Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 54 - n° 4Comptes rendusBifurcations. Les sciences social...

Comptes rendus

Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, M. Bessin, C. Bidart, M. Grossetti (Eds.)

La Découverte, Paris (2010). 397 p.
Gilles Bastin
p. 534-536
Référence(s) :

Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti (dir.), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, La Découverte, Paris, 2010, 397 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Il faut saluer l’ambition affichée par Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti qui ont composé cet ouvrage à partir de 27 contributions à l’atelier qu’ils ont animé dans le cadre de l’action concertée incitative (ACI) « Terrains, Techniques, Théories » entre 2003 et 2006 puis au colloque qui l’a conclu. Les coordonnateurs de l’ouvrage s’attaquent en effet à un des problèmes les plus complexes de la réflexion sociologique : la prise en compte des phénomènes de ruptures temporelles dans les trajectoires d’individus, de groupes ou d’institutions.

2Pour eux les sciences sociales, singulièrement en France, ont eu trop tendance à considérer la contingence, l’événement et la rupture de trajectoires longitudinales comme hors de leur portée. Au mieux comme la simple rencontre aléatoire entre séries causales indépendantes qui, elles, peuvent être expliquées.

« Si nous nous sommes tant interrogés sur les événements et les bifurcations, écrivent les coordonnateurs dans leur introduction, c’est qu’il nous semblait que la sociologie leur faisait bien peu de place dans ses débats théoriques alors même que dans leurs recherches empiriques les sociologues s’y trouvaient confrontés en permanence (...). Recherchant surtout les causalités, les effets de structures, les régularités et les processus continus, la sociologie a longtemps disposé de peu de concepts et d’outils susceptibles d’aider à l’analyse de changements plus brusques et imprévisibles qui impliqueraient de donner du sens à des situations de rupture de parcours, de contingence et d’événement, contre lesquelles elle s’est en grande partie construite. »

3Cet aveuglement est d’autant plus regrettable que dans d’autres contextes académiques (aux Etats-Unis notamment) mais aussi dans des disciplines voisines comme l’économie, la science politique, l’histoire ou la philosophie, de nombreuses « transitions paradigmatiques » ont déjà permis de donner plus de poids à l’analyse de ces « changements brusques et imprévisibles » que l’on peut qualifier de « bifurcations », qu’elles se déroulent à l’échelle d’une carrière individuelle ou de l’histoire d’un groupe ou d’un pays tout entier. Cette carence apparaît particulièrement dommageable dans « un contexte socio-économique marqué par l’accélération des changements ».

4De ce point de départ découle la forme même de l’ouvrage, conçu comme une juxtaposition de contributions ne cachant pas l’éclatement de leurs ancrages disciplinaires ou les variations sémantiques qu’elles opèrent autour des concepts les plus centraux de l’ouvrage.

5La première partie de l’ouvrage est consacrée à une approche épistémologique. Le cas de la sociologie, central dans l’économie de l’ouvrage, est traité par les coordonnateurs. Ils montrent que celle-ci est restée fortement dépendante, en Europe à tout le moins, d’une vision structurale et « balistique » — c’est-à-dire linéaire — des trajectoires individuelles. Chez Francois Simiand, Émile Durkheim ou Karl Marx domine en effet un certain déni de l'aléa biographique. A contrario, les interactionnistes américains, en développant des notions comme celle de « carrière » et de « turning point » ont ouvert des voies originales pour comprendre les bifurcations des trajets personnels. La comparaison avec les autres disciplines montre pour l’essentiel un clivage paradigmatique. Alors que la question de « l’événement » est centrale pour l’historien et le philosophe, l’économiste et le politiste lui préfèrent celle de la « bifurcation » qui a fait l’objet d’un travail déjà conséquent de formalisation dans tous les modèles d’analyse du changement fondés sur le mécanisme dit de la « dépendance au sentier ».

6La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à une approche morphologique des phénomènes de bifurcation. Elle est introduite par la traduction d’un texte de William Sewell originellement paru dans un ouvrage collectif dirigé par Terence McDonald (The Historic Turn in Human Sciences, The University of Michigan Press, Ann Arbor, 1996). L’auteur y fait le constat d’un « tournant historique » de la sociologie américaine et promeut un « usage événementiel » de la temporalité qui ne recule pas devant une certaine dilution dans le récit de l’ambition nomologique des sciences sociales : « pour être adéquates, des descriptions événementielles des processus sociaux devraient ressembler plus à des histoires bien faites ou des narrations qu’à des lois de la physique ».

7La troisième partie de l’ouvrage est consacrée à la « rupture » et à la notion de « turning point ». Elle est introduite par la traduction du chapitre 8 de Time Matters (University of Chicago Press, Chicago, 2001) de Andrew Abbott, un texte qui pose très clairement les principes du « positivisme narratif » dont l’auteur est un des défenseurs depuis les années 1990 et qui propose une analyse de la structure sociale comme « mémoire encodée du processus passé », c’est-à-dire comme une succession de « séquences » faisant alterner, sous des formes variées qu’il est possible de typologiser, « trajectoires » et « turning points ».

8La quatrième partie de l’ouvrage explore la question de la perception subjective des carrières et de la dimension intersubjective et discursive des phénomènes de bifurcation. Comme le montre Michèle Leclerc-Olive, toute bifurcation relève en effet aussi d’une expérience sensible souvent marquée par le caractère « tranchant » de l’événement biographique. De leur côté, Harrisson White, Frederic Godart et Matthias Thiemann replacent la question des bifurcations dans la théorie plus large des formations sociales à laquelle le nom de Harrisson White est dorénavant associé.

9Enfin, la dernière partie de l’ouvrage porte sur la dimension collective des bifurcations : les effets d’organisation, de contexte institutionnel ou même ceux de l’environnement sont explorés dans un sens qui pousse par exemple Jean-Pierre Dupuy à proposer, plus que l’explication des bifurcations du passé, une véritable « science du futur ».

10C’est la grande richesse de cet ouvrage que de proposer de nombreux regards différents sur un phénomène dont les auteurs ne cherchent pas à forcer la cohérence scientifique. Cette perspective conduit à l’évidence à négliger certaines pistes (on peut penser aux développements de la career theory, très présente dans les disciplines de la gestion ou encore aux travaux de Richard Senett sur la question de la résistance des individus au changement biographique en régime de capitalisme flexible). Elle conduit aussi à juxtaposer parfois des concepts ayant des usages différents dans les disciplines qui les emploient.

11Mais l’ouvrage aborde de nombreux problèmes qui se posent régulièrement au sociologue : celui du raisonnement par cas et de son rapport au raisonnement par variables (notamment lorsque le nombre de cas envisageables est petit) ; celui de la dimension « narrative » des matériaux collectés, souvent réorientés par leurs auteurs autour du « point final » qu’ils ont atteint, au risque, comme le note Marielle Poussu-Plesse dans sa contribution, de négliger les phénomènes itératifs dont sont faites les trajectoires individuelles ; celui de la dimension plus ou moins narrative des récits élaborés par le sociologue lui-même.

12Tous les auteurs réunis ici partagent finalement une même ambition : pour eux les ruptures de trajectoires, loin d’être la dernière et irréductible part d’ignorance que les sciences sociales devraient au caractère imparfait qui est le leur, pourront un jour être mieux connues et expliquées qu’elles le sont actuellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bastin, « Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, M. Bessin, C. Bidart, M. Grossetti (Eds.) »Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 4 | 2012, 534-536.

Référence électronique

Gilles Bastin, « Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, M. Bessin, C. Bidart, M. Grossetti (Eds.) »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 4 | Octobre-Décembre 2012, mis en ligne le 10 juin 2018, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2151 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.2151

Haut de page

Auteur

Gilles Bastin

UMR Pacte, institut d’études politiques, université de Grenoble, BP 48, 38040 Grenoble cedex 9, France
gilles.bastin[at]iepg.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search