Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Aux frontières de l’expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs, Y. Bérard, R. Crespin (Eds.)

Presses universitaires de Rennes, Rennes (2010). 277 p.
Léa Lima
p. 552-553
Référence(s) :

Yann Bérard et Renaud Crespin (dir.), Aux frontières de l’expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2010, 277 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Expertise, Savoir/Pouvoir
Haut de page

Texte intégral

1Comme le rappellent dans leur introduction Yann Bérard et Renaud Crespin, les coordonnateurs de cet ouvrage, les travaux sur l’expertise et les experts se multiplient en France comme à l’étranger. Le parti-pris ici est, contrairement à ce qu’une mauvaise compréhension du titre pourrait laisser penser, non pas d’interroger les marges de l’expertise mais de pénétrer au cœur de sa fabrication comme objet-frontière. Toutes les contributions participent peu ou prou à la compréhension des manières de faire jouer (ou pas) des savoirs comme savoirs experts, c’est-à-dire comme savoirs engagés dans la chose publique. Elles le font néanmoins à partir de postures et d’outillages théoriques assez hétérogènes ; l’ancrage empirique très sensible se traduit aussi par un éventail très large de domaines d’expertise représentés.

2La première partie de l’ouvrage rassemble des contributions qui, dans une posture constructiviste somme toute assez classique, se focalisent sur les rhétoriques expertes. Mathieu Quet dans le chapitre 1 analyse l’argumentaire des discours sur l’expertise scientifique dans quatre revues de critique des sciences à un moment clé de basculement du paradigme de la démocratie technique (1966–1977). On y voit l’émergence de figures et de critiques qui sont encore objets de controverses et de débats sociologiques aujourd’hui : celle du « profane » capable de produire une contre-expertise ou du scientifique expert enfermé dans un système antidémocratique. Sandrine Garcia pour sa part repère des régularités dans les manières d’exposer et d’imposer une expertise socialement nécessaire en mettant en parallèle trois problèmes publics : la planification des naissances, la pédagogie universitaire et l’éducation du petit enfant. Les processus de légitimation des expertises et des experts qui les portent sont aussi au cœur du chapitre 3 écrit par Harold Mazoyer. Celui-ci se penche moins sur les discours que sur le contexte socio-historique spécifique à la ville de Lyon aux belles heures du modèle technocratique centralisé. Le succès de savoirs produits localement sur les tracés du métro lyonnais ne tient pas à une supériorité technique ou économique intrinsèque mais à la capacité de leurs producteurs de faire le lien entre le centre et la périphérie.

3Le chapitre 4 aurait pu aisément nourrir la seconde partie qui porte plus spécifiquement sur la nature des savoirs d’expertise dans leur pluralité. Virginie Saliou revient en effet sur les compétences valorisées chez les experts nationaux détachés (END) à la commission européenne sur la politique maritime. Les END disposent d’une « expertise politique fonctionnelle » consistant à révéler et travailler la dimension politique d’un problème technique. Avec une grille clairement conventionnaliste, Philippe Terral et Julien Weisbein mettent au jour la spécificité des savoirs maritimes des surfeurs acquis sur leur planche (chapitre 5) et le développement de registres de savoirs plus scientifiques et techniques au fur et à mesure de l’engagement de l’association environnementaliste dans des actions publiques de protection du littoral. La qualification de l’expertise de l’épidémiologie populaire dans le signalement de clusters de cancer (par Marcel Calvez) offre quant à elle un bel exemple de mobilisation du tableau périodique de Harry Collins et Robert Evans et en particulier de l’explicitation empirique de « l’expert interactionnel » capable de dialoguer avec les experts sans être lui-même producteurs de savoirs. L’auteur montre combien l’acquisition sur le terrain de cette compétence est fortement contrainte par le degré de captation du processus d’expertise par des experts mandatés, technocrates. Le choix de s’appuyer sur l’expérience des salariés pour instituer une contre-expertise syndicale sur la souffrance au travail (Corinne Delmas dans le chapitre 7) va dans le même sens d’une construction des rapports sociaux par le jeu des options scientifiques ou cognitives. De même, le succès auprès des acteurs de l’assurance–maladie de la théorie de la demande induite en économie de la santé (qui postule que l’offre de soin crée la demande) doit beaucoup aux ressources normatives et idéologiques qu’elle offre dans un projet de réforme du système de santé y compris dans sa composante professionnelle (Marc-Olivier Déplaude). En prenant à bras le corps la question de la qualification des savoirs experts et de la sélection sociale et politique des connaissances pour l’action, cette seconde partie représente sans doute l’apport le plus intéressant et le plus original du livre.

4La dernière partie de l’ouvrage consacrée aux « modèles d’expertise » est peut-être la plus hétérogène. Elle mélange des contributions de nature plus historique, comme celle de Laure Bonnaud et Emmanuel Martinais sur la persistance du modèle technocratique dans le traitement des risques industriels, avec des tentatives de théorisation, comme celle de Thomas Medvetz sur les Think Tanks comme « champ intersticiel » qui mériterait sans doute plus d’espace pour être convaincante, ou encore avec des approches plus normatives et essentialistes. C’est le cas du seul chapitre écrit par des juristes (Rafael Encinas de Munagorri et Olivier Leclerc) sur le lien que le droit a construit entre l’expert et le commanditaire judiciaire. C’est également celui de l’analyse réflexive de Joseph Fontaine sur sa propre pratique d’audit et d’évaluation des politiques publiques.

  • 1 Laurence Dumoulin, Stéphane La Branche, Cécile Robert, Philippe Warin (Eds.), Le recours aux expert (...)

5Il est difficile de rendre justice à un ouvrage collectif dont on peut regretter, paradoxalement, la trop grande densité des contributions. Il vient cependant confirmer le foisonnement des recherches sur l’expertise. Il contribue, à la suite du colloque de Grenoble sur le recours aux experts1, à dessiner les contours d’une sociologie politique de l’expertise fondée sur une conception ouverte, contingente et résolument construite de ses propres frontières.

Haut de page

Notes

1 Laurence Dumoulin, Stéphane La Branche, Cécile Robert, Philippe Warin (Eds.), Le recours aux experts. Raisons et usages politiques, PUG, Grenoble, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Lima, « Aux frontières de l’expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs, Y. Bérard, R. Crespin (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 54 - n° 4 | 2012, 552-553.

Référence électronique

Léa Lima, « Aux frontières de l’expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs, Y. Bérard, R. Crespin (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 54 - n° 4 | Octobre-Décembre 2012, mis en ligne le 10 juin 2018, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2176

Haut de page

Auteur

Léa Lima

Lise CNRS-Cnam, case 1LAB40, 2, rue Conté, 75003 Paris, France
lea.lima[at]cnam.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals