirting in the Factory », Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 2, n° 2, p. 313-333.

Schütz, G., 2018, Jeunes, jolies et sous-traitées. Les hôtesses d’accueil, La Dispute, Paris.

Williams, C. L., Giuffre, P. A., Dellinger, K., 1999, « Sexuality in the Workplace. Organizational Control, Sexual Harassment, and the Pursuit of Pleasure », Annual Review of Sociology, vol. 25, n° 1, p. 73-93.

Haut de page

Notes

1 Pour une étude récente des attendus sexués et sexuels d’un poste de travail, voir Schütz, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Avril, « Le harcèlement sexuel, une grille de lecture des relations entre les sexes au travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 3 | Juillet-Septembre 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 16 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/21201 ; DOI : 10.4000/sdt.21201

Haut de page

Auteur

Christelle Avril

Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097 CNRS, ENS et EHESS)
48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
christelle.avril[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals