Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Silvia Gherardi, (with the collaboration of Davide Nicolini), Organizational Knowledge. The Texture of Workplace Learning

Blackwell Publishing, Oxford, 2006 (265 pages)
Alexandra Bidet et Manuel Boutet
p. 398-400
Référence(s) :

Silvia Gherardi et Davide Nicolini (coll.), Organizational Knowledge. The Texture of Workplace Learning, Blackwell Publishing, Oxford, 2006, 265 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est riche en matériaux issus d’enquêtes de terrain sur les « cultures de la sécurité » dans le bâtiment. Pourtant le lecteur n’en attendra pas une monographie : il ne décrit aucune organisation particulière. L’objet est davantage théorique et méthodologique, non pas au sens d’une « théorie des organisations », mais d’une logique de lenquête : comment étudier l’apprentissage organisationnel ? Si des éléments empiriques sont présentés, c’est pour montrer la portée descriptive des catégories introduites, leur capacité à renouveler le champ des observables, et in fine notre vision de l’organisation. En ressaisissant les recherches menées par l’auteur depuis le début des années 1990, l’ouvrage documente alors efficacement la question des apports du « tournant pragmatiste » contemporain à l’étude du travail et des organisations.

2L’inspiration pragmatiste est commune aux Practice-based Studies, dont l’ouvrage dresse un précieux panorama (Nicolini et al., 2003). Ce vocable associe des traditions de recherche qui, dans leur attention pour les formes pratiques de connaissance, se refusent à distinguer entre action et savoir, doing et knowing : les approches culturelles ou situées des phénomènes d’apprentissage, la théorie de l’acteur–réseau, les Worplace Studies des ethnométhodologues, la littérature sur les communautés de pratique, les théories de l’activité.

3Cette inspiration permet à S. Gherardi de se défaire de la conception réductrice du savoir et de l’apprentissage, qui domine aussi bien la vision réglementaire du risque que les travaux sur l’« apprentissage organisationnel » : le savoir n’est pas extérieur aux activités mondaines. Il n’est ni « dans la tête », comme le pensent les théories cognitives et instrumentales de l’apprentissage, ni une marchandise ou un facteur de production à capitaliser et à maximiser, comme le conçoit la littérature sur le Knowledge Management. La « troisième voie », avancée par l’auteur entre le mentalisme et l’économicisme, est celle du knowing in practice : le savoir comme accomplissement pratique. Il ne s’agit plus d’évaluer la capacité d’une organisation à apprendre, mais d’envisager les nouveaux phénomènes que l’on peut saisir si l’on dépeint les organisations comme des entités qui apprennent. Suivre la genèse de formes de savoir dans l’activité conduit alors l’auteur à une nouvelle vision du travail d’organisation comme « l’établissement de connexions dans l’action ».

4Cette « troisième voie » est ambitieuse. De prime abord pourtant, elle se signale par un renoncement : ni l’activité ni l’organisation ne sont l’objet même de l’investigation. Mais c’est bien une redéfinition de l’objet d’étude qui est engagée : ni décrire l’activité ni définir un type organisationnel, mais plutôt suivre ce qui circule, imprègne les esprits et les comportements, et constitue in fine l’une des propriétés objectives du système d’activité : la sécurité du site. Le travail de S. Gherardi est moins classique que ne le suggère la progression des chapitres : le praticien, sa communauté, les relations entre communautés, l’organisation, enfin le domaine d’activité (field of practices). Il ne s’agit pas là en effet d’une montée en généralité ou d’un jeu d’échelles, mais de postes d’observation contrastés, qui ne distinguent pas des niveaux ni des strates, mais des régions et des textures. Pour l’auteur, comme pour les travailleurs, l’intelligibilité n’est pas associée à une « prise de hauteur », mais au fait d’avoir parcouru tout le territoire de l’organisation. Chaque enjeu organisationnel a ses situations ; et chaque chapitre correspond à un poste d’observation : la socialisation des novices, le site et ses opportunités d’apprentissage, les pratiques discursives, la reconstruction de l’ordre après un incident, la production coopérative d’une culture de sécurité dans telle aire territoriale, etc. Des différences de « texture » remplacent ainsi les habituelles distinctions d’échelle — entre micro et macro, individu et organisation.

5À côté de la sécurité comme valeur sociale ou corps de savoirs institués, S. Gherardi privilégie la sécurité comme « champ de pratiques en situation » : comment une attention à la sécurité apparaît-elle chez certains acteurs ? Comment des conceptions de la sécurité en viennent-elles à circuler, à être retraduites et à pénétrer les pratiques ? Si chaque activité a sa propre conception de la sécurité, son jeu de justifications et ses comportements jugés appropriés, l’auteur distingue trois grandes conceptions de la sécurité :

  • par le respect des règles et la répression ;

  • par une technologie et des artefacts « sûrs » ;

  • par la formation.

6Mais ces voix dissonantes ne sont pas préjudiciables à l’action collective : l’enjeu de leurs rencontres ne s’épuise pas dans un rapport de force ni dans un processus d’harmonisation, elle tient aussi au partage, à cette occasion, d’un souci de sécurité. C’est dire que cette polyphonie relance sans cesse la production d’artefacts et de pratiques discursives autour de la « sécurité », dont la circulation vient tramer au quotidien l’organisation comme un ensemble de Material-discursive practices.

7Ainsi, le chapitre On Becoming a Practitioner étudie la façon dont un novice en vient à coproduire avec ses collègues un « environnement sûr » et souligne que, ce qui est appris n’est pas « la sécurité » mais des « pratiques de travail sûres ». Le travail est abordé à travers ce qui s’y fabrique, comme une interaction créatrice avec un environnement, véritable « tissu d’activités » (field of practices) auquel le novice doit s’accorder. Pour comprendre comment se négocie la signification des mots, des actions, des situations et des objets, l’auteur prête attention à des éléments périphériques (une blague entre collègues) qui ne sont directement ni des savoir-faire ni des connaissances, mais contribuent à façonner les comportements, ou plus exactement a situated culture of practice.

8Soulignons combien cette approche est construite pour — mais aussi à l’épreuve de — la question de la sécurité. Dans le secteur du bâtiment, malgré la pression réglementaire, l’installation de dispositifs et l’effort de formation, la sécurité continue à faire question pour les acteurs. Or, la sécurité d’un site de construction est un objet difficilement localisable : elle n’est ni le but de l’activité, ni le principe des relations interpersonnelles, et même les discussions publiques sur la sécurité n’ont pas nécessairement d’effet direct sur celle-ci. S. Gherardi résout ce dilemme en montrant que la sécurité est une propriété émergente d’un système d’activité, à la fois diffuse et distribuée. On comprend dès lors l’importance et l’enjeu méthodologique de l’observabilité des « pratiques de sécurité ». Loin de réifier « l’activité pratique » comme émergence situationnelle, ou d’en faire l’objet exclusif de l’attention du chercheur, il s’agit là d’une heuristique : « suivre les pratiques », plutôt que l’acteur, individuel ou collectif, c’est « suivre ce qui prend forme ». Ainsi, dans la confrontation aux sciences de gestion, le point de vue du sociologue trouve à s’affirmer en se focalisant sur la façon dont des pratiques commencent à se stabiliser, à s’institutionnaliser, c’est-à-dire à se détacher d’une situation ou d’une personne pour circuler et être remployées ailleurs.

9Notons toutefois un paradoxe : à suivre les pratiques, on ne suit pas les acteurs, qui pourtant passent eux aussi d’une situation à l’autre. L’écriture est tout à la fois objectiviste et un peu impressionniste : les conditions de l’investigation et les relations de terrain sont passées sous silence et, bien que le vocabulaire des acteurs et leurs catégories soient mobilisés, le chercheur semble seul capable de se déplacer et d’accéder à une intelligibilité nouvelle sur le système d’activité. L’auteur, en croisant brillamment les perspectives de la « cognition distribuée » et de « l’acteur–réseau », a aussi hérité d’un biais qui leur est commun : l’exploration des ressources permettant aux travailleurs de « s’y retrouver » et de ressaisir leur monde reste hors champ, alors même que la perspective de l’apprentissage organisationnel (Workplace Learning) semblait pouvoir aussi ouvrir cette piste.

10Enfin, un trait pourra surprendre le lecteur français : le nouveau vocabulaire proposé préfère au terme d’activité celui de practice. L’enjeu est un redécoupage du champ : au-delà du seul débat entre « cognition distribuée » et « acteur–réseau » d’un côté et « théories de l’activité » de l’autre, S. Gherardi réintroduit une palette plus large de courants marqués par les apports de Marx, Wittgenstein et Bourdieu. La conjoncture semble alors à front renversé entre une littérature anglo-saxonne, qui a intégré depuis longtemps les acquis de la tradition pragmatiste, et retrouve ainsi dans la tradition sociologique des appuis face à la psychologie, la gestion ou les sciences cognitives, et une littérature française qui, pour avoir abordé plus tardivement le Practice Turn s’appuie aujourd’hui sur la notion d’activité, au sens large des pragmatistes, pour se défaire d’une tradition intellectualiste plus ancrée.

Haut de page

Bibliographie

Nicolini, D., Gherardi, S., Yanow, D. (Eds.), 2003, Knowing in Organizations. A Practice-Based Approach, ME. Sharpe, London.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Bidet et Manuel Boutet, « Silvia Gherardi, (with the collaboration of Davide Nicolini), Organizational Knowledge. The Texture of Workplace Learning », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 398-400.

Référence électronique

Alexandra Bidet et Manuel Boutet, « Silvia Gherardi, (with the collaboration of Davide Nicolini), Organizational Knowledge. The Texture of Workplace Learning », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22449

Haut de page

Auteurs

Alexandra Bidet

École normale supérieure (Paris), centre Maurice-Halbwachs–CNRS–EHESS, 48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
alexandra.bidet[at]ens.fr (Auteur correspondant)

Articles du même auteur

Manuel Boutet

LAMIC-université de Nice Sophia Antipolis et GSPM–EHESS, France
manuel.boutet[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals