Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Marie Pernot, Syndicats : lendemains de crise ?

Gallimard, Folio Actuel, Paris, 2005 (400 pages)
Guy Groux
p. 401-403
Référence(s) :

Jean-Marie Pernot, Syndicats : lendemains de crise ?, Gallimard, Folio Actuel, Paris, 2005, 400 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Jean-Marie Pernot, spécialiste reconnu du syndicalisme, se compose de cinq chapitres suivis d’annexes diverses (chronologie, bibliographie, liste des sigles utilisés, index). Abordant d’emblée le mouvement social de 2003 sur les retraites parce qu’il révèle l’état réel des syndicats — il y a un « avant » et un « après 2003 » (p. 23) —, l’auteur se propose de contribuer au débat en se fondant sur divers traits : le rapport des syndicats à la société qui en constitue le creuset ; un détour par l’histoire ; et une démarche comparative au niveau européen afin de mieux saisir les spécificités françaises.

2Dans ces divers contextes, le traitement de certaines questions doit être particulièrement mis en relief. Il en est ainsi des origines du syndicalisme français et de ses rapports à la fois ambigus et patents au réformisme. Ou encore du syndicalisme en Europe que l’auteur aborde en refusant tout comparatisme sommaire et en éclairant des points d’importance tels l’ampleur du reflux des syndicats européens, la féminisation des adhésions et la syndicalisation dans certains pays (pays nordiques, Irlande, etc.), l’évolution des rapports « syndicats–partis » ou la mise en cause des modèles de partenariat social qui s’étaient institués dans l’après-1945.

3De la même façon, on peut évoquer l’analyse que l’auteur fait du rôle de l’État dans le système français des relations professionnelles et qui tel Janus apparaît sous un double aspect : « allié des employeurs dans la mise en œuvre de la modernisation flexible des entreprises » (p. 292), il garde la « mainmise sur les relations professionnelles et par là même sur la représentation syndicale », limitant par ce fait l’espace d’autonomie et de responsabilité de celle-ci (cf. supra). Enfin, est évident l’intérêt de l’ouvrage sur l’essor de la négociation d’entreprise (en France) et ses effets manifestes sur le syndicalisme.

4De prime abord, l’ouvrage prend l’aspect d’un état des lieux sur les évolutions du syndicalisme (français, surtout). Dans ce registre, il emprunte parfois un style qui relève de la chronique et qui depuis les travaux de Georges Lefranc caractérise, ici, beaucoup d’études passées ou récentes, sur les syndicats. Pourtant l’ouvrage de Jean-Marie Pernot déborde ce registre pour faire preuve d’une ambition théorique tout à fait légitime et nécessaire dès lors qu’il s’agit d’évoquer l’un des points cruciaux de la question syndicale à savoir celle de la représentativité (chapitre V).

5Partant de définitions qui renvoient simultanément à la représentation formelle dans les institutions et aux représentations symboliques et culturelles, l’auteur met en relation les notions d’autonomie et d’intégration qui spécifient à ses yeux, et de façon particulière, la question de la représentation. En d’autres termes, « le syndicat doit tout à la fois construire l’autonomie du groupe qu’il aspire à représenter et en même temps intégrer celle-ci dans le tissu procédural de l’échange » (p. 266), et donc dans les institutions. Se référant à divers thèmes, la légitimité, le rapport entre communautés professionnelles de base et action globale, l’idéologie, Jean-Marie Pernot montre avec talent certains des traits ambigus qui marquent, aujourd’hui, la question de la représentation face au législateur et à l’intervention de l’État. En effet, si « la loi (…) est protectrice là où le libre jeu de la concurrence et du contrat renforce la domination des employeurs (…), le recours excessif à l’État peut aussi se retourner contre le besoin d’autonomie de la fonction représentative » (p. 301).

6Certes, parce que constituant un réel apport au débat à la fois scientifique et social, l’ouvrage mérite d’être lui-même objet de débat au moins sur certains de ses thèmes et notamment deux d’entre eux car ils prennent ici une importance particulière dans l’analyse des évolutions du syndicalisme : il s’agit de l’idéologie et (à nouveau) de l’État. Selon nous, l’approche que l’auteur fait de l’idéologie, qui pour lui constitue un vecteur essentiel dont la dépréciation expliquerait l’affaiblissement des syndicats (p. 289), est trop univoque. Que l’auteur prenne le contre-pied de ceux qui avec Daniel Bell défendent la thèse de la « fin des idéologies », relève du débat scientifique le plus légitime. Mais qu’à cette fin, il évoque l’idéologie comme impliquant « des tableaux de pensée qui aident à comprendre le monde, à y situer sa place et ses attentes » (p. 286) peut laisser perplexe. L’idéologie ne peut jamais être saisie de façon purement homogène comme l’ont montré certaines approches étrangères à la version de Bell sur la « fin des idéologies ». Par exemple, des approches issues de divers courants critiques — notamment, de Bourdieu aux différents marxismes — et pour lesquelles l’idéologie pouvait aussi constituer une source profonde d’aliénation collective ou individuelle. Dès lors, est-ce simplement le reflux de certaines idéologies syndicales ou au contraire leur contenu qui expliquent aujourd’hui la crise du syndicalisme ?

7Enfin, le rapport de l’État aux syndicats implique une question centrale. Comment un syndicalisme très affaibli peut-il se défaire, ne serait-ce qu’en partie, de l’emprise d’un État qui le dote d’une légitimité institutionnelle mais dont l’action présente (selon l’auteur, on l’a vu) un double « effet pervers » : elle limite amplement l’espace d’autonomie syndicale qui incarne l’un des traits essentiels de la représentativité tout en confortant en parallèle des processus de « modernisation flexible des entreprises » qui contribuent plus encore au reflux de l’action revendicative ? Certes, l’ouvrage ne répond pas à cette question, et pour cause. Elle s’inscrit dans un débat toujours en cours et constitue, à sa manière, l’un des traits les plus problématiques qui caractérise aujourd’hui, en France, l’état des relations professionnelles et du syndicalisme. Ce n’est pas le moindre mérite de l’auteur de l’avoir posée avec autant de force. Il s’agit en effet d’une question qui surplombe d’autres thèmes essentiels qui jalonnent aussi l’ouvrage comme l’évolution des négociations collectives, la culture du conflit, les rapports entre confédérations, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Groux, « Jean-Marie Pernot, Syndicats : lendemains de crise ? », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 401-403.

Référence électronique

Guy Groux, « Jean-Marie Pernot, Syndicats : lendemains de crise ? », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22508

Haut de page

Auteur

Guy Groux

Centre de recherches politiques de sciences politiques, Cevipof, CNRS, 187, boulevard Saint-Germain, Paris, France
guy.groux[at]sciences-po.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals