Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, B. Zimmermann

Economica, Paris (2011). 233 p.
Bernard Gazier
p. 533-534
Référence(s) :

Bénédicte Zimmermann, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Economica, Paris, 2011, 233 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean De Munck, Bénédicte Zimmermann (Eds.), La liberté au prisme des capacités. Amartya Sen au-delà (...)

1C’est une voie doublement originale qu’explore Bénédicte Zimmermann en tant que sociologue du travail et de l’emploi. En effet, elle poursuit dans son dernier livre l’application de la pensée d’Amartya Sen à la compréhension qualitative des parcours professionnels en France, alors que cet économiste s’est cantonné aux pays en voie de développement, a proposé une batterie d’indicateurs quantifiés et n’a produit que peu ou pas de réflexions sur le marché du travail et les firmes occidentales. Un précédent livre1 avait jeté les bases méthodologiques de cette démarche, qui trouve ici une illustration soigneusement élaborée. Cette première originalité se double d’une seconde, qui en est en quelque sorte la conséquence : dans les travaux critiques qui étudient la manière dont l’ère post-fordiste a déstabilisé les plus fragiles des salariés, Ce que travailler veut dire se singularise en se centrant sur des expériences positives, retraçant les pratiques d’entreprises construisant la stabilisation et le développement professionnel de leurs salariés. Issu d’une série d’enquêtes effectuées entre 2002 et 2006 sur le devenir de salariés dans des Groupements d’Employeurs et dans une dizaine d’entreprises privées ou publiques (ces dernières avec la collaboration de Delphine Corteel), le livre retrace aussi bien des itinéraires professionnels dominés voire régressifs que des itinéraires d’intégration réussie voire d’épanouissement personnel — mais il se centre sur ces derniers. Il en résulte une argumentation a contrario, dans laquelle les conditions des réussites constatées tout comme leurs éventuelles limites alertent sur les fragilités, voire les violences, faites aux moins favorisés des travailleurs et des travailleuses.

2Soigneusement écrit et construit, de style agréable et parfois incisif entre empathie et ironie, l’ouvrage se divise en deux parties d’importance approximativement égales, l’une consacrée à trois groupements d’employeurs dont l’un est privilégié, et l’autre à un échantillon de dix entreprises ou organisations dont une est privilégiée : à chaque fois, il s’agit d’organisations qui se sont fixé comme but, parmi d’autres, de sécuriser et promouvoir leurs salariés, du moins certains d’entre eux. L’étude attentive et contextualisée des parcours professionnels de quelques bénéficiaires de ces pratiques est le cœur de l’ouvrage.

3Il en résulte trois apports principaux. Le premier est une étude convaincante de certains tournants biographiques clés par lesquels les travailleurs accèdent à des espaces d’opportunités qu’ils peuvent explorer et mettre à profit. Ces « transitions critiques » positives sont ici mises en évidence et en quelque sorte démontées, dans leurs conditions de possibilité comme dans leurs conditions d’appropriation. C’est ainsi que dans les Groupements d’Employeurs, qui construisent des emplois à temps plein en agrégeant plusieurs temps partiels dans plusieurs entreprises, la sécurisation apparaît sous deux formes contrastées selon le « genre », les femmes bâtissant leur carrière sous le signe du « débordement », et les hommes sous celui de la « préservation » : d’un côté l’accès à l’emploi intéressant se paye en quelque sorte par une mobilisation permanente envahissant la vie domestique, et de l’autre les hommes étant plus en mesure d’opérer une mise à distance moins stressante.

4Le second apport réside dans l’identification des comportements d’employeurs qui permettent la stabilisation et le développement professionnel : « habiliter » et « reconnaître », soit accorder des droits séquentiels et optionnels qu’exerceront les salariés en fonction de leurs besoins et de leurs projets, et valider les acquis de leurs démarches et de leurs expériences — autant de supports collectifs nécessaires organisant des « transitions ».

5Le troisième apport est une analyse de la manière dont le management participatif reconstruit un certain collectif là où l’individualisation a détruit les anciens modes d’existence des grands collectifs salariés (solidarité de l’atelier, du groupe, du syndicat). Ce collectif nouveau est absent des Groupements d’Employeurs, mais présent dans la grande firme participative à laquelle est consacrée la seconde partie. Tout en produisant une manière de vivre ensemble, il est à la main de l’employeur, notamment en ce qui concerne le tri discrétionnaire qu’il instaure des salariés méritant ou non une promotion.

6Le livre se clôt logiquement sur la recherche de contrepoids à ce pouvoir unilatéral et sélectif même s’il est bien intentionné et porteur d’intégration.

7Quelques interrogations demeurent le livre refermé. Le rapport à A. Sen, fait de fidélité, mais aussi de critique et d’inflexion, demanderait plus de précisions, par exemple sur la tension entre liberté négative et liberté positive. Le livre promeut une réflexion finale sur la « qualité du salarié » là où le centrage sur les entreprises aurait dû conduire l’auteur à examiner (par exemple avec le « travail décent » du Bureau international du travail, ou avec les très nombreux travaux de l’Union Européenne et autour d’elle) les batteries d’indicateurs désormais disponibles sur la « qualité du travail ». Enfin, la méthode a contrario laisse supposer, à juste titre, que des tiers doivent s’interposer et contribuer à sécuriser les parcours des plus fragiles, mais pour savoir lesquels il aurait fallu reprendre symétriquement les anti-carrières des moins favorisés et voir d’où proviennent leurs « transitions critiques » négatives, par exemple de « marchés internes » ancienne manière et à bout de souffle. La matière d’un autre ouvrage ?

Haut de page

Notes

1 Jean De Munck, Bénédicte Zimmermann (Eds.), La liberté au prisme des capacités. Amartya Sen au-delà du libéralisme, Éditions de l’EHESS, Paris, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gazier, « Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, B. Zimmermann », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 4 | 2012, 533-534.

Référence électronique

Bernard Gazier, « Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, B. Zimmermann », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 4 | Octobre-Décembre 2012, mis en ligne le 10 juin 2018, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2149

Haut de page

Auteur

Bernard Gazier

CNRS, université Paris 1, 106-112, boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris, France
Gazier[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals