Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Aurélie Jeantet, Les émotions au travail

CNRS Éditions, Paris, 2018, 328 p.
Diane Desprat
Référence(s) :

Aurélie Jeantet, Les émotions au travail, CNRS Éditions, Paris, 2018, 328 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Émotions, Contrôle
Haut de page

Texte intégral

1À première vue, émotions et travail semblent s’opposer, et d’autant plus lorsqu’on les interroge à partir de la sociologie. En effet, comme le souligne à juste titre Aurélie Jeantet, le travail a longtemps été pensé comme un domaine rationnel par excellence, exempt d’affects. L’espace productif et les relations de travail auraient une visée purement instrumentale (maximiser la production et la rentabilité) et s’opposeraient ainsi aux émotions, qui relèveraient de l’irrationnel et de l’intime. Alors pourquoi s’intéresser à ce couple « émotions-travail » ? Aurélie Jeantet propose dans cet ouvrage une réflexion théorique sur la manière dont la sociologie, et plus spécifiquement la sociologie du travail, a mis à distance ou au contraire s’est saisie des émotions pour expliquer certains faits sociaux. Reposant à la fois sur les textes fondateurs de la sociologie, sur les propres travaux de l’autrice, notamment issus de sa thèse sur les guichetiers de la Poste (Jeantet, 2001), et sur des enquêtes empiriques récentes en sociologie, l’ouvrage interroge l’apport de l’analyse sociologique des émotions à la compréhension du rapport au travail. Dans cette perspective, A. Jeantet soutient l’importance de « réaffectiver » l’analyse du travail en prenant en compte les émotions et en réhabilitant le « sujet éprouvant ». Les trois chapitres de l’ouvrage viennent étayer cette argumentation.

2Dans le premier chapitre, l’autrice dresse les grandes lignes de la réflexion en proposant un cadrage théorique, épistémologique et méthodologique. Elle retrace la façon dont la discipline s’est saisie des émotions. Bien qu’évoquées chez des auteurs comme Émile Durkheim, Max Weber ou Marcel Mauss, les émotions sont mentionnées sporadiquement dans les travaux sociologiques. C’est véritablement depuis les années 1970, avec l’émergence de la sociologie des émotions aux États-Unis, et notamment les travaux d’Arlie R. Hochschild (1979), que les émotions prennent une place centrale dans la réflexion avec le concept de travail émotionnel. Tout en évoquant les apports de cette branche de la sociologie, A. Jeantet déroule son raisonnement en soulignant la spécificité des émotions dans la sphère professionnelle : le travail émotionnel, lorsqu’il s’inscrit dans un travail rémunéré, caractérisé par le rapport social productif, tend à modifier la nature de la contrainte exercée. Poursuivant sa réflexion, elle décrit comment, chez les sociologues du travail, les émotions (lorsqu’elles sont évoquées) ont été avant tout pensées comme des effets de l’organisation du travail et de l’activité. Cette réduction des émotions à des symptômes empêche, selon l’autrice, de prendre réellement en compte la dimension affective des conduites et, plus précisément, le fait que les émotions peuvent elles-mêmes produire des effets et sont, en cela, agissantes.

3Le volet méthodologique, particulièrement pertinent, s’attaque à une question épineuse pour les sociologues du travail : comment appréhender les émotions dans l’étude du travail ? En effet, le risque de surinterprétation est grand et la crainte de la « subjectivité » donne lieu à des réticences chez les sociologues, ces derniers préférant se retrancher du côté du refus de la prise en compte des affects dans un « souci d’objectivation ». L’autrice évite l’écueil de proposer une méthode prédéfinie et qui serait applicable à tous les terrains ; elle souligne au contraire l’importance de combiner les méthodes et d’aller voir, notamment, du côté de la psychodynamique du travail, ou encore de retourner aux fondamentaux de l’approche ethnographique. Surtout, elle insiste sur la nécessité de « mobiliser des techniques plurielles, combinées et/ou innovantes  » (p. 106).

4Le second chapitre questionne la manière dont les émotions structurent les différents mondes sociaux du travail. Mobilisant de multiples travaux empiriques portant notamment sur les concierges, les conducteurs de train, les infirmières hospitalières et les diplomates, l’autrice décrit combien les affects traversent les collectifs, les métiers, les valeurs du travail et peuvent à la fois être objet du travail et participer à sa réalisation. Sans prétendre à l’exhaustivité, elle nous invite à saisir toute la palette des émotions (peur, ennui, joie, colère, etc.) permettant d’appréhender le vécu subjectif des situations de travail.

5Le troisième chapitre complexifie encore davantage la réflexion engagée par A. Jeantet en inscrivant les émotions dans des rapports de domination. Comme elle l’évoque à juste titre, il est « impossible de penser les rapports sociaux sans prendre en compte les émotions qui leur donnent chair » (p. 203). Prenant l’exemple du travail genré, elle montre comment dans les métiers dits « féminins », il est avant tout demandé un travail « intégrateur » qui consiste à créer des liens et une proximité avec autrui. A contrario, dans certains métiers dits « masculins », le travail émotionnel repose sur un déni et/ou une maîtrise des émotions. Ce « contrôle » des émotions s’inscrit plus largement dans une idéologie capitaliste façonnée par le genre qui tend à valoriser les émotions agonistiques (colère, détermination, etc.) et leur instrumentalisation. Dans le monde du travail, les émotions font l’objet d’une normalisation. Pourtant, l’autrice montre combien cette désaffectivation du travail vantée dans les discours managériaux et communicationnels n’est pas sans risque pour l’économie psychique des travailleurs. Là encore, l’apport de la psychologie dans l’analyse de la souffrance occasionnée par le refoulement des émotions mériterait, selon elle, d’être davantage investi par les sociologues.

6Toutefois, la dernière partie du chapitre vient nuancer la thèse de la subordination des émotions dans la sphère productive. Comme l’autrice le rappelle, les émotions ne peuvent jamais être totalement maîtrisées et prévisibles. Parce qu’elles sont multiples et surgissent parfois lorsqu’on ne les attend pas, les émotions donnent à voir ce qui pose problème et peuvent être vectrices de résistance et de réappropriation. « Si [l’émotion] pousse à faire, et à bien faire, elle peut aussi amener à ne pas faire, et à faire autrement, à l’encontre de certaines normes productives » (p. 265).

7Aurélie Jeantet signe ici un ouvrage stimulant, clair et didactique, qui trace les voies d’un approfondissement de la connaissance des émotions en milieu de travail et permet de proposer une lecture plus complexe de l’apport de l’étude des émotions pour comprendre les situations de travail. Par la même occasion, elle invite à poursuivre des pistes de recherche encore trop peu défrichées : la socialisation des émotions au travail, les risques d’une désaffectivation au travail, etc. Enfin, elle contribue à renouveler de manière heuristique les questionnements de la sociologie du travail en faisant le pont avec d’autres disciplines, comme la psychologie, l’anthropologie ou encore l’ergonomie.

Haut de page

Bibliographie

Hochschild, A. R., 2003 [1979], « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, vol. 9, n° 1, p. 19-49.

Jeantet, A., 2001, « Le travail des guichetiers de la Poste : une relation sociale à définir », Thèse de doctorat de sociologie, Université Paris X, Nanterre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Desprat, « Aurélie Jeantet, Les émotions au travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 3 | Juillet-Septembre 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/21605

Haut de page

Auteur

Diane Desprat

Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES), Université Paris Nanterre
200, Avenue de la République, 92001 Nanterre Cedex, France
despratdiane[at]yahoo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals