Navigation – Plan du site
Comptes rendus

David Roediger, Working toward whiteness. How Americas immigrants became white, The Strange Journey from Ellis Island to the Suburbs

Basic Books, Cambridge (MA), 2005 (339 pages)
Alexis Trémoulinas
p. 417-419
Référence(s) :

David Roediger, Working toward whiteness. How America’s immigrants became white, The Strange Journey from Ellis Island to the Suburbs, Basic Books, Cambridge (MA), 2005, 339 p.

Texte intégral

1Comment devient-on blanc ? Cette question provocatrice sert de fil conducteur au dernier livre de David Roediger. Pour répondre à cette interrogation, il étudie le cas des immigrants en provenance du Sud et de l’Est de l’Europe durant ce qu’il appelle le long premier xxe siècle (1890–1945). Il part du décalage historique suivant : alors qu’au début du xxe siècle, ces immigrants se trouvent dans une situation d’incertitude quant à leur statut racial, en 1945, ils sont devenus des Américains blancs. Comment en est-on arrivé là ?

2Au début du xxe siècle, les immigrants en provenance des pays du Sud (Italie, Grèce) et de l’Est de l’Europe (Pologne, Russie, Hongrie) se trouvent dans une situation « d’entre-deux-racial » : ils sont considérés comme des dégénérés, inaptes à s’adapter au style de vie américain. Affublés de diminutifs péjoratifs (greasers, dagoes et hunkies), ils sont victimes d’attaques racistes : 11 Italiens lynchés en Louisiane (1891), des Grecs persécutés à Omaha (1909). De graves tensions surviennent dans le monde du travail entre les travailleurs américains et ces immigrants : les grèves menées par ces derniers (Greek Strike de 1912 ou Steel Strike de 1919) sont brisées non pas par les Noirs mais par les travailleurs qualifiés anglophones ! D’ailleurs, de nombreuses alliances locales surviennent entre Noirs américains et immigrants blancs. Néanmoins, cette violence à l’encontre de ces derniers reste bien inférieure à celle subie par les Noirs (75 fois plus de victimes de lynchages) ou encore les Chinois (massacre de Rock Springs en 1885).

  • 1 Une politique sociale discriminatoire peut se définir, dans le contexte américain, comme une politi (...)
  • 2 Les rideaux blancs de leurs fenêtres sont autant de signes de respectabilité que de drapeaux de leu (...)

3C’est paradoxalement à partir des années 1920, quand les attaques officielles dont ils sont victimes culminent avec la loi des quotas, qu’ils commencent à intégrer la « Maison Blanche ». D’abord, les paroisses catholiques jouent un rôle décisif (exclusion des Noirs protestants), de même que les machines électorales (Irlandais, Juifs, Italiens). De cette convergence résulte une croissance massive de l’acquisition de la nationalité américaine parmi ces white ethnics (Blancs ethniques) durant les années 1920 : un quart des immigrants polonais et italiens sont de nationalité américaine en 1920, la moitié en 1930 ; ce taux passe pour les Hongrois de 30 à 56,2 %, pour les Grecs de 17,4 à 45 %. Ensuite, ce blanchiment définitif correspond, pour Roediger, au New Deal, qui organise des politiques sociales et de logement discriminatoires1. La politique d’aides sociales suscite, selon les analyses de Linda Gordon, une double citoyenneté : le Social Security Act de 1935 ne couvre que 53 % de la population, celle des travailleurs stables, tandis que les Noirs et les Hispaniques en sont massivement exclus et n’obtiennent que des aides d’urgence. Elle entre en accord avec les pratiques syndicales majoritaires : dans les faits, le closed shop (monopole syndical sur la main-d’œuvre) s’avère être un white shop. Quant à la politique du logement, elle favorise le remboursement des créances et assure les hypothèques. Elle rencontre ainsi l’aspiration de ces immigrants d’acquérir et de conserver une maison (par exemple, à Toledo en 1900, 63 % des familles de Polonais sont propriétaires de leurs maisons, plus que les Américains). Ils deviennent blancs en devenant propriétaires2 et ils sont aidés par l’État : « Les politiques du logement du New Deal ont avantagé les nouveaux immigrants, mais en tant que Blancs, non en tant que nouveaux immigrants » (p. 230). Dès lors, deux formes d’habitats divergent : le ghetto noir, de plus en plus ségrégé d’un côté, les quartiers d’immigrants blancs, de plus en plus mixtes de l’autre.

4La Seconde Guerre mondiale valide ce processus : les white ethnics sont blancs et souffrent peu de discrimination : par exemple, en mai 1942, plus des deux tiers des ennemis de l’intérieur fichés sont des Italiens-Américains, mais ils représentent seulement un septième des détenus (tandis que 120 000 Japonais-Américains sont emprisonnés et placés en camps).

5Roediger explique ce blanchiment des immigrants par la question raciale américaine. Le clivage blanc–noir préexiste à leur arrivée dans cette société postesclavagiste : d’ailleurs, le deuxième mot d’anglais appris par ces migrants est souvent nigger (après okay). Les immigrants s’y conforment d’autant plus que leur arrivée coïncide avec celle des Noirs dans les villes industrielles du Nord où ils vont constituer autant de concurrents. La thèse de Roediger est donc la suivante : c’est en devenant racistes (à l’égard des Noirs), dans un contexte de ségrégation raciale renforcée, que les immigrants sont devenus Blancs.

  • 3 Voir l’exemple de la propriété développé précédemment : des lois fédérales et locales ont organisé (...)

6On peut noter une faiblesse principale : Roediger prétend s’opposer à Jacobson, pour qui la racialisation des populations trouve son principe essentiel dans les écrits officiels et les arrêts des tribunaux, en s’intéressant au quotidien, aux cartes mentales informelles des individus. Or, non seulement Roediger se sert massivement de ces textes officiels comme sources pour sa démonstration, mais on peut tout à fait convenir que la politique de l’État fédéral rencontre, du moins en partie, la vie quotidienne et les classements indigènes3, comme il l’affirme lui-même : « Grâce à la loi, l’immense majorité des nouveaux immigrants a été confortée dans son identité blanche » (p. 173).

  • 4 Pour certains experts américains, il existe entre 2 et 63 races en 1888 ; un arrêt de la Cour suprê (...)

7Ce livre mérite néanmoins d’être lu pour au moins trois raisons. D’abord, il s’agit d’une somme historique considérable, qui synthétise de nombreux travaux classiques et qui pose un regard neuf sur le New Deal, comme moment raciste oublié (le New White Deal). Ensuite, il permet de rappeler que la race reste plus que jamais un construit historique et social4, une frontière mouvante qui n’a aucune réalité naturelle et qui épouse, dans le cas américain, les contours du clivage fondamental blanc–noir (Wacquant, 2006). Enfin, son argument permet de poser la question du « blanchiment » possible de nouvelles populations d’immigrants (Hispaniques, Asiatiques, Arabes) qui exercent des métiers semblables à leurs prédécesseurs (l’épicier Arabe ou Coréen a succédé à l’épicier Juif ou Hongrois). Comme le rappelait Randall Collins (1986), il ne suffit pas de dire que les enfants des minorités seront majoritaires aux États-Unis dans 50 ans, encore faut-il disposer d’une théorie sociologique qui explique le gradient minorité–majorité et qui rend compte du processus par lequel la majorité agrège des minorités. Cette étude historique fine permet d’éclairer le processus et confirme les prédictions selon lesquelles le gradient blanc–noir restera le référentiel fondamental de la société américaine future, par-delà sa composition démographique.

Haut de page

Bibliographie

Wacquant, L., 2006. Parias urbains : ghettos, banlieues, État. La Découverte, Paris.

Collins, R., 1986. Weberian sociological theory. Cambridge University Press, Cambridge/New York.

Haut de page

Notes

1 Une politique sociale discriminatoire peut se définir, dans le contexte américain, comme une politique qui accorde des droits à une frange limitée de la population, souvent celle des travailleurs stables ou syndiqués, qui sont avant tout des travailleurs blancs.

2 Les rideaux blancs de leurs fenêtres sont autant de signes de respectabilité que de drapeaux de leur blancheur.

3 Voir l’exemple de la propriété développé précédemment : des lois fédérales et locales ont organisé la séparation résidentielle entre Noirs et Blancs (rôle de la législation sur les baux), ce qui a renforcé l’identité de propriétaire blanc des « blancs ethniques ». En effet, les documents montrent combien ces propriétaires étaient soucieux de leur voisinage, dans le contexte de l’arrivée des Noirs du Sud.

4 Pour certains experts américains, il existe entre 2 et 63 races en 1888 ; un arrêt de la Cour suprême s’appuie sur la fourchette 4–29 ! (p. 11).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Trémoulinas, « David Roediger, Working toward whiteness. How Americas immigrants became white, The Strange Journey from Ellis Island to the Suburbs », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 417-419.

Référence électronique

Alexis Trémoulinas, « David Roediger, Working toward whiteness. How Americas immigrants became white, The Strange Journey from Ellis Island to the Suburbs », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22594

Haut de page

Auteur

Alexis Trémoulinas

Observatoire sociologique du changement, FNSP–CNRS, UMR 7049, institut d’études politiques, 27, rue Saint-Guillaume, 75007 Paris, France
atremouli[at]altern.org

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals