Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 2Comptes rendusDaniel Benamouzig, La santé au mi...

Comptes rendus

Daniel Benamouzig, La santé au miroir de léconomie

Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », 2005 (479 pages)
Philippe Steiner
p. 268-269
Référence(s) :

Daniel Benamouzig, La santé au miroir de l’économie, Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », 2005, 479 p.

Texte intégral

1Daniel Benamouzig étudie le secteur de la santé, en France, entre 1950 et le milieu des années 1980, en le considérant à la lumière de la réflexion économique. Ce choix est tout à fait justifié. Divers travaux récents ont montré qu’après la deuxième guerre mondiale, l’économie devient un moyen de gouvernement, comme l’illustre la figure emblématique de Pierre Mendès-France. En outre, le domaine de la santé est un de ceux où se déploient des argumentations fondées sur des valeurs (« La santé n’a pas de prix ») en tension avec celles de l’économie (« l’efficience », ou la « justice du marché »). La rencontre de deux domaines si différents donne lieu à une étude menée en termes de sociologie de la connaissance.

2L’auteur ne cache pas que l’économie (au sens d’un outil pour penser les comportements et prendre les décisions) n’a joué qu’un rôle assez médiocre dans l’histoire qu’il examine, en comparaison du rôle joué par l’approche financière (équilibre des comptes). Néanmoins, et à juste titre, l’économie produit ce que l’auteur appelle un « motif cognitif », c’est-à-dire un ensemble de raisons et d’arguments qui indiquent « ce qu’il est utile, adapté ou correct de penser, de sentir ou de faire » (p. 11). Plus proche de Michel Foucault et de Michel Callon que de Max Weber, ce motif cognitif englobe des raisonnements économiques en tant que données publiques (des rapports, des notes internes ou des articles académiques), des institutions (le Plan, le CREDOC, le CEPREMAP, etc.), des structures de décisions politiques (les ministères concernés), saisis dans des interactions sociales (débats académiques, organisationnels, politiques). L’approche en termes de sociologie de la connaissance est pourtant menée selon une thématique weberienne reposant sur la distinction entre rationalisation formelle et rationalisation matérielle. Cette approche est pertinente, même si l’auteur ne retient pas la définition weberienne de la « matérialité » (selon laquelle la prise en compte de valeurs ultimes fait dévier la rationalisation matérielle de ce que produirait la rationalisation formelle en tant qu’application inflexible de la logique d’action ou de pensée propre à telle sphère sociale — la maximisation sous contrainte de l’utilité espérée dans le cas de l’économie). Ce qui est un peu surprenant puisque le domaine de la santé pouvait permettre de travailler très précisément les tensions entre la rationalisation formelle de l’économiste avec ses calculs d’optimisation des dépenses et les valeurs véhiculées par les professionnels de la santé.

3Les trois premiers chapitres étudient la manière dont l’économie et la santé se rencontrent dans le cadre du Plan, puis dans les ministères, avant d’examiner comment on passe d’une approche macroéconomique menée en termes de prévision (quels besoins et donc quels moyens à prévoir pour la santé ?) à une rationalisation des choix budgétaires visant à définir les niveaux optimaux d’équipement. Les débats sur les calculs du « prix de la vie humaine » sont alors étudiés en détail dans un chapitre passionnant qui aboutit à l’idée selon laquelle l’approche économique est difficile à mettre en œuvre (que compter ? quelle validité intertemporelle pour une valeur donnée ? Quelle rationalité pour le décideur politique ? Etc.). D’où l’abandon dans les années 1970 des tentatives de rationaliser les choix à partir de calculs des valeurs de vie sauvée par franc marginal dépensé pour différents risques. Les trois chapitres suivants examinent la manière dont, à la suite des modifications de la régulation et des financements de la recherche universitaire, se met en place une économie de la santé au sein de l’université française. Localisée dans quelques départements d’économie, cette spécialisation suit le cheminement formaliste de l’économie en France dans cette période ce qui favorise la rencontre avec les ingénieurs économistes à l’œuvre dans l’administration. Un « motif cognitif » d’une nature nouvelle qui vise les comportements et les stratégies d’acteurs saisis au niveau microéconomique se met finalement en place. Est-ce la marque de l’emprise du discours libéral sur la santé ? L’auteur examine à plusieurs reprises cette thèse dans son dernier chapitre. Une telle influence s’est produite en France, comme dans les autres pays développés (Mark Blyth Great Transformations. Economic Ideas and Institutional Change in the 20th Century, Cambridge, 2002), mais l’auteur n’en souligne pas moins l’autonomie de la sphère intellectuelle et académique dans l’élaboration du « motif cognitif ». Ce qui est comme la thèse de fond soutenue à différents moments de l’ouvrage de manière à s’opposer à ceux qui ne voient dans la sociologie de la science que des rapports de force ou à ceux qui pensent incompatibles l’engagement dans les débats politiques et la recherche d’argumentations solidement fondées.

4Cet excellent travail fait regretter que l’ouvrage ne présente pas d’exemples pris au plus près des formes de rationalisation du motif cognitif. On aurait aimé voir sur pièces les différences à propos des calculs du prix de la vie humaine ou des décisions suggérées à partir de ces calculs. Cela aurait accru la pertinence du propos et aurait sans doute facilité son application à d’autres domaines. On aurait aussi aimé voir un traitement plus complet de la question posée par l’irruption de la réflexion économique dans le monde de la santé, qui ne saurait se limiter aux économistes universitaires et aux ingénieurs économistes de l’administration. En effet, les praticiens eux-mêmes et leurs porte-parole se sont, eux aussi, efforcés de fournir des argumentaires économiques face à la montée de l’économie comme outil de légitimation et de décision. La prise en compte de cette dimension du motif cognitif aurait permis de donner vigueur à l’idée selon laquelle les professionnels de la médecine parviennent à contrer l’emprise des économistes sur leur domaine, autrement que par un pur esprit de corps et un lobbying servant à préserver leur situation acquise. De même, rien n’est indiqué quant à la réaction du public profane — ceux qui ne sont ni des professionnels de la médecine ni de la théorie économique — sur cette irruption de l’économie dans le monde de la santé. Quelles sont les réflexions profanes qui se trouvent à l’articulation de la santé et de l’économie ? Comment évoluent-elles et comment interviennent-elles dans le débat, voilà ce qu’il aurait été aussi intéressant de savoir pour comprendre la formation et l’évolution du motif cognitif au centre de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Steiner, « Daniel Benamouzig, La santé au miroir de léconomie », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 2 | 2007, 268-269.

Référence électronique

Philippe Steiner, « Daniel Benamouzig, La santé au miroir de léconomie », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 2 | Avril-Juin 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/21910 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.21910

Haut de page

Auteur

Philippe Steiner

IRISES, place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, université Paris-Dauphine, 75016 Paris, France
Philippe.Steiner[at]dauphine.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search