Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Steve Jacob, Institutionnaliser lévaluation des politiques publiques, étude comparée des dispositifs en Belgique, en France, en Suisse et aux Pays-Bas

PIE Peter Lang, Bruxelles, 2005
Jean-Claude Barbier
p. 410-412
Référence(s) :

Steve Jacob, Institutionnaliser l’évaluation des politiques publiques, étude comparée des dispositifs en Belgique, en France, en Suisse et aux Pays-Bas, PIE Peter Lang, Bruxelles, 2005.

Texte intégral

  • 1 Pour simplifier on dira, dans la suite du texte « évaluation » en résumé pour signifier « évaluatio (...)

1Abordant la question de l’évaluation des politiques et des programmes publics1, Steve Jacob ambitionne de tenir ensemble deux positions : celle de participant à des opérations concrètes d’évaluation et, donnant la prééminence à la recherche, celle de chercheur qui réfléchit théoriquement sur une pratique à laquelle il participe. En cela, l’ouvrage de Jacob fait figure de pionnier. En effet, en français, la littérature se limite à quelques articles, fussent-ils éminents, comme ceux du professeur Jean Leca, et d’une poignée de thèses (sociologie politique et économie). À ce jour, l’ouvrage le plus complet écrit sur une base universitaire reste celui de Eric Monnier : Évaluations de laction des pouvoirs publics, dont la deuxième édition date de près de 15 ans. Les autres ouvrages existants, quelles que soient leurs qualités, sont, dans leur majorité, des prises de positions pour telle ou telle conception normative de l’évaluation à côté d’ouvrages techniques, eux aussi fort utiles dans leur domaine. Steve Jacob a choisi, pour sa part, de mettre tout en œuvre pour ne pas prendre position dans la définition de ce qu’est ou devrait être l’évaluation. S’il y réussit partiellement, c’est au prix d’un étonnant paradoxe : la notion même d’évaluation des politiques publiques n’est jamais définie dans son ouvrage.

2Il a choisi de s’intéresser à la dynamique de ce qu’il appelle son « institutionnalisation ». L’objet qu’il s’emploie à comparer dans quatre pays (Belgique, Pays-Bas, France et Suisse) est un « dispositif institutionnel d’évaluation », c’est-à-dire un ensemble de règles et d’organisations « qui contribuent au développement et à la pérennité de la pratique évaluative » (p. 107). Alors, l’institutionnalisation est un « processus par lequel les dispositifs institutionnels sont créés, modifiés, voire supprimés ». Jacob présente ses choix méthodologiques et ses références théoriques dans les premiers chapitres de l’ouvrage. Cela l’amène à esquisser une typologie relativement simple selon deux dimensions : le degré d’ouverture du dispositif institutionnel et le fait qu’il soit orienté, soit vers le management, soit vers le contrôle (ce point précis implique une définition implicite de l’évaluation). Les pays étudiés, à l’aide d’un travail documentaire important et d’une cinquantaine d’entretiens, se répartissent en quatre catégories de dispositifs : corporatiste, technocratique, participatif et libéral. L’intérêt de la typologie de Jacob est de n’être pas figée : trois des pays (l’exception est la Belgique où l’institutionnalisation reste très embryonnaire) esquissent une trajectoire d’un type à l’autre : la France passe d’un dispositif technocratique à un participatif ; les Pays-Bas passent pour leur part de technocratique à corporatiste pendant que la Suisse évolue du type corporatiste au type libéral.

3La thèse générale de S. Jacob est que l’évaluation doit, dans chaque pays, s’intégrer dans le système politicoadministratif : il arrive comme en Belgique qu’un élément de ce système fasse obstacle dirimant à l’intégration ; Jacob pense que c’est le système des partis. Dans les trois autres pays, l’évaluation s’est intégrée, mais il est clair que l’intégration est bien plus harmonieuse aux Pays-Bas et en Suisse qu’en France (les éléments empiriques que Jacob apporte pour l’analyse du cas français, au moins partiellement, nous paraissent toutefois surestimer cette intégration). Le second élément de l’institutionnalisation réside dans l’action des acteurs, des « porteurs » du projet du développement de l’évaluation, voire des « soutiers de l’évaluation », qui lui paraissent jouer un rôle prépondérant, pour autant qu’ils parviennent à acquérir un poids et une légitimité (p. 260). Au total, la diversité selon les pays s’explique par le jeu conjoint des systèmes politicoadministratifs (rôle du parlement, des partis, de l’expression des intérêts, place de la fonction publique, etc.) et des stratégies des acteurs. À juste titre, Jacob note dans le cas de la France, l’importance des grands corps et du recrutement de la haute fonction publique via le concours de l’ENA. Les apports empiriques concernant les quatre pays, qui ne sont pas homogènes, sont toutefois très intéressants, au premier chef sur le cas hollandais, qui apparaît comme finalement le plus fouillé. C’était de toute façon une gageure que de vouloir présenter une analyse complète des systèmes politicoadministratifs de pays aussi différents, sur une trajectoire historique de plusieurs décennies.

4L’intérêt particulier du traitement du cas hollandais tient dans le fait que, à partir d’une position « technocratique » assez centralisée — comme le fut l’institutionnalisation éphémère de l’évaluation en 1990 en France, l’évaluation, comme pratique spécifique, s’intègre dans un continuum d’activités pour le pilotage desquelles la Rekenkammer hollandaise (équivalent fonctionnel approché de la Cour des comptes) et les ministères de l’Intérieur et, surtout, des Finances jouent un rôle central : ces activités sont le contrôle (dont le contrôle de conformité), l’audit de performance, et l’évaluation des politiques et programmes publics. Jacob souligne l’existence de ce continuum (p. 86, 176), auquel il a à juste titre recours pour la comparaison entre pays qui ne découpent pas les activités de façon identique. Mais, pour mieux comprendre la substance de ce continuum, encore faudrait-il, à notre avis, que l’auteur eût donné au lecteur quelques clés de la définition de ce qu’est la « pratique évaluative ». Or, c’est le paradoxe de l’ouvrage, il ne le fera que de façon allusive et implicite. Choisissant, au début de l’ouvrage de ne pas s’attarder sur les produits de l’évaluation (p. 108), mais sur leur dynamique d’institutionnalisation et sur les acteurs, l’auteur esquive en introduction la question de la définition (« [l’évaluation] fournit des clés de compréhension sur les effets des politiques et la mesure de l’atteinte des objectifs » [p. 15]). On se demande comment un lecteur qui n’est pas familier de la pratique de l’évaluation pourra comprendre les distinctions et les typologies proposées, notamment la principale opposition entre « contrôle » et « management » dans les finalités de l’évaluation.

5Mieux, dans un pays comme la France (ou la Belgique, a fortiori) la difficile institutionnalisation de l’évaluation se traduit notamment par une controverse latente ou ouverte sur la définition même de lévaluation, controverse portée par des acteurs, qui, à travers la bataille sur les conceptions, défendent des intérêts particuliers. Qu’ils soient « soutiers de l’évaluation », qu’ils soient membres des grands corps, de la Cour des comptes, tous ces acteurs font, face à l’évaluation, partie de groupes qui s’en servent pour atteindre des objectifs, en la combattant, en la promouvant, en privilégiant une certaine conception. On aurait attendu de Steve Jacob, dont quelques allusions impressionnistes montrent qu’il est familier de ces débats, qu’il éclaire là-dessus le lecteur. Cela lui aurait sans doute aussi permis, notamment dans l’analyse du cas français, d’expliciter pourquoi il reprend une opinion assez courante : je veux parler de l’opposition entre une évaluation « démocratique » (implicitement de gauche) et une évaluation « managériale » (parfois assimilée à une conception néolibérale). Il faut, en tous les cas, reconnaître à l’ouvrage de Steve Jacob le mérite éminent d’ouvrir un débat, et, de façon tout à fait réussie, de le situer dans un cadre comparatif passionnant.

Haut de page

Notes

1 Pour simplifier on dira, dans la suite du texte « évaluation » en résumé pour signifier « évaluation des politiques et des programmes publics ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Barbier, « Steve Jacob, Institutionnaliser lévaluation des politiques publiques, étude comparée des dispositifs en Belgique, en France, en Suisse et aux Pays-Bas », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 410-412.

Référence électronique

Jean-Claude Barbier, « Steve Jacob, Institutionnaliser lévaluation des politiques publiques, étude comparée des dispositifs en Belgique, en France, en Suisse et aux Pays-Bas », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22564

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Barbier

UMR, centre d’économie de la Sorbonne, université Paris-I Matisse, 106–112, boulevard de l’Hôpital, 75647 Paris cedex 13, France
Jean-Claude.Barbier[at]univ-paris1.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals