Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yasemin Besen-Cassino, The Cost of Being a Girl: Working Teens and the Origins of the Gender Wage Gap

Temple University Press, Philadelphia, 2018, 208 p.
Maxime Lescurieux
Référence(s) :

Yasemin Besen-Cassino, The Cost of Being a Girl: Working Teens and the Origins of the Gender Wage Gap, Temple University Press, Philadelphia, 2018, 208 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Quand et comment émerge l’écart salarial entre les femmes et les hommes ? La recherche de Yasemin Besen-Cassino répond à cette question en se focalisant sur des personnes scolarisées ou étudiantes, âgées entre 14 et 25 ans, qui occupent parallèlement à leurs études un emploi rémunéré aux États-Unis. Cet angle d’analyse permet d’une part de revenir aux origines de cette inégalité, et d’autre part d’éliminer un certain nombre d’explications individualistes qui sont généralement mobilisées pour résoudre l’énigme de l’inégalité salariale entre les sexes, telle l’approche beckerienne du capital humain.

  • 1 L’Institutional Review Board, ou comité éthique de l’université de Montclair aux États-Unis, ne per (...)

2Pour comprendre quand et comment les inégalités de salaire apparaissent aux États-Unis, la sociologue se dote d’une approche mixte. Les données statistiques des enquêtes National Longitudinal Survey of Youth et World Values Survey, produites par le Bureau of Labor Statistics, permettent d’estimer les premiers écarts selon le genre parmi les 14-25 ans scolarisés ou étudiants qui occupent à côté un emploi rémunéré, salarié ou indépendant (free-lance : sans contrat de travail), quel que soit le secteur d’activité. Ces données sont complétées par 63 entretiens auprès de jeunes étudiants âgés de 18 à 25 ans1 qui occupent un emploi salarié dans des métiers de services ou travaillent comme indépendants (en faisant du baby-sitting par exemple), deux catégories d’emplois où les plus jeunes travailleurs sont surreprésentés aux États-Unis dans les statistiques nationales.

3Dans le premier chapitre, la sociologue pose trois questions : existe-t-il une période d’égalité entre les sexes sur le marché du travail ? À quel âge les inégalités salariales selon le sexe émergent-elles ? Quels facteurs interviennent dans ces inégalités ? Pour répondre à ces questions, Y. Besen-Cassino s’appuie sur les données quantitatives. Elle constate que l’écart salarial entre les garçons et les filles s’observe dès l’âge de 14 ans et croît avec l’âge au sein de cette population. Le principal facteur explicatif de cette inégalité est la ségrégation horizontale : la concentration des filles dans les petits boulots « indépendants » (non formalisés par un contrat), tandis que les garçons sont davantage dans des emplois salariés mieux rémunérés. Cependant, même à type de contrat similaire, il demeure toujours une inégalité entre les sexes. Malgré le contrôle des caractéristiques individuelles et professionnelles, 71 % de l’écart salarial s’explique par le genre, toutes choses égales par ailleurs.

4Dans le second chapitre, l’autrice met en avant les mécanismes par lesquels les jeunes femmes sont relativement moins rémunérées que les jeunes hommes au sein des emplois occupés sans contrat de travail, tel le baby-sitting. L’analyse qualitative permet d’alléguer une division sexuée du travail dans ce type d’emploi qui intervient sur la rémunération. Les tâches auxquelles sont affectées les filles (le travail de care en l’occurrence) sont moins valorisées que celles des garçons (les activités en extérieur) par les parents. Les filles sont embauchées sur la base de qualités présupposées et naturalisées qui ne bénéficient pas d’un avantage salarial. En revanche, les garçons tirent profit d’un avantage comparatif dans ce type d’emploi où les filles sont surreprésentées. Dans ce secteur, comme dans d’autres, les garçons disposent d’un « escalator de verre » (Williams, 1992) où leur position de minoritaires leur permet d’obtenir une meilleure rémunération par des tâches valorisées. Par ailleurs, dans ce monde professionnel, les frontières du travail prescrit tendent à s’élargir au cours du temps sans pour autant amener à une revalorisation salariale, note Y. Besen-Cassino. Pour expliquer ce phénomène, l’autrice mobilise le concept de la « force des liens faibles » de Mark Granovetter. Si le réseau informel procure un effet positif, en l’occurrence dans l’obtention d’un emploi, ce dernier freine une possible revalorisation salariale du fait de la relative proximité affective avec l’employeur.

5Le chapitre 3 explore l’inégalité entre les sexes dans les emplois étudiants salariés, ici dans le commerce de détail. Dans ce secteur d’activité, une double injonction renforce les inégalités entre les garçons et les filles. La première est une injonction à se conformer aux exigences esthétiques de la marque. Ce « travail esthétique » pèserait davantage sur les filles. La mise en conformité de l’apparence implique pour ces salariées une consommation substantielle des produits de la marque afin de conserver leur emploi, ce qui génère un processus d’endettement spécifique aux femmes. Une seconde injonction renforce également cette inégalité sexuée : le poids du « travail émotionnel », au sens du double effort fait par les salariées pour maîtriser — dans le sens voulu par l’employeur — leurs propres émotions (Hochschild, 1983). Présupposées « plus à l’écoute de la clientèle » par l’encadrement, les jeunes femmes sont surreprésentées dans des tâches au contact du public (qualifiées de « sale boulot » par les salariés et moins rémunérées), tandis que les garçons, assignés aux « coulisses » des magasins, se voient confier la gestion des stocks.

6Dans le quatrième chapitre, Y. Besen-Cassino adopte une approche intersectionnelle, en croisant le genre, la race et la classe. Les femmes afro-américaines de moins de 25 ans de milieux populaires sont sous-représentées dans les services, alors qu’elles sont surreprésentées dans des secteurs moins rémunérateurs tels que le baby-sitting : « L’origine socio-économique et l’inégalité raciale ne sont pas deux formes différentes de discrimination sur le marché du travail ; elles sont liées, chacune des deux pouvant être cachée par l’autre catégorie » (p. 110).

7Cette perspective, notamment conceptualisée par Kimberley Crenshaw (1989), permet de mettre en lumière simultanément plusieurs niveaux de domination. Dans le commerce de détail, le travail esthétique a une incidence sur l’inégalité salariale entre les sexes. Mais, bien plus qu’un effet sur le genre, en découle également un effet sur la sélection socio-économique des salariées. Dans ce cadre, l’endettement est plus difficilement supporté par les jeunes femmes de milieux populaires. Par ailleurs, l’expérience du travail émotionnel qui, au-delà de son double aspect de genre et de classe, est également soumise à des rapports sociaux de race, notamment dans les interactions avec la clientèle. Partie intégrante de la maîtrise des émotions, l’authenticité de la gentillesse est inégalement perçue par les clients selon l’assignation ethno-raciale de l’employée. Au sein des emplois « indépendants », si le capital social est une composante importante dans l’obtention d’un emploi, il est également source d’inégalités. Les chances de trouver un emploi de baby-sitter au sein d’une famille aux revenus modestes sont plus élevées pour les afro-américaines, relativement aux autres catégories ethno-raciales. En dernier lieu, cette démonstration permet de déconstruire la catégorie de « femme » tout en éclairant l’imbrication des rapports sociaux à l’œuvre.

8Enfin, le dernier chapitre est consacré aux effets à long terme de ces premières expériences de travail sur l’inégalité salariale entre femmes et hommes. Toutes choses égales par ailleurs, les hommes ayant eu un « petit boulot » avant 25 ans bénéficient à long terme de ces expériences professionnelles dans l’amélioration de leur salaire. En revanche, cet effet ne s’observe pas pour les femmes, en l’occurrence celles qui ont le plus longtemps travaillé dans le commerce de détail. Pour expliquer ces résultats, Yasemin Besen-Cassino s’appuie sur le poids de la socialisation professionnelle qui se révèle genrée à long terme.

9L’usage à bon escient des concepts, émaillé d’allers-retours permanents entre les matériaux quantitatif et qualitatif, fait la force de cette recherche qui explore sous un nouveau jour les sources de l’inégalité salariale entre les femmes et les hommes sur le marché du travail aux États-Unis. Si la tranche d’âge de la population étudiée paraît convaincante pour la démonstration, il demeure certaines interrogations sur son approche. Le contrôle de certaines variables socio-démographiques reste à préciser afin de neutraliser la question de la répartition inégale des tâches domestiques et parentales entre les sexes. Les États-Unis affichent notamment le taux de fécondité des adolescentes le plus élevé parmi l’ensemble des pays économiques développés. Près d’un demi-million de femmes âgées de moins de 20 ans y mettent chaque année un enfant au monde sur un total de douze millions, soit environ 3,5 % — contre 0,7 % en France (Barbieri, 2012). Quel que soit l’échantillon, qualitatif ou quantitatif, la situation parentale ou le lieu de résidence ne sont pas précisés. Or, les jeunes adultes peuvent conserver un point d’attache chez leurs parents, tout en ayant d’autres modes d’hébergement. On regrette également le choix de construction du corpus qualitatif, un échantillonnage par boule de neige qui laisse sous-entendre que le genre n’est qu’une « affaire de femme », puisque seulement trois hommes ont été interviewés, sur 63 entretiens, sans que cela ne soit justifié. Cette conception du genre, « aussi fréquente que contestable » (Clair, 2012), peut paraître réductrice.

Haut de page

Bibliographie

Barbieri, M., 2012, « Les maternités précoces aux États-Unis », Travail, genre et sociétés, n° 28, p. 107-132.

Clair, I., 2012, Sociologie du genre, Armand Colin, Paris.

Crenshaw, K. W., 1989, « Demarginalizing the intersection of race and sex: A black feminist critique of antidiscrimination doctrine, feminist theory and antiracist politics », University of Chicago legal forum, n° 139, p. 139-167.

Hochschild, A. R., 1983, The Managed Heart: Commercialization of Human Feeling, University of California Press, Berkeley.

Williams, C. L., 1992, « The glass escalator: Hidden advantages for men in the “female” professions », Social problems, vol. 39, n° 3, p. 253-267.

Haut de page

Notes

1 L’Institutional Review Board, ou comité éthique de l’université de Montclair aux États-Unis, ne permet pas de mener des entretiens semi-directifs auprès de personnes de moins de 18 ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Lescurieux, « Yasemin Besen-Cassino, The Cost of Being a Girl: Working Teens and the Origins of the Gender Wage Gap », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 3 | Juillet-Septembre 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/21496

Haut de page

Auteur

Maxime Lescurieux

Institut national d’études démographiques
133, boulevard Davout, 75020 Paris, France
Maxime.Lescurieux[at]ined.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals