Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Bezes, Michel Chauvière, Jacques Chevallier, Nicole de Montricher, Frédéric Ocqueteau, L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la ve République

La Découverte, Paris, 2005 (384 pages)
Olivier Martin
p. 405-407
Référence(s) :

Philippe Bezes, Michel Chauvière, Jacques Chevallier, Nicole de Montricher et Frédéric Ocqueteau, L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la ve République, La Découverte, Paris, 2005, 384 p.

Texte intégral

1L’histoire des sciences sociales n’est pas uniquement faite d’idées, de théories, de grands penseurs et de controverses épistémologiques. Elle ne se résume pas davantage à des créations de laboratoires, à des revendications disciplinaires, à des processus d’institutionnalisation ou de professionnalisation. La raison en est simple : les sciences sociales « entretiennent avec l’État des relations ambivalentes qui se révèlent aussi bien dans les mutations des arts de gouverner et le développement des interventions publiques sur la société, que dans l’essor des savoirs conçus pour mieux la connaître » (p. 7). C’est par cette affirmation peu contestable que débute cet ouvrage collectif qui examine les dispositifs d’interface entre le champ scientifique et le champ politicoadministratif.

  • 1 Signalons la publication presque simultanée et dans la même collection « Recherches », des éditions (...)

2L’ouvrage rassemble des témoignages de quelques acteurs (Lucien Brams, ancien directeur de la Mire— Mission recherche expérimentation ; Robert Fraisse, ancien secrétaire général du Comité d’organisation des recherches appliquées sur le développement économique et social (Cordes) ; Anne Querrien, qui relate l’action et le rôle du Centre d’étude de recherche et de formation fondé par Félix Guattari), des analyses centrées sur des moments ou inflexions politiques précises (l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981) ou des domaines thématiques (la recherche pénale, la recherche urbaine, les champs de la police et de la sécurité…) et surtout des monographies. Celles-ci portent aussi bien sur des dispositifs de coordination, de commande ou de financement de la recherche relativement anciens (la Direction générale de la recherche scientifique et technique (DGRST) mise en place pour gouverner la recherche avant la création d’un ministère de la Recherche1 ; le Cordes, placé sous l’autorité du commissariat général du Plan et en charge de la commande et du financement de recherches contractuelles en sciences sociales ; le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc), et notamment, son équipe d’économie et de sociologie de la santé ; la Mire du ministère des Affaires sociales…) que sur des dispositifs datant de la toute fin du xxe siècle (le Centre d’études en sciences sociales de la défense ; le Centre d’analyse et de prévision du ministère des Affaires étrangères, l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure (IHESI)…).

3Au total, 18 contributions d’inégale importance, signées par 21 auteurs, constituent ce volume. Comme souvent lorsqu’il s’agit d’ouvrages collectifs, l’ensemble peut paraître hétéroclite, voire disparate. Mais, c’est la variété et la complexité des liens unissant la recherche en sciences sociales et les formes d’exercice du pouvoir politique et administratif qui le veut. C’est aussi la relative rareté des travaux consacrés à l’étude de ces liens, dans des perspectives historiques ou sociologiques, qui rend encore difficile l’écriture d’une analyse unitaire et la conception d’un cadre synthétique général. De ce point de vue au moins, la publication de ce volume est la bienvenue. Il rend justice à des dispositifs d’interface et à des relations nouées entre l’espace scientifique et l’espace politicoadministratif qui tendent souvent à être oubliés dans les récits d’histoire des sciences sociales ainsi que par les chercheurs et praticiens eux-mêmes, très soucieux de revendiquer leur autonomie de pensée et leur liberté de recherche.

4Un deuxième mérite de l’ouvrage est de montrer l’extrême diversité des espaces, questionnements et types de savoirs (« disciplines ») entrant en jeu dans les relations entre l’État, l’administration, les laboratoires et les disciplines académiques. La psychanalyse, la psychiatrie, l’économie médicale tout comme les disciplines les plus attendues (sociologie, économie) font partie du décor. L’urbanisation, la justice, les équipements collectifs, les villes nouvelles, la planification, la prise en charge des malades mentaux, la sécurité, la défense, la santé ou encore la diplomatie font partie des enjeux et des terrains…

5Un troisième mérite est d’initier un dépassement des études de cas historiques ou des témoignages : l’ouvrage permet d’aborder des questions générales relevant de la sociologie des sciences comme des sciences politiques et administratives. C’est par exemple le cas de la question de l’origine des spécialités disciplinaires et des modalités de leur développement (ainsi Daniel Benamouzig montre-t-il le rôle de l’équipe d’économie de la santé du Credoc puis du Credes dans l’émergence de ce domaine du savoir), de la question de l’autonomie des chercheurs insérés dans des dispositifs de commande ou d’expertise, ou encore de celle relative à la position ambivalente, voire contradictoire du chercheur qui peut développer un savoir critique dans un cadre pourtant orienté vers la planification et le développement social. Plus encore, au-delà de la traditionnelle mise en perspective des diverses contributions, l’introduction se risque à proposer une typologie idéale–typique des systèmes de production et de commande des sciences sociales pour l’administration. Les directeurs de l’ouvrage suggèrent l’existence de trois formes de relation, correspondant à trois moments. La première période (1958–1980) est celle de la « transversalité institutionnelle », ouverture aux sciences sociales et favorable aux chercheurs, qui conduisent des recherches sans contrainte forte : l’État sollicite les sciences sociales (notamment la sociologie et l’économie) et participe donc à leur développement et à leur structuration institutionnelle. La période suivante (1981–1989) est marquée par une tension entre l’autonomie et l’engagement : l’attente vis-à-vis des chercheurs est plus grande, mais ceux-ci sont dotés de statuts (fonctionnarisation) garantissant leur autonomie. C’est également la période où les grands organismes transversaux laissent la place à des services de recherche spécialisés puisqu’intégrés au sein de ministères sectoriels (affaires sociales, défense, sécurité intérieure, équipement et logement par exemple). Enfin, la troisième période (années 1990) se caractérise par une « montée de l’expertise », par une « finalisation des savoirs » et par des contraintes plus fortes sur les chercheurs : les grandes questions de société sont abandonnées au profit de questionnements plus ciblés, de plus court terme ; les chercheurs sont consultés à des fins d’expertise.

6Cette mise en perspective historique stimulante de la position et des rapports entre sciences sociales et pouvoir politicoadministratif constitue une contribution significative à l’histoire des sciences sociales. Au-delà, elle offre à tout praticien, chercheur, commanditaire ou « consommateur » des sciences sociales des éléments pour l’analyse réflexive de sa pratique et des dispositifs au sein desquels il est engagé, notamment en cette période d’interrogation sur la politique et les institutions de la recherche. Espérons donc que ce travail sera complété, débattu, amendé, critiqué. C’est tout le bien qu’on lui souhaite.

Haut de page

Notes

1 Signalons la publication presque simultanée et dans la même collection « Recherches », des éditions La Découverte, de l’ouvrage dirigé par Alain Chatriot et Vincent Duclerc et consacré à « l’âge d’or » de la politique scientifique en France : Le gouvernement de la recherche. Histoire dun engagement politique, de Pierre Mendès France à Charles de Gaulle (19531959) (Paris, La Découverte, 2006, 430 p.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Martin, « Philippe Bezes, Michel Chauvière, Jacques Chevallier, Nicole de Montricher, Frédéric Ocqueteau, L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la ve République », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 405-407.

Référence électronique

Olivier Martin, « Philippe Bezes, Michel Chauvière, Jacques Chevallier, Nicole de Montricher, Frédéric Ocqueteau, L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la ve République », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22525

Haut de page

Auteur

Olivier Martin

CERLIS–CNRS, université Paris-Descartes, Paris, France
olivier.martin[at]paris5.sorbonne.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals