Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Clément Carbonnier et Nathalie Morel, Le retour des domestiques

Le Seuil, Paris, 2018, 106 p.
Alizée Delpierre
Référence(s) :

Clément Carbonnier et Nathalie Morel, Le retour des domestiques, Le Seuil, Paris, 2018, 106 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1« La politique de soutien aux services à la personne marque un inquiétant retour à la domesticité » : c’est l’alarme que tire l’ouvrage de l’économiste Clément Carbonnier et de la politiste Nathalie Morel, Le retour des domestiques. Ce retour à la domesticité en Europe correspond à l’expansion, depuis les années 1990, du travail domestique rémunéré effectué au domicile de particuliers. Si des facteurs structurels et socio-économiques expliquent sa recrudescence, C. Carbonnier et N. Morel s’intéressent aux politiques publiques de soutien aux services à la personne à l’œuvre depuis une trentaine d’années et proposent une critique de leurs effets, dans le contexte français. Le livre se structure en quatre chapitres. Le chapitre 1 présente la chronologie de la mise en place de ces politiques publiques et leurs justifications gouvernementale, nationale et européenne. Les chapitres 2 et 3 démontrent les impacts des réformes fiscales conduites sur l’emploi, les services produits et l’économie française. Le chapitre 4 propose des alternatives à un « choix de société » qui s’avère inégalitaire.

2L’ouvrage repose sur l’évaluation de la stratégie économique mise en œuvre à partir des années 1980 pour développer le travail domestique rémunéré. Suite à son déclin accéléré après la Première Guerre mondiale, le travail domestique devient une cible d’investissement pour l’État. En effet, pour résorber le chômage et satisfaire des besoins sociaux (aide et soin aux personnes âgées, garde des jeunes enfants), le gouvernement ambitionne de créer des emplois peu qualifiés dans les services domestiques, et de stimuler la demande auprès de potentiels usagers. Il mène alors une politique d’incitations fiscales fondée sur la réduction, puis le crédit d’impôts, dans la limite des plafonds fixés. Ces mesures, largement encouragées à l’échelle européenne, font de la France un « leader des services domestiques » par rapport à ses voisins européens. La commission européenne voit dans ces services une opportunité pour créer des emplois peu qualifiés et non délocalisables ; aux États d’adopter les mesures nécessaires pour réduire le coût de la main-d’œuvre.

3C. Carbonnier et N. Morel portent un regard critique sur les justifications avancées par la Commission européenne et le gouvernement français pour mener de telles politiques. En incitant à la création d’emplois peu qualifiés dans les services, il s’agit d’assumer le fait qu’une partie de la population travaille à bas salaires pour faire les tâches domestiques des autres, qui peuvent, en s’en libérant, s’adonner à des activités considérées comme plus productives, et plus rémunératrices. Appliquée aux femmes, cette logique leur apparaît doublement ironique. D’une part, sous couvert de politiques égalitaires entre hommes et femmes, elle renforce les inégalités sociales qui séparent les femmes ayant recours à ces services de celles qui leur fournissent ces services. D’autre part, elle ne remet pas en question le fait que le travail domestique leur soit « naturellement » dévolu. Surtout, C. Carbonnier et N. Morel sont critiques à l’égard du double objectif économique et social annoncé : créer des emplois, et répondre à des besoins sociaux.

4Les deux chercheurs distinguent les emplois créés par les réformes fiscales adoptées de ceux qui auraient existé sans les subventions, et de ceux qui existaient sans être déclarés. Cette distinction leur permet de constater que la croissance nette de l’activité n’est pas si importante que le laissent penser les chiffres produits par l’Agence nationale des services à la personne (ANSP) et par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), qui comptent toute personne ayant travaillé au moins une fois dans l’année dans le secteur, et qui ramènent toutes les heures travaillées au nombre d’emplois en équivalent temps plein. Elle l’est d’autant moins que les emplois créés sont de mauvaise qualité : majoritairement à temps partiel et faiblement rémunérés, ils sont pénibles physiquement, très peu représentés syndicalement, et très peu contrôlés juridiquement. Ils sont dévalorisés car associés à des emplois asservis, « bas de gamme », et non qualifiés.

5Par ailleurs, plus de la moitié des services à la personne sont des services dits « de confort » (ménage, repassage), utilisés par des personnes valides, et les subventions fiscales bénéficient aux ménages les plus aisés. En effet, même s’ils peuvent prétendre à des subventions, les ménages les plus modestes ne peuvent s’offrir ces services. Les politiques mises en œuvre ne répondent donc pas aux besoins sociaux de prise en charge des personnes dépendantes et de garde des jeunes enfants, et n’offrent pas la même possibilité à tous les ménages de bénéficier des services à domicile.

6Ces mesures, anti-distributives, sont légitimées par le fait qu’elles seraient des compensations fiscales pour les plus riches, face aux prestations dont bénéficient les plus pauvres dans le secteur des services à la personne. C. Carbonnier et N. Morel leur reprochent d’entraver les principes du régime universel. Ils proposent d’autres pistes qui permettraient de mieux répondre aux enjeux économiques et sociaux des services à la personne : qualifier la main-d’œuvre pour améliorer les rémunérations et la qualité des emplois ; investir dans des plans publics d’accueil de l’enfance ; créer des emplois moins précaires qui n’auraient pas besoin d’être compensés par des allocations spécifiques pour compléter les salaires.

7Outre l’intérêt de rappeler tous les problèmes que pose le secteur des services à la personne en France, l’ouvrage de C. Carbonnier et de N. Morel présente la spécificité de déconstruire les réformes fiscales adoptées. Il les replace dans un contexte économique et social national et européen en montrant qu’elles sont la traduction des injonctions de la Commission européenne à l’égard des politiques publiques nationales depuis quelques décennies. L’ouvrage a également le mérite de proposer des solutions aux problèmes constatés et d’engager des réflexions à ce propos. La création de grands plans publics pour faciliter la garde des enfants, par la généralisation des crèches, apparaît aux auteurs comme une solution convaincante pour créer des emplois plus décents, endiguer les problèmes que pose la relation de service directe à domicile, et offrir des modes de garde égalitaires à tous les ménages. En revanche, leur proposition d’accroître les qualifications des employés laisse plus dubitatif, puisqu’elle est déjà intégrée dans les politiques publiques, même si elle n’est pas généralisée. Quelques travaux ont ainsi montré qu’il faudrait revoir la qualité des dispositifs de formation actuellement existants. On peut en outre douter du fait que la qualification soit un signal de « qualité » de l’employé prioritaire aux yeux des employeurs, dans la mesure où se joue, dans la relation de service, un ensemble d’autres composantes qui la rendent complexe. On regrette finalement que l’alerte du « retour des domestiques » ne conduise pas les auteurs à interroger jusqu’au bout le principe même du service à domicile, et donc de la domesticité, en pensant ce que serait une société sans « domestiques ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alizée Delpierre, « Clément Carbonnier et Nathalie Morel, Le retour des domestiques », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 3 | Juillet-Septembre 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/21512

Haut de page

Auteur

Alizée Delpierre

Centre de sociologie des organisations (CSO)
UMR 7116 CNRS et Sciences Po Paris
19, rue Amélie, 75007 Paris, France
alizee.delpierre[at]sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals