Navigation – Plan du site
Genre et classes populaires au travail

Du renouveau de l’histoire des femmes au travail : note critique autour de quelques travaux récents

The Renewal of Women’s History at Work: Critical Note on Some Recent Studies
Fanny Gallot et Amandine Tabutaud

Résumés

La littérature récente en histoire renouvelle les connaissances relatives au travail féminin. S’inscrivant dans l’histoire des femmes et du genre, mais également dans l’histoire du travail, les six recherches francophones choisies apportent de nouvelles perspectives historiographiques. Elles se penchent sur les ressorts de la division sexuée du travail ou encore sur la réglementation du travail des femmes et ses reconfigurations, en s’interrogeant notamment sur le rapport entre travail professionnel et travail domestique d’une part, sur les frontières pouvant être établies autour du travail subalterne d’autre part. Des questionnements plus récents ou du moins envisagés d’une autre manière permettent également de renouveler cette histoire du travail féminin des classes populaires. L’intersectionnalité, la dialectique domination/agency, le jeu des échelles d’analyse (micro/macro) ou encore la dimension transnationale aident en effet à déconstruire les catégories d’analyse et invitent à redéfinir les contours du travail des femmes des classes populaires.

Haut de page

Notes de la rédaction

Premier manuscrit reçu le 10 janvier 2019 ; article accepté le 10 mai 2019. Cette revue de littérature a été sollicitée par les coordinatrices du numéro spécial.

Notes de l’auteur

Nous remercions les coordinatrices de ce numéro, Yasmine Siblot, Marie Cartier et Christelle Avril, pour leurs conseils avisés et leur relecture attentive.

Texte intégral

1L’émergence de l’histoire des femmes au cours des années 1970 bouscule les champs traditionnels de la discipline historique, qui se partageait alors entre une histoire économique et sociale et une histoire événementielle, en proposant notamment de nouvelles chronologies et en incluant dans leur analyse la sphère dite « privée » à laquelle ont été assignées les femmes ainsi que le travail réalisé en dehors de la sphère professionnelle. Jusque-là, l’historiographie était principalement produite par des hommes :

« La constitution de l’histoire comme discipline “scientifique”, au XIXe siècle, renforce son caractère viril. Dans sa pratique, désormais aux mains des universitaires […]. Dans son contenu, dévolu, de plus en plus, à l’histoire publique et politique où les femmes ne sont pas. […] Or, depuis vingt-cinq ans, les choses ont changé », écrit Michelle Perrot en 1998 dans Les femmes ou les silences de l’histoire, p. VI.

  • 1 L’hymne du Mouvement de libération des femmes (MLF), écrit en 1971, commence ainsi : « Nous qui som (...)

2En effet, l’impulsion du mouvement féministe, la massification de l’enseignement supérieur et l’arrivée à l’âge adulte des filles du baby boom produit un profond renouvellement de l’historiographie, car « c’est le regard qui fait l’Histoire » (Perrot, 1998). Tandis que les féministes déplorent l’absence de passé des femmes1, la « volonté de savoir » (Duby et Perrot, 1992) permet de rendre visible l’histoire des femmes dans l’académie.

3Selon Françoise Thébaud (2007), l’histoire des femmes et du genre peut se découper en trois temps : « l’émergence de l’histoire des femmes » ; « l’histoire au féminin » ; « le temps du genre ». Malgré un déficit de légitimité auprès de la communauté scientifique — faible représentativité des historiennes à l’université et une diffusion limitée de leurs travaux, dont la neutralité fait débat —, l’histoire des femmes réussit peu à peu à s’imposer comme un champ de recherche à part entière (Virgili, 2002).

  • 2 C’est le cas notamment des travaux de Delphine Gardey dont il sera question plus bas et de Stéphani (...)

4Les recherches sont alors en prise avec l’actualité, et l’histoire de la maternité et de l’avortement occupe une place essentielle. Puis, dans les années 1980, il s’agit de faire une histoire des relations entre les sexes pour réécrire, repenser l’histoire générale, combler les vides et saisir l’expérience des femmes dans le passé et plus particulièrement leur rôle dans la division sexuée du travail. Ses promotrices n’hésitent pas à se tourner vers la sociologie du travail, alors moins frileuse quand il s’agit de s’interroger sur les femmes. Comme le souligne Michelle Perrot qui commence ses recherches sur la ménagère au XIXe siècle (Perrot, 1980, 1981), les historiennes se nourrissent très tôt des travaux de sociologues telles Andrée Michel, Madeleine Guilbert ou Evelyne Sullerot. À la fin des années 1970, les sociologues et les historiennes continuent d’échanger, notamment lors du colloque « Femmes et classe ouvrière » organisé par Madeleine Rébérioux en 1978 à Vincennes, auquel participent Margaret Maruani et Danièle Kergoat et où il est question de « femmes et travail », « femmes et mouvement ouvrier » et du « travail ménager ». Le dialogue entre sociologie et histoire est alors fécond et se poursuit dans les décennies suivantes, certaines recherches s’inscrivant encore récemment au croisement de ces deux disciplines2. L’usage de l’expression de « classe ouvrière » rend compte ici de l’influence du marxisme dans les sciences sociales qui perdure dans les années 1970, tandis que le terme de condition féminine, largement usité, est « toujours rapporté au travail, et décalqué de l’expression condition ouvrière » (Zancarini-Fournel, 2010, p. 121). Et, tandis que paraît Travail et condition féminine (Guilbert et al., 1977), Anne Martin-Fugier (1979) et Geneviève Fraisse (1979) s’intéressent aux domestiques, ce qui permet de mesurer également l’influence du féminisme matérialiste. Globalement, l’histoire a été le produit de ces diverses influences bien qu’elle soit « plus frileuse en France sur la conceptualisation » (Zancarini-Fournel, 2010, p. 120) et que les historiennes aient surtout eu recours aux termes de condition féminine puis de genre à partir de 2002.

5Ces influences s’observent dans les choix d’objets d’étude faits par les historiennes qui s’interrogent sur le travail des femmes, qu’il soit professionnel ou domestique, mais aussi à travers le développement de l’usage de nouvelles sources telles que les sources orales ou encore les correspondances à même de renseigner les historiennes sur le monde privé (Dermenjian et Loiseau, 2006). Principalement, c’est ce que Françoise Thébaud (2007) a appelé « l’histoire ouvrière du travail féminin » qui intéresse ces historiennes. Elles cherchent alors à mettre en avant « la surexploitation des femmes cantonnées dans des secteurs spécifiques […] et sous-payés » (Perrot, 1978), comme en témoigne le numéro de la revue Le Mouvement social consacré aux « travaux de femmes dans la France du XIXe siècle » dans lequel les nourrices, les employées, les canutes ou encore les femmes du peuple sont évoquées. Dans le même temps, Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard (1978) ou encore Catherine Vincent, Françoise Thébaud et Mathilde Dubesset, après la thèse de Michelle Perrot sur les grèves du second XIXe siècle publiée en 1974, développent des recherches sur les ouvrières pendant la guerre de 1914-1918 (Dubesset et al., 1977). Près de dix ans plus tard, un autre numéro du Mouvement social porte sur les « métiers de femmes » et évoque les difficultés de la professionnalisation des femmes (Perrot, 1987). Parmi les contributions, celle de Martine Martin est consacrée aux enjeux liés à la professionnalisation de la ménagère pendant l’entre-deux-guerres (Martin, 1987).

6Peu après, en 1988, Hélène Harden Chenut sur la bonneterie troyenne, Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel sur le travail des femmes à Saint-Étienne, adoptent une perspective de genre dans leurs thèses respectives (Dubesset et Zancarini-Fournel, 1993 ; Harden Chenut, 2010 ; Zancarini-Fournel, 2010).

  • 3 Le groupe « Genre et classes populaires » a réuni des doctorantes en 2010 et a animé plusieurs anné (...)

7Une nouvelle génération d’historiennes s’intéressant au travail féminin émerge alors dans les années 1990. Delphine Gardey (2002) se penche par exemple sur les employées de bureau, dont les dactylographes, et Catherine Omnès (1997) consacre sa thèse aux ouvrières parisiennes dans la première moitié du XXe siècle. Elle retrace les trajectoires professionnelles et personnelles de ces travailleuses, modelées par la Première Guerre mondiale, puis par la crise des années 1930. Enfin, en 2004, Anne-Sophie Beau publie sa thèse consacrée aux salariées et salariés du grand bazar de Lyon (Beau, 2004). D’autres travaux portant sur des groupes professionnels peu féminisés s’intéressent à la place qu’y occupent les femmes, comme le fait Odile Join-Lambert (2001) à propos des receveurs et receveuses des postes. Ces exemples révèlent un intérêt des historiennes qui perdure pour le travail des femmes des « classes populaires », selon une acception qui n’a été reprise que très récemment en histoire dans le cadre notamment du groupe « Genre et classes populaires » qui, à son tour, se situe au croisement de l’histoire et de la sociologie3. En effet, bien qu’elle ait pu être ponctuellement utilisée par des historiennes et des historiens tels que Michelle Perrot ou Daniel Roche dès la fin des années 1970 ou au début des années 1980, l’expression « classes populaires » — et, au-delà, l’usage du concept de classe sociale — tend à s’effacer durant plusieurs décennies dans la discipline historique.

8Aujourd’hui, la littérature en histoire renouvelle encore les connaissances relatives au travail féminin subalterne, qui connaît un regain d’intérêt. À travers six recherches francophones choisies parce que représentatives de ces renouvellements à l’œuvre, nous proposons de mettre en lumière le prolongement et la consolidation de connaissances explorées depuis les années 1960 d’une part, et les déplacements et les nouvelles approches d’autre part. En effet, centrées sur les femmes, ces études se font néanmoins l’écho de ce que l’approche en terme de genre a permis de produire en histoire, car ce sont bien les variations autour des normes de genre et leurs croisements avec d’autres catégories de la domination qui sont explorées. Ces recherches montrent bien que travailler sur les femmes et les hommes n’est pas une condition sine qua non à l’approche de genre. Héritières des avancées historiographiques présentées précédemment, ces recherches continuent de se pencher sur la division sexuée du travail et ses ressorts, ou encore sur la réglementation du travail des femmes et ses reconfigurations, en s’interrogeant notamment sur le rapport entre travail professionnel et travail domestique ainsi que sur les frontières pouvant être établies autour du travail subalterne. Cependant, elles sont marquées par des questionnements qui participent du renouvellement historiographique en cours concernant l’histoire du travail féminin des classes populaires. On assiste ainsi à une réappropriation des outils et des catégories d’analyse, tels que la perspective micro-historique ou la dialectique entre domination et agency. Enfin, la dimension transnationale des objets d’étude et la réflexion sur les catégories, en relation avec la perspective intersectionnelle notamment, font l’originalité de ces nouvelles approches.

Encadré 1. Présentation des travaux étudiés

Nous avons pris en compte six recherches récentes en histoire portant sur des univers particulièrement féminisés en France, en Suisse et en Allemagne, et qui couvrent deux périodes.

Deux premiers ouvrages portent sur l’époque moderne :
- Clyde Plumauzille (2016), dans Prostitution et révolution, Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789-1804), se penche sur la séquence révolutionnaire et les politiques de la prostitution qu’elle saisit par les pratiques, le quotidien des prostituées parisiennes.
- Anne Montenach (2017), avec Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Alpes au XVIIIe siècle, étudie les contrebandiers et en particulier les contrebandières du quotidien dans les Alpes au XVIIIe siècle et montre comment leurs pratiques constituent des éléments de dialogue entre l’État et les communautés locales.

Ensuite, l’époque contemporaine est abordée à travers les travaux suivants :
- La recherche doctorale de Margot Béal (2016) sur le travail domestique rémunéré, qui apporte une contribution essentielle à la compréhension de la fabrication du « prolétariat de service, et plus particulièrement du prolétariat des services à domicile », dans la Loire et le Rhône en particulier (1848-1940).
- La recherche doctorale de Camille Fauroux (2016), qui s’est intéressée aux travailleuses civiles françaises embauchées dans les usines électroniques en Allemagne au cours de la Seconde Guerre mondiale.
- L’ouvrage de Stéphanie Lachat (2014), Les pionnières du temps, consacré aux horlogères suisses de la région du Jura Bernois entre 1870 et 1970. Le choix du temps long lui a permis de saisir les mutations économiques connues par cette corporation singulière et qui l’ont menée d’un savoir-faire circonscrit au domicile vers une production rationalisée et industrialisée en fabrique.
- L’ouvrage de Céline Schoeni (2012), Travail féminin : retour à l’ordre !, qui brosse la situation de travail des femmes fonctionnaires en Suisse et en France au cours des années 1930. Comme employées ou institutrices, elles occupent des positions subalternes au sein des administrations, rejoignant celles des catégories subalternes du monde ouvrier. La frontière poreuse entre le monde des employés et celui des ouvriers rappelle l’hétérogénéité des profils qui forment les classes populaires.

1. La division sexuée du travail et la réglementation du travail féminin encore questionnées

9Étudiées depuis les années 1980 par l’historiographie, la division sexuée du travail dans sa dimension domestique et professionnelle et ses reconfigurations continuent d’intéresser les historiennes et les historiens. Étudiant les domestiques, Margot Béal revient sur « les logiques de féminisation et d’infantilisation » des domestiques, qu’ils soient hommes ou femmes, bien que ces dernières tendent à devenir très majoritaires sur l’ensemble de la période qu’elle étudie (1848-1940). Plus précisément, elle montre que « les domestiques femmes doivent […] développer des compétences et conduites spécifiques et les rendre visibles » (Béal, 2016, p. 156). De son côté, Stéphanie Lachat présente la division sexuée comme un élément structurant dans l’organisation de ce milieu fermé et corporatiste qu’est l’horlogerie depuis sa création au XVIIIe siècle. La main-d’œuvre féminine y est sollicitée pour ses qualités, soi-disant innées, telles que la minutie, la patience ou la précision. Qu’elles soient employées à domicile ou plus tard au sein des fabriques, ces femmes déploient un savoir-faire similaire à celui des ouvriers masculins. Cependant, au nom de la division sexuée du travail, leurs compétences ne sont pas reconnues, à l’image des régleuses.

10À la lecture des travaux de Céline Schoeni, on comprend que l’organisation sexuée du travail s’applique également aux administrations suisse et française. Cette autrice s’est focalisée sur deux professions au sein desquelles les femmes sont fortement représentées : les institutrices et les employées de bureau de la fonction publique. La crise des années 1930 conduit tour à tour, dans les deux pays, à une redéfinition sexuée des formations et des emplois, entraînant de fait une dégradation des conditions salariales des employées de l’administration publique et des institutrices. Derrière l’homogénéité supposée qu’offre le statut de fonctionnaire, statut aux réalités différentes d’un pays à l’autre, Céline Schoeni met en lumière l’existence d’une hiérarchisation sexuée entre les hommes et les femmes, que les États suisse et français s’évertueront à renforcer dans leur offensive contre le travail féminin. À l’intérieur du corps des fonctionnaires, cette distribution différenciée se décline à deux niveaux, horizontalement et verticalement, dans les deux États.

11En Suisse, les femmes sont surreprésentées dans l’enseignement puisque les enseignantes constituent 79,6 % des effectifs féminins de la fonction publique en 1920 quand elles ne représentent que 10,1 % du personnel dans l’administration. Seules 473 femmes occupent un emploi dans l’administration générale de la Confédération helvétique, dont 8 % bénéficient du statut de fonctionnaire en 1923. La fonction éducative échoit « naturellement » aux femmes. En s’appuyant sur les recensements fédéraux, Céline Schoeni remarque néanmoins une baisse des effectifs féminins dans l’enseignement au cours de l’entre-deux-guerres. Alors qu’elles représentaient 50 % du corps enseignant en 1910, ce taux s’élève à 43 % en 1941, révélant les effets du processus de rationalisation alors engagé. Aussi, elle observe une ségrégation verticale avec une distribution inégale des postes, où la majorité des enseignantes est affectée dans les classes primaires des degrés inférieurs avec un salaire plus bas. Bien que les écarts salariaux diffèrent d’un canton à un autre, généralement « les annuités et les indemnités de logement sont également moindres, ou inexistantes, pour le personnel enseignant féminin » (Schoeni, 2012, p. 151).

12En France, 53 % des femmes de la fonction publique exercent dans le corps enseignant. Contrairement à ce que Céline Schoeni avait pu constater pour la Suisse, leur représentativité s’accroît entre 1921 et 1936 et se maintient à 60 %. La situation maritale des institutrices françaises ne se pose pas dans les mêmes termes que celle des suissesses. La non-mixité de l’enseignement et l’encouragement au mariage (le célibat reste toutefois la règle dans l’enseignement secondaire et supérieur) expliquent en partie ces distinctions entre la Suisse et la France.

13S’agissant des employés, les inégalités salariales sont également criantes des deux côtés de la frontière et plus particulièrement en France où les femmes constituent 43 % des effectifs de la fonction publique en 1931. Les employées françaises sont affectées à des postes subalternes et ne font pas carrière. En effet, la rationalisation du travail introduite depuis les années 1920 dans les emplois de bureaux a rendu possible cette stratification sexuée des postes de travail dans l’administration publique. Néanmoins, les pratiques divergent selon les ministères, chacun appliquant son propre règlement susceptible d’être modifié par un arrêté ministériel pour les besoins du moment. Ainsi, certains ministères excluent d’office les femmes, à l’instar des ministères des Colonies, de l’Intérieur ou encore des Finances, tandis que d’autres revendiquent une féminisation forte de leur personnel, et ce depuis leur création, comme celui des Postes, télégraphes et téléphones (PTT), qui compte près de 33 % de femmes parmi ses effectifs en 1931.

14L’accès des femmes aux services publics n’a donc pas signifié une égalité salariale dans le corps des fonctionnaires, pourtant actée en France dans certaines catégories (enseignants du primaire en 1919, du secondaire en 1926, et personnel des PTT en 1927). Par le jeu des réglementations horaires notamment, les enseignantes travaillaient davantage que leurs collègues masculins pour le même salaire. La concurrence entre le personnel féminin et masculin ainsi que « la crainte d’un bouleversement du système de genre » ont enclenché « ce processus de ségrégation pour redéfinir une hiérarchie sexuée des postes et des statuts » (Schoeni, 2012, p. 155). Déjà soumises à l’organisation sexuée du travail, ces femmes, ouvrières et fonctionnaires dans les cas présents, peuvent être visées par une réglementation stricte confortant leur statut subalterne et parfois même le durcissant.

15Dès les années 1990, l’historiographie se penche sur la réglementation du travail des femmes, y compris dans une perspective internationale (Auslander et Zancarini-Fournel, 1995). Cependant, elle ne concerne pas l’ensemble des travaux de notre corpus portant sur l’époque contemporaine, les domestiques du XIXe siècle étudiées par Margot Béal se trouvant par exemple « exclues d’un droit du travail et de protections légales qui commencent à se constituer pour les autres prolétaires » (Béal, 2016, p. 130). En cas de litiges sur leurs gages, les domestiques ne peuvent alors avoir recours aux prud’hommes et doivent recourir à la justice de paix alors même que les conflits liés au travail ne font pas partie de ses prérogatives. Tout au long de la période qu’elle étudie « se généralise l’idée que l’absence de qualification [des domestiques] les empêcherait de prétendre à exister professionnellement, notamment en comparaison avec d’autres membres des classes populaires, les ouvriers et les ouvrières » (Béal, 2016, p. 475). Ainsi, les domestiques ne bénéficient pas des lois de « protection » de 1898 et de 1905 sur les risques professionnels, et l’inspection du travail n’est pas autorisée à intervenir chez un particulier. Enfin, la loi de 1892 visant à protéger plus précisément le travail féminin « industriel » soulève des questions juridiques : dans quelle mesure doit-elle s’appliquer aux domestiques ?

16La réglementation du travail féminin occupe une place particulièrement centrale dans les travaux de Céline Schoeni. Depuis la crise de 1929, les pays d’Europe de l’Ouest sont traversés par un mouvement d’offensive plus ou moins violent à l’égard du travail féminin, allant des cas extrêmes, l’Allemagne nationale-socialiste et l’Italie fasciste de Mussolini, aux entraves législatives indirectes comme en France et en Suisse. Cette remise en cause du principe même du droit au travail des femmes se déroule en plusieurs temps dans les deux territoires étudiés. Avec la loi du 30 juin 1927, la Suisse légitime le licenciement des femmes fonctionnaires mariées. Cette disposition fédérale affiche sans ambiguïté la volonté de garantir la norme sexuée et rappelle la distinction entre « le travail dévolu aux hommes et le travail non rémunéré traditionnel confié aux femmes » (Schoeni, 2012, p. 143). Ainsi le statut civil des femmes, dont la destinée sociale première est celle d’être une épouse, conditionne-t-il leur insertion sur le marché du travail. Dans la deuxième phase de l’offensive (1932-1936), les modalités se diversifient : elles portent en général sur le salaire et les ressources financières (primes, retraite). La priorité est donnée à l’emploi masculin en période de crise, marquant ainsi un retour au partage sexué des rôles sociaux. Au fond, l’historienne démontre comment « s’élabore insidieusement un processus de différenciation entre travail masculin et travail féminin dans le secteur administratif et dans l’enseignement » (Schoeni, 2012, p. 284).

17En France, l’offensive se déploie uniformément sur tout le territoire, en raison de l’organisation centralisée de l’administration. Alors que la crise n’a pas encore produit ses effets en termes de chômage, des mesures incitatives sont votées en faveur des femmes au foyer. Non seulement la loi de 1932 instaurant les allocations familiales témoigne des préoccupations natalistes du gouvernement, mais en outre elle place le travail féminin « au cœur d’une vaste entreprise de normalisation des formes traditionnelles des rapports sociaux de sexe » (Schoeni, 2012, p. 391). L’offensive devient plus agressive à partir de 1933 en direction des femmes fonctionnaires dans un contexte de restrictions budgétaires, avec l’arrêt des recrutements d’agents féminins. Le retour de la droite aux affaires coïncide avec la poursuite de cette politique restrictive : retraites, pensions, primes, suppression de postes. Le gouvernement d’Union nationale conduit par Pierre Laval en juin 1935 marque un degré supplémentaire dans l’offensive avec, comme en Suisse, une dégradation brutale des conditions salariales. La chasse au cumul de deux emplois est ouverte. L’arrivée au pouvoir du Front populaire est l’occasion d’affirmer le droit des femmes à l’accès au travail dans la fonction publique, sans pour autant annuler les dispositifs discriminants. En effet, le contingentement du personnel féminin et son cantonnement aux postes les moins qualifiés perdurent. L’ensemble des dispositions législatives suisses et françaises n’interdisent donc pas frontalement le travail féminin dans la fonction publique, mais l’entravent en évinçant les femmes de certains postes et en précarisant leur situation d’emploi et de travail.

  • 4 En France, l’interdiction du travail de nuit pour les femmes par mesure de protection et pour des r (...)

18Du côté des ouvrières horlogères suivies par Stéphanie Lachat, la situation est quelque peu différente. En effet, l’emploi féminin bénéficie d’une légitimité dans la société horlogère alors que l’idéal bourgeois de la femme au foyer s’impose partout ailleurs. Les représentations valorisées de l’emploi horloger ne remettent en cause ni la féminité ni l’ordre social établi. L’abandon du domicile pour la fabrique n’est pas sans poser des problèmes matériels et d’organisation de la vie familiale, ce à quoi « la logique de la double tâche » devait répondre, afin de « rendre compatibles le rôle domestique féminin et l’exercice d’une profession » (Lachat, 2014, p. 186). On reconnaît aux femmes le droit à l’emploi sans les libérer des assignations domestiques. Les élites économiques facilitent cette double tâche à travers des dispositions législatives : le travail de nuit leur est interdit dès 1877 et un aménagement des horaires est possible4. Loin de les protéger, ce cadre « les enferme dans un marché du travail ségrégué, avec un accès difficile aux qualifications, des salaires réduits, et une référence continuelle à leur rôle d’épouse et de mère avant l’affirmation claire de leur identité de travailleuse » (Lachat, 2014, p. 230). Aussi, des initiatives sont prises par les patrons, telle l’externalisation de certaines tâches comme la préparation des repas avec la création d’une cuisine économique inspirée de celle en service dans une commune voisine, La Chaux-de-Fonds, où des repas préparés peuvent être consommés sur place ou emportés. Ainsi, ces travailleuses peuvent à la fois être actives en dehors de leur foyer et assurer les tâches domestiques. Dans le cas présent, cette cuisine économique est moins la mise en œuvre des aspirations réformistes ou socialistes sur le travail domestique que la réponse aux besoins concrets des familles ouvrières. La logique de la double tâche ne bouleverse ni les rapports sociaux de sexe — notamment au sein du couple —, ni la division sexuée du travail.

19La crise économique a servi de prétexte aux gouvernements suisse et français pour légitimer le retour et le maintien des hiérarchies sexuées. La période trouble qu’est la Seconde Guerre mondiale vient défaire cet ordre social sexué, que le régime de Vichy s’efforcera de maintenir en France à travers sa politique familiale. Camille Fauroux analyse ce processus de déstabilisation que constitue le départ des travailleuses civiles françaises pour les usines du Reich. Elle recense trois cas de figure : qu’elles soient mariées, célibataires ou encore des jeunes filles mineures, leur départ entraîne un relâchement des contraintes sociales. Elles s’affranchissent de l’autorité d’un père ou de celle de leur époux, rompant parfois avec leur statut matrimonial en abandonnant leur enfant. Ces configurations apparaissent paradoxales lorsque l’on sait, d’après la lecture des travaux de Francine Muel-Dreyfus (1996), à quel point le gouvernement de Vichy prône l’éternel féminin et valorise l’image de l’épouse fidèle et de la mère aimante. La fin de la guerre sonne le retour à cet ordre social et moral où chacun, homme ou femme, endosse un rôle traditionnel, rendu possible par la chape de plomb qui entoure l’expérience de ces travailleuses en Allemagne.

2. Révéler les stratégies des dominés : le jeu des échelles d’analyse et l’agency, eigensinn

20L’historiographie récente théorise l’usage d’une perspective micro-historique qu’elle inscrit néanmoins dans des structures de domination. Par exemple, le groupe « Genre et classes populaires » a choisi de privilégier la perspective « micro » dans le temps et dans l’espace pour saisir le quotidien des femmes et des hommes des classes populaires. Ainsi, la routine permet « d’interroger la reproduction quotidienne de la domination sociale, par des effets d’habitude, de tradition, des pratiques répétées “sans y penser”, et de réfléchir aux formes banales que peut prendre la résistance à cette domination » (Groupe « Genre et classes populaires », 2018, p. 3), comme l’avait déjà proposé François Jarrige (2010) à propos des boulangers du XIXe siècle.

21De même, travailler in situ signifie observer au plus près les « stratégies des [acteurs et actrices] pour habiter, défendre, reconstruire le périmètre de leur existence » (Groupe « Genre et classes populaires », 2016). Dans son chapitre sur le « marché aux putains » du Palais-Royal, Clyde Plumauzille se place « à l’échelle du lieu, de son espace concret et délimité afin d’analyser la spécificité de ses dynamiques économiques et sexuelles et la fabrique de son territoire prostitutionnel » pour étudier « les femmes publiques d’un soir, prostituées de luxe, demi-mondaines et autres actrices et danseuses entretenues » (Plumauzille, 2016, p. 94 et 95). Elle montre finalement comment, « détournant le mobilier urbain, se greffant sur les ressources à sa disposition, [la prostitution], à l’instar des petits métiers informels de la rue, institue son territoire d’action au sein d’autres territoires, populaires, marchands ou récréatifs » (Plumauzille, 2016, p. 114). Camille Fauroux (2016) fait également ce choix de la micro-histoire en se plaçant à l’échelle du dispositif camp-usine et donne à voir des expériences de travail et de vie soumises à des formes de domination — le genre et la race, en l’occurrence. À travers l’étude ciblée de camps administrés par les usines électroniques Siemens et AEG à Berlin, l’historienne montre comment les discours politiques transnationaux impactent l’expérience professionnelle des travailleuses civiles d’une part et, d’autre part, leur expérience privée et intime (le couple et la maternité), que nous allons brièvement présenter. Jusqu’en décembre 1942, les travailleuses étrangères enceintes étaient renvoyées du Reich. Le cours de la guerre bouleverse la position de l’État national-socialiste allemand sur la maternité des travailleuses civiles, qui voient leur condition évoluer vers le droit d’accoucher sur le sol allemand. Un réseau d’institutions gérées par l’État et des pouponnières d’entreprises dans lesquelles sont employées les travailleuses enceintes prennent en charge les nourrissons. À mesure que le conflit avance, les mères sont éloignées puis séparées de leur enfant, pour être assignées à leur fonction productive à l’usine. En contrôlant la maternité des travailleuses, l’État et les entreprises rendent les ouvrières disponibles au travail.

22Cette circulation entre les niveaux « micro » et « macro » est également présente chez Margot Béal et Anne Montenach. Si la première examine les relations entre serviteurs ou servantes et maîtres ou maîtresses et affirme ainsi une approche micro-sociale, elle les inscrit néanmoins dans « les politiques institutionnelles concernant l’emploi à domicile » (Béal, 2016, p. 39). De même, lorsqu’Anne Montenach (2017) mène une enquête à « petite échelle », elle ne perd pas de vue les enjeux plus vastes. Les allers et retours entre les approches micro- et macro-historiques ont permis de déceler des postures d’accommodation ou de résistance plus ou moins visibles chez des travailleuses contraintes dans et par le milieu de travail dans lequel elles évoluent.

23Dans l’historiographie, le concept d’agency a d’abord été élaboré par E. P. Thompson dans son projet d’« histoire par en bas » (1966) en relation avec l’expérience des acteurs et des actrices pour replacer le sujet au centre. Élaboré en 1957 dans un texte où il défend l’« humanisme socialiste », l’historien cherche avec le concept d’agency à souligner le fait que les hommes et les femmes sont des sujets dans l’histoire : « les êtres humains sont des agents, même limités, et même s’ils sont souvent vaincus par les déterminations […] ce sont des agents qui façonnent leur propre histoire » (Thompson, 2011 [1992]). Dans les années 2000, la traduction de Trouble dans le genre de Judith Butler (2005) a favorisé la réappropriation du concept d’agency en relation avec les pratiques quotidiennes, l’expérience des acteurs et des actrices dans les études de genre et, finalement, toute une génération d’historiennes s’inscrit dans cette double filiation. Ainsi, le groupe « Genre et classes populaires » s’interroge sur l’agency des femmes et des hommes de classes populaires pour « questionner les formes particulières que prennent les dominations dans l’expérience des individus » (Groupe « Genre et classes populaires », 2016).

24Camille Fauroux s’interroge sur cette dialectique domination/agency dans le camp-usine qui enferme les femmes dans un système de très fortes contraintes où la surveillance s’étend « jusqu’aux nuits des ouvrières » (Fauroux, 2016, p. 217). L’entreprise qui les emploie organise, en effet, la discipline à l’usine et au camp, en jouant sur la peur des travailleuses (punitions, menaces, exemples). Considérées comme des justiciables à part entière, ces femmes peuvent être enfermées quelques jours, quand ce n’est pas la Gestapo qui se charge de leur sort. « Si le dispositif camp-usine crée des formes de contrôle particulièrement étendues, il suscite aussi des formes de solidarités particulières, des petites coalitions soudées pour une vie partagée de l’atelier à la chambrée » (Fauroux, 2016, p. 219). Camille Fauroux a repéré des stratégies de résistance plus ou moins ouvertes, ce qui lui fait dire que ces femmes déploient une véritable agency afin de se défaire de la domination ou pour mieux supporter les contraintes qui pèsent sur elles. Les résistances sont plus aisées au camp qu’au sein des ateliers. L’organisation sexuée et raciale des camps leur assure un minimum de solidarité auprès de femmes qui partagent des conditions d’existence similaires. Les stratégies de contournement des règles, moins risquées, sont donc préférées (absence, prétexte de la maladie pour changer de poste ou se faire licencier). Le contrôle de leur temps hors travail passe aussi par une surveillance de leurs déplacements dans l’espace public de la ville, ici Berlin. Franchir les portes de la ville comme la frontière du pays ne peut s’envisager sans autorisation. Cette libre circulation à l’intérieur de la ville, même restreinte, offre des opportunités aux travailleuses, à l’image de la prostitution. Cette activité illégale et informelle transgresse l’ordre établi et constitue du temps dérobé à la production.

25Dans l’introduction générale de son livre, Anne Montenach situe son travail à l’opposé « d’une vision romantique de la contrebande et d’une approche criminologique de la frontière », et propose plutôt une « entrée dans l’économie d’Ancien Régime par ses marges spatiales et sociales » qui « se veut […] une réflexion sur le pouvoir et la capacité d’action des individus ou des communautés » (Montenach, 2017, p. 17). Elle conclut que, les femmes étant « statutairement exclues de bon nombre d’activités et de métiers licites, l’économie souterraine offre la possibilité d’un revenu et, avec elle, celle d’une agency au sein d’un univers de contraintes » (Montenach, 2017, p. 17). L’agency lui permet d’envisager, non pas tant les résistances de ces femmes, mais peut-être surtout la manière dont les contrebandières s’accommodent, négocient avec les règles et les rôles qui leur sont imposés. Elle articule le déploiement de cette agency à une « économie morale », une notion d’E. P. Thompson que les historiens et historiennes des subalternes au travail se réapproprient (Gallot et Gay, 2016). C’est par exemple le cas ici de Clyde Plumauzille, qui, souhaitant rendre compte de « l’expérience vécue des pauvres en leur reconnaissant une capacité à produire des normes, des droits et des obligations » (Plumauzille, 2016, p. 63), montre que les femmes des classes populaires justifient leur recours à la prostitution en la définissant comme un métier pour défendre leur droit à l’existence selon le triptyque « existence, subsistance, métier » (Fassin, 2009).

26À l’agency, Margot Béal préfère l’eigensinn, le « sens de soi », concept élaboré par l’historien Alf Lüdtke à partir des pratiques des ouvriers dans les années 1930 et qu’il définit comme l’ensemble « des pratiques de désengagement conflictuel qui ne relèvent ni de la soumission à la domination ni de la résistance ouverte. Ces modes d’expression et d’action reflètent plutôt les aspirations des ouvriers vers une affirmation autonome et spécifique de leurs propres exigences » (Lüdtke, 1996, p. 91). Elle revient sur les nombreuses techniques auxquelles ont recours les domestiques pour « limiter l’impact du travail sur soi-même et sur son temps propre » (Béal, 2016, p. 414). Ainsi, elles peuvent prendre leur temps lorsqu’elles font les courses pour leurs employeurs, prétexter la pratique religieuse pour sortir, avoir recours à une myriade de pratiques pour « ralentir les cadences de la production domestique » ou encore utiliser la carte de la « bêtise » pour se protéger et se forger des marges de manœuvre. Qu’elles soient travailleuses civiles, domestiques, ouvrières horlogères, prostituées, toutes sont insérées dans un système de domination complexe lié à leur sexe, à leur classe sociale ou encore à leur race. Cette intersectionnalité intéresse particulièrement les chercheuses.

3. Perspectives transnationales et intersectionnelles pour repenser les catégories

27Si l’historiographie comporte de nombreuses recherches croisant la race, la classe et le sexe dans l’analyse de situations coloniales (Taraud, 2008 ; Stoler, 2013) ou dans l’étude des migrations (Guerry, 2013), la perspective intersectionnelle invite à penser consciemment ces catégories dans leur articulation pour analyser leur production et leurs effets, voire le « brouillage de l’identité sexuée » que cela peut produire, comme cela est mentionné dans les recherches de Camille Fauroux et de Céline Schoeni lorsqu’elles analysent les rapports entre le travail féminin et la famille. L’offensive contre le travail des femmes fonctionnaires est révélatrice des craintes masculines « de se voir déposséder d’un droit constitutif de leur masculinité » et permet de restaurer « la démarcation entre ce qui relève du féminin et du masculin, entre ce qui se conçoit comme la norme ou l’exception » (Schoeni, 2012, p. 289).

28Les travaux de Camille Fauroux démontrent la pertinence de croiser les catégories d’analyse afin de saisir la complexité de la situation des travailleuses françaises en Allemagne. La hiérarchisation raciale des peuples établie par le régime nazi place les femmes allemandes non juives à part, avec un investissement au travail limité afin qu’elles se réalisent prioritairement dans la maternité. C’est pourquoi le Reich emploie massivement les étrangères dont la reproduction n’est pas souhaitable, tout en évitant le bouleversement de la division sexuée du travail entre les hommes et les femmes. Ainsi, Camille Fauroux nous invite à repenser de manière interdépendante les maternités des femmes allemandes non juives et leur place sur le marché du travail. Ici, le genre et la race déterminent la situation des travailleuses étrangères dans l’Europe occupée. Les travailleuses civiles n’échappent pas à la division sexuée du travail avec la naturalisation de leurs capacités (minutie, patience). On les retrouve par exemple affectées au poste de bobinage, tâche typiquement féminine. La rationalisation des tâches suit également les représentations nationales. Les Françaises sont réputées pour « leur mauvaise volonté au travail », alors que les femmes soviétiques sont « corvéables à merci » et plus obéissantes (Fauroux, 2016, p. 198). Enchevêtrées dans des rapports de domination, en l’occurrence la race et le genre, les femmes françaises bénéficient d’un meilleur traitement que les femmes issues des pays de l’Est en raison de leur position dans la hiérarchie raciale du système nazi, mais sont sans cesse ramenées à leur sexe en tant que main-d’œuvre productive.

29Le travail domestique rémunéré s’effectuant le plus souvent chez l’employeur, il constitue selon Margot Béal « un point d’entrée crucial pour comprendre comment se forment les rapports sociaux de classe et de genre, de sexualité, au sein même des foyers ; et, même de manière plus labile, la constitution des rapports sociaux de race et de la blanchité » (Béal, 2016, p. 16). Plus précisément, s’inscrivant dans l’historiographie récente de la domesticité (Starti, 2015) et étant également le produit des études féministes, postcoloniales et de la division raciale du travail (Nakano Glenn, 1992, entre autres), elle revendique une approche intersectionnelle. L’historienne revient sur la racialisation des domestiques qui permet d’« affirmer un rapport de pouvoir asymétrique [et de] renforcer la position de supériorité sociale, économique et/ou juridique dont disposent les personnes blanches » (Béal, 2016, p. 515). Elle montre comment cette racialisation passe d’une part par la déshumanisation, qui a des répercussions sur les conditions de travail et fait ressortir des enjeux de dignité, et d’autre part par la soumission à des dévalorisations systématiques des aptitudes intellectuelles.

30Si les approches transnationales ne sont pas nouvelles (Lee Downs, 2002), elles marquent les recherches récentes. L’histoire du travail et celle de l’immigration se nourrissent pour renouveler l’histoire des relations entre les sexes. Camille Fauroux analyse les reconfigurations de l’emploi féminin dans un moment particulier et exceptionnel, la Seconde Guerre mondiale. L’approche transnationale qu’elle adopte lui permet de repenser les catégories comme de revisiter les historiographies nationales. L’élaboration d’un échantillon d’environ 1000 dossiers de travailleuses civiles françaises « constitue une illustration convaincante de l’intérêt pour l’histoire quantitative de s’interroger sur les catégories classificatoires dans ses sources » (Fauroux, 2016, p. 110). Retraçant les trajectoires des travailleuses civiles françaises en Allemagne, elle montre que l’histoire du travail féminin en France pendant la Seconde Guerre mondiale ne peut être lue qu’au prisme d’une histoire transnationale, les dynamiques du déploiement de la production de guerre dans une Europe occupée l’étant également. L’historienne apporte donc un éclairage précieux sur des parcours et expériences de travail complexes qui, à la Libération, seront réduits à des actes de collaboration.

31L’approche transnationale adoptée également par Céline Schoeni permet de mettre en évidence les logiques identiques et les spécificités nationales quant à l’offensive contre le travail féminin. Elle consacre en effet une partie de son étude à la dimension internationale du problème du travail des salariées des services publics et se penche sur la position adoptée par le Bureau international du travail (BIT) dans le cadre de l’offensive contre le travail des femmes fonctionnaires. Le choix du BIT, institution supranationale et indépendante, comme point d’observation, donne une vision d’ensemble des stratégies transnationales, notamment autour de la redéfinition de la division sexuelle du travail dans les emplois publics. Les gouvernements se sont servis de la crise pour renforcer cette hiérarchie et ses principes de ségrégation verticale et horizontale. Cela se traduit par une précarisation des conditions de travail qui est difficilement quantifiable. La pression des associations féministes nationales et internationales oblige le BIT à placer la question du statut des femmes fonctionnaires au centre des débats. Le regard, jusqu’alors tourné vers la condition des ouvrières, se déplace en direction des femmes fonctionnaires. Le BIT se dote d’organismes spécifiques : un comité de correspondance pour le travail voit le jour en 1932 auquel s’ajoute, deux ans plus tard, le service du travail des femmes et des enfants. La nomination de Marguerite Thibert à sa tête, dont on peut suivre le parcours à travers le dernier ouvrage de Françoise Thébaud (2017), est un pas de plus vers la prise en charge du problème du travail des femmes fonctionnaires. On multiplie les enquêtes entre 1936 et 1938, qui viennent reconnaître officiellement l’offensive contre le travail féminin. En confiant l’étude de la protection du travail féminin exclusivement à des femmes, souvent plus diplômées et qui par leur situation de veuves ou de célibataires sont confinées au statut de salariées, le BIT laisse aux mains des hommes l’expertise du travail, reproduisant ainsi les normes genrées au sein de ses instances. La dimension transnationale rend compte des pratiques et des positions adoptées par les mouvements féministes à vocation internationale, l’ODI (Open Door International), l’AISF (Association internationale pour le suffrage des femmes) et le CIF (le Conseil international des femmes, qui bénéficie d’un large rayonnement et pèse le plus dans les travaux du BIT). Elle permet aussi de mettre en lumière la circulation des idées entre la Suisse et la France où l’implantation et l’activité des réseaux féministes diffèrent. En Suisse, alors que les divisions sont nombreuses en raison du découpage administratif, la voie réformiste légaliste l’emporte parmi les stratégies revendicatives. En France, les groupes féministes sont davantage visibles et combatifs dans les actions publiques, facilités par un contexte socio-économique plus favorable.

32Enfin, Anne Montenach adopte elle aussi une perspective transnationale dans la mesure où elle s’interroge sur l’espace des Alpes comme espace transfrontalier qui « [met] en contact plusieurs entités politiques et territoriales à des échelles variées [et constitue] un laboratoire idéal pour appréhender à la fois les ressources spécifiques offertes par la frontière, les dynamiques sociales, économiques et politiques qui s’y jouent et l’attitude de l’État ou des pouvoirs locaux face aux trafics » (Montenach, 2017, p. 17). Plus précisément encore, Anne Montenach cherche à saisir « les espaces économiques des femmes et les opportunités que leur offre […] l’économie de la frontière et de l’illicite » (Montenach, 2017, p. 17).

33Sans prétendre à l’exhaustivité, ce tour d’horizon historiographique confirme l’intérêt des recherches en histoire sur le travail féminin des classes populaires. Des thèmes que l’on pensait épuisés, à l’image de la division sexuée du travail, sont encore questionnés et viennent enrichir les analyses. Le milieu industriel comme les services publics ont intégré l’organisation sexuée dans leur fonctionnement. L’intersectionnalité et le jeu des échelles (micro/macro) aident à déconstruire les catégories d’analyse et nous invitent à en redéfinir les contours. Les traits caractéristiques du travail subalterne traversent les frontières géographiques et temporelles comme les milieux de travail (ouvrier/employé).

34Si ces six études ont permis de brosser à grands traits quelques problématiques saillantes de l’historiographie actuelle se rapportant au travail féminin des classes populaires, elles ne les abordent pas toutes. Ainsi, des études récentes autour des métiers du care (ménage, préparation des repas, soins aux enfants et aux personnes âgées) mettent en lumière le déficit de reconnaissance en termes de compétences pour les femmes qui exercent ces professions, considérées comme le prolongement des fonctions « naturelles » féminines (maternelle et ménagère), malgré leur formation qualifiante. L’approche du travail par le care émerge donc également en histoire, puisque la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire y a consacré un numéro au printemps 2019.

Haut de page

Bibliographie

Auslander, L., Zancarini-Fournel, M. (dir.), 1995, Différence des sexes et protection sociale XIXe-XXe siècles, Presses universitaires de Vincennes, Saint-Denis.

Béal, M., 2016, « La domesticité dans la région lyonnaise et stéphanoise : vers la constitution d’un prolétariat de service (1848-1940) », Thèse d’histoire, European University Insitute.

Beau, A.-S., 2004, Un siècle d’emplois précaires, Payot, Paris.

Butler, J., 2005, Trouble dans le genre, La Découverte, Paris.

Dermenjian, G., Loiseau, D., 2006, « Les sources orales et l’histoire des femmes et du genre », in Descamps, F. (dir), Les sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Bréal, Rosny-sous-Bois, , p. 211-221.

Dubesset, M., Thébaud, F., Vincent, C., 1977, « Les munitionnettes de la Seine, 1914-1918 : l’autre front », Cahier du Mouvement Social, n° 2, Les Éditions ouvrières, Paris, p. 189-219.

Dubesset, M., Zancarini-Fournel, M., 1993, Parcours de femmes : réalités et représentations. Saint-Étienne, 1880-1950, Presses universitaires de Lyon, Lyon.

Duby, G., Perrot, M., 1992, L’histoire des femmes en occident, 5 tomes, Plon, Paris.

Fassin, D., 2009, « Les économies morales revisitées », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 64, n° 6, p. 1237-1266.

Fauroux, C., 2016, « Les travailleuses civiles de France : des femmes dans la production de guerre de l’Allemagne national-socialiste (1940-1945) », Thèse d’histoire, EHESS.

Fraisse, G., 1979, Femmes toutes mains. Essai sur le service domestique, Le Seuil, Paris.

Gallot, F., Gay, V., 2016, « Ouvrières et OS immigrés : des travailleur-se-s déqualifiés ? Les luttes pour la dignité des années 1968 aux années 1980 » in Calderon, J., Demailly, L., Muller, S. (dir.), Les marges du travail et de l’emploi : formes, enjeux, processus, Octarès, Toulouse.

Gardey, D., 2002, La dactylographe et l’expéditionnaire, Histoire des employées de bureau, 1890-1930, Belin, Paris.

Groupe « Genre et classes populaires », 2016, « Introduction : le lieu à l’épreuve du genre et des classes populaires », Genre & Histoire, n° 17 [en ligne : https://journals.openedition.org/genrehistoire/2416].

Groupe « Genre et classes populaires », 2018, « La production quotidienne du genre en milieu populaire », Genèses, n° 111, p. 3-8.

Guerry, L., 2013, Le genre de l’immigration et de la naturalisation, ENS éditions, Lyon.

Guilbert, M., Zylberberg-Hocquard, M.-H., Lewitt, N., 1977, Travail et condition féminine, Éditions de la Courtille, Paris.

Harden Chenut, H., 2010, Les ouvrières de la République : les bonnetières de Troyes sous la Troisième République, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Jarrige, F., 2010, « Le travail de la routine : autour d’une controverse sociotechnique dans la boulangerie française du XIXe siècle », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 65, n° 3, p. 645-677.

Join-Lambert, O., 2001, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager (1944-1973), Belin, Paris.

Lachat, S., 2014, Les pionnières du temps. Vies professionnelles et familiales des ouvrières de l’industrie horlogère suisse (1870-1970), Alphil, Neuchâtel.

Lee Downs, L., 2002, L’inégalité à la chaîne, La division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre, Albin Michel, Paris.

Lüdtke, A., 1996, « Ouvriers, Eigensinn et politique dans l’Allemagne du XXe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 113, p. 91-101.

Martin, M., 1987, « Ménagère, une profession ? », Le Mouvement social, n° 140, p. 89-106.

Martin-Fugier, A., 1979, La place des bonnes. La condition domestique à Paris en 1900, Grasset, Paris.

Montenach, A., 2017, Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Alpes au XVIIIe siècle, Presses universitaires de Grenoble, Grenoble.

Muel-Dreyfus, F., 1996, Vichy et l’éternel féminin : contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Le Seuil, Paris.

Nakano Glenn, E., 1992, « From Servitude to Service Work : Historical Continuities of Racial Division of Paid Reproductive Work », Signs, vol. XVIII, p. 1-43.

Omnès, C., 1997, Ouvrières parisiennes. Marché du travail et trajectoires professionnelles au 20e siècle, Éditions de l’EHESS, Paris.

Perrot, M. (dir.), 1978, numéro spécial « Travaux de femmes dans la France du XIXe siècle », Le Mouvement social, n° 105, p. 3-172.

Perrot, M., 1980, « La ménagère dans l’espace parisien au XIXe siècle », Nouvelles Annales de la Recherche urbaine, n° 9, p. 3-22.

Perrot, M., 1981, « Sur l’histoire des femmes en France », Revue du Nord, n° 250, p. 569-579.

Perrot, M. (dir.), 1987, numéro spécial « Métiers de femmes », Le Mouvement social, n° 140, p. 3-138.

Perrot, M., 1998, Les femmes ou les silences de l’histoire, Flammarion, Paris.

Plumauzille, C., 2016, Prostitution et révolution, Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789-1804), Champ Vallon, Ceyzérieu.

Schoeni, C., 2012, Travail féminin : retour à l’ordre ! L’offensive contre le travail des femmes durant la crise économique des années 1930, Antipodes, Genève.

Starti, R., 2015, « Historians, Social Scientists, Servants, and Domestic Workers: Fifty Years of Research on Domestic and Care Work », in Hoerder, D., Van Nederveen Meerkerk, E., Neunsinger, S. (dir.), Towards a Global History of Domestic and Caregiving Workers, Brill, Leiden, p. 25-60.

Stoler, A.L., 2013, La Chair de l’empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, La Découverte, Paris.

Taraud, C., 2008, « Genre, classe et “race” en contexte colonial : une approche par la mixité sexuelle », in Théry, I. (dir), Ce que le genre fait aux personnes, Éditions de l’EHESS, Paris, p. 157-171.

Thébaud, F., 2007, Écrire l’histoire des femmes et du genre, ENS éditions, Lyon.

Thébaud, F., 2017, Une traversée du siècle. Marguerite Thibert, femme engagée et fonctionnaire internationale, Belin, Paris.

Thompson, E.P., 1966, « History from Below », Times Literary Supplement, p. 279-280.

Thompson, E.P., 2011 [1992], « L’esprit whig sans l’élitisme », propos recueillis par Penelope Corfield, Vacarme, n° 56, p. 4-8 [en ligne : https://vacarme.org/article2042.html].

Virgili, F., 2002, « L’histoire des femmes et l’histoire des genres aujourd’hui », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 75, p. 15-20.

Zancarini-Fournel, M., 2010, « Condition féminine, rapports sociaux de sexe, genre… », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 32, p. 119-129.

Zylberberg-Hocquard, M.-H., 1978, « Les ouvrières d’État (Tabacs-Allumettes) dans les dernières années du XIXe siècle », Le Mouvement social, n° 105, p. 87-107.

Haut de page

Notes

1 L’hymne du Mouvement de libération des femmes (MLF), écrit en 1971, commence ainsi : « Nous qui sommes sans passé, les femmes. Nous qui n’avons pas d’histoire ».

2 C’est le cas notamment des travaux de Delphine Gardey dont il sera question plus bas et de Stéphanie Lachat dont l’ouvrage fait partie du corpus étudié.

3 Le groupe « Genre et classes populaires » a réuni des doctorantes en 2010 et a animé plusieurs années durant un séminaire à la Sorbonne.

4 En France, l’interdiction du travail de nuit pour les femmes par mesure de protection et pour des raisons morales est instaurée en 1892.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Gallot et Amandine Tabutaud, « Du renouveau de l’histoire des femmes au travail : note critique autour de quelques travaux récents », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 3 | Juillet-Septembre 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/21422 ; DOI : 10.4000/sdt.21422

Haut de page

Auteurs

Fanny Gallot

CRHEC, Université Paris Est Créteil, ESPE de Livry Gargan, 45, avenue Jean Zay, 93190 Livry-Gargan, France
Fanny.gallot[at]gmail.com

Amandine Tabutaud

(autrice correspondante)
Laboratoire IDHES Évry, Université d’Évry, Université Paris-Saclay, Boulevard François Mitterrand, 91025 Evry Cedex, France
Amandine.tabutaud[at]orange.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals