Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christine Barats, Julie Bouchard et Arielle Haakenstaad (dir.), Faire et dire l’évaluation. L’enseignement supérieur et la recherche conquis par la performance

Presses des Mines, Paris, 2018, 326 p.
Joël Laillier
Référence(s) :

Christine Barats, Julie Bouchard et Arielle Haakenstaad (dir.), Faire et dire l’évaluation. L’enseignement supérieur et la recherche conquis par la performance, Presses des Mines, Paris, 2018, 326 p.

Texte intégral

1Depuis le début des années 2000, les systèmes d’enseignement supérieur et de recherche ont connu en Europe des transformations structurelles majeures. Les discours et les dispositifs d’évaluation ont joué un rôle fondamental dans la mise en place de ces réformes, visant à modifier aussi bien les équilibres entre les institutions, les pratiques savantes et pédagogiques, que les structures mentales des enseignants-chercheurs. Loin d’être une opération neutre, impartiale, ou juste, l’évaluation est ici un instrument d’action publique aux visages multiples, investi d’enjeux pluriels, promu et porté par certains acteurs. Qui sont les entrepreneurs de ce « nouvel esprit de l’évaluation » (p. 11) ? Comment s’impose-t-il et se décline-t-il dans les univers académiques ? Que fait-il à l’activité scientifique ? Quelles résistances ou contournements provoque-t-il ?

2Le livre, dirigé par Christine Barats, Julie Bouchard et Arielle Haakenstaad et qui rassemble treize contributions de sociologues et de spécialistes des sciences de l’information et de la communication, répond à ces questions. Il apporte un éclairage précieux sur le phénomène en déclinant l’analyse à la fois sur plusieurs pays essentiellement européens (France, Pays-Bas, Allemagne, Belgique, Angleterre, Italie et Chine) et sur les multiples formes et dispositifs que peut prendre l’évaluation aujourd’hui dans le monde savant. C’est un des grands intérêts de l’ouvrage que de montrer, par le jeu des comparaisons, les différentes scènes et déclinaisons de l’évaluation dans l’univers académique, mais aussi leur appropriation et leur diffusion dans les pays. Au travers de la diversité des dispositifs et des situations nationales, l’évaluation du monde académique apparaît bien comme un phénomène global.

3Le livre est divisé en deux parties. La première se centre sur les contextes nationaux pour analyser la circulation et la diffusion des normes et des discours sur l’évaluation, au sein des espaces mais aussi entre eux, par un jeu de comparaison entre les pays ; la seconde partie présente une pluralité de dispositifs et d’instruments d’évaluation pouvant traverser plusieurs espaces nationaux. Mais cette logique de découpage n’est pas toujours très claire : les contributions de la première partie portent parfois sur des dispositifs et des instruments bien particuliers, et les contributions de la seconde partie s’appuient souvent sur des études de cas nationales (essentiellement en France).

4La première partie montre comment les nouvelles logiques d’évaluation se sont imposées, sous l’influence du processus de Bologne en Europe au début des années 2000 et de l’idéalisation fantasmatique du « modèle américain ». Les conceptions de l’évaluation diffèrent parfois, les modalités de résistance aussi, tout en portant une cohérence commune de mise en concurrence des établissements et des chercheurs, de rationalisation des budgets, et de contrôle public sur l’activité scientifique, en recourant de façon systématique aux principes de l’assurance qualité et du benchmarking. Dans les différents pays européens, les nouvelles institutions d’évaluation proches des pouvoirs politiques sont censées transformer des modèles d’enseignement et de recherche jugés inefficaces en un modèle nord-américain idéalisé, sans pour autant y consacrer les mêmes budgets.

5Comme le rappelle Aline Waltzig, des institutions et des procédures d’évaluation des systèmes académiques existent bien avant la diffusion de ce nouvel esprit de l’évaluation. On observe des formes de conversion ou d’adaptation qui ont à voir avec l’histoire des institutions et les conceptions de l’évaluation qu’elles portent. Les pays du nord de l’Europe, l’Angleterre, les Pays-Bas, auxquels on peut rajouter la Flandre dans les cas étudiés, semblent être de véritables précurseurs et soutiens de ces nouvelles formes d’évaluation. Simon Paye montre par exemple que dès 1986, le Royaume-Uni a mis en place un système d’évaluation de la « productivité scientifique », le « Research Excellence Framework », visant à « légitimer la répartition des coupes budgétaires en la fondant sur une évaluation des activités de recherche des différents établissements » (p. 98), classant les chercheurs entre « research actives » et « research inactives ». Pour l’Italie, la Wallonie, l’Allemagne et la France, le processus de conversion a suscité plus de résistances face à la création plus tardive (vers le milieu des années 2000) de nouvelles agences d’évaluation proches des pouvoirs publics. En même temps, il est remarquable de saisir la cohérence des systèmes d’évaluation mis en place dans chaque pays. Par exemple, les initiatives d’excellence, qui ont vocation à redessiner sur le long terme le paysage académique français depuis 2011, ont connu leur équivalent en Allemagne dès 2005, comme le montre Manuela Boatcă, avec des variations riches d’enseignements sur l’arbitraire des évaluations, les hésitations des pouvoirs publics et les effets néfastes sur l’ensemble des établissements mais aussi sur les disciplines elles-mêmes.

6La seconde partie prend pour objet sept dispositifs ou instruments d’évaluation différents. Trois chapitres sont consacrés aux outils de classements devant permettre d’identifier la qualité et de discriminer (classements de revues en SHS par les agences d’évaluation nationale, classement de Shanghai, et classements académiques réalisés par des entreprises médiatiques) ; deux autres chapitres portent sur l’évaluation de la recherche, et en particulier de son « impact », et deux chapitres enfin sont consacrés à l’évaluation de la « qualité » des formations pédagogiques. La démarche suivie vise ici, quels que soient les dispositifs, à montrer le jeu de co-construction de l’évaluation entre les différents acteurs, politiques, scientifiques, et médiatiques. Ainsi, David Pontille et Didier Torny insistent sur la malléabilité de l’outil du classement des revues en SHS, construit à la demande des pouvoirs publics mais incluant toujours des savants dans leur élaboration. Christine Barats montre que le classement de Shanghai a été co-construit par des « entrepreneurs de causes » (p. 281), aussi bien journalistes que politiques. Les établissements participent aussi aux classements médiatiques qui ne s’imposent donc pas uniquement de l’extérieur, en intervenant dans la définition des critères et des indicateurs qu’ils communiquent aux médias. L’impossible évaluation de « l’impact » de la recherche exigée par les pouvoirs publics est confiée en grande partie à celles et ceux qui doivent justement en rendre compte, à l’Agence nationale de la recherche (ANR) et dans les pôles de compétitivité. Enfin, l’évaluation de la « qualité » pédagogique en France est autant imposée par le Ministère que conduite par des pairs, de l’extérieur au travers de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) et de l’intérieur au sein des instances universitaires. Se dessine alors comment l’appropriation des instruments de l’évaluation par les chercheurs en fait des relais de la réforme. Autrement dit, la pratique de l’évaluation qui nécessite un engagement des agents dans le jeu qu’elle impose conduit à diffuser ce « nouvel esprit de l’évaluation » parmi ceux qui le subissent, au point d’en faire de véritables relais voire des porteurs actifs de ces réformes.

7Si le livre apporte ainsi des éclairages très utiles sur l’évaluation dans l’univers académique, il souffre cependant de quelques limites. Tout d’abord, le livre revendique de montrer l’évaluation en actes (ce qui suppose des enquêtes de terrain) et pas seulement en discours, mais peu de chapitres déploient un matériel empirique à la hauteur de cette ambition. Par ailleurs, certains auteurs recourent à des formules imprécises ou assènent des propositions non démontrées comme autant de vérités. Autant le dire, la lecture de certaines contributions n’est vraiment pas aisée. Enfin, si les directrices de l’ouvrage affirment entendre « se placer à distance » des tensions autour de l’évaluation dans le monde savant (p. 11), comme pour revendiquer une certaine « scientificité », il s’agit au bout du compte d’une ambition bien illusoire. Traitée par des personnes qui sont prises dans les jeux et les enjeux qu’elles décrivent, la question oblige à une prise de position — certaines contributions sont d’ailleurs ouvertement critiques, et heureusement. Mais surtout, il semble que deux prises de positions opposées émergent des contributions sans qu’elles soient explicitement présentées et discutées : dans certains cas, l’action des individus sur les processus d’évaluation semble être présentée comme une forme d’agency, une capacité d’agir par l’évaluation alors vue comme positive ; dans d’autres cas, elle semble plutôt comprise comme une forme de domination, un enrôlement des agents par l’évaluation. Il est dommage que ces positions ne soient pas réellement discutées. Au-delà de ces regrets, l’ouvrage présente de nombreuses qualités : il montre les multiples déploiements des processus d’évaluation dans le monde savant, leur cohérence d’ensemble, leur fonctionnement concret, ce qu’ils font aux individus et leurs conséquences pour la recherche et l’enseignement supérieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Laillier, « Christine Barats, Julie Bouchard et Arielle Haakenstaad (dir.), Faire et dire l’évaluation. L’enseignement supérieur et la recherche conquis par la performance », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 3 | Juillet-Septembre 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/21632

Haut de page

Auteur

Joël Laillier

Centre Maurice Halbwachs (CNRS, ENS, EHESS)
48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
joel.laillier[at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals