Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Randall Collins, Interaction ritual chains

Princeton University Press, Princeton and Oxford, 2004 (439 pages)
Michel Villette
p. 419-421
Référence(s) :

Randall Collins, Interaction ritual chains, Princeton University Press, Princeton and Oxford, 2004, 439 p.

Texte intégral

1Randall Collins est une des figures marquantes de la réflexion théorique aux États-Unis. En 1975, son livre Conflict sociology: toward an explanatory science proposait déjà une audacieuse synthèse de l’entreprise sociologique, et regroupait des travaux sur la stratification, les rituels de la vie quotidienne, les organisations et la sociologie de la connaissance en un ensemble articulé de propositions systématiques (Collins, 1975). En 2004, le paysage intellectuel de la sociologie a bien changé, mais Randall Collins persiste dans son projet d’unification théorique des différents courants de la discipline et nous surprend en faisant jouer à l’émotion le rôle unificateur qu’il avait fait jouer 30 ans plus tôt au conflit.

2Le premier chapitre dInteraction ritual chains dresse un panorama rapide de l’histoire des sciences sociales afin de placer au centre de la discipline l’étude des situations (par opposition à l’étude des individus, des structures, des cultures ou des sociétés). Pour justifier l’emphase mise sur ce que les Américains appellent le « niveau micro » (mais pour aussitôt rappeler qu’il s’agit de mettre en relation les niveaux micro et macro), Randall Collins dresse le constat d’une série de fiascos théoriques : échec du fonctionnalisme à la manière de Talcott Parsons ; échec du structuralisme à la Lévi-Strauss. Dans le parcours semé d’embûches d’une sociologie toujours en construction, deux figures tutélaires montrent la voie : le Durkheim des Formes élémentaires de la vie religieuse (1912) et le Erving Goffman de 1956 (The nature of deference and demeanor, American Anthropologist, 58, p. 473–99. Traduction française : Les rites dinteraction, Paris, Minuit).

3Une relecture attentive de ces deux textes conduit Randall Collins à formuler l’essentiel de sa proposition théorique, au deuxième chapitre du livre : « Dans un rite d’interaction, deux personnes ou plus sont ensemble en un même lieu et s’affectent mutuellement de leur commune présence corporelle qu’ils y fassent attention ou non. Ce rituel comporte des frontières séparant ceux qui y participent et ceux qui en sont exclus. Les participants concentrent leur attention sur un objet commun ou une activité commune ; ils se transmettent cette attention les uns aux autres et deviennent conscients qu’ils prêtent tous attention à la même chose en même temps. Ainsi, ils partagent une même expérience, un même état d’esprit et de semblables émotions ». La thèse fondamentale du livre est que les êtres humains sont essentiellement à la recherche d’occasions de s’engager avec d’autres dans des rites d’interaction produisant des émotions intenses. Cette quête est tortueuse et difficile car les rites d’interaction sont loin de produire toujours l’effet escompté : un rituel peut échouer. Il peut être vide d’émotions partagées, il peut être contraint. Surtout, de nombreuses personnes peuvent être privées des ressources nécessaires pour y participer et se trouver en position d’exclusion.

4Le troisième chapitre emprunte à la psychologie, à la psychosociologie et aux sciences cognitives pour décrire en détail ce que l’on peut entendre par « énergie émotionnelle ». Le chapitre 4 montre comment le marché des biens matériels conditionne et limite l’accès aux rituels d’interaction susceptibles de fournir l’énergie émotionnelle tant recherchée. Les personnes s’investissent d’autant plus dans le marché des biens matériels qu’elles sont plus demandeuses des bénéfices émotionnels associés aux rituels d’interaction. On retrouve ici l’argument religieux avancé par Max Weber pour expliquer le développement du capitalisme et aussi, la conception Durkheimienne de la solidarité précontractuelle, selon laquelle le seul dénominateur commun possible aux déterminations matérielles et morales ne peut être que d’ordre moral.

5Les chapitres suivants proposent des illustrations empiriques de la théorie : rencontres érotiques ; stratification sociale et conditions d’accès à des activités professionnelles riches en émotions ; usage du tabac comme véhicule de la sociabilité. Enfin, des cas limites sont examinés : cas de personnes exclues, aliénées ou obsédées par un travail solitaire ; intellectuels excessivement introvertis et coupés du monde. Le livre se clôt par une méditation personnelle sur ce que pourrait être un « moi privé » tissé des symboles sociaux accumulés tout au long d’une vie en quête d’émotions à partager avec autrui.

6Les différents courants de la sociologie française trouveront matière à réflexion en lisant ce livre. Les partisans de l’individualisme méthodologique et de l’action rationnelle se trouveront pris à contre-pied par un Randall Collins plus Durkheimien que Durkheim. Les adeptes du culturalisme s’indigneront de voir mis dans le même sac les émotions des Suédois et celles des Italiens. Les disciples de Pierre Bourdieu, habitués à traiter de l’autonomie relative des différents champs et à attribuer à chaque champ des enjeux spécifiques seront étonnés de voir proposer un dénominateur commun à toutes les activités humaines. De même et dans un autre registre, les disciples de Luc Boltanski verront les divers principes de justification du bien commun propre aux cinq cités (domestique, civique, marchande, industrielle et de l’inspiration) réduits à la quête unitaire d’un seul et unique bien commun fondamental : l’émotion partagée au sein d’un groupe. Enfin, les lecteurs de Bruno Latour ne sauront sans doute pas trop quoi faire de cette sociologie trop humaine qui passe au travers des machines et des objets non humains sans jamais les prendre très au sérieux, parce que nous dit l’auteur, « la présence des corps est nécessaire » (p. 48), ce à quoi les spécialistes de l’art objecteraient sans doute que l’émotion peut passer entre l’œuvre et l’amateur qui en jouit.

7Au-delà des ambitions universalistes du livre, on peut y voir aussi un produit de la culture des campus américains du xxie siècle. L’accent mis sur la quête des émotions partagées suggère que l’émotion y est devenue un bien trop rare. L’intensité de la compétition voue étudiants et professeurs à de longs travaux solitaires face à l’ordinateur, et c’est le prix à payer pour continuer à participer aux rituels académiques : séminaires de recherche, performances artistiques, parties ou compétitions sportives…

8Localement pertinente, la théorie proposée par Randall Collins est avant tout une tentative d’unification du champ de la sociologie autour des concepts de situation, de rituels d’interaction et de quête de l’émotion partagée. Une nouvelle tentative pour unifier la sociologie et, à tout le moins, pour replacer au centre des études sur la société la quête de la participation émotionnelle et donc l’attrait que présentent les humains les uns pour les autres.

Haut de page

Bibliographie

Collins, R., 1975. Conflict sociology: toward an explanatory science. Academic Press, New York.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Villette, « Randall Collins, Interaction ritual chains », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 419-421.

Référence électronique

Michel Villette, « Randall Collins, Interaction ritual chains », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22610

Haut de page

Auteur

Michel Villette

Centre Maurice-Halbwachs, ENS-EHESS-CNRS, AgroParisTech, 1, avenue des Olympiades, 91744 Massy cedex, France
michel.villette[at]agroparistech.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals