Navigation – Plan du site
Articles

Le syndicat des travailleurs domestiques de Rio de Janeiro : un observatoire des transformations de l’emploi domestique au Brésil

A labour union for household employees in Rio de Janeiro: a place for observing changes in employment in personal services in Brazil
Dominique Vidal
p. 351-365

Résumés

Cet article se propose de mettre en évidence les principales dimensions de l’action du syndicat des travailleurs domestiques de la commune de Rio de Janeiro. Il évoque d’abord, comment l’accès des travailleurs domestiques à de nouveaux droits sociaux a entraîné la formation d’un nouveau sens du juste chez les bonnes et concouru à la multiplication des litiges juridiques qui les opposent à leurs employeurs. Il montre, ensuite, que ce syndicat est dans une position ambivalente en raison de son insertion dans le dispositif de la justice du travail. On s’intéressera alors aux tensions entre différentes catégories d’acteurs lors de l’accueil du public à son siège, tensions qui en apprennent beaucoup sur la teneur des relations sociales. Il aborde enfin le rôle de cette petite organisation dans la saisine de la justice du travail d’où les travailleuses domestiques ressortent fréquemment avec le sentiment d’avoir été reconnues dans leur bon droit.

Haut de page

Texte intégral

1Les organisations de travailleurs domestiques n’ont jamais suscité une forte adhésion chez ceux dont elles entendent défendre les intérêts. Dans des contextes sociohistoriques fort différents, la difficulté de ces acteurs a toujours résidé dans l’isolement de ces travailleurs, leur faible identification à une activité stigmatisée et la grande diversité des situations d’emploi (Martin-Fugier, 1979 ; Fraisse, 1979 ; Palmer, 1989 ; Castro, 1989 ; Chaney et Castro, 1989 ; Hondagneu-Sotelo, 2001 ; Vasselin, 2002).

  • 1 Le STD porte la marque du masculin pluriel, bien que, à Rio comme dans l’ensemble du Brésil, plus d (...)

2Au Brésil, le syndicat des travailleurs domestiques de la commune de Rio de Janeiro, en portugais le Sindicato dos trabalhadores domésticos do município de Rio de Janeiro (et, dorénavant, le STD), se trouve dans une situation similaire1. Ceux qu’il a vocation de représenter vivent difficilement le mépris dont est frappé leur emploi et ne s’identifient pas à une catégorie professionnelle. Cette petite organisation syndicale joue pourtant un rôle majeur dans l’accès des travailleuses domestiques à la justice du travail et dans la diffusion d’une conscience des droits chez ces dernières. Huit mille femmes se rendent ainsi chaque année à son siège pour s’enquérir de leur droit suite à ou en prévision d’un conflit avec leur employeur, et sa permanence reçoit en moyenne autour de 150 coups de téléphone par jour.

  • 2 Le terme « bonne » n’a ici rien de péjoratif, à la différence de son sens en français. Il est un de (...)

3Cet article se propose de mettre en évidence les principales dimensions de son action. On évoquera d’abord comment l’accès des travailleurs domestiques à de nouveaux droits sociaux a entraîné la formation d’un nouveau sens du juste chez les bonnes2 et concouru à la multiplication des litiges juridiques qui les opposent à leurs employeurs. On verra, en deuxième lieu, que ce syndicat est dans une position ambivalente en raison de son insertion dans le dispositif de la justice du travail. On s’intéressera, ensuite, aux tensions entre différentes catégories d’acteurs lors de l’accueil du public à son siège, tensions qui en apprennent beaucoup sur la teneur des relations sociales. On abordera enfin le rôle du STD dans la saisine de la justice du travail d’où les travailleuses domestiques ressortent fréquemment avec le sentiment d’avoir été reconnues dans leur bon droit.

1. Accès au droit et formation d’un nouveau sens du juste

4Pour pleinement apprécier le rôle du STD dans les transformations des relations des bonnes et de leurs employeurs, il faut dans un premier temps revenir sur les conséquences de la mise en place d’un nouveau cadre juridique sur l’évaluation des conditions de travail et la dynamique de la conflictualité.

1.1. Un nouveau cadre juridique

  • 3 Jusqu’en 1972, les travailleurs domestiques n’étaient pas concernés par le droit social et négociai (...)

5Longtemps une affaire privée de personne à personne, l’emploi domestique est entré au Brésil dans la sphère publique. Promulguée au sortir du régime militaire (1964–1985), la constitution fédérale de 1988 a accordé de nombreux droits sociaux aux travailleurs domestiques : un revenu au moins égal au salaire minimum, l’impossibilité de voir leur salaire diminué sans changement du contrat de travail, un préavis de licenciement d’un mois, un treizième mois de salaire, un jour de repos par semaine, 120 jours de congé maternité, et 30 jours de vacances par an au lieu des 20 précédemment obtenus. Sans se voir reconnus tous les droits des salariés du privé (ceux, en particulier, concernant l’indemnisation du chômage, la durée quotidienne et hebdomadaire du travail, la réglementation du travail de nuit, et le paiement des heures supplémentaires), les travailleurs domestiques peuvent désormais prétendre à un niveau de protection relativement élevé, notamment si on le compare au reste de l’Amérique latine. Ce d’autant qu’est réaffirmée leur intégration à la prévoyance sociale, obtenue en 1972, qui ouvre le droit à la retraite et à l’assurance maladie3.

6Sans cesser de faire de la condition de domestique une condition peu enviable, ces changements ont de toute évidence entraîné une amélioration sensible des conditions de travail de ces travailleuses. Selon les statistiques de l’Institut brésilien de géographie et de statistiques, la catégorie des travailleurs domestiques est celle dont les revenus ont le plus augmenté au cours des années 1990. Tout en restant faibles, ils atteignent aujourd’hui un niveau voisin de celui des autres catégories de travailleurs non qualifiés (c’est-à-dire, en moyenne, autour d’une centaine d’euros par mois dans de grands centres urbains comme Rio de Janeiro, São Paulo et Brasília). Durant cette décennie marquée par l’accroissement du secteur informel, la formalisation des travailleurs domestiques a également progressé, un fait notable même si plus des deux tiers des femmes qui en vivent ne sont pas déclarées par leurs employeurs.

1.2. Un nouveau cadre interprétatif

  • 4 Sur l’intérêt de l’étude de l’expérience du droit chez les individus ordinaires, voir Pélisse (2005 (...)

7La mise en place de ce cadre juridique a entraîné la formation d’un nouveau cadre interprétatif au travers duquel un nombre croissant de travailleuses domestiques apprécie leurs conditions de travail. De plus en plus souvent, les bonnes considèrent qu’un « bon patron » n’est plus seulement celui qui leur manifeste de la considération et les secours en cas de coup dur, mais qu’il est aussi celui qui observe le droit social. Et on ne peut aujourd’hui comprendre les relations que ces femmes entretiennent avec leurs employeurs sans faire ressortir l’impact de cette conscience du droit4.

8La possibilité d’en appeler au droit brouille en premier lieu la possibilité de distinguer clairement les conflits interpersonnels, liés à des différences de tempérament ou aux tensions inhérentes à la coprésence, et les conflits provoqués par le non-respect du droit social. Une incompatibilité d’humeur persistante ou un propos déplaisant d’un patron décide souvent une travailleuse domestique à l’assigner en justice pour obtenir une indemnisation pour une violation du droit qu’elle avait acceptée jusque-là. À l’inverse, le non-respect du droit par un employeur est souvent vu comme un manque de reconnaissance qui affecte la relation personnelle entre les deux parties.

9Cet effet du droit sur la conflictualité ne se traduit pas seulement par une augmentation des motifs de dispute. Il affecte aussi l’établissement d’une relation de confiance. Dans bien des cas, la rupture résulte d’un sentiment de trahison. C’est par exemple le cas quand une bonne découvre que sa patronne, qui lui disait être « [son] amie », lui a fait croire qu’elle payait les cotisations sociales, alors qu’elle n’a jamais rien versé. Ces conflits qu’entraîne le refus de la formalisation de la relation de travail mettent en évidence l’importance de la reconnaissance juridique dans la construction identitaire des domestiques. Plus que ce qui a été refusé (l’établissement d’un contrat de travail par la signature du livret de travail) ou occulté (des cotisations sociales prétendument acquittées mais en réalité impayées), c’est le fait d’être considéré comme quelqu’un que l’on peut tromper qui suscite un sentiment d’humiliation et la révolte.

  • 5 Voir sur ce thème l’ouvrage de Cardoso de Oliveira (2005).

10Or l’accès au droit introduit une nouvelle possibilité de perte de confiance dans les rapports des domestiques et des employeurs. « Elle m’a pris pour une conne » (Ela me fez de boba), entend-t-on souvent dire les premières. Peu se remettent d’une telle expérience qui fait éprouver le sentiment d’avoir été traitées conformément au personnage social de la bonne, simple d’esprit et que l’on peut aisément rouler sans qu’elle s’en aperçoive. L’envie n’est plus là, et beaucoup finissent par quitter le service de ceux qu’elles servaient, quand elles ne sont pas renvoyées avant pour s’être montrées insistantes dans leur demande. Fréquemment racontées par les bonnes dans la catégorie du « manque de respect », ces situations relèvent toutes de l’insulte morale qui, en portant directement atteinte à l’estime de soi, affecte l’identité personnelle5.

1.3. Difficulté du conflit

11Ces transformations soulignent de surcroît la difficulté du conflit dans l’emploi domestique, où le travailleur ne peut espérer la reconnaissance de soi, à la différence de ce que Sainsaulieu (1996) a montré à propos de la grande entreprise industrielle. S’inspirant du schéma hégélien de la dialectique du maître et de l’esclave, il soulignait le caractère structurant du conflit du travail pour les travailleurs, dans la mesure où c’est en parvenant à faire reconnaître par autrui son propre désir que le sujet parvient à la reconnaissance de soi. Il notait également que l’accès à soi-même par le conflit dépend de la possibilité de soutenir sa position, alors que « l’extrême conditionnement imposé par la domination écrasante d’un autre conduit, sinon obligatoirement à la folie, du moins à l’impossibilité de prendre conscience des différences » (ibid., p. 318). Si les domestiques peuvent obtenir occasionnellement une augmentation ou un allégement de leur travail, elles ne peuvent en revanche s’engager durablement dans un conflit avec un employeur. La fragilité intrinsèque des relations que les deux parties entretiennent fait que leurs rapports ne résistent pas à un différend qui perdure. Comme l’a noté Geneviève Fraisse (1979), le conflit dans ce type d’emplois ne s’inscrit pas dans le modèle de la dialectique du maître et de l’esclave où chacun accède à la reconnaissance de soi par la reconnaissance de l’autre, mais conduit, au contraire, à « un jeu d’opposition sans issue ».

12Le recours au droit des bonnes suggère toutefois un autre mode d’accès à la reconnaissance de soi par le conflit fondé, non plus sur cette dialectique avec l’employeur, mais sur la rupture définitive de la relation et le recours au droit. Leurs actions en justice sont en effet souvent autant motivées par le désir de montrer son pouvoir de résistance et d’obtenir une réparation morale que par la perspective d’une indemnisation.

13La justice du travail est au centre de ce processus de réparation. Fondées sur le principe de la conciliation entre les parties, les indemnités qu’y obtiennent les plaignants sont généralement d’un montant inférieur à ce qu’ils auraient dû recevoir si l’employeur avait respecté le droit. Les travailleuses domestiques ont pourtant une certaine confiance en sa capacité à réparer le préjudice dont elles se disent victimes, alors qu’elles sollicitent rarement les tribunaux pour trouver une solution à un conflit de voisinage ou à un différend conjugal. Et si l’accès des travailleuses domestiques au droit social ne bouleverse pas radicalement l’agencement des rapports sociaux, il change leur perception de la place qu’elles tiennent dans l’ordre social et de ce qu’elles peuvent en espérer. La reconnaissance juridique permet à ces femmes de se penser comme des sujets de droit, liés par un contrat à un employeur, et non plus seulement dépendantes des fluctuations de relations convenues de gré à gré. Le droit ne les met certes pas à l’abri des tensions inhérentes aux activités liées aux services aux personnes. Mais, en permettant aux travailleuses domestiques de se définir par rapport à des normes universelles, il donne une forme juridique à la dignité qu’elles revendiquent et fournit des critères qui permettent d’apprécier différemment le juste et l’injuste.

2. Une organisation en porte-à-faux

  • 6 À peine une petite vingtaine de femmes participent régulièrement aux activités du STD, et moins de (...)

14En plus d’accorder de nouveaux droits sociaux aux travailleurs domestiques, la constitution fédérale de 1988 a permis aux associations de travailleurs domestiques de devenir des syndicats dotés de pouvoirs juridiques, habilités à représenter les intérêts de leur catégorie professionnelle devant les autorités, à négocier des conventions collectives et à procéder à la rescision des contrats de travail. Plus de 15 ans après la création de ces premiers syndicats, ce syndicalisme compte peu de militantes6, mais il joue un rôle central dans le recours au judiciaire des travailleuses domestiques qui, sous certaines conditions, peuvent poursuivre devant la justice du travail un employeur qui n’a pas respecté le droit social.

15La constitution de 1988 a toutefois placé ces organisations dans une position ambivalente, en en faisant des acteurs juridiques. Le STD n’est en effet pas seulement une organisation de lutte pour l’amélioration des conditions de travail des domestiques. Il est aussi un dispositif juridique inséré dans le fonctionnement général de la justice du travail et est fréquemment considéré de ce fait comme un service public par les bonnes qui s’y adressent. En revenant sur l’origine de ce syndicat, les caractéristiques sociologiques de ses militantes et les modalités de son fonctionnement, on comprendra mieux la spécificité du travail de cette organisation et des difficultés qu’elle doit affronter.

2.1. De l’association professionnelle au syndicat

  • 7 Le droit brésilien maintient toutefois toujours le principe de l’unicité syndicale héritée de la lé (...)

16La constitution de 1988 a permis aux travailleurs domestiques de s’organiser en syndicats sans avoir à administrer la preuve d’une représentativité minimale et obtenir l’agrément du ministère du Travail7. Les associations professionnelles de travailleuses domestiques, qui avaient été fondées depuis le début des années 1960 dans le giron de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), se transforment en syndicats dans de nombreuses villes : celui de Rio est fondé dans les dernières semaines de 1988.

17Cette possibilité de se constituer en syndicats amorce le début d’une nouvelle phase du militantisme des domestiques brésiliennes, puisqu’il leur faut s’organiser pour soutenir toutes celles qui s’adressent au syndicat pour faire respecter les nouveaux droits promulgués par la constitution. Rien n’est moins évident. Car si les travailleurs domestiques ont été juridiquement reconnus comme une catégorie professionnelle, l’engagement militant n’a pas connu un véritable essor avec la transformation de l’association en syndicat. En faisant des syndicats de travailleurs domestiques des acteurs juridiques, la constitution de 1988 en a aussi fait des lieux de prestations de services sans leur donner les moyens de les assurer convenablement. Le STD se trouve de ce fait débordé par la prise en charge de requérantes et ne parvient que très difficilement à mener des campagnes d’information et à mettre en place des programmes de formation professionnelle. Les syndicats de travailleurs domestiques n’ont pourtant pas renoncé à l’objectif de faire du travail domestique une profession comme les autres, régie par un statut juridique équivalent. Une avancée majeure vers cette direction a toutefois eu lieu, en 2000, avec la possibilité pour l’employeur, mais non encore l’obligation, d’inscrire une domestique au Fonds de garantie du temps de travail (FGTS) et de lui permettre, moyennant le paiement d’une cotisation sociale supplémentaire, de bénéficier d’indemnités en cas de perte d’emploi.

2.2. Un syndicat et des militantes atypiques

18Neuf femmes se relaient au STD pour assurer l’accueil du public, répondre au téléphone, aider les deux assistantes sociales et les trois avocats, gérer l’organisation et la représenter dans différentes instances. Les caractéristiques sociologiques de ces militantes présentent de grandes similarités. Toutes ont plus de 50 ans et, sauf une née dans le sud du Brésil, elles sont originaires de zones rurales ou de petites villes des états de Rio de Janeiro, du Minas Gerais et du Nordeste. Ces femmes ont pour la plupart commencé à travailler comme domestique au début de l’adolescence. Presque toutes sont restées au service de la même famille pendant parfois plus de deux ou trois décennies, alors que les statistiques révèlent un fort turn-over chez les domestiques. Qu’elles soient ou non encore à leur service, elles ont souvent avec ces derniers des relations qu’elles disent marquées par une affection partagée. Il y a là tout du paradoxe. Alors qu’elles recommandent aux travailleuses domestiques d’éviter l’engagement émotionnel avec leurs employeurs, les rapports qu’elles entretiennent avec leurs patrons ou anciens patrons paraissent contredire ces conseils. Leur engagement dans l’action syndicale témoigne certes de leur capacité à échapper à l’emprise psychologique de ceux qui les emploient. Mais il est en revanche permis de suggérer que c’est la stabilité et la qualité de la relation de travail qui leur a fourni l’équilibre social et psychologique nécessaire au militantisme. Toutes sont aussi venues au syndicalisme par la participation à des groupes liés à l’Église catholique : les plus âgées par le biais de la JOC au début des années 1960, et les plus jeunes par la fréquentation de la Pastorale de la domestique qui se réunit dans des églises de Rio. Le célibat est, enfin, leur autre grande caractéristique commune : une seule vit en couple et a des enfants. C’est ce qui leur laisse le temps de consacrer au militantisme l’essentiel de leur vie hors travail.

19Le profil sociologique de ses militantes contribue au caractère atypique de ce syndicat dans l’univers des syndicats brésiliens. Alors que les études sur les dirigeants syndicaux au Brésil ont souligné leur distanciation progressive par rapport à leur milieu d’origine (Agier et Castro, 1995 ; Brochier, 2001), ces femmes sont restées en contact avec l’emploi domestique. Sur les dix les plus engagées dans l’activité syndicale, trois touchent une retraite après avoir été domestiques pendant plus de 30 ans, et les autres servent encore une famille ou font des ménages. Elles résident toujours dans les quartiers populaires et les favelas de l’agglomération. Il est vrai que leurs revenus ne leur permettent pas d’envisager d’adopter un mode de vie différent de celui des autres domestiques. Leurs employeurs les paient en général à peine mieux que ces dernières, et les indemnités qu’elles touchent pour leurs permanences au syndicat ne constituent qu’un maigre revenu complémentaire. À la différence aussi de ce qui a été mis en évidence dans la majorité des syndicats professionnels brésiliens, l’engagement syndical ne leur offre aucune possibilité d’ascension sociale, même s’il a modifié leur univers socioculturel en les amenant à participer à des congrès et à rencontrer des élus, d’autres syndicalistes et des militantes féministes.

3. Accueil du public

20La recherche sur l’accueil au guichet des services publics a relevé l’ambivalence des agents chargés de recevoir les usagers (Dubois, 1999 ; Weller, 1999 ; Siblot, 2002). Les relations que les premiers nouent avec les seconds peuvent être des relations de domination et de contrôle comme des relations de sociabilité qui assurent la socialisation d’individus en situation précaire. Si le STD n’est pas un service public, la plupart de ceux qui le sollicitent le traitent comme tel. Il en résulte deux ensembles de tensions qui en apprennent beaucoup sur les relations sociales au Brésil. Le premier a trait à la position ambiguë du syndicat. Alors que les syndicalistes le considèrent comme une organisation revendicative et visent la professionnalisation de l’emploi domestique, les bonnes le tiennent pour une administration et ne s’identifient pas à la catégorie professionnelle des travailleuses domestiques. Le second, plus complexe, renvoie aux situations de coprésence qui s’y produisent. La diversité des contacts, entre les syndicalistes, les requérantes et les employeurs, révèle différentes représentations et mises en scène de la hiérarchie, de l’égalité et de la similitude.

3.1. Syndicalistes et requérantes : deux visions opposées de l’emploi domestique et de l’accès au droit

21La plupart des travailleuses domestiques ne savent rien du STD quand elles s’y rendent pour la première fois. Si certaines en ont entendu parler par un parent ou une voisine, la majorité y a été envoyée par un service du tribunal du travail qui a pour fonction de diriger vers le syndicat de leur catégorie professionnelle ceux qui entendent saisir la justice du travail. C’est très largement pour cela que le STD leur apparaît comme un service public lié au tribunal. Les syndicalistes ont beau les inviter à se syndicaliser en répétant que le syndicat est une organisation de lutte qui entend améliorer la condition des travailleuses domestiques, bien peu sont celles qui acceptent de le juger autrement que comme une administration. Tout ce qui apparaît comme une insuffisance est tenu comme un aspect supplémentaire du mauvais fonctionnement des services publics. L’attente longue est comparée à celle que l’on subit à l’hôpital. L’impossibilité pour le STD de résoudre des difficultés financières ou des conflits qui ne ressortent pas au droit du travail témoigne de même, aux yeux des requérantes, du peu de cas qui est fait des pauvres. Et la contribution qu’il faut acquitter pour rencontrer l’assistante sociale ou l’avocat n’est que rarement perçue comme un des seuls moyens dont dispose le syndicat pour se financer, mais plutôt comme une de ces taxes indues qui permet l’enrichissement d’une minorité sur le dos des milieux populaires.

22Quand les requérantes découvrent qu’elles ne peuvent demander en justice, ce à quoi elles estiment avoir droit, la déconvenue est de taille. Elle révèle plusieurs dimensions du rapport à l’institution syndicale des travailleuses domestiques. Celles-ci ne comprennent pas, en premier lieu, que le STD a pour finalité leur auto-organisation. Il ne s’agit pas d’un fait surprenant : créés pour la plupart par le haut et longtemps sous la tutelle du ministère du Travail, les syndicats brésiliens n’ont que rarement suscité une forte identification chez les travailleurs. En second lieu, les travailleuses domestiques ne parviennent pas à accepter les limites que le cadre juridique impose à l’action du STD. Cette situation n’a cette fois rien de brésilien. Elle est caractéristique à toutes les situations où existe une dissymétrie entre celui qui dépose une plainte et celui qui l’enregistre (Joseph, 1998). C’est un cas ordinaire de situation de « rejet du conseil » où le plaignant ne peut obtenir de celui qui l’écoute qu’il se mette à sa place et lui donne satisfaction (Jefferson et Lee, 1981). Aussi bienveillante soit-elle, la syndicaliste responsable du premier accueil ne peut considérer que la recevabilité de la plainte, en l’envisageant du point de vue du droit social. Or celle qui lui parle la formule le plus souvent dans un langage où la référence à l’injustice renvoie à des aspects du travail que ne couvre pas ce droit. Une troisième dimension du dépit que suscite une réponse négative lors du premier accueil tient à ce que les réponses des syndicalistes oscillent entre le registre du fonctionnaire, qui examine impersonnellement la conformité d’une demande selon des règles de droit, et un langage militant, qui souligne la commune condition de domestique de celle qui reçoit la plainte et de celle qui la formule. La dernière dimension procède de la précédente. Elle réside dans le fait que c’est un semblable qui juge la plainte irrecevable et remet en question, ce faisant, l’image de soi proposée par la plaignante. L’emportement qui les saisit souvent quand elles se voient déboutées rappelle les situations de disputes entre voisines ou entre femmes d’une même famille.

23C’est la différence dans le rapport au droit et la façon de concevoir le service domestique qui structure les jugements des syndicalistes sur les requérantes. Ces dernières tendent à considérer que travailler hors du cadre défini par le droit est acceptable, dans la mesure où elles sont convaincues que, quand la relation de travail ne les satisfera plus, le recours judiciaire corrigera des arrangements qui leur sont défavorables. Or ce sont justement ces arrangements que le STD ne cesse de dénoncer comme un obstacle à la juridicisation des relations entre employeurs et travailleurs domestiques. Bon nombre des remontrances adressées aux requérantes portent de ce fait sur l’acceptation de conditions de travail qui violent le droit. Celles-ci ont beau répondre que, se trouvant au moment de l’embauche dans une situation financière désespérée, elles n’avaient d’autre choix que de les accepter, en espérant les renégocier par la suite, les syndicalistes les considèrent fautives.

24Se voir reprocher de ne pas avoir su imposer le respect du droit à son employeur est à ce titre une accusation de faiblesse psychologique que ne goûtent guère les requérantes. Les syndicalistes se montrent aussi passablement irritées par les requérantes qui ont sciemment accepté le non-respect du droit au nom d’une prétendue amitié entre la bonne et sa patronne. S’en prendre à l’ignorance et à la naïveté des requérantes permet alors à ces militantes de réaffirmer constamment l’unité de leur petit groupe. Ce discours sur le travail domestique tranche radicalement avec les représentations dominantes de cette activité chez celles qui l’exercent et chez ceux qui les emploient. Alors que les requérantes n’y voient le plus souvent qu’une occupation réservée à celles qu’un bas niveau de qualification interdit d’accéder à des emplois plus valorisés, elles la considèrent au contraire comme une profession qui requiert des compétences et qu’il y a tout lieu d’être fière d’exercer. On est là dans un discours sur soi fréquent chez les individus en situation d’infériorité devenus militants. Le militantisme, en fournissant un discours sur les causes des situations d’injustice et d’humiliation, permet de déplacer l’explication de la honte du niveau individuel au niveau social (Gauléjac, 1996).

3.2. Variations autour de la hiérarchie, de l’égalité et de la similitude

25L’observation des interactions entre syndicalistes, requérantes et employeurs dans les locaux du STD révèle des problèmes posés à l’échange social par l’attachement à des prérogatives liées à des formes d’identification. La discussion est en effet soit limitée à une grande banalité par le souci commun de s’accorder, soit rendue impossible parce que les interactants se jugent supérieurs les uns aux autres.

26Ces tensions résultent d’abord de l’incompréhension fréquente entre les syndicalistes et les jeunes travailleuses domestiques. Les invites des premières à la syndicalisation et à la prévoyance suscitent souvent l’ironie des secondes, convaincues que la vie leur réserve un meilleur destin. C’est là une difficulté majeure rencontrée par le syndicat dans son effort d’organisation des travailleuses domestiques. Les jeunes bonnes ne cachent pas le mépris que leur inspirent les femmes qui n’ont pas su trouver un homme qui les aient fait échapper à la condition de domestique. Cet idéal féminin n’est évidemment pas partagé par les syndicalistes qui se reconnaissent dans le modèle de la femme autonome qui a su s’opposer et exister par sa seule volonté.

27La présence des conjoints aux côtés des requérantes donne également régulièrement lieu à des tensions avec les syndicalistes. Celles-ci traduisent la difficulté des hommes des couches populaires à échanger sur un pied d’égalité avec une femme de leur milieu et trouvent leur origine dans le fait que beaucoup de ceux qui accompagnent leurs compagnes se croient au fait du fonctionnement de la justice du travail. En les écoutant donner des leçons de droit aux requérantes qui attendent, on constate néanmoins que leurs connaissances en la matière sont lacunaires. Elles ne portent, d’une part, que sur des points particuliers et jamais la procédure n’est comprise dans son ensemble. Elles ne s’inspirent, d’autre part, que d’expériences personnelles, c’est-à-dire de contentieux qui les ont opposés à un employeur. Ils ignorent ainsi presque tous que le droit des travailleurs domestiques diffère de celui des autres catégories de travailleurs et découvrent au STD que celles-ci n’ont pas droit à une indemnité de perte d’emploi calculée en fonction du nombre d’années travaillées. Les syndicalistes ne parviennent pas toujours à les en convaincre, et, quand elles y arrivent, ils y voient fréquemment une preuve de l’incompétence de ce syndicat qui, selon eux, ne parvient pas à obtenir les mêmes droits que les autres organisations de travailleurs. Mais ce qui tend surtout à raidir l’échange est la volonté de ces hommes d’imposer un discours aux syndicalistes. Dans bien des cas, ils prennent la parole en premier pour expliquer le conflit qui a conduit leurs femmes à venir « chercher leurs droits », pendant que ces dernières les écoutent en les approuvant par des hochements de tête. Il est rare que les syndicalistes ne s’agacent de ce discours autorisé où la requérante est reléguée au second plan par un homme qui leur indique dans la foulée ce qu’il faut faire pour « résoudre l’affaire ». Elles rappellent alors le rôle de chacun dans la situation pour en reprendre le contrôle. Ce rappel n’est souvent pas du goût du conjoint, et si certains obtempèrent en maugréant, d’autres prennent à partie la syndicaliste. Le conflit du travail dont il était jusque-là question devient un conflit entre un homme et une femme du peuple, avec toute la virulence qui peut accompagner les échanges entre pairs au Brésil. Pour les deux parties, il s’agit alors de ne pas perdre la face. Le conjoint de la domestique fait état de son « expérience » et accuse la syndicaliste d’être « incompétente », en ajoutant parfois qu’elle est « achetée » par les patrons. La seconde lui répond qu’il n’y connaît rien et ferait mieux de se taire pour qu’une issue puisse être trouvée. Si la requérante ne prend pas l’initiative de signifier à son homme d’accepter de se taire, la tension ne retombe généralement qu’avec le départ du couple ou l’intervention d’une autre syndicaliste qui vient épauler sa collègue en créant un contrepoids qui amène le conjoint en colère à renoncer à argumenter.

28Les tensions dans les interactions des syndicalistes et des employeurs sont d’un autre ordre. À l’exception d’un petit nombre qui, par souci de légalité, tient à procéder à la rescision du contrat de travail devant un avocat, ceux-ci ne viennent au syndicat que quand, n’ayant plus d’autre recours pour échapper au procès, ils se résignent à négocier un accord de conciliation avec une ancienne domestique. L’accueil formel que leur réservent les syndicalistes n’a pourtant rien à voir avec la politesse qu’une domestique se doit de montrer à ses patrons. Il est, d’une part, celui des relations de service où les compétences civiles prévalent. Mais il traduit aussi le souci des femmes du syndicat de voir la relation ne jamais sortir d’un cadre sous-tendu par l’idée d’une égalité fondamentale entre les deux parties. Quelle que soit la teneur de l’échange, ce sont toujours des relations d’égaux à égaux qu’elles établissent avec les employeurs qui les sollicitent. Quand ceux-ci cherchent à en imposer au nom d’une prétendue connaissance juridique ou en arguant de leur position sociale, elles les remettent délicatement en place, en les invitant à attendre leur tour ou à se soumettre à l’avis des avocats du STD. C’est une situation peu ordinaire pour des individus qui, dans la vie quotidienne, ont l’habitude de s’adresser aux femmes de leur milieu par des commandements ou sur un ton paternaliste. Ils se trouvent alors fréquemment décontenancés, incapables de savoir quel rôle jouer, quand ces femmes qui ont les traits des bonnes qui les servent leur répondent calmement mais fermement, en les regardant dans les yeux.

29Les interactions entre employeurs et syndicalistes peuvent cependant donner lieu à des échanges où les deux parties mettent en scène une symbolique de l’égalité et de la similitude. Quand les premiers manifestent d’emblée l’intention de respecter le droit quand prend fin leur relation avec une travailleuse domestique (licenciement ou démission), les syndicalistes les reçoivent en alliés de leur cause et les considèrent comme de « bons patrons ». Cela les conduits parfois à engager des conversations où tous s’accordent sur l’irresponsabilité des domestiques qui ne font pas ce que prévoit le droit social ou ont un comportement qui ne correspond pas à la conception de la profession de travailleur domestique défendue par le syndicat. C’est le cas notamment quand des travailleuses domestiques demandent le non-paiement des cotisations sociales en contrepartie d’une augmentation de salaire ou qu’elles n’annoncent pas avec un préavis d’un mois leur intention d’arrêter de servir une famille. Ces échanges détendus vont pourtant moins de soi qu’il n’y paraît de prime abord, tant les syndicalistes et les employeurs n’ont pas l’habitude de ce type de relations. Chacun semble de ce fait chercher en permanence l’accord de l’autre et goûter une situation égalitaire peu fréquente dans la vie sociale. Du coup, la conversation ne va jamais au-delà de grandes banalités sur la nécessité du syndicalisme, l’importance du droit ou le sort misérable de beaucoup de domestiques. La fragilité de la situation semble imposer aux unes et aux autres de s’en tenir à cet accord et de ne pas pousser plus loin un échange qui, en révélant des différences, pourrait défaire une égalité dont chacun sait bien qu’elle n’est pas au principe des relations sociales.

4. Préparer l’action en justice

  • 8 Voir, notamment, la somme réunie par Cappelletti et Garth (1978).
  • 9 Chaque État de la Fédération compte au moins un Tribunal régional du travail (TRT). Les litiges ent (...)
  • 10 Sur la procédure devant la justice du travail, voir Martins (2001).

30Le difficile accès à la justice des individus les plus démunis a été abondamment documenté8. La justice du travail brésilienne n’échappe pas à ce constat9. Ceux qui craignent leur employeur, se sentent désemparés devant l’institution judiciaire, ne peuvent s’assurer les services d’un avocat ou ne la saisissent pas toujours, ou renoncent fréquemment en cours de procédure à faire valoir leurs droits. La principale activité du STD est d’épauler des femmes pauvres et vulnérables dans ce processus que beaucoup appréhendent. Quand, lors du premier accueil, les syndicalistes estiment qu’une requérante peut engager une action contre son employeur ou hésitent sur la suite à donner à sa demande, elles la dirigent vers une assistante sociale ou un avocat du STD. Le recours au droit commence à proprement parler. Il va alors s’agir pour le STD d’obtenir qu’un patron vienne à son siège procéder à la rescision du contrat de travail, ou, si l’affaire est jugée suffisamment importante, de saisir la justice du travail10.

4.1. Épauler des femmes pauvres et vulnérables

31Ce travail d’assistance juridique est rendu difficile par la vulnérabilité des requérantes, des femmes pauvres pour lesquelles une action en justice a tout d’un chemin de croix. Pour recourir au droit, elles se lèvent aux aurores, font la queue au tribunal du travail, puis, informées de l’existence du STD, s’y rendent et attendent plusieurs heures dans un lieu sans confort avant d’être reçues par l’assistance sociale ou l’avocat. À cette dépense physique s’ajoute un coût financier. L’achat de plusieurs billets de bus représente une somme importante pour des femmes désargentées au sens propre du terme. Faute de liquidités, beaucoup ont dû emprunter l’argent nécessaire aux frais de transport. Se rendre au syndicat signifie de plus pour certaines perdre le bénéfice d’une journée de travail et courir le risque d’attirer la suspicion du nouvel employeur si celui-ci découvre que sa bonne est du genre à manquer pour mettre en œuvre une action judiciaire contre un précédent patron. Il n’y a dans ces conditions rien de surprenant à ce que le premier contact avec le STD soit pour bien des requérantes un moment attendu dans l’angoisse.

32Après le premier accueil, une assistante sociale les reçoit à l’étage. Elle s’enquiert de la situation de la requérante en lui demandant un ensemble d’informations biographiques, sa situation professionnelle, les raisons pour lesquelles elle a été renvoyée ou a quitté son emploi, et si elle est ou non déclarée à la sécurité sociale. L’assistante sociale demande ensuite si l’employeur a fait signer un document. Elle cherche de la sorte à éviter de perdre du temps avec une requérante qui, pour avoir paraphé à son insu un solde de tout compte, ne pourra recourir en justice contre ses anciens patrons. Bien que le recul de l’analphabétisme et la connaissance qu’ont les bonnes des fourberies des employeurs aient contribué à réduire ce type de cas, ceux-ci n’ont rien d’exceptionnel.

33Passées ces questions, les requérantes sortent les pièces justificatives demandées, souvent pieusement conservées des sacs à alimentation fermés par des nœuds si serrés qu’il leur faut parfois les déchirer pour les présenter à l’assistante sociale. Ce moment pathétique où la requérante doit administrer la preuve de son identité et donner un fondement à ses dires illustre la grande importance accordée aux documents officiels dans la définition de soi. L’assistante sociale les vérifie alors un à un et fait le compte des périodes travaillées, quand celles-ci ont été portées sur le livret de travail, et des cotisations sociales payées, quand l’employeur a restitué les souches des carnets de paiement à sa bonne comme l’exige la loi.

34Les éléments de biographie que la requérante livre permettent à l’assistante sociale d’apprécier la véracité de ses dires. Il arrive en effet que l’affaire qui l’a amenée au syndicat s’avère plus embrouillée que ce qu’elle racontait aux autres requérantes dans la salle d’attente. Certaines n’ont pas été renvoyées comme elles le prétendaient, mais ont abandonné volontairement leur emploi sans donner de préavis. D’autres, encore, ont accepté des arrangements qui rendent difficile un recours au droit.

35Mais l’attention comme l’injonction ne suffit pas toujours à libérer la parole. Certaines requérantes persistent et continuent à raconter la même histoire jusqu’à ce que l’assistante sociale mette un terme à l’entretien. Peu d’entre elles reviennent au syndicat sans qu’il soit sûr pour autant qu’elles renoncent à un recours au judiciaire, beaucoup d’avocats du barreau de Rio acceptant de plaider des affaires confuses. D’autres se mettent à parler tout d’un coup d’un seul flot ou dans un propos entrecoupé par les pleurs. Elles ont été accusées de vol ou de maltraitance, et on les a menacées de prison si elles intentaient une action en justice. Les domestiques les plus jeunes et les plus jolies évoquent encore les demandes sexuelles d’un homme de la famille. Elles n’y ont pas cédé et ont été renvoyées pour une broutille ou se sont résolues à démissionner. Ces confessions ont tout de l’aveu qui libère. Mais les assistantes sociales les prennent rarement pour argent comptant, tant il arrive que des zones d’ombre subsistent. Elles savent ainsi que les soupçons de vol et de mauvais traitements aux enfants sont loin d’être toujours non fondés, et que certaines requérantes se sont retrouvées piégées dans des jeux de séduction qu’elles avaient longtemps acceptés.

36L’assistante sociale procède ensuite au calcul des sommes dues par l’employeur pour mettre légalement un terme à la relation de travail, que celui-ci en ait ou non reconnu l’existence par la signature du livret de travail. Elle dactylographie ce calcul dans ses moindres détails sur un formulaire à en-tête du syndicat intitulé « Informations pour la rescision du contrat de travail ». Une fois en possession de ce document, beaucoup de requérantes ne reviendront pas au STD. L’obtenir est souvent le seul objet de leur visite, soit que leur employeur le leur ait demandé pour établir le solde de tout compte, soit parce qu’il leur suffira à négocier une indemnisation sans passer par la procédure formelle de la rescision du contrat de travail.

4.2. Recherche d’un dernier accord

37La simple vue du formulaire du STD pousse souvent à la négociation les employeurs récalcitrants, lesquels préfèrent un arrangement aux tracas d’un procès. L’intervention personnelle de l’assistante sociale constitue aussi fréquemment un élément décisif dans la décision d’un patron de mettre un terme au conflit en indemnisant son ancienne bonne. Un simple coup de téléphone peut ainsi suffire à le convaincre de passer au syndicat se mettre en règle avec le droit.

38Quand l’assistante sociale n’y parvient pas, elle transmet le dossier de la requérante à l’un des avocats du STD. S’il semble à ce dernier que la menace d’une action en justice peut amener l’employeur à fléchir ou que l’issue du procès est incertaine, il lui écrit pour lui demander de venir procéder à la rescision du contrat de travail et acquitter les sommes dues. Quand cela ne suffit pas ou que l’affaire lui paraît devoir aller en justice, il porte plainte devant le tribunal du travail par un courrier qui ne mentionne jamais les faits à l’origine de la fin de la relation, mais les aspects du droit qui n’ont pas été respectés et le montant de l’indemnité demandée.

39Les litiges entre travailleuses domestiques et employeurs que traite le syndicat ne débouchent cependant que rarement sur un procès. Alors que près de 700 d’entre elles sollicitent chaque mois les services du STD, entre 30 et 50 seulement voient leur affaire se régler au tribunal. La plupart des employeurs préfèrent en effet négocier un accord de conciliation avec leur ancienne bonne après avoir reçu la lettre les intimant à venir régulariser leur situation ou avoir appris qu’une plainte avait été déposée.

40Lors de la recherche de la conciliation, l’avocat du STD s’emploie à convaincre les deux parties qu’il leur est préférable de s’entendre que de s’en remettre à un magistrat. Son travail consiste à les pousser à des concessions réciproques, chose qui n’a rien d’évident tant chacune est convaincue de son bon droit. Il cherche à persuader la requérante que, en renonçant à une partie de ce qu’elle aurait dû recevoir, elle recevra rapidement une partie de ce qui lui est dû et en finira avec une affaire qui empoisonne sa vie. Il invite de même son patron à considérer qu’il est de son intérêt de mettre un terme à l’affaire en acceptant la conciliation et en payant une partie de ce qu’il aurait dû payer. Dans ces moments, l’avocat lui souffle subtilement le chaud et le froid. Il ne fait ainsi aucun mystère de son intention de chercher à obtenir le maximum pour la requérante si l’affaire va en justice, puisque celle-ci est aussi sa cliente. Mais il lui rappelle les garanties de l’homologation, un document juridique qui prouve que l’employeur s’est mis en règle et clôt toute possibilité d’action en justice à son encontre.

41La conciliation s’avère néanmoins impossible quand aucune des parties n’accepte de concessions. Les conditions de fin de la relation de travail ont parfois entraîné tant de ressentiment que la requérante considère que renoncer à ce qui lui semble juste serait une atteinte supplémentaire à sa dignité. Certains employeurs n’entendent pas de leur côté céder à celle qui les traîne au syndicat. La fierté prévaut, et la médiation échoue. Beaucoup d’accords achoppent également sur le sens du juste d’employeurs qui estiment avoir renvoyé une travailleuse domestique pour un bon motif. Et quand l’impasse persiste, les deux parties et l’avocat se revoient devant un juge au tribunal du travail.

5. Conclusion

  • 11 Sur cet effet du droit social, on renvoie à Alain Supiot (2001, p. 152) pour qui « [Le droit social (...)

42L’élargissement de l’accès au droit des travailleuses domestiques n’a pas mis fin à la domination au travail, et il serait illusoire, de manière générale, d’imaginer que, au Brésil comme ailleurs, le droit puisse suffire à supprimer ce qu’Everett Hughes appelle « le drame social du travail ». Mais, que leurs patrons respectent ou non le droit, les travailleuses domestiques de Rio évaluent désormais leurs conditions d’emploi par rapport à des normes juridiques. Depuis une quinzaine d’années, il en est résulté un accroissement des recours au judiciaire dans les conflits du travail. Contrairement à ce que soutiennent certains analystes de la justice du travail au Brésil, le droit n’est pas qu’un élément qui rend acceptable la domination patronale11. Aussi difficile soient ces recours, il offre dorénavant aux travailleuses domestiques un horizon par rapport auquel elles peuvent négocier leurs conditions de travail et la possibilité de s’engager dans un conflit avec l’employeur.

  • 12 Voir, entre autres, Cahiers du Mage (1996) ; Kaufmann (1996) ; Weber et al. (2003).
  • 13 Voir à ce propos Ehrenreich et Hochschild (2002).

43Organisation de taille modeste, le syndicat des travailleurs domestiques est au cœur de ce processus. À l’heure où l’on réfléchit en France à la professionnalisation des métiers de l’aide à domicile et des services à la personne12, son action suggère que la mise en place d’un cadre juridique a permis en peu de temps à celles qui vivent d’un emploi domestique de se penser sous un autre jour et d’envisager différemment le travail. Le droit ne suffira sans doute non plus jamais à régler tous les problèmes posés par la réalisation du travail domestique. Comme la pensée féministe du care n’a de cesse de le rappeler, tant que ce travail ne sera pas socialement valorisé et équitablement partagé entre les sexes, il est plus que probable qu’il continue d’être massivement délégué, dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud, aux femmes en situation d’infériorité économique et sociale13. En attendant, il appartient aux sociétés qui se réclament d’un idéal démocratique de prendre au sérieux la question de son encadrement juridique pour améliorer les conditions de travail de celles qui en tirent des moyens d’existence.

Annexe méthodologique
Cet article s’appuie sur une recherche d’une durée totale de près d’un an réalisée lors de cinq séjours à Rio entre 2001 et 2005 (Vidal, 2007). Elle a porté sur le rapport à la ville, les relations de travail et le sens du juste des travailleuses domestiques de la ville, en s’intéressant notamment aux changements introduits par l’élargissement de l’accès au droit social de cette catégorie de travailleurs depuis la constitution fédérale de 1988.
L’analyse procède de la triangulation d’entretiens et d’observations.
J’ai à cette intention fait des récits de vie et de pratiques avec des employeurs (= 20) et des femmes gagnant ou ayant gagné leur vie dans l’emploi domestique (= 57). Un tiers de ces dernières ont été connues au STD et étaient en situation conflictuelle avec leur employeur. Dans le cas des travailleuses domestiques, j’ai diversifié le plus possible les personnes rencontrées en faisant varier l’âge, la situation familiale, les conditions de travail et le lieu de résidence jusqu’à parvenir à un seuil de saturation quand de nouvelles données n’apportaient plus rien de significatif à l’élaboration théorique.
J’ai également réalisé une ethnographie du syndicat des travailleurs domestiques, où je me suis rendu à 107 reprises, pour observer l’accueil du public et le travail de ses avocats et de ses assistantes sociales. Au tribunal régional du travail, j’ai aussi suivi de nombreuses audiences opposant des travailleuses domestiques à leurs anciens employeurs.
Cette recherche repose en outre pour beaucoup sur des matériaux recueillis en observant, à couvert et à découvert, des travailleuses domestiques converser entre elles. Longuement ou pendant quelques minutes seulement, j’ai, à ces occasions, discuté avec plus de 300 d’entre elles dans la salle d’attente du STD, les endroits où elles surveillent des enfants et se rendent avec leurs employeurs, et les lieux où elles résident et se divertissent.
D’autres données ont enfin été obtenues par entretiens avec différents acteurs des relations entre les travailleuses domestiques et leurs employeurs (patrons d’agences de placement, magistrats du tribunal du travail, avocats, employés d’agences de la sécurité sociale).

Haut de page

Bibliographie

Agier, M., Castro, N., 1995. Projet ouvrier et destins personnels à Bahia (Brésil). In: Cabannes, R., Copans, J., Selim, M. (Eds.), Salariés et entreprises dans les pays du Sud. Contribution à une anthropologie politique. Karthala–Orstom, Paris, pp. 153–182.

Brochier, C., 2001. Les évolutions du syndicalisme brésilien dans les années 1990. Une étude de cas dans le bâtiment. Sociologie du travail 43, 491–513.

Cahiers du Mage, 1996 nº 4.

Cappelletti, M., Garth, B. (Eds.), 1978, Access to justice: a world survey, quatre volumes. Sitjoff and Noordhoff, Milan.

Cardoso de Oliveira, L.R., 2005. Droit légal et insulte morale. Dilemmes de la citoyenneté au Brésil, au Québec et aux États-Unis. Les Presses de l’université Laval, Québec (2002).

Castro, M.G., 1989. In: Empregadas domésticas. A busca de uma identidade de classe. Cadernos do CEAS, 123, pp. 49–58.

Chaney, E.M., Castro, M.G. (Eds.), 1989, Muchachas no more: Household Workers in Latin America and the Carribean. Philadelphia, Temple University Press, Philadelphia.

Dubois, V., 1999. La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère. Economica, Paris.

Ehrenreich, B., Hochschild, A.R. (Eds.), 2002, Global Woman Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy. Granta, London.

Hondagneu-Sotelo, P., 2001. Doméstica. Immigrant workers cleaning and caring in the shadows of affluence. University of California Press, Berkeley and Los Angeles.

Fraisse, G., 1979. Femmes toutes mains. Essai sur le service domestique. Seuil, Paris.

Gauléjac, V., 1996. Les sources de la honte. Desclée de Brouwer, Paris.

Jefferson, G., Lee, J., 1981. The rejection of advice. Journal of Pragmatics 5, 399–422.

Joseph, I., 1998. Erving Goffman et la microsociologie. PUF, Paris.

Kaufmann, J.‑C. (Ed.), 1996, Faire ou faire-faire ? Famille et services. Presses Universitaires de Rennes, Rennes.

Martin-Fugier, A., 1979. La place des bonnes. La domesticité féminine à Paris en 1900. Grasset, Paris.

Martins, S.P., 2001. Direito processual do trabalho : doutrina e prática forense ; modelos de petições, recursos, sentenças e outros. Atlas, São Paulo.

Palmer, P., 1989. Domesticity and dirt. Housewives and domestic servants in the United States, 1920–1945. Temple University Press, Philadelphia.

Pélisse, J., 2005. A-t-on conscience du droit ? Autour des Legal Consciousness Studies. Genèses 59, 114–130 (juin).

Sainsaulieu, R., 1996. L’identité au travail. Presses de la FNSP, Paris (1977).

Siblot, Y., 2002. Stigmatisation et intégration sociale au guichet d’une institution familière. Le bureau de poste d’un quartier populaire. Sociétés contemporaines (47), 79–99.

Supiot, A., 2001. La fonction anthropologique du droit. Esprit, 151–173 (février).

Vasselin, K., 2002. Faire le ménage : de la condition domestique à la revendication d’une professionnalité. In: Piotet, F. (Ed.), La révolution des métiers. PUF, collection Le lien social, Paris, pp. 77–98.

Vidal, D., 2007. Les bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique au Brésil. Presses du Septentrion, collection « Le regard sociologique », Villeneuve d’Ascq.

Weber, F., Gojard, S., Gramain, A. (Eds.), 2003, Charges de famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine. Éditions La Découverte, Paris.

Weller, J.‑M., 1999. L’État au guichet. Sociologie cognitive du travail et modernisation administrative des services publics. Desclée de Brouwer, Paris.

Haut de page

Notes

1 Le STD porte la marque du masculin pluriel, bien que, à Rio comme dans l’ensemble du Brésil, plus de 93 % des travailleurs domestiques soient des femmes. Avec plus de cinq millions d’entre elles classées dans la catégorie « travailleurs domestiques » au recensement de 2000, l’emploi domestique est le premier emploi féminin, en fournissant des revenus à près de 20 % des femmes qui travaillent.

2 Le terme « bonne » n’a ici rien de péjoratif, à la différence de son sens en français. Il est un des mots qui m’est apparu le plus adéquat pour désigner les femmes qui tirent des revenus de l’emploi domestique. Il rend aussi mieux la diversité des tâches accomplies et la relation avec l’employeur que « femme de ménage » (auquel correspond en portugais le terme de faxineira) et d’« employée de maison ». Les employeurs parlent certes communément de leur « employée » (empregada) ou d’une « employée domestique » (empregada doméstica). Dans la mesure toutefois où les travailleuses domestiques jugent ces mots stigmatisants et ne les mentionnent quasiment pas pour parler d’elles, je ne les ai utilisés que quand je les évoquais du point de vue de l’employeur.

3 Jusqu’en 1972, les travailleurs domestiques n’étaient pas concernés par le droit social et négociaient leurs conditions de travail à l’amiable avec leurs employeurs.

4 Sur l’intérêt de l’étude de l’expérience du droit chez les individus ordinaires, voir Pélisse (2005).

5 Voir sur ce thème l’ouvrage de Cardoso de Oliveira (2005).

6 À peine une petite vingtaine de femmes participent régulièrement aux activités du STD, et moins de 40 personnes acquittent chaque mois la cotisation mensuelle de deux euros qui confère le statut de membre. Contrairement à la plupart des syndicats brésiliens largement financés par un système de cotisations obligatoires, les syndicats de travailleurs domestiques ne peuvent percevoir ce qui a reçu le nom d’« impôt syndical ». Le STD tire une partie de ses ressources d’aides accordées par la Centrale unitaire des travailleurs (CUT) auquel il est affilié, et de plusieurs organisations non gouvernementales. Son financement repose cependant pour l’essentiel sur ses services juridiques : une contribution de deux euros pour consulter un de ses avocats ou une assistante sociale, et des pourcentages entre 6 et 10 % sur le montant versé à la rescision du contrat de travail et les indemnités que les plaignantes obtiennent en justice.

7 Le droit brésilien maintient toutefois toujours le principe de l’unicité syndicale héritée de la législation corporatiste. L’article 8 de la constitution fédérale stipule ainsi qu’il ne peut y avoir plus d’un syndicat par branche d’activité pour un échelon territorial inférieur à la superficie d’une commune. C’est pour cette raison que Rio ne compte qu’un seul syndicat de travailleurs domestiques.

8 Voir, notamment, la somme réunie par Cappelletti et Garth (1978).

9 Chaque État de la Fédération compte au moins un Tribunal régional du travail (TRT). Les litiges entre employeurs et employés sont examinés dans une Vara do trabalho (que l’on traduira par Chambre du travail). Le TRT de l’État de Rio de Janeiro en compte 124 : 73 installées dans deux immeubles du centre de Rio, 41 autres réparties dans d’autres villes de l’État.

10 Sur la procédure devant la justice du travail, voir Martins (2001).

11 Sur cet effet du droit social, on renvoie à Alain Supiot (2001, p. 152) pour qui « [Le droit social (droit du travail et de la sécurité sociale)] demeure également inintelligible à ceux qui refusent de sortir de l’analyse juridique formelle, comme à ceux qui refusent d’y entrer et prétendent le dissoudre dans l’analyse socioéconomique. »

12 Voir, entre autres, Cahiers du Mage (1996) ; Kaufmann (1996) ; Weber et al. (2003).

13 Voir à ce propos Ehrenreich et Hochschild (2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Vidal, « Le syndicat des travailleurs domestiques de Rio de Janeiro : un observatoire des transformations de l’emploi domestique au Brésil », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 351-365.

Référence électronique

Dominique Vidal, « Le syndicat des travailleurs domestiques de Rio de Janeiro : un observatoire des transformations de l’emploi domestique au Brésil », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22304 ; DOI : 10.4000/sdt.22304

Haut de page

Auteur

Dominique Vidal

Université de Lille-III, GRACC, Lille, France
dominique.vidal[at]univ-lille3.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals