Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cédric Hugrée, Étienne Penissat et Alexis Spire, Les classes sociales en Europe : tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent

Agone, Marseille, 2017, 272 p.
Marie Plessz
Référence(s) :

Cédric Hugrée, Étienne Penissat et Alexis Spire, Les classes sociales en Europe : tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent, Agone, Marseille, 2017, 272 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans quelle mesure peut-on parler de clivages de classe à l’échelle européenne ? Quels outils statistiques peut-on aujourd’hui mobiliser pour saisir empiriquement ces clivages ? Ce sont les questions qu’aborde le livre de Cédric Hugrée, Étienne Penissat et Alexis Spire. Son ambition est de mettre en évidence les formes de domination entre classes sociales qui se déploient sur l’ensemble du continent européen. Il constitue la première tentative significative d’utiliser la nomenclature ESEG (European socioeconomic groups), inspirée des professions et catégories socio-professionnelles (PCS) françaises. Il mêle analyse statistique à l’échelle européenne et références à des travaux plus contextualisés, pour mettre en lumière des spécificités nationales.

2L’ouvrage prend la notion de classe sociale au sérieux, à la fois sur le plan conceptuel (sans se rabattre sur des échelles de revenu) et sur le plan empirique, en mobilisant une nomenclature socio-professionnelle européenne, résultat d’une commande d’Eurostat à l’Institut national français de la statistique et des études économiques (INSEE) et adoptée en 2014 par l’Union européenne : l’ESEG. Cette nomenclature permet de décrire trois grandes « classes » (supérieures, moyennes, populaires) dans chaque pays, sur plusieurs dimensions (travail et emploi, accès au logement et aux biens, santé, culture), à travers diverses enquêtes harmonisées par Eurostat pour tous les pays de l’Union européenne.

3Le chapitre 1 présente à grands traits l’hétérogénéité des pays européens du point de vue des classes sociales. Il montre que la proportion de classes populaires varie fortement d’un pays à l’autre, les pays du Sud et de l’Est étant plus « populaires » que l’Ouest et le Nord de l’Europe. Les trois chapitres suivants décrivent ces trois grandes classes.

4Le chapitre 2 se concentre sur les classes populaires et se pose la question de la mise en concurrence des classes populaires européennes, salariées et indépendantes, exposées aux aléas des délocalisations (très souvent intra-européennes) et réceptacles des flux migratoires. Les classes populaires cumulent les handicaps sur le marché du travail (chômage, temps partiel subi, postures pénibles) comme dans leur vie quotidienne (accès aux nouvelles technologies, départ en vacances).

5Le chapitre 3 prend au sérieux la notion de « classe moyenne » européenne : n’y a-t-il là qu’une illusion politique unifiante et pacificatrice ? Que peut-on dire de plus, sinon que les membres des classes moyennes sont mieux lotis que les classes populaires et moins bien que les classes supérieures ? Le chapitre affirme que ce groupe est dans une large mesure un artefact sans réelle unité, mais il identifie des grands clivages entre groupes professionnels qui rendent compte de cet éclatement : en particulier le clivage entre public et privé et l’opposition entre autonomie et subordination (à son chef ou au client). Ces clivages se retrouvent dans les pratiques de loisirs comme la lecture.

6Le chapitre 4 rend compte des formes de domination des classes supérieures sur les autres classes : autonomie dans le travail, cumul de salaires élevés dans des ménages plus souvent biactifs et de revenus du capital, stratégies d’acquisition de titres scolaires et ouverture à l’international par le travail, les vacances ou la maîtrise de l’anglais, accaparement des fonctions de représentation politique. Il souligne que les classes supérieures sont plus homogènes à l’échelle européenne que les classes moyennes et populaires.

7Le cinquième et dernier chapitre articule les rapports de classes et les appartenances nationales. Dans les chapitres précédents chaque classe était traitée directement à l’échelle européenne, l’hétérogénéité d’un pays à l’autre n’étant évoquée que ponctuellement — et jamais présentée dans les tableaux. Dans ce chapitre, les auteurs comparent ce que signifie être membre des classes populaires en Roumanie ou en Suède — et montrent qu’il n’y a pas d’équivalent aux conditions de travail et de vie des classes populaires roumaines en Suède. L’inégal accès aux emplois et aux ressources est redoublé par les systèmes de protection sociale qui tempèrent moins les risques sociaux et les conséquences de la crise dans les pays du Sud et de l’Est. Ce sont les classes moyennes des pays de l’Est et du Sud qui se comparent le mieux aux classes populaires du Nord et de l’Ouest. Les auteurs livrent également une analyse stimulante des différences entre les classes supérieures des pays du Nord et de l’Ouest d’une part, et celles du Sud et surtout de l’Est d’autre part, qui apparaissent alors comme des fractions dominées de ces classes dominantes. Enfin, ce chapitre passe en revue les formes que prennent les rapports de classe entre Européens, au concret : migrations intra-européennes pour le travail ou la retraite, séjours Erasmus ou « au pair », voyages professionnels ou de tourisme. Dans chaque cas, ce sont des classes sociales spécifiques qui se déplacent et entrent en contact avec d’autres groupes sociaux dans le pays d’accueil.

8L’ouvrage conclut que « les nouvelles inégalités se construisent dans l’articulation entre position sociale et appartenance nationale ». Les auteurs suggèrent que les politiques européennes (régulation des dettes publiques, unification économique de pays hétérogènes) mettent en concurrence les classes populaires, fragilisent les classes moyennes et laissent relativement indemnes les classes supérieures. Elles leur ont même facilité l’acquisition de ressources symboliques et économiques, comme la mobilité professionnelle et étudiante. Les auteurs pointent enfin l’insuffisante connaissance de la dimension ethnique des clivages de classe (absente des statistiques européennes) et la difficile articulation entre position des individus et des ménages dans l’analyse sociologique de la stratification sociale.

9Cet ouvrage est bref, vif, parcimonieux dans son usage des chiffres et des tableaux. Il présente des indicateurs habilement choisis dans tous les domaines habituellement utilisés pour caractériser les classes sociales, comme le fait de pouvoir partir une semaine en vacances. À ce titre, il constitue un premier jalon essentiel pour une sociologie quantitative des classes sociales européennes.

10Il présente deux limites. La première tient à la structure de l’ouvrage : il n’y a pas d’annonce de plan pour guider le lecteur, le style est parfois décousu et les informations peu hiérarchisées. Ainsi, sauf erreur de ma part — qui serait sans doute symptomatique des difficultés éprouvées à la lecture —, la part de « classes supérieures » en Europe figure page 225 dans l’annexe 3. La seconde limite est que si l’ouvrage situe les uns par rapport aux autres les groupes professionnels européens (avocates versus chefs d’entreprises) et les classes sociales nationales (classes populaires françaises et roumaines) « en moyenne », il ne donne aucune indication sur la variance, c’est-à-dire la dispersion des individus à l’intérieur des catégories comparées. Cela empêche de juger de la qualité et de la pertinence de la partition en trois classes (si les trois classes avaient des variances très importantes, ce qui pourrait être le cas pour la classe moyenne, alors parler de classe pourrait être discutable). À la question posée en introduction, le plombier français est-il plus proche d’un cadre supérieur roumain ou d’un ouvrier français, le livre n’apporte en fait pas de réponse.

11Pour une sociologue des classes sociales quantitativiste, cette lecture est donc un peu frustrante. Toutefois il faut souligner que ce livre est lisible par tout sociologue, quelle que soit son appétence pour les chiffres, car il fait un effort remarquable et réussi pour rendre accessibles les résultats statistiques et les illustrer ou les compléter par des travaux sociologiques contextualisés et plus qualitatifs. Ceci n’est pas un mince exploit au regard du considérable travail statistique sur lequel repose l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Plessz, « Cédric Hugrée, Étienne Penissat et Alexis Spire, Les classes sociales en Europe : tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 3 | Juillet-Septembre 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/21526

Haut de page

Auteur

Marie Plessz

INRA, Centre Maurice Halbwachs (EHESS, ENS, CNRS, PSL)
marie.plessz[at]inra.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals