Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sylvain Crépon, Alexandre Dézé et Nonna Mayer (dir.), Les faux-semblants du Front national. Sociologie d’un parti politique

Presses de Sciences Po, Paris, 2015, 608 p.
Samuel Bouron
Référence(s) :

Sylvain Crépon, Alexandre Dézé et Nonna Mayer (dir.), Les faux-semblants du Front national. Sociologie d’un parti politique, Presses de Sciences Po, Paris, 2015, 608 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les études du phénomène frontiste sont foisonnantes et l’on recueille à son encontre des discours diamétralement opposés. Pour les uns, le Front national (FN), désormais devenu le Rassemblement national, est le parfait décalque de l’entreprise politique de Jean-Marie Le Pen et il doit seulement être compris à partir de ses invariants d’extrême-droite. Pour les autres, le parti se serait « dédiabolisé » avec l’arrivée à sa tête de Marine Le Pen en 2011, et il doit être étudié sous l’angle de ses changements. Les auteurs de cet ouvrage souhaitent dépasser ce clivage en montrant comment ce qui apparaît au premier abord comme des mutations s’inscrit en fait dans une forme de continuité de l’histoire de ce parti. À cet effet, cet ouvrage collectif propose un état des lieux des recherches sur le FN, mobilisant différents champs d’enquête, de l’histoire des idées à la sociologie électorale, en passant par les analyses de ses discours.

2La première partie porte sur les transformations du parti et montre comment des mutations parfois perçues comme récentes sont constitutives de son histoire. Alexandre Dezé explique notamment comment la « dédiabolisation » relève d’une invention du FN destinée à produire l’illusion que le parti, qui serait stigmatisé par ses opposants politiques, se trouverait constamment en voie de normalisation. La dédiabolisation est ainsi un processus sans fin, inhérent à la rhétorique du parti. Les différentes contributions sur les réseaux du Front national montrent que le parti constitue moins un bloc idéologique unifié qu’un rassemblement de plusieurs tendances. L’un des clivages les plus importants oppose entre 2011 et 2017 la ligne national-républicaine, représentée par Florian Philippot, à une autre ligne plus radicale comprenant davantage des amis de jeunesse de Marine Le Pen. Ces deux réseaux relativement antagonistes luttent pour entrer ou pour se maintenir dans le cercle fermé des proches de Marine Le Pen. La présidence du parti constitue alors une sorte de point d’équilibre entre ces différents réseaux. D’autres contributions analysent les tentatives d’expansion du parti, qui colonise de nouveaux territoires en développant une stratégie d’entrisme dans les syndicats, ou encore de « métapolitique », par l’intermédiaire du GRECE (Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne) et plus largement de la nouvelle droite, qui produit une vision du monde destinée à se répandre dans l’ensemble de la société. Selon Jean-Yves Camus, cette nouvelle droite, partiellement dissociée du FN, comprend une audience qui dépasse ce seul parti et qui s’étend à l’ensemble des partis de droite. Les territoires du Front national se développent aussi sur Internet. Julien Boyadjian explique que le FN a été un précurseur, palliant sa sous-représentation dans les médias traditionnels par un surinvestissement du web, dans une fonction d’encadrement des militants qui sont tenus de partager les informations publiées par le parti sur les réseaux sociaux et sur les sites de la « réacosphère ».

3Dans une deuxième partie, les auteurs s’intéressent aux transformations des programmes et des discours et montrent comment le parti adapte son contenu sans bouleverser ses fondements idéologiques. Selon Gilles Ivaldi, le FN s’est éloigné de son programme néolibéral des années 1980 en adoptant désormais une politique économique protectionniste et interventionniste, pour tenter de briser l’opposition gauche-droite au profit d’une opposition entre la nation et le mondialisme représenté par ses élites cosmopolites. Sur le plan des mœurs, Marine le Pen a infléchi son discours sur l’avortement et l’homosexualité, reconfigurant le lien, traditionnel à l’extrême-droite, entre nationalisme et virilisme. La critique de la perte du contrôle des frontières qui s’est exprimée dès les années 1980 par un rejet de l’Union européenne se centre aujourd’hui sur la revendication d’une sortie de la monnaie commune, l’euro. Delphine Espagno et Stéphane François explorent quant à eux la tension d’un parti qui en appelle à plus d’État, notamment en matière sécuritaire, tout en s’opposant aux fondements du service public et à son principe d’égalité, par la priorité donnée à la « préférence nationale ». Sur le plan sémantique, Cécile Alduy étudie les invariants du discours frontiste de 1986 à 2013. Celui-ci présente toujours une dimension totalisante, qui permet d’interpréter tout événement sur la base d’une opposition binaire entre « eux » et « nous », du mal contre le bien. Marine Le Pen adapte toutefois ces catégories à des thématiques politiques, comme la dette, la finance ou la croissance, alors que son père s’attachait surtout à revendiquer des valeurs morales, plus abstraites, comme la « famille », la « justice » ou la « sécurité ». Enfin, Valérie Igounet explique comment les militants du Front national sont formés dès 1972 à reproduire le discours de Jean-Marie Le Pen. Ensuite la formation devient progressivement plus pratique, les militants apprenant à mieux adapter leur discours selon le public visé et à construire une image positive d’eux-mêmes et du parti.

4La troisième partie, la plus étayée sur le plan empirique, s’appuie sur les données électorales et ses auteurs concluent à une extension des groupes sociaux qui votent FN. Nonna Mayer met en relief les principales tendances du vote FN. Elle rappelle que l’ancrage électoral à droite et la faiblesse des ressources scolaires sont des facteurs qui augmentent les chances de voter pour ce parti. Il y a aussi une surreprésentation chez ces votants de ceux qui ont un petit capital économique et qui ont peur de le perdre. Certaines tendances sont plus récentes : l’électorat de Marine Le Pen est plus féminin et l’ancrage dans le monde catholique n’est plus une barrière contre le vote FN. Ce vote connaît aussi, selon Jérôme Fourquet, une petite percée dans l’électorat issu de l’immigration maghrébine. De manière générale, selon Joël Gombin, l’électorat FN est moins volatil qu’auparavant et son potentiel s’accroît dans les régions du nord, en particulier auprès de la population ouvrière ainsi que dans les territoires ruraux et à la périphérie des grandes villes. Florent Gougou modère toutefois l’hypothèse d’un glissement général des ouvriers vers la droite, en montrant que le vote FN des ouvriers se caractérise surtout par l’adhésion d’une plus jeune génération au clivage opposant les « gagnants » et les « perdants de la mondialisation ». Dans une contribution s’appuyant sur un suivi longitudinal de votantes FN, Christèle Marchand-Lagier montre que les électrices ordinaires ont un rapport quotidien assez distant à la politique institutionnelle, faisant assez peu référence au discours du parti, comme si elles étaient extérieures au politique. Le vote FN entre alors dans un projet de couple, où la femme suit son mari dans un principe d’équilibre conjugal.

5La dernière partie traite de la polarisation du champ politique et médiatique. Alexandre Dézé analyse la façon dont le discours médiatique a participé à installer l’illusion d’un « nouveau » Front national incarné par Marine Le Pen, alors que la tradition idéologique du parti n’a pas fondamentalement changé. Gaël Brustier et Fabien Escalona étudient le positionnement politique de chaque parti par rapport au FN. Selon ces auteurs, la frontière entre les Républicains et le Front national est la plus poreuse, à l’inverse de celle entre le FN et Europe Écologie Les Verts, dont les électeurs, plutôt citadins, diplômés et partageant des valeurs universalistes, sont socialement opposés à ceux du Front national.

6Au regard de ces différentes contributions, la « nouveauté » du FN apparaît largement comme une illusion. Certes, le parti de Marine Le Pen n’est plus tout à fait le même que celui de son père, mais les continuités historiques du parti l’emportent sur ses mutations. Même les tensions internes au FN sont constitutives de l’histoire du FN, dont la position structurelle dans le champ politique le tiraille entre des velléités de normalisation dans le but d’accéder au pouvoir et une vocation protestataire, l’une des conditions de son succès.

7L’ouvrage a pour avantage de répondre à l’essentiel des questions posées sur ce mouvement dans l’opinion publique, au prix parfois de données inégales selon les sujets abordés. Les enquêtes se fondent majoritairement sur les données les plus accessibles, notamment sur les résultats électoraux, sur les discours politiques et sur l’histoire et les réseaux des cadres du parti. Mais, sauf exception, comme avec l’enquête de Christèle Marchand-Lagier dans cet ouvrage, peu d’études rendent compte des formes locales de mobilisation et des parcours des militants. Il reste difficile de mener ce type d’enquête auprès d’une organisation qui se méfie des chercheurs en sciences sociales. Il aurait été intéressant, en cela, d’interroger la façon dont les mutations du parti des Le Pen observées dans cet ouvrage participent à en faire un terrain moins marginal, dans un contexte d’ouverture relative des portes des sections locales aux chercheurs et d’inflation du nombre de thèses sur l’extrême-droite, qui proposent aux lecteurs, par la réalisation de monographies, de s’immerger au plus près des militants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Bouron, « Sylvain Crépon, Alexandre Dézé et Nonna Mayer (dir.), Les faux-semblants du Front national. Sociologie d’un parti politique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 3 | Juillet-Septembre 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/21660

Haut de page

Auteur

Samuel Bouron

Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO)
UMR 7170 CNRS et Université Paris-Dauphine, Paris Sciences et Lettres
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75775 Paris Cedex 16, France
samuel.bouron[at]dauphine.psl.eu

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals