Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’information, C. Lemieux (Ed.)

Éditions de l’EHESS, Paris (2010). 315 p.
Benoit Lelong
p. 538-540
Référence(s) :

Cyril Lemieux (dir.), La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’information, Éditions de l’EHESS, Paris, 2010, 315 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce livre collectif rassemble onze études de cas, centrées le plus souvent sur un individu et sa carrière en journalisme, produites par des sociologues, des politistes et des historiens. Ces monographies sont encadrées par des textes programmatiques de Cyril Lemieux : une introduction, deux introductions intermédiaires et une conclusion. On y retrouve l’approche grammaticale récemment systématisée dans son livre Le devoir et la grâce, et attentive aux règles auxquelles se conforment les acteurs en situation. Cyril Lemieux distingue la grammaire publique (centrée sur la distanciation et la justification), la grammaire naturelle (déployée dans les situations les moins publiques) et la grammaire du réalisme (mobilisée dans les actions fortement contraintes). Si le terme même de grammaire est réservé à ces trois ensembles, les règles identifiées ici sont davantage propres au monde professionnel du journalisme : règle de séparation des faits et des commentaires, préservation de la polyphonie dans la restitution des points de vue, règle du non- dépassement par les journalistes concurrents, etc.

2La perspective historique est large, depuis la presse papier du XIXe siècle et le lancement du Figaro (Benoît Lenoble) jusqu’au web 2.0 du XXIe siècle et au site Médiapart (Caroline Datchary). Les situations individuelles examinées sont aussi fort variées, de la condition de pigiste (Olivier Pilmis) ou de victime du tournant managérial (Christiane Restier) jusqu’aux grandes figures de la télévision (Pierre Leroux) et aux fondateurs de journaux (Sandrine Lévêque) en passant par les rubricards (Marie-Laure Sourp-Taillardas), les faits-diversiers (Motoko Tsurumaki), les correspondants (Philippe Riutort) et les rédacteurs de dépêches dans les agences de presse (Éric Lagneau).

3Le projet du livre est triple : constituer des terrains et des analyses illustrant l’approche grammaticale ; contribuer à une sociologie de l’individu, de son inventivité et de ses marges de manœuvre ; proposer des enquêtes consacrées au journalisme et en renouvelant le traitement sociologique. Selon le coordinateur, l’existence de grammaires plurielles permet de tenir à distance aussi bien les visions enchantées de l’activité journalistique que les visions éplorées qui pointent son asservissement aux logiques industrielles ou marchandes. L’autonomie et la singularité d’un individu se saisiraient à travers sa façon d’articuler ces trois grammaires.

4Les onze monographies partent ainsi d’un individu, plus rarement de quelques-uns, à la croisée de diverses temporalités ou appartenances, entre séquences brèves, trajectoires biographiques et transformations historiques de plus long terme. Les terrains délimités conviennent à une approche attentive autant aux schèmes d’action constitués au long du parcours de vie qu’à la pluralité, l’évolutivité et les contradictions des cadres sociaux que croisent les personnes. Distinguant diverses échelles d’observation et d’analyse, ces études de cas ont le grand mérite de s’intéresser à l’action en cours, et aux grammaires mobilisées par les individus en situation, sans pour autant oublier le poids des sédimentations héritées. En témoignent les brèves « leçons » qui jalonnent l’ouvrage, comme « ne pas réduire l’identité individuelle à une qualification sociale » (leçon no 3) ou « prêter attention aux tensions internes aux individus » (leçon no 9).

5La nouveauté empirique et méthodologique de ces leçons est toutefois inégale. Quel sociologue de l’innovation attribuerait aujourd’hui la réussite de l’inventeur à son génie propre en oubliant le socle de pratiques et de règles partagées auquel il se conforme ? Quel sociologue du travail négligerait encore l’ambivalence du rapport de l’individu à ses outillages discursifs et matériels, à des dispositifs de travail tant contraignants qu’habilitants ? On peut aussi noter que d’autres leçons sont très proches de travaux récents ne mobilisant pas une approche grammaticale. Ainsi, « Penser l’inventivité personnelle comme un transfert de schèmes d’action d’un monde social à un autre » rejoint la sociologie de l’entrepreneur que propose Pierre-Paul Zalio. Et la leçon « historiciser la valeur personnelle » insiste, comme la sociologie de la singularité individuelle de Danilo Martuccelli, sur les épreuves classantes aux formats historiquement situés qui produisent des écarts de grandeur entre les personnes. On pourra répondre que ces leçons s’adressent en partie à la sociologie bourdieusienne du journalisme qui se trouve ici érigée en repoussoir : le lecteur est incité à ne pas considérer les pigistes comme un groupe subissant un rapport de domination ; ou la permanence d’une pratique journalistique comme un simple effet d’hysteresis ; ou le monde professionnel des journalistes comme un champ (ce qui lui attribuerait indûment un effet de clôture) ; ou les traits de tel individu comme des manifestations de l’habitus (ce qui lui confèrerait une cohérence et une permanence empiriquement non repérables).

6Quand les auteurs affirment décrire une approche alternative de l’individualité et de la subjectivité, le livre critique et exagère des positions qui furent infiniment plus nuancées dans les travaux de Pierre Bourdieu (en particulier dans ses analyses théoriques de l’action et du sens pratique), comme l’ouvrage le reconnaît parfois, et ignore les tentatives de dépassement proposées par d’autres, qui sont loin de réduire les tensions intra-individuelles à des cas très minoritaires d’habitus clivé.

7On peut aussi relever que, d’un passage du livre à un autre, l’approche doit cohabiter avec les notions d’habitus de classe, de dispositions, de conversion des capitaux, ou d’autres encore, comme en témoigne l’index. Dans plusieurs monographies, des parcours individuels relativement atypiques sont rapportés à une distribution singulière des divers types de capitaux (social, économique, culturel) détenus par le journaliste. Cyril Lemieux lui-même recommande à plusieurs reprises de déployer une approche dispositionnelle (ainsi qu’il l’explicitait dans quelques passages de Le devoir et la grâce) et y recourt effectivement dans sa propre étude de cas, consacrée à la trajectoire sociale du journaliste Albert Londres. Il est vrai que ces dispositions sont fortement individualisées, et plus ou moins activables selon les situations, qu’elles impliquent donc bien davantage des tendances à agir (pour reprendre le lexique de l’auteur) que l’habitus entendu comme opérateur d’homogénéité au sein d’un groupe d’appartenance.

8Toutefois, le recours à une approche clairement dispositionnelle de l’individu rend parfois la distance assez mince. Et certaines de ces monographies y puisent leur intérêt et leur force, tel le portrait d’une journaliste de télévision dressé par Pierre Leroux. Les dispositions issues de sa socialisation primaire dans la haute bourgeoisie sont présentées comme s’imposant durablement à ses conduites, lui conférant des avantages à certaines périodes et la desservant à d’autres. Ici, l’analyse met en avant des savoir-faire relationnels et des exigences culturelles acquis pendant l’enfance et l’adolescence, ainsi que les possibilités de conversion d’un type de capital en un autre, pour rendre compte des moments de réussite et d’échec de la journaliste, de ses marges de manœuvre et de son rapport aux règles du métier. Au terme de l’ouvrage, le lecteur se demande si ces onze monographies ont appliqué un programme radicalement autre ou réussi un excellent compromis entre des sociologies trop souvent opposées.

9Voici donc un livre collectif beaucoup plus ambitieux que pourrait laisser croire, de la part de ses différents auteurs, une posture intellectuelle par moments assez modeste, exprimant ça et là un simple projet de contribution empirique ou d’exposition pédagogique. Il vise bien en effet à renouveler la sociologie du journalisme en proposant une approche inédite de l’individu producteur d’information négociant son autonomie et sa subjectivité. Le paradoxe est qu’il y parvient, et fort bien, mais que cette réussite est parfois tout aussi convaincante là où elle s’écarte du programme annoncé par le coordinateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoit Lelong, « La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’information, C. Lemieux (Ed.) », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 4 | 2012, 538-540.

Référence électronique

Benoit Lelong, « La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’information, C. Lemieux (Ed.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 4 | Octobre-Décembre 2012, mis en ligne le 10 juin 2018, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2159

Haut de page

Auteur

Benoit Lelong

Équipe « technique, innovation et organisation », laboratoire techniques, territoires et sociétés (LATTS), université de Paris-Est, Marne-la-Vallée Cité Descartes, 5, boulevard Descartes, bâtiment du Bois de l’Etang – Bureau C225, Champs-sur-Marne, 77454 Marne-La-Vallée cedex 02, France
benoit.lelong[at]univ-paris-est.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals