Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pepper D. Culpepper, Peter A. Hall, Bruno Palier, La France en mutation 19802005

Presses de Sciences-Po, Paris, 2006
Bruno Jobert
p. 400-401
Référence(s) :

Pepper D. Culpepper, Peter A. Hall et Bruno Palier, La France en mutation 1980–2005, Presses de Sciences-Po, Paris, 2006.

Texte intégral

1Voici un ouvrage ambitieux. Il ne prétend pas à moins qu’à « un tableau complet des mutations intervenues en France depuis 25 ans ». De fait, il présente une fresque stimulante des changements intervenus en France depuis 1980. Il est impossible ici de rendre compte de chacune des contributions individuelles. Elles ont été écrites par des auteurs qui font référence dans leurs domaines. Au total cet ouvrage réunit un ensemble d’excellentes contributions sur l’évolution de la France durant les dernières décennies, et permet de retrouver en un seul volume des analyses dispersées dans des livres et des revues très diverses. Le plan adopté laisse présumer du parti pris adopté : « le retour du marché » précède « l’effritement des piliers de la cohésion sociale », la redistribution des pouvoirs de l’État et l’analyse de la « crise du politique ». Il s’attache plus aux gouvernances qu’aux gouvernements ou aux mouvements sociaux. Et pourtant c’est aux comportements des dirigeants politiques que les auteurs imputent la crise du politique. « La France sans boussole, au milieu des marchés » (introduction) serait la victime de « l’hypocrisie des dirigeants politiques » (p. 14) qui déguisent sous une rhétorique de contraintes leurs politiques favorables au marché. Ces dirigeants n’ont pas diffusé une vision commune susceptible de donner sens et légitimité aux changements en cours. À l’inverse de la Grande-Bretagne où les changements de politiques sont débattus sur la place publique, notamment lors des élections, la France serait le pays des « changements imposés, non débattus », ce qui explique les échecs de sa politique de réforme (p. 27).

2Ce pays aurait été transformé par des « changements très progressifs, souvent silencieux, sans vision d’ensemble » (p. 4 de couverture). Il paraît alors difficile de concilier cette affirmation avec le contenu même de certains chapitres de cet ouvrage. Bruno Palier, par exemple, montre dans sa contribution que les réformes de l’État-providence en France opèrent une dualisation explicite et assumée entre solidarité nationale et solidarité sociale. De même Agnès Van Zanten marque comment se développe avec les ZEP, une conception nouvelle de la justice sociale dont on aurait pu analyser le développement avec les politiques de la ville. La thèse de l’atonie du débat public est difficilement conciliable avec l’existence notée par plusieurs contributeurs d’une société civile active et contestatrice.

3En fin de compte, le livre hésite entre deux interprétations : d’un côté il laisse supposer que les politiques et leurs alliés poursuivent un dessein caché vers le libéralisme, et de l’autre il affirme que ceux-ci naviguent à vue sans boussole, subissant les aléas du marché. Pour trancher, il aurait fallu rentrer plus à fond dans la boîte noire de l’État en action.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Jobert, « Pepper D. Culpepper, Peter A. Hall, Bruno Palier, La France en mutation 19802005 », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 400-401.

Référence électronique

Bruno Jobert, « Pepper D. Culpepper, Peter A. Hall, Bruno Palier, La France en mutation 19802005 », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22490

Haut de page

Auteur

Bruno Jobert

PACTE–Sciences-Po recherches, institut d’études politiques de Grenoble, BP 48, 38040 Grenoble cedex 09, France
Bruno.Jobert[at]upmf-grenoble.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals