Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Élise Roullaud, Contester l’Europe agricole. La Confédération paysanne à l’épreuve de la PAC

Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2017, 232 p.
Sylvain Brunier
Référence(s) :

Élise Roullaud, Contester l’Europe agricole. La Confédération paysanne à l’épreuve de la PAC, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2017, 232 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Élise Roullaud pose une question intrigante : comment l’européanisation des politiques publiques affecte-elle le travail de représentation syndicale ? En menant l’enquête auprès des militants de la Confédération paysanne, et plus particulièrement de la direction nationale du syndicat, l’autrice a rapidement identifié un paradoxe : la nécessité d’investir l’espace communautaire européen est régulièrement réaffirmée en interne, mais ces déclarations d’intention restent « le plus souvent sans suite » (p. 11). À partir de ce point, il devient possible de renverser la perspective classique des études européennes qui décrivent les processus d’apprentissage des acteurs politiques et syndicaux et leur convergence progressive vers le partage d’une même scène européenne. En analysant les difficultés de la Confédération paysanne à travailler à l’échelle européenne, qui donnent lieu à des stratégies de déplacement des problèmes vers des arènes nationales ou mondiales, Élise Roullaud montre que l’européanisation est un processus de socialisation complexe. Ce processus génère en lui-même de fortes inégalités entre les organisations qui entendent représenter les intérêts de groupes politiques, professionnels ou économiques sur la scène européenne. L’ouvrage se situe ainsi à la croisée de la sociologie de la représentation syndicale agricole et des travaux récents sur les groupes d’intérêt opérant à l’échelon européen.

2La Confédération paysanne est confrontée depuis plusieurs décennies à la mise en œuvre d’une politique sectorielle très structurante à l’échelle européenne, la Politique agricole commune (PAC). Les cadres du syndicat sont parfaitement au fait du poids de la PAC dans l’économie des exploitations agricoles et très critiques de ses effets. Entravée sur le plan national par les liens historiques entre la FNSEA et le ministère de l’Agriculture, la Confédération paysanne pourrait chercher à contourner l’obstacle en investissant fortement les instances de négociation de la PAC. Pourtant, leurs capacités d’action au niveau européen restent très limitées, comme en témoigne la fragilité de la Coordination paysanne européenne qui ambitionne de rassembler les organisations syndicales nationales de la gauche paysanne. L’autrice s’attache dès lors à montrer que le fait de travailler à l’échelle européenne, en relation avec l’administration de l’Union européenne et en concurrence avec les groupes d’intérêt qui opèrent à ce niveau, réclame un certain nombre de dispositions, mal ajustées aux trajectoires et aux ressources des militants qu’elle étudie.

3L’enquête repose principalement sur le dépouillement des archives de la Confédération paysanne et de la Coordination paysanne européenne, sur des entretiens avec les militants et les salariés ainsi que sur des observations directes de leurs activités, souvent réalisées à l’occasion de la consultation des fonds d’archives. La passation d’un questionnaire auprès des membres du Comité national du syndicat permet à Élise Roullaud de documenter finement les origines sociales, les parcours de formation, les activités agricoles et les représentations politiques des acteurs qui sont au cœur de son étude. Sa démarche de recherche s’inscrit ainsi dans une sociologie inspirée des travaux de Bernard Lahire, attentive à articuler les dispositions individuelles des acteurs acquises tout au long de leurs parcours avec les événements qui permettent d’activer ces dispositions.

  • 1 COPA : Comité des organisations professionnelles agricoles de l’Union européenne ; COGECA : Comité (...)

4Le premier chapitre revient sur les difficultés de la Coordination paysanne européenne (CPE) à peser sur la Politique agricole commune. Créée à l’initiative d’organisations de défense des intérêts de l’agriculture de montagne, partageant une même opposition au modèle productiviste, la CPE manque cruellement de moyens humains et financiers pour exister face au COPA-COGECA1 qui représente les intérêts des organisations professionnelles dominantes, attachées à la défense du modèle productiviste. La CPE ne dispose pas de suffisamment de personnel pour suivre l’intégralité des débats, et encore moins pour mener des actions de lobbying auprès des députés et des fonctionnaires européens. L’autrice montre notamment que les salariés de la structure refusent de jouer le jeu des institutions européennes tel qu’il leur est imposé. Elle se positionne ainsi contre la thèse de l’apprentissage progressif selon laquelle la fréquentation répétée des institutions conduirait à adhérer à leur mode de fonctionnement.

5Dans le chapitre suivant, l’autrice s’appuie notamment sur des sources de presse et des archives syndicales, ainsi que sur l’analyse des trajectoires biographiques des délégués envoyés par la Confédération paysanne à la CPE entre 1987 et 2008, pour comprendre les difficultés rencontrées par le syndicat pour intégrer l’échelon européen à son répertoire de mobilisations. Le refus de la professionnalisation des délégués, qui font des mandats courts et tournants, ainsi que leur maîtrise limitée de l’anglais, ne leur permettent pas de s’investir dans les négociations européennes. La Confédération paysanne se tourne d’abord vers l’État français, en arguant du poids prédominant des logiques nationales dans les négociations de la PAC. En refusant de se positionner sur le terrain de l’espace communautaire européen, le syndicat entend ainsi montrer qu’il est possible de continuer d’agir sur les politiques agricoles depuis l’espace national. Ce refus, qui apparaît comme le produit de l’absence de véritable coordination au sein de la CPE, du manque de moyens financiers et de la faible maîtrise des codes des institutions internationales par les cadres du mouvement, est transfiguré en un choix politique électif.

6Si la Confédération paysanne continue d’opérer à partir du territoire national, le positionnement par rapport à la PAC devient néanmoins de plus en plus central dans la définition de la ligne du syndicat par rapport aux organisations concurrentes, à partir du début des années 1990 (chapitre 3). Exploitant les résultats d’un questionnaire adressé à l’ensemble des membres du Comité national depuis 1987, l’autrice montre que ces délégués viennent de familles qui ont « épousé le virage de la modernisation » des années 1960, ce qui ne les distingue pas du reste des militants de la Confédération paysanne qui étaient au cœur de la thèse d’Ivan Bruneau (2006). Cooptés pour entrer au Comité national, les délégués se distinguent moins par un capital économique ou scolaire supérieur, comme les « dirigeants paysans » étudiés par Sylvain Maresca (1983), que par leur organisation du travail qui leur laisse une grande disponibilité et leur permet de s’impliquer fortement dans le mouvement. Élise Roullaud montre que la direction nationale du syndicat tend peu à peu à s’autonomiser des échelons départementaux et locaux. Certains responsables du Comité national se positionnent en interne comme experts de la PAC, en faisant valoir leurs connaissances des enjeux de politique internationale, et acquièrent un poids important dans la définition des orientations générales du syndicat.

7Le chapitre 4 contribue plus directement à la sociologie des mouvements sociaux en proposant une analyse du répertoire d’actions de la Confédération paysanne, qui tienne compte à la fois du type de relations instaurées avec l’État, des pratiques des organisations concurrentes, et des expériences accumulées au sein du mouvement. Élise Roullaud identifie alors quatre registres différents — la « scandalisation », la force du nombre, l’expertise et le droit — et analyse les difficultés propres à leur mobilisation. Le premier est susceptible de créer des divisions internes, par exemple lorsqu’il s’agit de dévoiler les montants des aides européennes touchées par les exploitants. Le deuxième prend la forme de meetings réunissant des coalitions d’acteurs en dehors du seul monde agricole, ce qui permet d’éviter une comparaison défavorable avec les effectifs mobilisés par la FNSEA. Le registre de l’expertise renvoie en grande partie à des collaborations avec des économistes hétérodoxes de l’INRA pour élaborer des modèles alternatifs à l’intensification des modes de production et à la concentration des structures. Le recours au droit apparaît comme un horizon davantage qu’un registre déjà maîtrisé : la mobilisation construite autour du cas d’un agriculteur en conflit avec l’administration sur le calcul des subventions auxquelles il avait droit n’a pas véritablement essaimé.

8En montrant que le processus d’européanisation des politiques agricoles cristallise une forme de rejet de la part des cadres de la Confédération paysanne, inscrite dans la longue durée, le travail d’Élise Roullaud permet de se départir d’une vision téléologique de la construction européenne. Mais si l’autrice est attentive aux histoires individuelles des militants et à la sédimentation des expériences collectives en un répertoire d’actions, les transformations institutionnelles et organisationnelles qui caractérisent la mise en œuvre de la Politique agricole commune de la fin des années 1980 au début des années 2010 n’apparaissent souvent qu’en arrière-plan. Éclairante, la lecture de cet ouvrage laisse ainsi en suspens la question de la singularité de la Confédération paysanne par rapport aux autres organisations syndicales, associatives et politiques confrontées à l’européanisation des politiques publiques. Il serait par exemple intéressant de savoir si les difficultés du travail militant de la Confédération paysanne à l’échelon européen s’appliquent dans le reste du syndicalisme agricole, en tenant compte des différences entre filières, et si ces difficultés sont un facteur explicatif de l’émergence de nouveaux acteurs — industriels, associations, centres de recherche — qui entendent désingulariser les politiques agricoles en intégrant des enjeux plus larges de consommation, de santé ou de bilan énergétique.

Haut de page

Bibliographie

Bruneau, I., 2006, « La Confédération paysanne : s’engager à “juste” distance », Thèse de doctorat de science politique, Université Paris X-Nanterre, Paris.

Maresca, S., 1983, Les dirigeants paysans, Les Éditions de Minuit, Paris.

Haut de page

Notes

1 COPA : Comité des organisations professionnelles agricoles de l’Union européenne ; COGECA : Comité général de la coopération agricole de l’Union européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Brunier, « Élise Roullaud, Contester l’Europe agricole. La Confédération paysanne à l’épreuve de la PAC », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 3 | Juillet-Septembre 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/21552

Haut de page

Auteur

Sylvain Brunier

Centre de sociologie des organisations (CSO)
UMR 7116 CNRS et Sciences Po
19, rue Amélie, 75007 Paris, France
sylvain.brunier[at]sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals