Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Albert Ogien, Louis Quéré, Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements | Niklas Luhmann, La Confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale

Éd. Economica, coll. Études sociologiques, Paris, 2006 (232 pages) | Éd. Economica, coll. Études sociologiques, Paris, 2006 (123 pages)
Christian Thuderoz
p. 425-428
Référence(s) :

Albert Ogien et Louis Quéré, Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements, éd. Economica, coll. Études sociologiques, Paris, 2006, 232 p.

Niklas Luhmann, La Confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale, éd. Economica, coll. Études sociologiques, Paris, 2006, 123 p.

Texte intégral

1Que le monde social ne puisse guère fonctionner sans une confiance minimale entre ceux qui y agissent, voilà ce qui est désormais admis dans toutes les sciences sociales ; que cette confiance soit un lubrifiant des relations qui s’y renouvellent à chaque instant — le mot est de Kenneth Arrow — et qu’elle se traduise par une attente normative de conformité aux diverses règles constitutives de ce monde social — le trait est de Harold Garfinkel, autre théoricien de la confiance —, voilà ce qui n’est plus guère ignoré. Que la notion ait été retravaillée en sociologie depuis une vingtaine d’années, après les travaux, d’orientation psychologique, de Morton Deutsch (dont son article séminal, Trust and suspicion, 1958), et ait donné lieu, 120 années après les articles de Georg Simmel sur le secret, la confiance et le mensonge (publiés dans son Soziologie, 1908) à d’utiles et nouvelles explorations, chacun s’en félicite.

2L’ouvrage collectif de Diego Gambetta, Trust. Making and Breaking Cooperative Relations (1988), a ainsi été suivi de nombreux autres, dont quelques titres sont devenus des références obligées (cf. les travaux de Adam Seligman, Elizabeth Zucher, Susan Shapiro, Roy Lewicki, Barbara Bunker, Roderick Kramer, etc.). Certes, mais que savons-nous vraiment sur la confiance ? Pourquoi Simmel la tenait-il, « de toute évidence » disait-il, pour « une des forces de synthèse les plus importantes au sein de la société » ? Le cumul des réflexions et des travaux à son sujet, loin d’être négligeable en langue anglaise, est encore rudimentaire en langue française. Saluons donc ici l’initiative de Albert Ogien et Louis Quéré de mener l’enquête sur ce mécanisme original, qui est à la fois un état (elle est présente ou absente), une donnée (elle s’attribue, s’offre ; elle se trahit, se retire), un engagement mutuel (une confiance « réciproque »), un pari (sur le comportement d’autrui), un savoir (« une hypothèse sur une conduite future » dit Simmel), etc., mais qui, tout à la fois, permet l’interaction et en est constitutive, s’accorde tout en étant accordée, s’oppose au calcul tout en étant un dispositif de calcul, suppose un sacrifice de soi alors qu’il est aussi une forme de contrôle de l’autre, etc.

3L’ouvrage collectif qu’ils nous proposent, Les moments de la confiance — le titre renvoie à la formule de Simmel, dans Philosophie de largent, où il avance l’idée de la confiance comme un « moment autre », au-delà du savoir et de la connaissance sur autrui, proche de la foi et de la croyance — regroupe 12 contributeurs (sept universitaires français, quatre anglophones, et un chapitre de Niklas Luhmann — traduction du chapitre figurant dans l’ouvrage de Gambetta). Il est publié simultanément à la traduction de l’ouvrage séminal de Luhmann, vieux maintenant de 30 ans, Vertrauen. Ein Mechanismus der Reduktion Sozialer Komplexität. Là aussi, saluons l’initiative éditoriale, plaçant ainsi dans les mains du chercheur francophone un texte allemand jamais traduit en français, mais dont les bibliographies comportent toujours la référence…

4Bon an mal an, la notion de confiance poursuit donc sa mise à jour en francophonie et, d’ouvrages en articles ou en colloques, celle-ci s’enrichit dans des lignes de recherche plurielles et nourries de paradigmes rivaux. Qui s’en plaindrait, puisqu’il semble, à la lecture des références bibliographiques anglo-saxonnes mobilisées par ces 12 contributeurs — comme souvent avec de telles notions, d’origine profane, en apparence insaisissables, éloignées des concepts collectifs qu’affectionne la sociologie de langue française… — que notre retard s’accumule et que subsiste encore une certaine réticence à ferrailler à son sujet dans nos communautés académiques ?

5Donc : deux ouvrages–ressources. Celui de Luhmann est indéniablement un solide appui pour raisonner sociologiquement sur la confiance et beaucoup de ses notations constituent désormais le socle de notre savoir sur cet « état intermédiaire entre le savoir et le non-savoir sur autrui » (Simmel). Rappelons à grands traits la thèse qu’il y défend. D’abord, estime-t-il, « le monde n’est possible comme problème que sous la perspective de son extrême complexité », et cette complexité « transcende les différences entre systèmes psychiques et systèmes sociaux ». Surtout, elle pose de redoutables problèmes à ceux qui peuplent ce monde, devant quotidiennement agir et décider dans des situations où résident « davantage de possibilités que celles qui peuvent devenir réalité ». Et dans lequel autrui, l’autre homme que moi, cet autre Je, « peut faire une toute autre expérience que la mienne et m’insécuriser radicalement ». D’où la nécessité « d’un mécanisme de réduction de la complexité sociale » : la confiance. Pourquoi cette anticipation de l’avenir (la confiance comme extrapolation du passé et risque sur l’avenir) est-elle fonctionnelle ? Luhmann répond : « Le monde est disséminé en une complexité incontrôlable, de telle sorte que les autres humains peuvent à tout moment choisir librement entre des actions très différentes. Mais, je dois agir ici et maintenant (…) J’aurais plus de chance d’atteindre une rationalité plus complexe si je pouvais placer ma confiance dans un certain comportement futur d’autrui (…) Si je peux avoir confiance dans le fait que je tirerai profit de la réussite de l’action, je peux alors me permettre des formes de coopération qui ne sont pas payantes immédiatement et qui ne sont pas à mon immédiate disposition. » (p. 25).

6L’essai de Luhmann est ainsi la démonstration, argumentée et analytique, de cette fonctionnalité de la confiance (elle réduit le risque, ouvre des possibilités d’action, performe le rapport à autrui). Elle est personnelle (« Elle s’adresse d’abord et avant tout à un autre homme », considéré comme « une personnalité », « avec lequel on peut s’entendre », p. 43), mais aussi systémique. L’expression a fait florès, et désignait chez Luhmann cette confiance accordée, au-delà de la familiarité et de la proximité, dans des institutions (l’argent, la politique, l’autorité, l’expertise, etc.) et dans leur bon fonctionnement, sans que nous n’ayons, personnellement, à tester ce dernier et le vérifier en permanence. Son essai se clôt sur la rationalité du dispositif de confiance (ou de la méfiance). Selon Luhmann, elle ne peut être enfermée dans une lecture trop instrumentale, comme la théorie classique de la décision le supposerait (elle ne peut donc être « une structure moyens–fins susceptible d’être optimisée », p. 104) ; et ce qui est rationnel est plutôt le ou les systèmes au sein duquel elle est un agent fonctionnel (« Elle remplace l’information manquante par une assurance intérieure garantie »). Elle doit donc être dépersonnalisée, et « celui qui fait confiance ne le fait plus à ses propres risques, mais aux risques du système » (p. 111).

7Que devient alors le calcul, souvent mécaniquement opposé à la confiance, et dont Lucien Karpik, dans l’ouvrage collectif dirigé par Ogien et Quéré et plaidant pour une conception substantive de la confiance, rappelle qu’il demeure, pour nombre d’auteurs, une catégorie intrinsèque (la confiance comme un « risque calculé », pris pour accroître un profit, et qui s’accompagne d’un contrôle et d’une évaluation — cf. les thèses de James Coleman) ? Luhmann répondait que si un calcul de profit et de perte était toujours sous-jacent à la relation de confiance, celui-ci ne pouvait s’envisager que de façon secrète et demeurer latent. Sinon, l’acte de confiance est fragilisé. C’est donc la question — éminemment sociologique — de l’exposition (volontaire) à l’opportunisme d’autrui, de sa trahison possible, de sa fiabilité — ou de la foi aveugle dans le comportement d’autrui —, que pose, fondamentalement, l’instruction du concept de confiance. À cet égard, l’ouvrage de Ogien et Quéré propose de nouveaux développements et de nombreux approfondissements. Par exemple, la question de « l’obligation d’engagement conjoint », tel que pratiqué « en mode fiduciaire » (Louis Quéré), celle de la « cognition incorporée » (ou comment les individus catégorisent et interprètent les comportements d’autrui — Bart Nooteboom), celle de « l’alignement, réciproque et continu » des actions et des comportements (Rod Watson, à la suite des travaux de Harold Garfinkel), ou encore celle de « l’intérêt enchâssé » (celui en qui l’on fait confiance faisant siens mes intérêts en tant qu’ils sont les miens — Russel Hardin).

8D’où un ouvrage sociologiquement plaisant et utile. Car le plaisir du lecteur est réel. Pour au moins trois raisons : on y lit des chapitres intitulés « La confiance comme phénomène pour la sociologie » (ce qu’elle est, incontestablement, depuis son origine et les travaux de Simmel à son sujet, mais que la tradition francofrançaise a progressivement occulté, lui préférant quelques concepts collectifs, gagés sur des approches macrosociales et surplombantes) ; l’ouvrage fourmille, du fait qu’il est collectif et abrite des contributions issues d’écoles variées, de nombreuses analyses fécondes (la confiance comme offre d’émancipation d’autrui — Laurence Cornu ; ou comme précompréhension ou sentiment de soi — Stéphane Haber) ; et il sait rester sobre du point de vue de certaines outrances académiques (notamment l’inflation typologique, qui a culminé ces dernières années dans la littérature anglo-saxonne, chacun y allant de sa classification), tout en adoptant un ton mesuré, rapprochant les notions entre elles (confiance et pari, défi, gage ou sacrifice — Albert Ogien ; confiance et affects — Maxine Sheets-Johnstone ; confiance et émotions — Pierre Livet, etc.).

9Et un ouvrage utile (de utilis, ce qui sert, ce qui est bon à quelque chose). À quoi sert-il ? À nous aider à mieux comprendre comment cette confiance « fonctionne » (car, comme le dit Russell Hardin, « on ne cesse de parler de la confiance sans avoir la moindre idée de la façon dont elle fonctionne ») et à clarifier ses acceptions, ou reconnaître l’hétérogénéité du phénomène, d’où cette volonté des auteurs de « multiplier les descriptions de situations et de dynamiques différentes » (p. 5). Effort salutaire, et réussi.

10Au chapitre des regrets, signalons ce défaut, inhérent à tous les ouvrages collectifs sur de tels concepts longtemps laissés en jachère : l’absence de bibliographie générale (alors que les références abondent dans chaque chapitre, offrant au lecteur une excellente base de données, mais fragmentée), l’absence d’index (thématique et d’auteurs), le privant d’une possibilité d’exploration systématique, et l’absence de conclusion — ce qui est d’autant plus dommageable que les connaissances nouvelles de notre savoir sur la confiance que recèle l’ouvrage sont éparpillées, celées sous des propos plus convenus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Thuderoz, « Albert Ogien, Louis Quéré, Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements | Niklas Luhmann, La Confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 425-428.

Référence électronique

Christian Thuderoz, « Albert Ogien, Louis Quéré, Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements | Niklas Luhmann, La Confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22650

Haut de page

Auteur

Christian Thuderoz

Centre des humanités, INSA de Lyon, France
Christian.Thuderoz[at]insa-lyon.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals