Navigation – Plan du site
Genre et classes populaires au travail

Sexualités à l’épreuve du genre et des hiérarchies usinières

Sexuality, Gender and Hierarchy in the Factory and in Political Activism
Alexandra Oeser

Résumés

Cet article analyse les relations de genre et de classe à l’intersection entre l’espace usinier, l’espace domestique et l’espace de la mobilisation politique, à partir d’un retour personnel sur une enquête collective menée sur la lutte de salariés hommes et femmes contre la fermeture d’une usine en France. Il prend comme prisme la question des relations sexuelles et amoureuses construites au travail et pendant la mobilisation, dans des interactions entre salariés occupant différentes positions dans l’usine, mais aussi pendant la mobilisation. Les pratiques sexuelles constituent simultanément une contestation de l’ordre usinier et une perpétuation des hiérarchies de genre et de classe ; elles sont moyen et expression des rapports de domination tout autant que pratique de libération. Il s’agit de mettre en évidence, à travers l’analyse des pratiques sexuelles et amoureuses, les continuités, ruptures et transformations des relations de genre et de classe dans le « hors travail » après la fermeture de l’usine. La sexualité est une entrée parmi d’autres dans ces relations de pouvoir. Elle doit être pensée à la fois comme étant « affectée » par le travail et les luttes et comme moteur de ceux-ci. L’article étudie ainsi le travail ou l’activité militante à travers les lunettes des relations sexuelles, réelles ou fantasmées, des hommes et femmes salariés licenciés.

Haut de page

Notes de la rédaction

Premier manuscrit reçu le 26 avril 2018 ; article accepté le 7 mai 2019.

Texte intégral

« Le sexe est un aspect généralement oublié de l’organisation sociale informelle au tréfonds de la vie en usine. […] Je parle du sexe en tant qu’activité sexuelle, la copulation […]. J’ai pu observer ce qu’on peut appeler l’interférence de cette activité avec des interactions sociales qui relèvent plus nettement des buts généralement admis par la direction d’une entreprise » (Roy, 2006 [1974], p. 189).

« Sexual bantering, flirting and dating are commonplace at work, but with a few exceptions, sociologists have not paid much attention to these behaviours » (Williams et al., 1999, p. 73).

  • 1 Elle est notamment au cœur des théories féministes ; voir par exemple MacKinnon, 1979, 1982 ; Tabet (...)
  • 2 En témoignent par exemple la création du master « genre, politique et sexualité » à l’EHESS en 2005 (...)

1Si Donald Roy, il y a 44 ans, avait grâce à une enquête par observation perçu le caractère structurant de la sexualité à l’usine, ce sont des sociologues du travail inscrites dans le domaine du genre et de la sexualité qui ont fait de cette question le cœur d’un champ de recherches en sociologie (Williams et al., 1999). En effet, les recherches sur la sexualité constituent un champ riche en sciences sociales, la sexualité étant de longue date au cœur des recherches féministes et sur le genre1. Les recherches articulant genre et sexualité, qui ont connu un renouveau depuis une dizaine d’années2, ont montré que la sexualité constitue « un champ de pratiques sociales, traversé, comme tout autre, par des rapports de pouvoir et de domination » (Chaperon, 2001, p. 6). Si elle est façonnée par les rapports sociaux, la sexualité contribue aussi en retour à les constituer, et notamment le genre : « la sexualité se conjugue à d’autres instances fabriquant le genre […] pour faire advenir des hommes et des femmes […] selon des logiques séparées et asymétriques » (Clair, 2012, p. 67).

  • 3 Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (voir Jaspard et al., 2003 ; Jaspar (...)
  • 4 Enquête Violences et rapports de genre (voir Hamel et al., 2014, 2016 ; Debauche et al., 2017).

2Mais ce champ de recherche sur la sexualité a été peu articulé, en France, à la sociologie du travail. Cette faible imbrication est liée à la fois à la structuration des études sur le genre, où la sexualité et le travail ont longtemps constitué deux piliers séparés, comme les deux termes d’une alternative (Clair, 2015), et à la faible prise en compte, par la sociologie du travail en France, de la sexualité (Clair, 2013). Sur la scène professionnelle, la sexualité a été abordée pour des populations pour lesquelles elle est un travail rémunéré (Trachman, 2011 ; Mayer, 2012 ; Roux, 2013), sous l’angle des lieux de rencontre (Bozon et Héran, 1987 ; Bajos et Bozon, 2008) ainsi que sous celui de l’encadrement managérial (Louey et Schütz, 2014), ou par les grandes enquêtes quantitatives depuis le début des années 2000 sur les violences faites aux femmes : ENVEFF en 20003 et VIRAGE en 20114. L’analyse des effets qu’ont les pratiques sexuelles ordinaires sur le travail (Roy, 2006 [1974] ; Giuffre et Williams, 2019 [1994] dans ce numéro spécial) ou sur l’engagement politique (Bargel et al., 2013 ; Jérôme, 2014 ; Levêque et Matonti, 2014) reste une exception.

3Or, à côté du bal et des lieux publics, le lieu de travail a gardé tout au long du XXe siècle une importance primordiale dans la formation des couples (Bozon et Héran 1987, p. 948 et 950) et pour les pratiques sexuelles (Williams et al., 1999). Mais en tant que tel, il a été abordé principalement sous l’angle de la violence faite aux femmes et notamment des violences sexuelles. Les sociologues américaines Christine Williams, Patti Giuffre et Kirsten Dellinger ont proposé une synthèse de la littérature permettant de distinguer la violence sexuelle des relations sexuelles consenties au travail, ces dernières étant laissées dans l’ombre de la plupart des analyses. Or, ces relations consenties influent aussi sur l’expérience au travail et sont influencées par elle (Williams et al., 1999, p. 74). La question de la sexualité comme aspect de l’organisation sociale à l’usine ou dans l’entreprise, c’est-à-dire comme étant constitutive des relations sociales et de l’organisation du travail et du hors travail, reste quant à elle une aporie en France, malgré les nombreuses pistes ouvertes par la sociologie des sexualités. Cet article s’inscrit précisément à l’intersection entre la sociologie de la sexualité et la sociologie du travail, dans le sillage des travaux encore trop rares qui l’ont précédé.

4Nous allons analyser des pratiques sexuelles observées et rapportées lors d’une enquête sur la fermeture d’une usine dans une petite ville située dans le Sud de la France, comme un révélateur des relations de genre et de classe au travail. La sexualité constitue une entrée parmi d’autres possibles dans ces relations de pouvoir au travail et pendant la mobilisation. Quand une usine ferme, un monde s’écroule, dit un dicton populaire. Or, les relations de travail et du « hors travail » perdurent au-delà de la disparition du cadre qui les a en partie créées : le lieu d’emploi. Notamment quand un ou des nouveaux collectifs se forment, à l’occasion par exemple d’une mobilisation des femmes et hommes salariés contre la fermeture de l’usine, ces collectifs sont l’occasion de réactualiser des positions antérieures. Avoir occupé des postes subalternes ou de cadre, être un homme ou une femme a des conséquences sur les relations tissées pendant la mobilisation. En même temps, l’interruption des relations formelles de travail permet aux langues de se délier. La crainte de perdre son emploi ou de subir des pressions de sa hiérarchie disparaît ; on n’est plus obligé de rencontrer ses collègues et ses chefs tous les jours. Parler de relations sexuelles au travail est désormais possible lorsque ces relations semblent appartenir au passé. Ainsi, l’enquête « après coup » présente des avantages : elle permet d’aborder en creux le genre et les rapports de classe au travail en interrogeant une population qui n’est plus insérée dans des relations hiérarchiques de travail, et donc d’aborder ce qu’une enquête in situ ne permettrait pas de saisir.

  • 5 L’équipe de recherche était constituée d’un « noyau dur », qui a également participé à l’écriture d (...)

5La mobilisation contre la fermeture de l’usine était menée par une intersyndicale qui a réuni ouvriers et ouvrières, employées, et d’autres catégories exclusivement masculines : techniciens, contremaîtres et une partie des cadres licenciés. Après une année 2008-2009 pendant laquelle les hommes et femmes menacés de licenciement alternaient grèves perlées et occupation de l’espace devant l’usine fermée, celle-ci a fermé définitivement. L’équipe de recherche5 est arrivée quatre mois après la fermeture pour suivre la mobilisation, notamment juridique, qui a continué pendant sept ans. Les hommes et femmes licenciés ont gagné sur le fond : la justice a confirmé des licenciements sans cause réelle et sérieuse et leur a accordé des indemnités supplémentaires. Ils et elles ont toutefois perdu sur la forme : leur employeur n’a pas été considéré comme co-employeur. Ce manque de condamnation sur la forme a eu comme conséquence que ce n’est pas la multinationale qui a dû payer les indemnités, mais le régime de garantie des salaires (AGS), une assurance financée par les entreprises françaises.

6La période de mobilisation politique constitue un moment d’accélération du temps, d’enivrement collectif. Si l’usine était déjà un lieu des « amours secrètes » tout autant qu’un marché matrimonial, la mobilisation a facilité les rencontres amoureuses et sexuelles. Mais celles-ci ne prenaient pas la même forme ni la même signification pour les hommes et pour les femmes, ni selon la place qu’on occupait dans la hiérarchie usinière. De même, elles ont eu des effets différenciés sur l’engagement. On va se pencher ici sur toute la gamme des pratiques qu’on peut ranger sous le terme de « sexualité » — le flirt et les blagues, les rapports sexuels, ou encore le toucher et les baisers —, puis interroger les relations affectives, de l’amitié sexuelle jusqu’au mariage en passant par les relations sexuelles informelles et extra-conjugales et leurs conséquences sur les relations hors travail et pendant la mobilisation. Que voit-on quand on regarde le travail ou l’activité militante à travers les lunettes des relations sexuelles, réelles ou fantasmées, des hommes et femmes licenciés ?

7Pour répondre à cette question, une première partie traitera des difficultés méthodologiques d’une enquête sur les sexualités au travail et pendant une mobilisation politique effectuée à la marge d’une enquête collective. Au lieu de voir les pratiques sexuelles, réelles ou fantasmées, comme marginales ou comme « effet secondaire » de ce qui serait « le cœur » de l’activité politique et/ou professionnelle, il s’agit ici de les placer au centre de l’analyse, pour faire l’hypothèse qu’elles constituent un élément central du fonctionnement social. L’article décrira leurs effets sur l’organisation conjugale de l’espace domestique, tout autant que sur les relations hiérarchiques au travail. Pour ce faire, une deuxième partie abordera les pratiques sexuelles extra-conjugales comme mode de contestation de l’ordre militant et professionnel, ainsi que les rappels à l’ordre spécifiques que subissent les femmes quand elles s’engagent dans ces pratiques. Cette partie permettra également de s’interroger sur les catégorisations de ce qui est du registre sexuel et affectif effectuées par les hommes et femmes licenciés.

1. Voir l’usine comme un espace matrimonial et sexuel

1.1. Enquêter sur la sexualité : questions éthiques et méthodologiques

  • 6 Amélie Le Renard (2010) a réalisé une revue de littérature sur la question des effets du sexe de l’ (...)
  • 7 Des « cas limites » sont des cas qui permettent aux chercheurs et chercheuses, précisément par leur (...)

8Méthodologiquement, cet article s’appuie principalement sur deux sortes de matériaux. Il s’agit premièrement de ce que d’autres ont appelé les « résidus de l’enquête » (Caveng et Darbus, 2016), c’est-à-dire de matériaux qui ont été recueillis à la marge d’une enquête collective du fait de mon intérêt personnel pour les thématiques de genre et de sexualité et par curiosité sociologique, sans avoir mis en place un dispositif d’enquête explicite sur les pratiques sexuelles. En effet, l’enquête collective a porté sur la mobilisation de 283 hommes et femmes licenciés lors de la fermeture d’une usine située dans une petite ville dans le Sud de la France. Le terrain de l’enquête collective a eu lieu dans cette ville entre janvier 2010 et décembre 2013. L’expérience personnelle d’une séparation conjugale en milieu d’enquête a mené à ce que je sois hébergée par des enquêtés et enquêtées. Ce passage par la maison des enquêtés m’a fait changer de statut : d’enquêtrice, je suis passée au statut d’amie de certains hommes et femmes. Il a eu comme conséquence une libération de la parole à mon égard : les femmes me posaient des questions sur ma séparation et racontaient en retour leurs propres expériences de séparation, de divorce et de difficultés de couple ; certains hommes s’autorisaient désormais à me draguer, ce qui avait été moins le cas auparavant, ainsi qu’à me révéler leurs histoires personnelles, sexuelles et sentimentales6. J’ai pris en note ces histoires de manière informelle, le soir ou en rentrant du terrain. Ces notes constituent donc ce volet individuel d’une enquête collective qui s’est par ailleurs concentrée sur le travail, la lutte et l’après-travail, le chômage et la réorientation professionnelle. Elles concernent sept hommes et huit femmes. Il s’agit ici de « cas limites »7 ou d’exceptions, des personnes qui cumulent des relations sexuelles multiples (ce qui n’est peut-être pas la norme des hommes et femmes licenciés) et en parlent avec moi, permettant ainsi de révéler des logiques sociales invisibles dans la plupart des cas.

  • 8 Dans les cas où je n’ai pas fait seule ces entretiens, les noms des enquêteurs et enquêtrices seron (...)

9Deuxièmement, pour vérifier les hypothèses constituées pendant la collecte de notes « marginales », étalée sur plusieurs années, un retour sur le terrain en octobre 2017 a permis de réaliser huit entretiens informels avec au total quinze personnes (en partie les mêmes, en partie différentes de celles qui ont permis le recueil de notes antérieures), qui portaient explicitement sur la sexualité à l’usine. Je mobiliserai seulement à la marge de cet article certains des 160 entretiens formels et enregistrés dans le cadre de l’enquête collective8.

10Cet article engage des interrogations éthiques sur l’opportunité d’écrire sur l’intimité des hommes et femmes enquêtés. Le risque de les « trahir » semble grand. Je connais davantage des histoires des uns et des autres que chacun des protagonistes pris séparément, l’élément le plus « problématique » éthiquement étant la connaissance des relations extra-conjugales « secrètes ». Constituée au long cours et sous le signe de la confiance et de l’amitié, cette connaissance n’est pas entièrement partageable avec le lectorat, ce qui peut limiter l’administration de la preuve. Comme l’ont souligné Aude Béliard et Jean-Sébastien Eideliman :

« Davantage que l’anonymat, c’est donc l’exigence de la confidentialité qui est ici mise en cause, c’est-à-dire la garantie donnée aux personnes rencontrées que leurs propos ne seront pas répétés. […] Confidentialité et anonymat sont ainsi les deux faces d’un même problème, celui de garantir aux enquêtés une dissociation entre leurs paroles — parfois aussi leurs actes — et leur identité, soit par rapport à ceux qui les connaissent, autres enquêtés ou proches (confidentialité), soit par rapport à la masse anonyme des lecteurs potentiels (anonymat) » (Béliard et Eideliman, 2008, p. 124).

  • 9 Sur la construction de cas fictifs, voir notamment Béliard et Eideliman, 2008, p. 131 et p. 138-139 (...)

11Travailler sur la sexualité, tout autant que sur la famille et la parenté ou sur des problèmes de santé, exacerbe l’exigence de confidentialité. Les situations de « conflits latents, accompagnés d’un souci de préserver les apparences d’une bonne entente », soulignés par Aude Béliard et Jean-Sébastien Eideliman (2008, p. 136), prennent une force accrue dans le cas de relations sexuelles extra-conjugales ayant lieu dans une petite ville où l’interconnaissance est forte. La solution proposée ici a été de créer des cas fictifs9. J’ai combiné trois procédés : j’ai modifié les âges, professions, lieux de vie et situations relationnelles des hommes et femmes enquêtés, en les remplaçant par des situations sociologiquement comparables, notamment en cherchant, parmi les postes à l’usine, des équivalents fonctionnels et hiérarchiques. J’ai également construit des cas fictifs à partir de trajectoires de différents hommes et femmes enquêtés dont les pratiques présentaient des points de similitude, afin qu’ils et elles ne soient pas reconnaissables, y compris par les protagonistes de l’enquête. Chaque cas fictif est la combinaison d’un cas principal (une personne ou un couple) et d’un cas secondaire, qui présente des similitudes avec le cas principal et a permis de transformer la présentation notamment des trajectoires et du déroulement des événements.

  • 10 Mais plusieurs femmes, en parlant de sexualité à l’usine, n’ont cessé de me répéter : « Il faudrait (...)

12Ces difficultés témoignent de ce qu’une enquête prenant au sérieux les pratiques sexuelles et les affects qui y sont attachés n’est pas aisée. Elle l’est d’autant moins dans un univers, celui des enquêtés, dans lequel la sexualité ne fait pas partie des revendications politiques explicites. Renvoyée à la sphère privée, elle fait l’objet de multiples non-dits parce que rompre le silence peut avoir des conséquences destructrices. Dans un univers où l’on brandit et rend publique sa sexualité (sous forme de marche des fiertés, par exemple), dire et rendre politiques ses pratiques sexuelles participe de stratégies de retournement du stigmate, de déplacement de la zone de contestation (Rubin, 2010). Dans ce cas, l’écriture du chercheur ou de la chercheuse peut participer sans dilemme éthique à cette pratique d’empowerment tandis que les hommes et femmes enquêtés peuvent s’en saisir pour leur cause sexuelle. Cela vaut également pour le champ politique, dans lequel la révélation médiatique des relations sexuelles extra-conjugales, parfois contre la volonté des acteurs, peut par la suite être incluse dans les stratégies des acteurs du champ journalistique (Matonti, 2017). Dans notre cas, écrire, en tant qu’universitaire, sur la sexualité des hommes et femmes licenciés qui défendent leur dignité et leur travail par une mobilisation politique comporte le danger de leur donner l’impression de minorer leur engagement politique, ou alors de parler de questions qui paraissent anodines à certains d’entre eux10. L’intérêt de s’y pencher consiste à éclairer « de biais » les rapports de genre au travail et pendant la mobilisation. Un tel éclairage prend d’autant plus de sens que l’exigence de construire un front commun contre la direction de l’usine tend à minorer dans les discours des enquêtés, et par suite à faire disparaître des analyses sociologiques, les rapports de genre.

1.2. L’ordre sexué des postes et des carrières

  • 11 Bilan social 2003-2004, archives du Comité d’entreprise.
  • 12 Dossiers de prud’hommes, archives de l’association de l’usine fermée.
  • 13 Pour un résumé des travaux sur la notion de plafond de verre, habituellement appliquée aux professi (...)

13L’emploi à l’usine était marqué par une forte division sexuée du travail. Les chiffres du bilan social de 2004 indiquent que 75 % de l’effectif de l’usine était constitué d’hommes ; les femmes y représentaient 25 %. Il n’y avait aucune femme dans le petit encadrement (chef d’équipe, chef d’atelier, maîtrise, technicien), et très peu de femmes cadres : 12 %, chiffre d’autant plus négligeable que l’usine employait très peu de cadres. La moitié des femmes de l’usine se retrouvait ainsi sur les postes d’employées administratives (où il n’y avait aucun homme), l’autre moitié sur des postes d’ouvrières. Quand on regarde de près la catégorie des ouvriers, dont une sur six sont des femmes, les échelons au-dessus de l’échelon 225, considérés comme « équivalent technicien », ne comportaient aucune femme en 200411. Nous ne disposons pas de chiffres pour 2009, moment de la fermeture de l’usine. Parmi les dossiers de prud’hommes déposés en 2010 (42 des 60 femmes de l’usine ont déposé un dossier) se trouvent néanmoins 4 femmes au-dessus de l’échelon 225 (sur 18 ouvrières ayant déposé un dossier), ce qui indique que le constat d’une absence totale de femmes dans les échelons au-dessus de 225 est à relativiser pour la période 2004-2009 ou, pour le dire autrement, que 4 femmes ouvrières au moins ont pu passer « équivalent technicien » juste avant le licenciement12. Certains contremaîtres, chefs d’équipes et chefs d’atelier favorisaient en effet une évolution de carrière juste avant le licenciement, politique dont ont bénéficié certains ouvriers et au moins quatre ouvrières. Ces chiffres indiquent néanmoins que l’échelon 225 constitue le plafond de verre pour les ouvrières de l’usine13. Comme le souligne Michèle Zancarini-Fournel :

« [Historiquement], la définition des métiers et l’institutionnalisation des classifications dans les conventions collectives des années 1930 contribuent aussi à forger les contours d’une classe ouvrière virile : les femmes ne sont jamais, quelle que soit leur qualification, classées comme ouvrières qualifiées » (Zancarini-Fournel, 1996, p. 2).

  • 14 Les carrières stagnantes des ouvrières de l’usine ressemblent ainsi à celles des ouvriers algériens (...)
  • 15 Bilan social 2003-2004, archives du CE. En 2009, au moins deux femmes sont classées à l’échelon 305 (...)

14Quatre-vingts ans plus tard, ces classifications continuent à avoir un effet excluant. La coupure constituée par l’échelon 225 est non seulement salariale, mais aussi symbolique : après une mobilisation syndicale, pendant les années 1990, les échelons ouvriers supérieurs à 225 permettaient une représentation syndicale dans le collège II, celui des cadres et techniciens. L’absence de représentation syndicale des femmes est ainsi aussi liée à leur position dominée dans la hiérarchie usinière. En revanche, les femmes se retrouvent seules au plus bas échelon des postes ouvriers (l’échelon 170) ; aucun homme n’est resté ainsi tout en bas de la hiérarchie usinière14. Pour les catégories administratives, exclusivement féminines, les carrières étaient moins stagnantes : en 2004, aucune femme ne se trouvait au plus bas échelon ; elles étaient réparties entre les échelons 225 et 285, mais aucune n’a réussi à passer dans un des trois échelons du haut de la hiérarchie15. Cette répartition correspond aux carrières de celles que nous avons interrogées : souvent elles entraient en tant qu’ouvrières en atelier, mais faire carrière signifiait obligatoirement quitter les postes ouvriers et passer dans l’administration, où elles se heurtaient néanmoins à un plafond de verre certain.

1.3. La structuration du marché de l’hétérosexualité à l’usine et pendant la mobilisation

  • 16 Je me concentre ici sur les relations hétérosexuelles car aucune relation homosexuelle ne m’a été r (...)

15Cette forte structuration sexuée des postes à l’usine, qui réserve certaines places tout en bas de la hiérarchie exclusivement aux femmes et d’autres, notamment de petit encadrement, exclusivement aux hommes, a une conséquence sur les relations possibles entre hommes et femmes de l’usine. Aucun homme ne peut avoir de relation sexuelle avec une femme faisant partie du petit encadrement parce qu’il n’y a aucune femme qui occupe un tel poste16. Par ailleurs, au même âge, statistiquement, ils n’occupent pas les mêmes postes, les hommes faisant carrière plus rapidement. Les couples socialement inégaux qui seront évoqués dans cet article sont ainsi le produit non pas d’une « domination consentie » par les femmes (Bozon, 1990a, 1990b), mais des rencontres et carrières possibles et socialement différenciées à l’usine. Cette structuration hiérarchique de l’espace des rencontres se poursuit dans l’espace des mobilisations. Si le licenciement collectif atténue certaines hiérarchies dans le temps de la mobilisation, l’histoire des dominations au travail est inscrite dans la mémoire et les corps des hommes et femmes mobilisés et organise la division du travail dans la grève. Un exemple particulièrement parlant de cette reproduction de l’ordre usinier dans la grève est l’organisation des piquets de grève devant l’usine sur le modèle des équipes en 3/8. Un autre exemple se trouve dans le travail de secrétariat pendant la mobilisation, dévolu aux secrétaires de l’usine. Un dernier exemple est fourni par deux des trois chefs d’ateliers mobilisés, qui ont réfléchi à un plan de reprise de l’usine à présenter à la direction et au Ministère. Un des deux plans s’appuyait sur un travail d’amélioration de l’efficacité de l’atelier, effectué trois ans auparavant par le même chef d’atelier dans le cadre de son travail.

16Comme la recherche l’a souligné fréquemment pour d’autres contextes (Zancarini, 1990 ; Renahy, 2015), beaucoup d’hommes et de femmes interrogés nous parlaient de l’usine comme d’une « grande famille ». Cette désignation est liée à la configuration démographique tout autant que familiale. Les salariés sont relativement âgés (l’âge moyen au moment de la fermeture est de 46,3 ans), avec une grande ancienneté dans l’usine (l’ancienneté moyenne est de 22,7 années et elle est significativement plus importante pour les hommes et femmes occupant des emplois subalternes que pour les cadres). Une grande partie d’entre eux sont entrés à l’usine avant l’âge de vingt ans, beaucoup ont d’autres membres de leur famille qui y sont employés. Approximativement un tiers de l’effectif (peut-être plus) est en couple avec quelqu’un qui travaille également à l’usine. Sur 117 personnes interviewées lors de l’enquête collective et employées à l’usine, il y a au moins 22 personnes différentes qui nous ont dit que leur conjoint ou conjointe travaillait également à l’usine. Cela fait 22 couples, ou 44 personnes dont nous avons rencontré un ou les deux partenaires. Parmi notre échantillon, il y a des personnes qui se sont mariées deux fois avec deux personnes différentes du même atelier, et des personnes qui ont été en couple légitime et illégitime avec d’autres personnes salariées de l’usine. La fermeture représente une véritable rupture dans la trajectoire professionnelle et personnelle non seulement d’individus, mais de couples et parfois de familles entières. Ce moment de rupture, et par la suite l’expérience du chômage, en quelque sorte la face négative du travail, son absence soudaine, entraînent ou vont de pair avec des processus de désengagement conjugal, ou de délitement du lien conjugal, mais peuvent également ouvrir des possibilités de relations extra-conjugales. Si des sexualités extra-conjugales existaient également avant la fermeture de l’usine, d’autres ont été engagées pendant la grève ou après la fermeture.

  • 17 Une précision s’impose quant à cette référence. Contrairement à ce qu’affirme Pierre Bourdieu dans (...)
  • 18 Entretien avec une salariée de cinquante ans, licenciée en même temps que son mari, juin 2010, effe (...)

17La présence des conjoints à la maison, le manque de valorisation par l’activité professionnelle, l’enfermement dans le lieu domestique sont des conséquences du chômage qui ont déjà été bien repérées (Jahoda et Zeisel, 1933, 198117, Demazière, 1995). Nombreux sont les couples licenciés ensemble qui m’ont fait part de leur difficulté à affronter cette situation « insupportable » d’enfermement avec l’autre, qui, dans certains cas, peut mener à des dépressions d’un, voire des deux partenaires18. Il y a bien quelques cas de chômage comme « débrouillardise », notamment huit ans après la fermeture de l’usine (Crunel et Frau, 2014), quand l’activité professionnelle est remplacée par des activités diverses : garde d’enfant et de petits-enfants, travail « à côté » (Weber, 2009 [1989]), activités de loisir comme la randonnée et les voyages, par exemple. Mais la plupart des couples rencontrés qui se sont fait licencier en même temps semblent davantage s’inscrire dans le modèle du « découragement », pour reprendre la typologie établie par Didier Demazière, Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata et Kurumi Sugita sur l’expérience du chômage (Demazière et al., 2013). Le chômage constitue ainsi une épreuve spécifique pour les couples licenciés ensemble. Cette épreuve peut fragiliser le lien conjugal ; elle peut amener à mettre en cause des normes, comme celle de la division du travail dans le couple, ou les faire évoluer vers une sexualité extra-conjugale, que celle-ci soit tolérée ou rejetée. Cette évolution des normes a des effets sur l’engagement politique, différenciés selon les hommes et les femmes.

2. Le genre de la sexualité

18Si les pratiques sexuelles sont les « résidus de l’enquête », les rumeurs en constituent en quelque sorte les rebuts. Davantage encore que les pratiques sexuelles, elles sont délaissées car impossibles à « prouver ». L’intérêt qu’on peut y porter consiste à prendre au sérieux leur existence même (Spacks, 1985 ; Adkins, 2017), leur analyse permettant d’avoir accès aux normes et croyances (Elias et Scotson, 1994 [1965]). Les commérages, réels ou sciemment faux, peuvent parfois influer sur la carrière d’hommes politiques, au point d’y mettre fin précipitamment — ce qui amène Claire Potter à affirmer que « l’histoire politique de la modernité doit tenir compte du pouvoir des ragots politiques et plus particulièrement des ragots sexuels sur les politiques » (Potter, 2014, p. 168). De qui parle-t-on, comment, dans quel contexte et avec quels jugements normatifs ? Et de qui ne parle-t-on pas ? En quoi ces commérages sont-ils genrés ? Comment interfèrent-ils avec les univers professionnel, politique et domestique ? Comment réagissent les personnes sur lesquelles portent les rumeurs ? L’analyse se concentre ici sur les commérages touchant à la sexualité, considérant qu’il s’agit de discours qui fantasment des pratiques et révèlent des représentations et des normes. Au cours de l’enquête collective, toute l’équipe s’est vue confrontée à la présence de discours sur les sexualités féminines transgressives (notamment les relations extra-conjugales ou l’existence de partenaires multiples) d’un nombre très réduit de femmes, avec à l’inverse une absence de commérages sur les sexualités masculines. Cela n’est pas le signe d’une absence de pratiques sexuelles masculines, mais bien de leur tolérance par tout le monde, enquêtés et enquêtées, mais également enquêteurs et enquêtrices. Souligner l’asymétrie de perception entre sexualités féminine et masculine, bien connue de la sociologie du genre et de la sexualité, a ensuite permis de définir ce qui est considéré par les hommes et femmes enquêtés comme appartenant à la sexualité et d’identifier les logiques de catégorisations morales des pratiques sexuelles. Les mêmes pratiques des femmes et des hommes sont qualifiées (par les hommes et les femmes) de « sexuelles » lorsqu’il est question dans les discours de l’implication des femmes, et rangées sous le registre euphémisé de la « blague » lorsqu’il est question de l’implication des hommes.

19Nous allons d’abord analyser les qualifications différentes des pratiques sexuelles masculines et féminines et les possibilités spécifiques ouvertes aux hommes soit de classer leurs propres pratiques parmi des pratiques non-sexuelles, soit de les valoriser, possibilités qui n’existent pas pour les femmes, comme nous le verrons dans une deuxième section.

2.1. Pratiques sexuelles des hommes : entre négation et normalisation des sexualités masculines

20Quand on compare les comportements sexuels des collègues masculins évoqués par les hommes et femmes enquêtés à ceux évoqués pour les femmes, on remarque une première différence importante : la drague, lorsqu’elle est le fait des hommes, n’appartient pas au registre de la sexualité, y compris quand elle est jugée lourde et provocante par les femmes enquêtées, comme nous pouvons le résumer dans le tableau 1. Les comportements d’habillement ou de relation avec les supérieurs hiérarchiques, comme le résume ce tableau, sont considérés comme sexuels uniquement pour les femmes. Dans ce cas, les choses sont assez simples : le corps, l’habillement ou les relations des femmes avec leurs supérieurs hiérarchiques (hommes) sont connotés sexuellement alors que le corps et l’habillement des hommes ne sont pas commentés et que des comportements des hommes (similaires à ceux des femmes) avec la hiérarchie féminine sont rabattus sur de la fatigue, ou une relation de complicité autre que sexuelle.

21Les choses apparaissent plus complexes lorsqu’on s’intéresse à la qualification des relations avec les collègues de l’autre sexe. Dans les interactions entre hommes et femmes salariés, il y a bien un comportement qui, paradoxalement, peut être considéré comme relevant de la sexualité pour les hommes et pas pour les femmes : « être trop à l’écoute ». La requalification des comportements en autre chose que la sexualité mobilise des stéréotypes genrés pour les femmes comme pour les hommes. Ainsi, une femme à l’écoute des hommes se fait-elle appeler « maman » par une partie des enquêtés, ce qui n’est pas le cas d’un homme particulièrement à l’écoute des femmes, qui sera plutôt considéré comme « dragueur ». Si la drague, comme on l’a déjà souligné, est qualifiée comme sexuelle de la part d’une femme, mais de « blague » quand il s’agit d’un comportement d’homme, un autre mécanisme se fait jour : la neutralisation de la référence sexuelle. On y réfère comme s’il s’agissait d’une blague comme une autre. Ce n’est que lorsqu’ils parlent entre eux des relations d’échange de tendresse entre un homme et une femme que les hommes qualifient d’emblée ces interactions comme sexuelles pour les hommes, tout autant que les inviter chez soi ou danser avec elles.

Tableau 1. Qualification par l’ensemble des enquêtés hommes et femmes des comportements de leurs collègues selon leur sexe

Qualifications…

… du corps, de l’habillement

… des relations avec des supérieurs hiérarchiques

… des relations avec des collègues
de l’autre sexe

Lorsqu’il ou elle parle des femmes

« Se faire belle », « se maquiller », « soigner ses habits », « être sexy »
=
à connotation sexuelle

« Être sur les genoux d’un homme », « sur un coin de table », « s’enfermer dans le bureau du chef »
=
à connotation sexuelle

« Être à l’écoute d’un homme »
=
à connotation maternelle

« Draguer » un homme
=
à connotation sexuelle

« Échanger des mots doux », « toucher un homme », « danser avec un homme », « inviter un homme chez soi »

OU

« Échanger des mots doux », « danser avec une femme », « inviter une femme chez soi »
= à connotation sexuelle

Lorsqu’il ou elle parle des hommes

Jamais évoqué pour les hommes

« Être sur un coin de table de la cheffe »
=
connoté comme de la fatigue, de la complicité, jamais comme sexuel

« Être (trop) à l’écoute d’une femme »
=
à connotation sexuelle

« Draguer, toucher une femme »
=
connoté comme blague

22Outre les qualifications genrées de différents comportements comme appartenant à la sexualité ou alors dont le caractère sexuel est neutralisé, les comportements qualifiés, voire revendiqués, comme sexuels n’ont pas la même valeur selon le sexe. Ainsi, certains comportements, quand ils sont pratiqués par des hommes, non seulement ne sont pas condamnés moralement, alors qu’ils le sont quand ils sont pratiqués par des femmes, mais ils sont justifiés par la disqualification sexuelle de la conjointe de celui qui les pratique. C’est le cas de Pierre, objet de multiples rumeurs propagées par les hommes et femmes enquêtés.

  • 19 Carnet de terrain, septembre 2012.

23Pierre est entré à l’usine à 18 ans, avec un CAP de soudeur. Son père travaillait comme contremaître à l’usine. Il occupe d’abord un poste d’OS, avant d’entrer dans l’atelier « entretien ». Il finit sa carrière comme chef d’équipe. Il a donc réussi à quitter un poste de salarié subordonné pour arriver avant le licenciement à un poste d’encadrement de proximité, à l’échelon néanmoins le plus bas des postes d’agent de maîtrise. Il est marié, père de trois enfants majeurs. Sa femme est connue à l’usine sans y avoir pour autant travaillé car elle est « du coin » et des membres de sa famille y ont travaillé. Pierre est réputé pour ses aventures sexuelles extra-conjugales régulières, dont nous entendons parler depuis le début de l’enquête. Quand il drague ouvertement, les hommes et femmes enquêtés le défendent : « il faut le comprendre, avec la femme qu’il a ». Les hommes considèrent qu’il est vigoureux sexuellement, les femmes le valorisent et plaisantent sur un ton librement sexuel avec lui. Quand des critiques sont exprimées, la femme de Pierre est évoquée de manière négative. Ainsi, plusieurs hommes et quelques femmes salariés jugent qu’elle est « difficile à vivre », et elle est de ce fait désignée comme la cause des pratiques sexuelles extra-conjugales du mari, qui n’aurait pas d’autre choix que d’aller voir ailleurs19.

24Le cas de Pierre souligne l’avantage, en termes de ressources professionnelles, dont disposait l’encadrement de proximité pour tisser ces relations, dans l’héritage de ce qu’on appelait autrefois le « droit de cuissage », forme de domination des hommes sur les femmes qui leur sont subordonnées dans le cadre des rapports de production (Louis, 1994 ; Boureau, 1995). Alors que dans d’autres contextes le « droit de cuissage » peut être dénoncé par les femmes comme par les hommes (Cartier et Retière, 2008), dans celui-ci les liens de subordination dans lesquels s’inscrivaient les relations sexuelles extra-conjugales de Pierre ne sont jamais évoqués. Contrairement aux femmes, qui sont étroitement surveillées et dont les relations sexuelles sont explicitement inscrites dans les hiérarchies de l’usine (et critiquées sur ce point), les relations sexuelles de Pierre sont mentionnées comme si elles avaient lieu dans un vide hiérarchique.

  • 20 Entretien collectif avec deux employées d’une cinquantaine d’années, octobre 2017.
  • 21 Entretiens avec une ouvrière de cinquante ans, mars 2010, et avec un ouvrier de cinquante-quatre an (...)
  • 22 Entretien collectif avec deux employées d’une cinquantaine d’années, octobre 2017.
  • 23 Entretien avec une ouvrière de cinquante ans, mars 2010, effectué avec Fanny Tourraille ; observati (...)

25Par ailleurs, les pratiques sexuelles constituent un facteur de reproduction des inégalités. La mobilisation contre la fermeture de l’usine en constitue un exemple, car les interactions sont alors façonnées à la fois par les enjeux hiérarchiques liés à la division du travail et par les enjeux liés à l’engagement et aux prises de position politiques et de leadership dans le groupe ainsi que par les enjeux sexuels et de séduction. Étant donné la division hiérarchique genrée du travail, les engagements sexuels changeants des hommes, qui occupent les postes d’encadrement, n’ont pas de conséquence sur leur position professionnelle ou politique, ni sur leurs carrières, que celle-ci soit militante ou professionnelle. Ainsi, aucun homme ne démissionne de son poste après une relation sexuelle avec une femme, aucun ne nous dit avoir subi un changement d’atelier après une relation sexuelle avec une supérieure hiérarchique, alors que deux femmes ont mentionné le fait qu’elles-mêmes ou une collègue ont dû changer d’atelier après une relation sexuelle avec leur responsable20. Aucun homme ne nous confie avoir quitté le mouvement après une rupture amoureuse pour ne pas y rencontrer son « ex », alors qu’une ouvrière et un ouvrier ont explicitement mentionné une telle configuration pour une femme21. Tout se passe comme si les hommes arrivaient à séparer symboliquement la sphère politique et professionnelle de leurs pratiques sexuelles ou alors comme si, pour eux, il était admis qu’il s’agisse de deux sphères séparées. La réciproque n’est pas vraie pour les quelques femmes qui se permettent une liberté sexuelle et qui en parlent en entretien : si une relation avec un supérieur hiérarchique ou un leader du mouvement politique peut avoir comme conséquence dans le premier cas d’obtenir un poste convoité ou dans le deuxième cas de participer de manière plus importante aux décisions politiques du mouvement, la fin de cette relation entraîne pour ces femmes un retour aux positions professionnelles et politiques antérieures, voire un changement de poste dans l’usine22. Ces constats rejoignent ceux d’autres recherches : l’imposition d’un changement de poste aux femmes qui ont des relations sexuelles avec des collègues masculins a été également soulignée par Christine Williams, Patti Giuffre et Kirsten Dellinger (Williams et al., 1999). Ces formes de conséquences à plus long terme des interactions sexuelles se retrouvent dans la mobilisation politique. Ainsi, certaines finissent par quitter complètement le mouvement après l’expérience de relations sexuelles extra-conjugales avec des hommes très engagés dans la mobilisation, afin d’éviter de les rencontrer, mais aussi pour ne pas mettre en danger le foyer et apaiser des tensions conjugales23.

  • 24 Carnet de terrain, octobre 2017.

26Ce constat permet de contribuer à la déconstruction du mythe selon lequel les femmes feraient carrière grâce à leurs relations sexuelles avec leurs supérieurs hiérarchiques et non à cause de leurs compétences techniques ou intellectuelles. Si une riche tradition de recherche a depuis longtemps critiqué ce mythe, il s’avère néanmoins tenace sur le terrain, notamment dans un contexte où l’encadrement de proximité des ouvrières et employées est exclusivement masculin. L’expression « faire carrière par le cul » est ainsi utilisée par deux enquêtés pour désigner une salariée qui a eu une relation sexuelle ouverte avec son supérieur hiérarchique direct24. Or, si cette salariée a en effet bénéficié entre autres d’une augmentation de salaire et a pu changer de poste (ce qui pourrait se justifier par ses compétences), il s’agit d’une position temporaire qui, construite sur la dépendance à l’autorité d’un homme, peut se transformer rapidement en un désavantage professionnel ou politique.

  • 25 Le « care » est le « souci des autres » ; le travail du care désigne donc l’activité qui consiste à (...)

27Ainsi, les moments où les hommes engagés changent de partenaire correspondent à des moments d’engagement et de désengagement politique, associatif et professionnel des femmes : elles entrent dans la mobilisation ou intensifient leur engagement politique tout autant qu’elles s’impliquent davantage dans le travail à l’usine en même temps qu’elles s’engagent dans des relations sexuelles avec des hommes ; mais quand ces relations se rompent, c’est elles qui subissent les conséquences professionnelles ou militantes de la rupture. Le fait qu’elles réalisent une grande partie du travail de care25, aussi bien au sein du mouvement politique qu’au sein de l’espace familial et domestique (Dunezat, 2017), contribue à ce désengagement précoce de l’activité politique (Oeser et Tourraille, 2012). Ainsi elles quittent la mobilisation ou se font transférer d’un atelier à un autre, par exemple, quand elles ne subissent pas un licenciement (Williams et al., 1999). Si la situation exceptionnelle de la mobilisation collective, des nuits passées ensemble, et la consommation accrue d’alcool, augmentent les opportunités sexuelles de manière équivalente pour les hommes et les femmes et si la mobilisation politique, l’engagement et la sexualité sont étroitement liés, ces opportunités ne prennent pas la même signification si on est un homme ou une femme. Stigmates pour les unes, elles sont ignorées, voire valorisées pour les autres. Quand ceux-ci jouissent par ailleurs d’une réputation professionnelle et technique forte, ces opportunités sexuelles peuvent même devenir un moyen d’asseoir leur pouvoir, que ce soit à l’usine ou dans la mobilisation. Nous allons maintenant voir comment les pratiques sexuelles féminines constituent tout à la fois un moyen d’émancipation pour les femmes et un outil de répression de la part de leurs maris ainsi que du collectif.

2.2. Pratiques sexuelles des femmes : transgressions sous contrainte

« Après un délicieux repas bien arrosé, Henri et Marie nous parlent de Gaëlle. Ils n’en parlent pas en bien. Je leur pose des questions pour savoir ce qui, au juste, les gêne chez Gaëlle. Henri estime que c’est une “nymphomane chez qui les hommes défilent” ; elle épuiserait tous les hommes ; ils buvaient dans le bar en bas de chez elle, puis ils montaient chez elle et redescendaient les uns après les autres. Ils racontent une soirée qu’ils ont passée à quatre il y a une dizaine d’années, avec le compagnon de l’époque de Gaëlle, François. C’est Henri qui prend la parole pour relater la soirée. Il insiste sur le fait qu’il était tard, très tard, que Marie et François s’étaient plus ou moins endormis sur le canapé, et que Gaëlle l’a dragué. Elle a fini sur ses genoux, en lui présentant sa poitrine généreuse… Il parle devant sa femme comme si Gaëlle l’avait obligé à accepter de l’avoir sur ses genoux, mais qu’il s’était défendu héroïquement de ses avances inacceptables. Tous les deux critiquent explicitement le comportement de Gaëlle, mais également le fait que François se soit endormi dans la pièce à côté, acceptant ainsi silencieusement et en se retirant (avec Marie tout de même) le comportement sexuel peu conforme de sa compagne » (Carnet de terrain, notes prises après le repas, février 2012 ; observation réalisée avec Guillaume Lejeune).

28Ce récit interroge à plusieurs égards. Premièrement, le récit de l’interaction contient plusieurs indications sur le fait que la situation n’a pas dû tant déplaire à Henri, ouvrier d’une cinquantaine d’années. Il passe la soirée avec nous à faire des remarques sur les décolletés des femmes et sur celui de Gaëlle — ouvrière d’une quarantaine d’années, sans enfant et en vie maritale avec François au moment de cette histoire — ce soir-là, signifiant qu’il l’a bien regardé. Il décrit en détail à mon co-enquêteur les différentes parties de son corps. Par ailleurs, que François et Marie s’endorment sur le canapé dans la pièce à côté semble suggérer que les deux couples se connaissent intimement. Nous ne savons pas exactement — et ne saurons jamais — ce qui s’est passé ce soir-là entre les quatre protagonistes impliqués dans ce jeu ambigu et qui étaient, selon les dires d’Henri, bien alcoolisés. Dans la version la plus « soft », il y a eu drague entre Henri et Gaëlle ; il est aussi possible qu’il y ait eu un échange de couples. Peu importe la réalité des relations sexuelles entre les quatre personnes, il n’est question dans la conversation que d’une seule personne « fautive » : Gaëlle. Cette présentation de la situation a une double efficacité ; elle permet au couple de Marie et Henri de sauver la face dans la conversation à quatre, à la fois envers nous, enquêteurs universitaires paraissant « sérieux » pendant l’enquête, et entre eux en public, en se présentant comme les membres d’un couple fidèles l’un à l’autre. À l’image des rumeurs sur J. Edgar Hoover, qui, plus que nous renseigner sur ses pratiques sexuelles, nous donnent des indications sur les normes sexuelles qui les encadrent (Potter, 2014, p. 172), les rumeurs sur Gaëlle constituent un indicateur des normes sociales et sexuelles qui s’appliquent à certaines femmes de l’usine : celles avec « une réputation », qui renvoie au stigmate de la « pute » accolé aux femmes libres sexuellement (Willis, 2011 [1977] ; Pheterson, 2003 ; Tabet, 2005). Plus récemment, Isabelle Clair souligne à ce sujet pour les quartiers populaires sur lesquels elle a enquêté : « ainsi, la première cause d’exclusion pour les filles, c’est qu’on puisse les imaginer sans entrave sexuelle, se laissant aller à une sexualité visible, active et en dehors de cadres contraignants » (Clair, 2012, p. 69).

  • 26 Entretien avec Gaëlle, décembre 2012.

29Gaëlle est issue d’une famille ouvrière installée dans la région depuis des générations et dont plusieurs membres sont passés par l’usine. Sa mère a travaillé dans une autre usine, son père était également ouvrier. Elle est issue d’une famille de cinq enfants. Sa vie sexuelle et amoureuse fait l’objet de beaucoup de rumeurs. Elle-même m’a parlé de deux conjoints successifs, François, dont il est question dans l’extrait plus haut, et David, son conjoint au moment de l’enquête, avec qui elle a deux enfants. Entrée à l’usine à 21 ans en tant qu’OS — ses deux cousines y travaillaient —, elle en est licenciée à 50 ans. Elle a travaillé en atelier de moulage, dans une équipe presque exclusivement masculine, qu’elle surnomme « une famille », laissant ainsi transparaître des relations affectives fortes au travail. Elle a une position particulière dans cet atelier, en tant que seule jeune femme. Ses rapports avec ses collègues masculins dans l’usine (comme plus tard dans la grève) reposent beaucoup sur la séduction : elle raconte en riant comment les hommes lui tiennent l’escabeau et regardent sous sa jupe26.

  • 27 Entretien avec Michelle, employée de cinquante-sept ans, octobre 2017.
  • 28 Entretien avec Michelle, octobre 2017.
  • 29 Durant la semaine de terrain d’octobre 2017, quatre femmes et deux hommes m’ont confirmé cette imag (...)

30Elle n’est pas la seule femme à parler des moments à l’usine codés comme « relations de séduction » et rapidement transformés, dans les discours, comme rapports à la « sexualité ». Mais elle est une des rares femmes à en rire. Une de ses copines, Céline, a, comme elle, « une réputation ». Contrairement à Gaëlle, elle travaille sur un poste administratif avec trois autres femmes. Regardons comment l’une des collègues de Céline la décrit. Michelle, mariée avec quatre enfants, juge que Céline était « toujours très coquette » (elle-même se décrit par contraste comme « très discrète »)27. Cette coquetterie passait notamment dans des décolletés profonds, des cheveux arrangés, un maquillage toujours parfait, suscitant la désapprobation de ses trois collègues femmes, mais également de certains hommes. Michelle insiste : « Elle avait le temps et l’argent pour aller se faire belle une fois par semaine chez le coiffeur. Et le chef [qui est un homme] lui regardait le décolleté »28. D’autres, autant des hommes que des femmes, racontent que les occasions ne manquaient pas de trouver Céline assise sur le bureau du chef, voire celui du « chef du chef », en conversation détendue avec lui, sous-entendant qu’elle préparait une « promotion canapé »29.

  • 30 Il s’agit d’expressions utilisées par les hommes et femmes enquêtés rapportées dans mes notes de te (...)

31Ces exemples de Céline et de Gaëlle nous renseignent sur les représentations les plus courantes de la sexualité des femmes à l’usine, que Paul Willis a résumées dans l’exigence paradoxale qui consiste à attendre des femmes qu’elles soient sexuellement désirables sans attendre d’elles qu’elles soient sexuellement expérimentées (Willis, 2011 [1977], p. 77-84). « Se faire belle », « se maquiller », « se soigner » ; mais aussi « être sexy », « avoir un décolleté », « engager des conversations avec les chefs » ; « être sur les genoux d’un homme », « draguer », « échanger des mots doux », « toucher un homme » sont des comportements répertoriés comme « sexuels » pour les femmes de l’usine, que ce soit avant ou après la fermeture30. Contrairement à certains emplois, comme la restauration (Giuffre et Williams, 2019 [1994]) ou l’hôtellerie (Adkins, 1992), dans lesquels les « tenues sexy » et parfois même des services sexuels font partie du contrat de travail implicite mis en place à l’embauche d’une femme, à l’usine le flirt avec les supérieurs hiérarchiques constitue une transgression des règles sexuelles implicites que s’imposent les ouvrières et employées. Ici, les comportements de Céline et Gaëlle sont considérés par leurs collègues, hommes et femmes, comme une « provocation » et désapprouvés, notamment en tant que « stratégies pour faire carrière par le cul ». Le cas de Gaëlle souligne le fait qu’il n’y a pas besoin, pour les femmes, d’avoir des relations sexuelles pour acquérir une « réputation », fait qui a également été constaté pour les adolescentes : nul besoin d’avoir des conduites sexuelles transgressant les normes pour être stigmatisée comme « pute » (Clair, 2012). Mais il ne suffit pas qu’elles prennent soin de leur corps et n’hésitent pas à mettre des vêtements considérés comme « sexy ». C’est précisément la définition de ce « sexy » qui semble centrale. Pour les autres femmes, celles qui n’ont pas de « réputation », la douceur et l’écoute, mais aussi le fait de « se faire belle » ou de se maquiller pour aller au travail, ne font pas partie des comportements étiquetés comme « sexuels » mais comme « maternels » ou « professionnels ». J’ai par ailleurs noté dans mon carnet, en arrivant sur le terrain en janvier 2010, que les femmes rencontrées avaient une apparence particulièrement soignée. Ce n’est donc pas tant la position professionnelle (ouvrière/employée), ni la structure sexuée du lieu de travail (une femme en atelier masculin ; un bureau de femmes), ni la configuration familiale (l’une est célibataire, l’autre en couple avec enfants), ni les pratiques d’habillement, qui jouent seules sur la réputation des femmes. Pour être objet d’une « réputation » négative, la manière de s’habiller doit être combinée à des interactions avec des hommes supérieurs hiérarchiques. On peut se demander s’il s’agit ici aussi d’une manière genrée d’activer une norme ouvrière de distance aux chefs (valable pour les hommes et les femmes), de refus du fayotage, dont la transgression suscite une forme spécifique de stigmatisation sexuelle pour les femmes. Pour Gaëlle et Céline, le fait d’avoir abandonné ce que Paul Willis (2011 [1977], p. 81) appelle un « modèle amoureux courtois moderne et enfantin » et d’assumer une expérience sexuelle autonome, que ce soit en pratique ou par la parole, leur vaut une réputation qui, une fois établie, transforme toutes les interactions avec des collègues masculins en « preuves » de sexualité débridée.

32Gaëlle utilise la séduction comme une arme, au travail et dans l’engagement politique, sans pour autant avoir un discours à ce sujet. Malgré les paroles méprisantes sur ses pratiques, Gaëlle est toujours bienvenue, sa sociabilité est intense. Sa participation au mouvement est constante dans la durée. Les nuits passées devant l’usine sont l’occasion de nouer des relations de séduction avec des salariés qu’elle ne connaissait pas avant la mobilisation. Ces moments de partage d’intimité, collective mais aussi à deux, permettent de sortir des relations uniquement de travail pour instaurer une complicité fondée dans l’engagement politique pour un but commun : la sauvegarde de l’emploi. Avec son rapport « libre » à son corps, ses pratiques de séduction avec les camarades de lutte, Gaëlle « met l’ambiance » pendant les nuits devant l’usine. Elle en retire des rétributions en termes de capital de sympathie notamment, qui valent non seulement pour elle, mais également pour le collectif. Rire partagé, alcool et manque de sommeil instaurent une atmosphère d’exception, où la sexualité extra-conjugale devient imaginable pour les uns, pratiquée par les autres, et peut inciter certains hommes et femmes à rester plus longtemps devant l’usine, dans l’espoir de relations sexuelles davantage fantasmées que réelles. Ce qui est considéré comme une transgression insupportable pour une femme dans le cadre professionnel ou le quotidien devient possible, voire une ressource politique, dans le cadre de la mobilisation. C’est le double soutien de David, la tolérance pour les pratiques de séduction de sa compagne, mais également son implication dans la garde des enfants, qui permettent la double contestation, sexuelle et politique, de Gaëlle.

  • 31 Conversation informelle avec Gaëlle, décembre 2012.

33Néanmoins, ce soutien est conditionnel : lorsque le climat familial se tend, David demande qu’elle se désinvestisse de la mobilisation, ce qui est difficile pour elle. Gaëlle souligne en entretien qu’une fois l’usine fermée et la lutte terminée, moralement cela lui faisait du bien de revoir ses collègues de travail lors d’occasions militantes31. Le fait que David ait retrouvé du travail rapidement après son licenciement renforçait pour Gaëlle le sentiment de son propre échec dans ce domaine. Elle était seule à devoir rester à la maison quand son mari reprenait une activité professionnelle (et un poste à responsabilités qui plus est), ce qu’elle vivait mal. Elle tente de compenser cette situation par une activité de formation et un engagement politique redoublé. Mais parallèlement, elle éprouve un sentiment de culpabilité envers ses devoirs conjugaux et parentaux.

34Les deux conjoints connaissent une situation d’hypogamie masculine (ou d’hypergamie féminine) tout à fait typique des couples de l’usine : les hommes occupent des positions parfois légèrement, parfois considérablement supérieures dans la hiérarchie usinière, à la fois collectivement (ils occupent statistiquement des échelons plus élevés que les femmes à l’intérieur de chaque catégorie professionnelle) et spécifiquement, à l’intérieur des couples. Cet écart social, salarial et hiérarchique dans les positions professionnelles au sein du couple pèse de manière redoublée au moment du licenciement ; il se creuse avec un chômage prolongé, entrecoupé de petit boulots pour Gaëlle, et une promotion poursuivie du côté de David, qui fait partie des rares salariés (tous des hommes) dont la carrière n’a pas fondamentalement souffert de la fermeture de l’usine. Séduction, camaraderie et sexualités constituent un continuum de pratiques qui permettent de renforcer l’estime de soi et l’engagement dans la mobilisation, mais peuvent aussi constituer des appuis dans la recherche d’emploi.

3. Conclusion : genre et classe au travail, dans la conjugalité et en politique

35Dans un contexte professionnel de licenciement collectif et de mobilisation pour la sauvegarde de l’emploi, j’ai cherché à montrer l’intérêt que peut avoir l’entrée par les pratiques sexuelles et les affects qui leur sont liés pour analyser l’expérience d’un licenciement, les relations professionnelles avant cette expérience et l’engagement politique pour la sauvegarde de l’emploi. Le licenciement comme moment de mise en cause des normes conjugales, tout autant que de crispation de ces normes, révèle en creux l’imbrication de l’espace du travail, de la mobilisation et de l’ordre domestique. La mobilisation des hommes et femmes licenciés permet d’aborder leurs représentations de la sexualité comme univers genré qui contribue à une division sexuée du travail militant tout autant qu’il est façonné par la division sexuée du travail dans l’usine.

36L’analyse a montré comment les pratiques sexuelles construisent non seulement des hommes et des femmes mais renforcent ou mettent en cause également les hiérarchies usinières et les pratiques de l’engagement politique. Ainsi, les pratiques sexuelles et les affects qui leur sont liés ont des répercussions sur l’espace des revendications militantes et syndicales, les espaces professionnel, associatif et domestique. Pour reprendre, en l’appliquant à la sexualité, l’approche que les féministes ont forgée pour le travail, l’espace domestique n’est pas seulement le lieu où se négocie la division du travail qui aura, spécifiquement pour les femmes, des conséquences sur leur engagement dans d’autres espaces (professionnel et politique), mais également celui où se négocient les relations sexuelles, qu’elles soient monogames ou à multiples partenaires, qui ont à leur tour des effets directs sur les activités professionnelles et politiques. Qu’elles servent de porte d’entrée à l’engagement militant ou de prétexte aux conjoints pour empêcher celui-ci, les pratiques sexuelles des femmes restent vulnérables aux tentatives d’emprise masculine. Elles souffrent également davantage des conséquences des rumeurs leur attribuant une mauvaise réputation sexuelle, que ce soit professionnellement ou pour leurs activités militantes. Le licenciement peut avoir des conséquences paradoxales sur l’équilibre conjugal ; il peut constituer l’occasion d’une évolution des normes et d’une reconfiguration notamment en termes de division du travail, ouvrir des possibilités de relations extra-conjugales comme fermer celles-ci et aboutir à une surveillance masculine accrue. Si l’union libre et les cohabitations et sexualités pré- et hors mariage ont existé depuis longtemps en milieu ouvrier (Jaspard, 2017, p. 49), ces pratiques ne constituent pas pour autant des normes revendicatives de liberté sexuelle. Cette liberté existe donc en pratique (les enfants conçus hors mariage en témoignent), mais elle reste contestée, et fortement marquée par l’asymétrie de genre.

Haut de page

Bibliographie

Adkins, L., 1992, « Sexual work and the employment of women in the service industries », The Sociological Review, vol. 39, n° 1, p. 207-228.

Adkins, K., 2017, Gossip, Epistemology and Power: Knowledge Underground, Palgrave Macmillan, Cham.

Avril, C., 2018, « Sous le care, le travail des femmes de milieux populaires. Pour une critique empirique d’une notion à succès », in Maruani, M., Je travaille, donc je suis. Perspectives féministes, La Découverte, Paris, p. 205-216.

Bajos, N., Bozon M., 2008, La Sexualité en France. Pratiques, genre et santé, La Découverte, Paris.

Bargel, L., Fassin, E., Latté, S., 2013, « Illegitimate affairs: the sex of politics and the politics of sex in French contemporary politics », Current Sociology, vol. 61, n° 5-6, p. 661-676.

Béliard, A., Eideliman, J.-S., 2008, « Au-delà de la déontologie. Anonymat et confidentialité dans le travail ethnographique », in Bensa, A., Fassin, D. (dir.), Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, La Découverte, Paris, p. 123-141.

Boureau, A., 1995, Le droit de cuissage. La fabrication d’un mythe, XIIIe-XXe siècles, Albin Michel, Paris.

Bozon, M., 1990a, « Les femmes et l’écart d’âge entre conjoints : une domination consentie. I. Types d’union et attentes en matière d’écart d’âge », Population, vol. 45, n° 2, p. 327-360.

Bozon, M., 1990b, « Les femmes et l’écart d’âge entre conjoints : une domination consentie. II. Modes d’entrée dans la vie adulte et représentations du conjoint », Population, vol. 45, n° 3, p. 565-602.

Bozon, M., 2009, « Comment le travail empiète et la famille déborde. Différences sociales dans l’arrangement des sexes », in Pailhé, A., Solaz, A., Entre famille et travail, des arrangements de couple aux pratiques des employeurs, La Découverte, Paris, p. 29-54.

Bozon, M., Héran, F., 1987, « La découverte du conjoint. Évolution et morphologie des scènes de rencontre », Population, vol. 42, n° 6, p. 943-985.

Broqua, C., Fillieule, O., 2001, Trajectoires d’engagement : Aides et Act Up, Textuels, Paris.

Buscatto, M., Marry, C., 2009, « “Le plafond de verre dans tout ses éclats”. La féminisation des professions supérieures au XXe siècle », Sociologie du travail, vol. 51, n° 2, p. 170-182 [en ligne : https://journals.openedition.org/sdt/16326].

Cartier, M., Retière, J-N., 2008, « Écrits d’hier et dits d’aujourd’hui sur le sexe dans les Tabacs », in Arborio, A.-M., Cohen, Y., Fournier, P., Hatzfeld, N., Lomba, C., Muller, S. (dir.), Observer le Travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, La Découverte, Paris.

Caveng, R., Darbus, F., 2016, « Unfit for interpretation? A second look at Research Residuals », Bulletin de méthodologie sociologique, n° 131, p. 5-14.

Chaperon, S., 2001, « Histoire contemporaine des sexualités : ébauche d’un bilan historiographique », Cahiers d’histoire, numéro spécial « Sexualités et dominations », n° 84, p. 5-22.

Clair, I., 2012, « Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel », Agora débat-jeunesse, vol. 60, n° 1, p. 67-78.

Clair, I., 2013, « Pourquoi penser la sexualité pour penser le genre en sociologie ? Retour sur quarante ans de réticences », Cahiers du genre, n° 54, p. 93-120.

Clair, I., 2015, Sociologie du genre, Armand Colin, Paris.

Collectif du 9 août, 2017, Quand ils ont fermé l’usine. Lutter contre la délocalisation dans une économie globalisée, Agone, Marseille.

Crunel, B., Frau, C., 2014, « Devenir chômeur », Sociologies pratiques, vol. 28, n° 1, p. 75-85.

Debauche, A., Lebugle, A., Brown, E., Leibowicz, T., Mazuy, M., Charruault, A., Dupuis, J., Cromer, S., Hamel, C., 2017, « Présentation de l’enquête Virage et premiers résultats sur les violences sexuelles », document de travail INED n° 229 [en ligne : https://virage.site.ined.fr/fichier/s_rubrique/20838/doc.travail_2017_229_violences.sexuelles_enquete.virage_1.fr.fr.pdf].

Demazière, D., 1995, Sociologie du chômage, La Découverte, Paris.

Demazière, D., Araujo Guimaraes, N., Hirata, H., Sugita, K., 2013, Être chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo, Presses de Sciences Po, Paris.

Dunezat, X., 2017, « L’articulation entre travail domestique et travail militant. Le cas des “mouvements de sans” en France », Recherches féministes, vol. 30, n° 2, p. 255-275.

Elias, N., Scotson, J., 1997 [1965], Logiques de l’exclusion : enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Fayard, Paris, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat.

Giuffre, P.A., Williams, C.L., 2019 [1994], « Où placer la ligne rouge ? La qualification du harcèlement sexuel dans les restaurants », Sociologie du travail, vol. 61, n° 3 [en ligne : https://journals.openedition.org/sdt/21206].

Hamel, C., Brown, E., Cavalin, C., Cromer, S., Debauche, A., Lebugle, A., Mazuy, M., 2014, « Enquête Virage. Violences et rapports de genre, Contextes et conséquences des violences subies par les femmes et les hommes », document de travail INED n° 212 [en ligne : https://virage.site.ined.fr/fichier/s_rubrique/20838/212_genre_violence.fr.pdf].

Hamel, C., Debauche, A., Brown, E., Lebugle, A., Lejbowicz, T., Mazuy, M., Charruault, A., Cromer, S., Dupuy, J., 2016, « Viols et agressions sexuelles en France, premiers résultats de l’enquête Virage », Populations et sociétés, n° 538, p. 1-4.

Jahoda, M., Zeisel, H., 1933, Die Arbeitslosen von Marienthal, Hirzl, Leipzig [édition française : Lazarsfeld, P., Jahoda, M., Zeisel, H., 1981, Les chômeurs de Marienthal, Éditions de Minuit, Paris, traduit de l’allemand et présenté par Françoise Laroche, préface de Pierre Bourdieu].

Jaspard, M., 2005, Les violences contre les femmes, La Découverte, Paris.

Jaspard, M., 2017, Sociologie des comportements sexuels, La Découverte, Paris, troisième édition.

Jaspard, M., Brown, E., Condon, S., Fougeyrollas-Schwebel, D., Houel, A., Lhomond, B., Maillochon, F., Saurel-Cubizolles, M-J., Schiltz, M-A., 2003, Les violences envers les femmes en France, une enquête nationale, La Documentation française, Paris.

Jérôme, V., 2014, « Les liaisons (in)fructueuses. Effets différenciés des conjugalités et des sexualités sur la professionnalisation politique des militants verts », Politix, n° 107, p. 143-160.

Le Renard, A., 2010, « Partager les contraintes de genre avec les enquêtées. Quelques réflexions à partir du cas saoudien », Genèses, n° 81, p. 128-141.

Levêque, S., Matonti, F. (dir.), 2014, numéro spécial « Politiques sexuelles », Politix, n° 107, p. 9-191.

Louey, S., Schütz, G., 2014, « Les effets de la mixité au prisme du corps et de la sexualité. Les hommes dans les métiers d’accueil », Travail et emploi, n° 140, p. 5-19.

Louis, M.-V., 1994, Le Droit de cuissage : France, 1860-1930, Éditions de l’Atelier et Éditions ouvrières, Paris.

MacKinnon, C.A., 1979, Sexual Harassment of Working Women: a Case of Sex Discrimination, Yale University Press, New Haven.

MacKinnon, C.A., 1982, « Feminism, Marxism, Method and the State: An Agenda for Theory », Signs, n° 7, p. 515-541.

Matonti, F., 2017, Le genre présidentiel. Enquête sur l’ordre des sexes en politique, La Découverte, Paris.

Mayer, S., 2012, « Lieux de prostitution. Une analyse sociologique de la prostitution de rue à Luxembourg », Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris Nanterre, Nanterre.

Molinier, P., 2013, Le travail du care, La Dispute, Paris.

Müller, R., 2008, Marienthal. Das Dorf – Die Arbeitslosen – Die Studie, StudienVerlag, Innsbruck, Wien, Botzen.

Oeser, A., Tourraille, F., 2012, « Politics, Work and The Family », Modern and Contemporary France, n° 22, p. 203-219.

Pheterson, G., 2003, Le prisme de la prostitution, L’Harmattan, Paris.

Pitti, L., 2020 [à paraître], Algériens au travail, une histoire coloniale. Enquête sur les travailleurs immigrés de l’industrie automobile dans la France des « Trente glorieuses », Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Potter, C., 2014, « Queer Hoover ? Sexe, mensonge et histoire politique », Politix, n° 107, p. 161-191.

Renahy, N., 2015, « Le village à l’usine. Trajectoires ouvrières et mise à distance de la hiérarchie », Sociétés contemporaines, n° 99-100, p. 66-80.

Roux, S., 2013, « Les économies de la prostitution. Sociologie critique du tourisme sexuel en Thaïlande », Thèse de doctorat en sociologie, École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Roy, D., 2006 [1974], « Le sexe à l’usine. Relations hétérosexuelles informelles entre les chefs d’équipe et leurs groupes de travail », in Roy, D., Un sociologue à l’usine, La Découverte, Paris, p. 189-220.

Rubin, G., 2010, Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Epel, Paris.

Spacks, P.-M., 1985, Gossip, Alfred A. Knopf, New York.

Spira, A., Bajos, N. et le groupe ACSF, 1993, Les comportements sexuels en France. Rapport au ministre de la Recherche et de l’Espace, La Documentation française, Paris.

Schwartz, O., 2002 [1990], Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Presses universitaires de France, Paris.

Tabet, P., 2005, La grande arnaque : sexualité des femmes et échange économico-sexuel, L’Harmattan, Paris.

Trachman, M., 2011, « Des hétérosexuels professionnels. Genre, sexualité et division du travail dans la pornographie française, 1975-2010 », Thèse de doctorat en sociologie, École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Weber, F., 2005, Le nom, le sang, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, Au lieu d’être, La Courneuve.

Weber, F., 2009 [1989], Le travail à-côté. Une ethnographie des perceptions, Éditions de l’EHESS, Paris.

Williams, C.L., Giuffre, P.A., Dellinger, K., 1999, « Sexuality in the workplace. Organizational Control, Sexual Harrassment and the Pursuit of Pleasure », Annual Review of Sociology, n° 25, p. 73-93.

Willis, P., 2011 [1977], L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers, Agone, Marseille.

Wittig, M., 2013, La pensée straight, Éditions Amsterdam, Paris.

Zancarini, M., 1990, « La Famille Casino. Saint-Étienne (Loire), 1920-1960 », in Lequin, Y., Vandecasteele, S. (dir.), L’usine et le bureau. Itinéraires sociaux et professionnels dans l’entreprise, XIXe et XXe siècles, Presses universitaires de Lyon, Lyon, p. 57-73.

Zancarini-Fournel, M., 1996, « Une “vieille histoire” ? », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n° 3 [en ligne : http://clio.revues.org/458].

Haut de page

Notes

1 Elle est notamment au cœur des théories féministes ; voir par exemple MacKinnon, 1979, 1982 ; Tabet, 2005 ; Rubin, 2010 ; Wittig, 2013.

2 En témoignent par exemple la création du master « genre, politique et sexualité » à l’EHESS en 2005 et celle de la revue Genre, sexualité et société en 2009. Les recherches sur la sexualité se sont également développées dans le champ des études gaies, lesbiennes et queer, et ont bénéficié d’un soutien institutionnel depuis le début des années 1990 dans le contexte de l’épidémie du SIDA (voir par exemple Spira et al., 1993 ; Bajos et Bozon, 2008 ; Bozon, 2009).

3 Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (voir Jaspard et al., 2003 ; Jaspard, 2005).

4 Enquête Violences et rapports de genre (voir Hamel et al., 2014, 2016 ; Debauche et al., 2017).

5 L’équipe de recherche était constituée d’un « noyau dur », qui a également participé à l’écriture du livre collectif (Olivier Baisnée, Anne Bory, Bérénice Crunel, Eric Darras, Caroline Frau, Jérémie Nollet, Alexandra Oeser, Yohan Selponi, Audrey Rouger : voir Collectif du 9 aout, 2017), et de trois promotions d’étudiantes et étudiants du Master II de recherche SoPoReC de l’IEP de Toulouse (2009-2010, 2010-2011 et 2011-2012) qui ont participé à l’enquête de terrain. Celle-ci a été financée par l’Agence nationale de la recherche (ANR), via le programme de recherche « SHS jeunes chercheurs et chercheuses ». Il s’agit du projet ANR Mondex (2011-2015), que j’ai coordonné.

6 Amélie Le Renard (2010) a réalisé une revue de littérature sur la question des effets du sexe de l’enquêteur ou de l’enquêtrice sur le déroulement de l’enquête et l’analyse des contraintes de genre et des relations raciales sur le terrain (j’utilise ici la notion de relations raciales dans le sens américain et constructiviste de « race relations »).

7 Des « cas limites » sont des cas qui permettent aux chercheurs et chercheuses, précisément par leur caractère exceptionnel, de voir des choses autrement difficiles à voir. Ainsi, le cas de « Bérénice à trois pères » (une jeune femme qui a un père biologique, un père juridique et un père du quotidien) permet-il à Florence Weber de forger une typologie et de comprendre ces trois dimensions de la parenté, habituellement réunies chez une seule personne (Weber, 2005, p. 29-61).

8 Dans les cas où je n’ai pas fait seule ces entretiens, les noms des enquêteurs et enquêtrices seront mentionnés.

9 Sur la construction de cas fictifs, voir notamment Béliard et Eideliman, 2008, p. 131 et p. 138-139 ; Broqua et Fillieule, 2001 ; Schwartz, 2002, p. 56.

10 Mais plusieurs femmes, en parlant de sexualité à l’usine, n’ont cessé de me répéter : « Il faudrait écrire un livre sur ça, vraiment, notre usine, il faudrait écrire un livre sur ces questions… » (Carnet de terrain, octobre 2017). J’ai par ailleurs eu l’occasion de faire lire l’article à trois personnes en passant sur le terrain en 2019. Les réactions ont été dissemblables bien que prévisibles : une personne (une femme) trouve cela très intéressant et très bien, il lui semblait évident que c’était une question importante ; un homme cadre m’a raconté trois histoires supplémentaires de relations extra-conjugales dont je n’avais pas eu connaissance auparavant ; le troisième, un ouvrier et engagé à la CGT, ne comprend pas pourquoi je m’intéresse à ce genre de questions qui pour lui relèvent de la vie privée et de l’intimité et n’ont aucune signification politique.

11 Bilan social 2003-2004, archives du Comité d’entreprise.

12 Dossiers de prud’hommes, archives de l’association de l’usine fermée.

13 Pour un résumé des travaux sur la notion de plafond de verre, habituellement appliquée aux professions supérieures, voir Buscatto et Marry, 2009.

14 Les carrières stagnantes des ouvrières de l’usine ressemblent ainsi à celles des ouvriers algériens de Billancourt amorcées durant les « trente glorieuses », qui restent « OS à vie », analysées par Laure Pitti (à paraître, 2020, chapitre 5).

15 Bilan social 2003-2004, archives du CE. En 2009, au moins deux femmes sont classées à l’échelon 305, mais toujours aucune aux deux derniers échelons (dossiers des prud’hommes).

16 Je me concentre ici sur les relations hétérosexuelles car aucune relation homosexuelle ne m’a été relatée, alors que j’ai posé la question de leur existence. La réponse, systématiquement négative à une exception près, ne veut pas dire bien évidemment qu’elles n’existaient pas à l’usine.

17 Une précision s’impose quant à cette référence. Contrairement à ce qu’affirme Pierre Bourdieu dans sa préface à la traduction française du livre en 1981, le sociologue américain Paul Lazarsfeld n’est pas l’auteur principal des Chômeurs de Marienthal : il a assuré le financement du projet et a écrit l’introduction ajoutée à la deuxième édition, en 1960. C’est Marie Jahoda, à l’époque son épouse, qui a écrit la partie principale ; Hans Zeisel a écrit la postface. L’édition originale en allemand de 1933 mentionne donc ces deux auteurs. Lotte Schenk Danzinger est la principale enquêtrice, avec Gertrude Wagner et Marie Jahoda ; les trois femmes étaient salariées du projet (Müller, 2008). Ainsi, la réédition du livre témoigne de la dévalorisation symbolique du travail des femmes et du profit symbolique que peuvent tirer les hommes, ici Paul Lazarsfeld, du travail des femmes.

18 Entretien avec une salariée de cinquante ans, licenciée en même temps que son mari, juin 2010, effectué avec Fanny Parent.

19 Carnet de terrain, septembre 2012.

20 Entretien collectif avec deux employées d’une cinquantaine d’années, octobre 2017.

21 Entretiens avec une ouvrière de cinquante ans, mars 2010, et avec un ouvrier de cinquante-quatre ans, octobre 2017.

22 Entretien collectif avec deux employées d’une cinquantaine d’années, octobre 2017.

23 Entretien avec une ouvrière de cinquante ans, mars 2010, effectué avec Fanny Tourraille ; observations des manifestations, 2010-2015. Sur la pression familiale qui pousse au désengagement précoce des femmes militantes, voir Oeser et Tourraille, 2012.

24 Carnet de terrain, octobre 2017.

25 Le « care » est le « souci des autres » ; le travail du care désigne donc l’activité qui consiste à prendre soin des autres (voir Molinier, 2013). Christelle Avril (2018) a critiqué l’emploi récent de la notion de care pour la substituer à celle de travail. Je l’utilise ici dans le sens que les débats féministes des années 1970 lui ont donné, qui « visaient à rendre visible le travail domestique réalisé gratuitement par les femmes pour leurs proches dans la sphère privée » (Avril, 2018, p. 207), renvoyant aux aspects matériels mais aussi immatériels de ce travail, comme la charge psychologique liée à une prise en charge physique.

26 Entretien avec Gaëlle, décembre 2012.

27 Entretien avec Michelle, employée de cinquante-sept ans, octobre 2017.

28 Entretien avec Michelle, octobre 2017.

29 Durant la semaine de terrain d’octobre 2017, quatre femmes et deux hommes m’ont confirmé cette image de Céline « séductrice », « assise sur le bureau du chef », après que je leur ai posé la question, assez neutre, de ce qu’ils pensent de Céline. Un homme insiste sur le fait qu’elle allait « s’enfermer dans le bureau avec lui » pendant sa pause, sous-entendant qu’elle avait des relations sexuelles à ce moment-là avec lui et que c’était visible pour tout le monde.

30 Il s’agit d’expressions utilisées par les hommes et femmes enquêtés rapportées dans mes notes de terrain et que j’ai présentées dans le tableau 1 ci-dessus.

31 Conversation informelle avec Gaëlle, décembre 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Oeser, « Sexualités à l’épreuve du genre et des hiérarchies usinières », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 3 | Juillet-Septembre 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/21376 ; DOI : 10.4000/sdt.21376

Haut de page

Auteur

Alexandra Oeser

Institut des Sciences sociales du politique (ISP), UMR 7220 CNRS et Université Paris-Nanterre, 200, avenue de la République, 92001 Nanterre, France
Membre junior de l’Institut Universitaire de France (IUF – 2014-2019)
alexandra.oeser[at]parisnanterre.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals